AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥️
» pour «

Partagez | 
 

 I don't need you here ♦ Emman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ignorante

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 30/12/2014
MESSAGES : 1403
POINTS : 6506



MessageSujet: I don't need you here ♦ Emman   Dim 13 Aoû - 22:28



   
   Emman  :03:
   I don't need you here

R
éprimant un bâillement, je m’étirais doucement et regardai autour de moi. Depuis quand l’équipe de nuit prenait-elle son service aussi tôt, pensais-je en les voyant. A moins que… Un simple coup d’œil me confirma que je m’étais encore laissé déborder par mon boulot. Il était tard. Très tard. Je me décidai donc de rentrer enfin chez moi pour prendre un peu de repos. Dormir serait pas mal. Enfin si j’y parvenais. Mon sommeil était des plus capricieux ces temps-ci et plus d’une fois mon frère avait dû venir me réveiller en douceur. Mais il n’était pas là en ce moment. Il avait pas mal de déplacement ce cher frère, beaucoup de stages qui l’obligeait à déserter la maison. Cela m’ennuyait d’autant plus que je m’étais habituée à sa présence silencieuse et rassurante. Combien de fois, l’avais-je vu endormi près de moi veillant sur moi tel un ange gardien. Il me semblait que dans ces moments, je jouissais d’un sommeil plus apaisé que d’ordinaire. Aussi j’appréhendais le moment du coucher. Ma dernière enquête m’avait plus marqué que je ne l’aurais cru. Ce n’était pas pour rien que le Docteur Heo insistait autant pour que j’en parle lors de nos séances. Mais j’avais résisté jusqu’à présent. Je n’étais tout simplement pas prête préférant me laisser bouffer mes nuits plut6Ot que de reparler de cette funeste journée…

Me glissant entre mes draps frais, je fermais les yeux et sombrais aussitôt dans les bras de Morphée. Un désert aride m’entoura bientôt. Je mis une main en visière et plissai les yeux pour essayer de voir ce qui m’entourait. La chaleur accablante me fit suer et une j’entendais au loin une tempête qui se dirigeait vers moi. Me mettant alors à courir droit devant moi sans chercher plus loin. Mais je dus me rendre à l’évidence, mes petites jambes, même si j’étais bonne coureuse, ne pouvaient défier la nature. La tempête de sable fonçait droit sur moi m’ensevelissant presque. La Rêveuse s’agita alors dans son sommeil provoquant un mini tremblement de terre. La tempête cessa brusquement et je pus respirer plus librement. Crachotant, je me relevais pour voir qu’une route s’ouvrait devant moi. Une rue bétonnée, tout ce qu’il y a de plus citadin. Après un instant d’hésitation, je me décidai à m’y engager. Prudemment.

Seul le silence m’accueilli. Silence assourdissant où quelques croassements de corbeaux osaient défier. Mon cœur battit alors plus vite tandis qu’une impression de déjà-vu commença à m’étreindre. Marchant comme un automate, je laissais mes pieds me diriger vers une maison. Une maison que j’avais déjà vue. Une maison qui me hantait. Non… Je ne voulais pas y retourner. Je ne pouvais pas y retourner. Pourtant mes pieds semblaient être animés d’une vie propre et je ne pus faire autrement que de me retrouver devant la porte. Je sentis ma gorge se serrer. Douloureusement. Mon souffle se fit plus court, plus erratique. Malgré moi, ma main ouvrit la porte. Un hurlement se fit entendre. Hurlement de terreur, un cri inhumain s’échappa de mes lèvres tremblantes devant le spectacle qui se profilait devant mes yeux. Des cadavres qui me regardaient. Des cadavres demandant justice. Des cadavres d’enfants…
 
WILDBIRD
 

_________________
Cause in the daylight we'll be on our own.
When virtue and modesty enlighten her charms, the lustre of a beautiful woman is brighter than the stars of heaven, and the influence of her power it is in vain to resist.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 05/08/2014
MESSAGES : 2127
POINTS : 8361



MessageSujet: Re: I don't need you here ♦ Emman   Sam 7 Oct - 13:24



   
   Emman  :03:
   I don't need you here

L
a tempête de sable explose et disparaît dans l'espace à la seconde où je prends le dessus sur l'autre Cauchemar. Trop jeune, trop empressé, et trop irréfléchi. Combien sont-ils à avoir tenté de me dérober les rêves tendres et délicieux de ma Rêveuse ? La rumeur commence à se répandre pourtant ; Ils avent que cette bulle de songe mal en point, triste à en faire presque pitié, est jalousement gardé par l'un des leurs. Je suis là, veillant de loin comme un chien de garde fait d'ombres et de peurs, sauvegardant Emma des autres tout en la condamnant peu à peu du simple fait de ma néfaste présence.

