AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥️
» pour «

Partagez | 
 

 The Trial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

banni

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 01/06/2016
MESSAGES : 892
POINTS : 4235



MessageSujet: The Trial   Jeu 16 Fév - 18:13


« THE  TRIAL... »

Kaylee & Aiden


Je suis fébrile. J'ai eu beaucoup de mal à m'endormir, mais j'avais besoin de la retrouver. C'est aujourd'hui que je suis venu la voir pour faire soigner le rouquin. Si j'avais su que j'allais tomber sur elle...Je m'en remets pas ! Elle m'a bien planté avec sa collègue aussi. Le dernier regard qu'elle m'a adressé m'a laissé un drôle de sentiment. J'avais envie de rire, parce qu'elle était trop mignonne à fuir comme ça et en même temps, j'étais vraiment angoissé. Faut voir la situation aussi ! J'ai à  peine écouté sa collègue, je n'arrêtais pas de regarder la porte par laquelle Kaylee était sortie. J'ai eu du mal à quitter le cabinet aussi. J'avais peur que tout ne soit qu'un rêve, jusqu'à ce que je me rappelle que c'était pas possible... Le rêve, bah ça je maîtrise au moins. J'ai passé la soirée à me demander ce que j'allais faire. Il a fallu que ma journée de pause se transforme en crise existentielle et... Me voilà devant la sphère que j'aime tant. Pour la première fois de ma vie, j'ai une trouille pas possible d'y entrer.

Bon y'a un moment, faut se lancer. Ces quelques minutes me paraissent une éternité. Je déglutis, j'inspire profondément. Qu'est-ce qui va m'attendre dans l'inconscient plein de surprises de ma bien-aimée Kaylee ? Haha. Il faut que j'arrête de penser. Je franchis le rideau qui me sépare d'elle et je me laisse glisser dans son songe.

L'embrun de l'océan m'attaque les narines et les rayons du soleil à son zénith me picotent le visage. Le sol tangue sous mes pieds. Je suis sur le pont d'un bateau. Je me retourne pour voir où elle se trouve. Elle est entrain de donner des ordres à son équipage. Oh quelle belle capitaine ! Elle ne m'a pas encore vu. Je me vêts d'un habit de pirate, pas celui d'un matelot. Je ne commets pas l'affront de porter un tricorne, un simple foulard et des perles dans les cheveux. Je me la joue Jack Sparrow sans chapeau et avec moins de barbe. L'épée au flanc, la main couverte de bagues posée sur le pommeau, je l'observe encore un peu, dissimulé derrière quelques cordages. J'ai le ventre serré et ce n'est qu'une question de temps pour qu'elle ne me repère. Je regarde de nouveau vers l'océan, la première terre en vue me paraît si loin, mais il semble qu'un navire à piller se trouve à quelques nœuds de nous. Je souris, elle a toujours eu une imagination débordante et des rêves d'aventures.

Je me sens triste soudain. Si elle était ma petit amie dans la réalité, je ne pourrais même pas l'emmener voyager comme ça...Appuyé sur le bastingage, ne sachant pas comment l'aborder et me croyant à l'abri des regards, je me permets de réfléchir à une solution. C'est sans compter sur l’œil de lynx de ma chère protégée. Lorsque je sens la pointe d'une épée dans mon dos, je n'ai pas besoin de me retourner, je sais que c'est elle. Je soupire, me préparant à ma retourner et à affronter la sentence. Je sens son énervement de là.

_________________
Girl...You're driving me crazy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

informé

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 909
POINTS : 5140



MessageSujet: Re: The Trial   Lun 20 Fév - 23:20



   
The Trial
Kayden



Le vent marin fouette mon visage engourdi par le froid. Mes cheveux emmêlés giflent l'air avec fureur. Une main posée sur la hanche, j'observe d'une mine sombre de navire qui se profile au loin. Voilà bien trop longtemps que nous n'avons rien trouvé à nous mettre sous la dent, moi et mon équipage. Mes hommes ont soif de butin. Et moi, j'ai soif d'action. J'ai besoin de faire éclater le feu sous-jacent qui gronde dans mon estomac, juste derrière mon épaisse ceinture de cuir.

J'ai eu beaucoup de mal à m'endormir, ce soir. Mon esprit est longtemps resté agité. Je me suis tournée dans tous les sens possible et imaginable de mon lit, sans parvenir à chasser de mon esprit ce visage marqué au fer rouge dans mes souvenirs. Celui de mon tout dernier client. Celui de mon acolyte qui aurait dû rester imaginaire. Comment diable un homme que je vois constamment aux quatre coins de mes rêves depuis dix ans peut-il réellement vivre et mener sa vie dans la même ville que moi ? Comment une telle incohérence est-elle seulement possible ? J'ai longuement retourné les règles universelles de rationalité dans ma tête, sous tous les angles possibles. Hélas, je me suis finalement assoupie sans trouver la réponse à mes questions.

Mes craintes liées à mon existence « réelle » se sont évaporées lorsque mon inconscient a repris le dessus. À présent, je déborde de rage. Je me sens trahie. J'ai l'impression d'avoir été longtemps abusée. Soudain, une petite ombre fugace tombe devant mes yeux. Le minuscule petit singe aussi mesquin qu'intelligent qui hante les cordages de mes voiles atterri avec souplesse sur mon fier gouvernail. Jack pousse l'un de ses petits cris aiguës et agressifs, sautillant nerveusement sur place, avant de désigner de sa petite main chapardeuse quelque chose dans mon dos. Si je fronce les sourcils de prime abord, je suis néanmoins l'indication de l'animal en me retournant.

