AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥️
» pour «

Partagez | 
 

 L'appareil photo de l'imagination [Mike/Naïla]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ignorant

avatar



Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis ~V.Hugo
INSCRIT DEPUIS LE : 16/05/2016
MESSAGES : 424
POINTS : 1728



MessageSujet: L'appareil photo de l'imagination [Mike/Naïla]   Mer 24 Aoû - 10:35


L'appareil photo de l'imagination
Mike & Naïla


La conférence d’aujourd’hui s’est vraiment bien passée. C’était très intéressant de voir toutes ces photos mais également, de voir de vieux appareils qui ont servi dans les époques passées. L’évolution qu’a subit les appareils est quelque chose de réellement merveilleux, selon moi. Je dois bien avouer que si j’avais les moyens, je pense que je me payerai divers de ces machines juste pour les exposer dans une vitrine dans mon petit appartement. Certains veulent exposer des photos, des pièces de monnaie ou des posters. Moi ça serait toutes choses qui touchent à la photographie. Je sors de la vieille bâtisse et me dirige vers mon appartement.

J’ouvre la porte, tout en essayant de raccrocher avec Sarah. Je ne comprends toujours pas pourquoi elle m’appelle autant par semaine. Après tout, elle était d’accord pour que j’aie mon indépendance à la mort de mon père. Je me retiens de lui dire que je sais tout, qu’elle n’est pas ma mère. Mais je ne le fais pas et continue de l’écouter d’une oreille non attentive. Lorsqu’elle me dit qu’il faudrait qu’on dîne et qu’on fasse une sortie, entre mère et fille, je me fige et trésaille. Je ne suis pas sûre et certaine que je pourrai accepter ce terme encore bien longtemps. Je lui dis que je vais y réfléchir et qu’on en reparlera. Je crois que c’est le mieux à faire, vu la situation. Je n’aime pas lui mentir d’un côté, mais de l’autre, je ne sais pas comment aborder le sujet avec elle.
J’arrive enfin à raccrocher, après plus d’une demi-heure au téléphone. Je pars dans la salle de bain pour prendre une douche rapide et me brosser les dents, avant de me diriger vers mon lit.

***

Je me retrouve dans mon salon à me préparer pour la conférence. Je ne sais pas quoi mettre. Est-ce qu’il faut bien s’habiller, ou au contraire, y aller en tenue de tous les jours. Je pourrai appeler Sarah pour lui demander, mais je n’en ai pas spécialement envie. Je préfère me débrouiller seule, afin de me prouver que je peux me débrouiller toute seule également ! J’enfile donc une légère robe noire avec une paire de baskets de la même couleur. Je remonte mes cheveux bleus et verts en un chignon, avant de vérifier mon maquillage. Je ne fais pas réellement bien habiller mais je ne fais pas négliger non plus. J’attrape ma veste en cuir et mon sac à main, ainsi que mon téléphone et mes cigarettes. Je ferme la porte de mon appartement et me dirige dans la rue tout en essayant de trouver un taxi. Fort heureusement, pour une fois, j’en trouve un de suite. Je lui donne l’adresse, tout en me disant que je suis habillée correctement pour l’occasion. Lorsque je descends après avoir payé ma course, je remarque qu’il y a déjà de nombreuses personnes. Et qu’il y a tous les styles vestimentaires possibles et inimaginables.  Finalement, j’aurai sûrement pu m’habiller comme je le fais tous les jours, au lieu de mettre cette robe. Enfin, c’est trop tard maintenant. J’entre en suivant le banc de poisson et suis heureuse en voyant qu’on ne se marche pas les uns sur les autres dans la salle. Je me dirige vers le fond, où il n’y a presque personne. Et je tombe sur un appareil qui a plusieurs années. Il est magnifique !