L'ambiance lourde et étouffante ne s'efface pas. J'ai l'impression d'hériter du travail inachevé de mon semblable à l'aura noire. La ville se déploie tout autour alors que les derniers grains de sable de volatilisent. Un ciel grisâtre s'étire désormais au-dessus des toits silencieux. L'endroit est désert, vidé de vie et de joie. Seul le hurlement fou d'Emma brise la glace du mutisme citadin. Il y a de l'horreur dans sa voix, un traumatisme certain, mais également la puanteur infecte d'une lourde culpabilité. Ce savant mélange dévore rapidement la solidité de roc de mon inspectrice et fait trembler ses membres, elle qui se retrouve dès lors genoux à terre, impuissante et pétrifiée devant le sordide spectacle. Les cadavres enfantins paraissent complètement désarticulés contre le parquet tâché de sang. Leurs yeux vides sont tous tournés vers Emma, mais aucun ne semble réellement la regarder. Tous semblent observer un point loin, si loin, derrière elle. Comme si elle ne faisait plus partie de leur monde.

Ma grosse tête de panthère se frotte affectueusement contre l'épaule de l'inspectrice. Le reste de mon corps de chat suit le mouvement et vient chercher une longue caresse contre son bras. Je la contourne, passe devant elle et la coupe brièvement du salon mortuaire. Mes longues pattes silencieuses m'éloignent alors de la Rêveuse. Elle n'a pas encore le temps de se retourner, que le gros félin s'est volatilisé. C'est sous mon apparence réelle que je me dresse quelques pas derrière elle. Mains dans les poches, je toise un instant la scène de crime avant de laisser retomber mon regard presque trop sévère sur elle. Ce n'est toutefois pas un timbre sarcastique qui s'échappe de mes lèvres lorsque je prends la parole, mais un ton bien plus doux et patient que d'ordinaire.

- Qui sont ces enfants Emma ?

D'où viennent tes visions cauchemardesques ? D'où te vient toute cette fragilité nouvelle ? Cette désastreuse faiblesse ?
 
WILDBIRD
 

_________________
You can't catch me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-ice.skyrock.com/ En ligne

ignorante

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 30/12/2014
MESSAGES : 1403
POINTS : 6506



MessageSujet: Re: I don't need you here ♦ Emman   Dim 31 Déc - 11:13



   
   Emman  :03:
   I don't need you here

L
a panthère vint se frotter contre mon épaule. Je n’en fus même pas surprise. Cette grosse bête était en passe de devenir une amie. Fidèle, protectrice. Là où d’autres s’enfuiraient devant cette apparition noire et immense, je ne ressentais que sécurité. Mais pas aujourd’hui. Pas ici. Pas quand ces enfants se retrouvaient devant moi encore une fois. Depuis cette enquête, je n’arrêtais pas de revoir la scène de crime encore et encore. Les images tournaient en boucle dans ma tête m’empêchant parfois de respirer. J’avais vu des images d’horreur dans ma carrière mais aucune n’avait pris autant d’ampleur. D’ordinaire j’arrivais à faire en sorte que ma vie professionnelle – mes enquêtes – n’empiètent pas ainsi sur ma vie privée et mon mental. Mais jamais auparavant, je n’avais été confrontée à des enfants. Etres innocents par excellence.

Mon amie sur pattes passa devant mes yeux m’enlevant à cette vision d’horreur l’espace de quelques secondes. Mais elles suffirent pour me permettre de respirer normalement à nouveau. Cependant je n’arrivais pas encore à me relever. Baissant la tête, mon regard rivé au sol, parfaite posture de la défaite, je restai immobile. Leur demandant pardon. M’excusant de mon incapacité à les défendre. M’excusant de leur mort injuste. Un bruit pourtant me fit me retourner pour voir que ma grosse panthère avait disparue. Quelqu’un d’autre avait pris sa place. Mon amie s’était volatilisée au profit de mon ennemi personnel. En le voyant, un sursaut de fierté m’envahit et je me sentis relever pour me mettre à sa hauteur. Hors de question que Damian me voit vaincue. Mais il ne me regardait pas. Non, il regardait la scène derrière moi. Ces enfants…

Tressaillant à sa question, je le regardai et lui dit d’un air bravache

« Qu’en sais-je ? Pourquoi ne me le dites vous pas ? Vous qui savez tout ? »

J’ouvrais la bouche pour en rajouter une couche quand une voix s’éleva derrière moi. Voix d’outre-tombe

« Tu nous renies Emma ? Après nous avoir abandonnés, tu fais mine de ne pas nous connaître maintenant ? »

Je me retournai vivement pour essayer de trouver le petit propriétaire de cette voix accusatrice. Mais ce furent des dizaines de paires de yeux qui me fixèrent. Réprobatrice. Réclamant une justice que je n’étais pas en mesure de leur donner. Je reculai de quelques pas sous le poids de la peur me heurtant alors à Damian.

« Nous on ne t’oublie pas Emma…, la voix poursuivait impitoyable. On ne te laissera pas en paix ainsi… Tu nous dois quelque chose, tu le sais… »

Je me mis à trembler violemment et murmurai encore et encore

« Je suis désolée, je suis désolée, je suis désolée… »
 
WILDBIRD
 

_________________
Cause in the daylight we'll be on our own.
When virtue and modesty enlighten her charms, the lustre of a beautiful woman is brighter than the stars of heaven, and the influence of her power it is in vain to resist.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 05/08/2014
MESSAGES : 2127
POINTS : 8361



MessageSujet: Re: I don't need you here ♦ Emman   Lun 8 Jan - 12:49



   
   Emman  :03:
   I don't need you here

L
a fierté de l'inspectrice lui pique la langue. Dressée sur ses jambes, presque hautaine, elle me défie à nouveau. Ne se doute-t-elle donc pas que l'énorme félin qui lui apporte tant de réconfort ne fait qu'un avec l'être qu'elle déteste sans doute le plus au monde ? Un sourire effleurerait presque la rigidité de mes lèvres. Non, bien sûr que non. Emma est beaucoup trop rationnelle pour ça. Ma Rêveuse a beau adorer passer des heures les yeux vissés aux pages d'un roman, jamais l'idée qu'un Cauchemar puisse être constitué d'os et de chair ne lui viendrait à l'esprit.

