AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥️
» pour «

Partagez | 
 

 Guy, who are you ? Gabriel & Grace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Guy, who are you ? Gabriel & Grace   Mer 19 Aoû - 13:32


Guy, who are you ?

Et ce n’est pas si important qu’on vive heureux pour toujours, ce qui compte, c’est être heureux maintenant. De temps en temps, même si c’est rare, les gens vous surprennent. Et une fois de temps en temps, certaines personnes peuvent vous couper le souffle.


« Je fixe donc une hypothétique entrevue sur les rives, au 5e banc des deux côtés c'est à dire le banc qui se trouve exactement au milieu. Je ne sais pas si tu es déjà allée dans ce coin de la ville mais à cette période c'est tout bonnement magnifique. Je serais là à partir de 18 heures. Je t'attendrais... En espérant que tu viendras.» Et c'est signé « l'homme dont tu feras ce que tu veux. » Je peux presque réciter la lettre par cœur tellement je l'ai lue. Et même à l'envers ! Elle trône au sommet de ma corbeille à courrier. Celle de mon bureau évidemment, celui qui est dans mon appartement... Si elle était sur mon bureau de chez Taylor&co je suis certaine que Gabriel l'aurait trouvée un jour ou l'autre. Ç’aurait signé ma perte et que celle de notre relation si il l'avait lue, ainsi que toutes les lettres précédentes. Comment je pourrais lui expliquer que je joue sur deux tableaux ? J'entame une relation avec lui, cet homme si sexy et si parfait, et derrière son dos je pars rencontrer un admirateur secret qui me laisse toute pantoise. Puisqu'il est évident que je ne vais pas manquer ce rendez-vous. C'est hors de question... ma curiosité est piquée à vif. Malgré toutes mes recherches je n'ai pas réussi à trouver de manière certaine l'identité de ce messager. Tout ce que j'ai ce sont des hypothèses, et encore... je n'en ai pas beaucoup.

Les images de notre dernière soirée en amoureux me reviennent à l'esprit. Je l'ai invité à l'appartement, j'ai fait un repas avec mes petites mains de cuisinière surbookée, j'ai fait cramé la moitié du dîner parce que j'étais trop déconcentrée, et finalement nous avons fait un feu de camp sur le toit de l'immeuble où nous avons grillé des marshmallows pour le dîner. Ce repas aurait pu être une catastrophe, ça avait démarré tout comme en tout cas, mais finalement ça restera une des meilleures soirées que nous avons passées ensemble.  Même l'amende que j'ai eue pour avoir fait un feu de camp sur le toit ne m'a pas dérangée.

Après etre sortie plus tot du bloc grace à Nawael qui m'a gentiment remplacée, je suis au comble de l'exaltation lorsque je m'assois sur le banc. Je croise les jambes et feint la décontraction alors qu'au fond de moi je suis morte d'angoisse. Si il n'arrive pas très vite je risque de me liquéfier. Et si en fait c'était une blague ? Quelqu'un de la concurrence qui cherche à me déstabiliser ? Un employé qui veut se moquer de sa patronne ? Si c'est le cas je raconterai tout à Gabriel, et il se fichera de moi avant de me consoler avec une soirée devant la télé. Bien sur, il ne manquera pas de souligner ma bêtise, ça c'est inévitable...

Le paysage est, comme écrit sur la lettre, splendide. Je dirais même magique... C'est étonnant qu'il n'y ai pas plus de monde d'ailleurs avec un spectacle pareil. Quelques étudiants révisent leurs classeurs pleins à craquer tandis qu'une maman pousse le landau où un bébé dort tranquillement. Mais au loin ce n'est pas un inconnu qui s'approche, c'est Gabriel. Il est vêtu de son fidèle jean et se ballade avec une décontraction étudiée. « Qu'est-ce que tu fais là ? » Je ne peux m’empêcher de souffler, encore ébahie de sa présence ici. Est-ce que c'est lui mon admirateur secret ? Non, pas possible. Est-ce qu'il a lu mes lettres ? Pitié, faites que ça ne soit pas le cas. Le sourire qu'il arbore me rassure quand à ses pensées et je lui offre un sourire un peu crispé. « Heu... désolée, je ne m'attendais pas à ce que tu sois là. » dis-je en m'excusant, les joues rouges de honte. « Tu veux t'asseoir ? » je demande, montrant par la même occasion la place libre à coté de moi. Si mon « admirateur secret » se met à débarquer et vois que je suis occupée, il attendra ou viendra foutre le chao dans ma relation avec Gabriel ?  


