AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥
» pour «

Partagez | 
 

 I'm watching you - Leo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

informé

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 798
POINTS : 4475



MessageSujet: I'm watching you - Leo   Ven 29 Avr - 21:33



   
I'm watching you
Leo VS Kaylee
Le temps me paraissait plus maussade que d'habitude ces derniers temps. Manchester restait froid et humide malgré le timide soleil de printemps qui commençait peu à peu à réchauffer les rues. Mais peut-être que ce paysage en tristes nuances de gris n'était vu que par mes yeux. Peut-être que c'était moi qui ne parvenais pas à me ravir comme chaque année de l'arrivée des bourgeons, des arbres fleuris et des oisillons dans leurs nids. Du retour de la vie.

J'étais certaine qu'Amanda aurait elle aussi apprécié pouvoir observer à nouveau ce cycle éternel de la nature, et sentir la douce caresse solaire sur ses épaules. Mais le problème était là. Amanda s'était éteinte, en même temps que l'hiver. Fauchée en pleine existence. Fauchée à pleine vitesse sur une route un peu trop dangereuse. Sa disparition laissait derrière elle un vide glacial qu'il était pour l'heure trop difficile encore à réchauffer.

Si Amanda Scrolls avait été l'image type d'un modèle à suivre dans le cadre de ma profession, elle s'était également révélée être une bonne amie par la suite. Londres, c'était pas la porte à côté. Malgré tout j'aimais toujours autant recevoir de ses nouvelles, et venir de temps en temps visiter sa grande ville avec elle. J'ai été choquée de son décès. Et puis, j'ai finalement senti une profonde peine pour les enfants qu'elle laissait derrière elle. Les minis Scrolls avaient réussi à me faire fondre comme un morceau de chocolat. Alors je n'ai pas pu m'empêcher de me demander ce qu'ils allaient devenir. J'avais eu beaucoup de sales images en tête ; Famille d'accueil, ou pire encore, orphelinat ? Mais non. Ils avaient été confié à de la famille. Un oncle. Un type dont je n'avais jamais entendu parler, étrangement. Clairement, je trouvais ça un peu louche. Cet homme n'avait pas l'air si proche de la famille d'Amanda. Et voilà qu'à présent il réapparaissait pour emmener une bande de mômes avec lui. Vous voulez mieux ? Il habitait à Manchester. Ouais, et pas si loin de chez moi en plus.

L'envie avait été trop grande pour pouvoir passer outre. Et de toute façon, plus je me répétais que je n'avais plus rien à voir avec les histoires de cette famille, plus j'imaginais un oncle monstrueux en train de terroriser les enfants. Du genre un vieux type grisonnant, avec une moitié de calvitie et un ventre énorme rempli de bières et de pizzas. Mon esprit tordu le concevait sans peine, avachi sur un canapé miteux datant d'un autre siècle, un t-shirt sale sur le dos et un jean usé en bas des fesses. Et peut-être … que ce gars était complètement fauché, seul et sans travail. Et si il avait décidé de récupérer sa bande de neveux juste pour toucher un petit paquet niveau allocation ? Et si il ne leur avait même pas aménagé une chambre correcte ? Ou peut-être qu'il ne leur cuisinait que des petits pois en boîte. Ou juste du pain rassi. Ou des vieilles croûtes de pizza !

Non vraiment, il était devenu nécessaire pour le bien de mon sommeil que j'aille vérifier par moi même que les minis Scrolls allaient bien. Alors hier soir j'avais pris soin d'éplucher l'annuaire, à la recherche de ce fameux Leo et de sa bidoche pleine de bière. Ce matin, j'avais dévalisé le rayon sucrerie du supermarché du coin. C'est avec mon sac à main bourré de chamallows et de chocolat que je me présentai à présent devant le domicile silencieux de l'oncle Scrolls.

D'un œil suspicieux, je notai intérieurement que la toiture ne tombait pas en ruine, et que les fenêtres n'étaient pas calfeutrées avec du papier journal jauni. Mais peut-être qu'il ne s'était pas débarrassé des enfants en les enfermant dans les combles … L'idée de vérifier si la propriété ne contenait pas une cave me traversa l'esprit un bref instant.