Je n'ai pas le temps de rétorquer sur le vif. Quelque chose m'interpelle en même temps qu'Emma. Les enfants dans son dos, les cadavres en putréfaction, appellent son nom et brisent cette belle dignité dont elle faisait preuve. Mes sourcils se froncent. Les effrayantes visions se poursuivent malgré la disparition du Cauchemar qui tourmentait la jeune femme. De toute évidence ma simple présence suffit à alimenter son tourment, quand bien même mes sombres capacités ne se sont pas manifestées.

Dans un excès d'humeur, l'envie me prend d'effacer la scène, de la déchirer comme une vulgaire feuille de papier. Un pressentiment me retient ; les choses pourraient-elles empirer si par malheur mes talents cauchemardesques s'éveillent ? Nuit après nuit je comprends que je n'ai strictement rien en commun avec l'aura doré et apaisé d'un Gardien. Même si je le souhaite, même si je la protège de mes congénères, je ne peux pas sauver Emma.

À la place, je pose mes yeux d'acier sur elle. Mes jambes s'animent soudainement. Je romps la distance qui nous sépare en quelques malheureuses foulées. Là, sans lui laisser le choix ni même lui demander une quelconque autorisation, j'attrape fermement son menton entre mes doigts et l'oblige à relever la tête vers moi. Je la contraint à se détourner des voix macabres et à planter son regard dédaigneux dans le mien.

- Si vous m'y autorisez, ma belle …

Et je plonge dans sa mémoire. Je fonds dans ses souvenirs, ses émotions passées et tout ce qu'il y a d'intime au fond de son esprit. Je parcours les derniers moments de sa vie comme je le ferais pour un livre à la recherche d'un chapitre bien précis. Les visages dansent, les sentiments s'emmêlent. J'aperçois le frère Rosebury, ce Gardien trop sûr de lui. Je reconnais ses collègues, cette brochette d'imbéciles. Les blagues de mauvais goût. Les dossiers qui s'entassent. De longues heures passées devant un ordinateur de bureau. Un psy, des consultations complètement vaines. Là, stop. Le souvenir se concrétise dans ma tête.

- Alors laissez-moi deviner, soufflais-je sans détacher mes yeux absents de toute douceur des siens. Vous avez hérité d'une nouvelle affaire, inspectrice. Quelque chose d'assez terrible pour ébranler votre conscience. Pas un meurtre, mais un massacre. Un massacre d'enfants.

Je libère son visage et lance un coup d'oeil agacé à l'amas de corps qui s'anime faiblement dans la maison. Les cadavres se taisent aussitôt, brutalement réduits au silence. Le calme se fait et il me semble même les voir tenter de reculer vers le fond de la pièce, essayer tant bien que mal de s'éloigner de nous, de moi.

- Vous avez toujours aimé les enfants, inspectrice,
ajoutais-je avec beaucoup moins de brusquerie soudain, d'une voix presque compatissante. Cette affaire vous hante. Cet assassin qui traîne, là, dehors … Vous ne pouvez pas le supporter.

Voilà, la réponse qu'elle ne souhaitait pas me donner. Je relève le menton et la scrute minutieusement.

- Pourquoi tant de culpabilité, Emma ? Demandais-je sans détour. Vous n'avez pas tué ces enfants. Pensez-vous que le coupable, lui, éprouve le moindre remord ?

Je croise résolument les bras sur mon torse. Mon objectif n'est pas de la consoler ; je n'ai clairement pas l'allure du preux chevalier servant, et encore loin l'aura adéquate. Ce que je veux, c'est réveiller cet esprit combatif enfouit en elle et que je lui ai pourtant toujours connu.

- Ne me dites pas que vous êtes en train de regretter votre vocation, Emma.
 
WILDBIRD
 

_________________
You can't catch me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-ice.skyrock.com/ En ligne

ignorante

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 30/12/2014
MESSAGES : 1403
POINTS : 6506



MessageSujet: Re: I don't need you here ♦ Emman   Lun 8 Jan - 22:44



   
   Emman  :03:
   I don't need you here

L
es voix ne cessaient de tourner autour de moi, me précipitant un peu plus dans cet abîme qu’est devenue ma vie depuis ce jour funeste. J’essayais de les faire taire. Je les suppliais de me pardonner mais j’avais l’impression qu’à chacun de mes « Je suis désolée » de prononcé, les voix se faisaient de plus en plus insistantes. Comme si ma culpabilité leur donnait encore plus de force, plus de poids. C’en était ridicule mais de là où j’étais je n’arrivais plus à avoir le recul nécessaire pour me raisonner. Baissant les yeux complètement vaincue, je failli me laisser choir encore une fois oubliant totalement la présence de l’homme derrière moi. Cet homme qui ne peut qu’être ravi de la tournure que prenait la situation. Moi à terre, il pouvait vaquer à ses basses besognes sans être aucunement inquiété.