Il a osé. Il est venu. Sa silhouette familière me frappe de plein fouet alors que ma colère se met véritablement à bouillir au creux de mon estomac. Il lui ressemble … parfaitement. Le Aiden de mes nuits est bel et bien le portrait craché du Aiden de ma réalité. Il n'y a plus de doute possible. Je serre les dents et dégaine d'ores et déjà mon épée.

Je n'ai que quelques malheureux pas à franchir avant de le rejoindre. Les gars s'affairent non loin de là. Certains se débattent avec des tas de corde. D'autres astiquent le sol de mon illustre navire. Le reste se prépare déjà à l'idée d'un assaut suivis d'un pillage sanguinaire et sans pitié. Personne n'a l'a remarqué. Il aurait très bien pu rester là sans se faire surprendre. Jusqu'à ce que la pointe de ma lame ne vienne lui chatouiller le creux des reins.

- Sur mon bateau, les clandestins, on les jette aux requins, sifflais-je entre mes dents.

Aiden ne bouge pas, mais je sais que j'ai capté toute son attention. En d'autres circonstances, j'aurais été attristée à l'idée de me disputer avec lui. Pour le moment, j'ai juste envie de lui refourguer toute ma fureur au visage. Il m'a fait craindre d'être complètement folle ! Bonne pour l'hôpital ! Je ne veux plus qu'il revienne dans ma tête. Je ne veux plus me souvenir de son visage à mon réveil. Je ne veux plus voir cet homme dans mes rêves, alors qu'il est aussi concret et vivant que moi.

- Explique-toi, sommais-je ensuite, plissant les yeux comme pour mieux lire dans ses pensées. Est-ce que sa présence ici est vraiment réelle ? Ou suis-je partie dans l'un de mes délires fous, enfermée au fond de la cellule de mon asile ?

Mais finalement, je ne suis peut-être pas une pirate aussi digne de ce nom. Je baisse mon arme et lui redonne la liberté de ses mouvements. Ou tout du moins, dans une certaine limite. Je relève le menton, fière comme le capitaine que j'incarne, et fais tourner le pommeau de mon glaive dans ma main.

- Et sors ton épée.

Je ne me bats pas contre un homme désarmé. Qu'il ne s'en offusque pas. Mon indulgence n'est certainement pas le miroir de mes faiblesses.
Codage par Emi Burton

_________________
dream is coming true

je t'ai cherché partout, même ailleurs. je t'ai trouvé, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seule, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

banni

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 01/06/2016
MESSAGES : 892
POINTS : 4235



MessageSujet: Re: The Trial   Sam 25 Mar - 17:52


« THE  TRIAL... »

Kaylee & Aiden


Un clandestin ? Moi ? Se souvient-elle qu'il me suffit de me transformer en faucon pour me soustraire à sa menace ? Dans d'autres circonstances, j'aurais certainement éclaté de rire à sa remarque, mais là, je me contente d'un petit sourire en coin. Le même sourire aux lèvres avec lequel je me retourne pour lui faire face, les mains en l'air, comme si elle allait me tirer dessus. J'aime cette femme pleine d'esprit et je suis prêt à m'en prendre plein la gueule. Elle est furieuse, mais tellement belle. Ses yeux lancent des éclairs, mais ça ne me dérange pas d'avoir toute son attention. Je repousse vivement l'idée que ça puisse être la dernière fois. Mon ego ne l'admet juste pas et mon esprit est dans le déni total. Profiter de l'instant présent même si je donne l'impression d'être arrogant !

Quand une nouvelle question tombe, j'ai beau y avoir longtemps réfléchis je ne sais toujours pas par où commencer. Enfin si, visiblement par dégainer mon sabre vu qu'elle me défie en duel de manière implicite. Méfiant, je sors la lame qui produit un son clair et me met en position de combat. Lorsqu'on commence à se tourner autour, prêts à attaquer, – ce à quoi je lui laisse l'honneur, je ne compte que parer les coups du mieux possible –  je cherche encore mes mots. Puis, me sentant vaincu, je finis par balancer, une expression sérieuse sur le visage :

« Franchement, tu m'aurais cru ? Si je t'en avais parlé, tu m'aurais cru ? »

Mon ton mêle supplication et reproche. Plus que je ne l'aurais voulu, j'ai l'air désespéré. Qu'y pouvais-je moi ? Dois-je vraiment exposer les règles des Gardiens et en plus annoncer ma position totalement illégale dans ses songes depuis de nombreuses années ? Se demande-t-elle à quel point ça a pu être difficile pour moi aussi ? D'être aussi attaché à quelqu'un au point de braver les interdits pour aller la rejoindre en se disant que chaque fois pouvait être la dernière. Tomber sur elle par hasard dans la réalité, sans avoir pu préparer le terrain en rêve, c'est trop, même pour moi, mais quelque part, après tant d'années, c'est comme si ça devait arriver. Je suis à la fois terrifié et soulagé, maintenant, ma seule préoccupation, c'est de ne pas la faire fuir avant d'avoir pu calmer les choses.

