AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥️
» pour «

Partagez | 
 

 Vecchi ricordi ♦ Luciana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

libre

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 05/08/2014
MESSAGES : 2135
POINTS : 10188



MessageSujet: Vecchi ricordi ♦ Luciana   Sam 8 Juil - 18:28



   
   Luciana & Damian
   Vieux Souvenirs

A
vec humeur je me glisse sur les trottoirs bondés du centre ville. Le soleil a eu la bonne idée de pointer le bout de son nez, et évidemment les trois quarts des habitants de Manchester ont décidé d'en profiter. Les rues sont pleines de monde, envahies de gamins tous aussi insupportables les uns que les autres et de pimbêches prenant trop de place devant les vitrines. J'évite tous ces badauds d'un pas pressé. Mon cellulaire collé à mon oreille, j'écoute à peine les excuses minables que bredouille mon employée à mi-temps à l'autre bout du fil. Je lève les yeux au ciel, agacé.

- J'entends bien, mademoiselle Hayes. Mais nous avions tous les deux convenus que vos horaires s'étendaient au samedi matin. Relisez votre contrat.

Je contourne une femme avec une poussette et manque d'écraser le caniche hargneux d'une grand-mère. Un coup d’œil à ma montre m'indique que je suis encore plus en retard que prévu. Ça m'excède.

- Je me contre-fiche que votre voiture soit tombée en panne. Vous n'avez qu'à venir à pied, ou vous payer un foutu taxi comme tout le monde. À quoi vous sert donc l'argent avec lequel je vous paye ?

Je presse un peu plus le pas. Il y a énormément de travail qui m'attend aujourd'hui, et le temps que me faire perdre cette empotée est déjà bien trop conséquent.

- Cessez de pleurer, c'est insupportable.

Je termine enfin de longer le parc Hilton. Cette idiote continue de piailler au téléphone. Mes tympans protestent tandis que je grince des dents. Enfin, je traverse la route et quitte la cohue de la grande avenue. Mes jambes me conduisent à travers la rue plus propre et apaisée des boutiques plus luxueuses, et donc hors de prix.

- J'en ai assez entendu, votre temps est écoulée. Vous êtes virée, mademoiselle Hayes.

Sans un mot de plus, je raccroche sans lui laisser le temps de digérer la nouvelle. Je glisse mon téléphone dans la poche de mon pantalon et pousse, dans un parfait timing, la porte de la boutique d'antiquités. La discrète clochette fixée au plafond accueille mon retour. La sérénité des lieux se confronte brutalement à mes nerfs à vif. Je rejoins le fond de la pièce, là où siège le comptoir et tous mes précieux documents. D'un geste je me débarrasse de ma veste en la lançant sur élégant canapé tout droit issu d'une autre époque. Ce même canapé où l'inspectrice Rosebury s'est assise, quelques semaines plus tôt, dans l'agaçante optique de me faire avouer mes vilains péchés.

Soudain, la clochette se fait entendre à nouveau. J'avise à peine la silhouette féminine qui s'est glissée à l'intérieur et me retourne plutôt vers l'impressionnante paperasse qui m'attend là.

- Navré, la boutique est fermée. Je vous demanderais de repasser en semaine, lançais-je en lui tournant le dos sans plus y faire attention.
WILDBIRD
 

_________________
You can't catch me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-ice.skyrock.com/

ignorante

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 29/06/2017
MESSAGES : 83
POINTS : 531



MessageSujet: Re: Vecchi ricordi ♦ Luciana   Dim 9 Juil - 1:28



Vecchi ricordi
FT. Damian Wright

Le soleil traversait les grandes fenêtre de ma chambre, réchauffant mon visage tout juste sortis des couvertures. Je laissais ma main glisser sur la place désormais libre depuis plus de quatre ans, profitant des bons souvenirs qui revenaient dans ma mémoire. Je n'avais aucune idée de l'heure qu'il était, juste qu'il faisait jour et d'après le réveil il n'était que 7h. Mes pieds quittèrent la douce chaleur   des draps pour se poser sur le sol frais. Je me levais avec douceur avant de suivre les murs de ma chambre du bout des doigts pour aller jusqu'à ma salle de bain. Je me pris une bonne douche avant de me préparer pour ma douce journée qui m'attendais.

L'organisation de mon dressing relevait à comparer à un plan digne de la CIA. C'était mon frère ainsi que mon mari qui me l'avaient mis en place pour me simplifier la vie. Je pris la tablette posée sur l'une des tablettes de l'armoire qui attendait à être utilisé depuis la veille.

-Intercalaire été, lire case A20, B20, C20, D20 et E20. Questionnais-je l'appareil.
-6, 10, 2, 16, 4. Répondit la voix informatique.

Je partis à la recherche du pantalon numéro 6, le t-shirt 10, ainsi de suite. Chaque type de vêtement était ranger à un endroit précis, sur des cintres qui possédaient chacun une étiquette avec la première lettre du type de vêtement et le nombre qui portait en braille. J'enfilai la tenue que m'avait confectionné mon frère comme tous les vêtements que comportaient mon dressing. C'était la chance d'avoir un grand frère dans la mode et qui vous aime.

-Lire case F20. Demandais-je.
-Tenue composée d'un jean slim de couleur rouge foncé avec un t-shirt manche courte crème léger à porter avec une petite poche vers le côté gauche de la poitrine. Accessoirisé avec de petite boucle d'oreille ronde et des escarpins avec un talon de 3cm. Expliqua-t-elle.

