AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥️
» pour «

Partagez | 
 

 Plus on est de fous, plus ils crient.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

libre

avatar



Je crois que j'ai retrouvé le goût du bonheur ! C'est marrant c'est exactement le même que celui du mojito.
INSCRIT DEPUIS LE : 19/10/2016
MESSAGES : 248
POINTS : 1378



MessageSujet: Plus on est de fous, plus ils crient.    Mer 31 Mai - 0:36



I’m  opting for the gates of hell
You are shadows. You are death. Your fingers will become claws and your hand the weapons. I will teach you to howl so that even wolves are silent.
Il y avait un air de vacances ici. Les cocotiers, le sables blancs, les mouettes dans le ciel bleu, le soleil agréable... Erk. C'était répugnant. Sookie marcha sur le sable d'un pas si léger qu'elle semblait flotter au dessus des grains, ne laissant qu'une faible empreinte que déjà le vent effaçait. Elle avait envie d'explorer les lieux, pour en découvrir les recoins les plus intéressant, l'auteur de ce rêve ainsi que les protagonistes de celui-ci. Il y avait des enfants sur la plage, et des adultes. Des silhouettes presque pas détaillées pour les plus lointaines, et des personnes de plus en plus réelles vers le centre. Le rêveur devait être par ici. L'aura de ce dernier était clair, pure. Sookie n'avait pas besoin de ce détail pour se douter qu'il s'agissait là d'un rêveur des plus tranquille. Son rêve parlait de lui même. Elle aimait bien faire un tour vers les égarés, parce qu'ils étaient des proies faciles a tourmenter, mais les gardiens étaient bien trop a l'affût vers ceux-ci. Ces rêveurs paisibles étaient moins surveillés, mais parfois bien plus difficile à pervertir. Ça tombait plutôt bien que la coréenne ait toute la nuit devant elle.

Fermant les yeux, elle se laissa guider par les désirs qui ressortait de ce rêve, métamorphosant alors son corps non pas dans une forme qu'elle désirait, mais dans celle que le rêveur voulait. Sa peau était plus plus hâlée, ses cheveux plus long mais tout aussi noir. Une voix s'éleva, et elle devina qu'il s'agissait de celle du rêveur " Sam ? Je suis content que tu sois là ! Quand papa saura que tu es venue...!" s'enjoua le jeune homme aux yeux verts, face à ce qui était visiblement : sa soeur. Sookie, ou Sam, le regarda avec désespoir : " Il.. Il y a.. Il y a un soucis..." bafouilla-t-elle, les larmes aux yeux. Pénétrant dans l'esprit du rêveur afin d'en connaitre ses peurs, elle comprit rapidement quelques détails des angoisses de ce dernier. Premièrement, son père était malade. Deuxièmement, ses frères et sa soeur étaient tout pour lui et les perdre serait une tragédie, comme la perte de sa mère. Et dernièrement, il était gay, et personne n'était au courant. Pas même sa femme ? " Tim... Papa est au courant... il devient.. fou. Il ..." Sookie éloigna ses mains de son ventre et un couteau, planté dedans, y apparu alors, laissant du sang couler sur le corps de la jeune femme. Elle pouvait déjà sentir les peurs du jeune homme s'intensifier, ses angoisses se matérialisaient et elle pouvait déjà s'en délecter. Mais quelque chose de nouveau troubla le rêve. Un nouveau cauchemar. " Va le voir. Ca va aller..." dit-elle, le couteau ayant disparu. Les rêves étant bien souvent sans logique, ledit Tim n'y prêta pas attention et courut vers la petite maison sur pilotis. Elle avait besoin de gagner du temps et d'être seule. Sookie se transforma a nouveau, cette fois-ci en sa forme de louve noire préférée et parti en chasse du cauchemar. Elle n'était pas prêteuse et n'hésitait pas à croquer ses semblables pour défendre sa proie. Elle pouvait le sentir, il ne se cacherait pas encore très longtemps...
code by bat'phanie

_________________



We're not real, but we still
making your nightmares
true.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Nous ne sommes qu'ombres et poussières


INSCRIT DEPUIS LE : 22/05/2017
MESSAGES : 641
POINTS : 6154



MessageSujet: Re: Plus on est de fous, plus ils crient.    Jeu 1 Juin - 21:07

Sookie & Orion


❝Plus on est de fous, plus ils crient❞


La nuit avait pris possession de la ville depuis quelques heures déjà lorsque je me décidais enfin à rejoindre le monde des rêves. Ce soir, j'avais envie de faire les choses simplement, je n'avais pas envie de me prendre la tête, mais juste de m'amuser. J'en avais cruellement besoin et diaboliquement envie aussi. Les cris des rêveurs me manquaient et j'avais bien envie de mettre un peu la pagaille dans un ou deux rêves, juste histoire de passer tranquillement la nuit. Aussi, ma première visite concerna mon cher Baptiste, mon aveugle préféré. Depuis que je l'avais rencontré dans la vie, depuis qu'il était devenu mon chanteur, j'avouais aimé d'autant plus les visites que je lui rendait. Je me délectais de mon effet sur lui, des réalisations des plus perverses que je lui faisais subir. Il n'avait toujours aucune idée de ce que je pouvais être, ni même de mon existence en tant que cauchemar. Comment le pourrait-il d'ailleurs ? J'agissais toujours dans l'ombre avec lui, lui chuchotant à l'oreille tel un vieil ami jusqu'à ce qu'il se réveille et que je puisse enfin me rassasier, me repaitre de sa tristesse et de son désespoir. C'était facile, mais tellement amusant que je ne m'en lassais pas.

Puis, j'allais enfin pouvoir passer à la suite, à savoir, m'amuser avec quelques rêveurs encore paisiblement endormis. Je me glissais dans l'une des sphères flottant au dessus du sol, me retrouvant catapulté sur ce qui me semblait être une plage. Le vent me giflait le visage, les grains de sable m'entouraient tandis que la mer s'étendait à perte de vue devant moi. Je n'avais aucun mal à sentir que je n'étais pas le seul cauchemar de se rêve et je me délectais d'avance à l'idée de l'effacer du paysage afin de commencer à m'amuser avec le rêveur.

