AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥️
» pour «

Partagez | 
 

 L'effet papillon • Louxis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: L'effet papillon • Louxis   Ven 23 Sep - 16:52


Couchée sur son lit, jambes le long du mur, son regard fixant le plafond, ille regarde dans le vide avant d'avoir un vague sourire au bord des lèvres. Lena ne sait vraiment jamais se mesurer lorsqu'elle parle de son Psy. Oh, il sait, il se doute que cet homme ne doit pas être fortement bon dans le fond. A vrai dire, parfois, après les séances, ille se sent encore plus perdue qu'avant. Et puis Lena revient dans sa vie, comme une douce lumière chaude et elle lui fait le plus grand bien. Souriant un peu plus franchement, ille tourne la tête sur le côté, caressant son ventre plat, et légèrement musclé en y dessinant des arabesques imaginaires. Rien de bien folichon, juste un moyen de se déstresser, parce que de plus en plus, chaque séance l'angoisse. Ille n'a plus besoin d'y aller. Ille ne veut plus y aller à vrai dire. Un soupir inaudible franchit ses lèvres à la fois pulpeuses et fines. « Lena... » Lorsqu'elle s'arrête de parler, ille se tourne sur son lit, humant l'odeur des draps propres avant de caresser doucement les chatons endormis du bout des doigts. « Je vais être en retard. »

En réalité, ille a le temps, et le sait parfaitement, mais Lex n'aime pas devoir agir sous le coup de la panique ou de la rapidité. Prendre son temps, arriver à l'heure, c'est quelque que chose qui la caractérise parfaitement bien. « Bien sûr. Je te dirai, mais ça ira. » Ille avait promis à ses parents. Une thérapie jusqu'à ses 21 ans, qui a ensuite été prolongée à cause de l'agression violente ; Mais ça fait déjà un an, et Lexie n'a plus peur de sortir seule le soir, ille se sent mieux dans les rues la nuit. La crainte reste là, mais rien qui pourrait l'empêcher de vivre. « A toute à l'heure. » Ille raccroche rapidement avant de se redresser, puis de se mettre à genoux, passant son nez dans le pelage duveteux des chatons avant de les embrasser tendrement dans un sourire sincère.

Une fois debout, ses longues jambes se mettent en route, bougeant son mètre quatre-vingt avec une grâce infaillible. Hésitant, ille se hasarde laisser sa chemise rayée en place, mais troque son jean trop simple par un slim noir. Un peu de laque pour mettre ses cheveux en arrière, une touche de gloss sur la bouche, et du crayon afin de souligner ses yeux de biches. Des baskets, une veste, et lorsqu'ille regarde son reflet dans le miroir, un sourire se dessine alors sur son minois. Sac en bandoulière autour de son corps élancé, ses pas le guident vers l'arrêt du bus. Le cabinet n'est pas loin de l'appartement, Lex aurait pu y aller juste à pieds, profiter du beau temps, mais l'envie n'est pas là.

Sa main glisse sur la sonnette afin de demander l'arrêt, ille se redresse, retient ses doigts lorsqu'ils veulent frotter ses yeux par habitude afin de la sortir de sa légère torpeur. Baillant malgré tout, ille descend enfin et termine à pieds, arrivant dans un endroit respirant le calme, la sérénité. Ille s'est toujours perdue d'admiration pour la beauté des lieux. Mains dans les poches, son regard s'accroche sur les jardins de la résidence avant de se détourner pour ouvrir la porte et se rendre à la salle d'attente, ne prenant même pas la peine de s'asseoir. Dans deux minutes, la porte s'ouvrira sur le psychothérapeute, et Lex n'aura qu'à le rejoindre.

Le bruit de la clenche le fait sortir de ses rêveries et ille décolle son corps du mur, esquissant un faible sourire avant de le rejoindre pour lui serrer la main. Ce léger contacte laisse toujours un frisson s'installer sur sa peau, ses poils se redresser faiblement. « Bonjour. » Lexie observe alors le fauteuil dans lequel ille a l'habitude de s'installer, ne voulant pas l'approcher cette fois. « Je voulais vous dire que je voudrai arrêter la thérapie. » Lentement, ille se tourne enfin, observant le grand homme. Comme il est charismatique. « Je me sens bien, vraiment bien, et je n'ai plus peur. » Plus comme avant en tout cas. Frottant son bras lentement, Lex sourit à nouveau, pas vraiment certaine de la façon dont ille se devait d'aborder ça. « Mais je… voulais vous remercier pour votre travail. C'est grâce à votre aide. »
Revenir en haut Aller en bas

soldat

avatar

Devil is here.

INSCRIT DEPUIS LE : 22/09/2016
MESSAGES : 168
POINTS : 1187



MessageSujet: Re: L'effet papillon • Louxis   Mar 27 Sep - 12:21


« L'EFFET PAPILLON... »



« A la semaine prochaine Monsieur Watson ! Pensez à bien prendre votre traitement. »

Je serre la main de ce vieux monsieur qui vient me voir depuis déjà trois ans. Un très bon client plus qu'un patient. Je n'ai pas besoin d'en faire beaucoup pour qu'il éprouve le besoin de venir me voir. Il prend tout ce que je dis pour parole sainte. Je lui souris d'une manière qu'il pense bienveillante en le guidant vers la sortie. Pourvu qu'il tienne le coup encore un moment. Ce serait bête de perdre un si bon...patient.

