AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥
» pour «

Partagez | 
 

 Plus on est de fous, plus ils crient.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

libre

avatar



Je crois que j'ai retrouvé le goût du bonheur ! C'est marrant c'est exactement le même que celui du mojito.
INSCRIT DEPUIS LE : 19/10/2016
MESSAGES : 220
POINTS : 836



MessageSujet: Plus on est de fous, plus ils crient.    Mer 31 Mai - 0:36



I’m  opting for the gates of hell
You are shadows. You are death. Your fingers will become claws and your hand the weapons. I will teach you to howl so that even wolves are silent.
Il y avait un air de vacances ici. Les cocotiers, le sables blancs, les mouettes dans le ciel bleu, le soleil agréable... Erk. C'était répugnant. Sookie marcha sur le sable d'un pas si léger qu'elle semblait flotter au dessus des grains, ne laissant qu'une faible empreinte que déjà le vent effaçait. Elle avait envie d'explorer les lieux, pour en découvrir les recoins les plus intéressant, l'auteur de ce rêve ainsi que les protagonistes de celui-ci. Il y avait des enfants sur la plage, et des adultes. Des silhouettes presque pas détaillées pour les plus lointaines, et des personnes de plus en plus réelles vers le centre. Le rêveur devait être par ici. L'aura de ce dernier était clair, pure. Sookie n'avait pas besoin de ce détail pour se douter qu'il s'agissait là d'un rêveur des plus tranquille. Son rêve parlait de lui même. Elle aimait bien faire un tour vers les égarés, parce qu'ils étaient des proies faciles a tourmenter, mais les gardiens étaient bien trop a l'affût vers ceux-ci. Ces rêveurs paisibles étaient moins surveillés, mais parfois bien plus difficile à pervertir. Ça tombait plutôt bien que la coréenne ait toute la nuit devant elle.

Fermant les yeux, elle se laissa guider par les désirs qui ressortait de ce rêve, métamorphosant alors son corps non pas dans une forme qu'elle désirait, mais dans celle que le rêveur voulait. Sa peau était plus plus hâlée, ses cheveux plus long mais tout aussi noir. Une voix s'éleva, et elle devina qu'il s'agissait de celle du rêveur " Sam ? Je suis content que tu sois là ! Quand papa saura que tu es venue...!" s'enjoua le jeune homme aux yeux verts, face à ce qui était visiblement : sa soeur. Sookie, ou Sam, le regarda avec désespoir : " Il.. Il y a.. Il y a un soucis..." bafouilla-t-elle, les larmes aux yeux. Pénétrant dans l'esprit du rêveur afin d'en connaitre ses peurs, elle comprit rapidement quelques détails des angoisses de ce dernier. Premièrement, son père était malade. Deuxièmement, ses frères et sa soeur étaient tout pour lui et les perdre serait une tragédie, comme la perte de sa mère. Et dernièrement, il était gay, et personne n'était au courant. Pas même sa femme ? " Tim... Papa est au courant... il devient.. fou. Il ..." Sookie éloigna ses mains de son ventre et un couteau, planté dedans, y apparu alors, laissant du sang couler sur le corps de la jeune femme. Elle pouvait déjà sentir les peurs du jeune homme s'intensifier, ses angoisses se matérialisaient et elle pouvait déjà s'en délecter. Mais quelque chose de nouveau troubla le rêve. Un nouveau cauchemar. " Va le voir. Ca va aller..." dit-elle, le couteau ayant disparu. Les rêves étant bien souvent sans logique, ledit Tim n'y prêta pas attention et courut vers la petite maison sur pilotis. Elle avait besoin de gagner du temps et d'être seule. Sookie se transforma a nouveau, cette fois-ci en sa forme de louve noire préférée et parti en chasse du cauchemar. Elle n'était pas prêteuse et n'hésitait pas à croquer ses semblables pour défendre sa proie. Elle pouvait le sentir, il ne se cacherait pas encore très longtemps...
code by bat'phanie

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Nous ne sommes qu'ombres et poussières