_________________
Fuis-moi, je te suis. Suis-moi, je te fuis.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: L'appareil photo de l'imagination [Mike/Naïla]   Ven 26 Aoû - 0:15

Je suis dans la rue, avec une musique en tête. Quand je marche, je n'ai même pas besoin d'écouteur. Mon esprit mémorise les musiques en entier, et les récites après, c'est fort agréable. je sors d'une expo. Pas terrible. C'était sur l'évolution de ma photo. J'y suis allé car je suis en train de bosser sur un nouveau type de film, et que les vieilles caméras à la pellicule jaunie m'intéressent. Je m'attendais a trouver pas mal d'idées nouvelles mais c'était disons trop "normal". Il y avait eu une projection de photos banales avec un vague effet ancien, et ensuite les appareils en eux mêmes. Au niveau de la vidéo, bien sur quelques projections banales filmées pendant la guerre. La tête des gens à ce moment la, l'air choqué par les images m'énervaient. On en voit depuis... Qu'on est nés, vous croyez que c'est vraiment ça l'horreur? Je ne peux m'empêcher d'en sourire en y repensant. Bref ce que je retiens de cette expo: rien. Sauf une coiffure multicolore, et un mec qui devait ne s'être plus laver depuis 8 ans. Maintenant je rentre chez moi... Ou je passe au bar? Ouais allez je passe au bar. Je suis assis à la terrasse, je ne commande même plus la serveuse m'apporte mon whisky habituel. Je sors une cigarette, mélange mon sang à la nicotine et l'éthanol puis rentre chez moi. J'ai faim. Je vais me mettre en chasse, en chasse de quelque chose de frais... Bon... La chevelure colorée ou le vieux gars? Mh facile.

***

Je me retrouve enfin dans mon vrai chez moi. Dans l'antre. Directement, je pars en chasse. Je commence à me remémorer le visage de la jeune fille, puis je commence a voir tout ce qui se trouve autour d'elle. Elle rêve de la conférence/expo de la journée. Tout est légèrement déformé. C'est plus lumineux, l'air est frais, personne ne nous rentre dedans malgré la foule. La foule aussi a changé, les gens sont plus "beaux", et ont l'air moins bête. Il y a toutes sortes de styles, plus de jeunes. Autant les gens que leur style. Je la suis du regard, de loin. Elle ne sait pas trop ou aller puis elle se dirige vers le fond de la salle, la foule s'écarte pour la laisser passer mais elle ne s'en rend pas compte. Elle arrive devant un vieil appareil photo, surement celui de ses rêves. Enfin celui que son cerveau a crée pour qu'il soit celui de ses rêves. Bon maintenant, en chasse. Je fais d'abord exploser l'appareil en petits flashs lumineux, il s'auto détruit. Selon la construction des rêves, cet appareil représente, étant donné qu'il est au centre de son attention, ce qu'il y a de plus important. Donc je le détruis. Ensuite, je transforme tout le monde en hommes sans visages. Toutes les portes claquent. Tout le monde est tourné vers elle. Comme zombifiés. Moi je suis appuyé contre un poteau, dans l'ombre, j'ai mon visage et j'observe.
Revenir en haut Aller en bas

ignorant

avatar



Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis ~V.Hugo
INSCRIT DEPUIS LE : 16/05/2016
MESSAGES : 424
POINTS : 1728



MessageSujet: Re: L'appareil photo de l'imagination [Mike/Naïla]   Sam 17 Sep - 12:12


L'appareil photo de l'imagination
Mike & Naïla


Je me dirige directement vers le fond du bâtiment, là où se trouve le plus bel appareil de la collection. Je ne sais pas pourquoi mon instinct me souffle de me déplacer par-là, mais je n’essaye pas de comprendre. Surtout que lorsque j’arrive face à l’objet, je tombe en admiration devant. J’aimerai énormément le prendre dans mes mains, juste pour pouvoir me dire que je l’ai eu en ma possession pendant quelques secondes. L’objectif est sûrement un des premiers qui a existé et je trouve ça superbe qu’il soit exposé. C’est tellement rare de voir des expositions rares, surtout sur la photographie.