Je remarque alors le singe sur l'épaule de Kaylee. Il attire mon attention, suffisamment pour me distraire. Je ne peux m'empêcher de sourire un peu. Je n'ai aucun mal à deviner la référence que son inconscient a généré. Capitaine Barbossa est devenu drôlement sexy par contre ! Je pare de justesse le coup qu'elle m'assène alors que j'ai un sourire béat sur les lèvres. Ça calme.

_________________
Girl...You're driving me crazy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

informé

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 909
POINTS : 5140



MessageSujet: Re: The Trial   Mar 2 Mai - 19:53



   
The Trial
Kayden



Sa réplique a le mérite de me couper la chique. Mes cils papillonnent bêtement tandis que mes lèvres s'ouvrent sur une réponse qui se voulait au tac au tac, mais qui tarde pourtant à venir. Je fronce les sourcils, d'autant plus agacée d'être prise de court par cet argument. Si je l'aurais cru ? Je ne sais pas. Bien sûr que non. Ou peut-être que si. C'est tellement fou. Encore maintenant je ne suis pas sûre de bien comprendre ce qui s'est passé. Est-ce vraiment lui que j'ai rencontré ? Est-ce vraiment lui qui me parle au sein même de mes rêves, alors que je suis endormie à poing fermé ? J'ai besoin de l'entendre de sa bouche. Et d'un autre côté, je sais qu'en me réveillant demain matin, une telle révélation n'aura d'autre conséquence que de me terrifier plus encore. Comment vérifier que tout ceci n'est pas le fruit de mon imagination ?

- Tu-tu n'as pas d'excuse ! Criais-je alors, armant mon bras pour asséner le premier coup à mon adversaire.

L'épée d'Aiden rencontre la mienne. Un premier son métallique raisonne dans l'air iodée. Le vent siffle de plus belle, trahissant la frustration qui grandit dans mon ventre. Le navire tangue au gré des vagues nerveuses. L'écume éclate par-dessus bord lorsque l'eau salé se heurte avec trop de force contre la coque solide de mon bateau. Je pivote à 180 degrés sur mes talons pour contourner la lame d'Aiden, et l'attaquer sur l'autre flanc. Une seconde note fusa lorsque nos deux fers se croisèrent à nouveau. Mes dents se serrent. Le manche tourne au creux de ma paume. Je lève le bras pour l'atteindre au visage. Mais plus j'attaque, plus il se soustrait à ma colère, comme une gorgé d'eau qu'on souhaiterait retenir fermement au creux de son poing. Alors plus mes gestes deviennent hargneux, car je sais déjà qu'il va les éviter avec une aisance agaçante. Mon arme se plante dans le bois dur de l'imposant mat principal tandis que mon ami de toujours et adversaire de ce jour se baisse in extremis pour échapper à mon courroux. Je peste et tire de toutes mes forces pour la dégager de là. Il n'aura même pas profité de cette faille pour me faire l'honneur de contre-attaquer.

- Tu aurais au moins pu essayer de me le dire !

La colère et l'incompréhension me brûlent la gorge. Je sais que mes paroles ne sont pas à la hauteur de son argument, mais il est hors de question que je me laisse endormir aussi facilement.

- Est-ce que tu sais ce que ça fait de se retrouver nez à nez avec un type tiré de mon imaginaire ?! Merde, t'es même pas censé exister Aiden !

J'avance alors aveuglément vers lui, balançant des coups de sabre avec toute la force de mes sentiments explosifs. Je ne cherche plus à trouver la brèche dans sa défense, mais plutôt à m'acharner sur elle dans l'espoir plutôt vain de la briser. J'ignore combien de temps sépare ce jour de notre dernière dispute. Je ne me souviens même pas avoir déjà été aussi fâchée contre lui. Pourquoi l'aurais-je été d'ailleurs ? Qui aurait l'idée de se crêper le chignon avec son propre inconscient, nom de nom ?

- Tu m'as fais imaginer que j'étais devenue complètement folle ! Bonne pour la camisole !

Le bout de ma botte vient tenter de déséquilibrer son jeu de jambe de la manière la plus fourbe qui soi.

- C'était … vraiment … pas … sympa ! Pestais-je en ponctuant chacun de mes mots par un nouvel assaut, pleuvant inlassablement contre ses ripostes inébranlables.  
Codage par Emi Burton

_________________
dream is coming true

je t'ai cherché partout, même ailleurs. je t'ai trouvé, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seule, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

banni

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 01/06/2016
MESSAGES : 892
POINTS : 4235



MessageSujet: Re: The Trial   Lun 29 Mai - 15:35


« THE  TRIAL... »

Kaylee & Aiden


« Je n’en avais pas le droit ! » Ma seule défense. Comme un enfant qui dirait que ce sont ses parents qui lui ont interdit de parler. J’ai l’air penaud, évidemment. Mais je me concentre sur les coups à parer, plus qu’à rendre. Je n’ai aucune envie de contre-attaquer. Elle a le droit d’être en colère. Même si je ne me sens pas pour autant en tort. J’ai le cul coincé entre deux chaises après tout. Le deal pour que je puisse continuer à trainer dans le monde des songes, c’est de ne pas faire de vagues. J’espère d’ailleurs que la colère de ma chère rêveuse n’attirera aucun Gardien…ou Cauchemar. Je ne me sens pas de taille à affronter tout ça. Même si j’ai été exceptionnellement autorisé à intervenir quand les Cauchemars ont déclenché la guerre, je doute qu’en d’autres circonstances, on me laisse rester.

