AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥
» pour «

Partagez | 
 

 Oops i did it again ♦ Baptiste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

informé

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 699
POINTS : 3470



MessageSujet: Oops i did it again ♦ Baptiste   Mar 9 Mai - 17:07



   
Oops i did it again
Baptiste & Kaylee


Un coude nonchalamment appuyé contre le volant de ma voiture, j'enfonce mon menton dans le creux de ma paume et regarde d'un œil vide le feu tricolore résolument coincé sur le rouge. Un gros soupir m'échappe. Sur la banquette arrière, Léon se trémousse et vient caler sa truffe humide sur le dossier de mon siège. Sa langue rappeuse vint chatouiller l'arrière de ma nuque avec affection, ce qui a le don de me faire couiner de mécontentement et gesticuler comme une folle pour l'empêcher de continuer.

- Non ! Léon, non ! Assis !

Un jappement heureux répond à mon regard noir de menaces. Il est fou de constater à quel point mes talents de dresseuse sont lamentables, alors même que je prétends être vétérinaire. Je râle un peu pour la forme et enclenche la première vitesse avant de me faire klaxonner.

Le quartier change, et me voilà enfin en train de naviguer au cœur du sud de Manchester. À l'arrière, je sens mon chien qui s'agite et trépigne d'impatience à l'idée de sortir de la voiture. Nous ne venons généralement dans ce coin que pour une chose ; Épuiser Léon par une longue balade dans la forêt ou le long des rives du Mersey. Je souris, en plein déni. Il est presque certain que je rentrerai bien plus fatiguée que lui de cette excursion.

Nous n'avons pas encore quitté les derniers paquets de maisons que la sonnerie caractéristique de mon téléphone portable raisonne au fond de mon sac à main. Les oreilles de mon chien se dressent avec attention. Je jette un coup d’œil à mes affaires sur le siège passager et hésite un bref instant. Il y a deux jours de ça, mon voisin est encore venu me pourrir de reproche en remarquant une nouvelle éraflure sur la carrosserie de sa poubelle roulante. Répondre au téléphone maintenant ne serait peut-être pas très sage … Oh, et puis merde. Il n'y a personne qui traîne dehors dans ce quartier de riche.

L'une de mes mains lâche le volant pour aller tâtonner un peu à l'aveuglette les tréfonds obscurs de mon sac à main. J'attrape enfin le cellulaire et découvre le nom d'Oliver, l'un de mes collègues. Un doute me saisit. Il y a peut-être une urgence. Il a probablement besoin de moi. Dans la panique, j'essaye de décrocher d'une main mais perds subitement le contrôle de l'objet. Il me glisse entre les doigts et tombe entre les deux sièges.

- Rhhha !

Sans réfléchir, je quitte définitivement la route des yeux pour plonger à la recherche de mon téléphone. Je l'attrape juste à temps pour découvrir une silhouette plantée au milieu de la route, sur un passage piéton. En plein dans la trajectoire de ma voiture. Ma chaussure écrase la pédale de frein. Les pneus crissent sur la chaussée aussi fort que je me mis à crier sur mon siège conducteur. Bon sang mais il n'y a vraiment JAMAIS personne dans ces rues d'habitude ! Le véhicule s'immobilise violemment. Un léger choc se répercute contre le pare-choc. Et je me permet enfin d'ouvrir les yeux.

- OH MON DIEU !

Le gars a disparu. Est-il … passer sous les roues ? Est-ce que j'ai vraiment tué quelqu'un aujourd'hui ? Du bruit à l'avant de ma voiture, sur la route, attire mon attention. J'ouvre la portière avec précipitation mais me fige soudain. Une nouvelle sonnerie vient de vibrer dans l'habitacle. Je relève le cellulaire que je tiens dans ma main et découvre un message laissé par Ollie. « Ma voiture est foutue. Tu peux passer me chercher demain matin pour aller au boulot ? ». Je gémis et sors avec hâte. Je n'ai pas le temps de refermer la portière derrière moi que déjà Léon a filé à la vitesse de l'éclair entre mes jambes. Le chien bondit en avant et vient saluer ma victime routière d'un énorme coup de langue en travers du visage. J'accoure à ses côtés, repousse sans scrupule l'animal un peu trop aimant, et me penche sur l'homme que je viens de renverser.