Chassant mes visions morbides d'un mouvement de la main, je remontai la petite allée jusqu'à la porte d'entrée du loft. Je rajustai mon sac à main sur mon épaule, bombai un peu du torse pour me donner un air effrayant et impitoyable, puis toquai trois coups contre le bois du panneau. Les secondes s'effilochèrent dans le silence, jusqu'à ce qu'un petit remue-ménage semble se manifester de l'autre côté du mur. La serrure cliqueta un instant. Et la porte s'ouvrit enfin. Sur du vide. L'un de mes sourcils s’arqua franchement sur mon front, jusqu'à ce que je perçoive du mouvement un peu plus bas. Une petite frimousse aux joues rebondies m'accueillit.

- Oh, mais qu'est-ce que tu fais là toi ? Lançais-je alors, complètement stupéfaite de voir le plus petit marmot d'Amanda m'ouvrir la porte.

Je me baissai dans l'optique de le hisser dans mes bras. Un gémissement étouffé m'échappa alors que le poids du gamin ne décolla pas d'un minuscule centimètre.

- Hm, tu as grandi toi … Tu es tout seul ?

Sans vraiment attendre d'explication de la part d'un enfant de six ans, je poussai la porte du loft dans l'espoir d'en voir un petit peu plus. Une petite main jaillit dans les airs et tira sur mon sac à main, d'où s'échappaient mes paquets de sucreries. Ma tentative d'intrusion fut ainsi interrompue, si bien que je me retrouvai avec un pickpocket version figurine pendu à l'épaule.

- Mais, enfin, arrête ça ! Et puis, ce n'est pas bien d'ouvrir la porte aux inconnus ! Où est ton oncle ? Sermonnais-je, poings sur les hanches.
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I'm watching you - Leo   Dim 1 Mai - 12:18




Vendredi soir, fin d’une semaine éprouvante. En temps normal, Leo aurait enfilé un costume élégant et mettant son corps qu’il entretenait régulièrement, en valeur. Il aurait bu quelques verres, aurait repéré une belle demoiselle dans la salle et l’aurait abordée l’air de rien. Quelques blagues, quelques regards, ses dents auraient titillé sa lèvre inférieure assez discrètement pour ne pas avoir l’air débile mais assez intelligemment pour que la belle comprenne. Leo lui aurait proposé d’aller prendre l’air parce qu’il faisait chaud, ils seraient sortis et auraient échangé le premier baiser. Après ça, tout allait toujours beaucoup plus vite. Leo aurait hélé un taxi, ils auraient continué les joyeusetés dans le véhicule, se fichant éperdument du regard noir du chauffeur. Et puis, ils seraient arrivés chez lui. La porte se serait ouverte en fracas tandis qu’elle aurait passé ses bras autour de son cou et lui aurait littéralement sauté dessus. Ils se seraient arrêtés au canapé et auraient succombés sur les coussins moelleux.

Ça, c’est ce qui aurait dû se passer. Mais ce vendredi soir, Leo n’avait pas enfilé de costume. Il avait gardé son jean, sa chemise noire mal repassée et était resté dans le canapé silencieusement. Andy et Silver étaient restés collés à lui toute la soirée. Le plus petit de ses neveux, le plus touchés par la perte de ses parents, était littéralement dans ses bras tandis que le second, qui voulait jouer au grand, tentait de rester à l’écart. Cela ne l’avait pas empêché de finir endormi, la tête écrasée contre l’épaule de son oncle. Ils avaient regardé le premier Roi Lion en entier et comme Andy refusait d’aller dormir, ils avaient dû regarder le second. Pendant tout ce temps, India était restée accrochée à son téléphone portable. Pinterest, twitter et snapchat ouverts en même temps.

C’était ça, sa vie désormais. Leo ne réalisait toujours pas comment en quelques jours, toute son existence avait pu chavirer. Son grand-frère était parti, sa belle-sœur aussi et ils avaient laissés derrière eux un monde moins beau. Leo n’avait rien d’un papa, il était plutôt l’inverse d’un adulte responsable. Jamais il n’aurait cru avoir à s’occuper de gamins aussi tôt, dans son esprit, il se laissait encore quelques belles années d’amusement avant de se poser avec une belle et jeune demoiselle et envisager les enfants. Sauf qu’India, Andy et Silver n’avaient que lui. S’il avait refus leur garde, ils seraient partis en foyer d’accueil ou dans un orphelinat. Leo n’avait jamais vécu ce genre de déboires, il n’avait que les mauvais clichés qu’on voit à la télé en tête. Dans les séries, les gamins placés là-dedans finissent dealers ou danseuse dans les boîtes de strip-tease. Il voulait mieux pour ses neveux et sa nièce, alors il avait tout sacrifié.