L'espace de quelques instants, je pris néanmoins le temps de fixer cette étendue avec admiration avant de me transformer en l'une de mes formes favorites. Un dent de sabre, créature puissante et rapide que j'adorais et que j'arborais souvent. Il ne me fallu que quelques secondes pour localiser d'où venais l'intrus. L'apercevant au loin, il me semblait avoir pris l'apparence d'un loup noir. Me fonçant dessus, je m'élançais à mon tour, rugissant en m'approchant dangereusement de ma proie avant de me rendre compte que je connaissais cette apparence. Sookie, si je ne m'abusais. Nous nous étions rencontrés au détour d'un rêve, alors que ma chère famille gardienne avait décidé de lui pourrir la vie. Je n'avais pas pu résisté à la tentation. Nous étions alliés, ou du tout moins, c'est ce que je pensais. Je ralentis alors l'allure jusqu'à l'arrêt, restant fixe en attendant qu'elle arrive vers moi tout en espérant qu'elle me reconnaisse.


(c) sweet.lips and Blackcat

_________________
before the storm begins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Je crois que j'ai retrouvé le goût du bonheur ! C'est marrant c'est exactement le même que celui du mojito.
INSCRIT DEPUIS LE : 19/10/2016
MESSAGES : 248
POINTS : 1378



MessageSujet: Re: Plus on est de fous, plus ils crient.    Lun 5 Juin - 23:17



I’m  opting for the gates of hell
You are shadows. You are death. Your fingers will become claws and your hand the weapons. I will teach you to howl so that even wolves are silent.
Lorsque Sookie repéra l'odeur de l'intrus, un grognement fit trembler sa gorge alors que ses babines de soulevèrent, laissant apparaitre des crocs dangereux. Derrière ses pattes, le sable se projetait en arrière, faisant disparaitre les silhouettes inventées par le Rêveur, celles qui peuplaient la plage. Ils disparaissaient aussi a chaque fois qu'elle en percutait un, malheureuse illusion sur sa trajectoire. Elle aurait aimé que ce qu'elle était en train de pister soit un Gardien, mais renvoyer ce cauchemar au fond de son lit ne serait pas un problème d'éthique pour elle. Elle l'aperçut enfin. Son instinct animal dirigeait sa course, sa mâchoire menaçante semblait avertir le tigre à dent de sable au loin. Elle lui laissait une dernière chance de partir de ce rêve, de lui même. Après, il serait trop tard. La bête préhistorique fonça alors droit sur elle, à son tour. L'intrus venait de scellé son triste sort. Un grognement plein de rage anima alors la louve, pas vraiment encline à partager son bout de viande.

L'apparence que le cauchemar avait choisit était intriguant, et original. Mais il ne faisait certainement pas peur à Sookie. Tigre à dent de sabres, ou petit chaton, il exploserait en un nuage de fumée noire entre ses crocs. Elle avait l'impression, cependant, de reconnaitre cette odeur, maintenant qu'elle avait vu de qui celle-ci provenait. Elle n'en connaissait pas beaucoup, qui tapait dans la forme animale éteinte. La dernière fois qu'elle avait croisé le cauchemar qui la possédait, elle était en train de combattre toute une troupe de Gardiens. Ils auraient eu le dessus sur elle si elle n'avait pas été aidée par l'enfant maudit. Alors que la bête ennemie s'arrêta, Sookie continua sa course effrénée jusqu'à elle, quand bien même elle était en train de comprendre qui était l'invité. En arrivant proche de lui à vive allure, elle sauta dans un bond dangereux comme si elle allait lui sauter à la gorge, avant que le corps de la bête se désintégre pour laisser apparaitre celui de la coréenne, qui retomba avec sa souplesse légendaire sur ses deux pieds. Quoi ? N'avait-elle pas le droit de soigner ses entrées?

" Orion." dit-elle alors en posant son regard sur lui, dans un sourire, avant de venir tapoter négligemment le museau poilu de l'animal, comme elle le ferait pour une brave bête. Elle s'accroupit alors, faisant trainer sa main le long de l'une de ses longues canines, à la fois de façon lascive, mais aussi de façon provocante. Sookie était dans le jeu, constamment. Et sa façon de le provoquer ainsi, c'était une manière de montrer qu'elle n'en avait pas peur. A mains nues, elle en viendrait à bout. Et puis, il n'était pas là pour lui faire du mal, dans quel cas il aurait réagit bien avant. Caressant la joue de la bête, le fixant dans les yeux de son regard perçant, elle lui dit a quelques centimètres de sa gueule : " Alors, je te manquais?" L'un des seuls cauchemars avec qui elle se serait aussi permit cela aurait été Damian. Mais elle aurait été toutefois bien plus méfiante. La panthère qu'il affectionnait tant aurait pu croquer la gueule de Sookie, juste pour la faire taire, et dire ensuite que c'était de bonne guerre. Elle aussi, aurait choisit cette option. Orion, non. Elle décida cependant de ne pas lui laisser le luxe de choisir. A la dernière gratouille, le cauchemar puissant qu'elle était l'obligea à reprendre son apparence humaine. Sa main sur sa joue, elle continua à le fixer de son regard envoutant, une étincelle malsaine dans les yeux. " Tu viens rejouer avec moi ?" demanda-t-elle. Elle n'était pas prêteuse, mais il rendrait probablement le futur mauvais rêve plus divertissant.
code by bat'phanie

_________________



We're not real, but we still
making your nightmares
true.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Nous ne sommes qu'ombres et poussières


INSCRIT DEPUIS LE : 22/05/2017
MESSAGES : 641
POINTS : 6154



MessageSujet: Re: Plus on est de fous, plus ils crient.    Ven 9 Juin - 17:49

Sookie & Orion


❝Plus on est de fous, plus ils crient❞


Je retrouvais la sensation étrange d'être un animal, de sentir le vent dans mes poils, la dureté du sol sous mes pattes, le rugissement bestial qui sortait de ma gueule qui me permettais de m'exprimer un temps soit peu. J'adorais être un tigre, un prédateur aussi imposant que magnifique, aussi rapide que dangereux. En un coup de patte, je pouvais faire disparaitre quiconque se plaçais sur moi chemin. J'avouais, cette seule sensation était merveilleuse. Il y avait beaucoup de bon dans le fait d'être un cauchemar.

