AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥
» pour «

Partagez | 
 

 Tel père - Sebastian et Léandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Tel père - Sebastian et Léandre   Jeu 29 Déc - 23:35

Tel père




Le psychologue avait été très clair avec Léandre. Le jeune homme n’allait pas bien et s’il ne faisait rien pour avancer, il devrait le mettre en relation avec un psychiatre. Perte d’appétit, insomnie, cauchemars, tendance à la colère et à l’agressivité, sans vraie raison parfois. Il devait faire quelque chose, il était jeune, et blablabla. Léandre rajusta sa lourde veste tandis qu’il entrait dans le complexe sportif. Il avait essayé des activités ses derniers jours, quelque chose de nouveau pour tenter de se vider la tête. La peinture ne donnait rien, il n’avait pas la patience et il n’avait pas cœur à sortir, tout l’épuisait ou l’agaçait. Finalement, il avait décidé de s’aider comme toujours de ses livres pour se sortir de situation délicate : "Comment mieux vivre son stress" ; "Réussir sans pharmacie", "La solution au stress et à l'angoisse". Le sport lui sembla la meilleure des solutions. Après tout, quitte à utiliser sa bourse, autant l’utiliser pour de bonnes choses. Il s’imagina qu’apprendre à se défendre lui serait utile. Du moins, c’était la raison qu’il donna à son médecin. Cependant, là n’était pas la vérité. Au fond de lui, là où régnait rage et désespoir, son agressivité avait grandi de plus belle, enfant maudit de l’envie de faire mal, et celui qui pousse à se faire du mal.

Il poussa ainsi la porte face à lui, portant sur son dos un lourd sac de sport qui le faisait déjà suer. Le visage fermé, il se dirigea d’un pas pressé vers le vestiaire. Il avait déjà payé les séances du mois. Désormais, il était temps de faire le premier pas, de découvrir. Il devient bien se l’avouer, cela le stressait. Il ne connaissait personne et il avait déjà envie de quitter les lieux en courant. Il avait l’impression que tout le monde l’observait, lui, le vilain petit canard, le rat de bibliothèque, le petit chiot. Il avait entendu ce genre de terme pour le désigner tellement de fois. Parfois avec pitié, parfois avec mépris. Il se changea rapidement avec la tenue adéquate. Même dans ce kimono, il se sentait gauche. Qu’importe, il devait tenter. Il était hors de question de prendre des médicaments, il n’était pas fou, ou suicidaire, juste nul et fatigué. Il décida de s’échauffer seul dans son coin en attendant le professeur, ou quelqu’un du genre. A moins qu’il n’était déjà là. Il serait bien incapable à son niveau de reconnaitre un maître d’un élève. D’ailleurs, il ne savait pas par où commencer, il imaginait qu’il avait été mis au courant du petit nouveau qui arrivait en cours d’année. Il s’étira longuement, reproduisant les mouvements des autres individus par mimétisme. Au moins comme ça, il était sûr de ne pas faire de fausse note.




Fiche de liens (c) Miss Yellow


Sing For Me par Tarja Turunen
Revenir en haut Aller en bas

anonyme

avatar



L'amour a des dents et ses morsures ne guérissent jamais. Stephen King
INSCRIT DEPUIS LE : 23/06/2016
MESSAGES : 610
POINTS : 1820



MessageSujet: Re: Tel père - Sebastian et Léandre   Ven 6 Jan - 12:34

Tel père
Ft. Léandre
Depuis quelques jours, mes nerfs étaient en pelote. En même temps, c’était logique vu la colère qui m’avait envahi lorsque Lisbeth avait débarqué chez moi. Je n’allais pas dire que je la détestais, mais elle me rappelait trop Lyana pour que je puisse la supporter. Et égoïstement, je ne voulais pas que ma petite Alianova reste trop longtemps avec elle, car sinon, elle allait finir pas m’oublier. Je savais très bien au fond de moi que ça ne marchait pas ainsi et pourtant, je ne pouvais m’empêcher d’avoir cette peur au plus profond de mon être, depuis quelques jours.

Fort heureusement, aujourd’hui c’est vendredi. Rentrant du travail, je prends une douche rapidement, avant d’attraper mes affaires pour les déposer à l’entrée. Je donne son bain à Alia, avant de la déposer sur son tapis pour préparer à manger. Ce soir, comme tous les vendredis soirs d’ailleurs, Mallory va venir la garder le temps que j’aille au complexe sportif. Lorsque j’entends frapper, je vais ouvrir directement à la jeune-femme. Après avoir échangé quelques banalités et politesses, j’embrasse ma fille, attrape mes affaires et sors rapidement. En sortant, la nuit est fraiche, mais elle m’apaise. Aussi, j’enfile mon sac à dos après avoir rangé mes clefs de voiture, et décide d’y aller en courant. Au moins, je serais déjà échauffé lorsque les membres du groupe arriveront.
Après ma course, je me sens un peu mieux même si je me sens toujours autant énervé et frustré. J’allume les lumières, avant d’aller directement me changer. Mais lorsque j’ouvre mon sac, je me traite d’idiot mentalement. Je n’ai pas pris le bas de mon kimono. Tant pis. J’enfile tout de même le haut et laisse mon jogging. Je retourne dans la salle et souris à Nala, une femme d’une quarantaine d’années, qui vient pour échapper à sa vie de famille pendant quelques heures. Elle me demande si elle peut m’aider à installer les tatamis.

-Avec plaisir. Tu pourras me raconter les nouveautés dans ta vie, comme ça.


Elle se met de suite à me raconter ce que j’ai manqué, et je l’écoute avec attention. C’est ce que j’aime également le vendredi soir : écouter les autres et savoir pourquoi ils viennent à mes cours. Une fois qu’elle a terminé et que la salle s’est un peu plus remplie, je fais signe à tout le monde et chacun se met en place, commençant les étirements. Au loin, alors que je m’étire également, je vois un jeune traversait la salle pour aller dans les vestiaires. Ça doit être lui qui s’est inscrit à mon cours, car sa tête ne me dit rien. Dans la salle, j’entends vaguement des bruits de conversation et quelques rires fusent. Ça fait plaisir de voir que les membres se sentent bien ici. Nala a un peu de mal avec un mouvement, aussi, je vais la voir pour l’aider. Si bien que quand elle a compris, je vois que le jeune est revenu et tente d’imiter les autres personnes dans la salle. Aussi, je me dirige vers lui et lui tends la main.

-Bonsoir, je suis Sébastian, le professeur de ce cours. Tu es … Léandre, c’est bien ça ?

J’espère ne pas m’être trompé de nom. Avec ma chance habituelle, j’en serais bien capable. Tout en attendant sa réponse, je continue de m’étirer, comme si de rien n’était. Au fond de moi, même si mon cours est ouvert à tout âge, je me demande pourquoi il a décidé de s’inscrire. Ce n’est sûrement pas pour échapper au bruit de ses enfants, il a l’air trop jeune pour en avoir. Je me redresse et pose la question qui me brûle les lèvres.

-Dis-moi, pourquoi t’es-tu inscrit dans un cours de karaté ?


_________________

Entre le passé et le futur, le présent ne nous facilite pas la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Tel père - Sebastian et Léandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» petite lettre au père noël
» 1 blague par jour du Père Noël ^^
» Le secrétariat du Père Noël est ouvert !!!!!!
» Décès du père de notre collègue ATTIOUI à DTM
» Italie: reprise des recherches de soeurs jumelles enlevées par leur père, qui s'est suicidé (4ème jour de recherche)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: RP’s.-