Mais soudain, une main vint trouver mon menton me forçant à croiser le regard azuré de mon compagnon. Il resta planté là quelques secondes, ni trop long ni trop court. Pourtant assez pour que j’essaye de me dégager en sifflant

« Qu’est ce que vous faites ? Lâchez moi Damian ! Lâch… »

Ses mots m’arrêtèrent. Qu’avait-il dit ? Comment ? Quand ? Mais je ne m’attardais pas encore sur cela. Je me retrouvais libérée soudainement. Reculant de quelques pas, je le fixais un peu hébétée encore parce qu’il venait de me dire. C’était comme si il venait de lire dans mes pensées et c’en était extrêmement perturbant.

« Co… Commen… »

Une fois de plus, il ne me laissa pas finir. Car ce qu’il me dit était vrai. Je ne pouvais supporter de laisser cette personne, ce monstre dehors. Jouir de cette liberté qui était un droit et non un dû. Non pas un dû pour les gens de son espèce. Sa question me troubla. Je ne savais pas pourquoi cette affaire me hantait tant. Si. Je le savais. A cause des victimes.  Ce qu’il rajouta fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase.

« Ne dites pas de conneries Wright ! »

Une rage m’envahit alors. M’avançant vers lui furieuse, je commençais alors à le pousser.

« Vous… ne… pouvez… pas… comprendre ! »

A chaque mot, je le poussais encore plus. J’avais du mal à contrôler ma colère, cette colère qui se mêlait à ma culpabilité en un cocktail détonnant. J’avais besoin d’exorciser tout ça. Non j’avais besoin d’un endroit où déverser tout ça et malheureusement pour lui, l’antiquaire avait eu les mots de trop.

« Vous croyez tout savoir Damian ?! Non, vous ne savez rien ! Vous n’avez pas vu ce que j’ai vu alors fermez là ! »

Il ne pouvait pas comprendre. Tant qu’il n’avait pas vu ce que j’avais vu, il ne pourrait jamais comprendre pourquoi j’étais ainsi. Et comme dans un rêve, un écran géant tomba du ciel pour montrer les scènes toutes plus horribles les unes que les autres. Chaque pièce avait été une scène de crime à part. Chaque pièce avait été une salle d’exécution. Toute plus affreuses les unes que les autres. Comme dans un cauchemar, je revivais chaque moment de la découverte des scènes de crime…

« Vous qui croyez tout savoir. Je vous présente les scènes… Salle numéro 1 : décapitations. Salle numéro 2 : démembrement. Salle numéro 3 : cruxification… Salle numéro 4 : dépeçage… »

Ma voix même semblait venir d’outre tombe.

« Alors Damian…, Comment peut-on survivre à ça ? »
 
WILDBIRD
 

_________________
Cause in the daylight we'll be on our own.
When virtue and modesty enlighten her charms, the lustre of a beautiful woman is brighter than the stars of heaven, and the influence of her power it is in vain to resist.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 05/08/2014
MESSAGES : 2127
POINTS : 8361



MessageSujet: Re: I don't need you here ♦ Emman   Mar 9 Jan - 9:58

:evil:  :evil:



   
   Emman  :03:
   I don't need you here

E
lle s'énerve. La vérité de mes mots la martèle. Emma se réveille. Une flamme nouvelle grandit au fond de ses prunelles froncées. Elle sait que j'ai raison. Elle refuse tout simplement de le reconnaître. Serait-ce l'un de ces différents stades de deuil ? Son psy aurait eu la réponse, lui. Pour ma part j'ai simplement la certitude qu'il faut gratter là où elle enfouit le trop plein d'émotions chaotiques que lui procure cette affaire sordide. L'esprit humain m'est toujours apparu ainsi ; une coupe que l'on remplit peu à peu. Lorsque le récipient est plein, quoi de plus difficile que d'y faire entrer plus de choses encore ? Emma a besoin de vider sa coupe. Elle a besoin d'extérioriser ces choses, ces souvenirs, qu'elle refuse d'accepter. Qu'importe que tout ceci se transforme en rage dévastatrice. Qu'importe que je sois celui qui se prend le revers de la tempête en pleine face. Après tout je suis celui qui a sciemment décidé de provoquer cette colère sourde. Qui de mieux pour la gérer ? Je suis un Cauchemar. Les mauvais sentiments, j'en connais les moindres détails, jusqu'à la plus subtile de leurs saveurs.

Ses mains s'abattent à répétition contre mon torse. Emma me repousse. Essaye-t-elle de m'éloigner pour ne plus me laisser appuyer sur les plaies sensibles ? Ou tente-t-elle plutôt de détruire tout ce qui aurait l'audace de passer à proximité ? Je la laisse faire sans contrer. Elle tremble à nouveau. Mais cette fois, je sais que c'est à cause de toutes ces choses qui se pressent dans sa tête et se bousculent sur sa langue.