Dernière édition par Grace A. Taylor le Mer 19 Aoû - 15:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: Guy, who are you ? Gabriel & Grace   Mer 19 Aoû - 14:36


Guy, who are you ?

Et ce n’est pas si important qu’on vive heureux pour toujours, ce qui compte, c’est être heureux maintenant. De temps en temps, même si c’est rare, les gens vous surprennent. Et une fois de temps en temps, certaines personnes peuvent vous couper le souffle.


C’est le grand jour. Enfin. J’ai la trouille. Encore que c’est un mot qui est bien trop faible pour décrire ce que je ressens. Je suis terrorisé en vérité. C’est aujourd’hui que j’ai donné rendez-vous à Grace dans la dernière lettre anonyme que je lui ai envoyé. J’ai fini par me décider parce que nous avions mis les choses à plat et qu’on avait commencé une vraie relation et que je ne me voyais pas continuer à écrire des lettres comme ça. Et.. Je me mettais à sa place et même moi je trouvais ça perturbant. Elle devait plus ou moins jouer sur deux tableaux, ça devait être plus étrange. En plus, j’étais absolument persuadé qu’elle n’avait absolument pas deviné que c’était moi…
Pour avoir le temps de me préparer à cette entrevue qui pouvait se révéler aussi merveilleuse que catastrophique, j’avais quitté plus tôt en prétextant un rendez-vous je ne sais même plus où. J’étais rentré rapidement et je m’étais préparé, enfilant mon éternel jean et un tee shirt des plus simples. Des baskets et j’étais sorti. Je me sentais beaucoup à l’aise là-dedans que dans le costume de pingouin qui m’avait été imposé aujourd’hui à cause d’une réunion importante. Aussitôt, et ayant peur d’être en retard j’avais pris la route jusqu’aux rives du fleuve.
Cet endroit était magnifique, surtout à cette période. Tout était en fleur et la végétation offrait un cadre calme et assez intimiste qui convenait pour l’occasion. Le 5e banc exactement, c’était celui où la vue était de loin la plus belle. Enfin, marchant au rythme de mes pensées je la vis au loin. Je devais a priori avancer avec décontraction mais au fond j’étais complètement à l’ouest. Sa réaction en me voyant n’arrangea rien.. On aurait dit une chouette prise entre des phares de voiture. Aussitôt, et comme à chaque fois que je la voyais, des tonnes de souvenirs me revinrent en mémoire… La soirée sur le toit de ma maison, passée à discuter, entres autres et la soirée chez elle… Tout se passe tellement bien entre nous. C’est étrange d’ailleurs, j’étais persuadé que ce ne serait qu’une série d’embûches, qu’on passerait notre temps dans un bras de fer perpétuel comme c’était le cas au boulot. Mais visiblement je m’étais trompée. Grace était complètement différente sortie du cadre du boulot. Et, surtout elle était complètement différente dans la sphère privée. Elle gardait ce caractère que j’aimais tant, mais elle était plus douce et moins revendicative. Même si elle avait gain de cause pour ces foutus costumes…
Sa tête, lorsqu’elle m’avait vue m’avait dissuadé de tout lui avouer d’un coup. J’avais peur de tout faire foirer… Je n’aurais jamais du envoyer ces lettres. J’ai été terriblement con sur ce coup là. Je risquais de mettre fin à une relation qui me rendait heureux comme je ne l’avais plus été depuis bien longtemps…
Lorsque je fus assez près, elle me demanda ce que je foutais là, se corrigeant immédiatement en me disant qu’elle ne m’attendais pas à me voir ici et que je pouvais m’asseoir. Ce que je fis, tout en la rapprochant de moi. J’avais envie de l’embrasser mais je me retins, elle pensait encore attendre son admirateur secret alors ce ne serait peut être la meilleure à faire. Je me contentais donc de répondre à sa question.

« Je me promène, il fait beau et j’avais besoin de prendre l’air. Et toi qu’est ce que tu fais là ? »

Ouh, le gros mensonge… Je n’allais de toute façon pas lui dire de but en blanc que j’étais celui qu’elle attendait. Bien que ce soit plutôt mignon formulé comme ça… Je ne pus m’empêcher d’ajouter une petite touche d’humour à cette rencontre.