- Je suis infiniment désolée ! Vous-vous allez bien ?!

J'attrape ses deux épaules et le secoue presque pour avoir une réponse.

- Je dois appeler une ambulance ? Attendez ! Vous voyez combien de doigts là ?

J'agite mon index et mon majeur devant sa figure noyée de bave de chien. Puis je me force à retrouver mon calme sans attendre de réponse et tapote à nouveau ses deux épaules.

- Ça va allez, je suis médecin. Enfin vétérinaire. Vous vous êtes fait mal en tombant ?
Codage par Emi Burton

_________________
dream is coming true

je t'ai cherché partout, même ailleurs. je t'ai trouvé, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seule, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 04/05/2017
MESSAGES : 203
POINTS : 1630



MessageSujet: Re: Oops i did it again ♦ Baptiste   Sam 13 Mai - 0:58


Oops I did it again
◈ Y a que les enfants, qui savent éviter, ces sacrées rayures, qui nous font tomber, tu sais que les grands, ceux, qu'on sera jamais, suivent leurs chaussures, sans rien regarder, nous piétineraient même, tranquille pour un peu, tout ça parce qu'on s'aime, qu'on vis pas comme eux. ◈
Sortir en ville, rejoindre les bruits environnants et parasites, qu’il fallait alors contrôler de tous les bords, faire attention, toucher, obligé d’avoir sa canne.
Baptiste laissa échapper un très long soupir, avant de se décider à se lever pour tâter son placard. Cardigan. Pas de cravate. Incapable de les faire correctement sans s’emmêler.
Toucher sa peau, sentir la barbe et remettre au lendemain.
Baptiste termina de s’habiller, tâta pour trouver son téléphone en permanence connecté sur la sonnerie, et il le rangea dans son sac.
Tout ça pour une recherche pour un cours. Simplement ça. Mais Baptiste n’aimait pas rester sans réponse, et il savait que la personne se chargeant du rayon braille dans la bibliothèque où il allait, était assez sympathique pour lui lire quelques livres à sa place.
Bien fermer la porte, trouver la serrure rapidement, repasser en revue toutes les fenêtres, se rappeler les avoir toutes touchées pour les fermer. Demi-tour à la porte, avancer jusqu’aux pavés de la rue.
Puis avancer, et faire attention aux bruits. Pas un bruit. Bien, pas de voiture.
Baptiste connaissait la rue par cœur à force de la traverser, il sentit ses pieds descendre, sans avoir même déplié sa canne qui se repliait toute seule. Progrès incroyable et pratique. Avançant, guettant les bruits, il entend pourtant la voiture arriver, et se dépêche d’avancer avant de sentir un choc. Léger, mais suffisant pour faire danser la valse à son cœur.
L’aveugle se sentit tomber au sol, et il grimaça, avant de prendre conscience qu’il n’avait mal nulle part, qu’il était juste tomber sous la peur. Ridicule infirme sans force. Il eut envie de cracher comme un chat, à cette pensée.
Maudit esprit rouillé qui le ramenait toujours à ce genre de pen… Humidité. Sur son visage. Quelque chose d’humide, de fripeux, de désagréable, en fait. Une langue. Grimace appuyé de la part de Baptiste qui se demande ce qu’il se passe.
Le choc était-il dû à un portail spatio-temporel ? Etait-il dans l’espace, et venait-il de se faire goûter par une créature à trois bras et toute gluante ?  « Tu as trop d’imagination, Baptiste, tu devrais devenir écrivain à force », lui avait dit sa presque sœur. Elle avait peut-être raison. Il faut dire que sans voir, il pouvait imaginer tant de choses.

Mais une voix humaine résonna à ses oreilles, lui demanda s’il allait bien. Oui il allait bien, si on omettait l’impression d’être mouillé de la joue. Fronçant les sourcils, il entendit la voix – féminine, apparemment, une voix paniqué, pas trop aigu, ou pas de nature aigue de base. Légèrement cassée. Qui lui demandait le nombre de doigts qu’il voyait, alors que ses yeux ne laissait paraître que du noir, des ténèbres, et le vide.

