AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥️
» pour «

Partagez | 
 

 Sing, sing, sing - Orion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

libre

avatar



Nous ne sommes qu'ombres et poussières


INSCRIT DEPUIS LE : 22/05/2017
MESSAGES : 537
POINTS : 5250



MessageSujet: Sing, sing, sing - Orion   Mer 24 Mai - 11:59

Sing, sing, sing
I'm free.


Je suis libre. Libre de passer ma journée dans mes draps alors qu’un soleil resplendissant illumine le ciel depuis le petit matin. Je suis libre de rester dans l’ombre, de choisir de ne pas me mêler à cette foule effervescente, à cette populasse qui fait semblant d’être heureuse. En vérité, ils sont comme moi, la différence est qu’ils ont encore l’espoir de sortir de leur misère. Beaucoup aiment se voiler la face, s’obligeant à penser que leur vie est parfaite alors qu’elle ne l’est pas réellement. Ils vivent les yeux clos alors que les miens sont grands ouverts depuis toujours. Je suis celui que l’on ne voit pas, je suis celui qu’on évite autant que possible, juste au cas où je serais contagieux, on ne sait jamais. J’aime être seul, j’aime que l’on ne me remarque que lorsque je le désire.  Je souris en pensant à mes livres, à mes écrits, à mes œuvres qui n’en sont pas. Est-ce qu’un jour cela changera ? Est-ce qu’un jour je perdrais la seule chose qu’il me reste encore de réellement important ? Je soupire, relevant la tête dans l’espoir de la revoir, une fois de plus, mais rien, le néant absolu.

Ma guitare sur le dos, je sors enfin pour essayer de ne plus penser, même si c’est impossible. Le soleil agresse ma peau, bientôt, j’aurais de légères marques rouges sur les bras, la faute à une peau trop peu souvent exposée. Un arbre, une petite place qui m’était apparemment destiné. Assis en tailleur, mon chapeau sur la tête, je commence à chanter, ou plutôt marmonner quelques paroles en laissant mes doigts se poser sur mes cordes. Un raté me fait jurer quelques fois mais bien vite, je laisse mon esprit prendre les commandes, fermant les yeux pour m’effacer.
(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

anonyme

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 24/07/2016
MESSAGES : 282
POINTS : 2540



MessageSujet: Re: Sing, sing, sing - Orion   Mer 31 Mai - 12:12


Sing, sing, sing
Sujet Libre
 
- C'est ça. Et toi tu devrais retirer la clenche que porte que t'as dans l'cul. Ça te rendrait sûrement moins constipé. Pauvre con.

Je balance avec humeur sur mon bureau la paperasse que je tiens entre les bras. De l'autre côté du panneau en plastique hideux  et ridicule qui sépare à peine nos deux plans de travail, mon collègue s'indigne et menace d'aller demander des comptes au patron pour mon comportement. Manquait plus que ça. Je finis mon café froid d'une traite, lui coulant un regard en coin noir et menaçant, l'air de dire « Continue à piailler comme ça, et le prochain truc que j'éclate, ce sera ta sale face de rat ». Le journaliste s'énerve et s'égosille de son côté, et moi je me demande combien de temps je vais encore pouvoir le supporter. Alors j'abandonne tout là. Articles en pleine rédaction, ordinateur, et même ce vieux casse-croûte dégueulasse de la cafétéria. J'attrape ma veste, l'enfile rapidement, et passe devant le bureau de mon collègue sans plus écouter ses plaintes de fillette. Mon majeure se lève devant son groin tandis que je le contourne, un sourire mauvais aux lèvres. Allez, va te faire foutre.

L'air pollué du dehors me fait un bien fou. Mes pas s'arrêtent alors que je sors enfin du bâtiment. Je ferme les yeux un bref instant et inspire longuement. Un peu plus, et j'allais véritablement devenir cinglée. Me refiler les affaires les plus mornes et nazes de Manchester n'avait pas été suffisant. Il avait encore fallu qu'on me colle l'autre con dans les pattes. Ça, plus être obligée de chaperonner Warner dans le Monde des Songes … On peut clairement en conclure que j'ai une bonne vie de merde.

