AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥️
» pour «

Partagez | 
 

 NightmareLand ♦ Red & Aiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

informée

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 985
POINTS : 5518



MessageSujet: NightmareLand ♦ Red & Aiden   Jeu 13 Juil - 17:02



   
Nightmare Land
Red, Aiden & Kaylee


L'odeur de la barbe à papa vient chatouiller mes narines juste avant que je n'ouvre les yeux. Un brouhaha semi constant, remplis de rires d'enfant et de discussions animées, bourdonne à mes oreilles. Quelques inconnus me bousculent au rythme du mouvement de la foule ; Je suis au beau milieu du passage. Une drôle d'ambiance m'entoure. L'air est remplie de gaieté et de légèreté, le tout saupoudré par les effluves alléchantes des pommes d'amour et autres confiseries. Les mille et uns sons de la fête foraine m'assaillent, si bien que je ne sais pas vraiment où donner de la tête. Le cliquetis répété des machines à pince raisonne sur ma gauche. Non loin, les faux coups de feu provoqués sur un stand de tir truqué éclatent de temps en temps par dessus le bruit général. Devant moi un enfant fait par mégarde éclater son ballon gonflé à l'hélium. Derrière lui, les lumières d'un manège à sensation clignotent et m'éblouissent un instant. Et par-dessus tout ce spectacle bien garni, la haute stature de la grande-roue se dresse fièrement dans le ciel dégagé de cette nuit d'été.

Soudain, des bras malicieux se glissent sous les miens. On glousse autour de moi tandis qu'on m'entraîne au cœur de la foule en me suppliant d'essayer la nouvelle attraction de l'année. Je reconnais là deux de mes amies dont je n'ai plus vraiment eu de nouvelles depuis la fin de mes études. Mais ça n'a pas vraiment d'importance à l'heure actuelle. Finalement je me laisse quelque peu gagnée par la joie contagieuse des lieux et me laisse guidée à travers la fête foraine sans chercher à protester.

Mes yeux ne peuvent toutefois pas résister au besoin de fouiller les alentours. Je cherche quelque chose, ou bien même quelqu'un, sans réussir à savoir ce qu'il en est. Mon sommeil est sûrement bien trop profond cette nuit, pour me souvenir de ma rencontre pourtant inoubliable avec ce fameux gardien qui a établi son repère dans mes rêves. C'est probablement l'instinct qui parle, ou encore l'habitude de trouver le bleu saisissant des yeux d'Aiden dans les parages. Pour l'heure en tout cas, je ne parviens pas à trouver ce point de repère si familier.

Une mascotte en peluche me ramène les pieds sur terre en essayant sournoisement de me faire un câlin, pour le bien de la promotion de son attraction. Je me raidis et m'échappe avant que l'étreinte ne se referme sur moi. Je m'excuse rapidement avec un « non merci » tendu. Je n'ai jamais apprécié ce genre de fantaisie. Prendre dans ses bras un parfait inconnu coiffé d'une tête de chien sympa … Très peu pour moi. Je m'éloigne non sans jeter un coup d’œil par-dessus mon épaule pour m'assurer que la peluche géante n'insiste pas et me tourne vers mes deux amies.

- Alors, il est où ce fameux manège ?


Et puis d'un coup, je frémis. Comme si quelque chose d'anormal venait de se glisser dans l'atmosphère. Comme si une menace, silencieuse et savamment cachée non loin, venait subitement d'apparaître dans mon rêve. Probablement rien de plus qu'une illusion ...
Codage par Emi Burton


Spoiler:
 

_________________
dream is coming true

je t'ai cherché partout, même ailleurs. je t'ai trouvé, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seule, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Si les rêves peuvent devenir réalité, les cauchemars seront les premiers à se réaliser.
INSCRIT DEPUIS LE : 04/07/2017
MESSAGES : 88
POINTS : 323



MessageSujet: Re: NightmareLand ♦ Red & Aiden   Ven 14 Juil - 22:11

HRP:
 


Nightmareland
Feat K-A
Tu étais dans une fête foraine. Des enfants rigolaient à gauche, certains s'amenuisaient à dépenser tout leur argent dans des attractions plus spectaculaires les unes que les autres. Toute la population semblait s'être réunie autour d'un joyeux évènement, et chacun profitait allègrement de la plus belle réussite de leur vie.

Tu détestais ça. Tu ricanas tandis qu'un souffle dans le dos des passants les faisait frissonner à tour de rôle, te fondant dans la silhouette d'une mascotte inoffensive. Pas si inoffensive qu'elle y paraissait, cependant, lorsque tu t'avanças vers le manège dont ta victime venait de monter pour l'actionner. Bousculée par les autres personnes qui se dépêchaient d'entrer avant que cela ne soit trop tard, tu la voyais faillir au-dessus du vide avant d'être rattrapée par la foule et compressée dans les sièges qui décidément semblaient de plus en plus petits. Tu la laissas faire un tour en équilibre, dans l'attente de la fin. Mais toi, saleté de cauchemar, tu n'en avais jamais assez. Lorsque le wagon ralentit, il ne s'arrêta pas. De nouvelles personnes arrivèrent, la poussant de chaque côté. Tu attendis qu'elle pose à nouveau son regard sur toi pour actionner l'engrenage, et l'attraction redoubla de vitesse.