Elle s’évertue à me crier dessus, me disant à quel point elle tourne folle à essayer de mettre des explications concrètes sur la situation. Je la laisse extérioriser son incompréhension. Elle me dit que je suis supposé être le fruit de son imagination. J’aimerais bien pour le coup, même si je me demande honnêtement quoi en penser… comment le prendre…est-elle si peu heureuse de savoir que j’existe ? On s’entend si bien depuis des années…après, j’imagine bien le sentiment de trahison. A sa place, j’aurais sûrement réagit d’une manière similaire…argh, elle est coriace, elle m’attaque et m’attaque encore !

La fourbe me colle un croche-patte ! Je m’étale sur les fesses mais mon sabre vers l’avant me protège toujours de ses coups. Ses coups qui, il me semble, commencent à faiblir. C’est le moment que je choisis pour enfin en placer une.

« Je suis vraiment désolé Kay' ! » Je reprends ma respiration. « Je vais tout t’expliquer si tu veux ! Mais je t’en prie, arrête de m’attaquer ! » Je me sens las d’un coup et je baisse mon sabre. Je me crispe, m’attendant à recevoir un énième coup, peut-être celui qui me serait fatal, mais si elle tient à avoir des explications, elle ne le fera probablement pas. J’ai l’impression que la mer déchainée se calme en même temps que Kaylee. Je prends une grande respiration et me lance dans la grande histoire des Gardiens et des Cauchemars, version épurée pour ne pas lui donner la sensation que je l’entube, avant d’expliquer ma condition ambiguë.

« Et tu sais…j’ai même pas le droit d’être là. Si un Gardien me trouve, il peut me mettre à la porte de ce monde et si le Faiseur de Rêves trouve que c’était l’intrusion de trop, il peut peut-être même me retirer ma capacité ! » Je la regarde presque désespéré. C’est bien la pire chose qui pourrait m’arriver. En fait j’en sais rien, mais l’idée me terrorise.

« Si tu as d’autres questions, si je sais y répondre, je le ferai. Crois-moi s’il te plait…je sais que ça paraît fou, mais c’est pourtant vrai ! Et..je euh….crois-moi, ça m’a fait drôle de te croiser comme ça. Je n’étais pas préparé, pas préparé du tout ! » J’avais mon regard planté dans le sien jusqu’à présent, mais à ce moment-là, je le détourne, je crois que je rougis, pas trop j’espère…ça la fou mal quand même…Je dois avoir l'air d'un gamin qui boude. La honte.

_________________
Girl...You're driving me crazy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

informé

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 909
POINTS : 5140



MessageSujet: Re: The Trial   Lun 5 Juin - 19:17



   
The Trial
Kayden



Le désespoir qui pointe dans sa voix finit par avoir raison de ma hargne. Il était peut-être grand temps. Alors que j'arrête de frapper comme une forcené contre le revers de son épée, mon bras retombe mollement contre mon flanc, tremblant. Je suis à fleur de peau, et maintenant que la colère retombe, je sens à nouveau cette angoisse dévorante qui me saisit et me paralyse le cœur. Cette situation est effrayante, à un point tel que même la simple présence rassurante d'Aiden ne parvient pas à m'apaiser. Les bourrasques houleuses s'adoucissent pour laisser apparaître de légères brises marines, glaciales, et gorgées d'iodes. Au loin, le riche navire poursuivis s'éloigne et s'échappe pour de bon. Le pont est vide, désert de tout équipage. Un lourd poids semble s'abattre sur mes épaules. Manœuvrer seule ce bâtiment me procure la même impression que gérer en silence la folie qui semble me guetter au loin.

J'ai demandé à ma collègue tout à l'heure, celle qui a pris le relais auprès de ce client tout droit sortie de mes rêves, de me décrire Monsieur Fawkes. Elle m'a lancé un regard empreint d'incompréhension mais a toutefois répondu à ma question. Un brun aux yeux clairs, quelque peu intimidé et attendrissant, mais « plutôt beau-gosse ». Nous avions toutes les deux vu la même chose. Alors, suis-je vraiment en train de devenir folle ?

Le timbre doux d'Aiden se glisse dans les airs et m'interpelle. Je repose mon attention sur lui, surprenant alors mon regard inquiet perdu dans l'immensité brillante de l'océan. Il veut tout expliquer. Alors … c'est qu'il y a bien une explication. Je le regarde en coin de longues secondes, perdue entre un sentiment de méfiance et un arrière-goût de colère éteinte trop brusquement. Mon cœur balance, et finalement je prends ma décision. Un soupir résigné filtre à travers mes lèvres tandis que je range mon sabre contre ma hanche. Mes bras désormais totalement libres se croisent sur ma poitrine.

- D'accord, alors … Je t'écoute.

La sévérité que j'ai voulu mettre dans mes paroles laisse plutôt paraître à quel point je suis larguée dans toute cette histoire. Tout ce que je demande, c'est comprendre. Alors lorsque le récit tant attendu commence, je laisse mon acolyte de toujours parler jusqu'au bout. Sans l'interrompre. Ni même broncher. Et quand enfin Aiden arrête de parler, je manque presque de lâcher un éclat de rire nerveux et sarcastique, de secouer la tête, et d'en conclure que – ouais, quelle idée Kaylee, pauvre idiote – nous nous trouvons bien dans ma tête, un foutu rêve, et que rien de tout ceci n'existe autre part que dans mon inconscient profond. Des cauchemars fabriqués sur mesure et un monde parallèle, bien sûr. Ai-je vraiment l'air si crédule ? Pourtant rien de tout ceci ne transparaît sur la mine grave qui s'est incrustée sur mon visage. Ce sont finalement ses dernières paroles qui me font cligner des yeux, lorsqu'il évoque cette fameuse rencontre déroutante et donc des souvenirs qui lui sont propres, bien à lui.