Lorsque enfin l'inspectrice s'arrête, lorsque ses paroles acerbes s'estompent, et qu'elle me paraît soudain plus épuisée qu'autre chose, je chasse le gigantesque écran d'un revers de la main. Pas besoin d'y jeter plus d'un coup d’œil, tout ce qu'elle m'a montrée j'ai pu l'observer dans les recoins de sa mémoire. Ce qui m'intéresse, c'est elle. L'écran disparaît comme un nuage de poussière charrié par le vent. Je lui rends son regard et lui fais face comme si j'étais imperméable à tout cela.

- On peut survivre à tout, Emma, pour peu qu'on sache comment s'y prendre, soufflais-je d'un ton bas et rauque.

Mes yeux ne laissent aucun répit aux siens. Est-elle suffisamment en colère pour ne pas lâcher prise et m'affronter comme elle m'a habitué à le faire ?

- Pourquoi refusez-vous les séances avec le psychologue, inspectrice Rosebury ? Continuais-je sans le moindre scrupule. Pourquoi ne lui racontez-vous pas tout ce que vous venez de me montrer ?

J'incline légèrement la tête. En parlant du psy … Son visage m'est apparu très rapidement dans les flots de souvenirs de la jeune femme. Un détail me chiffonne. Je me note intérieurement de vérifier quelque chose à son sujet.

- Vous n'avez pas répondu à mes questions.

Je romps à nouveau l'espace sécuritaire qui nous sépare. Mes doigts se referment sur la peau de son poignet. D'un geste je l'attire à moi pour mieux voir l'impact de mes mots sur le reflet de son regard.

- Pourquoi tant de culpabilité, Emma ? Répétais-je durement, déterminé à lui faire suivre de force cette thérapie qu'elle rejette. Continuons les devinettes. Vous vous en voulez, parce que vous vous sentez responsable. Vous êtes persuadée que vous auriez pu empêcher cette horreur, que vous auriez pu sauver ces enfants. Vous pensez que vous avez failli dans votre travail. C'est une pensée qui vous terrorise et qui vous renverse les tripes. Alors vous refusez tout simplement de la prononcer à voix haute, car ça ne ferait que la concrétiser pour de vrai. Voilà pourquoi vous vous entêter à garder le silence devant votre psychologue. Ai-je tort ?

Je finis par me redresser, instituant une nouvelle distance entre nous, et relâche son bras. Je ne cesse néanmoins pas un instant de la regarder.

- Mais je vais vous avouer quelque chose, inspectrice, concluais-je d'une fermeté plus douce. C'est en vous rendant si faible que vous manquez à votre devoir. C'est en endossant la responsabilité d'un abominable crime que vous n'avez pas commis, que vous vous rendez incapable d'arrêter le monstre qui a fait ça. Et enfin c'est en surmontant tout ça ... que vous parviendrez à y survivre.
 
WILDBIRD
 

_________________
You can't catch me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-ice.skyrock.com/ En ligne

ignorante

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 30/12/2014
MESSAGES : 1403
POINTS : 6506



MessageSujet: Re: I don't need you here ♦ Emman   Jeu 11 Jan - 0:03



   
   Emman  :03:
   I don't need you here

J
e devenais folle. Oui je le devenais. Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait. Craquer ainsi, revoir tout ça encore et encore. Ces voix qui me poursuivaient. Frapper Damian, lui hurler dessus ne m’avait fait aucun bien. Rien. Juste m’épuiser plus que je ne l’étais déjà. Il était le seul à réussir à me mettre dans cet état de fureur et c’était pas peu dire. J’avais beau avoir une nature passionnée, un peu trop passionnée d’après ma chère mère, et m’emporter assez facilement. Mais mon voleur avait ce don unique de me mettre dans un sale état. A croire que c’était un don naturel chez lui, aussi naturel que l’air que nous respirons. D’ailleurs, j’étais dans un tel état que rien que de l’entendre respirer me mettait sur les nerfs.

« Comment s’y prendre… » répétai-je d’une voix désabusée

Mes épaules retombèrent et mes yeux se détournèrent des siens avec lassitude. Il ne comprenait pas. J’étais épuisée et ma culpabilité était trop grande. Je n’avais pas besoin qu’en plus on vienne me faire la morale comme ce que Damian semblait vouloir faire. Ironie quand tu nous tiens. Un voleur qui fait la morale à un flic. Vous y croyez vous ? Moi aussi. Mais il pouvait dire ce qu’il voulait, je n’avais plus aucune motivation à l’écouter. Il était comme tous ces autres qui pensaient qu’on pouvait tout surmonter tout oublier d’un simple claquement de doigts. Et comme tous ces gens, il ne savait pas de quoi il parlait. Damian Wright était celui faisait subir les traumatismes pas celui qui lui subissait. Je voulus me retourner mais il reprit la parole. Je ne fus même plus étonnée qu’il fasse allusion à ma thérapie. Plus rien ne m’étonnait après qu’il ait deviné ce qui se passait avec cette affaire. Cet homme pouvait lire dans mes pensées et c’était même plus flippant à ce stade…

« Parce que je n’en ai aucune envie ça vous va comme réponse ? » lui rétorquai-je d’une voix aigre.

