AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥️
» pour «

Partagez | 
 

 Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

ignorant

avatar




INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 141
POINTS : 1752



MessageSujet: Le goût de l'interdit - Chapter II /! topic à caractère choquant   Dim 18 Mar - 1:01


 
         
Cellophane & Mordicus

           

             
       
Le goût de l'interdit - Chapter II


     
         


Deux semaines venaient de s’écouler depuis la nuit où j’avais découvert une nouvelle facette de la personnalité de cette chère Cellophane. Après toutes ses années, après avoir été longtemps persuadé qu’elle n’était qu’une mégère insupportable doublée d’une chieuse de première catégorie, il apparaissait que nous ayons les mêmes goûts... particuliers en ce qui concernait la nourriture. Cette soirée avait été des plus surprenantes, entre la découverte de ma chère belle-soeur occupée à dévorer un cadavre et notre rapprochement des plus inattendu par la suite, il y avait de quoi faire. Nous nous étions laissés emportés, la faute à l’adrénaline et à l’excitation des sens, la faute à sa coupure, à son sang et au gardien de la sécurité qui avait failli nous surprendre. Tout cela avait réalisé un cocktail des plus explosifs pour nous mener au désir de l’autre sans pour autant nous avoir satisfait. Comment l’être lorsqu’il n’y avait eu qu’un baiser ? Des plus passionnés certes, mais il n’en restait pas moins qu’un baiser.

J’en voulais plus. Je la voulais et au delà de ça, je voulais la faire chavirer du mauvais côté, je voulais la faire aimer et apprécier notre secret commun, notre passion pour ses envies inavouables qui nous consumaient. Je voulais qu’elle accepte sa condition, sachant pertinemment que maintenant qu’elle y avait goûter, elle ne pouvait plus faire machine arrière, quoi qu’elle en dise. C’était bien trop puissant, intense et outrageusement délicieux pour qu’elle puisse y résister. Je voulais voir jusqu’où est-ce que je pouvais aller, jusqu’où est-ce que je pourrais la pousser avant qu’elle ne cède ou qu’elle devienne folle, au choix. Et quoi de mieux pour cela que de l’amener à un nouveau repas en tête à tête ?

Alors, j’avais pris mes dispositions. J’avais commandé un morceau de choix auprès de mes contacts. Ca m’avait coûté une petite fortune, rien n’était plus cher que la viande fraiche, d’autant plus lorsque l’on demandait un corps entier, mais ça en valait largement le coup. La livraison ce faisait en début de soirée, alors même que j’avais invité Cellophane a passé au manoir sous prétexte d’une nouvelle affaire urgente à propos de notre Eli. Evidemment, elle n’avait pas pu me le refuser. J’avais eu tout le temps de préparer ma salle tout en vacant à mes occupations habituelles avant qu’enfin, le repas ne soit livré. Il avait une place de choix, déposé soigneusement en plein milieu de la pièce sur une grande table, alors que tout autour, collés au mur, les éléments de cette cuisine si particulière avait été nettoyés et à présent, on pouvait y trouver de quoi se servir comme on le souhaitait. C’était peut-être trop théâtral, mais peut importe, cela m’amusait au plus au point, d’autant plus en imaginant les différentes réactions que j’allais pouvoir susciter chez la belle brune.

Enfin, l’heure avait sonné, tout était prêt pour le spectacle, pour la recevoir dignement. Que le jeu commence !


(c) BlackCat

_________________
Don't worry, little girl. I'm lost but still awake, waiting a miracle. I don't know why, but I hope the things will be fixed.


Dernière édition par Mordread L. Walker le Lun 19 Mar - 17:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

entravée

avatar



"You're the love that I hate
You're the drug that I take
Can you change me ?
From the monster you made me ?"
INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 203
POINTS : 1976



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Dim 18 Mar - 2:28


Le goût de l'interdit

Mordicus & Cellophane


Ses lèvres sur les miennes. Son corps contre mon corps. J'y pense et y repense constamment, ça tourne en boucle dans ma tête. Ça me rend dingue. Je commence à le voir partout, n'importe quel mec brun avec les yeux bleus me fait sursauter. J'en ai marre ! Rien de tout ça n'est logique, résonné, ça me rend malade ! Même dans le monde des songes j'arrive à tomber sur son meilleur ami qui n'hésite pas un seul instant à m'emmerder, juste pour poursuivre la mission que semble s'être confié à lui-même ce Mordicus. C'est insupportable ! Ça fait maintenant deux semaines que je me traîne des cernes de panda à cause de lui. Et dire que le boss voulait que je prenne un arrêt maladie. Et quoi, avoir encore plus l'occasion d'y penser ? Jamais de la vie. Peu importe mon état physique ! Je continue de bosser, même si, je reconnais que parfois je suis encore tentée de reproduire ma bêtise. Mais je n'y toucherais plus !