« Tu attends un admirateur secret ? Tu as l’air toute chose là.. A moins que ce ne soit moi qui te fasse cet effet ? »

Dans ma poche, je sentais la dernière lettre que j’avais écrite pour cet occasion me brûler les doigts. Mais ce n’était pas le bon moment, pas encore. Je regardais autour de moi, essayant de masquer mon stress le plus possible et me tournais de nouveau vers lui, posant ma main dans son cou pour jouer avec ses cheveux.

« Comment s’est passée ta journée Princesse ? L’hôpital, ça a été ? D’ailleurs, c’est cool que tu sois sortie aussi tôt, c’est rare. J’espère bien que tu comptais me prévenir, on aurais pu faire des projets pour la soirée. »

De nouveau un sourire malicieux suivi d’un clin d’œil pour orienter la conversation vers tout, sauf ce dont je voulais parler.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: Guy, who are you ? Gabriel & Grace   Lun 31 Aoû - 1:19


Guy, who are you ?

Et ce n’est pas si important qu’on vive heureux pour toujours, ce qui compte, c’est être heureux maintenant. De temps en temps, même si c’est rare, les gens vous surprennent. Et une fois de temps en temps, certaines personnes peuvent vous couper le souffle.


« Je me promène, il fait beau et j’avais besoin de prendre l’air. » D'accord, donc je peux prendre la même excuse pour expliquer ma présence ici alors ? Même si ça ne me ressemble pas, c'est encore plausible. « Tout pareil. A croire qu'on est connectés, toi et moi. » dis-je en le regardant droit dans les yeux, le regard pétillant de joie. Si extérieurement je feins la décontraction, intérieurement ça ressemble plutôt à « Oh mon Dieu mais qu'est-ce qu'il fou là ? Putain mais qu'est ce que je fais ? Au secours, à l'aide, un homme à la mer, appelez une ambulance ! ». Oui, autant dire que je suis paniquée et que mon cœur bat si fort qu'il pourrait sortir de ma cage thoracique. « Tu attends un admirateur secret ? Tu as l’air toute chose là.. A moins que ce ne soit moi qui te fasse cet effet ? » La panique gagne mon regard et noue mes cordes vocales. Un gémissement étranglé sort de ma bouche alors que je voulais parler. Cependant le nœud qui obstrue ma gorge ne veux pas me laisser tranquille. « Un admirateur quoi ? Tu déconnes là ? » Les mots franchissent plus ou moins facilement la barrière de mes lèvres. Je ris nerveusement afin de me donner une contenance, puis j'essaie de noyer le poisson : « Non, c'est que je ne pensais pas te voir là. Tu m'as surprise, c'est tout. Mais je suis contente de te voir. » C'est vrai qu'en ce moment je ne le vois pas autant que je voudrais. Nous nous rencontrons dès que nous le pouvons mais entre l’hôpital et l'entreprise je commence à penser que je devrais faire un choix, au risque de négliger l'un ou l'autre. J'ai de la chance que Nawael m'aide à ce point à l’hôpital. Elle me couvre ou me rappelle certaines procédures... nous fonctionnons très bien ainsi.

Il ne me faut pas très longtemps avant de me rendre compte qu'il est stressé. Gabriel est là pour se détendre toutefois je sens qu'il est tendu malgré la main qu'il pose délicatement dans mon cou. J'adore qu'il joue ainsi avec mes cheveux. C'est bête mais je me sens encore adolescente sous ces caresses, alors que j'ai vingt huit ans. Je me rapproche encore un peu jusqu'à poser ma tête sur son épaule. Pourquoi attendre la venue d'un admirateur secret alors que je l'ai à mes cotés ? Il est tout ce dont j'ai besoin. Je n'aurais pas du jouer à ce petit jeu alors que Gabriel et moi sommes en couple. Un couple un peu spécial, mais un couple quand même. « Comment s’est passée ta journée Princesse ? L’hôpital, ça a été ? D’ailleurs, c’est cool que tu sois sortie aussi tôt, c’est rare. J’espère bien que tu comptais me prévenir, on aurais pu faire des projets pour la soirée. » Je souris naïvement, un air béat ancré sur le visage. « On peut encore en faire, des projets. Il n'est pas trop tard... » dis-je en gloussant comme une gamine. Mon ton suggestif a du le mettre sur la piste de ce à quoi je pense et ça a du faire le chemin jusqu'à son esprit. Lui aussi prend cet air malicieux que j'adore tant. C'est celui qu'il emploie quand il a quelque chose derrière la tête et en général j'aime ce qui s'y trouve. « Ça s'est plutôt bien passé. Je crois que j'ai fait forte impression sur une chef de service mais je verrais bien par la suite ce que ça donne. Un peu long  par contre... j'avais hâte de retrouver mon prince charmant. » Je me redresse et prend son visage à deux mains puis, délicatement, je glisse mes lèvres contre les siennes. Il ne se départis pas de sa rigidité... ce qui m'inquiète un peu. Se serait-il passé quelque chose au bureau ? « Et toi ? Tu vas me dire ce qui te stresse comme ça ? » 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: Guy, who are you ? Gabriel & Grace   Lun 5 Oct - 23:38