- Ça fait … beaucoup de choses à croire, Aiden, avouais-je en détournant les yeux un instant, mal à l'aise. Est-ce que c'est une mauvaise blague ?

Mes membres parviennent enfin à quitter la position figée dans laquelle je m'étais repliée. J'avance de deux pas et me laisse tomber au fond d'un tas de cordage dans un élan de dépit. C'est pas vraiment confortable, mais je n'ai pas le courage de me relever de là. J'essaye de faire du tri dans tout ce qu'il a dit. Malheureusement les informations tournent et tournent encore dans mon crâne, si bien que j'en ai presque le mal de mer.

- Donc, nous sommes vraiment dans un rêve. Mon rêve.

Je fronce les sourcils et essaye de faire un effort pour croire ses explications. Les joues roses d'Aiden passent à des années-lumières de mon esprit. Je me concentre pour trouver un peu de vérité dans ses dires. Mes yeux parcourent rapidement notre environnement. C'est vrai que les choses ont changé du tout au tout depuis tout à l'heure. À présent, chose absolument ahurissant, l'océan est calme. Si calme, qu'il n'y a plus la moindre vague. La surface sombre de l'eau est parfaitement lisse.

- Est-ce que je peux changer les choses ? Je veux dire … Tiens, est-ce que je pourrais t'enlever tous tes vêtements d'un clin d’œil, là, maintenant ?

Je lui glisse un regard en biais narquois. Oh, la jolie petite vengeance immature de ma part. D'un coup, je redeviens plus sérieuse et me tourne plus franchement vers lui du fond de mon tas de cordes.

- Admettons que tout « ça », soit vrai … Je n'arrive pas à y croire, Aiden, je suis vraiment désolée. Alors, hm, je te propose quelque chose. Et si on se retrouvait à un endroit bien précis, quand … quand je serai réveillée ?

Je grimace. Qu'est-ce que c'est compliqué de s'exprimer lorsqu'on s'est embourbée dans une situation aussi saugrenue.

- De cette façon, j'aurai vraiment la certitude que tu était avec moi, ici. Dans ma tête.

Je fronce le nez sous cette dérangeante remarque.

- Parce que ça voudrait dire tu as bien eu le rendez-vous. Tu vois ?

Je hausse timidement les épaules. C'est vraiment gênant. Est-ce que je viens vraiment de me poser un lapin à moi-même pour un faux rencart ? On touche le fond. Mais il y a quelque chose de bien plus perturbant encore ; L'idée même de me retrouver en tête à tête avec lui, pour de vrai. Pour de bon. Sans plus pouvoir se réfugier derrière une incroyable excuse onirique.

Codage par Emi Burton

_________________
dream is coming true

je t'ai cherché partout, même ailleurs. je t'ai trouvé, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seule, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

banni

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 01/06/2016
MESSAGES : 892
POINTS : 4235



MessageSujet: Re: The Trial   Mar 6 Juin - 18:35


« THE  TRIAL... »

Kaylee & Aiden


Je soupire presque de soulagement lorsque les coups cessent de pleuvoir. Enfin. Enfin elle veut bien entendre raison. Mais je vois à son expression qu'elle est perdue, je ressens intensément son incompréhension et sa peur. Mon instinct de Gardien à mes heures perdues me pousse à rendre le décor le plus chaleureux possible. Le soleil picote doucement nos peaux de sa chaleur, la brise est douce, le bruit des vagues contre la coque régulier.

Elle accepte de m'écouter, je ne me fais pas prier. Encore une fois, si mes explications semblent lui donner matière à penser, ce n'est pas de la bonne manière, du moins, j'ai l'impression qu'il en faudra beaucoup plus pour la convaincre. En même temps, n'importe qui de rationnel ne pourrait pas croire à ça aussi facilement ! Ses expressions passent vraiment par tous les sentiments. Il me semble qu'elle pourrait éclater de rire, mais, d'un rire nerveux évidemment. Finalement, elle me demande si c'est une blague.

« Non bien sûr que non. Je ne me permettrais pas. »

Et je suis parfaitement sérieux. On dirait que j'ai rangé mon humour au placard. Je la vois qui s'étale dans un tas de cordes tout près. J'en profite pour me redresser un peu plus, assis en tailleur. Je n'ose pas me rapprocher d'elle, j'ai peur de la brusquer, mais je ne la quitte pas du regard. Elle pourrait filer, on ne sait jamais. Elle semble réfléchir à la situation. J'ai l'impression qu'elle va sombrer dans la folie. Il faut absolument que je lui montre qu'elle n'est pas bonne pour l'asile.

« C'est complètement dingue et dur à croire, je sais, mais oui, on est bien dans un rêve, toi et moi. Et effectivement, dans ton rêve... »

Son silence et le soudain silence ambiant me met mal à l'aise. Elle me pose soudain une question qui me laisse complètement ahuri et presque un peu trop pâle. Moi à poil devant elle ?