Pourquoi je continuai de lui répondre ? Aucune idée. Je ne comprenais plus rien à ce qui se passait en ce moment. Comme si – comme si vraiment ? – il avait senti mon intention, Damian franchit une nouvelle fois la distance qui nous séparait et m’attrapa le poignet pour me forcer à le regarder. Ses mots me transpercèrent une nouvelle fois. Je voulus me détacher mais Dam était trop fort pour moi. Je ne voulais pas l’entendre mais il continuait. Impitoyable. Sans se soucier une seule seconde à ce que je pouvais ressentir. En fait, à sa manière tordue, il essayait de se substituer à son psy, le Docteur Heo. Hô pardon. Je ne pus empêcher un petit sourire s’incruster sur mon visage lorsque je pensais à la manière dont il avait été vexé à cause de cela. Frustration d’une thérapie qui ne fonctionnait pas ? Surement. Damian ne me lâchait pas du regard et lorsqu’il eut fini la première partie de sa leçon, il me relâcha. J’en profitai pour reculer un peu tandis qu’il finissait de m’assassiner.

« Vous ne savez rien Damian. Vous croyez me connaître ? Pourquoi ? Parce que d’une manière obscure vous avez réussi à lire dans mes pensées pour savoir l’histoire de tout ce cinéma, vous pensez tout savoir de moi ?! Excusez-moi mon cher mais descendez de votre nuage. Affrontez la vraie vie ! Que savez-vous de ce qu’ont pu vivre, ressentir ces enfants que l’on a abandonné ? Que savez-vous de la vie de Mary Sims ? de celle de Jeffrey Gordon ? ou encore de celle de la petite Fiona Morgenstern qui venait à peine d’avoir 3 ans ? Rien ! 21 enfants ont perdu la vie parce que cette ville n’a pas su les protéger. 21 ! Des dizaines de famille détruites parce que les flics ont été incapables de voir qu’un monstre vivait parmi eux. Un monstre qui est toujours libre ! Qui va encore faire des dizaines d’autres victimes parce que nous ne sommes pas foutus de l’attraper ! Parce que je ne suis pas foutue de le retrouver ! »

Les larmes ruisselaient à présent sur mes joues. Les essuyant d’un geste rageur, je continuais

« Non je ne suis pas faible ! Je traquerai ce monstre dussé-je y laisser ma vie. Je deviendrai son pire cauchemar croyez-moi ! Je ne laisserai pas ce drame se produire encore ! Jamais ! »

Une petite poupée blonde sortit alors de nulle part et s’accrocha à ma jambe en me regardant d’un air suppliant. Je la contemplai alors qu’elle disparaissait dans un nuage de fumée et mes larmes redoublèrent d’intensité

« Je ne laisserai pas une Fiona bis arriver… »
 
WILDBIRD
 

_________________
Cause in the daylight we'll be on our own.
When virtue and modesty enlighten her charms, the lustre of a beautiful woman is brighter than the stars of heaven, and the influence of her power it is in vain to resist.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 05/08/2014
MESSAGES : 2127
POINTS : 8361



MessageSujet: Re: I don't need you here ♦ Emman   Lun 15 Jan - 21:35



   
   Emman  :03:
   I don't need you here

E
mma ne semble plus vouloir m'affronter de plein front désormais, mais plutôt de s'éloigner de toute cette souffrance que je lui impose de revivre. Et pourtant, les barrières cèdent une à une dans sa tête. Sa résistance entêtée finit par ployer sous sa propre vérité que je lui renvoie en plein visage. Est-ce que ça va marcher ? Est-ce que ça va seulement suffire à l'aider à se sentir mieux à son réveil ? Beaucoup de Rêveurs oublient le contenu de leur nuit. Cette conversation aura peut-être un impact dans son esprit. Comme quelque chose de complètement inconscient, qui pourtant l'aidera à voir ce fardeau qui la noie d'une autre manière.

Sa voix s'élève. L'intensité de son désespoir se mue à nouveau en colère. Ses mots se veulent acerbes et tranchants. Je me demande si cette dureté m'est exclusivement destiné. N'essaye-t-elle pas de se lancer à elle-même ces reproches qu'elle me fait ? Quoi qu'il en soit je ne prends pas le risque de l'interrompre. Que pourrais-je répondre à tout ça de toute façon ? Que, si, je connais tout de sa vie. Que cela fait des nuits et des nuits que j'observe ses souvenirs comme l'odieux voleur que je suis. Que sais-je de la souffrance de ces enfants ? La même chose qu'elle. Pas plus, pas moins. Je n'en sais rien, ou tout du moins pas plus que ce que mon imagination peut me laisser entrapercevoir. Jamais personne ne saura réellement ce qu'ont ressenti ces enfants, ce qu'ils ont enduré. Ils ont péri, seuls, abandonnés. Loin de tout. Ils n'y avaient qu'eux-mêmes pour être témoins de leur propre massacre. Mais quel intérêt de lui rétorquer ça ? Ce n'est pas mon but ce soir.

Emma pleure désormais. Des larmes brûlantes dévalent massivement ses joues. Une hargne nouvelle semble naître dans sa gorge. Elle me promet de tout faire pour arrêter cet être sanguinaire qui œuvre dans les rues de Manchester. Un semblant de sourire effleure brièvement le coin de mes lèvres. Un vestige de sa mémoire refait alors surface. Une enfant disparue dans toute cette barbarie. Je regarde l'inspectrice se perdre dans le regard pur et implorant de la fillette. Et puis soudain, le mirage s'efface.