INSCRIT DEPUIS LE : 22/05/2017
MESSAGES : 253
POINTS : 2390



MessageSujet: Re: Plus on est de fous, plus ils crient.    Jeu 1 Juin - 21:07

Sookie & Orion


❝Plus on est de fous, plus ils crient❞


La nuit avait pris possession de la ville depuis quelques heures déjà lorsque je me décidais enfin à rejoindre le monde des rêves. Ce soir, j'avais envie de faire les choses simplement, je n'avais pas envie de me prendre la tête, mais juste de m'amuser. J'en avais cruellement besoin et diaboliquement envie aussi. Les cris des rêveurs me manquaient et j'avais bien envie de mettre un peu la pagaille dans un ou deux rêves, juste histoire de passer tranquillement la nuit. Aussi, ma première visite concerna mon cher Baptiste, mon aveugle préféré. Depuis que je l'avais rencontré dans la vie, depuis qu'il était devenu mon chanteur, j'avouais aimé d'autant plus les visites que je lui rendait. Je me délectais de mon effet sur lui, des réalisations des plus perverses que je lui faisais subir. Il n'avait toujours aucune idée de ce que je pouvais être, ni même de mon existence en tant que cauchemar. Comment le pourrait-il d'ailleurs ? J'agissais toujours dans l'ombre avec lui, lui chuchotant à l'oreille tel un vieil ami jusqu'à ce qu'il se réveille et que je puisse enfin me rassasier, me repaitre de sa tristesse et de son désespoir. C'était facile, mais tellement amusant que je ne m'en lassais pas.

Puis, j'allais enfin pouvoir passer à la suite, à savoir, m'amuser avec quelques rêveurs encore paisiblement endormis. Je me glissais dans l'une des sphères flottant au dessus du sol, me retrouvant catapulté sur ce qui me semblait être une plage. Le vent me giflait le visage, les grains de sable m'entouraient tandis que la mer s'étendait à perte de vue devant moi. Je n'avais aucun mal à sentir que je n'étais pas le seul cauchemar de se rêve et je me délectais d'avance à l'idée de l'effacer du paysage afin de commencer à m'amuser avec le rêveur.

L'espace de quelques instants, je pris néanmoins le temps de fixer cette étendue avec admiration avant de me transformer en l'une de mes formes favorites. Un dent de sabre, créature puissante et rapide que j'adorais et que j'arborais souvent. Il ne me fallu que quelques secondes pour localiser d'où venais l'intrus. L'apercevant au loin, il me semblait avoir pris l'apparence d'un loup noir. Me fonçant dessus, je m'élançais à mon tour, rugissant en m'approchant dangereusement de ma proie avant de me rendre compte que je connaissais cette apparence. Sookie, si je ne m'abusais. Nous nous étions rencontrés au détour d'un rêve, alors que ma chère famille gardienne avait décidé de lui pourrir la vie. Je n'avais pas pu résisté à la tentation. Nous étions alliés, ou du tout moins, c'est ce que je pensais. Je ralentis alors l'allure jusqu'à l'arrêt, restant fixe en attendant qu'elle arrive vers moi tout en espérant qu'elle me reconnaisse.


(c) sweet.lips and Blackcat

_________________
crazy, mad, psychopath
My biggest handicap is not being mad, it's being without her.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Je crois que j'ai retrouvé le goût du bonheur ! C'est marrant c'est exactement le même que celui du mojito.
INSCRIT DEPUIS LE : 19/10/2016
MESSAGES : 220
POINTS : 836