Soupirant, j'enfonce mes mains au fond des poches de ma veste en faux cuir, et décide finalement de longer le trottoir sur la droite. Le parc n'est pas loin, et je ne vois pas d'autre meilleur endroit pour me calmer un peu l'esprit. Bientôt les hautes grilles du jardin apparaissent. Je rejoins rapidement l'entrée principale et réduis enfin l'allure une fois à l'intérieur. J'ai l'impression d'entrer dans une bulle. Ici, le bruit des moteurs s'atténue à mesure que je m'éloigne sur le petit sentier pavé. Le chant désordonné des oiseaux reprend le dessus. L'ambiance est fraîche, douce et reposante. Les muscles tendus de mes épaules se relâchent enfin.

Quelques notes de musique attirent mon attention. Je reste plantée-là, au milieu du chemin. Un homme aux cheveux désordonné chatouille les cordes de sa guitare, à deux pas de là. Le timbre rauque de sa voix vient bientôt accompagner la musique. Je l'étudie un instant, mais ne parviens pas à remettre un nom sur ce morceau. Les notes s'effilent dans l'air sans que je ne bouge, et lorsque la toute dernière d'entre elles meurt entre ses doigts, quelque chose me pousse à m'avancer de quelques pas, sans le rejoindre toutefois.

- Tu t'entraîne pour The Voice, cowboy ?


By Phantasmagoria



_________________
You make me wanna die
I had everything, opportunities for eternity. And I could belong to the night. Your eyes, your eyes ... You make me wanna die.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

soldat

avatar

Devil is here.

INSCRIT DEPUIS LE : 22/09/2016
MESSAGES : 168
POINTS : 1187



MessageSujet: Re: Sing, sing, sing - Orion   Mar 6 Juin - 14:09

=D:
 


RP Libre
Sing, sing, sing.


J’en ai assez. Cette énième interview m’a tapé sur les nerfs. Les journalistes ont le don pour poser les mêmes questions et surtout, des questions idiotes. Ils pourraient juste pomper d’un magazine à l’autre à ce train-là, ça m’éviterai des déplacements inutiles ! Je marche d’un pas pressé en direction d’une échappatoire. Une tâche verte apparaît dans mon champ de vision. Ah, parfait, le parc, c’est une bonne occasion pour moi de retrouver mon calme.

Quand j’y repense, j’encense tellement la réalité que je suis surpris que ce soit gobé si facilement. C’est complètement insensé comme l’argent et la renommée d’un nom peut ouvrir comme portes et offrir un respect acquis sans efforts. Je grogne. Difficile de faire partie de la minorité suffisamment cérébrée… Je lève les yeux au ciel en soupirant, pour je-ne-sais-combientième-fois de la journée.

Lorsque mon regard reprend la direction en face de moi, la couleur d’une chevelure m’interpelle. Flamboyante et sauvage, elle me semble bien familière. J’accélère le pas jusqu’à pouvoir détailler la silhouette féminine à quelques mètres de moi. Il me semble qu’il s’agit de Riley. Il est toujours surprenant de croiser ses collègues Gardiens dans la réalité. Avec un nouvel objectif et mu par la curiosité, je décide de la suivre.

Tenant une distance respectable pour ne pas avoir l’air louche, je pénètre à mon tour dans le Parc Hilton. Elle qui marchait rapidement ralentit soudain l’allure, comme si elle avait enfin cessé de fuir quelque chose. Sûrement l’oppression du boulot. Je me demande si je dois l’interpeller ou non. Ou bien accélérer et passer à côté pour attirer son attention. J’allais m’arrêter sur la deuxième option mais un changement dans son attitude me retient.

Elle s’est immobilisée et regarde fixement dans une direction. Quelques secondes plus tard la brise m’apporte la raison. Une mélodie résonne. Une guitare, une voix. Encore un artiste torturé. Un sourire mauvais s’étire sur mes lèvres. S’il y a moyen d’enfoncer le clou… mais, il faut que je fasse attention. La discrétion est de rigueur. Je me rapproche pour n’être plus qu’à deux mètres de Riley.

J’ai une meilleure vue sur le mélomane. Inconnu au bataillon. Maintenant que je suis visible de tous, je me place de sorte à avoir l’air de regarder le ciel et les arbres. Les mains croisées derrière le dos, je prends une attitude nonchalante mais je tends l’oreille. C’est Riley qui entame les hostilités. J’ai toujours raffolé de son cynisme et de son côté direct. Un autre sourire, amusé cette fois, apparaît sur mes lèvres.