Et cette femme prétendant être vétérinaire. Ca se voyait qu’elle s’occupait plus d’animaux que des humains. Sinon elle aurait remarqué que les yeux de Baptiste ne la fixaient pas, qu’ils étaient fuyants, ailleurs, cherchant sa canne qu’il avait lâché par le même temps. Enfin, son bout de canne. Sa presque-canne.

- Non, je ne me suis pas fait mal. J’imagine que si vous êtes désolée, c’est que vous êtes la malheureuse personne qui doit apprendre à freiner plus rapidement.

Son ton n’est pas des plus sympathiques, pourtant, une touche de sarcasme sonne dans sa voix, il l’entend très bien. Baptiste est bien sûr de mauvaise humeur d’être tombé, mais le fait que cette fille n’est même pas comprise ce qu’il était, n’a de cesse de l’amuser.

- Quand à vos doigts, j’imagine qu’il doit vous en manquer, pour vous rater autant, au niveau de la conduite. Et toute vétérinaire que vous êtes, il semblerait que vous vous promenez librement avec un chien dans la voiture.

Pour le chien, c’était facile à déterminer que ce n’était pas un extraterrestre : trop râpeux, et le bruit qu’il avait fait l’air certainement content.
Baptiste ne demanda pas où était sa canne, la cherchant simplement des mains, palpant le sol, l’air un peu dégouté, sentant que ce n’était pas si propre que ça. Il ne s’abaisserait jamais à demander de l’aide. Jamais. Il devait partir et quitter cette furie pas capable de conduire une voiture où de reconnaître un aveugle quand elle en voyait un.

© Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

informé

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 699
POINTS : 3470



MessageSujet: Re: Oops i did it again ♦ Baptiste   Mer 24 Mai - 16:12



   
Oops i did it again
Baptiste & Kaylee


L'homme parle enfin, et sa voix raisonne comme le glas de la délivrance. Je pousse un gros soupir de soulagement, sans même vraiment porter attention aux accusations voilées qu'il me lance. Si ma victime ne s'est pas mise à hurler de douleur en se roulant dans les graviers, c'est certainement que toute blessure grave a été évitée. De même elle n'est pas restée figée au milieu de la route, le regard vide, après un fatal choc crânien. Et bien heureusement, parce que j'aurais définitivement cédé à la panique.

- Oui, ahem … Je ne vous avais pas vu. J'ai dû tourner les yeux un instant et voilà le résultat, ah ah ah !

Je gigote sur place et passe une main nerveuse dans mes cheveux. Mon aveux n'est absolument pas honnête. Mais je ne me vois pas déclarer à cet homme que j'ai failli l'envoyer tout droit à l'hôpital parce que je cherchais mon téléphone perdu entre deux sièges. On me retirerait sûrement mon permis de conduire s'il allait raconter ça. À juste titre certainement, mais passons.

- Oh non, mon chien est très bien élevé !

Et un mensonge de plus. Je pique clairement un fard en essayant de me dépatouiller de cette situation. Je n'ai jamais vraiment su mentir, mon corps entier se ligue contre moi pour me trahir aux yeux de mon interlocuteur. Mes yeux se font fuyant, je pince les lèvres d'un air gêné, et mes mains se tordent entre elles sans même que je ne m'en aperçoive. Quelque part, et bien que je l'ignore encore complètement à ce moment précis, le fait que ma victime soit aveugle est carrément une chance sur ce coup-là.

- Léon est simplement venu voir si tout allait bien. C'est un chien très serviable, vous voyez ?

Je lui fais des yeux plein d'étoiles, essayant réellement de le convaincre sur la bonne éducation de mon chien.

- N'est-ce pas Léon ? Que … Qu'est-ce que t'es en train de mordre comme ça ?

Mes sourcils se haussent de surprise alors que je fais enfin attention à ce que mon fameux clébard est en train de faire. Je le découvre bien trop silencieux et bien trop calme, ce qui aurait dû alerter un sixième sens caché en moi. Le voilà soigneusement occupé à mâchouiller quelque chose qu'il a savamment coincé entre ses deux grosses pattes avant. Mais enfin qu'est-ce qu'il fabrique ?

- Un bâton ? Hey, arrête ça !

D'un geste énergique, je repousse sa grosse masse de poils pour récupérer la canne abandonnée à même le sol. Imaginant alors à quoi peut bien servir cet objet, je me tourne à nouveau vers l'homme toujours à terre, et plaque une main scandalisée sur mes lèvres.