Je jette un œil à ma montre en passant dans la salle d'attente encore vide. Mon patient suivant n'arrive que dans une demi-heure. Parfait. Ça me laisse le temps d'aérer mon bureau et d'y remettre un peu d'ordre. Monsieur Watson, en plus d'avoir une haleine chargée suite à des problèmes gastriques, éprouve toujours le besoin de triturer tous les livres et objets de décoration à sa portée. On dirait souvent un enfant. Au départ j'essayais de l'en empêcher, mais ça me fatigue moins de ranger après son passage que sur le coup. Puis c'est une excuse magnifique pour le faire revenir, ce toc.

Mon bureau qui trône dans le fond de la pièce attire mon attention. C'est vrai, il faut que je range les quelques dossiers visibles et que j'aille me refaire un café. Ma secrétaire est en vacances, je suis livré à moi-même pour toutes ces petites choses. Peu importe. Je me sers un café tiède que je bois d'une traite, le regard tourné vers l'extérieur. Le temps est vraiment bon aujourd'hui. Je repose ma tasse puis retourne dans mon bureau avant de lancer un regard circulaire dans la pièce. Les bibliothèques de bois couleur chocolat s'allient parfaitement avec la couleur crème des murs. Les tableaux de Wassily Kandinsky s'harmonisent également avec la pièce et donne une touche de gaîté que les patients apprécient. C'est plus simple de les faire parler autour des couleurs et des formes de cet artistes que des tâches noires qui servent le test de Rorschach. Je les utilise aussi, mais plus rarement.

Je retape les coussins caramel disposés dans les grands fauteuils chocolat, aussi moelleux qu'accueillant. Ces fauteuils sont autour d'une petite table basse assortie au reste du mobilier, où trônent divers objets, livres, magazines, mouchoirs, dessins, feuilles vierges, stylos, crayons de couleurs...Chacun de mes patients a un mode d'expression différente, je les laisse toujours choisir ce qu'ils préfèrent. Plus ils ont confiance, plus ils sont malléables.... Je regarde de nouveau ma montre. Il va être l'heure de mon « Ille » préférée. Quelqu'un de très ponctuel d'ailleurs en plus d'être un sujet d'études très intéressant. Je sais qu'en ouvrant la porte il sera là.

Un dernier regard pour la pièce, tout est en ordre. J'ouvre la porte et constate qu'ille attend debout. Encore un signe qu'il est à l'heure et que notre routine est bien installée. C'est la puissance du conditionnement humain. Tout peut devenir automatisme. Mais aujourd'hui, mon intuition me dit que cela ne sera pas une séance comme les autres. Quelque chose dans l'attitude du jeune homme, ou de la jeune femme, je ne sais jamais trop comment le penser, m'annonce un changement. Je lui fais tout de même un sourire cordial, comme à mon habitude.

« Bonjour Alexis, entrez je vous prie. »

Ille s'avance vers moi. Nous nous serrons la main. Je le laisse parler le premier. Il ne me regarde pas, il regarde le fauteuil que je lui désigne naturellement. Il ne se dirige pas vers celui-ci et fini par lâcher la phrase à laquelle je m'attendais à moitié mais que j'espérais ne pas entendre. Je le laisse s'expliquer en posant sur lui un regard perçant. Un imperceptible sourire au coin des lèvres. Finalement, il me donne du fil à retordre !

« Je vous remercie de reconnaître ma contribution à cette thérapie, mais c'est vous qui faites le plus dur.  »

Je signifie ainsi que le travail est toujours en cours, que rien n'est terminé. Puis, je prends une pause, cherchant mes mots avec soin. Il ne faut pas être brusque, mais il faut déstabiliser légèrement sa confiance en lui, en elle....et merde, avec ses yeux de biche et son corps si particulier, c'est difficile de se placer.

« Vous comprenez bien qu'en tant que médecin, je ne peux laisser les patients décider d'eux-même. C'est une décision qu'il faut mûrement réfléchir. Certaines personnes se pensent guéries, elles arrêtent et la rechute est encore plus douloureuse. J'aimerais que vous m'expliquiez plus en détails pourquoi vous voulez prendre cette décision.  »

De manière implicite, sans forcer, j'essaie d'inciter Lexie à s'asseoir avec moi, pour qu'on discute. Plus de temps il restera, plus il sera simple de la reprendre dans mes filets.


_________________
« You've got no place to hide. ♪ »∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴

∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴« And I'm feeling like a villain, got a hunger inside. ♫ »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

L'effet papillon • Louxis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» BALLISTIC - BUTTERFLY BALL / L'EFFET PAPILLON
» L'effet papillon
» Masque de saison à la fraise : effet coup de fouet pour peau terne
» l'effet de serre dans nos assiettes
» Gemey Effet Faux Cils Volume Express

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: RP’s.-