Cela avait l'air d'être une tenue simple quand on la voyait ce qui était parfait pour la journée qui m'attendais.  Je sortis de ma chambre, rejoignant la cuisine pour me préparer mon petit déjeuner. Appuyer sur le gros bouton de la machine à café, descendre le bouton pour le grille pain, sortir du frigo le verre de multi-fruit ainsi que le beurre. Je pris mes deux tranches de pains grillés ainsi que ma tasse avant de manger tranquillement en écoutant une nouvelle musique pour l'étudier. Je rangeais tout à leur place, avant de me diriger vers la porte d'entrée. Je choppai la paire de chaussures numéro 4 avant de l'enfilai et de mettre mes lunettes de soleil. Je partis de chez moi, la canne dans la main et mon sac à l'épaule, pour une balade avant de me rendre à mon premier cours qui n'étais que dans l'après-midi.

La rue était agitée à cause du beau temps ce qui allait rendre ma balade plus compliqué que prévu. Je balançais ma canne d'un côté puis de l'autre me laissant aller où mes jambes voulaient bien me porter. Je me faisais de temps en temps bousculer, avant d'entendre les gens pester puis se morfondre d’excuse voyant que j'étais non-voyante. C'est alors que je cru reconnaître une voix qui me paraissait très ancienne.  Ce pouvait-il que se soit lui. Je suivais donc cette voix qui s'énervait au téléphone pour une certaine raison de retard. Il m'était compliquée de suivre cette personne qui n'arrêtait pas d’accélérer, m'obligeant à allonger mon pas de plus en plus. J'espérais ne pas me tromper car j'étais presque en train de courir pour une personne que j'avais connu en Italie.  

La voix disparue après être rentrer dans ce que je supposais une boutique. J'ouvris alors ma porte à mon tour après avoir trouvé la poignée avec beaucoup de difficulté. Il y eut un petit tintement d'une clochette juste au dessus de ma tête après avoir ouvert la porte. Une forte odeur de bois et de tissus plutôt ancien s'incrustèrent dans mon nez, venais-je d'entrer dans un magasin d’antiquaire ?? Je rapprochais ma canne de moi avant de faire un pas en faisant le plus attention que je pouvais avec les informations que j'avais pour ne rien casser. Une voix s'éleva alors :

- Navré, la boutique est fermée. Je vous demanderais de repasser en semaine.

Je voulais prononcer le prénom pour être sûre de ne pas me tromper de personne au lieu de cela, je touchais le meuble en bois qui fut juste à côté de moi.

-Bois vernis comportant des gravures de la renaissance italienne et vu la grande taille, je dirais que ceci est un bureau italien de la renaissance. Est-ce que je me trompe ? Déclarais-je. Par contre, pouvez-vous me montrer la sortie, je suis un peu perdue et je ne voudrais rien casser.

Je ne pouvais pas me tromper, cela ne pouvait être que lui, mais avais-je beaucoup changer depuis l'âge de mes 18 ans maintenant que j'en avais déjà une trentaine.


Dernière édition par Luciana Jeanson le Dim 23 Juil - 23:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 05/08/2014
MESSAGES : 2135
POINTS : 10188



MessageSujet: Re: Vecchi ricordi ♦ Luciana   Dim 9 Juil - 12:25



   
   Luciana & Damian
   Vieux Souvenirs

L
a voix qui s'élève doucement dans mon dos percute brutalement mon attention. Mes mains, déjà occupées à tourner et trier les nombreux documents empilés sur le bureau, s'immobilisent en plein mouvement. Un bref moment, seul le discret cliquetis d'une énorme horloge victorienne trouble le calme ambiant. Je me redresse, mais ne me retourne pas. Les sonorités des mots que je viens d'entendre tourbillonnent à mes oreilles. Ce timbre calme et léger, cette délicatesse orale, et ce léger accent chantant … Tout cela trouve un étrange écho au plus profond de mes souvenirs. Lentement je lui fais face. Pour la première fois, je fais réellement attention à la présence féminine de l'autre côté du magasin. Une belle chevelure auburn voile un visage pâle aux traits fins, tandis qu'un léger sourire semble animer ses lèvres. Je n'en vois pas plus, si ce n'est cette main de porcelaine posée contre le bois du meuble ancien. Pourtant je peux deviner désormais sans mal la teinte olive de ses prunelles qui me sont en cet instant inaccessibles.

- Santo cielo, Luciana.

La surprise est trop grande pour que je puisse me maudire de m'être ainsi trahis. C'est bien elle, la principessa d'une autre vie, d'un amour depuis longtemps oublié. Et il ne lui a fallu qu'une poignée de paroles pour faire resurgir ce vieil instinct italien, jusqu'alors savamment enfoui au fond de moi.

- Que fais-tu là ? Demandais-je sans la moindre animosité.

Mon humeur acariâtre s'en est allée. À présent, seule une once d’inquiétude pointe à peine dans ma voix. J'abandonne les paperasses désormais jugées inutiles et contourne le plan de travail. Sans attendre, je rejoins Luciana à l'entrée et verrouille d'emblée la porte de la boutique. Par sécurité je laisse traîner un rapide coup d’œil à l'extérieur. Je ne désire pas voir la moindre inspectrice têtue et agaçante débarquer ici sans s'annoncer. Surtout pas alors qu'Emma Rosebury semble avoir percé à jour le secret de mes origines. La présence même de la jolie pianiste se traduirait comme un aveu.

Rassuré sur ce point, je me tourne alors pleinement vers la jeune femme. Il n'est plus question qu'elle s'en aille maintenant.

- Bureau italien de la Renaissance, en effet, avouais-je en laissant à mon tour glisser mes doigts contre le vieux bois lisse et soigné.

