AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥️
» pour «

Partagez | 
 

 I'm not weard, i'm limited edition (zach)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: I'm not weard, i'm limited edition (zach)   Sam 22 Nov - 0:14

Sidney faisait les cent pas dans son appartement, passant d’une pièce à l’autre, le regard perdu, bras croisés sur sa poitrine, le tout en tenue super confort, comme à son habitude. Cela faisait près de vingt minutes qu’elle tournait en rond de la sorte, et c’était même une habitude qu’elle avait fréquemment prise ces deux dernières semaines. Pourquoi ? Parce qu’elle se sentait coupable. De quoi ? Eh bien, déjà, d’avoir passé une aussi bonne soirée avec Zach, deux semaines avant. Enfin, d’avoir vécu, d’avoir été heureuse et insouciante. D’avoir oublié, pendant cette soirée. Comment avait-elle pu trahir tous ces soldats au front, ceux qu’on oubliait trop souvent à son goût ? Passer une bonne soirée n’était pas un crime, d’ordinaire tout du moins, car pour elle c’était une autre histoire. Elle avait vécu la guerre, l’avait vu de ses yeux, avait affronté bon nombre de pertes… Elle n’aurait pas dû oublier ces horreurs le temps d’une soirée. Et en rentrant chez elle, ça l’avait frappé instantanément, se prenant le retour de flamme en pleine poire. Résultat des courses, elle s’en était tellement voulu qu’elle avait préféré éviter Zach pendant deux semaines… Au lieu de commander les jours où il livrait, comme elle le lui avait dit, et bien, elle avait tout simplement fait l’inverse… C’était nul comme réaction, elle en était bien consciente. Mais Sidney était une jeune femme complètement dépassée par ce monde dans lequel elle mettait à nouveau les pieds. Parce que oui, il y avait véritablement un monde entre celui de la guerre et celui de tous les jours, celui où tout le monde vivait. Ce qui entraînait forcément de la part de la brunette une acclimatation à cet univers qu’elle avait délaissé pendant des lustres. Et c’était loin d’être aussi simple que ça en avait l’air. Il suffisait de voir ses tenues, jour après jour, de voir combien elle ne prenait pas vraiment soin d’elle. En même temps, vu les conditions là-bas… Elle avait perdu cette habitude, et la reprendre était des plus compliquées. Sauf pour cette soirée avec Zach… Elle s’était mieux apprêtée. Bien sûr, on était loin du compte, mais pour elle, cela avait déjà été un immense pas vers la réhabilitation. Ceci dit, Sid ne pouvait nier que tout cela la perturbait. En réalité, elle avait encore plus mal dormi que d’habitude. Et si pendant ces deux semaines, elle avait vu son psy et lui avait parlé de cette soirée, du plaisir qu’elle avait ressenti ce soir-là. Pas du reste, parce que cela impliquait de s’étendre sur le front et il n’en était pas question pour elle. Mais de cette soirée, oui. Et son psy avait d’ailleurs semblé trouver cela être une bonne chose. La première fois, bien évidemment. Parce que lors de la seconde séance, quand elle lui avait expliqué qu’elle n’avait pas revu Zach depuis, ni vécu de soirée comme celle-ci, il avait semblé presque déçu…

Continuant à tourner dans son appartement aussi vite que ses pensées, elle finit par se laisser choir sur le canapé en soupirant bruyamment. La tête entre les mains, elle tirait sur ses cheveux, essayant de savoir quoi faire. Deux semaines à l’éviter… Ça ne se faisait pas. Surtout pas sans raison, pas après une si bonne soirée. Mais aller s’excuser maintenant ? Il lui rirait au nez, non ? Après tout, ils ne se connaissaient pas vraiment, et elle était allée à l’encontre de ce qu’elle lui avait dit… Il n’aurait aucune envie de l’entendre s’expliquer non ? Et pourtant, elle était déjà en train de se lever, et d’aller dans sa chambre pour vêtir un jean et un petit haut tout simple, passant également par la salle de bain pour arranger sa tête d’enterrement. Peut-être parce que Zach avait cette bonté, qu’il respectait sa bizarrerie et qu’il l’écouterait tout de même ? Toujours était-il qu’une fois prête, elle sortit de chez elle, sac à main sur l’épaule, bras croisés tandis que la nuit était tombée. Sa destination ? La