Alors que je m’approche un peu plus de l’appareil, le flash se déclenche, ce qui me fait peur et me fait reculer d’un ou deux pas. Je ne comprends pas comment il a pu se déclencher. Je regarde autour de moi, espérant voir une personne qui va me crier « surprise », ou quelque chose dans le genre. Mais je n’aperçois personne, hormis les autres venus admirer cette conférence. Lorsque je reporte mon attention complète sur l’appareil, le flash se met en route encore une fois, mais ne s’arrête plus. Et soudain, il explose ce qui me fait pousser un cri de peur et qui me sert le cœur. J’aurai tellement voulu le tenir dans mes mains. Je relève la tête et au même moment, toutes les portes claquent, ce qui me fait frissonner de peur. Cette dernière me ronge de l’intérieur, telle une souris grignotant peu à peu tout sur son passage. Mes poumons ont de plus en plus de mal à reprendre leur souffle. J’observe tout ce qui pourrait me permettre de fuir loin d’ici, mais je ne vois rien. Alors que je m’avance vers une silhouette à la robe fleurie, je recule d’effroi, en hurlant. Elle n’a plus de visage et pourtant, je sens qu’elle me fixe. Toutes les personnes de la pièce en font de même et j’hurle un peu plus, lorsque je remarque que personne ne possède un visage. Je tourne sur moi-même, alors que les larmes me montent rapidement aux yeux. Je veux fuir, mais toutes ces personnes me bloquent la sortie. Les portes claquent un peu plus fort et je me bouche les oreilles dans l’espoir de ne plus les entendre. Je dois devenir paranoïaque. Secouant la tête plusieurs fois, je me répète que tout ceci n’est qu’une illusion. Mais pourtant, en rouvrant les yeux, je me rends compte que ce n’est pas le cas. Et d’un seul coup, mon regard rencontre celui d’un homme qui lui possède un visage.

Sans perdre une seconde, je me dirige vers lui en courant. J’essaye de faire abstraction aux regards des hommes sans visage. J’ai l’impression que c’est un lac qui me sépare de l’homme inconnu, mais je ne fais pas attention, et je continue d’avancer. Lorsque j’arrive à sa hauteur, je m’agrippe à son bras. Ma respiration est rapide et mes joues maculées de larmes.

-Aidez-moi, je vous en supplie …


_________________
Fuis-moi, je te suis. Suis-moi, je te fuis.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: L'appareil photo de l'imagination [Mike/Naïla]   Dim 18 Sep - 18:21

Je regarde la jeune fille qui directement rentre dans une panique extrême. Comme toujours, je l'avais touchée directement en plein coeur. En plein coeur de sa peur. Dans les cauchemars cela est plus facile, toutes les explications rationnelles permettant à l'homme de garder un peu de son sang froid disparaît. Mais semer la panique n'est que le début du plan. je peux me nourrir de panique simple mais... C'est comme fade. La révolte, la haine et la trahison sont des sentiments bien plus... Savoureux. Elle fonce sur moi et m'attrape le bras:

-Aidez-moi, je vous en supplie …


Elle était limite mignonne, toute affolée, couverte de ses larmes comme ça... Il y a un temps ou j'aurais pu être ému. Mais la loin de la. Je ne souris pas, afin de rester dans le rôle que je me donnais, mais j'en avais l'envie. Alors je la tire par le bras et l'entraîne dehors, la porte m'étant bien sur ouvert. Je clape la porte derrière moi, tout bruit s'éteint alors. Le calme reviens. je la regarde droit dans les yeux sans la lâcher:

- Quel... Que qu'est ce qui vous prend de venir ici?

Je lui parle d'un air paniqué aussi. Comme si je connaissais l'horreur de ces lieux. Comme si j'étais un "gentil" de ce songe. Bien sur, tout ce que je lui dis ou pourrais lui dire, lui paraîtra toujours normal. C'est fort pratique. Je la regarde d'un air gentil lui laissant le temps de répondre, sans pour autant lui lâcher le bras.
Revenir en haut Aller en bas

ignorant

avatar



Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis ~V.Hugo
INSCRIT DEPUIS LE : 16/05/2016
MESSAGES : 424
POINTS : 1728



MessageSujet: Re: L'appareil photo de l'imagination [Mike/Naïla]   Lun 19 Sep - 10:27


L'appareil photo de l'imagination
Mike & Naïla


J’ai peur, vraiment peur. C’est un sentiment vraiment étrange, qui vous paralyse et fait de vous un être réellement faible et sans aucune défense face au monde qui vous entoure. C’est exactement ainsi que je me sens. Faible, sans défense, seule. Toutes ces personnes sans visage me terrifient. J’ai l’impression d’être face à des machines, des robots, des zombies et que leur unique but, est de me faire mourir de peur. Je dois bien avouer que ça n’en est pas loin. Je ne suis absolument pas rassurée et j’aimerai bien voir une personne « normale » dans cette conférence, afin qu’elle puisse m’apporter de l’aide.