_________________
« You've got no place to hide. ♪ »∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴

∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴« And I'm feeling like a villain, got a hunger inside. ♫ »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Nous ne sommes qu'ombres et poussières


INSCRIT DEPUIS LE : 22/05/2017
MESSAGES : 537
POINTS : 5250



MessageSujet: Re: Sing, sing, sing - Orion   Mer 7 Juin - 14:59


   
         
Riley, Louis & Orion

           

               
       
Sing,sing, sing


         
         


Les yeux perdu dans le vide, plongé dans ma musique, dans ma composition toute nouvelle, je me complais dans ma bulle. J’avais quitté mon appartement pour essayer de me vider l’esprit, de penser à autre chose qu’aux démons qui aimaient me hanter et au final, je me retrouvais à nouveau seul avec moi-même. J’étais dans ma bulle, ne portant pas la moindre attention à ce qui pouvait se produire autour de moi. Je m’étais fixé un objectif plus ou moins flou, celui d’écrire le plus possible, de composer pour extérioriser ce qui dévorait mon cœur. Ce n’était pas une énième mélodie lui étant destiné, pas cette fois. Je voulais m’en défaire, essayer de moins souffrir et pour cela quoi de mieux d’une nouvelle mélodie. Concentré, je laissais mes doigts s’occuper du rythme de ma guitare, élevant plus ou moins ma voix au fur et à mesure que mes paroles s’accordaient. Mon carnet posé devant moi, les feuilles sur lesquelles je lâchais mon humeur commençais doucement à m’entourer.  Je m’arrêtais de temps en temps pour griffonner quelques mots avant de reprendre encore et encore.

Ce ne fut que lorsque mon ébauche me semblait potable que je débutais vraiment mon chant, fermant les yeux pour pouvoir mieux en profiter, laissant la musique me posséder ne serait-ce que pour l’espace de quelques minutes. La dernière note fila plus vite dans l’air que ce que je n’aurais cru. Fixant mes yeux sur mes notes, j’étais moyennement satisfait, comme chaque fois. Lâchant ma guitare, je la posais à mes côtés avant de prendre une cigarette. L’allumant tel un automatisme, je relis mes mots en me frottant les yeux. Depuis combien de temps n’avais-je pas réussi à avoir un sommeil réparateur ? Je sentais des cernes de plus en plus présente me marquer le visage, je n’avais même pas besoin de miroir pour le savoir. J’étais fatigué, crevé même, ni plus ni moins. J’avais de plus en plus de mal à rester concentrer, à penser correctement, si tout du moins j’en étais encore capable. J’avais arrêté mes médocs depuis peu, à nouveau, me persuadant que je n’en avais pas réellement besoin, qu’après tout, je pouvais me défendre seul contre mes hallucinations. Soyons réalistes, ce n’était qu’une excuse pour espérer la revoir. Je refusais de me rendre à l’évidence, je refusais de voir que c’était fini. Et voilà, sans le vouloir, j’étais reparti. Sans le vouloir, je pensais encore à elle.

Rageant contre moi-même, je choisis ce moment pour me reconnecter à une réalité préférable, ne me rendant compte qu’à cet instant que quelqu’un se tenait à quelques mètres de moi. Je relevais les yeux vers la personne, découvrant une jeune femme aux longs cheveux roux qui me fixait d’un regard indéfinissable. Elle ne souriait pas et n’arborait aucune expression particulière. Je la détaillais sans même le vouloir tout en tirant sur ma cigarette.  J’étais certain de ne pas la connaitre. Au moins, ce n’était pas une fan. Non pas que je n’aimais pas mon public, mais je n’étais vraiment pas d’humeur à faire semblant d’être cool. Alors, que me voulait-elle au juste ? Je n’avais donc pas le droit d’avoir la paix ? Pourquoi fallait-il toujours que l’on vienne m’emmerder alors que je ne demandais rien à personne ? Soupirant, j’hésitais à lui dire de dégager ou à l’ignorer tout simplement.

« Un problème ? Le parc est pas assez grand pour que tu viennes me faire chier ? »

Peut-être aurais-je dû poser une pancarte « Leave me alone motherfucker ! ». J’y penserais pour la prochaine fois.