Et dire qu’il avait tout sacrifié n’était pas un euphémisme ! Quand Leo rentrait à la maison, le silence reposant qui l’accueillait avait été remplacé par les cris, les pleurs, les musiques de jeux vidéo ou de dessins animés. Son loft d’habitude bien rangé grouillait de jouets par-ci par-là, de vêtements jetés négligemment, de feuilles avec des dessins oubliées sur les meubles. Heureusement, India faisait tout pour l’aider à maintenir un peu d’ordre. Leo avait aussi sacrifié sa vie privée car désormais, ramener une conquête à la maison se révélait difficile. Même les soirées entre amis étaient compromises par les pleurs ou les frayeurs nocturnes. Ils avaient tout accaparé ! Jusqu’à son propre lit car parfois, ils se réveillaient en pleurs, suppliant le ciel de leur rendre leurs parents. Dans ces tristes moments de solitude, ils rejoignaient leur oncle qui se retrouvait bien obligé de leur dire combien leurs parents les aimaient et qu’à jamais, ils veilleraient sur eux. Souvent, ils s’endormaient au court de ces longues discussions. En bref, Leo devenait dingue.

Ce samedi matin, Leo s’était permis sa première grasse matinée depuis le drame. Il avait confiance en India et savait qu’elle s’occuperait de ses jeunes frères durant son absence. Toutefois, le bruit de la porte lui fit redresser la tête. Des voix parvinrent jusqu’à ses oreilles et il poussa un profond soupir. L’homme quitta son lit à grands regrets, passa un t-shirt noir et descendit les escaliers encore endormi. Andy était pendu au sac d’une inconnue qui lui demandait d’arrêter et qui réclamait de voir son oncle. Leo poussa un nouveau soupir, qu’est-ce qu’elle lui voulait ? Encore une représentante venue vendre des produits pour la marque X ou Y ? Encore une assistante sociale qui venait vérifier qu’il n’était pas un psychopathe en puissance ? Ou peut-être était-ce une voisine, dérangée par le brouhaha des gamins ? Leo attrapa Andy et le souleva du sol pour le déposer sur ses épaules. Le gosse pouffa de rire et joua avec les cheveux de son oncle.

- Salut. C’est pour quoi ?

Il l’accueillait en caleçon et t-shirt, pieds nus, les cheveux en bataille, des cernes violacés sous les yeux et le teint livide. Dommage ... parce qu’en plus, elle était grave sexy la voisine assistante sociale représentante !

Revenir en haut Aller en bas

informé

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 798
POINTS : 4475



MessageSujet: Re: I'm watching you - Leo   Dim 1 Mai - 20:21

HJ:
 



   
I'm watching you
Leo VS Kaylee
Le marmot à la moue soudainement boudeuse disparaît de sous mes yeux pour réapparaître deux têtes au-dessus de moi. Éberluée, je découvre alors le fameux et tant redouté … l'abominable oncle Scrolls. Une mine vaseuse, une coupe d'enfer, et un style débraillé. Je m'attarde un instant sur son caleçon, un brin perturbée de me retrouver face à cet accoutrement. Mes yeux inquisiteurs remontent ensuite sur un abdomen caché sous un t-shirt un peu froissé, pour y deviner quelque chose visiblement plat, là où je m'attendais à voir un ventre débordant de cheeseburgers. La question de l'homme fuse, et sa nonchalance me déstabilise encore plus. J'étais prête à en découdre, bec et ongles, et voilà que ce type m'accueille comme si j'étais le livreur de pizza. Et un livreur de pizza ne se fait jamais mal accueillir. Surtout pas quand on est un abominable oncle Scrolls. Je croise son regard, la bouche ouverte d'une façon certainement un peu idiote. Mais déjà Andy me devance et répond lui-même à l'interrogation, en sautillant gaiement sur les épaules vaillantes de son perchoir humain.