Ma main part à la rencontre de la sienne contre la surface polie par les années d'âge. Je l'attrape dans la mienne et relève alors les yeux vers elle. Elle n'a pas vraiment changé. Seul son visage semble avoir un peu vieilli, et ses lèvres, quant à elles, paraissent bien plus mélancoliques. Quelque chose me retient d'esquisser un geste vers ses cheveux, comme j'ai eu l'habitude de le faire de nombreuses années en arrière. Si je ferme les yeux, je pourrais presque me remémorer l'intensité de la chaleur de Roma. Les longues heures passées dans les appartements de Luciana. Les douces mélodies chantées par la danse de ses doigts fragiles sur le clavier d'un piano. L'espace d'un instant, l'attitude d'un homme que je ne suis plus tend à refaire surface.

- Tu es bien loin de chez toi, Luci, lançais-je alors dans cette langue chantante que nous connaissons tous les deux, un tendre et rare sourire aux coins des lèvres.
WILDBIRD
 

Spoiler:
 

_________________
You can't catch me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-ice.skyrock.com/

ignorante

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 29/06/2017
MESSAGES : 83
POINTS : 531



MessageSujet: Re: Vecchi ricordi ♦ Luciana   Dim 9 Juil - 23:17



Vecchi ricordi
FT. Damian Wright

Tous mes sens étaient en éveil, mes doigts se baladaient sur le doux bois du meuble, me provoquant des frissons tout le long de mon bras. Je sentais l'odeur des meubles anciens qui m'entouraient me croyant dans un musée. Il devait avoir plus de choses sur toute la surface du magasin que dans ma maison. Je n'osais pas bouger ayant trop la crainte de casser quelque chose de précieux. Le bruit des feuilles manipulées me disait que l'homme un peu plus loin de moi, n'avait toujours pas pris le temps de voir qui j'étais. C'est juste après parlé que tout s'arrêta, le temps venait juste de s’interrompre. Aucun de nous deux n'avaient encore bougé, le tic et le tac d'une horloge comptait ses secondes de silence absolu. Je me souvenais encore sa manière délicate et imperceptible pour se déplacer ce qui m'avait chamboulé la première fois que je l'avais rencontré. C'était à cause de cela que mon oreille était devenu encore plus aiguisée pour savoir quand il bougeait et ne pas me prendre par surprise. Le tissus de sa chemise se froissa me prouvant qu'il me voyait enfin.

- Santo cielo, Luciana. Murmura-t-il

Sa voix était descendu de quelques tons mais elle ressemblait toujours à celle que j'avais connu. Elle était douce comme une berceuse toutefois elle avait une vitalité telle la marche de Radetzky qui me donnait toujours l'envie de sourire. Il y avait en revanche cette toute petite différence qui m'avais fait douter quand je l'avais entendu, son accent.

- Que fais-tu là ? Ajouta-t-il.

Je ne le savais pas moi-même, cela faisait depuis tellement longtemps que je ne l'avais pas revu après mon départ que lorsque de l'entendit de très loin, je me suis mise à le suivre. C'était comme un vieil instinct, celui d'un amour impossible ainsi que disparu. Un espoir depuis longtemps perdu, faisant remonter la phrase que j'avais prononcé avant de me séparer de lui à jamais.

-Les corps se quittent quand les cœurs se rencontrent. Soufflais-je à moi-même dans ma langue natale.

L'odeur de son parfum se fit de plus en plus prononcer à chaque pas qu'il faisait vers moi. L'odeur était discrète néanmoins elle restait dans mon nez couvrant dès lors l'odeur des objets anciens. Mon corps entier se pétrifia, je fus presque déçu quand j'entendis les rouages de la serrure. Il m'avait l'air comme inquiet, comme si je ne devais pas être là ou vu.  Avais-je fais quelque chose de mal pour me faire enfermer comme dans une prison qui était dans mon cas plutôt luxueuse avec tout ce qui m'entourait.  

- Bureau italien de la Renaissance, en effet. Confirma-t-il

Je sentais ses doigts rentrer en contact avec les miens avant de prendre possession de ma main tout entière. Sa peau était douce comme de la soie et ne comportait pas la moindre imperfection. Je sentais une certaine retenue, venant d'une sagesse qui nous était venu avec l'âge. Je ne savais pas si le temps était passé sur son visage, contrairement à moi qui avait vécu déjà trop d'épreuve en aussi peu de temps. C'est alors qu'une douce mélodie remonta en moi, le début était doux presque timide. Puis plus la musique avançait plus elle était présente et joyeuse avant de se retirer d'un coup tel une brisure chargée de mélancolie, racontant l'histoire que j'avais vécu avec l'homme qui se tenait juste devant moi. Il avait connu que le début ainsi que le milieu mais n'avait jamais entendu le final qu'il m'avait supplié tant de fois de l'écrire auparavant.

-Tu es bien loin de chez toi, Luci. Déclara-t-il dans un italien des plus parfaits

-Cela dépend de quel chez moi tu me parles, si c'est celui où j'habite je dirais à une demi heure à pied vu que j'ai du courir durant un bon quart d'heure pour te suivre. Sinon, nous sommes tous deux bien loin de notre bonne vieille Italie, Léandro. Répondis-je dans la même langue.

Je fis une pause, laissant mes mains remonter le long de ses bras, effleurant son cou du bout de la pulpe avant de poser mes mains sur son visage. C'est alors que mes doigts le parcoururent avec autant de douceurs que lorsque je joue, donnant l'impression que je ne touchais pas sa peau. C'est alors que je rencontrais une nouvelle personne, les bords de ses mâchoires étaient devenues plus carré. Son nez était toujours aussi fin et ciselé, quand à ses lèvres qui devait comme à leurs habitude l'envie qu'on les embrasse. C'était une manie de toucher le visage des gens chez moi, cela me permettais de les voir à ma manière.