MessageSujet: Re: Plus on est de fous, plus ils crient.    Lun 5 Juin - 23:17



I’m  opting for the gates of hell
You are shadows. You are death. Your fingers will become claws and your hand the weapons. I will teach you to howl so that even wolves are silent.
Lorsque Sookie repéra l'odeur de l'intrus, un grognement fit trembler sa gorge alors que ses babines de soulevèrent, laissant apparaitre des crocs dangereux. Derrière ses pattes, le sable se projetait en arrière, faisant disparaitre les silhouettes inventées par le Rêveur, celles qui peuplaient la plage. Ils disparaissaient aussi a chaque fois qu'elle en percutait un, malheureuse illusion sur sa trajectoire. Elle aurait aimé que ce qu'elle était en train de pister soit un Gardien, mais renvoyer ce cauchemar au fond de son lit ne serait pas un problème d'éthique pour elle. Elle l'aperçut enfin. Son instinct animal dirigeait sa course, sa mâchoire menaçante semblait avertir le tigre à dent de sable au loin. Elle lui laissait une dernière chance de partir de ce rêve, de lui même. Après, il serait trop tard. La bête préhistorique fonça alors droit sur elle, à son tour. L'intrus venait de scellé son triste sort. Un grognement plein de rage anima alors la louve, pas vraiment encline à partager son bout de viande.

L'apparence que le cauchemar avait choisit était intriguant, et original. Mais il ne faisait certainement pas peur à Sookie. Tigre à dent de sabres, ou petit chaton, il exploserait en un nuage de fumée noire entre ses crocs. Elle avait l'impression, cependant, de reconnaitre cette odeur, maintenant qu'elle avait vu de qui celle-ci provenait. Elle n'en connaissait pas beaucoup, qui tapait dans la forme animale éteinte. La dernière fois qu'elle avait croisé le cauchemar qui la possédait, elle était en train de combattre toute une troupe de Gardiens. Ils auraient eu le dessus sur elle si elle n'avait pas été aidée par l'enfant maudit. Alors que la bête ennemie s'arrêta, Sookie continua sa course effrénée jusqu'à elle, quand bien même elle était en train de comprendre qui était l'invité. En arrivant proche de lui à vive allure, elle sauta dans un bond dangereux comme si elle allait lui sauter à la gorge, avant que le corps de la bête se désintégre pour laisser apparaitre celui de la coréenne, qui retomba avec sa souplesse légendaire sur ses deux pieds. Quoi ? N'avait-elle pas le droit de soigner ses entrées?

" Orion." dit-elle alors en posant son regard sur lui, dans un sourire, avant de venir tapoter négligemment le museau poilu de l'animal, comme elle le ferait pour une brave bête. Elle s'accroupit alors, faisant trainer sa main le long de l'une de ses longues canines, à la fois de façon lascive, mais aussi de façon provocante. Sookie était dans le jeu, constamment. Et sa façon de le provoquer ainsi, c'était une manière de montrer qu'elle n'en avait pas peur. A mains nues, elle en viendrait à bout. Et puis, il n'était pas là pour lui faire du mal, dans quel cas il aurait réagit bien avant. Caressant la joue de la bête, le fixant dans les yeux de son regard perçant, elle lui dit a quelques centimètres de sa gueule : " Alors, je te manquais?" L'un des seuls cauchemars avec qui elle se serait aussi permit cela aurait été Damian. Mais elle aurait été toutefois bien plus méfiante. La panthère qu'il affectionnait tant aurait pu croquer la gueule de Sookie, juste pour la faire taire, et dire ensuite que c'était de bonne guerre. Elle aussi, aurait choisit cette option. Orion, non. Elle décida cependant de ne pas lui laisser le luxe de choisir. A la dernière gratouille, le cauchemar puissant qu'elle était l'obligea à reprendre son apparence humaine. Sa main sur sa joue, elle continua à le fixer de son regard envoutant, une étincelle malsaine dans les yeux. " Tu viens rejouer avec moi ?" demanda-t-elle. Elle n'était pas prêteuse, mais il rendrait probablement le futur mauvais rêve plus divertissant.
code by bat'phanie

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Nous ne sommes qu'ombres et poussières


INSCRIT DEPUIS LE : 22/05/2017
MESSAGES : 253
POINTS : 2390



MessageSujet: Re: Plus on est de fous, plus ils crient.    Ven 9 Juin - 17:49

Sookie & Orion


❝Plus on est de fous, plus ils crient❞


Je retrouvais la sensation étrange d'être un animal, de sentir le vent dans mes poils, la dureté du sol sous mes pattes, le rugissement bestial qui sortait de ma gueule qui me permettais de m'exprimer un temps soit peu. J'adorais être un tigre, un prédateur aussi imposant que magnifique, aussi rapide que dangereux. En un coup de patte, je pouvais faire disparaitre quiconque se plaçais sur moi chemin. J'avouais, cette seule sensation était merveilleuse. Il y avait beaucoup de bon dans le fait d'être un cauchemar.