Elle ne mit pas longtemps à me rejoindre, lancée à pleine vitesse, je l'observais foncer droit sur moi sans bouger. Ce fut au dernier moment qu'elle reprit forme humaine, apparaissant dans un masque de fumée noire. Intérieurement, je ne pus m'empêcher de sourire doucement. Elle savait soigner ses entrées, c'était un fait. Je la laissais me provoquer comme elle le souhaitait, me contenant de me transformer lorsqu'elle eut marre de me voir sous cette forme. En temps normal, j'évitais d'apparaitre dans les rêves sous ma forme humaine originelle, je préférais sans fois m'amuser à changer d'apparence à ma guise, je trouvais cela infiniment plus amusant. Seulement, avec elle, les choses étaient quelque peu différente. Outre le fait qu'elle m'ai forcé la main, j'espérais un peu plus d'elle que des autres. Aussi, je préférais la laisser croire qu'elle m'était supérieure alors qu'il en était rien. Elle aimait me provoquer, voir jusqu'où est-ce qu'elle pouvait aller. C'était un jeu et heureusement pour elle, j'étais tout aussi joueur. Je la laissais caresser ma joue en plantant mes yeux dans les siens. J'aimais le regard qu'elle me jetait, cette étincelle perverse qui me semblait si familière. Un sourire malsain s'étira sur mon visage, promesse d'une merveilleuse nuit cauchemardesque.

« Tu aimerais n'est-ce pas ? »

Mon sourire s'étira d'autant plus suite à mes paroles. Je ne l'avouerais pas mais dans un sens, j'étais plutôt content de tomber sur elle, le jeu n'en serrais au final que bien plus intéressant ! Sa proposition était alléchante, je devais l'avouer. Nous partager une victime comme nous avions partager notre combat contre les gardiens. J'avais l'art de tomber au bon endroit, au bon moment.

« Comment refuser ? »

Oh oui, il était bien temps de commencer à s'amuser un peu. Sans attendre, je repérais où pouvais être le rêveur, sans doute l'avais-je interrompu alors qu'elle venait tout juste de commencer, cela n'en serait que plus grisant. Me transformant à nouveau, je m'élançais à sa recherche. Mes sens me menèrent vers une petite maison sur pilotis, seule construction présente sur une plage semblant si parfaite. Quelques personnes marchaient en sa direction, la détournant ensuite pour continuer un chemin imaginaire que seul le rêveur pouvait connaitre. Arrêté à quelques mètres de la, j'attendais sagement ma camarade de jeu avant de commencer quoi que ce soit. Les dames d'abord après tout.

Néanmoins, j'en profitais pour concentrer mon attention sur notre victime. Il s'agissait d'un homme, d'un rêveur tout ce qu'il y avait de plus banal. Il n'y avait pas grand chose de croustillant auquel se raccrocher mise à part le fait qu'il soit gay. J'avais trouvé ce qu'il désirait ardemment. Aussi, je me transformais à nouveau selon ses goûts. La couleur de ma peau resta aussi pâle qu'elle l'était mais mes traits changèrent, me donnant un air plus charismatique. Mes yeux prirent une couleur verte alors que les boucles de mes cheveux avaient disparu pour faire place à une coupe plus courte. Souriant, je m'amusais du fait d'être totalement méconnaissable. Quoi de mieux pour commencer qu'un petit scandale familial ? Tout sourire, impatient, je fixais Sookie en me préparant à entrer en jeu.


(c) sweet.lips and Blackcat

_________________
before the storm begins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Je crois que j'ai retrouvé le goût du bonheur ! C'est marrant c'est exactement le même que celui du mojito.
INSCRIT DEPUIS LE : 19/10/2016
MESSAGES : 248
POINTS : 1378



MessageSujet: Re: Plus on est de fous, plus ils crient.    Mer 21 Juin - 22:13



I’m  opting for the gates of hell
You are shadows. You are death. Your fingers will become claws and your hand the weapons. I will teach you to howl so that even wolves are silent.
Sa nouvelle compagnie n'était pas des pires. L'asiatique appréciait le blond, dans la très légère limite que lui accordait sa capacité à accorder de l'importance aux gens autour d'elle. Ils n'étaient pas amis, elle ne chercherait pas à le protéger au dépend de sa vie, elle ne se souciait ni de sa vie ni de sa survie, mais elle ne l'avait pas expulsé, et c'était déjà une grande victoire pour lui. Sookie n'était pas réputée pour être des plus sympathiques, bien au contraire. Face au plaisir qu'ils partageait ensemble, elle sourit, le laissant déguerpir, impatient de retrouvé le rêveur. Joueuse, elle ne s'élança pas sous sa forme de louve mais sous celle d'un aigle au plumage aussi sombre que son âme. Elle fendit alors le ciel, pour tenter d'arriver la première à la cabane où elle avait envoyé  la victime quelques instants plus tôt.