Le temps n'était pas de son côté non plus. Tu entendis les nuages d'orage et les éclairs commencèrent à fuser. Tout comme toi, les autres commençaient à paniquer. Collés les uns aux autres, ils n'avaient cependant ni la force ni les moyens de bouger. Tu rigolas de plus en plus, poussant toujours la vitesse jusqu'à son paroxysme. La femme, quant à elle, manquait de finir écraser entre la masse de gens qui ne faisait que s'entasser.

Plus rien ne semblait alors normal; l'attraction tournait à l'en rendre malade, et tu rigolais simplement tandis que tu te transformais petit à petit dans une silhouette qui t'était habituelle. Toutes les formes alentours devenaient flous, et toute la couleur de ce monde semblait avoir disparue pour toujours. Tu avais arraché ton costume, tu n'étais plus qu'un monstre informe. La brune qui riait plus tôt alors commençait à perdre ses membres, et son esprit... Elle allait mourir, et tu t'en sentais à nouveau réjouie. Il lui était alors impossible de se décoller, les personnes qui l'entouraient n'étaient plus qu'une montagne de chair ensanglantée... Il n'y avait ni assez d'air, ni assez d'espace, sa mort allait être lente et douloureuse, tes préférées... Tu sentais ses membres doucement s'arracher, tandis que sa tête disparaissait sous les corps...

Une seule lumière jaillissait encore. Elle venait de toi, et c'était la dernière vision qu'elle méritait avant la mort.
© FRIMELDA


_________________
 
strange & unusual
'I naturally look mean, but I'm okay with that. It keeps the weak people away.' Wednesday Addams

(c) proserpina
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

banni

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 01/06/2016
MESSAGES : 988
POINTS : 4156



MessageSujet: Re: NightmareLand ♦ Red & Aiden   Mer 19 Juil - 17:43

Spoiler:
 

NIGHTMARELAND

Kaylee, Red & Aiden


Je trépigne devant l'entrée de la sphère des songes de Kaylee. La douce couleur dorée s'était d'un coup assombrie et personne, aucun fichu Gardien n'était dans le coin pour faire quelque chose ! Je rage tout seul, si je me fais prendre là, je peux définitivement dire adieu au monde des songes, je sais pas comme ce vieux Faiseur s'y prendrait, mais il ferait certainement quelque chose pour m'empêcher de venir. Tant pis, ma chère protégée est en danger, et l'aura du Cauchemar qui se dégage de la sphère ne me dit rien qui vaille. Je ne tient plus et je franchis le rideau de lumière.

Une fête foraine lugubre s'anime devant moi. Des cris de terreurs résonnent entre les éclairs et les coups de tonnerre qui se déchaînent non loin. Merde, est-ce que c'est déjà trop tard ? Je cherche Kaylee des yeux ? Où peut-elle bien être ? Forcément là où le centre de l'action se regroupe. Une marée humaine à traverser pour arriver jusqu'à cet horrible manège. Pour aller plus vite, je prends ma forme favorite, celle du faucon. Poussant un cri strident, sachant pertinemment que Kaylee va me reconnaître. Si je peux lui donner un regain d'espoir, je peux reculer l'issue fatale.

Volant au-dessus de la foule, je cherche du regard le Cauchemar, dans cette masse humaine, ça peut être n'importe qui ! Mais, une seule personne ricane, ça ne peut donc être qu'elle. Une fille aux cheveux blanc. Elle a l'air totalement folle. J'examine la situation, comment arranger les choses ? D'abord, détourner l'attention du Cauchemar ! Je fonce sur elle en poussant mon cri de guerre du faucon et je viens tirer brutalement sur ses mèches de cheveux, lui donnant des coups d'ailes dans le visage, espérant la faire tomber en arrière. Mon cœur bat à toute allure, je dois garder mon sang-froid.

Avant qu'elle n'ait le temps de m'attraper, je fonce sur là où je pense que se trouve Kaylee. Une masse de corps humains infecte l'enveloppe. Elle va finir écrasée à ce train là. C'est atroce ! Je fonce vers elle et juste avant que son visage ne disparaisse, mes ailes l'enveloppent et s'agrandissent, mon corps s'étend encore et encore pour complètement entourer le corps de Kaylee, comme un bouclier. Une fois que j'ai réussi à la détacher de tout les cadavres qui l'entourent, la sphère que j'ai formé autour d'elle se durcit et tombe au sol. Mais le choc n'est pas rude. Nous rebondissons, provoquant des bruits atroces de sucions au sol. C'est immonde.