J'avance alors d'un pas. Doucement, je passe un bras dans son dos et l'attire contre moi. Ma main libre trouve une place contre sa tête, afin de venir faire appuyer sa tempe contre ma poitrine. Je la serre légèrement contre mon torse.

- Je sais, Emma. Je te fais confiance. Tu vas y arriver, soufflais-je contre le sommet de sa tête agitée par les sanglots.

Mes yeux se perdent dans le vague. Quelque chose ébranle mes instincts néfastes. Quelque chose d'étrange. Qu'est-ce que cela fait, de se faire prendre dans les bras d'un Cauchemar ? Ressent-elle les serres glacées de cette aura sombre se refermer autour d'elle ? En silence, je me demande pour combien de temps cette folie pourra encore durer.
 
WILDBIRD
 

_________________
You can't catch me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-ice.skyrock.com/ En ligne

ignorante

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 30/12/2014
MESSAGES : 1403
POINTS : 6506



MessageSujet: Re: I don't need you here ♦ Emman   Dim 21 Jan - 16:39



   
   Emman  :03:
   I don't need you here

J
e m’étais laissée débordée. Encore une fois, l’émotion m’avait submergée emportant tout sur son passage. Je n’avais aucunement l’intention de craquer devant Damian. Je n’avais pas besoin que mon Némesis me voit dans un tel état. Pitoyable. Faible. Complètement dévastée par ce que je ne pouvais contrôler. Je n’avais pas l’intention de le laisser croire que je n’étais pas solide. Pas assez solide en toit cas pour le métier que j’exerçais. Je n’avais pas envie de me justifier encore. J’avais déjà assez à faire dans ce monde masculin qu’était la police. Je ne voulais pas en plus avoir à le convaincre que j’étais faite pour e boulot même si je le faisais dès qu’on se voyait. Parce qu’au delà de cette affaire sordide je n’en oubliais pas mon but premier. Prouver que Damian Wright n’était qu’un vulgaire voleur. Que sous ce verni d’homme policé se cachait un criminel de haut vol. Une main se positionna alors derrière mon dos et je me retrouvai plaquée contre un torse. Contre son torse. Je me débattit un mot avant de me laisser aller et à vider tout ce que j’avais retenu jusque là. Une impression étrange m’assaillit. Une impression de peur diffuse mais en même temps qu’un sentiment de sécurité et d’apaisement. Etrange vous disais-je. Comment pouvait-on se sentir en sécurité en même temps que de la peur. Je n’en savais rien. Et c’était pourtant ce que je ressentais dans les bras de mon ennemi personnel. Je m’accrochais à lui désespérément comme à une bouée de sauvetage. La seule chose qui me permettait de respirer dans ce marasme ambiant qu’était devenu mon environnement.

« Le pourrais-je vraiment ? Tout est si sombre dehors. Cet homme tapi dans l’ombre est en train de me narguer… Mais je ne peux pas… Je ne peux pas le laisser dehors à faire Dieu sait quoi… Je ne peux pas. Je suis tellement en colère… Comment peut-on faire ça à des enfants ? »

L’ambiance se mua alors et une tempête s’abattit sur nous. Mais Damian resta stoïque me tenant fermement dans ses bras. Un vrai roc tandis que tout faisait rage autour de nous. A croire que le temps faisait écho à mon tumulte intérieur. Et aussi rapidement qu’il était venu, l’orage parti en même temps que mes sanglots. Je restai encore un moment ainsi sans vraiment savoir pourquoi avant de le repousser brutalement. Nous étions trempés l’un et l’autre. De là où j’étais, je pouvais voir les gouttes perler sur sa sombre chevelure. Il resta silencieux attendant visiblement que je parle.

« Pourquoi être vous là Damian ? Pourquoi êtes-vous toujours là où je vous attends le moins ? Pourquoi est-ce vous qui apparaissez dès que je perds pied ? »

Oui. Pourquoi ne pouvais-je lui échapper ? Même au plus profond de mes rêves ?
 
WILDBIRD
 

_________________
Cause in the daylight we'll be on our own.
When virtue and modesty enlighten her charms, the lustre of a beautiful woman is brighter than the stars of heaven, and the influence of her power it is in vain to resist.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 05/08/2014
MESSAGES : 2127
POINTS : 8361



MessageSujet: Re: I don't need you here ♦ Emman   Jeu 15 Fév - 18:07



   
   Emman  :03:
   I don't need you here

L
a tempête s’abat avec force sur notre étreinte. Je sens la pluie marteler nos épaules et le vent s'acharner sur nos silhouettes chaque seconde un peu plus fort, à mesure que les doigts désespérés d'Emma se resserrent sur le tissu trempé de ma chemise. Les hurlements des bourrasques se mêlent comme une seule et unique lamentation avec les pleurs de ma Rêveuse. J'en viens à me dire que ce dérèglement au sein du songe n'est pas de mon fait, mais uniquement du sien. L'inconscient d'Emma en vient probablement à lâcher les vannes et à montrer à quel point la jeune femme est déboussolée.

Je ne trouve rien à répondre à ses dernières questions. La force de la tempête m'en empêche. Quand bien même cette attaque onirique m'atteint à peine et ne me procure qu'un léger désagrément, il serait déjà vain d'essayer d'élever la voix pour me faire entendre. Ensuite, parce qu'il n'y a aucune réponse à apporter à ce genre d'interrogation. Ni elle ni moi n'attendons autre chose qu'un lourd silence en retour à de telles sinistres constatations.