Lorsqu'elle survola le tigre à dent de sabres, elle sentit ses serres se refermer sur elles-mêmes, avec l'envie d'y broyer un corps. Se retenir d'attaquer le Cauchemar restait difficile, surtout quand l'instinct animal s'en mêle. Ses formes animales souvent aussi grande que son égo ne jouaient pas toujours en sa faveur. Le rapace ne distança pas le fauve, et perdit la course. L'oiseau poussa un cri clairement dû à sa frustration, en piquant vers le sol, où elle s'écrasa dans une brume noire avant de donner naissance au corps qu'elle empruntait à nouveau : celui de la sœur de Tim. La présence du duo troublait déjà le rêve du jeune homme, puisqu'ils pouvaient l'entendre se disputer avec son père. Il était déjà tellement rongé par ses propres angoisses que la première intervention de Sookie avait eu un effet boule de neige. Ils auraient presque pu s'installer avec du pop-corn et regarder le rêveur se battre verbalement avec son paternel. Sookie glissa son regard sur Orion, amusée par ce qu'il avait derrière la tête, dans cette nouvelle enveloppe charnel " Ouuuh, je risque d'être jalouse." dit-elle en le dépassant, dans un clin d'oeil. Elle poussa la porte du bungalow, prête à tourmenter le Rêveur : " Ca suffit vous deux !" Les voix masculines s'estompèrent. Quand elle vit le soulagement dans le regard de Timéo, elle eut la nausée. C'était ça, que ressentait un Gardien qui calme une tempête ? A gerber. Elle entra, pour tenir ensuite la porte ouverte afin de laisser Orion les rejoindre. " Soyez donc poli tous les deux, nous avons de la visite. Et pas la moindre..." Les yeux complotistes de Sookie se posèrent sur l'invité. Était-ce le mec du rêveur, un plan cul, ou juste un fantasme ? Le sentiment qui s'échappa alors de Tim lui donna la force qu'il lui manquait pour ajouter un peu de piment à la situation. Dans la maisonnette ils n'étaient plus seulement eux quatre, mais s'étaient joint à eux le reste de la famille. Quatre frères qui semblaient tous prêt à juger ce qui allait se passer. Ca promettait d'être amusant.  
code by bat'phanie



Spoiler:
 

_________________



We're not real, but we still
making your nightmares
true.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Nous ne sommes qu'ombres et poussières


INSCRIT DEPUIS LE : 22/05/2017
MESSAGES : 641
POINTS : 6154



MessageSujet: Re: Plus on est de fous, plus ils crient.    Lun 3 Juil - 16:20

Sookie & Orion


❝Plus on est de fous, plus ils crient❞


Finalement, une idée des plus amusantes avait fait son chemin dans mon esprit, si bien qu’un sourire en coin s’était installé sur mon visage tandis que j’attendais patiemment que Sookie me rejoigne pour commencer notre nouveau jeu. Excité, je me sentais comme un enfant à qui l’on avait offert un nouveau jouet. En un regard, Sookie me dépassa, me tirant un clin d’œil qui ne fit qu’agrandit mon sourire. Cela risquait d’être amusant !
Elle ouvrit la porte du pavillon, sommant aux personnes présentes de se taire tandis que je préparais mon entrée. Elle avait laissé la porte ouverte en une invitation que je ne pouvais pas refuser. En quelques pas, j’entrais à mon tour, affichant un resplendissant sourire.

« Bonjour mon cœur… »

Je découvrais avec délice le visage du rêveur se décomposer peu à peu, jusqu’à arriver à un mélange de gêne visiblement marquée et à une panique incroyable. Il était terrifié, rien que l’idée que son père découvre son secret avait l’air de le mettre dans tous ses états, alors lorsque Sookie fit apparaitre le reste de la famille, j’eu déjà l’impression que nous avions gagné d’avance. Ses quatre frères le dévisageait tandis qu’en un éclair, j’apparaissais à présent dans son dos, glissant mes mains sur ses hanches en me collant à lui, venant glisser quelques mots à son oreille dans un murmure qui résonnerait dans ses pensées.

« Alors, tu ne me présente pas à ta famille ? »

Je poussais le vice jusqu’à resserrer ma prise sur lui, faisant à présent face à l’ensemble de sa famille. Je pouvais sentir le rythme de son cœur s’emballer alors qu’il tentait vainement de se justifier avant que la fureur de ses frères ne s’abattent sur nous. Bientôt, il se ferait insulter, tel une lapidation public. Moi, je me contentais de me nourrir de cette noirceur qui se dégageait peu à peu de lui tout en glissant un regard vers Sookie, hésitant un instant sur la marche à suivre. Finalement, je m’amusais à doucement transformer l’endroit dans lequel nous étions, rendant l’atmosphère plus lugubre tandis qu’une dispute familiale avait une nouvelle fois éclaté sous nos yeux, mais ce n’était pas suffisant pour moi. Il manquait un peu de tragédie, un peu de sang, un peu d’action !

En un éclair, je fis alors apparaitre sa femme, ainsi que sa fille, me détournant rapidement de la scène qui s’offrait à nos yeux pour me téléporter jusqu’à mes apparitions. Je lança un rapide regard à ma collègue avant d’entamer des festivités bien plus intéressantes. J’attendis que le rêveur remarque la présence de sa douce famille avant d’apparaitre à nouveau. Un doux sourire atrocement sadique aux lèvres, je glissais mes doigts dans les cheveux de sa femme avant de tirer sa tête en arrière. Puis lentement, je me servis de la lame qui venait d’apparaitre dans ma main pour passer sur la gorge de sa promise.

« Si je ne peux pas t’avoir, personne ne t’aura ! »

Un rire assez horrible sorti de ma bouche tandis que je finissais mon mouvement, provoquant des cris étouffés de la part de la dite promise avant que ceux du rêveur ne résonnent, bien plus fortement cette fois. J’étais couvert de sang, n’ayant pas bougé tandis que le corps sans vie s’écrasait sur le sol. Gourmand, je passais ma langue sur ma lèvre d’appréciation, me rendant seulement compte à ce moment de l'étendue des dégâts. Essuyant mon couteau, je laissais Sookie s’amuser un peu à son tour, penchant la tête sur le côté tel un enfant curieux. Ainsi, j’étais heureux de mon petit effet, impatient de passer à la suite.