La vibration de mon téléphone stoppe la course de mon énième café vers mes lèvres. Agacée, je repose mon mug avant de regarder. Mon cœur fait un bond. Voir son nom apparaître sur l'écran m'en fout un coup. C'était inévitable si on prend en compte Eli mais là...je ne suis pas prête. Je pose mon téléphone devant moi. J'hésite. Puis finalement, l'idée que ça puisse être au sujet d'Eli – quoi d'autre de toute façon, on se tolère pour elle –  me décide à ouvrir le message. Bingo ! J'aurais préféré ne pas avoir à le voir, mais si c'est pour ma nièce adorée...Raaah. Je ne veux pas y aller. Je regarde l'heure. Il connaît bien mon emploi du temps cet enfoiré, il sait que je fini plus tôt aujourd'hui et il en profite. Pourquoi est-ce que je m'étonne encore ?

Trépignant, agacée et fébrile, je quitte mon travail. Je crois que j'ai bu trop de café. Je roule un peu vite jusque chez moi. J'ai besoin d'une douche froide pour me calmer. J'ai besoin de réfléchir et c'est sous la douche que je réfléchis le mieux. Sans même m'en rendre compte, je prends le temps de choisir mes habits avec soin. Je ne sais pas pourquoi, j'ai envie de l'impressionner. Je n'ai pas envie qu'il me regarde de haut, encore une fois. Je me promets de lui faire ravaler son sourire supérieur. Pas de maquillage à outrance, juste un peu de crayon sur les yeux. Et de l’anti-cerne quand même. Je soupire. Là-dessus, mes collègues n'ont pas tort. Je fais peur à voir. Une fois satisfaite de mon apparence, sûr d'en imposer avec simplicité et élégance, je prends mes clefs et je pars. J'espère arriver en retard, ça lui fera les pieds de m'attendre.

Je me gare devant le manoir familial avec une boule au ventre. J'ai encore plus peur que je ne l'aurais cru. J'ai peur que tout me revienne d'un coup quand je le verrais, j'ai peur...j'ai peur d'avoir encore ces drôles d'envies. Plus j'y pense et plus je me sens tentée. Comment peut-on à ce point haïr une personne et la désirer en même temps ? D'autant plus qu'il est hors de question que je franchisse le pas avec un gars pareil. Le mari de ma sœur en plus ! Je tape sur mon volant, nerveuse. Non non, il ne faut pas penser à ça. Je rentre, je lui fait cracher le morceau et je repars, c'est tout ! Le cœur au bord des lèvres, je sonne. Comme je m'y attendais, un domestique m'ouvre. Évidemment, pourquoi monsieur se donnerait la peine d'aller me chercher ? Il me scrute de la tête aux pieds. Roh ça va Rodolphe fais pas comme si tu ne me connaissais pas ! Pourquoi les hommes se sentent obligés de reluquer quand on est un peu plus apprêtée ? Et pourquoi, au nom de quoi, je me suis apprêtée au juste ? Je donnerais l'excuse d'un rendez-vous galant pour partir plus tôt. Oui, c'est bien.

Retenant un facepalm je m'avance sans même attendre l'autorisation mais le valet m'interrompt dans ma course pour m'indiquer une autre direction. Je lève les yeux au ciel, d'accord, monsieur a changé de bureau, très bien, allons-y. Je suis donc docilement Rodolphe qui me guide jusqu'à une porte à laquelle je n'avais jamais fait attention. Normal, elle se trouve à des kilomètres de la porte d'entrée, dans le coin le plus reculé du manoir. Non mais qu'est-ce qu'il prépare ? Je blêmis. Il a peut-être juste prévu de m'éliminer. C'est possible après tout, moi-même j'y ai pensé. Mais...non ça ne tient pas debout. Non, Mordicus veut juste m'emmerder, comme d'habitude ! Énervée au possible, je n'attends pas que le valet frappe pour ouvrir, je m'empare de la poignée et ouvre la porte à la volée.