- Kaylee ! Kaylee ! Kaylee ! Les bonboooons !

Je hausse à nouveau un sourcil sceptique. Cet enfant n'a pas vraiment l'air d'être maltraité. En fait, c'est plutôt Leo Scrolls qui semble endurer mille et un sévices. Un instant je crains même de voir le petit diable s'amuser à lui arracher quelques touffes de cheveux, tant sa joie est grande face aux friandises cachées dans mon sac. Néanmoins, je refuse d'être venue jusqu'ici pour me contenter d'une simple entrevue sur ce paillasson, pour ensuite faire miner de m'être trompé d'adresse et de filer comme une voleuse. Reprenant mon aplomb, je me redresse d'un air plus sérieux et reporte mon attention sur le type en face de moi. En plissant les yeux, il me semble apercevoir la marque d'un oreiller marquer le coin de sa joue. Je me racle la gorge.

- Hm, « salut » … Je suis Kaylee, mais je crois que l'effet de surprise est gâché. Je suis … J'étais une amie d'Amanda, et j'ai appris que ses enfants vivaient à Manchester maintenant, donc …

Je laisse ma phrase en suspens, évitant d'ajouter que je suis venue m'assurer que ses mômes étaient toujours en vie. J'aurais peut-être dû lui adresser un petit sourire à la fin de mon intervention, pour lui prouver mes bonnes intentions. Après tout, de son point de vue c'est moi l'inconnu. Et c'est aussi moi qui distribue des bonbons à ses bambins. Malgré ça je ne peux pas m'empêcher de le détailler à nouveau de haut en bas, intriguée sans le vouloir par ce physique pour le moins inattendu.

- Je vous avais imaginé plus … Enfin, moins … Plus différent.

En réalité Leo n'a rien du vieux morceau rabougri avachi dans le fond de son canapé râpé. Il n'a pas de poils monstrueux sur les oreilles, et tout compte fait, sa bidoche paraît même plutôt sculptée et travaillée. Une petite barbe naissante et piquante s'étend tout de même sur son menton, et le visage qui me renvoie mon regard me fait un peu penser à celui d'un mort-vivant. Mais détails négligés mis à part, dans l'hypothèse lointaine où je me serais montrée objective, j'en serais probablement venue à la conclusion que l'affreux oncle Scrolls était finalement plutôt bien foutu.

Mon inspection terminée, je croise à nouveau la couleur sombre de ses iris. Fronçant les sourcils à présent, je ne peux m'empêcher d'ajouter d'un air dubitatif, avec une délicatesse totalement abrupte :

- Est-ce que vous allez bien ? Je veux dire … On dirait que vous êtes proche du burn-out. C'est assez effrayant. Vous devriez manger le matin. Vous voulez un morceau de chocolat ?  
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I'm watching you - Leo   Lun 2 Mai - 22:13




Ce regard qui le fixe, aussi intense soit-il, n’a rien de la vision robotique et mécanique des vendeurs faisant du porte-à-porte. Première hypothèse écartée. Les assistantes sociales étaient souvent habillées en tailleur ou en robe assez basique, transportant une valise remplie de papiers de tas de gosses malheureux avec elles. Cette femme n’en avait pas. Hypothèse number two à la poubelle. Restait toujours la théorie selon laquelle il s’agissait d’une voisine mécontente. Celle-ci s’avéra fausse lorsqu’Andy se manifesta en sautillant sur les épaules de Leo et en appelant la personne par son nom. Kaylee. Il tend même les bras vers elle et lui réclama allègrement les bonbons.

L’esprit de Leo dormait encore mais plus assez pour croire à une coïncidence. Qui était-elle au juste ? Et que venait-elle faire sur le pas de sa porte ? La belle brune leva le mystère assez rapidement. Elle s’appelait donc bien Kaylee, était une amie d’Amanda et venait clairement s’assurer que les gamins étaient entre de bonnes mains. Même fatigué et éreinté par l’énergie débordante de trois jeunes, Leo l’avait parfaitement compris. Ce fut à son tour d’arquer un sourcil, sur le coup, il le prit un peu mal. Toute sa vie était foutue en l’air, les assistants sociaux se succédaient pour vérifier telle ou telle chose, les proches des gamins qui vivaient encore à Londres les harcelaient au téléphone. Bref, Leo n’était pas sûr de vouloir que même les amis viennent vérifier ce qu’il faisait.