Elle ne mit pas longtemps à me rejoindre, lancée à pleine vitesse, je l'observais foncer droit sur moi sans bouger. Ce fut au dernier moment qu'elle reprit forme humaine, apparaissant dans un masque de fumée noire. Intérieurement, je ne pus m'empêcher de sourire doucement. Elle savait soigner ses entrées, c'était un fait. Je la laissais me provoquer comme elle le souhaitait, me contenant de me transformer lorsqu'elle eut marre de me voir sous cette forme. En temps normal, j'évitais d'apparaitre dans les rêves sous ma forme humaine originelle, je préférais sans fois m'amuser à changer d'apparence à ma guise, je trouvais cela infiniment plus amusant. Seulement, avec elle, les choses étaient quelque peu différente. Outre le fait qu'elle m'ai forcé la main, j'espérais un peu plus d'elle que des autres. Aussi, je préférais la laisser croire qu'elle m'était supérieure alors qu'il en était rien. Elle aimait me provoquer, voir jusqu'où est-ce qu'elle pouvait aller. C'était un jeu et heureusement pour elle, j'étais tout aussi joueur. Je la laissais caresser ma joue en plantant mes yeux dans les siens. J'aimais le regard qu'elle me jetait, cette étincelle perverse qui me semblait si familière. Un sourire malsain s'étira sur mon visage, promesse d'une merveilleuse nuit cauchemardesque.

« Tu aimerais n'est-ce pas ? »

Mon sourire s'étira d'autant plus suite à mes paroles. Je ne l'avouerais pas mais dans un sens, j'étais plutôt content de tomber sur elle, le jeu n'en serrais au final que bien plus intéressant ! Sa proposition était alléchante, je devais l'avouer. Nous partager une victime comme nous avions partager notre combat contre les gardiens. J'avais l'art de tomber au bon endroit, au bon moment.

« Comment refuser ? »

Oh oui, il était bien temps de commencer à s'amuser un peu. Sans attendre, je repérais où pouvais être le rêveur, sans doute l'avais-je interrompu alors qu'elle venait tout juste de commencer, cela n'en serait que plus grisant. Me transformant à nouveau, je m'élançais à sa recherche. Mes sens me menèrent vers une petite maison sur pilotis, seule construction présente sur une plage semblant si parfaite. Quelques personnes marchaient en sa direction, la détournant ensuite pour continuer un chemin imaginaire que seul le rêveur pouvait connaitre. Arrêté à quelques mètres de la, j'attendais sagement ma camarade de jeu avant de commencer quoi que ce soit. Les dames d'abord après tout.

Néanmoins, j'en profitais pour concentrer mon attention sur notre victime. Il s'agissait d'un homme, d'un rêveur tout ce qu'il y avait de plus banal. Il n'y avait pas grand chose de croustillant auquel se raccrocher mise à part le fait qu'il soit gay. J'avais trouvé ce qu'il désirait ardemment. Aussi, je me transformais à nouveau selon ses goûts. La couleur de ma peau resta aussi pâle qu'elle l'était mais mes traits changèrent, me donnant un air plus charismatique. Mes yeux prirent une couleur verte alors que les boucles de mes cheveux avaient disparu pour faire place à une coupe plus courte. Souriant, je m'amusais du fait d'être totalement méconnaissable. Quoi de mieux pour commencer qu'un petit scandale familial ? Tout sourire, impatient, je fixais Sookie en me préparant à entrer en jeu.