(c) BlackCat

_________________
before the storm begins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

anonyme

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 24/07/2016
MESSAGES : 282
POINTS : 2540



MessageSujet: Re: Sing, sing, sing - Orion   Sam 24 Juin - 16:09


Sing, sing, sing
Sujet Libre
 
Un problème ? De toute évidence c'est bien lui qui en a un. Que lui arrive-t-il à celui-là ? Il a le cul posé sur une pomme de pain un peu trop pointue ? Son animosité me glisse dessus comme quelques gouttes de pluie sur un imperméable. La mauvaise humeur, j'y suis habituée. L'agressivité, c'est l'espèce de drogue dure qui coule continuellement dans mes veines. Je reste de marbre face à l'inconnu.

- Ouah. Boucles d'Or s'est finalement métamorphosée en ours, déclarais-je d'une voix morne.

Une question silencieuse vient me tarauder l'esprit. Le visage de ce type ne me dit absolument rien, mais une telle réaction de sa part pourrait laisser penser que nous nous sommes déjà rencontrés par le passé. Je n'imagine pas un seul instant m'être fait plus d'amis que d'ennemis dans cette ville. Peut-être que celui-là fait partie des nombreux individus que je me suis mis à dos. Ce n'est une nouvelle pour personne, je suis un véritable parasite. Ce genre de petite saloperie à laquelle vous ne faites pas attention de prime abord, mais qui a tôt fait de venir planter ses minuscules crocs avides d'informations dans la chair de votre bras, pour ne plus qu'on l'y déloge. Je suis douée pour gratter la merde et dégoter des choses intéressantes à retranscrire sur les pages d'un journal. Voilà pourquoi j'étais une bonne journaliste. Mais ça, c'était avant qu'on ne me condamne aux articles de bas étages que personne ne prend jamais la peine de lire.

Alors nous voilà là. Moi, ma rancœur, mon talent à dire au monde entier d'aller se faire foutre, et le frisé mal léché sous son arbre. J'ignore comment les choses vont bien pouvoir se finir, après tout je n'étais venue ici que pour prendre l'air et oublier la sale gueule de mon collègue et voisin de bureau. Pourquoi fallait-il que je tombe sur un autre névrosé ? Je vais commencer à envisager un déménagement au fin fond d'une montagne. Seule. Au calme. Loin de tous ces cons.

- J'me demandais aussi pourquoi ce pauvre guitariste esseulé n'était pas entouré de toutes les bécasses admiratives du coin. Avec un tel tact, j'ai ma réponse. Tu devrais rester planqué chez toi si côtoyer le reste de l'humanité te fait chier à ce point, pauvre tâche.

Irritée, je lève les yeux au ciel et tourne les talons pour le planter là avec sa guitare. Je m'arrête pourtant tout aussi vite dans ma démarche en avisant un nouveau venu planté à deux pas de là. La surprise me fait presque sursauter. Mais j'ouvre de grands yeux plus étonnés encore en découvrant un faciès qui ne m'est pas inconnu, mais que je n'avais encore jamais vu dans cette dimension … réelle.

- Louis ? Bredouillais-je, perdue par cette étrange rencontre. Jamais je n'aurais pensé croiser ce gardien en vrai, et pour cause, il a été le témoin de ma misérable descente en enfer quelques années plus tôt. Il a écouté mon désespoir, et pire encore, il m'a vu et entendu pleurer comme une moins que rien. Le surprendre ici me rappelle mes faiblesses, alors même que je viens d'envoyer un inconnu au diable avec toute la force de mon caractère piquant. Soudain, je me sens presque acculée contre un mur, sans défense. Tu écoutais ? Demandais-je enfin, fronçant alors des sourcils suspicieux.


By Phantasmagoria



Spoiler:
 

_________________
You make me wanna die
I had everything, opportunities for eternity. And I could belong to the night. Your eyes, your eyes ... You make me wanna die.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

soldat

avatar

Devil is here.

INSCRIT DEPUIS LE : 22/09/2016
MESSAGES : 168
POINTS : 1187



MessageSujet: Re: Sing, sing, sing - Orion   Dim 2 Juil - 16:01

:
 


RP Libre

Sing, sing, sing.


Je ne regrette pas d'avoir suivi Riley. On pourrait probablement me comparer à une de ces vieilles commères en ce moment même mais je suis hilare de voir ce qui se trame sous mes yeux. Disons que ce que j'entends me ravit au plus haut point. Un échange vif motivé par des énergies négatives. Oh bien sûr, je n'en montre rien, mais je savoure. Lorsque j'entends le blondinet embrayer rageusement à la remarque de Riley, je tends encore davantage l'oreille pour écouter ce qui va suivre. C'est étonnant, la voix du mélomane m'est familière, mais je ne saurais dire pourquoi. En tout cas, je ne suis pas déçu de la répartie de ma chère « amie ». Même si elle a déjà fait mieux, je ne peux retenir un léger gloussement.