-Le temps t'a rendu encore plus beau qu'avant à ce que je vois. Je me demande encore si je me suis pas trompée de personne, ta voix est encore la même mais tu n'as plus cet accent et ton visage est devenu plus mature.  Dis-moi si je suis en train de rêver ou le hasard vient encore jouer un tour dans ma vie.  Questionnais-je.

J'enlevai avec beaucoup de délicatesse mes mains de ses joues pour ne pas le blesser, avant de les laisser tomber le long de mon corps. Mes lunettes de soleil cachait mes yeux qui dérangeaient beaucoup de monde car ils ne suivaient pas la lumière comme tout le monde mais regardaient toujours droit devant eux.


Spoiler:
 


Dernière édition par Luciana Jeanson le Dim 23 Juil - 23:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 05/08/2014
MESSAGES : 2135
POINTS : 10188



MessageSujet: Re: Vecchi ricordi ♦ Luciana   Mar 11 Juil - 20:24



   
   Luciana & Damian
   Vieux Souvenirs

S
a voix raisonne à nouveau, et je vibre avec cette langue empreinte de chaleur qui me manque tant.

- Toi et moi savons que nous n'avons qu'un seul chez nous,affirmais-je avant de porter ses doigts blancs et fins à mes lèvres, pour y déposer un baiser.

C'est peut-être de Luciana que vient cette apparence de gentleman plus ou moins véridique que je me plais à jouer. Par le passé, sa simple présence m'a énormément poussé dans ce chemin-là. Je n'étais qu'un gamin aux poches usées, au cœur gonflé d'ambition et d'indépendance. Je n'étais rien. Rien face à la belle italienne au visage d'ange et à l'avenir splendide. Et pourtant, Luci s'est montrée tant aveugle sur les couleurs du monde qui l'entour que sur ma condition sociale. Elle m'a suffisamment aimé pour me révéler quelques secrets éparses de son art, m'inculquant alors la danse de quelques notes doucereuses que je connais aujourd'hui encore. De mon côté je lui ai rendu son amour, en espérant la traiter comme la princesse qu'elle était, un rang qu'elle méritait.

Je me perds un instant dans les méandres lointains de mes vieux souvenirs. La légèreté de ces retrouvailles s'estompe un instant, et je me demande alors ce que je suis devenu depuis cette brève aventure. Tout ceci appartient à une autre vie. Toutes mes convoitises se sont vues comblées. Toute ma cupidité s'est vue rassasiée. L'orphelin pickpocket n'existe plus depuis bien longtemps, balayé par un nouvel horizon plus riche, et plus clandestin. Luciana n'a jamais eu vent des vols à l'étalage que je pouvais bien commettre à l'époque. Il n'est certainement pas question qu'elle apprenne à présent l'ampleur considérable de mes larcins.

Un contact délicat contre mes joues achève de me ramener à la réalité. Un sourire franc et amusé se laisse aller sur mes lèvres alors que je la laisse explorer les quatre coins de ma figure. Elle s'est tant plu à le faire des années auparavant. Assis l'un en face de l'autre, au milieu d'un gigantesque lit au draps blancs, elle parcourait longuement les traits et le recoins d'un visage qu'elle désirait pouvoir imaginer.

Un léger rire secoue finalement ma poitrine.

- Tu ne sais pas ce qu'est la beauté physique Luci, la taquinais-je sans méchanceté en embrassant son front cette fois.

Je rattrape l'une de ses mains qu'elle laisse retomber le long de son corps et décide sagement de l'emmener à travers la pièce. L'arrière-boutique sera bien plus confortable, et plus sécurisante. Nous serons loin des regards baladeurs comme des oreilles indiscrètes.

- L'accent s'est envolé avec le temps, expliquais-je dans cette langue qu'elle avait tant cherché à reconnaître dans mes précédents mots anglais. C'est une bonne chose, au moins on ne me pose plus de question.

Je la fais doucement asseoir sur le canapé et retourne fermer avec précaution cette nouvelle porte qui nous sépare du dangereux extérieur. L'arrière-boutique est agréable pour toute personne dotée de la vue. C'est ici que le commerçant que je suis traite avec les clients aux gros portefeuilles. Une petite table basse en bois sculpté repose face au sofa, elle-même encadrée de deux gros fauteuils vides.

- Veux-tu quelque chose à boire ? Je m'en veux de t'avoir fait courir, lançais avec ce même sourire amusé.

Je ne tarde cependant pas à venir prendre place à côté d'elle. Si elle ne peut le voir, je ne doute pas qu'elle sentira que mon expression est redevenue bien plus sérieuse. Je récupère ses mains comme je récupère son attention. Il faut m'assurer qu'elle écoute.

- Luciana, s'il te plaît, ne m'appelle plus Léandro. Ici, je suis Damian. L'Italie est une vie que je ne veux pas faire connaître, il ne faudra pas en parler aux autres. Peux-tu me rendre ce service ?
WILDBIRD
 

_________________
You can't catch me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-ice.skyrock.com/

ignorante

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 29/06/2017
MESSAGES : 83
POINTS : 531



MessageSujet: Re: Vecchi ricordi ♦ Luciana   Mer 20 Sep - 21:11



Vecchi ricordi
FT. Damian Wright

Alors que je restais immobile, mon esprit divaguait dans les tréfonds de ma mémoire. C'était toujours gênant quand le silence s'impose lors d'une discussion. Une personne normale dans ce cas là, regarderait autours de lui, mais moi je ne pouvais pas alors j'attends. C'est alors que sa voix reprit :