Soudain la fureur du ciel s'essouffle. Les mains d'Emma se desserrent avant de me repousser. Mais c'est elle qui finit par reculer, comme si mon simple contact lui était devenu plus désagréable qu'autre chose. Ses prunelles désormais vides de tout sanglot viennent se planter dans les miennes. Le fragile désarroi qui l'animait quelques précieux instants plus tôt n'existe plus. L'inspectrice apparaît de nouveau aussi imperméable qu'elle veut l'être d'ordinaire. Elle exige des explications sur ma constante omniprésence dans son existence. La faille qu'elle a laissé entrevoir, ses profondes faiblesses, ne sont désormais plus qu'un simple souvenir.

L'eau prise au piège dans mes cheveux ruisselle sur mon visage, pourtant je ne détourne pas mes yeux des siens. Est-ce là encore l'une de ces joutes verbales devenues habituelles entre elle et moi ? Ou est-ce autre chose ?

- Je suis là parce que tes rêves m'appellent, soufflé-je d'un timbre mue d'une neutralité impassible.

Je réduis la distance qui sépare nos deux corps trempés en avançant d'un pas.

- Je suis là parce que je dois comprendre ce qui se passe. Toi et moi, nous sommes liés, Emma. C'est toi qui l'as décidé lorsque tu as choisi de me traquer pour mes crimes. Lorsque tu as décidé de m'octroyer une place si importante dans ta vie. Dans ton esprit.

Mon bras se lève. J'effleure l'une de ses mèches de cheveux collée à son front.

- Au final, inspectrice Rosebury, je suis là parce que tu me laisses rester.


 
WILDBIRD
 

_________________
You can't catch me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-ice.skyrock.com/ En ligne

ignorante

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 30/12/2014
MESSAGES : 1403
POINTS : 6506



MessageSujet: Re: I don't need you here ♦ Emman   Sam 17 Fév - 17:17



   
   Emman  :03:
   I don't need you here

L
es bras de mon ennemi personnel m’étaient indispensables en ce moment pour me procurer cette sensation de soutien qui me manquait tant. Je ne sais pourquoi. Pourquoi lui. Toujours lui. Où que j’aille et quoique je fasse. Je ne pus m’empêcher de le lui demander. Etait-ce ma vulnérabilité qui me faisait lâcher autant prise ? J’avais l’impression que chaque fois que l’on se retrouvait en présence l’un de l’autre, Damian réussissait à entrer un peu plus en moi. D’une manière indélébile. S’insinuant dans ma vie tel le voleur qu’il était. Et que je ne pouvais rien faire contre cela. Comme si ma destinée était liée à la sienne d’une manière inexplicable. Nos regards plongés l’un dans l’autre, je me perdais dans l’azur de ses yeux sans chercher à détourner les miens. Tressaillant à ses paroles, je continuais de le fixer, ne bougeant pas d’un pouce lorsqu’il avança. Damian recommença à parler et chacune de ses paroles fit écho en moi. Il avait raison. C’était moi qui lui avait laissé prendre une telle place dans ma vie. J’avais peu à peu baissé ma garde à son contact.

« Parce que je te laisse rester… », répétai-je dans un murmure.

Ses paroles m’avaient troublés. Je ne pouvais dire que ce n’était pas vrai parce que ça l’était. Damian avait le don de me faire me remettre en question.

« Mais pourquoi rester ? Qu’as tu à y gagner ? »

Question idiote. Sois proche de tes amis mais plus encore de tes ennemis. C’est bien ce que dit l’adage non ? Si Damian restait c’était tout simplement pour savoir où j’en étais dans mon enquête. Mais maintenant pourquoi était-il là ? Depuis que l’enquête de la maison de l’horreur a commencé, je ne m’étais guère préoccupée de ce que pouvait bien faire mon voleur. Entre mes séances avec le docteur Heo et mes journées passées dans ce fichu commissariat, je l’avais complètement abandonné. Et il était là, dans l’ombre de mes peurs, m’apaisant par sa présence, aussi étrange que cela pouvait être.

« Pourquoi ne pas me laisser dans mes problèmes Damian ? Mes ennuis doivent te satisfaire non ? Tu n’as plus personne à tes basques, tu peux vaquer à tes basses besognes tranquillement ? Pourquoi ne pas simplement partir ? »

Baissant légèrement la voix, je finis

« Pourquoi t’obstines-tu à rester à mes côtés ? »

Je ne voulais pas qu’il parte et me laisse errer seule dans les ténèbres. J’avais besoin de lui. Terriblement besoin de lui sans que je ne comprenne bien pourquoi.
 
WILDBIRD
 

_________________
Cause in the daylight we'll be on our own.
When virtue and modesty enlighten her charms, the lustre of a beautiful woman is brighter than the stars of heaven, and the influence of her power it is in vain to resist.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I don't need you here ♦ Emman   

Revenir en haut Aller en bas
 

I don't need you here ♦ Emman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bana Al Quaïda parlent des 19 combattants arrêtés et de leur détermination à tuer Kabila

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: monde des songes :: Zones Urbaines.-