- Bonjour Kaylee.

Il lui adressa un petit sourire car malgré tout, il restait Leo et elle, elle restait une femme plutôt attractive. Cependant, le prof ne comptait la laisser assouvir sa curiosité sans avoir vérifié au préalable qu’elle n’était pas là par simple plaisir coupable mais malsain. Elle le surprit en lui révélant l’avoir imaginé autrement. Différent ? Leo n’était pas certain de saisir ce que l’inconnue lui disait mais son réveil devait y jouer un rôle. Il ne répliqua rien, haussa légèrement les épaules.

Kaylee prit ensuite le temps de l’étudier. Il le savait car le regard de la demoiselle le passa au crible comme il le faisait si souvent avec les gens qui l’entouraient. La conclusion tomba et fut fatale et désagréable. Leo fronça à son tour les sourcils en entendant ce que la brune lui disait. Il reposa Andy au sol et lui demanda d’aller jouer au salon. Inutile que le petit entende ce qu’il allait dire à cette inconnue.

- Si vous voulez tout savoir, non, je ne vais pas bien ! J’ai enterré mon frère , sa femme et l’un de leurs gamins y a peu, j’ai adopté mes deux neveux et ma nièce qui me bouffent chaque seconde de mon existence et chaque mètre carré de mon loft. Franchement, c’est pas un morceau de chocolat dont j’ai besoin mais juste d’une nuit de huit heures de sommeil sans être réveillé par un gamin qui pleure après une mère qu’il ne reverra jamais.

Leo était à bout de souffle après avoir lâché ça, son visage était rouge et sa voix avait légèrement haussé le ton. Pas assez fort pour qu’Andy puisse l’entendre mais bien assez pour que Kaylee comprenne le message. Il était énervé, blessé, détruit, en deuil tout simplement. Et bien qu’il regrettait déjà avoir mal parlé à cette personne, Leo en avait eu besoin. Elle avait titillé le lion et en avait donc vu les crocs.

- Désolé. Je ne voulais pas vous crier dessus ou être désagréable, c’est juste que ... tout ça, c’est nouveau pour moi. Je suis paumé.

Il n’avait aucunement peur ou honte de le dire car de toute façon, son visage épuisé le hurlait à pleins poumons. Ses étudiants le voyaient, ses collègues le voyaient, ses amis le constataient avec effroi. Leo avait besoin de repos, de vacances. Et pourtant, cette cohabitation qui durerait encore une bonne dizaine d’années, n’était pas du tout prête de s’achever. Mais Leo continuait de culpabiliser d’avoir réprimandé cette femme qui n’avait probablement aucune mauvaise intention et qui voulait juste s’assurer que les trois gamins allaient bien. Il ouvrit la porte plus grand et l’invita à entrer :

- Si ma petite crise d’hystérie ne vous a pas effrayée au point de fuir en courant. Entrez, je vous en prie. Voir un visage familier leur fera plaisir.

Revenir en haut Aller en bas

informé

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 798
POINTS : 4475



MessageSujet: Re: I'm watching you - Leo   Mar 3 Mai - 22:33



   
I'm watching you
Leo VS Kaylee
Le visage de Leo changea sensiblement. Le léger sourire au milieu de sa moue encore un peu endormie s'évapora dans les airs. Ses traits se durcirent, son regard se fit plus franc, et son corps entier sembla se tendre le temps d'un instant. Les mots sifflèrent à mes oreilles, tandis que j'observai le véritable visage de cet homme d'apparence pourtant si calme. Le visage d'un cœur brisé.

Sans essayer d'en placer une, je me contentai de mordiller l'intérieur de ma lèvre en concluant que tout compte fait il était bel et bien à deux doigts de faire un burn-out. Au moins le teint un peu pâle de Leo avait repris un peu de couleur. Mais pour le coup je me demandais sérieusement si j'avais à y gagner. Un homme vexé est un homme énervé. Et un homme énervé claquait facilement la porte au nez de l'imprudente venue lui casser les pieds. Pourtant son timbre irrité finit par s'apaiser. Surprise, je l'entendis se confondre en aveux personnelles et excuses sincères. Était-ce le monde à l'envers ? Ou ce type était réellement trop gentil pour être vrai ?