- Toi et moi savons que nous n'avons qu'un seul chez nous,

Sa main prit la mienne avec délicatesse avant de déposer ses lèvres dessus. Cela faisait longtemps que quelqu'un n'avait pas fait ça. C'est alors que je tombais dans une autre époque. Je n'avais jamais été une de ses pimbêches, qui parce qu'elle avait beaucoup d'argent se permettaient tous commentaires même les plus désagréable. Je n'étais pas comme tout le monde et j'avais très vite conscience de ça et je grandis trop vite à cause. C'était la musique qui me sauvait à chaque fois, elle qui me faisait rentrer dans n'importe quel groupe de personne, car la musique, elle parlait à tous. Mais il y eut CE garçon, comment c'était le hasard qui l'avait voulu, cette personne opposé à moi. Je ne sais plus comment nos routes se sont croisé mais après ma vie à changé. Je n'étais pas comme lui d'après les dires des autres mais l'argent change-t-il vraiment les choses ? Pour ma part non, une personne reste une personne, il suffit de la connaître telle qu'elle est et on s'étonne de ce que l'on peut découvrir à l'intérieur. En lui je vis une personne bonne mais qu'est qu'il était devenu après que nos vies se soient séparé ?

-Tu ne sais pas ce qu'est la beauté physique Luci,
piqua-t-il sans méchanceté.

Sa main prit la mienne avec douceur comme si il tenait une main en porcelaine quand à moi je me laissais guider là où il m'emmenait. La nouvelle pièce était plus sombre et l'odeur du meuble ancien et renfermé était plus insistant.

-L'accent s'est envolé avec le temps. C'est une bonne chose, au moins on ne me pose plus de question. S'expliqua-t-il

Pourquoi sa vie d'avant était aussi tabou que ma propre venue. Je commençais tout de même à me demander si je n'étais pas un peu encombrante. Au final, n'aurais-je pas du m'abstenir de venir ? Il me fit asseoir dans un canapé bien rembourré, avant de repartir fermer une porte qui grinçait légèrement.

- Veux-tu quelque chose à boire ? Demanda-t-il. Je m'en veux de t'avoir fait courir.

De l'eau serait la bienvenue je dirais mais je me tus lorsqu'il s'assit à côté de moi. L'atmosphère avait tout d'un coup changer l'ambiance des retrouvailles avait laissé place à de la tension. Ses mains recueillirent les miennes, je savais qu'il fallait que j'écoute, je savais que ce que j'allais entendre me plairait pas trop or je savais qu'il fallait écouter. C'est ainsi que la sentence tomba :

-Luciana, s'il te plaît, ne m'appelle plus Léandro. Ici, je suis Damian. L'Italie est une vie que je ne veux pas faire connaître, il ne faudra pas en parler aux autres. Peux-tu me rendre ce service ?

Alors c'était vrai, je venais de perturber tout un équilibre. Mon corps se recourba involontairement, mes mains se retirèrent toutes seules des siennes. Ma tête dit oui alors que mon cœur voulait crier autre chose.

-Avant qu'on ne se sépare, je t'avais dis que je respecterai tout ce que tu me demanderas si le hasard voulait qu'on se revoit. Alors je respecte ma parole, je t'en fais la promesse.

Je ne voulais pas gâcher peut-être la dernière fois que je le verrais. Alors mon corps se remit tout droit avant que je reprenne la parole avec une voix plus joyeuse :

-Sache que je sais mieux que toi ce qu'est la beauté physique mon cher Damian. Dis-je en rigolant. Sinon un verre d'eau ne serait pas de refus, enfin si ta proposition de boire quelque chose tient toujours. Sinon dis-moi comment tu as pu atterrir en Angleterre !

Je voulais connaître tous ce que j'avais manqué, mais j'espérais que mes questions ne se retourne pas contre moi au final. Comment dire à quelqu'un que vous aviez aimé avec tant d'amour durant sa jeunesse. Que cette même fille à l'âge 26 ans était déjà veuve. Comment ne pas prendre en pitié cette personne ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 05/08/2014
MESSAGES : 2135
POINTS : 10188



MessageSujet: Re: Vecchi ricordi ♦ Luciana   Ven 3 Nov - 23:57



   
   Luciana & Damian
   Vieux Souvenirs

La réponse de Luciana me fait sourire, bien qu'elle ne puisse pas le voir. Je suis soulagé qu'elle promette de ne rien dire. Je ne doute pas un instant qu'elle tiendra sa parole. Dans le cas inverse, si elle décidait finalement de raconter notre passé à tout va et que cette histoire arriverait par pure malchance aux oreilles de l'inspectrice Rosebury, je me retrouverais fortement contrarié de devoir m'opposer au discours de l'italienne. Car il n'y a aucun doute là-dessus ; Je n'hésiterai jamais à sacrifier les souvenirs et l'affection qui me lient à elle pour sauver ma peau. Alors autant éviter ça.

- Tu le sais mieux que moi. Très bien, concédais-je, avant de revenir plus sournoisement à l'attaque. Et comment fais-tu pour le savoir, alors ?

Curieux d'entendre ce que la jolie musicienne va me trouver comme explication, je ne me départie pas de mon sourire et me lève du canapé. L'arrière-boutique n'est pas bien grande, aussi j'ai seulement besoin de m'éloigner de quelques pas pour aller lui chercher un simple verre d'eau. Ce faisant, cela me laisse un bref temps pour élaborer ma réponse suivante. Celle qui va lui révéler comment et pourquoi je suis venu m'établir à Manchester, le tout enrobé d'un joli voile de mensonges.

- Le destin, ou le hasard, comme tu préfères, commençais-je en glissant le verre plein entre ses mains.