Reprenant le contrôle, de mon corps ainsi distendu, sans visage, ni jambes, ni bras, je roule en direction d'une zone dégagée, roulant sans me poser de questions sur n'importe quoi qui pourrait bloquer. J'espère que Kaylee ne regardera pas. Je ne peux pas faire mieux. Puis enfin, je la libère, reprenant mon apparence humaine, je me précipite sur elle pour dégager son visage du sang qui le recouvre, qu'elle puisse respirer.

« Kay ! Ça va aller ? Oh dis-moi que tu n'as rien ? Tu es blessée ? »

Je me retourne brusquement alors, sentant une aura pesante, évidemment, la Cauchemar n'allait pas rester à l'écart. Qu'avait-elle préparé pour se venger ?

_________________
Girl...You're driving me crazy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

informée

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 985
POINTS : 5518



MessageSujet: Re: NightmareLand ♦ Red & Aiden   Jeu 20 Juil - 10:18



   
Nightmare Land
Red, Aiden & Kaylee


La fête foraine était belle, remplie de couleurs et de lumière. Des rires légers pétillaient à mes oreilles. Puis, l'instant suivant, la féerie des lieux a basculé avec brutalité et violence. Tout s'est pas très vite. Trop vite, pour que je puisse avoir le temps de comprendre réellement ce qui se passait. À présent je n'ai conscience que de deux choses, l'horreur de ce qui est en train de m'arriver et les messages imprimés dans mon esprit paniqué. J'ai mal, terriblement mal. Je suffoque. Je vais mourir. On m'écrase sous le poids phénoménale d'une montagne de chair et de sang. Ce contact est moite, visqueux et répugnant. Une odeur nauséabonde engorge les dernières goulées d'air que je parviens à me procurer. Parmi les corps, certains encore plus ou moins vivants cherchent à m'atteindre. Des doigts brisés grattent contre ma peau et tirent mes cheveux. Au loin, seul un rire inhumain raisonne au-dessus des attractions désormais plongées dans une pénombre fantomatique et lugubre. Je vais mourir.

Un cri perçant claque dans la nuit. Quelque chose de furieux qui fait rebattre mon cœur étouffé dans ma poitrine. Mes lèvres bougent mais l'air s'avère bien trop précieux pour que je puisse la laisser partir aussi vainement. Aiden ! Mes bras essayent de bouger à nouveau et cherchent à repousser le poids mort qui pèse sur mon corps. Mais c'est voué à l'échec. L'infime lueur d'espoir meurt dans le noir. Je me demande si je n'ai pas rêvé l'arrivée de mon faucon, au moment même où l'éclat doré de ses plumes jaillit devant mes yeux. Une force nouvelle m'arrache à ma prison cadavérique comme une poupée de chiffon. Ma gorge hurle et brûle. Je prends une grande bouffée d'air. Ma tête tourne. Ma vue se trouble. Je tousse violemment et m'accroche désespérément à cette frénétique envie de respirer. J'ai vaguement conscience d'être englobée au milieu de ce qui s'apparente à une grosse bulle de chewim-gum translucide. Mes mains se pressent contre ma poitrine en feu, pleurant presque de reconnaissance pour avoir échappé au pire. La sphère me ballotte alors qu'elle se met en mouvement. Mais je roule sans avoir le courage de lutter contre ça.

Le monde finit par se stabiliser, et bientôt le touché froid et dur du sol accueille de nouveau mon être endoloris. Des poignes me redressent. Des doigts touchent mes joues. Deux éclairs bleus dansent avec inquiétude devant mon visage. Cette voix que je reconnaîtrais entre toutes vibre dans l'air, anxieuse et alarmée, sans vraiment que mon esprit saisisse le sens de ses mots. Tout ce que je parviens à comprendre, c'est qu'Aiden est là. Et le soulagement immense que je ressens me ferait presque fondre en larmes. Mes bras s'enroulent autour de lui sans chercher d'autre réponse. Je le serre contre moi de toutes mes forces, encore haletante.

J'aurais aimé avoir raison en pensant qu'à présent tout irait bien. Que tout était terminé maintenant qu'il était apparu à mes côtés. Mais l’appellation qu'on me donne dans ce monde est tristement représentatif. Je ne suis qu'une Rêveuse, loin d'imaginer et de comprendre la faim dévorante animant les Cauchemars. La présence glaçante de mon bourreau s'abat abruptement sur mes épaules. Je frémis sans pouvoir m'en empêcher. Aiden se retourne. Son étreinte se desserre autour de moi. La peur me saisit le ventre comme un étau cruel et sévère. L'instinct me pousse à reculer. Dans mon affolement, je roule et tombe sur le dos.

- C'est … c'est ce monstre … ! Il va, il va … Il revient !

Mes paumes ripent contre le sol alors que je cherche à m'éloigner à reculons. Mes yeux cherchent fébrilement la silhouette effrayante du danger.  Tout autour, le rêve s'agite comme une toile tendue dans laquelle on aurait donné un coup de poing. Les vagues d'effroi qui m'assaillent font trembler le ciel déjà assombri par les effets et talents de la créature cauchemardesque.

- Il-il ne faut pas qu'il nous rattrape !