Je vais me dégonfler. Je sens que je vais me dégonfler. Ca fait un moment que j’essaie de lui dire que c’est moi qui écrit les lettres qu’elle reçoit mais j’ai peur de la décevoir et peur qu’elle me fasse bouffer toutes les lettres sans même me laisser boire un verre d’eau entre deux. Parce que oui, elle est en largement capable. J’irais même jusqu’à dire que c’est plutôt son style en fait... Jusque-là, j’ai donné le change. J’ai même glissé une petite vanne sur ce qu’elle attendait et en voyant sa réaction je m’en veux. Je sens bien que je l’ai surprise. Elle doit se sentir coupable et pas forcément à l’aise..
Doucement, je caresse son cou et elle vient se lover sur mon épaule. Sans plus attendre je lui dit que je suis content de la voir et elle me glisse même qu’il n’est pas encore trop tard pour faire des projets. Je suis choqué et là je ne sais pas trop comment réagir… Elle me parle de sa journée à l’hôpital, détournant elle-même son attention et me laissant le temps de réfléchir à ce que je vais faire. Je me demande si je vais lâcher l’affaire et laisser tomber cette histoire de lettre et aller jusqu’au bout. Ce serait dommage d’avoir fait ces efforts et de ne rien lui dire. Et du coup de la laisser dans l’expectative comme ça. Mais est ce que je suis prêt à prendre ce risque ? Est-ce que je suis prêt à sacrifier une relation qui s’annonce idyllique ? En parlant de ça, elle m’embrasse et elle vient de me demander ce qui n’allait pas.
C’est le moment ou jamais je crois. Je décide que si je ne le fait pas maintenant, je ne le ferais jamais. Je me tourne vers elle et l’enlace puis l’embrasse passionnément. Comme si c’était la dernière fois. Et ça l’est peut être après tout… A bout de souffle, je lui souris et je me lève. Je la regarde dans les yeux et me décide enfin à glisser la main dans la poche intérieure de ma veste. J’en sors une lettre, la dernière et je la lui tends sans dire un mot. Sans dire un mot parce que ma gorge est serrée. C’est un coup de poker que je joue là, et Grace est pire que le pire des bluffeurs. Il m’est complètement impossible de prévoir sa réaction. Si ça se trouve quand je vais m’éloigner elle va me sauter sur le dos et essaye de m’égorger avec l’attache de son sac à main… Bon j’extrapole un peu là. Mais je lui ai donné la lettre et je lui souris une dernière fois, vraiment la dernière cette fois avant de tourner les talons. Je marche doucement, on ne sait jamais.

« Ma très chère Grace.
Si je te donne cette lettre, c’est que j’ai enfin trouvé le courage de le faire. Tu es en train de dire de faire quoi, je te connais. Tu veux que je l’écrive probablement. Tu as besoin de le voir pour y croire comme toujours. Laisse-moi m’expliquer avant d’avoir envie de me tuer…
Je t’ai écrit ces lettres. Ne cherche pas plus loin, c’est moi. Je ne sais pas qui tu as bien pu imaginer dans ce rôle et honnêtement je préfère ne pas le savoir… Je les ai écrit parce que je ne savais pas comment t’approcher. Je ne savais pas quoi faire d’autre pour attirer ton attention. Je te promet que ça partait d’une bonne attention. Je n’ai jamais rien voulu faire qui puisse te blesser. Je voulais juste que tu me regardes et qu’on puisse se réconcilier. Je suis amoureux de toi Grace, et ce depuis un moment déjà. Mais après la nuit que nous avons passée ensemble, tout me semblait comme figé. Tu étais redevenue la reine de glace…
Alors voilà. Maintenant tu sais. J’espère que tu ne m’en veux pas, j’espère qu’on pourra continuer notre relation et j’espère que je n’ai pas perdu ta confiance… Je marche doucement, je te le dis. Très doucement…
Gabriel, l’homme qui ferait n’importe quoi pour toi (même porte un smoking…)
Je t’aime.
PS : Je sais que cette lettre n’est pas très très romantique mais je te promet que je me rattraperais… »