pizzeria. Elle était sûre de le retrouver là-bas, et de toute façon, elle n’avait aucun autre moyen de le revoir, à part de commander un jour où il était là, mais vu qu’elle avait déjà mangé chinois ce soir-là. D’autant que vu son hésitation, elle ne pouvait pas faire marche arrière. C’était maintenant ou jamais, sinon son courage se serait envolé, déjà qu’elle en avait la grande partie au front… Voyant la pizzeria au coin de la rue, son cœur battit un peu plus vite. « Oh mon Dieu, il va me prendre pour une folle… » Même si elle s’était déjà assurée du contraire deux fois. Nerveuse, elle s’arrêta à quelques mètres de l’enceinte, hésitante, avant de reprendre la marche pour pénétrer dans la pizzeria. Ceci dit, il lui fallait une excuse. N’aurait-elle pas l’air tache à venir en demandant à parler à un livreur ? Mince alors, elle n’avait pas pensé à ça. En fin de compte, elle se dirigea vers le guichet pour commander une pizza. Après tout, elle avait mangé il y a quelques heures déjà, alors pourquoi pas ? Et puis, il lui fallait vraiment une excuse. Essayant de voir si Zach se trouvait derrière elle penchait un peu la tête avant de régler. « Vous avez de la chance, on va bientôt fermer vous savez. » Hum, bah oui… C’était pour ça qu’elle était là aussi. Parce que parler à Zach pendant ses heures de travail, c’était moyen. Rapidement, elle alla s’asseoir à une table prévue à cet effet en attendant d’une part sa pizza, et d’un autre côté Zach. Sûrement terminait-il sa tournée. Sa pizza arriva quelques minutes plus tard. « Ca vous dérange si je reste un peu ici ? Je sais que vous allez bientôt fermer, mais j’aurais aimé discuter avec quelqu’un. » Sous les yeux perplexe du jeune homme qui lui avait rapporté sa pizza, elle entama sa pizza, un peu gênée. Pas moyen qu’elle ne bouge son postérieur de son siège avant qu’elle n’ait pu parler à Zach, qu’elle n’ait pu lui expliquer le pourquoi du comment. Et en parlant du loup, quelques minutes plus tard, elle le vit apparaître dans l’arrière-cuisine. Se mordillant la lèvre inférieure en reposant son bout de pizza entamé, fermant la boîte au passage, elle le regardait tandis qu’il était de dos. Le jeune homme qui l’avait servi sembla comprendre qu’elle attendait Zach, et alla lui parler avant de faire un signe de tête dans sa direction, imité du beau brun. Osant un petit signe de la main discret et timide, elle finit par se lever pour s’approcher tandis qu’il venait également vers elle. « Salut… » commença-t-elle timidement, un peu mal à l’aise. « Tu vas bien ? » S’il ne lui répondait pas, c’était qu’il était fâché contre elle, et qu’elle pourrait prendre ses clics et ses clacs. « Je suis désolée de débarquer comme ça, mais j’aurais aimé te parler, et je ne savais pas vraiment comment te joindre… » Et puis, en étant venue ici, elle avait fait l’effort de a) sortir de chez elle et de b) se préparer. Ca prouvait que ça lui tenait à cœur de s’expliquer, non ? « Est-ce que tu aurais quelques minutes à m'accorder ? » demanda-t-elle en se mordillant à nouveau la lèvre, peu sûre d'elle.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I'm not weard, i'm limited edition (zach)   Jeu 27 Nov - 11:06

Pas de nouvelles bonnes nouvelles. Quel dicton pourri ! Juste une bonne excuse soit pour ne pas culpabiliser d’être celui qui ne donne pas de nouvelles, soit pour se rassurer quand on en reçoit pas. Mais Zach n’était pas de ceux qui croient à ce genre de phrase toute faite, et s’il avait beau se répéter que c’était stupide d’y penser, n’avoir aucune nouvelle de Sidney depuis leur sortie au théâtre lui avait quelque peu miné le moral. Pourtant la soirée c’était bien passée, elle avait eu l’air d’apprécier ce moment et puis plus rien. Pas de commande de pizza. Un subite sevrage ? Il savait que non et c’était bien là le pire, elle l’évitait. Parce qu’en réalité elle avait commandé, mais seulement les jours où il ne livrait pas… tout le contraire de ce que la brunette lui avait affirmé vouloir faire. Sans doute que ça ne devrait pas le toucher autant mais qu’y pouvait-il ? Il était humain et l’attitude de la jeune femme l’avait blessé.