Lorsque j’aperçois un visage, un vrai visage !, je ne me fais pas prier. Je me débrouille pour avancer, essayant de faire abstraction de au monde autour de moi. J’avance, tachant d’ignorer les mains qui se tendent dans ma direction. Lorsque j’arrive près du jeune-homme, je ressens une sorte de soulagement que je ne pensais pas possible. Si j’avais eu plus de force, j’aurai même plus lui sauter au cou de soulagement. Il doit avoir l’impression que je suis folle. Je ne peux pas lui en tenir rigueur, surtout avec les larmes qui maquillent mes joues. Je le supplie de m’apporter une aide. Je ne sais pas s’il va m’aider, mais je l’espère au plus profond de moi. Il ne me répond pas, et je commence à paniquer. Je sens mon rythme cardiaque qui s’accélère et les larmes me montent de nouveau eux yeux. L’inconnu m’attrape par le bras et m’entraine à sa suite, en direction de l’extérieur. Je soupire de soulagement qu’il ne m’entraine pas de nouveau vers les zombies. Je sens d’ailleurs leur regard sur nous, mais j’essaye d’y faire abstraction. Une fois dehors, j’inspire à plein poumon, comme si je pouvais avec de l’air, nettoyer toute l’horreur à laquelle je venais d’assister.

L’inconnu claque la porte derrière lui, derrière nous plutôt, et je lui en suis entièrement reconnaissante. Tous les bruits déchirants et terrifiants de la conférence se taisent avec délice. J’ouvre de nouveau les yeux, je ne m’étais même pas rendue compte que je les avais fermé, et me retrouve face au regard de l’inconnu. Il a l’air tout aussi paniqué. Je reste interdite, abasourdie, face à sa question. Que veut-il dire exactement ? Que ce lieu est hanté ? Alors pourquoi avoir organisé une convention ici ? Sa main ne lâche pas mon bras, mais je n’y fais pas réellement attention.

-Je … En fait … J’étais là pour … Pour la convention sur la photographie. Cet … Cet endroit est hanté ?

Je n’arrive plus à réfléchir correctement. Je secoue la tête et essaye de dégager mon bras de sa poigne. Pourquoi avoir fait une convention dans un lieu hanté ? C’est complétement illogique et irrationnel !

-En tout cas, je vous remercie … Et je vais rentrer chez moi je crois, vous devriez en faire de même … Je ne veux plus retourner dans cet endroit …



_________________
Fuis-moi, je te suis. Suis-moi, je te fuis.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: L'appareil photo de l'imagination [Mike/Naïla]   Lun 19 Sep - 21:58

Ma nouvelle victime se trouve paniquée, et essoufflée face a moi. Un stade de peut facile a obtenir. Mais il semblerait que malgré mes début plutôt prometteurs, ma cible soit bien plus difficile que prévu. Elle essaye de se dégager de mon bras, elle me propose de rentrer chez moi. Tant de réactions rationnelles "-En tout cas, je vous remercie … Et je vais rentrer chez moi je crois, vous devriez en faire de même … Je ne veux plus retourner dans cet endroit …"

Je ne comprends pas. Elle sort de la et on dirait que son rêve passe a un autre chapitre. La peur est belle et bien derrière et voilà qu'elle s'apprête a rentrer dans une zone claire, un rêve comme on appelle ça je crois. En effet les endroits qu'on connais par choeur comme chez sois sont très souvent liés a des sentiments positifs, alors quoi, son cauchemar allait s'arrêter la ? Non. Pas du tout. Loin de la. Je la regarde dans les yeux et lui adresse un petit sourire.