La voilà qui se retourne dans ma direction. Aïe, je ne peux pas me cacher. Je prends une expression impassible. Je fais bien, lorsqu'elle me remarque, je lui adresse un sourire amical en plus d'un signe de tête. C'est vraiment étrange de croiser quelqu'un que l'on a seulement fréquenté en rêve dans le monde réel.

« Oui c'est bien moi Riley. C'est un drôle de hasard ! Enfin drôle... »

Je jette un regard lourd de sens en direction de l'asocial à la guitare qui n'a pas encore eu le temps de répliquer. Plus je le regarde, plus son allure générale me dit quelque chose. Je hausse les épaules. On en croise des gens qui se ressemblent. Je me demande combien de temps il va mettre à rappliquer. Peu importe, au moment venu, nous verrons bien. Nos verves combinées, je ne m'en fais pas pour nous. Riley m'adresse un regard suspicieux en me demandant si j'avais écouté la conversation. Je lève les deux mains en l'air :

« Mea culpa, je passais par là, j'ai entendu une voix familière...je n'ai pas pu m'en empêcher. D'ailleurs....J'apprécie ton sens de la répartie. »

Je lui adresse un sourire qu'on pourrait qualifier de complice. Je sais beaucoup de choses sur Riley. Je pourrais la détruire si je le voulais. Mais je ne le veux pas. Pas tout de suite en tout cas. J'éprouve très rarement de l'affection pour les autres. Je joue beaucoup la comédie. Avec elle aussi, mais c'est moins difficile. Peut-être parce que ses problèmes en sont réellement. Elle ne m'a jamais embarrassé avec des histoires de cœur à la mords-moi le nœud, ni avec des broutilles. Quand elle est venue me voir et qu'elle a déballé son sac, j'y ai vu plein d'opportunités. En l'aidant, j'avais une mine d'informations intéressantes à ma portée. Et une alliée de taille de surcroît.

« Tout va bien ? »

Je demande ça surtout par politesse. Je commence à saisir les raisons de son agressivité à l'égard de cet inconnu. Je sais que je vise juste. Je commence à la connaître. Va-t-elle me dire d'aller me mêler de ce qui me regarde ? Probablement. Ou peut-être va-t-elle me poser d'autres questions ? Après tout, c'est vrai, c'est étonnant de se croiser là. L'impression que le monde des songes et le monde réel sont intimement liés est d'autant plus forte lors de ce type de rencontre. Je jette ensuite un regard vers le blond à la guitare. Je finis par le reconnaître enfin. C'est un de mes récent patient. Il ne manquait plus que ça ! Je demande quand même à Riley, l'air faussement inquiet, tout en sachant clairement que ce n'est pas le cas:

« Il ne cherche pas de problèmes j'espère ? »


_________________
« You've got no place to hide. ♪ »∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴

∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴« And I'm feeling like a villain, got a hunger inside. ♫ »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Nous ne sommes qu'ombres et poussières


INSCRIT DEPUIS LE : 22/05/2017
MESSAGES : 537
POINTS : 5250



MessageSujet: Re: Sing, sing, sing - Orion   Mar 25 Juil - 14:37


   
         
Riley, Louis & Orion

           

               
       
Sing,sing, sing


         
         



J'avais été un peu rude, laissant aller mon humeur tout en me découvrant au final plus râleur que jamais. J'étais plus chargé de colère que je ne l'aurais pensé et malheureusement pour elle, c'était cette rouquine délurée qui avait pris. Je ne pensais même pas à m'excuser, je n'en voyais pas l'intérêt. Son regard froid me répondit avant ses mots auquel je répondais par un regard foudroyant. Mais qu'elle dégage à la fin, qu'est ce que je pouvais en avoir à foutre de ce qu'elle pouvait bien penser ? Elle avait néanmoins raison sur un point, il valait mieux que je rentre chez moi avant de me prendre la tête avec cette pimbêche ou une autre. Ne serait-ce que pour mon image, bien que pour le moment, je n'en avais plus grand chose à faire non plus.