Mais il était venu à penser que c’était la base même de son comportement qui avait été stupide. Inviter une cliente de la pizzeria, juste pour la sortir de son train train qui lui semblait morose ? Avoir envie de la connaître ? Idées à la con ! Et il se l’était bien répété durant ces jours, histoire de ne pas l’oublier. Ce qui l’avait rendu plus facilement irritable, lui qui d’habitude ne s’énervait pas facilement il s’agaçait bien plus rapidement et cela n’avait échappé à personne. Aussitôt ses amis ou même ses parents avait mis ça sur le compte d’une histoire avec une fille, mais ils étaient tellement loin de la réalité. Ce truc entre Sidney et lui n’avait rien d’ambiguë, il se sentait juste con d’avoir été si naïf sur sa capacité à l’aider et ça l’énervait.

Chaque jour où il travaillait une petite partie de lui espérait que la jolie brune commande une pizza, qu’il allait la lui livrer et au moins s’assure qu’elle allait bien. Mais rien, comme un silence total et pesant. Alors Zach avait même penser à échanger les jours de repos avec l’autre livreur, juste un jour pour vérifier qu’elle l’évitait bel et bien mais il le savait déjà et en être totalement sûr l’aurait blessé d’avantage alors il avait abandonné l’idée. Le jeune homme avait alors ensuite hésité à rendre visite à Sidney, mais c’était définitivement une démarche qu’elle serait tout à faire en droit de qualifier comme étant déplacée. Là encore il s’était ravisé. Donc il s’était contenté de faire son travail comme à son habitude. Après tout il n’y avait aucune raison que quelque chose change, hormis le fait de ne plus sympathiser avec une cliente.
Maintenant que ça faisait une quinzaine de jours qu’il n’avait pas vu la brunette, qu’elle l’évitait avec brio, Zach passait à autre chose. Il cessait peu à peu de s’en vouloir pour son trop plein d’empathie même si c’était loin d’être si simple. Pourquoi d’ailleurs ? Là dessus il se questionnait aussi. Qu’est-ce qui faisait que sa réaction était bien plus forte qu’il ne l’aurait voulu ? Un impact qu’il n’avait pas soupçonné un instant quand il avait décidé de laisser libre cours à son envie d’apprendre à la connaître. Et ce soir l’étudiant en art dramatique allait d’autant plus se changer les idées qu’il était attendu à une soirée après le travail. Aussi il s’était dépêché un peu plus que d’habitude pour sa tournée afin de rentrer un peu plus tôt et pouvoir quitter son emploi plus vite.