- Oh non ! Vous êtes handicapé ? Vous marchez avec une béquille ? Olala, j'espère que je n'ai pas aggraver l'état de vos jambes !  
Codage par Emi Burton

_________________
dream is coming true

je t'ai cherché partout, même ailleurs. je t'ai trouvé, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seule, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 04/05/2017
MESSAGES : 203
POINTS : 1630



MessageSujet: Re: Oops i did it again ♦ Baptiste   Ven 26 Mai - 21:44


Oops I did it again
◈ Y a que les enfants, qui savent éviter, ces sacrées rayures, qui nous font tomber, tu sais que les grands, ceux, qu'on sera jamais, suivent leurs chaussures, sans rien regarder, nous piétineraient même, tranquille pour un peu, tout ça parce qu'on s'aime, qu'on vis pas comme eux. ◈
Au moins, le chien ne mordait pas. C'était déjà le bon point. Pour le reste, sa maîtresse semblait clairement désemparé, et peu douée. Soupir intérieur. Serrage des dents. Bon, Baptiste ferait avec, et de toute façon, cette fille le faisait presque rire.
Presque. Il ne savait pas si elle mentait ou quoi, quand elle parlait de son chien, ou de son déficit de la vision - à se demander qui était aveugle dans l'histoire -, mais dans tous les cas, elle semblait tout simplement à la ramasse.
Mais Baptiste ne voyant rien, ne voyait donc pas à quel point la demoiselle était mal à l'aise, prouvant combien elle ne disait pas la vérité. Forcément, il entendait les tremblements de sa voix, mais se disait que ça venait juste du fait qu'elle venait de manquer d'assassiner quelqu'un.
Baptiste soupirais encore, maugréant intérieurement, et tentait de se redresser, cherchant encore sa canne, le plus rapidement possible, histoire de pouvoir repartir vite. Son coeur manqua de s'arrêter quand il entendit la demoiselle demander à son chien ce qu'il pouvait manger.
Déjà, il se demanda comment on pouvait réellement appeler son chien Léon, et ensuite, il compris que ce que ce maudit clébard mangeait, était sa canne.

Cherchant des mains le chien pour lui retirer ça le plus vite possible de sa bouche, il ne sentit rien, sinon, le vide, et entendit la femme proférer des paroles qui le laissèrent un instant interdit. Si Baptiste avait pu voir, il aurait regarder cette femme comme si elle était un E.T. A la place, si ses yeux exprimaient bien ce fait - qu'il entendait un extraterrestre lui causer -, ils semblaient fixer totalement ailleurs.
Apparemment, cette fille était suffisamment naïve pour ne pas avoir remarqué qu'il était aveugle, et donc, que sa canne lui servait à pouvoir se repérer. Parvenant à enfin la trouver avec ses mains, il sentit un museau lui sniffer le bras, et se dépêcha de se dégager.

- Ce n'est pas une béquille. Et à part peut-être un bleu, je ne devrais pas avoir grand chose.

Poussant sur ses jambes, Baptiste parvins à retrouver son équilibre, posant sa canne au sol.
Puis, il ne pu s'empêcher de ricaner un peu, parce que bon sang, la situation restait assez cocasse.

- Disons que je vous pardonne, parce que vous êtes un peu aveugle.

Ironique, pour un aveugle, de dire ça à quelqu'un. Mais c'était bien évidemment pour se moquer un peu. Mais à être aveugle, il n'avait pas remarqué le trou à son pantalon, et la légère blessure. Légère. Très légère. Comme celle des enfants. Mais de fait, c'était, sans être super remarquable, assez visible qu'il venait de bousiller son pantalon.