Je me précipite pour me relever tant bien que mal. Je manque de trébucher et de retomber durement par terre. Mais l'angoisse qui me fait trembler me pousse également à fuir au détriment de ma maladresse. Je ne réfléchis pas. L'instinct me pousse à prendre mes jambes à mon cou. Je cours au hasard devant moi. Un haut bâtiment austère a tôt fait de se dresser sur mon chemin. Mes mains amortissent à peine le choc alors que je heurte la lourde porte noire de la maison hantée. En un rien de temps, j'ai trouvé la clenche sur laquelle pousser pour rentrer à l'intérieur. Un refuge. Une cachette pour échapper au monstre.

Je m'engouffre dedans, au plaisir de découvrir ce royaume de spectres et de fantômes.
Codage par Emi Burton

_________________
dream is coming true

je t'ai cherché partout, même ailleurs. je t'ai trouvé, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seule, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Si les rêves peuvent devenir réalité, les cauchemars seront les premiers à se réaliser.
INSCRIT DEPUIS LE : 04/07/2017
MESSAGES : 88
POINTS : 323



MessageSujet: Re: NightmareLand ♦ Red & Aiden   Mar 25 Juil - 23:36

Ta première réaction ? Une grande colère. Depuis le bout de tes orteils crasseux jusqu'à la dernière mèche mâchouillée de tes cheveux. Tu voulais attraper ce misérable faucon, et sans même prendre le temps de le faire rôtir, le déchiqueter avec tes dents, le déplumer avec tes ongles. Tu voulais le massacrer, lui et TA victime, LA TIENNE. Que fis-tu ? Tu rigolas. D'un grand rire strident, pas moins perturbant. La rage te faisait trembler, mais tu n'en avais cure : tu voulais te baigner dans leur jus de friture. Tu sentais ton sang bouillir tandis que la peur envahissait la gamine - à, tu ne pouvais que le préciser, juste titre. Tu repris un semblant de calme, tu savais attendre. Tu te fondis dans l'ombre qui recouvrit peu à peu le paysage et avanças, tentant de déterminer où tes deux victimes allaient se cacher. Il ne te fit pas un long moment pour le figurer, cependant, tandis que tu te glissais à ton tour dans ton endroit préféré.

Une maison hantée ? Gentils ou masochistes, tu n'en avais que faire; tu allais leur faire vivre leurs pires misères. Ils allaient mordre la poussière... Et avant toute chose, tu allais t'occuper de celui qui semblait protéger, ta petite victime personnelle... Pour qui il se prenait ? Il allait apprendre comment tu t'appelais. Tu sentais l'intensité d'une ampoule augmenter jusqu'à se briser, espérant faire échapper de la peur de ta prisonnière. Tu en rallumas quelques unes, qui sans réellement éclairer, clignotaient faiblement le long de l'allée. Tu disparaissais, ne faisant plus qu'un avec le mur, revêtant ta plus belle allure...

Ils voulaient s'amuser ? Tu ne pouvais qu'acquiescer. Ni une ni deux, tu te transformas en clown hideux. Tu semblais bien inoffensif, comme l'était la mascotte. Avant de tuer, tu voulais faire peur... Souffrir et mourir, telle était la devise de ceux que tu maltraitais. Elle pouvait regarder l'horloge défoncée, ses secondes lui étaient comptées... Tu adorais dormir, l'avais-tu déjà formulé ? Tu ne serais rien sans tes cauchemars, comme elle n'était rien à se cacher... Tu sentais ses jambes faiblir, ses mains frémir tandis qu'elle se raccrochait à chaque once d'espoir qu'elle pensait entrevoir... Peine perdue, jolie-coeur, bienvenue dans un monde de noirceur...

Un monde qui était le tien, que tu maîtrisais... Et dont le gardien pouvait à peine rêver. Car tu l'avais reconnu, tu connaissais bien cet odeur de faux-héroïsme, de naïveté et d'égoïsme. Ces scélérats qui se croyaient meilleurs sans savoir que tu n'avais pas l'ombre d'un choix ! Alors quitte à être mauvais, autant l'être très. Ce n'était peut-être pas beau, mais cela était vrai. Tu étais un cauchemar, foutu pour foutu, tu avais fait de ce monde la plus belle réalité que tu n'avais jamais connu. Tu fis gratter tes ongles contre le mur, laissant une marque visible sur ton passage. Le gardien te chercherait, la rêveuse te redouterait... Ce serait parfait. Il ne voudra plus la lâcher, elle ne pourra plus avancer; tous deux seront bloqués, et toi, tu pourras te régaler...

Tu les laissas te passer devant, mais s'ils se retourneraient, ils remarqueraient que tu avais bougé... Avant de tenter de poursuivre leur route, et de tomber devant toi, pantin désarticulé. Ta silhouette était fine et élancée, tu ressemblais d'avantage à un rat oublié dans un placard qu'à l'humain que tu étais. Deux mètres de hauteur, peut-être d'avantage, tu étais dos à eux mais ta tête continuait de tourner. Tu les fixais sans yeux, rêvais sans eux. Tu attendis qu'il fasse un mouvement pour disparaître à nouveau, que faisais-tu encore ?