(c) sweet.lips and Blackcat


Spoiler:
 

_________________
before the storm begins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Je crois que j'ai retrouvé le goût du bonheur ! C'est marrant c'est exactement le même que celui du mojito.
INSCRIT DEPUIS LE : 19/10/2016
MESSAGES : 248
POINTS : 1378



MessageSujet: Re: Plus on est de fous, plus ils crient.    Mer 23 Aoû - 22:34



I’m  opting for the gates of hell
You are shadows. You are death. Your fingers will become claws and your hand the weapons. I will teach you to howl so that even wolves are silent.
Dans le bungalow, le rêveur ainsi que toute sa famille étaient réuni pour mouvementer le jeu d'Orion. Sookie abordait un sourire satisfait, se délectant déjà des premiers frissons de sa victime. Tourmenter ses proies à coups de grosses sueurs froides était amusant, et ressourçant. Lorsqu'elle avait faim, elle ne faisait pas dans la dentelle, et pouvait ainsi se nourrir de plusieurs rêves en une nuit. Mais lorsqu'elle n'était pas affamée, elle avait tout son temps, et jouer sur le plan psychologique avec des angoisses refoulées rendait le jeu plus amusant, plus délicieux, plus savoureux. Orion jouait le bel amant, et le rêveur créait le reste par ses propres craintes, matérialisant une dispute familiale très bruyante et assassine, le tout orchestré par l'asiatique, discrète et observatrice. Bientôt, l'apparence de sa soeur n'eut plus d'importance, et elle devint alors un corps vaporeux, détruisant avec son partenaire la beauté du rêve. L'intérieur de la maisonnette devenait lugubre, sombre, froide, alors que dehors, le sable blanc s'était envolé pour laisser place à une terre sèche et pleine de failles. Des buissons de ronces avaient remplacé les cocotiers, rendant le bungalow impénétrable depuis l'extérieur. Elle n'avait pas encore senti de présence autre que la leur, mais elle ne se ferait pas prendre de court...

Le brouhaha causé par la dispute s'était affaiblit, alors qu'elle entendit quelqu'un hurler «  NON NE FAIT PAS CA ARRÊTE ! » elle reporta son attention sur Orion, menaçant la femme de Timeo d'un couteau. Pourquoi devait-il donc toujours partir en délire de psychopathe assoiffé de sang? Ceci dit, c'était drôle. Plus pour les Cauchemars que pour le jeune homme. La frayeur qui animait le rêve intrigua Sookie. Il pleurait la mort de sa femme, mais pourtant, elle n'était pas la cause de ses palpitations. Pas complètement. Son coeur semblait non seulement brisé par l'acte d'orion, ou plutôt, la réaction de son amant ou de son fantasme, mais surtout, le sang dans lequel ils baignaient avait l'air de l'horrifier. Etait-il hématophobe ? Elle croisa le regard curieux de son acolyte avant d'influencer le rêveur pour qu'il tente de sauver sa femme. Alors qu'il tombait à genoux a coté d'elle,  s'excusant pour tout ce qu'il avait fait, ses mains se lièrent à quelque chose. Sa famille s'évaporta, et le rictus de la jeune femme n'annonçait rien de bon, et pour cause : lorsqu'il recula ses mains pour les libérer, celles-ci tirèrent les tripes de la jeune femme, celle-ci ayant maintenant le ventre ouvert. D'effroi, il tomba à la renverse, arrachant le tout au passage, agrandissant la flaque de sang dans laquelle il barbotait. Tremblant, il se débarrassa avec peur, hâte et dégout de l'organe qu'il avait sur lui. Il entendit enfin sa fille pleurnicher. Se relevant à toute vitesse, il la prit dans ses bras avant de se ruer vers la sortie. Il dut y mettre toute sa force pour parvenir à ouvrir la porte, pour que celle-ci s'ouvre finalement sur une autre porte, elle aussi, fermée. Sookie se matérialisa à nouveau, assise entre le Cauchemar et le cadavre. «  Profite, c'est moi qui régale... » plaisanta-t-elle avec Orion, caressant d'un air distrait la chevelure de la défunte malgré les paquets que formaient ses cheveux ensanglantés. Focalisé sur l'envie de sortir, le rêveur mettait tout en oeuvre pour défoncer les protes successives, oubliant tout le reste. Les deux Cauchemars n'avaient plus qu'à rester là, et se nourrir de ce prémisse de claustrophobie.

Bientôt, l'énergie déployée par le pauvre homme effaça d'ores et déjà certains contours du rêve, les portes verrouillées demeurant la seule chose concrète à ses yeux. La présence des deux Raclures conservait celle du corps gisant au sol. « Tim ? » dit-elle alors pour le ramener à la raison, pour l'arracher à cette folie qui semblait capable de le réveiller. Elle n'avait pas envie que le jeu prenne fin maintenant. Une fois, deux fois, trois fois.. A la quatrième interpellation, Sookie grogna et agacée de ne pas se faire entendre, fit se lever le corps cadavérique. Ce dernier alla tapoter l'épaule du rêveur qui se retourna. Son cri raisonna si fort qu'il en fit trembler tout le rêve. Si avec ça, un Gardien ne se pointait pas... C'était délibéré. Une nuit n'était pas une bonne nuit si aucun protecteur ne se faisait botter le cul. La porte se déverrouilla enfin, et il se rua à l'extérieur, tentant de braver les épaisses ronces. Sookie pivota sur le coté, se retrouvant à califourchon sur Orion. Elle lui sourit. «  Tu m'suis ? La chasse est ouverte.. » dit-elle. Il n'était qu'un leurre, et elle espérait bien débusquer le vrai gibier. Son petit corps reprit alors l'apparence de celui d'une louve géante, et son sourire dévoilait dorénavant d'énormes crocs sanguinaires. Elle plaqua l'une de ses énormes pattes sur le torse d'Orion pour le maintenir au sol, et gagner quelques secondes d'avance, avant de partir en courant dans un grognement aussi dangereux que ses intentions. Elle n'arriverait pas deuxième cette fois-ci.  

code by bat'phanie

_________________



We're not real, but we still
making your nightmares
true.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Nous ne sommes qu'ombres et poussières