Il garait son scooter derrière la pizzeria et entrait dans celle-ci, s’arrêtant à son casier dans le vestiaire il délaissait la veste floquée au nom de l’établissement pour récupérer ses affaires, rangeait son casque et se recoiffait rapidement. Il rejoignait ensuite l’arrière boutique pour saluer son patron, sa femme et leur neveu qui servait en salle de temps en temps avec sa tante. Ce dernier vint alors informer Zach qu’une jeune femme l’attendait pour lui parler. Surpris, le jeune homme avait alors posé son regard sur Sidney et la surprise ne fut que plus grande. Il ignorait s’il était content de la voir ou pas… Après des jours à s’être agacé pour avoir été si con, il arrivait à peine à ne plus trop y penser et voilà qu’elle rappliquait à la pizzeria. Certes elle était libre de le faire, mais pourquoi venir lui parler après deux semaines à l’éviter ?
La réponse à cette question il ne l’obtiendrait qu’en acceptant de discuter avec Sidney, alors il s’avançait vers elle. Pas difficile de voir qu’elle était gênée et là elle avait de quoi. Car si Zach était un garçon tolérant il avait eu du mal à digérer son comportement, être en difficulté ne lui donnait pas le droit pour autant d’agir ainsi sans explications. Mieux vaut tard que jamais cependant et connaissant les difficultés qu’elle semblait avoir à quitter son appartement il ne pouvait que noter l’effort. « Salut… » répondait-il platement avant de hocher la tête « Ouais ouais et toi ? » il n’était pas froid mais restait sur la réserve, un peu indécis sur la conduite à tenir. Il haussait les épaules, bien sûr qu’elle n’avait aucun autre moyen de le joindre, si ce n’est l’intermédiaire d’une pizza. Il ne perdait pas de vu que ce soir il devait retrouver ses amis à une soirée, mais dans un même temps il voulait entendre ce que Sidney avait à lui dire « Oui ok. Mais ils vont fermés, je propose qu’on parle tout en marchant. » la soirée était bien plus loin mais dans une direction similaire à son domicile à elle. Glissant les mains dans ses poches Zach marchait tranquillement « Donc ? Qu’est-ce que tu voulais dire ? ».
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I'm not weard, i'm limited edition (zach)   Lun 1 Déc - 22:34

Les manières de Sidney pouvaient laisser perplexe, voire totalement incrédule. Ses réactions n’étaient pas toujours celles que l’on attendait, et oui, elle pouvait comprendre que c’était déstabilisant de prime abord, mais quand on savait ce qu’elle avait vu et vécu, quand on connaissait son histoire, ce n’était pas étonnant. La brunette était consciente qu’elle avait merdé en offrant un parfait silence radio à Zach et en agissant tout bonnement à l’encontre de ce qu’elle lui avait affirmé vouloir faire. La logique voudrait qu’il lui en veuille de ce comportement, ou qu’il n’ait même pas envie de la revoir, de l’entendre s’expliquer, mais elle devait tenter, elle devait le lui dire et ce, peu importait la réaction du jeune homme. Voilà pourquoi elle se trouvait à la pizzeria ce soir-là, chose surprenante vu qu’en général, elle se faisait livrer. Ça avait d’ailleurs dû étonner toute l’équipe de mettre un visage sur un nom si familier. Cela ne se reproduirait sûrement pas tout de suite, mais c’était pour la bonne cause. Voir Zach représentait à cet instant une priorité, une nécessité absolue, quelque chose qui l’obséderait jusqu’à ce qu’elle ait l’occasion d’expliquer son comportement pour le moins surprenant. Mais pour cela, encore fallait-il qu’il arrive. Tandis qu’elle attendait en mangeant sa pizza, elle s’était dit que peut-être il ne bossait pas aujourd’hui. Normalement oui, mais personne n’était à l’abri d’un contretemps ? Et s’il avait échangé son service avec l’autre livreur ce soir, exceptionnellement, pour une raison X ou Y ? Et s’il était malade, chez lui, cloué au lit ? C’était possible, après tout. Sidney n’avait rien d’autre à faire que de penser à cela en l’attendant. Mais le jeune homme n’était ni malade ni absent. Il était là. La brunette ressentit un peu de stress quand même, à l’idée qu’il puisse la rejeter, ou l’ignorer à son tour, l’envoyer sur les roses, ne pas l’écouter, lui dire d’aller se faire voir, et tant d’autres choses encore. Sidney était en tort, elle le savait, mais