Cette fois, je prends place dans le fauteuil qui lui fait face, plutôt que de reprendre ma place à ses côtés. Je me laisse tomber contre le dossier. L'une de mes mains s'élève pour venir frotter doucement du bout du doigt la légère barbe naissante et piquante sur mes joues.

- Je n'avais aucun avenir en Italie. J'ai tenté ma chance à l'étranger, ni plus ni moins. Ça fait un moment que je suis ici maintenant. Mon commerce fonctionne plutôt bien. Quelque part, on peut dire que j'ai eu beaucoup de chance. Je ne suis pas à plaindre.

Satisfait, je me redresse quelque peu sur mon siège et me penche vers elle.

- Et toi alors ? A ton tour de me raconter.


WILDBIRD
 

_________________
You can't catch me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-ice.skyrock.com/

ignorante

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 29/06/2017
MESSAGES : 83
POINTS : 531



MessageSujet: Re: Vecchi ricordi ♦ Luciana   Lun 13 Nov - 13:20



Vecchi ricordi
FT. Damian Wright

Mentir était une chose que je n’aimais pas car je savais que les gens mentaient, le rythme cardiaque s’accélère, la respiration se fait plus rapide et saccadé, la voix change de ton. Tous pleins de petits détails qu’un voyant ne ferait pas attention mais qu’une personne ne vivant sans la vision faisaient très attention. Faire attention à chaque petit détail est très important pour moi, cela me permet de rester en « vie », savoir faire attention quand qu’il veut nous voler car comparé à d’autre on ne peut pas toujours savoir ce qui nous entoure et les menaces qui peuvent peser sur nous. Mes paroles avaient détendu l’atmosphère le rendant plus apte à la conversation mais m’obligeant à partir de maintenant à garder quelque chose de secret jusqu’à la fin de ma vie. C’est alors qu’il reprit la parole sans moins d’humour sur le sujet de la beauté :

- Tu le sais mieux que moi. Très bien. Et comment fais-tu pour le savoir, alors ?

Décidément fallait-il que je fasse une dissertation philosophique pour répondre à cette question des plus compliquée sachant mon cas. Me faisant doucement rire, je commençais déjà à monter mes arguments tels une chantilly, doucement mais sûrement comme du velours. Je le sentis se relever du canapé et partir chercher, je suppose de l’eau avant qu’il me mette un verre dans les mains avant de reprendre la discussion sur un sujet plus délicat.

- Le destin, ou le hasard, comme tu préfères.

Je n’avais jamais cru en ces deux mots, pour moi la vie n’était fait que de choix et c’était à nous de prendre ses décisions. Il s’assit en face de moi rompant de cette manière le contact physique entre nous deux me permettant plus de savoir une partie des petits détails. Le bruit de ses doigts contre les poils de sa barbe me rappelait les petits picotements que j’avais ressentis plus tôt lorsque j’avais exploré son visage. Profitant d’un moment de calme je bus une gorgée me réhydratant après cette course poursuite des plus originales. Avez déjà vu une personne aveugle courir avec sa canne en main à la poursuite d’une personne sachant où elle va. A ce qu’il parait, il est très très rare de voir ce cas-là. Il continua alors de me raconter le pourquoi qui sonnait un peu faux à mes oreilles mais que je ne voulais pas remettre en doute :

- Je n'avais aucun avenir en Italie. J'ai tenté ma chance à l'étranger, ni plus ni moins. Ça fait un moment que je suis ici maintenant. Mon commerce fonctionne plutôt bien. Quelque part, on peut dire que j'ai eu beaucoup de chance. Je ne suis pas à plaindre. Et toi alors ? A ton tour de me raconter.

-La beauté physique n’est pas obligé d’être vu par les yeux, même au contraire la vue permet de voir ce qui nous entoure mais il sert aussi à juger. Or la beauté est normalement universelle ce qui est contraire à la beauté que vous voyez car elle répond à vos critères. Donc je sais ce qu’est la beauté physique car je ne vous pas comme vous. C’est peut-être pour ça que je t’ai choisis il y a bien longtemps, répondis-je en rigolant. Des petits restent de philosophie de l’éducation ici et de celle d’Italie, je crois.

Je finis une petite pause buvant le reste d’eau dans mon verre. Je ne sais pas si je devais vraiment tout dire ou être sincère comme lui l’était. Des souvenirs m’assaillaient, je le « revoyais » près de moi, me coiffant avant un concert puis me serrait dans mes bras. Je ressentais encore la chaleur qui émanait de ses bras, l’amour qu’il portait pour le petit être que je portais.

-Je me souviens encore quand je suis arrivée ici, j’avais 18 ans et le conservatoire m’avait accepté les bras ouverts. Mes parents avaient remué ciel et terre pour me trouver une collocation avec une personne qui était aussi au conservatoire. Mais lors de notre rencontre, il y a eu une grande surprise, mes parents découvrirent que la personne avec qui j’allais vivre était un garçon. Et lui que j’étais une fille et aveugle, mes parents lui avaient juste dit que j’avais un léger handicap. Continuais-je en rigolant. Il avait tout de même accepté, il a appris à me connaitre ainsi que mes habitudes. Comme tous les bons livres, on tomba amoureux l’un de l’autre. Je suis devenue professeur et musicienne dans l’ombre.

Je m’arrêtais de nouveau, je sentais une boule dans ma gorge montée et encore montée. Même si j’avais fait mon deuil cela ne passait toujours pas. Je soufflais un bon coup avant de reprendre avec beaucoup de tristesse dans ma voix :

-Malheureusement je n’ai pas eu autant de chance que toi en venant à l’étranger, et mon livre eu un passage très sombre…. Je m’appelle Luciana Jeanson maintenant afin maintenant je porte plus que le nom, je suis devenue veuve. Voilà ma vie maintenant, pas génial je l’avoue surtout le milieu. Je n’ai rien à cacher, maintenant tout le monde le sait cela, ‘’l’artiste connue est enfin découverte’’.