Ah oui, tu creusais leur tombeau...

HRP:
 

_________________
 
strange & unusual
'I naturally look mean, but I'm okay with that. It keeps the weak people away.' Wednesday Addams

(c) proserpina
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

banni

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 01/06/2016
MESSAGES : 988
POINTS : 4156



MessageSujet: Re: NightmareLand ♦ Red & Aiden   Ven 11 Aoû - 8:20


NIGHTMARELAND
Kaylee, Red & Aiden


Je sens encore la douceur et le désespoir de l'étreinte de Kaylee autour de ma taille alors que je me dresse face à l'étrange jeune femme qui ressemble à un démon tout droit venu des enfers, avec cette expression sans aucune compassion sur le visage. Si je ne connaissais pas si bien ces chers Cauchemars, je me demanderai encore comment on peut avoir l'air si innocent à la base et pourtant être capable des pires choses. Ses rires diaboliques me collent des frissons puissants, de ceux qui collent à la peau et pénètrent à l'intérieur, donnant l'impression d'être poisseux jusqu'à l'âme. Je tente de me détacher du mieux que je peux de cette impression, je ne suis pas tout seul ici, j'ai une mission. Je me retourne vers Kaylee en disant :

« Reste près de moi Kay' sinon....Oh merde putain ! »

Elle a fichu le camp ! Autrement dit, elle venait de se jeter dans la gueule du loup ! Comme quoi, même une Rêveuse informée peut être trop effrayée pour penser de manière raisonnée. T'es passée où Kay ! Oh bordel...je ne dois pourtant pas lâcher le Cauchemar des yeux...putain elle aussi a disparu ! Je sens toujours sa présence, mais visuellement, nada ! Bon, puisque c'est comme ça, je me focalise sur l'idée de retrouver Kaylee. L'endroit le plus tangible du rêve est cette maison hantée à quelques mètres. Je me frappe le front du plat de la main. La gueule du loup, ni plus ni moins. Je cours vers le bâtiment, aussi vite que je le peux, avant d'ouvrir la porte.

« Kaylee ! Kaylee ? »

Je l'appelle. J'ai besoin qu'elle soit près de moi pour pouvoir la protéger du mieux. Mais en même temps je sens toute la puissance de ce Cauchemar, ne ferais-je pas mieux de me confronter directement à elle ? N'était-ce pas la solution la plus rapide ? Un combat loyal avec les armes de chacun ? J'aviserai quand je tomberai sur l'une des deux. Kaylee bon sang...tiens le coup ! Je ressens la peur de Kaylee tout comme je ressens la mienne. Je n'ai pas peur du Cauchemar, j'ai peur pour Kay et c'est un réel problème, parce que ça m'empêche de réfléchir. Il faut que je me ressaisisse. Plus j'aurais la tête froide, plus je serais à même d'aider ma Rêveuse préférée.

J'avance dans les pièces terrifiantes de la maison. Dans la réalité, on capte rapidement le côté faux des décors, ici, tout est si criant de vérité qu'un frisson de dégoût me parcoure l'échine. Kaylee où es-tu ? Elle doit être terrifiée, quelque part dans un coin, ou entrain d'essayer de s'enfuir encore... Je sens la colère bouillonner en moi. N'importe quel autre Rêveur, ça m'aurait presque laissé de marbre, mais pas pour Kay. Surtout pas pour un Cauchemar aussi sournois, aussi avide de mort et de cruauté. C'est clairement pas le genre à se nourrir pour survivre, mais plutôt le genre à abuser. Si Kay' devait devenir une Égarée à cause de moi, je ne me le pardonnerais jamais. Jamais.

Je sens presque la satisfaction émaner du Cauchemar aux cheveux blancs. Il ne faut pas lui accorder ce plaisir. J'essaie de me concentrer pour calmer ma colère, faire taire mes craintes. Je me dois d'être la lumière rassurante dans toute cette obscurité. J'essaie de rendre les pièces plus lumineuses sur mon passage. Que pourrais-je faire pour déstabiliser le Cauchemar ? C'est peut-être complètement con mais...si ça peut enrayer ne serait-ce qu'un peu ses plans diaboliques et attirer Kaylee à moi.

«  All you need is love, All you need is love, All you need is love, love, Love is all you need.... Nothing you can know that isn't known, Nothing you can see that isn't shown, Nowhere you can be that isn't where you're meant to be, It's easy ... »

Tout en chantant ce tube des Beatles à tue-tête, je cherche du regard ma protégée et mon ennemie. Elle voulait du grotesque ? Elle en aurait ! Je me dis souvent que les plus méchants sont ceux qui sont le plus en manque d'affection. Peut-être arriverais-je à toucher la corde sensible, on pourrait peut-être discuter ? Ou pas...en tout cas, je suis assez désespéré. Je marche en me fiant à mon ressenti et bizarrement, j'ai l'impression que les deux personnes que je cherche se trouvent presque au même endroit.