« Bon Mordicus dépêche toi de cracher le morceau, je dois repartir rapidement pour un rendez-v... » Ma bouche reste entrouverte sur ma fin de phrase qui ne sortira jamais tandis que mes yeux s'agrandissent d'horreur et de surprise devant la scène qui s'impose à moi. C'est un guet apens. Il a osé. Je déglutis avec difficulté. Il est là, devant une table sur laquelle trône un corps, entrain d'insérer... une pomme ? Entre les dents de la personne. Mon sang ne fait qu'un tour. Comment ose-t-il ? Je me retourne pour faire demi-tour et repasser la porte, mais celle-ci est déjà fermée. J'essaie de tourner la poignée mais je n'y arrive pas. Je n'arrive plus à penser. Mon cœur s'est emballé dû à la peur et mon esprit refuse de coordonner mes membres. Je me sens soudain comme une proie. Je veux sortir d'ici !
MademoizelleZ

_________________

« Hold on, you only have one family. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant

avatar




INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 141
POINTS : 1752



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Dim 18 Mar - 20:08


 
         
Cellophane & Mordicus

           

             
       
Le goût de l'interdit - Chapter II


     
         


A la dernière minute, alors que j’attendais l’arrivée de Céleste avec impatience, je m’assurais que tout était en place. Eli n’était évidemment pas présente ce soir, les domestiques se feraient discrets comme à leur habitude, j’avais fini de me préparer et la mise en scène de notre repas était parfaitement réalisée. A présent, j’analysais la pièce, debout au pied du cadavre. Chaque détail était présent, des ustensiles disposés sur la cuisine à la garniture que je m’étais appliqué à réalisé autour de notre dîner. Mais néanmoins, il manquait toujours quelque chose à mon goût. Un élément qui ferait la différence.Une pomme. Une pomme entre les dents du cadavre attendant d’être déguster. Tel la coutume que l’on appliquait aux porcs à une époque. Je souriais de mes idées, même si ouvrir la bouche d’un mort pour y glisser le fruit s’averait plus difficile que prévu.

J’y étais presque pourtant, j’étais sur le point d’avoir fini lorsque la porte s’ouvrit à la volée, dévoilant ma très chère invitée. Mon sourire s’agrandit tandis que mon regard se pose sur elle, percutant et provocateur. Je la détaille en me relevant lentement. Elle s’est déjà tue devant le spectacle, après avoir évidemment commencé par vouloir rapidement expédier notre entrevue. Je me régale de son visage figé par la surprise et l’effroi, de sa réaction tant attendue alors que mon coeur à fait un bon explosif dans ma poitrine. Mon regard se promène sur son corps, sur cette robe qui épouse si parfaitement ses formes. Elle s’est apprêtée, elle s’est même maquillée, légèrement - on parle de Céleste, ne l’oublions pas. Evidemment, pour son soit disant rendez-vous galant, ce prétexte ridicule qu’elle s’est employée à me sortir. Elle n’a jamais su mentir. Elle est superbe sans en faire trop, même si ce compliment ne sortira jamais de ma bouche.  Je n’ai pas le temps continuer à me rincer l’oeil qu’elle se retourne pour fuir, pauvre petite chose piégée dans la tanière du loup. Elle est incapable d’ouvrir la porte, elle reste là, immobile alors que j’ai quitté ma place, m’avançant lentement vers elle tout en reprenant l’admiration de son corps et que mon sourire reste gravé sur mon visage.

Je sais qu’elle est incapable d’y résister, je sais que ça l’obsède au point de pouvoir craquer à nouveau maintenant et tout de suite. Je sais qu’il ne suffira que d’un petit coup de pouce de plus à sa seule réaction. Mes derniers doutes s’étaient envolés à la seconde où j’avais croisé son regard. J’attrapais son bras, la forçant à se tourner et à me faire face, à faire face à sa folie et à ses envies qu’elle s’évertuait à enterrer au plus profond d’elle-même. J’allais la pousser jusqu’au cadavre, la torturer au point qu’elle n’en puisse plus, la tenter jusqu’à ce qu’elle me supplie d’en avoir. J’étais prêt à le faire jusqu’à ce que mes yeux se laisse happés par les siens. Je ne calcule rien et me laisse aller à la brutale envie de mon coeur en l’embrassant à la volée. Je prends ce qui m’appartient déjà, ce que mon être réclame depuis des jours. C’est totalement irrationnel, avoir autant envie d’elle tout en voulant autant la faire souffrir, la mépriser et avoir envie de l’étrangler à chaque fois qu’elle ouvre la bouche pour parler tout en voulant la prendre à même la porte. Mais j’ai arrêté d’y penser, mon cerveau s’est fait la malle au moment où ma langue à retrouvé la sienne, que mon corps s’est éveillé pour faire place au désir qui me mène à la plaquer contre la porte alors que la passion m’envahi déjà. Mes mains ont quittés son visage pour l’emprisonner, pour ne pas qu’elle s’échappe alors que notre baiser prends fin, pour avoir tout le loisir de plonger dans ses prunelles colériques en réponse à mon sourire satisfait et intéressé. Je risque la baffe pour ça, même si pour le moment elle ne peux rien faire, semblant éternelle prisonnière de mes bras, tout comme la dernière fois.