© Miss Pie


_________________

Baptiste Madigan


« Be blind but don’t trust like you’re blind »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

informé

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 699
POINTS : 3470



MessageSujet: Re: Oops i did it again ♦ Baptiste   Lun 5 Juin - 20:03



   
Oops i did it again
Baptiste & Kaylee


J'attrape la canne du bout des doigts. Ce truc est couvert de bave de chien. C'est assez dégoûtant, même pour une habituée du monde animale. Une grimace écœurée transparaît sur mon visage tandis que j'étudie l'état de l'objet. À contrecœur je tire sur la manche de mon vieux sweet pour essuyer les dégâts de Léon avant que le propriétaire ne s'en offusque. Il aurait décidément toutes les excuses possibles pour me hurler mille et unes insultes au visage. Chose étrange pourtant, il n'en fait rien et reste d'un calme superbement contrôlé, bien qu'un peu froid. Ce type a d'ailleurs quelque chose de plutôt hautain dans son comportement. Peut-être que je ne mérite pas qu'il s'énerve. Oh, peu importe. Moi ça m'arrange bien.

Je termine rapidement mon coup de chiffon improvisé et lui tends sa canne qu'il a bien du mal à attraper. D'un coup d’œil menaçant, j'essaye de signifier silencieusement à mon chien de rester à sa place et de cesser de m'attirer des ennuis. C'est peine perdu tant l'animal m'ignore et retourne coller sa truffe humide contre la joue de l'homme. Encore une fois, je tire fermement sur son collier pour le tirer en arrière. Peu vexé pour autant, il pose son gros derrière sur le macadam et entreprend de couver l'inconnu d'un regard plein d'amour, langue pendante allègrement entre ses babines.

- Pas une béquille ? Alors … Vous êtes randonneur ?

Ma question sonne faux même dans ma bouche. Je hausse un sourcil perplexe et fronce le nez. Son bâton de marche à vraiment une drôle de tronche. Sans parler de l'allure générale de l'individu en question. Grand et épais comme un coucou, il est à des kilomètres de ressembler au bon vieux montagnard friand d'aventure et de fondu au fromage. Alors quoi ? Pourquoi il se trimbale avec une canne celui-là ? Je ne peux m'empêcher de le trouver étrange, voire carrément bizarre. Son comportement entier me laisse sceptique. Je n'ai encore jamais eu l'occasion de croiser le fond de ses yeux, comme s'il cherchait à éviter le moindre contact visuel. Est-ce que je le gêne ? Mince alors, en essuyant la bave de mon chien avec mon pull, je viens peut-être de fracasser toute chance d'avoir l'air normale.

Le type bouge finalement, satisfait d'avoir retrouvé son étrange bâton blanc. Je l'observe se remettre sur pied avec plus ou moins de difficultés, suspicieuse.

- Vous êtes certain de ne pas vous être cogné la tête ? Vous avez l'air … un peu hagard.

Honnête sans trop m'en rendre compte, j'examine quelque peu surprise sa démarche un peu aléatoire. Soudain mon attention accroche une vilaine déchirure dans son pantalon. Un peu de sang tâche le tissu, indice évident d'une blessure ouverte sur son genou.

- Hey, là ! Vous êtes blessé ! Vous allez saloper votre jean. J'ai de quoi soigner ça dans ma voiture, ne bougez pas, lançais-je en me relevant précipitamment, presque heureuse de pouvoir enfin servir à quelque chose. Aveugle ou pas, je sais même recoudre des plaies vous savez !

 
Codage par Emi Burton

_________________
dream is coming true

je t'ai cherché partout, même ailleurs. je t'ai trouvé, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seule, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 04/05/2017
MESSAGES : 203
POINTS : 1630



MessageSujet: Re: Oops i did it again ♦ Baptiste   Mer 7 Juin - 20:47


Oops I did it again
◈ Y a que les enfants, qui savent éviter, ces sacrées rayures, qui nous font tomber, tu sais que les grands, ceux, qu'on sera jamais, suivent leurs chaussures, sans rien regarder, nous piétineraient même, tranquille pour un peu, tout ça parce qu'on s'aime, qu'on vis pas comme eux. ◈
Comment résister, et ne pas se mettre à pouffer de rire, quand la personne en face de vous, ne comprenait clairement pas à quoi servait la canne que vous aviez sur vous ? Baptiste était au bord du fou rire, et en un sens, cela lui faisait sûrement un bien fou, parce que rire, il n'en avait pas eut trop l'occasion ces derniers temps et en général. Sauf pour rire jaune, sauf pour rire de façon mauvaise, d'une fausse façon. Baptiste ne voyait pas si souvent que ça sa famille, source lui apportant des rires sans trop de peine.
Alors au fond, il se laissa aller, et eut un rire léger, contrastant avec son caractère habituel plus noir que le café.