- Wow. Ça va mieux ?

Je penchai légèrement la tête sur le côté pour mieux sonder les diverses expressions de son regard, réellement piquée par son état. Sa colère m'était passé à des années-lumière au-dessus du crâne. Mais le fait de le voir m'exposer autant de choses en si peu de temps avant quelque chose d'un peu étourdissant. Et en disait beaucoup sur le poids qui semblait rudement peser sur ses épaules. Quelque part, je n'étais pas certaine de pouvoir endosser la responsabilité d'écouter la lourdeur de ce deuil. Tout simplement parce que j'essayais moi-même de chasser cette tristesse de mon quotidien depuis quelques jours. Et quand bien même ma peine n'était nullement comparable à celle de Leo, j'étais certaine qu'il aurait préféré sortir tout ceci à quelqu'un d'autre que l'affreuse nana venue le sortir du lit un dimanche matin pour lui avouer qu'il ressemblait à un cadavre.

Un véritablement petit sourire perça enfin la rigidité inhabituelle de mes lèvres. Je pris la liberté de m'avancer d'un pas vers lui, troublant rien qu'un peu l'espace vital entre nous deux. Ma main se leva et vint doucement presser son bras.

- Vous avez raison. Ce n'est pas de ça dont vous avez besoin. En fait, je vous prescrirai plutôt un chocolat chaud. Dans un gros mug. Avec une bonne couche de crème fouettée. Vous devriez essayer, je vous assure.

Je hochai alors la tête avec le plus grand sérieux du monde, pleinement certaine de la magie de mon remède. Rien de tel pour mettre un peu de baume et de douceur sur quelques blessures invisibles, juste le temps d'une tasse au mélange sucré. C'est alors que la porte s'ouvrit, dans le but de me frayer un passage accueillant à l'intérieur de la maison. D'un air dubitatif, j'observai à nouveau l'oncle Scroll m'inviter à entrer chez lui. Le temps fila tandis qu'un léger silence plana juste après sa proposition.

- Vous voulez que je vous prépare ce mug ? Demandais-je alors d'une voix suspicieuse, sans m'imaginer un seul instant que nous n'étions pas du tout sur la même longueur d'onde.

Mais finalement ça n'avait pas tellement d'importance. Tout compte fait Leo ne me faisait plus vraiment penser à un affreux ours grognon. Mais plutôt à un grand enfant aux cheveux défaits, qui avait juste besoin d'un gros câlin. Alors un chocolat chaud, pourquoi pas. Je décrochai mon sac à main de mon épaule, comme pour lui signifier que j'acceptais de pénétrer dans son antre. Un second sourire tira mes joues, un brin malicieux cette fois.

- Et pas de problème, pour la « crise d'hystérie ». J'en ai vu d'autres, et qui aboyaient bien plus fort que ça.

Peu désireuse de lui avouer que j'étais mentalement en train de le comparer aux Yorkshires Terrier teigneux de ma clinique vétérinaire, je laissai mes pas suivre le chemin qui m'était ouvert. Je passai devant Leo, les yeux dévorant de curiosité. Concernant son loft, il n'avait pas menti. Les enfants d'Amanda y avaient très bien trouvé leurs marques, pour ne pas dire qu'ils avaient totalement conquis les lieux. Quelques vestes traînaient sur le dossier d'une chaise qui n'avait pourtant rien demandé. Une peluche oubliée profitait aisément du confort du canapé. Un peu partout sur le sol, une armée de petites voitures et jouets en tous genres hurlaient haut et fort que ce territoire appartenait désormais plus à Andy qu'à quiconque d'autre. Je m'arrêtai brusquement en repérant justement la petite tête de l'enfant occupé à jouer dans un coin du salon. Je reculai d'un pas, au risque de percuter Leo qui devait probablement m'emboîter le pas, avant de pivoter mécaniquement sur mes pieds. D'un geste, j'ouvris en grand mon sac à main débordant de sachets de sucreries.