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: Guy, who are you ? Gabriel & Grace   Dim 1 Nov - 2:18



Une atmosphère pleine de mystère rode désormais autour de nous. Gabriel est tendu, nerveux, … si je ne le connaissais pas mieux je jurerai qu'il s’apprête à faire quelque chose comme se mettre à genou et m'offrir une bague. D'où la nervosité. Mais monsieur costume cravate n'est pas du genre à faire ça après seulement quelques semaines d'une relation éblouissante. Je sais que je l'aime et cela me suffit, j'ai déjà mis trop de temps à l'admettre et je ne veux plus perdre une seule seconde.

Son attitude se fait plus grave et le regard profond qu'il me lance accentue encore plus cette impression. Qu'est-ce qu'il se passe au juste ? Lorsqu'il me tend une feuille de papier je fronce les sourcils, ne sachant de quoi il s'agit. Mon esprit échafaude des dizaines d'hypothèses scabreuses sur la nature du document : les résultats d'une prise de sang ? Un papier à signer pour l'entreprise ? Une lettre de rupture ? Tout sauf ce que c'est réellement. Je le découvre avec appréhension après avoir regardé Gabriel partir. Mes yeux sont pleins de détresse. Je devais rencontrer mon admirateur secret et cette soirée ne s'est pas du tout déroulée comme je le prévoyais, loin de là.

La feuille dépliée, je constate que c'est une lettre manuscrite, de la même écriture que celles que j'ai reçues depuis des mois. Pourquoi Gabriel la détenait-il ? Et pourquoi est-il parti comme ça ? Encore une fois je m'emballe. C'est une caractéristique que je ne peux refouler. Alors je lis les phrases couchées sur le papier. Ces phrases qui, je m'en rends compte maintenant, sont de Gabriel depuis le début. C'est dingue de penser qu'il était là, sous mon nez, et que je lui cachais une chose pareille. Il n'a pas fait cela pour me tester, mais pour me dire clairement qu'il m'aimait et cela me met du baume au cœur.

Il n'y a rien de plus à dire : tout est écrit noir sur blanc. Ses pensées, son ressenti, ses émotions, … ce qu'on s'est infligés à nous-même est complètement débile quand on y pense. Surtout moi envers lui... j'aurais du lui parler de ce que je ressentais plutôt que de me cacher de lui. L'identité de mon admirateur plus si secret que ça me paraît évidente à présent que la solution est sous mes yeux. Gabriel est le seul à connaître ces détails de ma vie, et notamment la coexistence de deux facettes : la femme d'affaire, et l'étudiante en médecine.

Dès que j'ai repris mes esprits je me lève, encore un peu hébétée, et je cours vers lui. « Gabriel ! » je crie tout haut pour qu'il m'entende et s’arrête. Je pourrais être énervée, en rage et même furieuse, mais je comprends ses motivations. Oui j'ai été bernée, pour la « bonne cause » en quelque sorte. Lorsque je le rattrape je pose la main sur son bras et le regarde, une pluie d'étoiles scintillant dans mes yeux. « Moi aussi, je suis amoureuse de toi. » dis-je sans hésitation. Puis je prend son visage entre mes mains et l'embrasse fougueusement, oubliant la panique qui a suivi son arrivée et la peur que j'ai éprouvée en pensant qu'il avait découvert mon secret. « Je suis désolée de m’être éloignée comme ça. C'était le chao dans me tête et je devais prendre du recul. » C'est le moins que l'on puisse dire ! « Tu es un sacré cachottier dis-donc. » je ris doucement, la tête calée contre son cou.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Guy, who are you ? Gabriel & Grace   

Revenir en haut Aller en bas
 

Guy, who are you ? Gabriel & Grace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bon anniversaire Gabriel
» Il Divo : la musique est éblouissante ``Amazing Grace``
» colonel Gabriel de Sairigné
» Jérémy Gabriel, l'enfant qui chante ses rêves
» Sérum État de grâce (Full of Grace)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: RP’s.-