- Non....Je ne suis pas randonneur.

Il avait l'impression de jouer aux devinettes avec un enfant de cinq ans. Il avait envie de se demander qui était aveugle parmi les deux. Il était...Amusé, simplement, par ce fait. Et même si cette fille avait failli le tuer en voiture, il en restait qu'elle était assez attrayante.
Baptiste se remit donc debout comme il pu. Habitué à ne rien voir, il restait méfiant quant à tout ce qui pouvait rentrer dans ses jambes. Surtout un chien qui semblait suffisamment gros pour mettre de la bave partout.

- Un peu hagard ? Quelle surprise. Mais non, ce n'est pas parce que je me suis cogné la tête...

Baptiste devait bien l'avouer : il jouait avec cette inconnue, pas par pure vengeance d'avoir manqué de l'écraser, simplement parce que c'était drôle qu'elle ne semble clairement pas deviner ce qu'il pouvait être. Il en profitait presque.
Au moins, elle prenait soin de lui non pas parce qu'il était aveugle, mais parce qu'elle se sentait réellement coupable.
Quand l'aveugle l'entendit parler d'une blessure, son côté ronchon reprit le dessus, et il grimaça, mécontent. Et voilà, il devait être sali, et il ne pourrait même pas savoir recoudre si jamais il y avait un trou. Bon, il pourrait alors utiliser de son héritage pour raccommoder le pantalon en question, mais bon...
Néanmoins, quand la femme lui demanda de ne pas bouger, c'est qu'il fit. Constatant en même temps, à force de tâter sa canne, que celle ci avait du être adoré du chien, vu comment elle semblait un peu gluante. Tant pis, il ferait avec, se laverait les mains...

- Ravi de l'apprendre, mais si vous êtes vraiment aveugle, j'ai quand même de quoi m'inquiéter.

Puisque lui-même ne pouvait pas coudre. Cela lui était impossible.
Il attendit que la femme revienne, et regardais partout ailleurs, bien que par habitude, son regard tentait de la détecter.

- Vous êtes amusante, malgré vos talents de conductrice laissant à désirer, et votre chien intenable.

Bien évidemment, l'aveugle ne précisa pas pour quelle raison exacte, cette fille lui plaisait niveau attraction (comme dans un parc ! Une vraie maison du rire à elle toute seule, avec les mêmes moments casse gueules.).

- Votre voiture n'a rien ? Si j'ai mis du sang sur celle-ci....

Et rendre amusé Baptiste, lui donnait même cet instinct bienveillant et léger. Ca ne voulait pas dire qu'il payerait le nettoyage, simplement que par courtoisie, il s'informait de l'état de la voiture.

© Miss Pie


_________________

Baptiste Madigan


« Be blind but don’t trust like you’re blind »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

informé

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 699
POINTS : 3470



MessageSujet: Re: Oops i did it again ♦ Baptiste   Lun 12 Juin - 16:15



   
Oops i did it again
Baptiste & Kaylee


L'homme n'est ni handicapé moteur, ni randonneur. Il n'a pas non plus l'air d'un petit bourgeois en costume pincé avec sa canne en bois lustré. L'énigme continue, et l'inconnu semble plus s'en amuser que s'en offusquer. Il se plaît à laisser planer le mystère et c'est sans trop m'en apercevoir que je rentre dans le jeu.

- Alors que diable faites-vous avec ce bâton ? Lâchais-je en laissant tomber l'affaire, sourcils froncés.

Peut-être qu'il n'a plus toute sa tête. Ça expliquerait aussi cet air un peu perdu qu'il a eu en se remettant sur pied. Je remonte dans ma voiture sans attendre une quelconque réponse. Bien heureusement la rue n'est pas particulièrement fréquentée. Aucun autre conducteur n'est passé par-là, ce que je remarque avec soulagement étant donné que mon propre véhicule barre la moitié de la route à lui tout seul. J'essaye de manœuvrer rapidement pour me garer sur le côté, manque de confondre la première vitesse avec la marche arrière – et aussi donc de commettre ma deuxième tentative de meurtre sur le même homme – et recule sur le trottoir. Un bref soupir m'échappe alors que je retire les clés. Une bonne chose de faite. Je me retourne ensuite pour me glisser vers la banquette arrière afin de récupérer ma trousse de soin caché derrière un siège avant, mes fesses presque collées contre le pare-brise dans une scène plutôt comique.