ce n’était pas pour cela qu’elle voulait qu’une de ces options ne se confirme, au contraire. C’était normal, après tout, elle avait vraiment passé un bon moment en sa compagnie, et elle l’appréciait. Nerveuse et mal à l’aise, elle commença alors par le saluer, et lui demander comment il allait. Des banalités, certes, mais c’était le minimum syndical, et ça, elle ne l’avait pas oublié a contrario de certaines habitudes qu’elle avait complètement perdues. « Salut… » Ne pas le voir sourire lui fit bizarre, elle devait l’avouer. La brunette ne s’était pas attendue à ce qu’il agisse comme si de rien n’était non plus, mais… C’était étrange de le voir si… détaché. C’était tellement différent de ce à quoi il l’avait déjà habituée. « Ouais ouais et toi ? » Peut-être que les banalités d’usage, elle aurait dû s’en passer après tout. Parce qu’il était là mais pourtant loin par rapport aux dernières fois. Elle n’en avait tellement pas l’habitude que ça la perturbait, et qu’elle ouvrit la bouche avant de la refermer sans avoir produit le moindre son dans un premier temps. La brunette avait quelque peu l’impression d’avoir perdu l’usage de la parole, décontenancée de le voir comme ça. Finalement, elle rouvrit la bouche, et réussit à produire une phrase. « Pas vraiment, non. » Autant être honnête tout de suite. De toute façon, c’était bien pour ça qu’elle était venue, non ? Et elle n’allait pas tarder à pouvoir justifier son comportement. Enfin, s’il le voulait bien. Parce que ce n’était pas garanti pour un sou, et qu’il avait tout à fait le droit de refuser. Sid ne pourrait pas lui en vouloir si c’était le cas, mais alors vraiment pas.

« Oui ok. Mais ils vont fermer, je propose qu’on parle tout en marchant. » C’était déjà ça. Au moins, il ne se montrait pas réfractaire à la discussion ni à l’écoute. Il pourrait l’envoyer paître après s’il le désirait, mais le simple fait qu’il ait envie d’écouter ce qu’elle avait à dire la rassurait. Hochant la tête, elle sortit en sa compagnie, carton de pizza en main, sac sur l’épaule. En fait, Sidney réalisa alors qu’ils commençaient à marcher côte à côte que son comportement puérile, lâche et ridicule les avait éloignés. Non pas qu’ils aient été vraiment proches, mais une certaine complicité était née lors de ce spectacle d’improvisation, et là, son comportement avait tout gommé, tout effacé. « Donc ? Qu’est-ce que tu voulais dire ? » Ce ne fut qu’à cet instant qu’elle réalisa qu’elle n’avait pas pensé à la manière dont elle allait s’expliquer. Parce qu’il y avait des choses qu’elle tairait, n’étant pas prête à évoquer. Et puis, de toute façon, lui déballer tout de but en blanc n’aurait qu’un seul effet : amener Zach à ressentir de la pitié à son égard, ce dont elle ne voulait de toute façon pas. Aussi, pour gagner un peu de temps elle se tourna vers lui en continuant à marcher et tendit le carton pizza vers lui. « Tu en veux ? Il en reste un peu, et je n’ai plus faim. Elle doit plus être super chaude ceci dit… » Se mordant l’intérieur de la lèvre, elle réalisa qu’elle devait être encore une fois ridicule. Mais bon, le jeune homme devait avoir l’habitude, à force. Soupirant, elle chercha les bons mots et le courage de les faire sortir. « Je suis désolée de t’avoir évité et d’avoir fait le contraire de ce que j’avais dit… » Sidney évitait son regard, mal à l’aise. « Je pensais tout ça, j’avais vraiment l’intention de commander que quand c’était toi. » Mais elle ne l’avait pas fait, ce qui devait pour le moment paraître à Zach complètement paradoxal. Ca l’était, d’ailleurs. « Je pensais ce que j’ai dit aussi concernant la soirée au théâtre d’improvisation. J’ai adoré ce moment, et… ça m’a fait du bien, oui. » La brunette marquait une petite pause pour réfléchir à la suite, se rendant compte qu’il devait être complètement perdu à l’heure qu’il était suite à son début d’explication. Elle devait probablement s’enfoncer à lui rappeler ce qu’elle avait dit et qui était contraire à ses agissements. Mais il fallait trouver les bons mots pour justifier sa façon d’agir, et ça, croyez-la, c’était vraiment difficile. La brunette passa plusieurs phrases en revue dans sa tête, les jugeant une par une. L’exercice était bien plus compliqué que ce qu’elle avait imaginé.