Heureusement, elle tournait vite les talons pour s'éloigner, fuyant un combat bien inutile. Ma rage avait presque envie de la suivre pour se prendre définitivement le bec avec elle dans une tentative désespérée de ressentir quelque chose d'autre qu'un néant sentimental mais je me retins, me contentant de l'observer s'éloigner en grognant. Il ne m'en fallait pas plus, je n'étais ni en état de supporter l'humanité générale, ni même en état de me supporter moi-même. Peut-être était-ce aussi la fatigue ? Sans doute un mélange de tout, comme d'habitude. Il ne manquerait plus qu'une bonne petite hallucination pour que je perde totalement la tête une fois de plus.

Me relevant, je rassemblais mes écrits avant de sortir une cigarette, l'allumant à la suite avant de ramasser ma guitare. En un regard, je m'aperçu alors que la rousse n'était finalement pas partie loin et qu'elle avait rencontrer quelqu'un que je pensais reconnaitre. Haussant les épaules, je préférais les ignorer, prenant la route vers mon appartement avec la ferme intention de me réfugier dans mes songes.



(c) BlackCat


PS:
 

_________________
before the storm begins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

anonyme

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 24/07/2016
MESSAGES : 282
POINTS : 2540



MessageSujet: Re: Sing, sing, sing - Orion   Dim 24 Sep - 23:00


Sing, sing, sing
Sujet Libre
 
Je rejoins silencieusement l'avis de Louis. Cette rencontre fortuite se révèle bien plus déstabilisante, et franchement bizarre, que drôle. Pas même le moindre petit rire jaune ne parvient à passer outre ma surprise presque tétanisante. C'est pour dire ! Je suis bien trop occupée à assimiler chaque mot qui sort de sa bouche, comme si je n'étais pas encore tout à fait certaine de le voir là, devant mes yeux, à deux pas de mon lieu de travail. Le Gardien a reconnu ma voix. Fait étrange, cela m'étonne sans raison valable. Bien évidemment qu'il m'aurait reconnu dans n'importe quelle autre situation. J'ai passé énormément de temps à traîner et geindre dans les pattes de Louis. Ma voix lui est familière, même dans le monde réel, aussi sûrement que la sienne l'est pour moi. Idiote.

- Hm, tu es bien l'un des rares à ne pas me qualifier de « grossier personnage », avec cette fameuse répartie.

Je réponds avec un sourire incertain en demi teinte. Je reste inéluctablement sur la défensive, mais reste pour l'heure bien incapable de réclamer véritablement des comptes à celui à qui j'estime devoir beaucoup à ce jour. D'autant plus que Louis a réussi un pari inespéré du fait de sa simple présence ; Mon élan de colère s'est retrouvé instantanément calmé et mis en sourdine au fond de ma cage thoracique. L'effet apaisant du psy probablement. Ou le potentiel regard critique et évaluateur du médecin face à mon tempérament trop virulent peut-être.

- Quelque chose te fait penser le contraire ?

Cette fois c'est un rire un peu gêné qui m'échappe. Répondre à une question par une autre question me semble encore être le meilleur moyen d'esquiver cette dernière. Ça ne lui aura certainement pas échappé. Je croise les bras sur ma poitrine et tente un nouveau sourire, comme si toute cette attitude ne montrait pas parfaitement à quel point je ne souhaitais pas me répandre en explication sur ma mauvaise humeur.

L'air décontracté que j'essaye d'adopter s'effondre toutefois lorsque la silhouette de musicien en mal de solitude réapparaît dans le coin de mon champ de vision. Je grince des dents et lui lance un regard noir. La prochaine demande de Louis se joint à mes insultes visuelles et silencieuses. Je ne peux pas m'empêcher de hausser un sourcil interloqué. Si j'ai des problèmes ? Qu'on s'inquiète pour moi de la sorte n'a rien de commun. Généralement, les problèmes je les crée moi-même, et je vis bien avec. Que ferait le psy si jamais un vilain monsieur était vraiment venu me secouer comme un prunier ? Il aurait volé à mon secours en retroussant ses manches ?

- Ne t'en fais pas pour moi. Je n'ai pas de problème. En revanche, lui il ne doit pas en avoir qu'un seul, grommelais-je en suivant le guitariste des yeux, les bras crispés désormais. Il aurait bien besoin d'une séance ou deux dans ton cabinet, si tu vois c'que je veux dire, déclairais-je en plantant résolument mes yeux dans ceux du psy.