- Yes, je l'ai …

Je me tortille pour ressortir de la voiture et me remets enfin sur pieds. La portière claque derrière moi alors que je retourne auprès du blessé.

- La voiture en a vu d'autres, ne vous inquiétez pas pour ça, riais-je doucement avant de poser fermement ma main sur son épaule. Allez mon vieux, on redescend d'un étage.

J'appuie sur son bras pour l'entraîner vers le sol sans vraiment lui laisser le choix. Ainsi assis au bord du trottoir, loin de la dangerosité du milieu de la route, je m'accroupis en face de lui en faisant une petite moue. Il me trouve amusante. J'ignore comment je dois prendre cet aveu. Généralement, on me trouve un peu exaspérante avec ma maladresse légendaire. Voire carrément bizarre. Mais peut-être que ses mots ne voilent aucune autre arrière-pensées et que le caractère du monsieur que l'on peut deviner ronchon s'est évaporé avec les coups de langue de Léon.

- Vous aviez un rendez-vous important ?

Ce faisait, je me penche vers sa jambe pour examiner la déchirure dans le tissu de son pantalon. Pour l'allure impeccable, c'est loupé. La blessure en-dessous n'a rien de grave. Pas plus que l'égratignure que ce ferait le gamin du coin en tombant de vélo. C'est ce que mes yeux confirment en retroussant le vêtement pour appliquer sur la coupure un coton imbibé d'alcool. Une poignée de secondes plus tard, je lui colle un pansement sur le genou et marque ainsi la fin de mes soins improvisés.

- Bonne nouvelle, vous n'allez pas vous vider de votre sang, lançais-je en reportant mon attention sur son visage.

Je m'immobilise soudain en croisant son regard pour la première fois. Pourtant, je n'ai toujours pas l'impression qu'il me regarde réellement.

- Oh, vous avez des yeux très jolis … et hors du commun,
avouais-je en étudiant leur teinte bleu pâle.

 
Codage par Emi Burton

_________________
dream is coming true

je t'ai cherché partout, même ailleurs. je t'ai trouvé, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seule, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 04/05/2017
MESSAGES : 203
POINTS : 1630



MessageSujet: Re: Oops i did it again ♦ Baptiste   Ven 16 Juin - 8:51


Oops I did it again
◈ Y a que les enfants, qui savent éviter, ces sacrées rayures, qui nous font tomber, tu sais que les grands, ceux, qu'on sera jamais, suivent leurs chaussures, sans rien regarder, nous piétineraient même, tranquille pour un peu, tout ça parce qu'on s'aime, qu'on vis pas comme eux. ◈
Devait il lui répondre, alors que cette femme semblait réellement peiner à savoir l'utilité de son bâton ? Baptiste n'en avait aucune envie. Il avait envie qu'elle comprenne d'elle même ou qu'elle ne comprenne pas tout court et que cela lui permette alors de rester quelqu'un d'apparemment normal encore un petit temps.

Du coup il se contenta de hausser les épaules comme s'il cachait le plus grand secret du monde.
Ça se voyait à son sourire, qu'il prenait un malin plaisir à cacher les raisons de l'obligation d'avoir une canne.

Il entendit finalement le son d'une voiture qu'on redémarre et par instinct, recula un peu. Dans le doute que le véhicule soit encore contrôle n'importe comment.
Finalement il n'entendit plus rien et vu que les bruits étaient restés proches, fit des suppositions sur ce que la jeune femme avait bien pu faire. Il n'avait aucune idée du fait que son véhicule pu être resté en travers et ne supposa pas qu'elle ait pu se garer. De ne pas savoir réellement ce qu'elle venait de faire, l'agacait. Baptiste détestait ne pas savoir.
Pourtant il essaya d'imaginer la situation. A sa façon. Vu qu'il pouvait toucher la voiture et que celle ci avait eut l'air d'être en direction de la route..... Ce fut l'illumination. Elle avait du l'enlever de la route.

Baptiste n'assista point au spectacle des fesses sur un pare brise. C'est le genre de chose qu'on ratait, quand on ne voyait rien.
Au moins n'aurait il aucune matière pour se moquer.