HRP:
 

_________________
Girl...You're driving me crazy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

informée

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 985
POINTS : 5518



MessageSujet: Re: NightmareLand ♦ Red & Aiden   Mer 25 Oct - 20:25



   
Nightmare Land
Red, Aiden & Kaylee


La lourde porte de la maison hantée claque lourdement dans mon dos. La première chose qui m'assaille, c'est le silence. Oppressant, et étouffant. Par instinct, je porte une main contre ma gorge et déglutis péniblement. L'obscurité est si épaisse, qu'elle semble pouvoir me toucher, frôler mon corps et se jouer de mes frayeurs. Je me sens piégée. J'ai l'impression qu'on m'observe, là, dans le noir. Seuls quelques chandeliers aux ampoules épuisées peinent à percer le néant ambiant du manoir. Je tressaille, mais ne cherche pas à rebrousser chemin. Quelque chose m'assure qu'il n'y a qu'une seule et unique sortie. Et qu'elle est droit devant.

Je regrette bien vite d'avoir faussé compagnie à Aiden. Bientôt, l'environnement semble prendre vie dans l'ombre alors que j'avance au cœur de la maison. Quelque chose gratte contre le sol sur ma droite. Un discret courant d'air anormal me chatouille la nuque. L'instant d'après, le plafond craque au-dessus de ma tête. Je me tends un peu plus à chaque pas supplémentaire. Tête baissée, j'essaye d'avancer sans chercher à comprendre ce qu'il se passe tout autour. Sans chercher à savoir quelle horrible créature pourrait être à l'origine des vases qui se brisent sur mon passage.

Soudain, je la sens. Sa présence. Celle de cet être maléfique. Le Cauchemar. Celui qui veut ma peau. Mon souffle se coupe dans ma poitrine. Je tourne sur moi-même, cherchant frénétiquement de quelle cachette le monstre aux cheveux blancs va surgir. Un crissement strident me glace le sang. Des ongles qui frottent contre un mur. Sans plus attendre, je bondis en arrière et détale de plus belle. Les couloirs du bâtiment s'éternisent et s'emmêlent en un labyrinthe inconcevable. Les vieux tapis accrochent mes chaussures. Je trébuche, me rattrape, heurte le coin d'un meuble qui me rentre dans la hanche. Le cri de souffrance meurt étouffé dans mon poing. Les larmes me montent aux yeux. Mais j'ignore si c'est un phénomène dû à la peur ou à la douleur. Ou aux deux combinés.

Désespérée, j'ouvre une porte au hasard. La serrure ne résiste pas. Une chance ? Je n'ai pas le temps de le savoir. Je me réfugie à l'intérieur. Un petit salon lugubre et poussiéreux m’entoure. Sans réfléchir, j'attrape le bras en or massif d'un bougeoir posé là. Terrifiée à l'idée que le Cauchemar me rattrape, je traverse la pièce au pas de course et emporte avec moi mon arme de fortune. Une seconde porte m'ouvre un nouveau dédale de couloirs. Je m'enfuis dans le noir. Seul le bruit de ma course effrénée et de ma respiration agitée m'accompagne. J'avance au hasard, consciente que plus je m'enfonce dans les corridors, plus je me perds entre les griffes de mon bourreau.

Finalement c'est une insolite mélodie qui me fait ralentir. La poitrine en feu, je me plie en deux et prends appui sur mes genoux pour calmer mes halètements. Une douce lueur apparaît au fond de la galerie, à mesure qu'une silhouette masculine se dessine. Les paroles de la chanson se font de plus en plus fort. Un prénom traverse mon esprit, presque aussitôt suivi d'un avertissement. Aiden ? Ou plutôt un piège ? Une paranoïa dévorante se déverse dans mes veines. Ma poigne se resserre autour du bougeoir. Son poids pèse sur ma main, et me rassure autant que possible.

Pas à pas, je grignote la distance qui me sépare du supposé Gardien. Lorsque la lumière qu'il dégage m'atteint, je fronce les yeux, éblouis. Mais mon bras reste armé, prêt à lui enfoncer le crâne si besoin.

- Aiden ?

Ma voix tremble bien plus que prévu, balayant aussitôt toute l'assurance menaçante que je souhaitais lui donner. L'homme ne bouge pas. Je trouve son regard bleu. Derrière lui, le couloir reste allumé. Comme si son passage avait suffit à chasser l'obscurité. Je finis par pousser un soupir et relâcher ma prise. Le bougeoir tombe dans un bruit sourd contre le vieux plancher. Je cours rejoindre le Gardien et son halo lumineux.

- Désolée je … Oh mon dieu !

Je sursaute et saisis brutalement le bras du jeune homme. D'un bras tremblant je lui désigne un gigantesque pantin assis contre le mur, à deux pas de nous. J'aurai juré sur n'importe quoi qu'il ne se trouvait pas là quelques malheureuses secondes plus tôt. La tête du jouet tourne sur elle-même. Un sourire épouvantable, peint en rouge et figé sur son faciès de bois me hérisse le poil. Le regard de la créature est le même que celui du Cauchemar aux cheveux blancs.