Mais il n’y avait jamais de bonne façon de dire les choses, et on avait beau réfléchir à dix fois avant de parler, il y avait toujours un risque que ce soit mal interprété, que ça ne reflète pas du tout ce qu’on voulait dire, que cela soulève des questions qu’on aurait préféré éviter, ou qu’on en dise trop. Aussi, Sidney soupira une nouvelle fois avant de se décider à se lancer. Il n’y avait que comme cela qu’elle y arriverait. Parce qu’elle réfléchissait toujours trop, pesant le pour et le contre, et elle se montait elle-même la tête, se perdait encore plus dans un questionnement sans fin. Pour preuve, sa décision de dernière minute de rejoindre Zach pour aller à ce spectacle d’improvisation. « En rentrant chez moi, j’ai pris une grosse claque après cette excellente soirée. Je peux pas vraiment t’expliquer pourquoi, et je me rends compte que j’aurais dû réfléchir à deux fois avant de venir m’excuser et tenter de t’expliquer, parce que tu dois vraiment rien comprendre. » Esquissant une petite grimace, elle tourna la tête vers lui, un air vraiment désolé sur le visage. « Ça doit te sembler tellement étrange, mais tu sais déjà que je suis assez spéciale… » Oui, et pas qu’un peu, même. Elle avait déjà fait fort, comme cette histoire de réduction, par exemple, alors bon, elle n’était plus à ça près. « Je sais bien que c’est pas logique d’éviter quelqu’un quand on a passé une soirée géniale, mais… J’ai plus l’habitude de ressentir ça, de me sentir si… vivante et si bien. » Bon, là, c’était certain, elle aurait vraiment dû se préparer avant de venir en improvisant. Si elle s’en était bien sortie lors du spectacle, ce n’était absolument pas le cas ce soir. « Ça m’a fait bizarre, et je me suis simplement oubliée en ta compagnie. J’ai oublié tout ce qui n’allait pas, tout ce qui s’est passé dans ma vie. Et j’aurais pas dû oublier, tu comprends ? » Non, elle ne se permettait pas d’oublier cet enfer, et d’oublier les soldats qui y étaient encore. Elle ne pouvait pas, pas après l’avoir vu et vécu en leur compagnie. Pas après avoir perdu tant de monde, des compagnons de galère qui au fil du temps étaient devenus pour elle des amis. Même Thatcher, ce petit con agaçant et antipathique... « C’était pas contre toi… Vraiment pas. » Parce qu’avant de rentrer, elle aurait été ravie de remettre cela, de retourner à un spectacle d’improvisation avec lui. Et maintenant ? La jeune femme avait un peu peur d’oublier à nouveau. « Tu m’en veux ? Tu peux dire oui, je comprendrais. Je m’en veux moi-même d’avoir agi comme ça avec toi, mais je savais pas comment gérer ça… » Ses explications se révélaient assez brouillonnes, elle en avait conscience, mais la jeune femme était tout bonnement incapable de faire mieux vu les contraintes imposées. Elle ne pouvait se montrer claire sans lui faire part de son expérience au front. « J’aurais dû te donner des explications plus tôt, je te les devais. Je suis sincèrement désolée de ne pas l'avoir fait. » Mais sûrement n’avait-elle pas été prête à lui fournir de telles justifications auparavant, ni à le revoir, à prendre le risque d’oublier une nouvelle fois ce qui l’avait tant marquée.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I'm not weard, i'm limited edition (zach)   Dim 14 Déc - 12:16