INSCRIT DEPUIS LE : 22/05/2017
MESSAGES : 641
POINTS : 6154



MessageSujet: Re: Plus on est de fous, plus ils crient.    Jeu 5 Oct - 15:17

Sookie & Orion


❝Plus on est de fous, plus ils crient❞


Enfin, les choses étaient devenues plus intéressantes. Je n’avais pas pu résister longtemps à l’envie de faire ce que j’aimais le plus, mettre un peu d’action parmi l’horrible rêve que nous étions en train de faire subir au rêveur. Le pauvre, il n’avait aucune chance de s’en sortir avec deux cauchemars aussi cruels à lui tout seul. Aussi, j’avais laissé ma chère amie prendre les reines, me contentant de rester spectateur après avoir tranché la gorge de la femme de Tim. Je jouais avec mon couteau tout en restant près de la pauvre enfant qui pleurait, restant désespérément stoïque, attendant patiemment son heure tandis que son cher papa semblait vouloir sauver ce qui restait de sa femme. Sookie était cruelle et sadique, tout comme moi et même si elle ne partageait pas mon amour pour le sang, cela ne l’empêchait pas de se servir du carnage que j’avais provoqué comme d’un piège encore plus écoeurant encore. Mes yeux brillaient devant cette magnifique scène, observant le jeune homme essayant de s’extirper du sang dégoulinant du corps de sa femme. Sans le savoir, j’avais déclenché en lui une frayeur bien plus atroce que le simple assassinat, et ma collègue avait très bien réussi à lui faire vivre un cauchemar bien pire que ce qu’il aurait pu imaginer. Nous nous échangions des regards complices, de doux sourires sadiques, prêts à faire toujours plus, aller toujours plus loin dans la démesure. La nuit n’était pas finie après tout, il y avait encore matière à s’amuser un peu…

Bientôt, Tim fini par réaliser qu’il n’y avait plus d’espoir, semblant enfin prêter attention à son enfant se trouvant toujours sous ma tutelle. En un éclair, il s’empara d’elle sans même plus faire attention à moi, se ruant vers la porte tandis que je laissais Sookie me rejoindre, acceptant son invitation dans un sourire appréciateur. Sans attendre, je me nourrissais de toute la peur mélangée à une panique intense qui découlait du corps de Tim. Je fermais les yeux pour mieux apprécier le temps qu’il s’acharne à ouvrir toutes les portes se présentant à lui. Il n’y avait plus de bungalow, plus de plage ni de palmiers, il ne restait plus que nous trois dans cette forteresse d’épines qu’elle avait brillamment imaginé. Sookie s’ennuya rapidement, si bien qu’à peine eu-je fini de me nourrir qu’elle essaya de nouveau d’attirer l’attention de notre rêveur. Qu’avait-elle en tête cette fois ? Curieux, je l’observais, attendant impatiemment la suite qui ne tarda pas à venir. Non contente de ne pas s’être faite remarquée, elle poussa le vice jusqu’à faire crier le jeune homme tel une petite fille, provoquant un nouveau rire que je ne pus retenir.

Evidemment, elle l’avais fait exprès, mais je ne le compris que lorsque Sookie se tourna vers moi, juste après que notre cher ami ait finalement réussi à passer la dernière porte. Elle se transforma en un éclair, m’immobilisant un instant le temps de prendre de l’avance. Je les sentais, ils arrivaient, enfin ! Comme à chaque fois, je me réjouissais déjà de la bataille avenir, de cette délicieuse chasse qui s’annonçait. Aussi, je repris rapidement le contrôle de mon corps, me lançant à sa suite en ombre avant de me transformer lors de ma course, reprenant l’apparence du tigre que j’aimais tant. J’aurais pu l’attaquer par les airs, mais je préférais la rattraper ainsi, juste pour la taquiner, pour l’énerver, la provoquer comme j’aimais si bien le faire.

J’avais accéléré ma course, la suivant de peu jusqu’à finir par prendre mon élan pour bondir, atterrissant brusquement sur elle, interrompant sa course de plein fouet, nous faisant ainsi rouler sur plusieurs mètres avant de me retrouver en position de force. A mon tour, je la surplombais, les pattes bien ancrées sur sa cage thoracique. Elle avait beau être imposante, elle restait plus frêle que moi, un avantage que j’aimais particulièrement. Je grognais, sortant mes crocs, il aurait suffi d’un coup de dents pour mettre fin au jeu, pour me retrouver seul face aux gardiens qui risquaient d’apparaitre d’une seconde à l’autre. Malgré tout, je me retins, arrivant à contrôler mon instinct jusqu’au moment même où nos chers chasseurs firent leur apparition, me déviant de la jeune femme pour me tourner vers eux.

Ils étaient trois. Nous étions inférieurs en nombre mais je pouvais déjà sentir la peur de l’un d’entre eux,  sans doute novice dans le domaine. Cela n’en serait que plus amusant ! Ainsi, nous avions une arène des plus parfaite. Le sol asséché, rocailleux, accueillant de multiples fissures de plus en plus imposantes, jusqu’à presque créer une fissure parfaite entre nos deux camps. Notre rêveur était loin mais toujours présent, semblant perdu dans le champs de ronces dans lequel nous l’avions laissé. Joueur, voulant déstabiliser nos invités avant de passer à l’action, je fis apparaitre un immense ouragan, semblant faire trembler le rêve lui-même alors que sa puissance ne faisait que croitre. Les réactions furent immédiates. Si les deux plus âgés furent simplement surpris, le petit dernier n’en cru pas ses yeux, s’éloignant juste assez de son groupe pour me permettre de m’occuper de lui. En un éclair, je m’étais transformé en ombre, l’attaquant dans le dos où je plongeais profondément ma lame noire. Aussitôt, il disparu dans un magnifique nuage blanc, me laissant le temps de regagner ma place initiale tandis que la tempête se rapprochait de plus en plus de nous, pouvant nous aspirer a tout instant.