« Qu...qu...quoi ? » Heureusement que je suis déjà sur le cul. Je ne m'attendais pas à une telle remarque de sa part dans une situation pareille. Si ça avait été une autre situation, je lui aurais répondu que ça pouvait se faire, mais là, j'ai juste rien à répondre tellement...bah...je m'y attendais pas quoi. Mon étonnement est de courte durée par contre. La voilà qui enchaîne plus sérieusement. Je me disais aussi, c'était bizarre qu'elle fasse soudain des propositions salaces. Quelque chose au fond de moi est presque déçu. Mais ce n'est pas le moment de penser à ça. Pas du tout. Elle m'en voudrait en plus. C'est sûr. Elle veut qu'on se donne rendez-vous. Pour vérifier mes dires. Rendez-vous en vrai.

A la fois je jubile parce que c'est elle qui le propose et en même temps j'ai une grosse boule dans le ventre. Je serais ravi de la revoir dans la réalité, mais la dernière fois m'a laissé un drôle de souvenir mélange de gros malaise et d'euphorie.

« Oui je vois...euh..d'accord, mais tu n'essaieras pas de m'attaquer avec une épée hein ? »

Je tente un brin d'humour avec un petit sourire incertain.

« Tu voudrais qu'on se rencontre où ? »

Je me remet sur pieds doucement, avant de lui tendre la main pour l'aider à se relever. J'attends bêtement, en espérant qu'elle acceptera et qu'elle ne m'enverra pas bouler. Je songe à faire apparaître discrètement un chaton sur mon épaule pour l'attendrir, mais je ne suis pas certain que ça ait l'effet escompté. Alors, j'attends. J'espère que j'ai pas la main trop moite.

_________________
Girl...You're driving me crazy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

informé

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 909
POINTS : 5140



MessageSujet: Re: The Trial   Mer 7 Juin - 14:34

Et boum, Kaylee passe du rang d'ignorante à celui d'informée    




   
The Trial
Kayden



Je lâche un petit rire nerveux. C'est drôle, alors que lui et moi nous côtoyons depuis toujours, nous voilà à présent tout aussi gênés l'un que l'autre. Une chose est sûre, il va me falloir pas mal de temps pour digérer la chose. Et quand bien même toute cette histoire se révélerait être tout droit sortie de mon imagination, j'aurais tout de même du mal à passer à autre chose. Ce rêve aurait pris un angle bien trop réel pour ne pas laisser des marques dans mon esprit. N'importe qui en aurait été troublé pour un bon moment.

- Je suppose que je ne sais pas manier une épée, en vrai.

J'avise la main qu'il finit par me tendre pour me tirer de mon piège de cordes. Quelque chose me fait hésiter. Peut-être la question qu'il a posé. Où pourrait-on se retrouver ? Ce n'est pas quelque chose que je souhaite prendre à la légère. Tout d'abord je ne me vois pas l'inviter à venir chez moi. Et encore moins à la sortie de mon boulot. Il y a des repères qu'il ne faut pas bousculer. Le cours de ma réflexion est soudainement interrompu par un drôle de chant, par-dessus la rambarde du navire. Les vagues ont repris leur danse contre la coque. Leur bruissement régulier se trouve accompagné d'une curieuse mélodie, alternant de douces notes tantôt graves, tantôt aiguës. Bientôt, une gerbe d'eau salée fuse dans les airs. Une légère bruine nous retombe dessus et vient mouiller nos joues. Je ferme les yeux et les rouvre juste à temps pour apercevoir un énorme mammifère marin sauter hors des flots et retomber lourdement sous la surface, tout près du bateau. Des baleines !

Je me retourne vers Aiden et échange avec lui un regard surpris. D'où peuvent-elles bien venir ? Je me penche en avant pour attraper sa main. À l'instant même où nos deux paumes fusionnent ensemble et où Aiden me tire vers lui, une nouvelle ombre gigantesque apparait sur la droite de la frégate. J’ai à peine le temps de comprendre ce qu'il se passe que l'énorme cétacé cache soudain l'éclat du soleil. Une pluie brutale s'abat sur nos épaules. La baleine acheva son extra-ordinaire exploit et replongea de l'autre côté du bateau. La lumière revient alors que la gueule immense du mammifère joueur retrouve la sécurité de l'océan dans une énorme explosion d'eau.

Une vague violente se fracasse avec force contre le navire. Nous tanguons dangereusement, si bien que j'en perds l'équilibre et trébuche sur Aiden de tout mon poids. Le bateau entier semble protester dans un craquement de bois inquiétant. Le mobilier du pont glisse alors au gré des secousses, happés par la gravité. Un tonneau manque de me percuter de plein fouet. Oh bon sang. Nous perdons l'équilibre pour de bon et glissons sur le flanc jusqu'à la rambarde opposée, qui flirte carrément avec les vagues noires de l'océan. Un instant, l'idée de plonger là-dedans me pétrifie le cœur. Mais je n'ai pas le temps de crier que notre glissade se retrouve aussitôt amortie par les cordages qui ont, eux aussi, roulés jusqu'au bord de la balustrade.

J'ai le souffle coupé sur le coup. Mes yeux se lèvent sur le bateau qui s'élève devant nous. Nous sommes dans un rêve. Nous sommes dans un rêve. Une telle chose ne peut se produire que dans un rêve. La coque en bois se retourne pour de bon, nous entraînant alors sans nous laisser le choix vers des profondeurs sous-marines incertaines. Je prends une grande goulée d'air. Puis c'est le grand plongeon.