Le jeune homme bien que d’un caractère conciliant et sympathique n’était pas pour autant du genre à apprécier que l’on se paye sa tête. Et il avait beau comprendre que le comportement de Sidney était tout sauf classique, il n’arrivait pas à se débarrasser de cette impression ainsi que de ses conséquences. Zach pourtant si souriant habituellement n’avait esquisser qu’un faible rictus en saluant la jolie brune et demeurait plutôt neutre alors qu’il marchait à ses côtés. Loin d’avoir réellement envie de converser comme si de rien était, c’est sans détour que le jeune homme demandait à Sidney ce qu’elle souhaitait lui dire. Inutile de tourner autour du pot, de toute façon ils n’avaient rien à ce dire puisque son attitude les avait à nouveau relégué au rang de deux inconnus. L’employé de la pizzeria, le simple livreur et elle la cliente un peu bizarre. Pourtant Zach ne pouvait oublier avoir passé une bonne soirée en sa compagnie, avoir ressentit une certaine satisfaction en la voyant sourire… mais elle lui avait ensuite mis une véritable claque en l’évitant par tous les moyens.
Elle lui proposait le reste de sa pizza plus tellement chaude, le jeune homme hésitait car il n’avait pas vraiment eu le temps de manger avant de commencer à travailler, ni pendant, ni après puisqu’il était là. Il prit la boite en haussant les épaules « Ouais je veux bien, merci. » ça lui éviterait d’arriver à jeun à sa soirée et que l’alcool ne lui monte directement à la tête à peine la première bière avalée. Ouvrant la boite tout en continuant de marcher il prit une part restante et mangeait. Au moins la bouche pleine il n’était pas obligé de parler, une bonne excuse pour son silence alors qu’il attendait que la brunette se décide à lui fournir des explications concernant son comportement. Déjà elle était désolée, mais ça l’étudiant l’avait deviner dès le moment où il l’avait vu à la pizzeria. Si ce n’est par sentiment de culpabilité pourquoi serait-elle venue ? Et puis ça avait l’air d’être un peu sa spécialité, être désolée.

Faire tout le contraire de ce qu’elle avait dit, oui c’était exactement ça. Plongeant Zach dans une totale incompréhension lorsqu’il s’était rendu compte de cela, il attendait avec une certaine impatience d’avoir le fin mot de l’histoire… enfin encore fallait-il que la brunette daigne le lui donner. Il sentait à quel point elle n’était pas fière de son attitude et s’il aurait pu se montrer rassurant ou conciliant il n’en fit rien et demeurait parfaitement silencieux pour le moment. Il n’allait pas dire que ça n’était pas grave alors que ça le touchait plus qu’il le voulait, il ne souhaitait pas mentir à la jeune femme. Entre ses intentions et ses actes il y avait eu un véritable fossé et c’était un peu comme si cet écart s’était également creusé entre eux. « Tu voulais, mais tu l’as pas fait… » lâchait-il dans un soupir une fois la part de pizza terminée.