(c) sweet.lips and Blackcat


Spoiler:
 

_________________
before the storm begins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Je crois que j'ai retrouvé le goût du bonheur ! C'est marrant c'est exactement le même que celui du mojito.
INSCRIT DEPUIS LE : 19/10/2016
MESSAGES : 248
POINTS : 1378



MessageSujet: Re: Plus on est de fous, plus ils crient.    Jeu 2 Nov - 16:37



I’m  opting for the gates of hell
You are shadows. You are death. Your fingers will become claws and your hand the weapons. I will teach you to howl so that even wolves are silent.
Le jeu devenait intéressant dès lors que les gardiens entraient en scène. Évidemment, certaines nuits, elle n'avait pas envie d'en croiser. Mais d'une façon générale, c'était eux qui lui permettaient de parfaire son repas. Que serait un diner sans un peu d'animation? Lorsqu'elle laissa le rêveur sortir du bungalow, elle savait d'ores-et-déjà, qu'aux bouts des cris, elle trouverait de quoi s'amuser un peu. Tout du moins, elle l'espérait. Impatiente, n'ayant pas envie de rater l'arrivé du protecteur, elle bloqua Orion au sol un instant avec l'une de ses énormes pattes avant de partir à toute allure, collant Tim de peu. Elles s'amusait a claquer sa mâchoire démesurément grande à coté de son oreille pour qu'il galope encore plus vite. Comme s'il pouvait lui échapper. Si Sookie l'avait voulu, elle aurait pu lui arracher au moins six fois la tête. Ses grognements secouaient sa victime, tiraillé entre son instinct de survie et la trouille de sa vie. Elle émit quelques jappements malgré elle, en l'imaginant se pisser dessus dans son lit. Ca la faisait rire. Alors que, comme un chat, elle s'amusait avec sa souris, une masse toute aussi grosse qu'elle bondit devant elle. Son élan l'emporta sur son agilité, et la louve percuta de plein fouet le tigre à dents de sabre. La violence du choc s'accompagna d'un couinement de la louve avant qu'elle ne soit prisonnière d'un roulé-boulé avec le félin. Quel imbécile! Ses babines se mirent à trembler dans un grognement agressif alors qu'il la plaqua au sol, la planta à son tour avec ses grosses pattes. Pensait-il vraiment l'intimider? Elle en avait détruit des bien plus costaud. Provocatrice, elle claqua ses crocs près de son museau, prête à attaquer. Les Cauchemars n'étaient pas fait pour travailler en équipe, et même lorsqu'ils se prêtaient à l'expérience volontairement, ils finissaient par se battre. Sookie et Orion n'étaient pas loin de franchir cette limite... Elle glissa sournoisement ses pattes arrières sous le corps imposant de l'animal ennemi, prête à l'envoyer valser plus loin lorsque le cauchemar se troubla pour accueillir non pas un Gardien, mais trois. Ce qu'ils dégageaient était suffisamment fort pour attirer l'attention des deux bestiaux, qui cessèrent alors immédiatement leurs enfantillages. Se remettant à son tour debout, Sookie se secoua les puces, prête à commencer les choses sérieuses.

Le rêveur n'était plus la priorité des deux Cauchemars, mais les trois ennemis face à eux, si. Ce fut Orion qui lança les hostilités, en déclenchant un ouragan au loin. L'un des gardiens recula du groupe. Les yeux jaunes et perçant de la louve l'observait, alors que le tigre à dents de sabre s'était volatilisé. Quel amateur, pensa-t-elle en fixant la future victime d'Orion. Si l'aura des Gardiens éclairait les alentours comme un phare au milieu de la nuit, Sookie était quand à elle dissimulée par l'épaisse noirceur qui teintait le mauvais rêve. Seul son grognement et ses yeux perçant trahissait sa présence. Le plus jeune des gardiens se fit surprendre par le Cauchemar, et bientôt, le match fût équitable. Deux contre deux. Sookie lança un rapide regard à con acolyte qui était revenu à ses côtés. Elle aurait aimé les avoir pour elle seule. Mais ils ne seraient pas venu si nombreux si Orion n'avait pas été là. Elle pourrait s'offrir les deux gardiens en l'éliminant d'abord... C'était tentant, pourtant, lorsqu'une flèche ennemie siffla dans l'air, fonçant droit sur lui, Sookie, dans un réflexe presque canin, l'attrapa en plein vol avant de la briser entre ses dents. Elle recracha les débris par terre, dans un grognement féroce. C'était par pure provoc'. Et pour les Gardiens, et pour le Cauchemar. Elle semblait lui dire d'un regard insolent: je viens de sauver ton cul. Il l'aurait sans doute éviter, de toute façon. Enfin, sans plus tarder, elle fonça sur eux en esquivant leurs piètres attaques. Elle en attrapa un entre ses dents acérées, l'agitant comme un vulgaire morceau de viandes, transperçant son corps de part et d'autre. Elle aurait pu jouer avec pendant des heures, mais elle en oubliait vite qu'il n'allait pas se laisser faire. Malgré la douleur, il planta une lame dans sa gueule, lui arrachant un hurlement. Elle le laissa tomber au sol, alors qu'un sang noir et épais tâchait le sol asséché. Elle recula de quelques pas, se léchant la babine.. Alors qu'il essayait de la provoquer à l'aide de quelques " Coucouche panier" ou " bon chienchien"  en tapant sur ses cuisses pour la faire revenir, la louve géante bondit en l'air avant que son corps ne se métamorphose la seconde suivante en un petit bout de femme qui atterrit derrière lui. Dans un cri de rage, traduisant toute sa colère de s'être fait avoir, elle lui balança un coup de poing dans la figure. S'en suivit une espèce de chorégraphie entre les deux ennemis, alternant entre coups et esquives. Le combat aurait pu durer un moment puisqu'il se défendait plutôt bien le bougre. Mais c'était sans compter sur le côté déloyal dont la belle asiatique pouvait faire preuve. Alors qu'il venait de la faire tomber au sol, et qu'il allait l'éliminer, elle lui sourit avant de disparaitre dans une brume que le sol aspira en une fraction de seconde. La ratant de peu, il planta son épée dans le sol. Elle se métamorphosa juste derrière lui, plongeant sa main en lui, faisant sortir son coeur par son thorax. " On dirait que j'ai attrapé la baballe.." siffla-t-elle à son oreille, avant d'extraire son bras. Il disparu aussi tôt dans un fin nuage lumineux, et elle écrasa le cœur entre ses doigts qu'elle égraina comme du sable sur son passage. Elle regarda où en était Orion, avant d'apparaitre à ses côtés, son beau visage coupé en deux par une entaille profonde. Elle disparaitrait bientôt. Elle s'estompait déjà un peu . Elle adressa un sourire carnassier à son Gardien, léchant le sang doré sur sa main, lui signalant ainsi qu'il était dorénavant seul. Lorsqu'il le comprit, elle éclata de rire. Elle adressa son sourire joueur à Orion, avant de disparaitre à nouveau. Comment le meilleur des trois gardiens allait gérer la situation ? Combattre un Cauchemar qui le malmenait déjà, tout en sauvant le rêveur sur lequel Sookie fonçait ? Ce n'était plus qu'une question de temps avant qu'elle ne mette la main dessus, guidée par la terreur dont il émanait, reprenant déjà quelques forces grâce à lui.