(c) sweet.lips and Blackcat

_________________
crazy, mad, psychopath
My biggest handicap is not being mad, it's being without her.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Je crois que j'ai retrouvé le goût du bonheur ! C'est marrant c'est exactement le même que celui du mojito.
INSCRIT DEPUIS LE : 19/10/2016
MESSAGES : 220
POINTS : 836



MessageSujet: Re: Plus on est de fous, plus ils crient.    Mer 21 Juin - 22:13



I’m  opting for the gates of hell
You are shadows. You are death. Your fingers will become claws and your hand the weapons. I will teach you to howl so that even wolves are silent.
Sa nouvelle compagnie n'était pas des pires. L'asiatique appréciait le blond, dans la très légère limite que lui accordait sa capacité à accorder de l'importance aux gens autour d'elle. Ils n'étaient pas amis, elle ne chercherait pas à le protéger au dépend de sa vie, elle ne se souciait ni de sa vie ni de sa survie, mais elle ne l'avait pas expulsé, et c'était déjà une grande victoire pour lui. Sookie n'était pas réputée pour être des plus sympathiques, bien au contraire. Face au plaisir qu'ils partageait ensemble, elle sourit, le laissant déguerpir, impatient de retrouvé le rêveur. Joueuse, elle ne s'élança pas sous sa forme de louve mais sous celle d'un aigle au plumage aussi sombre que son âme. Elle fendit alors le ciel, pour tenter d'arriver la première à la cabane où elle avait envoyé  la victime quelques instants plus tôt.

Lorsqu'elle survola le tigre à dent de sabres, elle sentit ses serres se refermer sur elles-mêmes, avec l'envie d'y broyer un corps. Se retenir d'attaquer le Cauchemar restait difficile, surtout quand l'instinct animal s'en mêle. Ses formes animales souvent aussi grande que son égo ne jouaient pas toujours en sa faveur. Le rapace ne distança pas le fauve, et perdit la course. L'oiseau poussa un cri clairement dû à sa frustration, en piquant vers le sol, où elle s'écrasa dans une brume noire avant de donner naissance au corps qu'elle empruntait à nouveau : celui de la sœur de Tim. La présence du duo troublait déjà le rêve du jeune homme, puisqu'ils pouvaient l'entendre se disputer avec son père. Il était déjà tellement rongé par ses propres angoisses que la première intervention de Sookie avait eu un effet boule de neige. Ils auraient presque pu s'installer avec du pop-corn et regarder le rêveur se battre verbalement avec son paternel. Sookie glissa son regard sur Orion, amusée par ce qu'il avait derrière la tête, dans cette nouvelle enveloppe charnel " Ouuuh, je risque d'être jalouse." dit-elle en le dépassant, dans un clin d'oeil. Elle poussa la porte du bungalow, prête à tourmenter le Rêveur : " Ca suffit vous deux !" Les voix masculines s'estompèrent. Quand elle vit le soulagement dans le regard de Timéo, elle eut la nausée. C'était ça, que ressentait un Gardien qui calme une tempête ? A gerber. Elle entra, pour tenir ensuite la porte ouverte afin de laisser Orion les rejoindre. " Soyez donc poli tous les deux, nous avons de la visite. Et pas la moindre..." Les yeux complotistes de Sookie se posèrent sur l'invité. Était-ce le mec du rêveur, un plan cul, ou juste un fantasme ? Le sentiment qui s'échappa alors de Tim lui donna la force qu'il lui manquait pour ajouter un peu de piment à la situation. Dans la maisonnette ils n'étaient plus seulement eux quatre, mais s'étaient joint à eux le reste de la famille. Quatre frères qui semblaient tous prêt à juger ce qui allait se passer. Ca promettait d'être amusant.  
code by bat'phanie



Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Plus on est de fous, plus ils crient.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Plus on est de fous, plus ils crient.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les bébés crient dans leur langue maternelle
» Architectes fous
» Poème Nous les Fous de Généalogie
» Chats un peu fous
» Les Fous du volant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: monde des songes :: Bords Océaniques.-