- Aiden ?

J'ouvre un œil, puis l'autre. Qu'est-ce qui s'est passé ? Je n'ai pas l'impression d'être trempée, mais le plus curieux reste encore que je peux respirer. Perplexe, et un peu tremblante, je me relève tant bien que mal. Ce que je découvre alors me laisse sans voix.

Devant moi une mer apaisée, d'un bleu aussi envoûtant que les yeux de mon partenaire, s'étend de tout son long jusqu'à l'horizon. Les reflets chauds et exotiques d'un couché de soleil se perdent à la surface de cette étendue infinie. Des curieux poissons arborant mille et unes couleurs jaillissent de l'eau pour me saluer. Le spectacle est splendide. Mais le plus fascinant reste l’impressionnant cétacé nageant paresseusement dans le ciel. Serait-ce celui-là même qui a renversé notre navire ? Son énorme silhouette se fond presque dans les teintes pastels de la voûte céleste. Lentement elle entreprend alors de tourner sur elle-même parmi quelques nuages cotonneux. Au loin, un cri aiguë comme j'ai pu en entendre tout à l'heure raisonne par-dessus les flots.

- C'est toi qui as fait ça ? Soufflais-je tout bas à l'intention du brun, avant de réussir enfin à détacher mes yeux du ciel.

Notre précédente conversation me percute soudainement. La magie du moment a laissé mes craintes s'échapper. C'est plus sereine que je me tourne vers la question.

- Sinon, eh bien … Il y a une petite place devant la marie de Manchester. On pourrait peut-être se retrouver là-bas. Je connais un café sympa, pas loin.

Je lui souris, mais me retiens d'ajouter que je préférerais attendre son quelconque sosie dans un endroit public. Courageuse mais pas téméraire. La présence de la population aura quelque chose de rassurant.

Codage par Emi Burton

_________________
dream is coming true

je t'ai cherché partout, même ailleurs. je t'ai trouvé, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seule, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

banni

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 01/06/2016
MESSAGES : 892
POINTS : 4235



MessageSujet: Re: The Trial   Ven 9 Juin - 17:37


« THE  TRIAL... »

Kaylee & Aiden


Lorsqu'elle répond qu'elle ne sait sans doute pas manier une épée en vrai, un sourire discret se dessine sur mes lèvres. Heureusement pour moi. Mais mon sourire ne dure pas longtemps. En même temps elle a l'air tellement désemparée devant la situation que je m'inquiète forcément un peu. Je ne sais pas à quel point je peux réellement lui expliquer des choses dans son rêve sans que ça lui porte préjudice à sa santé mentale. Si je fais un truc de travers, je peux la faire sombrer et ça, je m'en voudrais toute ma vie si jamais ça arrivait. Je chasse cette pensée de mon esprit. Je sens quelque chose venir, je ne saurais pas dire quoi, mais vu l'hésitation de Kaylee qui ne prend toujours pas ma main – j'en suis presque vexé – , son inconscient doit préparer un coup.

Bingo ! Quelques secondes plus tard, nous entendons un chant profond résonner. Je tourne légèrement la tête, la main toujours tendue vers Kaylee – n'étant pas du genre à lâcher l'affaire très vite –  et aperçoit une grande masse sombre qui se propulse pour s'élever au-dessus des vagues et retomber gracieusement dans l'océan, nous arrosant au passage. Je cligne des yeux légèrement surpris. Pourquoi des baleines tout d'un coup ? Je pose un regard interrogateur sur Kaylee qui me rend la pareille. Évidemment qu'elle ne saura pas me dire pourquoi, suis-je bête. Pour ne pas l'inquiéter, je tente de prendre une expression plus sereine. Ouf, elle prend enfin ma main. Je la tire doucement vers moi pour l'aider à se relever, plus heureux que jamais qu'elle accepte de nouveau le contact, même s'il n'est qu'onirique.

Sa douce petite main au creux de la mienne, je n'ai pourtant pas trop le temps de me réjouir. Tout se passe très vite. D'abord, et ça, c'est quand même fantastique à voir, une baleine énooorme saute par-dessus le navire. Je me raidis sous l'effet de surprise et par crainte qu'elle ne s'écrase sur nous. Ensuite, et bien, vient la vague et là, on ne fait pas les fiers. On perd l'équilibre dans un même mouvement. Heureusement pour moi, et sûrement pour elle puisque j'amortis le choc, Kaylee vient s'écraser sur moi. Je douille, les fesses et le dos détruit, mais j'suis heureux. Elle est là dans mes bras et je la serre bien fort contre moi. Je fais bien parce qu'une demi-seconde plus tard, on glisse complètement. Je me concentre pour que rien ne vienne nous écraser, mais je ne peux guère faire mieux.

Les choses continuent de s'enchaîner rapidement, je n'ai pas vraiment compris comment, mais on se retrouve d'un coup plongés sous l'eau sombre de l'océan. Je m'arrange pour toujours tenir Kaylee et puis, je me laisse entraîner par cet étrange phénomène. C'est soit, soit le réveil, autant dire que j'ai pas envie de laisser Kaylee dans cette galère toute seule. J'ose pas imaginer comme elle pourrait m'en vouloir.