- Je devrais peut-être vous donner ça maintenant. Avant de me faire à nouveau sauter dessus … Et puis j'ignore complètement s'ils ont le droit de se gaver de bonbons, en fait … lançais-je alors avec une petite grimace embarrassée.  
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I'm watching you - Leo   Sam 7 Mai - 15:07




Il lui avait tout balancé au visage comme on jette une bouée à la tête d’un naufragé, Leo se foutait éperdument qu’elle le prenne pour un fou ou qu’elle soit foudroyée de pitié. À vrai dire, il avait seulement eu besoin d’extérioriser ses sentiments. Cette vie que son frangin lui avait imposée en passant l’arme à gauche, Leo n’en voulait pas. Pourtant, il ferait avec et finirait par cesser de se plaindre et de se morfondre sur toutes ces choses qu’il avait perdues. La demoiselle finit par lâcher une exclamation de surprise et lui demander si ça allait mieux. Et franchement, c’était le cas. Leo acquiesça d’un hochement de tête presque malicieux.

Elle finit par s’avancer et poser une main secourable sur son bras, sans doute tentait-elle d’être sympa avec lui. En même temps, c’était aussi de sa faute s’il s’était mis de mauvaise humeur alors au final, ça paraissait logique. Leo ne put s’empêcher de sourire à la remarque qu’elle fit. Le chocolat chaud l’aurait tenté en temps normal mais dernièrement, il avait acheté et mangé plus de friandises que durant toute sa vie entière ! En tant qu’oncle, Leo avait toujours été cool. Il était le genre d’oncle qu’on adore voir débarquer parce qu’il a toujours des cadeaux, des blagues et des câlins à faire. Depuis qu’India, Silver et Andy habitaient avec lui, Leo avait dû s’improviser gendarme. Autant dire qu’il n’en avait clairement pas l’habitude et que la mission s’avérait être un échec cuisant.

- C’est gentil mais je crois que j’ai assez mangé de chocolat pour une décennie depuis qu’ils ont emménagé ...

Leo n’avait pas l’habitude d’être autoritaire, en tant que professeur il usait simplement de son charisme et de sa répartie pour se faire respecter de ses élèves. Avec ses neveux et sa nièce, il devait imposer des limites. Lui demander ça, c’était lui demander de bafouer ses propres règles et donc, impossible. L’anarchie régnait donc sur la maison. En tous les cas, Kaylee était entrée et elle ne s’inquiétait pas de s’être fait hurler dessus apparemment ça n’était pas le pire qu’elle ait eu à entendre. Leo pouffa de rire en entendant ça, c’était peut-être bien une assistante sociale dans l’âme finalement !

Brusquement, elle s’arrêta et pivota sur ses pieds en voyant Andy. Leo s’arrêta de justesse avant de lui foncer dedans et dut reculer d’un pas. Elle sortit de son sac des sucreries à gogo et Leo haussa les sourcils. C’était gentil de sa part d’avoir pensé aux enfants d’Amanda ! Mais là, ça allait être la guerre pour les empêcher de manger tout ça en une seule soirée.

- Je vais ranger ça dans les armoires les plus hautes, celles qu’ils n’arrivent pas à atteindre sinon ils auront tout fini dès ce soir. Merci d’avoir pensé à eux.

Il fit signe à Kaylee de le suivre tandis qu’il passait devant elle et se dirigeait vers la cuisine ouverte sur le salon. Leo plaça les bonbons dans un placard hors d’atteinte des petits bras d’Andy ou de Silver et se tourna ensuite vers la demoiselle.

- Je peux vous servir quelque chose à boire ?

Cette femme connaissait donc Amanda, son frère et les enfants. Mais jusqu’à quel point ? Était-elle seulement une amie rapide qu’on aperçoit deux secondes sur le pas de la porte après le retour du boulot de maman ou ce genre d’amis qu’on invite parfois à dîner ? Leo était curieux à son sujet. D’autant plus qu’on ne lui avait jamais parlé d’elle. Pourquoi d’ailleurs ? Une belle femme comme elle aurait forcément dû lui être présentée plus tôt ! Sans doute que dans d’autres circonstances, leur rencontre aurait été bien plus agréable.