- Il nous a retrouvé, c'est l-lui …

Sans crier gare, le pantin disparaît. Je plaque mes deux mains frémissantes contre ma bouche. Tomber nez à nez avec l'ennemi est une chose. Le savoir rôder autour sans qu'on ne puisse le voir en est une autre. Cette fois je réprime de peu un vrai sanglot.

- Où est-il ? Bon sang, où est-il ?!
Codage par Emi Burton


Spoiler:
 

_________________
dream is coming true

je t'ai cherché partout, même ailleurs. je t'ai trouvé, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seule, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Si les rêves peuvent devenir réalité, les cauchemars seront les premiers à se réaliser.
INSCRIT DEPUIS LE : 04/07/2017
MESSAGES : 88
POINTS : 323



MessageSujet: Re: NightmareLand ♦ Red & Aiden   Dim 7 Jan - 23:15

HRP:
 

 

Nightmare land

FT. KAYDEN

Diviser, c'était régner. Et régner, c'était bouffer la première. Tu étouffas un rire tandis que tu ne pouvais pas avoir d'avantage hâte de mettre à exécution ton plan. La vision d'un gardien t'empêchant de parvenir à tes fins non seulement te faisait doucement rigoler mais insulter ta grandeur. Tu n'allais faire qu'une bouchée de l'armoire à glace et de sa poupée. Et comme il avait l'air de tellement l'aimer, tu t'attaquerais à elle en premier.

Tu entendis quelqu'un chanter, était-ce déjà un cri de désespoir qui se proférait au loin ? Cela n'y ressemblait en rien, pourtant. Etaient-ils déjà tous complètement fous ? Tu devenais profondément agacée par la tentative de Ken & Barbie de déjouer tous tes plans les plus maléfiques en changeant la playlist de leur exécution. Et les Beatles, en plus ? Qui oserait tuer qui que ce soit sur un tel son ? Tu n'étais pas un monstre quand même. Le son de leurs cris et pleurs étaient bien plus doux à tes oreilles. Tu étais déçue cependant de ne pas entendre ceux d'un enfant... Chaque chose en son temps, tu réussis à te convaincre en repartant à la chasse aux serpillières.

Il te fallait les séparer coûte que coûte. Les courageux n'étaient que des lâches avec des capes rouges. Tu n'avais jamais su distinguer la couleur, mais tu reconnaissais l'odeur du sang, et tu te promettais de reconnaître celui de tes futures victimes. Ils pouvaient prier leurs dieux aussi fort qu'ils le voulaient, ici qu'il n'y avait que des démons, et l'on dirait bien qu'ils étaient de ton côté. « Peur d'un face à face ? » Ta voix résonnait de pars et autres du décor. Tu devais amener le gardien à toi, t'exposer pour l'exposer ensuite. Tu apparus à côté de lui, posant un millième de seconde ta main blanchâtre sur son épaule avant de te placer à quelques mètres de distance, ne portant rien d'autre qu'un sourire pervers faisant face à - tu ne pouvais que t'imaginer - des mines déconfites. « Tu veux la sauver ? » Tu déclarais en insistant sur le dernier mot comme si tu pouvais le graver dans son esprit, comme si tu le transformais en un gladiator. Tu serais le lion, la bête sauvage, tu serais sa pire frayeur, son pire cauchemar. Tu serais sa mort. Et il n'avait plus qu'à. « Alors, viens me chercher » Tu n'avais besoin que de murmurer ces paroles pour les faire entendre. Tu rias allègrement tandis que tu te délectais du chaos que tu avais semé, et que tu n'étais pas prête d'arrêter. Il n'y avait que les idiots et les romantiques pour prétendre à faire le bien, mais toi tu savais. Dans la vie, il n'y avait que deux types de personnes : les criminels en prison, et ceux derrière toi. « Bouh » Tu te moquais de lui, comme si la vision de son propre visage n'était pas suffisant. Il était pathétique. Faisait-il cela par amour ou appât du gain ? Etait-il lent ou dépourvu de cerveaux ? Dans tous les cas, il n'avait aucune chance. Tu disparaissais au loin, faisant mine de courir. Il voulait ta peau ? Il n'avait qu'à la prendre. Tu n'avais besoin que de ton âme de pourri pour torturer celle de la brune.