code by bat'phanie

_________________



We're not real, but we still
making your nightmares
true.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Nous ne sommes qu'ombres et poussières


INSCRIT DEPUIS LE : 22/05/2017
MESSAGES : 641
POINTS : 6154



MessageSujet: Re: Plus on est de fous, plus ils crient.    Mer 6 Déc - 21:27

Sookie & Orion


❝Plus on est de fous, plus ils crient❞


Bien vite, le jeu était devenu plus intéressant. Après m’être rapidement débarrasser du petit novice s’étant laissé distraire par l’ouragan que j’avais moi même provoqué, il ne restait plus que les deux derniers. J’arborais un sourire carnassier derrière mon allure féline, attendant avec impatience la suite des hostilités tout en restant tapis dans l’ombre avec ma collègue, observant attentivement nos invités. Une flèche fut décochée en ma direction, et alors que je m’apprêtais à l’esquiver, Sookie intervint, venant broyer le bois à l’aide de sa mâchoire avant de tout recracher en un grognement sinistre. Elle m’adressa un regard, comme si je lui en devais une avant de s’élancer sur l’un des gardiens. Je la laissais s’amuser avec son jouet pour me concentrer sur le mien. Il avait fier allure, auréolé d’une aura dorée en portant fièrement ses doubles épées qu’il s’amusait à faire tourner autour de lui par simple provocation. Enfin de quoi s’amuser !

Contrairement à l’autre cauchemar, je préférais attendre qu’il me fonce dessus avant d’agir à mon tour, ce qu’il ne tarda d’ailleurs pas à faire. Trop prévisible. En un éclair, il était sur moi alors que je disparaissais sous ses yeux, ne faisant à nouveau qu’un avec la brume qui nous entourait tandis que la tempête que j’avais crée s’amenuisait pour finalement nous offrir un manteau plus noir encore. Un rire mauvais s’échappait de mes lèvres, se répercutant en écho tout autour de lui alors que je l’observais tentant de me retrouver. S’en était presque trop facile, enfin, c’est ce que je crus. En un éclair, alors que l’une de ses lames me ratait de peu, je compris que j’avais sous-estimé mon adversaire. J’esquivais néanmoins ses coups, allant de plus en plus vite alors qu’il semblait déjà se fatiguer, ayant troqué mon tigre pour une forme plus humaine alors que des effluves de fumée accompagnaient mes mouvements. Ce fut au moment le plus opportun que j’agis, l’attaquant à mon tour à l’aide mes chères dagues noires, lui plantant les lames dans les jambes pour l’immobiliser avant de disparaitre à nouveau, m’éloignant de ma cible en un rire vantard. Je m’arrêtais à nouveau, jouant avec mes armes tout en affichant un sourire agaçant. Je voulais le provoquer, le pousser à bout jusqu’à ce qu’il commette une erreur, ou jusqu’à ce qu’il s’épuise, c’était au choix.

Le jappement de douleur de Sookie brisa un silence devenu trop parfait. Je lui adressais un regard, constatant rapidement son état avant de porter à nouveau mes yeux sur mon gardien illuminé de lumière. Elle s’était faite avoir, l’idiote ! Malheureusement pour elle, ce n’était plus qu’une question de temps avant qu’elle ne disparaisse à son tour. Ce serait donc à moi que reviendrait le plaisir de condamner notre rêveur. Sa peur était toujours bien présente, je pouvais le ressentir alors qu’il devait à présent être bien loin de nous, fuyant un cauchemar lui semblant interminable. Il n’y avait plus qu’à se débarrasser du dernier intrus et le tour était joué !

Le gardien profita de l’occasion pour agir une fois de plus. J’esquivais de justesse son premier coup mais pas le second, me projetant à quelques mètres de là. Heureusement, ce n’était pas la lame qui m’avait atteint, il m’avait simplement éjecté. Je me ramassais plus ou moins correctement au final, fusillant ma proie du regard avant de changer mon idée. Il voulait jouer ? Nous allions jouer ! Je me relevais, faisant disparaitre mes armes pour en créer une nouvelle. De ma noirceur se dégageait bientôt un long manche se finissant en une lame énorme et destructrice, semblable à une magnifique faux, en plus élaborée. Toute vêtue de noir, elle semblait presque vivante, munie d’une magnifique pierre ressemblant fortement à un oeil situé au début de la lame. En un mouvement, je présentais mon jouet à mon adversaire, ayant cette fois repris ma véritable apparence et plus celle d’un humain quelconque. Ma rage bouillonnait en moi, avide de vengeance après m’être fait avoir et ce fut précisément ce moment que choisi Sookie pour apparaitre près de moi. Elle faisait peine à voir, avec la tête tranchée en deux parties distinctes, mais déjà, son visage se reconstituait. Il devait lui rester moins de cinq minutes avant de disparaitre, c’était assez pour finir ce que nous avions commencé.

Je me tournais alors vers notre denier gardien, semblant soudain réaliser qu’il est à présent seuls contre nous. Un nouveau sourire déforma mon visage. C’était le moment ! Je ne lui laissais plus de répit, disparaissant pour mieux réapparaitre dans son dos, emporté dans mon mouvement alors que j’abattais mon arme sur lui. Il n’eu pas le temps de comprendre, braquant son arme contre la mienne, provoquant nos larmes qui semblaient prises dans un nouveau bal avant qu’il ne se laisse dépassé et que Sookie intervienne. S’en était fini de lui.


(c) sweet.lips and Blackcat

_________________
before the storm begins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Plus on est de fous, plus ils crient.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Plus on est de fous, plus ils crient.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Poème Nous les Fous de Généalogie
» Chats un peu fous
» Les Fous du volant
» "Le Roi des Fous"
» Fausse couche et saignements de fous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: monde des songes :: Bords Océaniques.-