Je ne savais plus quoi dire, ni quoi faire. Une larme coula le long de ma joue….





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 05/08/2014
MESSAGES : 2135
POINTS : 10188



MessageSujet: Re: Vecchi ricordi ♦ Luciana   Sam 30 Déc - 13:18



   
   Luciana & Damian
   Vieux Souvenirs

Un demi sourire amusé aux coins des lèvres, j'écoute sagement l'explication de Luci. Je pose mon coude contre l'accoudoir du fauteuil et appuie négligemment ma joue contre mon poing. Ce qu'elle dit est intéressant bien sûr, mais elle semble oublier un point important.

- Bien sûr Luci. Mais là, tu me parle de beauté intérieure. Du reflet de l'âme humaine. Et non de quelque chose de physique, qui ne peut être vu que par un œil, et un jugement subjectif.


Je laisse le temps à l'italienne de finir son simple verre d'eau. L'ai-je essoufflé à ce point ? Il est vrai que j'étais plutôt pressé tout à l'heure, l'absence soudaine de mon employée à mi-temps n'aidant en rien la gestion de mon emploi du temps. Il faut ajouter à cela que la visite surprise de Luciana n'arrangera en rien l'énorme désordre de cette journée, mais qu'importe. Je n'ai pas envie de la mettre à la porte. La revoir me replonge dans un vieux sentiment chaleureux, quitté depuis longtemps, et que je ne pensais plus jamais retrouver. Je ne me l'avoue pas assez ; l'Italie me manque cruellement.

Luci entame son récit. J'écoute avec soin, réellement désireux de savoir ce qu'elle est devenue après notre séparation. Comme je m'y attendais, il n'y a rien de bien surprenant à son parcours. Le conservatoire, la reconnaissance, et le succès. Elle y était destinée depuis le début, ma belle romaine. Un sourire tendre m'anime. Mais soudain, Luciana se tait. Je la sens se tendre légèrement. Quelque chose s'alourdit en elle, la lumière qu'elle s'engage devient alors plus terne. La triste révélation tombe alors. Je laisse quelques longues secondes s'écouler. Cela en revanche, je ne pouvais pas le prédire.

- Luci … soupirais-je finalement en me déplaçant dans mon fauteuil pour me rapprocher et me pencher vers elle.

Je lève ma main pour aller la poser sur la sienne et la presse doucement contre le creux de ma paume.

- Ne pleure pas, ajoutais-je en venant récupérer l'unique larme qui file délicatement sur l'ivoire de sa joue. Ça fait combien de temps ? Ne t'en fais pas. A présent la vie ne peut que te réserver de belles choses. Tu retrouveras un Roméo. Je n'en doute pas.

WILDBIRD
 

Spoiler:
 

_________________
You can't catch me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-ice.skyrock.com/

ignorante

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 29/06/2017
MESSAGES : 83
POINTS : 531



MessageSujet: Re: Vecchi ricordi ♦ Luciana   Sam 7 Juil - 14:51



Vecchi ricordi
FT. Damian Wright

Je me souciais de ce qu’il pensait de moi, qu’est que je pouvais bien faire là assise devant lui, oh Léandro ou maintenant Damian. Pourquoi je mettais mis à te suivre dans la rue, qu'est qui m'avait motivé à faire la course dans tout Manchester. A cause des souvenirs qui m’avaient assailli lorsque que j’avais attendu ta voix claire comparée au brouhaha qui m’entourais ou pour cette sensation d’espoir qui c’était insufflée en moi. J’avais l’impression d’être redevenue la jeune fille de 18 ans, encore innocente face à la douleur de la vie et dans l’envie d’un amour impossible. Je me « revoyais » danser sous la pluie alors que lui désespérait à me dire que j’allais tomber malade avant de venir me rejoindre pour seller nos lèvres. J’aimais la pluie et je l’aime toujours, j’adore cette sensation lorsqu’une goutte touche votre visage puis coule doucement le long de votre joue emmenant avec tous vos problèmes. C’était une douche de bonheur où tous mes soucis s’en allait me purifiant. C’était une libération à chaque fois au grand désespoir des personnes que j’aimais qui avaient trop peur que je tombe malade ou par terre à cause.

Je ne revenais pas de ses paroles, il avait beaucoup changé depuis que je l’avais connu. Je me souvenais qu’au début parler philosophie avec lui revenait à parler à un mur. Mais cela avait bien changé depuis, à entendre ses paroles censées. Je devais sûrement avoir une drôle de tête, mais j’étais fière autant qu’étonnée. J’avais toujours su qu’il pouvait devenir un homme bien plus grand qu’il le croyait. J’étais heureuse de le revoir là, voir comment il avait changé, passant de l’enfant des rues de Rome à un antiquaire. Il était vrai que pour moi ma vie était déjà écrite depuis ma naissance. Il n’y avait rien de passionnant à savoir dessus, j’étais qu’une aveugle qui profitait d’une de ses faiblesses pour la changer en un don. Et même si j’aimais ma vie, je la trouvais des plus ordinaire à mon goût.

-Je vois que l’élève à dépasser le maître et de très loin, je n’ai plus aucun argument. Avouais-je en rigolant. Finalement prendre de l’âge pour toi t’as fait du bien, tu commences à devenir sage.