Tu restas toutefois pleinement près de lui jusqu'à être sûre et certaine qu'il suive chacun de tes pas avant de te concentrer sur ce qui en valait la peine. Tu allais lui faire payer d'avoir appelé à l'aide, d'être venue avec son gardien, d'être venue au monde. Si tu pouvais un jour être quelqu'un d'autre, tu ne choisirais pas d'être elle. Et après ce que tu allais lui faire subir, personne d'autre ne le souhaiterait jamais... Tu te préparais à la confiner, à utiliser tout ce que tu avais pu observer contre elle... Et, oh darlin', à te tuer.
(c) ANAPHORE

_________________
 
strange & unusual
'I naturally look mean, but I'm okay with that. It keeps the weak people away.' Wednesday Addams

(c) proserpina
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

banni

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 01/06/2016
MESSAGES : 988
POINTS : 4156



MessageSujet: Re: NightmareLand ♦ Red & Aiden   Mer 7 Fév - 12:51


NIGHTMARELAND

Kaylee, Red & Aiden


Je continue à chanter. Non seulement je vais jusqu’au bout de mon plan, mais en plus, ça me rassure moi-même. Si je me laissais aller, je claquerais même des doigts en dansant un peu. Mais bon… J’ai beau savoir que tout ça n’est pas réel, qu’il s’agit un mélange entre l’imaginaire de ma chère Kaylee et les ajouts de la détestable cauchemarde mais ça me met pas à l’aise. C’est trop saisissant de réalisme. Puis je dois me méfier à chaque pas. Les Cauchemars celui-ci sont vicieux. Très. Trop. Je me concentre pour chercher la présence de Kaylee. Je le sens, elle se rapproche. Finalement, il me semble entendre sa voix parmi tous les craquements et cris lugubres que je perçois dans cette maison hantée.

« Kaylee ! »

Je ne la vois pas encore, mais je continue à avancer. Finalement je l’aperçois au fond du couloir, terrifiée mais tenant bravement un chandelier en or massif en guise d’arme. Je souris et soupire de soulagement. J’avais peur que le Cauchemar me fasse croire à la présence de ma protégée, mais, Kaylee est inimitable et toute son attitude ne laisse pas de doute. Je la connais trop bien. Je lui offre un sourire aussi rassurant que possible tandis qu’elle s’avance vers moi en courant, abandonnant son arme.

« C’est bien moi t’en fais pas ! »

J’ouvre mes bras pour l’accueillir, faisant également quelques pas vers elle. Mais on a pas le temps pour les effusions d’affection ni les excuses qu’elle semble vouloir me faire, que déjà je la sens se raidir, me broyant le bras qu’elle avait saisi brutalement. Je jette un œil vers ce qui la terrifie. Eurk, il est vilain. Je dois avouer que j’en mène pas large non plus. Mais je ne le montre pas, hors de question d’en rajouter à la peur de Kaylee. Cette saleté de Cauchemar doit déjà bien se délecter. Saloperie ! Je fronce les sourcils, désapprobateur. Faut que je me bouge le cul là. En un battement de cils, l’affreux pantin a disparu, faisant couiner Kaylee à mes côtés. Je m’empresse de poser mes deux mains sur le côté de ses épaules et dès qu’elle accepte enfin de tourner la tête vers moi, je la regarde dans les yeux.

« Regarde-moi Kaylee. On doit impérativement rester ensemble. C’est comme ça qu’on le fera déguerpir. Je ne t’abandonnerais pas. »

Si le cauchemarde nous sépare, c’est la fin pour Kay. Le seul avantage de ce genre de Cauchemar, c’est qu’elle est très joueuse et elle perd du temps à torturer, même quand la victime est à point. Voilà qu’elle me nargue. Je me demande si je dois l’ignorer. Je crois que c’est mieux. Pourtant une main se pose sur mon épaule, l’espace d’une fraction de seconde, me hérissant le poil.

« Eurk ! Non j’ai pas peur d’un face à face, alors pourquoi tu te caches ? »

Ayant l’air aussi sûr de moi que possible, je cherche quelle forme adopter pour que Kaylee puisse monter sur mon dos. Voilà qu’elle m’a mis en boule. Mais d’abord je dois prévenir Kaylee de mon plan, un peu. De nouveau, je cherchais à capter le regard de ma belle avant de lui murmurer doucement.

« Kay. Je vais me transformer en ours, tu sais, comme Iorek. Je vais te demander de grimper sur mon dos et de bien t’y accrocher. »

Le souvenir de ma première intrusion dans le rêve de Kaylee me revint avec douceur alors que je cherchais quoi lui fournir comme arme. Une épée lumineuse pour combattre les ténèbres ! Mais cette fois, ce serait….. Un sourire s’étale sur mes lèvres.

« Que dirais-tu d’un sabre laser pour botter les fesses de l’affreux pantin ? »

Je désigne d’un mouvement de tête l’objet accroché au mur en guise de décoration. Si elle participe, Kay sera forcément moins occupée à avoir peur. J’attends son aval pour me transformer et me mettre en chasse du Cauchemar qui ne fait que m’appeler, me narguer, m’agaçant au plus haut point.


HRP:
 

_________________
Girl...You're driving me crazy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: NightmareLand ♦ Red & Aiden   

Revenir en haut Aller en bas
 

NightmareLand ♦ Red & Aiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» - Deux choses ne peuvent se cacher : l'ivresse et l'amour - [Aiden+Kaylee]
» Les petits liens d'Aiden
» Aiden Fawkes ~ Le faucon ne détourne pas l'oeil de sa cible.
» Alors comme ça, vous faites des pizzas ? - Aiden

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: monde des songes :: Zones Urbaines.-