By Phantasmagoria



Spoiler:
 

_________________
You make me wanna die
I had everything, opportunities for eternity. And I could belong to the night. Your eyes, your eyes ... You make me wanna die.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

soldat

avatar

Devil is here.

INSCRIT DEPUIS LE : 22/09/2016
MESSAGES : 168
POINTS : 1187



MessageSujet: Re: Sing, sing, sing - Orion   Lun 16 Oct - 14:38

Par ici:
 


RP Libre

Sing, sing, sing.


Je ne peux me défaire du fait que « Boucle d’Or » si bien nommé ne m’est pas inconnu. Cela dit, il ne demande pas son reste et préfère s’en aller, l’attitude agacée. S’il avait vraiment voulu ne pas être dérangé, il n’aurait pas fallu qu’il choisisse un espace public. J’imagine qu’il m’aurait répliqué que l’inspiration a ses raisons que la raison ignore si je lui avais fait remarquer. Les artistes ont le don pour ce genre de répliques pseudo-philosophiques. Mais c’est une autre histoire. Oubliant le torturé à la guitare, je recentre toute mon attention sur Riley qui semble apprécier mon compliment.

Elle évite cependant habilement ma question. Je laisse échapper un petit rire amusé. Cela ne me dérange pas. Je ne suis pas réellement intéressé par une psychanalyse en extérieur. Trop de distractions sont possibles. Et puis, ce n’est pas comme si je ne connaissais pas le fond du problème. Elle a dû subir une énième frustration. J’opte pour ne pas enfoncer le clou. Je lance le plus jovialement possible :

« C’est vrai, tu as l’air plutôt en forme en fait. »

J’évite le clin d’œil bien entendu. Cela aurait été de trop. Elle qui essayait d’avoir l’air détendue change soudain d’attitude. Son regard redevient noir en fixant un point derrière moi. Je jette un coup d’œil intrigué. Le blondinet s’éloigne pour de bon. Je repose mes yeux sur Riley, tachant d’avoir l’air apaisant. Elle s’évertue à reporter sa colère sur lui. Je ne vois pas trop sur quoi elle se base pour affirmer qu’il a un grain mais l’idée m’amuse.

« Peut-être qu’il s’agit d’un futur patient. L’avenir me le dira. »

Je fais une pause. Il m’est décidément familier. Peut-être l’ai-je déjà croisé. Peu importe. Un problème à la fois. Je me demande bien ce que je vais pouvoir dire à la Gardienne en face de moi. J’étais curieux devant l’esclandre qu’elle a provoqué mais à présent, je me sens dans l’obligation de converser. J’aimerais presque qu’elle me dise qu’elle a quelque chose à faire et qu’elle doit partir. Je n’avais pas prévu de me montrer à elle dans la réalité, mais il faut avouer que ce genre de chose doit forcément arriver. Nous ne vivons pas tous à Manchester, mais nous somme tout de même nombreux. J’en suis certain.

« Je ne savais pas que tu habites aussi Manchester. Étonnant qu’on ne se soit pas croisés plus tôt. »

Des banalités. Mais c’était ça ou lui demander si son emploi est dans les environs. Ce qui est très certainement le cas et la connaissant, tout à fait le sujet qu’elle veut éviter. Et puis comme ça, elle croira sûrement que je suis gêné et je n’essaierais pas de lui prouver le contraire. Je fais en sorte d’avoir l’air avenant et à l’écoute mais je m’ennuie déjà. Tout ça est bien trop calme pour moi. Riley va-t-elle réussir à retrouver tout mon intérêt ? Il s’agit tout de même d’une femme pleine de surprises. Oui après tout, cette rencontre pourrait bien déboucher sur quelque chose d’intéressant.



_________________
« You've got no place to hide. ♪ »∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴

∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴« And I'm feeling like a villain, got a hunger inside. ♫ »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sing, sing, sing - Orion   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sing, sing, sing - Orion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bastian Baker
» (M/LIBRE) NIKOLAJ COSTER-WALDEAU ∞ i'll sing it one last time for you
» Quel vernis à ongles portez-vous aujourd'hui ?
» Sing-a-ma-jigs
» ORION (CM)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: manchester :: Manchester North. :: Parc Hilton.-