Le jeune homme prit le dernier morceau dans le carton avant de ne jeter celui-ci dans une poubelle. Sidney avait replacer le contexte mais ça n’avançait pas vraiment Zach pour comprendre ce qui s’était passé pour elle. La brunette avait apprécié les moments en sa compagnie pour l’éviter ensuite, pas besoin de faire et refaire ce constat, maintenant il voulait savoir pourquoi. Et dans l’esprit de l’étudiant se profilait déjà une réponse qui lui paraissait être la plus probable. Mais n’étant pas dans la tête de la jeune femme il ne voulait pas se hâter à lui faire part de son hypothèse. Alors il l’écoutait attentivement mettre une fois de plus sur le tapis le caractère bizarre de ses réactions.

Effectivement Zach avait du mal à comprendre et pour cause elle même semblait assez perdu face à sa propre attitude. S’expliquant en conservant bon nombre de zones d’ombres, en fait la jolie brune ne lui révélait rien qui puissent totalement expliquer ce qui clochait. Pourquoi se sentir bien l’avait mise mal à l’aise ? Quel mal pouvait-il y avoir à passer un bon moment ? Ça lui échappait totalement mais le jeune homme continuait à attentivement écouter ce flot de parole qui lui paraissait sans queue ni tête. Tout ce qu’elle venait de lui dire n’était qu’un épais brouillard et Zach se confortait dans son idée. Pourquoi rester si évasive ? Pourquoi réagir comme ça ? Des questions qui restaient finalement sans réponse alors qu’elles étaient les plus présentes dans son esprit.
Sidney avait beau affirmer que ça n’était pas contre lui, le jeune homme avait la forte impression que ces mots ressemblaient un peu trop à des excuses fumeuses que l’on donne à quelqu’un lorsque l’on ne veut pas avoir affaire à elle. Si accepter son invitation n’avait été qu’un moment d’égarement pour elle, ou une erreur bien que la soirée fut bonne, alors Zach aurait préféré qu’elle le lui dise. Il soupirait et tournait la tête vers elle avec un petit sourire désolé « Te fatigues pas à chercher la manière la moins blessante de le dire… T’as trouvé ça ridicule de trainer avec moi c’est ça ? » il haussait les épaules « Je sais j’ai vingt deux ans, je fais encore des études. Je me doute que t’es plus âgée, avec un vécu différent et du coup en rentrant t’as du te dire que c’était débile de passer du temps avec un étudiant, un gamin quoi. ».

Voilà ce que Zach avait déduit de la réaction étrange et quelque peu blessante de la jolie brune. Franc et honnête comme d’habitude il avait choisi de lui dire sans détour ce qu’il en pensait. Lui en voulait-il ? Un peu il ne pouvait le nier, aussi il hochait la tête « Bah c’est pas agréable de se sentir autant comme un con. » il fit une moue avant de rire, un peu nerveusement « Ça sera sûrement pas la dernière fois, mais je m’en serais passé. Et puis pour les explications bah ouais c’est sûr que je les aurais préféré plus tôt ça m’aurait éviter de me poser des questions. ». Il lui offrait un sourire « C’est pas grave. Maintenant je sais. » lâchait-il en haussant les épaules. Que pouvait-il dire de plus ?
« Mais je vois pas ce qu’il y a de mal à passer une bonne soirée. Je comprends pas pourquoi ça t’as tant marqué. C’est pas comme s’il s’était passé un truc plus… Plus intime que juste aller à un spectacle d’impro. » il secouait la tête, décidément bien perplexe malgré les explications qu’avait tenté de lui fournir Sidney « Tu as tes raisons. A priori pas spécialement envie de les exposer, alors je vais me contenter de ça. » et de son rôle de simple livreur afin de ne pas l’embarrasser à nouveau en passant un bon moment. « C’est dommage, j’aimais bien parler avec toi. » avouait-il en lui adressant un regard où pouvait clairement se lire sa déception.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I'm not weard, i'm limited edition (zach)   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm not weard, i'm limited edition (zach)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ràl pink 4 friday (limited edition)
» Must Have des palettes MAC en Edition limitée
» Ice Parade
» KOHLHASE & KOPP - Limited Edition 2013
» DUT Edition ou DEUG lettres modernes ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: RP’s.-