Il l'entendit revenir et parler de la voiture. Puis, fronça les sourcils quand elle paru parler de descendre d'un étage.
Pour lui bien evidemment ça n'avait aucun sens jusqu'à ce qu'elle le pousse vers le bas.
Pendant un instant, il cru qu'elle avait deviné ce qu'il était vu comment elle était avec lui.
Mais non. Sinon elle lui aurait sûrement dit. Ou aurait lâche une réaction.

A la question de la dame, Baptiste lâcha un "non" simple. Il était vrai que de se savoir non vu comme un infirme alors même que la femme avait manqué de le tuer, le détendait tout de même. Il se sentait vraiment amusé et un peu souriant.
Il songea au fait qu'il devait peut être avoir l'air d'un imbécile et supposa que ce n'était pas si grave.

Baptiste la sentit l'examiner et ne sembla pas réagir quand elle sembla vouloir le désinfecter. Ça aussi, c'était une chose qu'il s'efforçait de constamment faire.
Ne pas montrer la douleur. Jamais. L'alcool pouvait bien piquer atrocement qu'il était bien décidé à ne pas réagir même un instant. Tout ça pour ne pas être un boulet, tout ça pour qu'on évite encore et toujours de le prendre en pitié.

Plutôt que de se plaindre, il détaillait mentalement ce qu'il ressentait au toucher. Le toucher était le seul sens qui lui permettait vraiment de décrire quelqu'un a vrai dire.
Il pourrait au moins décrire celle qui avait manqué de l'écraser en parlant de ses mains. Très utile, en somme.

Il attendit, et reconnu le contact d'un pansement. Baptiste était resté silencieux tout du long de ce soin. Attentif aux sons et à l'odeur. Songeur.
A la remarque au second degré de la femme, il lâcha un léger soupir amusé

- C'est déjà ça.... Vous m'avez raté, alors. Vous n'êtes peut être pas si aveugle que ça.

Mais lui l'était et le restait. C'est pour ça que si son regard croisa malgré tout celui de la jeune femme, dont il avait sentit les mains le soigner, il ne s'en rendit pas compte.
Alors qu'il s'attendait à ce qu'elle se relève, la femme préféra lâcher une remarque qui le troubla.

Et pour troubler Baptiste il fallait y aller. Enfin, sans jouer sur son sens aveugle, il fallait y aller. Parce qu'en vrai, mettez le dans une foule et demandez lui de vous suivre qu'il sera trouble et perdu en quelques secondes si vous n'emettez en prime, aucun son.
Mais qu'on parle de ses yeux de cette façon, le troublait.
Sur le coup il ne sut pas quoi répondre. Puis ne pu s'empêcher de rire.
Tant d'insouciance l'amusait.

- Vous aimez sortir ce genre de phrase à n'importe qui ?

Son regard n'avait pas détourné, puisqu'il n'avait pas ce gène de plonger ses yeux dans quelqu'un puisque techniquement il ne plongeait ses yeux dans personne.

- Ma canne me sert à cause d'eux.

Après qu'elle l'eut soigné, sans le prendre à mort en pitié, simplement et en lui lâchant une petite blague, et après sa remarque sur ses yeux, Baptiste pouvait bien lui donner le plus gros indice du monde quant à sa condition.
Et puis, si jamais elle avait cette réaction idiote qu'il ne supportait pas chez les gens, il redeviendrait juste cet homme ronchon. Et garderait en mémoire ce qu'il venait de se passer. Et ils ne se reverraient sûrement pas
D'autant que son esprit restait encore confus de cette phrase qu'elle avait lâché.

(En espérant avoir mis assez de relance !)

© Miss Pie


_________________

Baptiste Madigan


« Be blind but don’t trust like you’re blind »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Oops i did it again ♦ Baptiste   

Revenir en haut Aller en bas
 

Oops i did it again ♦ Baptiste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Oops apparement c'était ici les présentations
» Baptiste Giabiconi : la nouvelle égérie Lagerfeld
» It's me honey open your legs oops I ment the DOOR |Mike & Mariann |
» oops! Allô Sanaa? featuring Sanaa
» Jean-Baptiste Bérubé et Louise Rochefort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: manchester :: Manchester South. :: Habitations.-