Je savais que mon histoire était toujours compliquée à raconter surtout pour moi. Je me rappelais tout, mes souvenirs étaient plus qu’intact pour ce passage. La précision de cet évènement était au mot près quasiment, ce qui était douloureux pour moi. L’Homme n’est normalement pas capable de faire ça. Nous n’avons pas accès à notre mémoire, comme s’il y avait une brume. Nous connaissons toujours les grandes lignes d’un moment. Or quand nous les racontons, on modifie toujours les petites, changeant au passage notre passé en l’embellissant ou le rendant plus tragique. C’était un évènement qui m’avait frappé, laissant en moi une trace indélébile.

Je ne croyais en rien au destin et au hasard, je voyais plus la vie comme un fil, non droit et simple mais avec plusieurs possibilités comme un arbre. Il y avait les branches courtes et longues, certaines plus ou moins droite et d’autres très sinueuse. Chaque jour, je fais la funambule mais à chaque fois je suis sur le point de tomber ma corde. Plusieurs fois j’ai voulu laisser ma place sur cette corde ou l’écourter par moi-même. Pourtant il revenait encore plus fort dans ma tête me rappelant ma promesse. Je la tenais donc, pas après pas, sans jamais abandonnée mais aurais-je toujours le courage de l’appliquer ?

Je sentais autours de moi du mouvement, ainsi qu’une certaine pitié. Je sentais la chaleur de son corps plus intense autour de moi. Je ne savais pas quelle distance nous séparait. Sa main rentrait en contact avec la mienne, une onde d’énergie me traversa. Dès fois les mots étaient inutiles pour soulager les gens, la gestuelle pouvait suffire comme maintenant. Un petit sourire s’esquissa sur mon visage. Son doigt récupéra la petite larme qui dévalait ma joue.

-Tout va bien, ne t’inquiète pas, le souvenir est encore douloureux. J’ai perdu deux personnes ce jour-là. Cela va faire 4 ans maintenant, ça me parait en même temps si loin mais aussi comme hier. On verra bien ce que l’avenir nous réserve pour l’instant la solitude me convient encore. Je me dis qu’à 30 ans tout est encore possible, on verra bien. En pensant, tu ne dois pas beaucoup lire le journal toi. Dis-je en rigolant. Et toi alors ? Tu continues ton chemin fidèle à toi-même ou quelqu’un est rentré dedans ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 05/08/2014
MESSAGES : 2135
POINTS : 10188



MessageSujet: Re: Vecchi ricordi ♦ Luciana   Lun 17 Sep - 21:09



   
   Luciana & Damian
   Vieux Souvenirs

De nombreuses larmes ont dû déjà couler sur ses joues de porcelaine. Mon cœur se tord devant sa mine attristée. Et si nos chemins ne s'étaient pas séparés … ? Je ne peux pas m'empêcher de me poser la question. Pas alors que je suis là, assis dans ce fauteuil, à regarder devant moi le résultat d'un destin que j'aurais peut-être pu changer, d'une manière ou d'une autre. Je manque de tressaillir. Il n'y a que Luciana pour faire naître en moi une once de regret. Je chasse les remords d'un coup de main imaginaire. Ma belle italienne n'aurait pas été heureuse à mes côtés, tout comme je ne me serais jamais senti entier. Elle a besoin de jouer du piano. Moi, j'ai besoin de liberté. Elle n'aurait jamais pu m'accompagner à travers le monde, tout comme je n'aurais jamais pu rester ancré sur un même territoire à l'attendre. Il est vain de vouloir concevoir une autre ligne de vie.

L'incertitude perce à travers mon esprit lorsqu'elle reprend la parole. Luciana tente de me rassurer, mais en réalité quelque chose dans ses mots m'alarme plus encore. Je scrute son visage à la recherche d'une réponse, mais l'expression de ses traits reste totalement imperméable. Mes sourcils se froncent alors que je reprends un passage de son propre discours :

- Deux personnes ?

Elle n'a évoqué que son époux. Un sombre soupçon plane sous mon crâne. Je ne me risque toutefois pas à le formuler à voix haute. Mais la voilà qui repart déjà sur un autre sujet. Pour mieux détourner l'attention peut-être. Je me laisse retomber contre le dossier de mon siège. D'ordinaire c'est pourtant ma spécialité, détourner l'attention. D'autant plus que ses interrogations me mettent dans une délicate situation. Si quelqu'un est rentré dans ma vie ? Suis-je censé lui parler de l'inspectrice Rosebury ? Ou mieux encore, de Sookie ? Les deux tentent à leur manière de me faire la peau. Et malgré tout elles restent les deux principales présences féminines dans mon existence. Ça n'a rien de romantique, et ce n'est certainement pas le genre d'histoire que Luciana s'attend à entendre. Mieux vaut garder le silence, pour des raisons bien plus qu'évidentes.

- Je ne cours pas après ce genre de chose tu sais,
souriais-je doucement, bien qu'elle ne soit pas en mesure de le voir. Je continue mon chemin, en effet.

Par le biais d'un geste anodin, mes yeux traînent finalement du côté de la montre accrochée à mon poignet. Je découvre presque avec stupeur tout ce temps que nous venons de passer ensemble. La venue de Luci dans ma boutique avait pourtant semblé suspendre l'écoulement du sablier. Et malheureusement … Je grimace.

- Je suis navré, dolcezza ... Le temps file et j'ai énormément de travail qui m'attend. Serais-tu libre la semaine prochaine ? Je t'invite à dîner, pour nous donner une véritable occasion de rattraper tout ce que nous avons manqué.

WILDBIRD
 

Spoiler:
 

_________________
You can't catch me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-ice.skyrock.com/


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Vecchi ricordi ♦ Luciana   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vecchi ricordi ♦ Luciana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: manchester :: Manchester North. :: Boutique d'antiquités Wright.-