- Vous avez raison, rentrons chez nous quel endroît... Infâme n'est-ce pas? C'est a vous donner envie de changer de monde hein ! Ah changer de monde... Vous avez déjà pensé a changer de monde vous? Quel monde vous aimeriez avoir ?

Je m'efforce de garder son attention il ne faut pas qu'elle parte. Mais je pense être assez bon pour la garder, je n'ai pas travailler mon sourire pour rien. Quand on voit un sourire, tout le monde pense à quelque chose de positif c'est un fait. Je crois que je vais lui apprendre que non. C'est facile en fait. Si elle me rend ce sourire l'affaire est presque faite pour ce soir.

Je regarde les alentours attendant sa réponse, je tiens mon chapeau en regardant le ciel éclairci, je souris légèrement, me donnant un air gai. Je sautille un petit peu en me mettant sur la pointe des pieds puis en reposant les talons. je me retourne vers elle:

- alors?
Revenir en haut Aller en bas

ignorant

avatar



Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis ~V.Hugo
INSCRIT DEPUIS LE : 16/05/2016
MESSAGES : 424
POINTS : 1728



MessageSujet: Re: L'appareil photo de l'imagination [Mike/Naïla]   Jeu 29 Sep - 14:36


L'appareil photo de l'imagination
Mike & Naïla



Je suis complètement perdue face à cet inconnu. Je ne sais pas qui il est et pourtant, je me suis presque jetée dans ses bras de soulagement, lorsque j’ai vu un visage familier. Mais maintenant que je me retrouve dehors en sa compagnie, j’ai simplement envie de rentrer chez moi. Je me sens lasse et fatiguée. Toute cette scène cauchemardesque m’a rendu mal, et je crois que j’ai simplement envie de retrouver un espace serein et calme.

La peur commence à disparaitre doucement, bien que je sache pertinemment qu’elle n’est pas loin. Je ne veux pas retourner dans le bâtiment, c’est une certitude. Dans la rue, il n’y a pas âme qui vive, ce qui me perturbe quelque peu … L’inconnu qui nous a fait sortir de là, ne lâche pas mon bras. Et en plus, il plante son regard dans le mien, ce qui a le don de me déstabiliser. Je lui assure que je ne veux pas rentrer dans ce bâtiment de malheur, mais au contraire, je veux retrouver mon chez-moi.

L’inconnu est du même avis que moi sur cet endroit, ce qui me rassure. J’avoue que je ne comprends pas pourquoi il me pose cette question. Ai-je déjà pensé à vouloir changer de monde ? Sûrement oui. Depuis la mort d’Achille, j’ai réfléchi et j’aimerai vivre dans un monde où ma famille serait réunie. Où je vivrais en compagnie de mon frère jumeau, de mon père et de Sarah. Vivre tous ensemble, en harmonie, comme on l’avait toujours fait. Je réfléchis alors à sa question, avec attention. Le jeune-homme me sourit, ce qui me rassure quelque peu. Je me méfie moins de lui que des autres personnes présentes derrière cette porte fermée. Il sautille un peu sur place, alors que je pense toujours à sa question. J’aurai pu tourner les talons, et ne pas lui répondre. Mais vu qu’il m’a donné une chance de sortir de là, je lui dois au moins ça. Sa voix me rappelle à l’ordre. Je secoue la tête et plante de nouveau mon regard dans le sien.

-Je pense qu’on ne peut changer le monde. Chaque monde comporte des aspects positifs et des aspects négatifs. Mais si jamais ce monde idyllique existait comme vous le dîtes, je crois que j’aimerai vivre dans un monde où ma famille serait réunie.


_________________
Fuis-moi, je te suis. Suis-moi, je te fuis.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'appareil photo de l'imagination [Mike/Naïla]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'appareil photo de l'imagination [Mike/Naïla]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Appareil photo numérique
» Appareil photo Polaroïd
» appareil photo numérique 2008
» Limitation de la durée d'un film sur un appareil photo
» Premier "bon" appareil photo pour spotter?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: RP’s.-