Nous basculons dans une sorte d'autre réalité, enfin, si l'on peut dire ça dans un rêve. Nous sommes de nouveau côte à côte, sec et confortablement installés dans un décor splendide. Je constate avec une pointe de déception que je ne suis plus collé à elle. Mais il me semble qu'elle a définitivement enterré la hache de guerre et ça, ça me va. Je m'autorise enfin à sourire. Un sourire qui s'étire davantage lorsqu'elle me demande si j'ai fait ça. Je la regarde d'un air mi-malicieux, mi-admiratif en soufflant ma réponse :

« Non, c'est ta merveilleuse imagination. »

Cette femme est incroyable. Je suis sûre que mes rêves seraient barbants à côté des siens. J'espère pouvoir lui dire tout ça. Que toutes ces années, j'ai vécu les plus belles aventures de ma vie à ses côtés, dans ses rêves et que je ne changerai les choses pour rien au monde. Je ne peux m'empêcher de la regarder avec tendresse. Mais elle parle à nouveau.  A l'écouter, je me sens un peu stressé. Le retour à la réalité, enfin, si l'on peut le dire. Elle me propose, comme je m'en doutais, un rendez-vous en place publique. C'est normal, c'est plus sûr. Alors qu'elle me sourit en terminant sa phrase, j'ai le cœur loupe un battement, elle est si belle quand elle fait ça. Je regarde de nouveau devant moi avant de répondre, maintenant que je me sens un peu mieux.

« Ça me va. »

Je tourne de nouveau le visage vers elle pour lui adresser un sourire. Je cherche une vanne par rapport à un potentiel code vestimentaire pour le rendez-vous, j'avoue que ça ne me vient pas. Alors je fini pas tout simplement demander :

« Comment tu te sens ? »


_________________
Girl...You're driving me crazy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

informé

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 909
POINTS : 5140



MessageSujet: Re: The Trial   Sam 10 Juin - 11:46



   
The Trial
Kayden



Aiden me demande comment je vais, et je finis par soupirer. Je me laisse retomber par terre, contre le plancher dur et humide du pont, et m'adosse contre la vaillante rambarde. Mes yeux restent accrochés à l'étonnant spectacle de la baleine suspendue dans le ciel. Comment je me sens ? Pas vraiment plus avancée que la veille. On vient de m'apprendre qu'une armée de joyeux lurons s'amusent chaque nuit à aller se promener dans la tête des gens, principalement pour aller botter les fesses aux mauvais rêves du coin, et je n'en crois pas un mot. Il s'agit peut-être là d'une simple façon de me protéger de toute cette histoire. Si je n'avais jamais croisé Aiden au cabinet vétérinaire, et s'il m'avait tout révélé de la même façon au court d'une nuit comme celle-ci, je me serais probablement laissée prendre au jeu. Mais tout ceci n'aurait été qu'un rêve. Un peu de magie. Rien de concret. Il avait eu raison sur toute la ligne lorsqu'il avait rétorqué que jamais je ne l'aurais cru.

- Je n'en sais rien, avouais-je sans le regarder en face.

Je n'arrive plus à penser quoi que ce soit. Mon esprit s'est certainement mis en mode veilleuse, car il faut bien avouer que ça fait beaucoup à digérer pour quelqu'un d'endormi. Je n'ose pas trop imaginer mon état s'il avait réellement dû m'expliquer tout ça hier matin. Alors que mon attention se perd  dans mes souvenirs, un contact doux et chaleureux se manifeste soudainement contre mon bras. Un ronronnement  animal grésille à mes oreilles. Une petite boule de poils rousse apparaît alors devant nos  yeux. C'est le chat que Aiden a renversé sans le vouloir avec son scooter. Celui-là même qui l'a précipité vers mon lieu de travail. Le félin frotte son arrière-train contre moi avant d'enjamber agilement mes jambes étendues pour mieux rejoindre le Gardien. Inconsciemment, je me dis que pour avoir voulu sauver un chat errant, le Aiden du monde réel ne peut être qu'un type bien. Le matou grimpe sur le brun sans chercher à obtenir une quelconque autorisation et entreprend de lui malaxer les cuisses à l'aide de ses coussinets fous et impatients à l'idée de recueillir quelques caresses.

- Buddy a été très sage quand tu es partie, souriais-je en reprenant ce surnom qu'il avait lui-même attribué au blessé poilu tout à l'heure.

Je croise enfin les yeux bleus de mon fantôme onirique. S'il ne se présente pas devant la mairie de Manchester, alors je le croiserai forcément lorsqu'il viendra chercher le chat. J'ignore ce que je préférerais. Savoir que l'homme que j'ai en face de moi existe tant dans mes rêves que dans la vie réelle, ou savoir que son sosie parfait évolue quotidiennement dans la même ville que moi.

- Je crois qu'il est l'heure, lançais-je alors en reportant mon attention sur l'horizon.

Le soleil termine peu à peu sa course avant de venir mourir pour de bon derrière les flots. Au loin, la baleine achève son dernière looping flegmatique et s'éloigne dans le ciel, ne laissant derrière elle qu'un lent salut dû au mouvement lourd de sa queue de poisson gigantesque.

La nuit touche à sa fin. Ce moment de répit aussi.

Codage par Emi Burton

_________________
dream is coming true

je t'ai cherché partout, même ailleurs. je t'ai trouvé, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seule, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: The Trial   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Trial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comment faire du carburant 2 temps?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: RP’s.-