- Vous étiez donc une amie d’Amanda. Vous vous êtes connue où ?

C’était elle qui était venue donc désormais c’était à elle de répondre aux questions ...

Revenir en haut Aller en bas

informé

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 798
POINTS : 4475



MessageSujet: Re: I'm watching you - Leo   Sam 14 Mai - 22:13

Spoiler:
 



   
I'm watching you
Leo VS Kaylee
Ma côté fouineuse revient au triple galop lorsque Leo s'empara des bonbons et ouvre les placards pour les y fourrer. Sans parvenir à m'en empêcher je me hisse sur la pointe des pieds et tends le cou pour essayer de voir ce qu'il se cache d'autres derrière ses portes hautes, dans le dos de leur propriétaire. Hélas je n'ai pas le temps de discerner le moindre sachet de drogue que mon interlocuteur est de nouveau face à moi.

- Oh, je ne veux pas déranger … Même si, je suppose que c'est déjà un peu le cas, marmonnais-je en baissant à nouveau les yeux sur sa tenue de nuit.

Étrangement, cette fois je sens mes joues me picoter légèrement en détaillant à nouveau le caleçon à découvert de Leo, aussi je ne tarde pas à remonter mon attention accrocher son regard. C'est certainement à cause de la proximité des enfants. Ou peut-être parce qu'à présent je me retrouve réellement plongée chez lui, dans sa réelle intimité, et non plus sur le seuil d'une porte d'entrée.

- Peut-être un café alors ? Proposais-je pour ne pas laisser un blanc pour le moins gênant s'instaurer dans la cuisine silencieuse.

Mais c'est mal me connaître, car déjà je me suis montée la tête alors même que l'homme devant moi n'éprouve pas la moindre objection au fait de se présenter à moitié déshabillée devant les inconnues casse-pieds. Je trifouille l'anse de mon sac à main au bout de mes bras ramenés devant moi. Sans trop oser bouger à présent, je me contente d'observer le nouvel environnement des enfants d'Amanda avec minutie. Finalement, l'intérieur de ce loft n'a rien en commun avec ce que j'avais imaginé ces dernières semaines. Pas de vaisselles sales accumulées dans l'évier depuis des années, pas de toiles d'araignée au plafond, ni de vieilles traces de sauces tomate incrustées dans le carrelage. Les volets ne sont pas résolument fermés et l'air ne sent ni le rat, ni le renfermé. Tout compte fait l'endroit est propre, et même chaleureux à sa façon, avec les affaires d'enfants traînant par-ci par-là.  

- Vous êtes célibataire ? Demandais-je abruptement, en réalisant qu'aucune réelle touche féminine n'était apparente dans la décoration de cette maison.

Je tourne la tête vers Leo, et l'observe un instant avant de comprendre que lui aussi m'a posée une question. Automatiquement, je me mords la lèvre. Le voilà tout aussi curieux que moi maintenant. Mais pour plaider ma cause, mes interrogations sont bien moins tristes que les siennes, à défaut de ne pas être complètement culottées. Mes jambes reculent de deux pas de façon à ce que mes reins viennent trouver un appui contre le plan de travail dans mon dos. Sans cesser de me torturer la bouche, je rassemble patiemment mes mots avant de lui confier les réponses qu'il attend.

- Nous étions collègues, plus précisément … J'ai commencé mon job à Londres, dans le cabinet d'Amanda. C'est un peu grâce à elle que j'ai appris les ficelles de notre monde on va dire, contais-je avec un petit sourire en coin mélancolique. Quand je suis revenue vivre ici, je suis restée attachée à elle malgré tout. Il m'arrivait de redescendre à Londres quelques fois dans l'année pour lui rendre visite. D'où le fait que qu'Andy ait réussi à gâcher mon effet de surprise …

Ma voix se tait un instant. Je laisse le temps aux quelques souvenirs qui emplissent désormais mon esprit de s'estomper. Je finis par me redresser en me rendant compte que mon regard a dérivé de lui-même vers le sol et prends la peine d'adresser un sourire à Leo.

- Et vous, vous êtes le frère de Thibault donc. Vous lui ressemblez...  
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I'm watching you - Leo   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm watching you - Leo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: RP’s.-