« Ravi de te voir aussi ma chère Cellophane. Je nous ai préparé un repas de choix, je suis sûr que tu vas adorer...»




(c) BlackCat

_________________
Don't worry, little girl. I'm lost but still awake, waiting a miracle. I don't know why, but I hope the things will be fixed.


Dernière édition par Mordread L. Walker le Lun 19 Mar - 11:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

entravée

avatar



"You're the love that I hate
You're the drug that I take
Can you change me ?
From the monster you made me ?"
INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 203
POINTS : 1976



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Dim 18 Mar - 21:18


Le goût de l'interdit

Mordicus & Cellophane


Cette satanée de poignée ne répond pas ! Comment ça fonctionne bon sang ? Vite ! « Ouvrez-moi ! » Je crie en espérant que cet enfoiré de Rodolphe libère le passage, même si je sais au fond de moi qu'il ne fera jamais ça. Il ne va pas mettre des bâtons dans les roues de son cher employeur. Il couvre toutes ses conneries, même les plus sordides et macabres apparemment. Je ferme les yeux un instant. Je regrette tant d'être venue. J'aurais dû me méfier. S'il y avait réellement eu des problèmes scolaires pour Eli, c'est à son école qu'on se serait retrouvés...Je me mords la lèvre inférieure, angoissée. Je sens sa présence dans mon dos. Il s'est rapproché. Son parfum flotte autour de moi et déjà je sens mes sens partir en vrille. Non pas encore...Mon cœur tambourine tandis qu'une boule de stresse se forme au fond de ma gorge. Que va-t-il faire cette fois ? Je sens sa main attraper mon poignet et d'un mouvement brutal me forcer à me retourner. J'essaie de lui lancer un regard mauvais mais c'est un regard douloureux qui transparaît. Celui de mon évident tiraillement intérieur.

Ses lèvres contre les miennes. Son corps contre le mien. N'avais-je pas déjà éprouvé cela auparavant ? J'ai un mouvement de recul mais pas suffisant. Je tremble toute entière, emportée par cet échange brutal et passionné, cet étrange sentiment d'attraction et de répulsion. Un gémissement étouffé s'échappe de ma bouche lorsqu'il me plaque à la porte. Rodolphe entend-il ce qui se trame dans cette pièce ? Les lèvres de Mordread sont chaudes et tandis que sa langue vient guider la mienne je sens que je m'abandonne à cette fougue qui m'est toute nouvelle. Comme si je voulais compenser ces jours entiers à y penser, à imaginer davantage, sur la base d'un souvenir brûlant dans mon esprit. Une fois de plus la seule musique qui résonne en moi est celle de mon cœur qui bat si fort qu'il semble vouloir sortir de ma poitrine. Pourquoi est-ce si douloureux et délicieux à la fois ? Je me hais de tant aimer ça alors que mes mains viennent s'accrocher au bas de sa chemise comme on se raccroche à une bouée de sauvetage.

Puis ses mains qui maintenaient fermement mon visage se déplacent. Je devrais en profiter pour fuir, je le sais, mais ses lèvres me retiennent prisonnière malgré moi. Je n'arrive pas à mettre fin à ce baiser. Je devrais pourtant le repousser, lui coller une gifle et sortir de cette pièce mais c'est impossible. D'autant plus impossible que déjà son étreinte me retient contre lui. Je n'ai pas la force de m'échapper, je le sais, alors à quoi bon essayer. Ou peut-être que tu te voiles la face et que tu veux vraiment ça ? Encore cette fichue voix. Mordread rompt le baiser, éloignant son visage. Toujours haletante après cet échange, mon expression se mue en colère furieuse dès que mes yeux se posent sur son sourire insupportable. Pour lui tout n'est qu'un jeu. Je ne suis qu'un défi pour lui ! Je ne dois pas me laisser avoir ! J'essaie de me dégager. En vain.

Sa voix résonne de loin, mais ce que je lis sur les lèvres me glace le sang. Il a tout calculé. De nouveau la peur habite mon regard. « N...non je ne veux pas. » J'imagine le corps étendu sur la table derrière Mordread. Je repense à la jolie blonde qui a fait les frais de ma folie. Je repense à ce que j'ai ressenti en y goûtant, à cette frénésie, à cette euphorie qui m'avait gagnée toute entière. Tu le désires. Non ! Je secoue la tête de droite à gauche en fermant les yeux. « Je ne veux pas en remanger ! Je t'en supplies... » De nouveau mon regard, brillant de larmes, cherche le sien. J'espère encore un peu de pitié mais je sais que je pourrais tout autant parler à un mur. Il ne se départi pas de son sourire, de son assurance. Il est dans son élément. De nouveau, je me sens acculée. Je sais très bien que s'il reproduit les mêmes gestes...je vais encore me faire avoir. Pourquoi j'ai mis cette robe ? Pourquoi je me suis maquillée ? Je sors ma dernière carte. « Je...je dois aller à mon rendez-vous. Il...il m'attend. Il...il va s'inquiéter.... » Je suis sur le point de sangloter. Il ne faut pas. On est tellement près l'un de l'autre...Un violent frisson me parcourt l'échine.
MademoizelleZ

_________________

« Hold on, you only have one family. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant

avatar




INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 141
POINTS : 1752



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Lun 19 Mar - 12:27


 
         
Cellophane & Mordicus

           

             
       
Le goût de l'interdit - Chapter II


     
         


Le piège s’est refermé. Elle est à ma merci, tout autant incapable de me résister que de résister au reste. Elle n’essaie même pas de se débattre, elle n’essaie pas de fuir alors qu’elle le pourrait. J’ai beau être un connard, je sais m’arrêter quand il le faut, je sais lorsqu’une femme n’a pas envie que je la touche, et Cellophane n’entre pas dans cette catégorie. Pas après un tel baiser, pas après l’avoir senti s’accrocher à ma chemise. Il n’y a que son regard colérique qui me transperce, ses tentatives désespérées de me faire changer d’avis, de ne pas la forcer à accepter l’inévitable. Elle a beau dire le contraire, elle a beau me supplier du regard, cela ne fait qu’attiser mon mépris pour elle, celui qui m’habite pour elle depuis tant de temps. La frontière me semble terriblement mince entre la haine et le désir, entre l’envie qui fait tambouriner mon coeur dans ma poitrine et celle de me repaitre de son dégout d’elle même. Je suis horrible, à vouloir autant la pousser à bout, à vouloir la rendre folle, mais peut-être que derrière toute cette passion nouvelle se cache une méthode pour la faire souffrir. Je n’ai pas envie d’y penser et d’ailleurs, sa dernière phrase met fin à mes interrogations du moment.

M’éloignant, je me détache d’elle pour mieux lui faire face, pour mieux la jauger. Je semble hésiter, juste pour lui faire croire qu’elle a encore le choix avant de m’éloigner pour m’approcher du cadavre, en faisant le tour pour le lui présenter tel un le met de choix qu’il représente réellement.

« Jeune homme d’une trentaine d’années, fauché par une maladie incurable. Heureusement pour nous, son corps est parfaitement intact... »

J’alliais le geste à la parole, me présentant devant les instruments fraichement installés pour faire mon choix avant de m’approcher à nouveau du corps. Je lançais un regard à la brune tout en incisant une première fois le corps, laissant le sang gicler de la plaie avant de s’écouler sur la table. Je n’avais rien à faire de toutes ses paroles, je n’en avais rien à faire de tous ses mensonges, ni même de son état, en fait. J’ignorais le fait qu’elle tremble, qu’elle semble tellement avoir peur. Je m’amusais comme un fou et je savais que rien que l’odeur du sang réveillerais ses instincts, si mon charme n’était pas suffisant à le faire. Je me sentais moi-même extatique depuis la seconde même où j’avais commencé à entailler la peau de l’homme. J’essuyais mon couteau en le portant à mes lèvres, juste pour y goûter un peu malgré que quelques gouttes s’était déjà échouées sur mon visage et mon costume. Je le dégustais avec un plaisir que je ne retenais pas, glissant ma langue sur mes lèvres, laissant l’excitation gagner, ses merveilleux sentiments d’effervescence m’envahir. Lorsque je rouvrais les yeux, n’ayant même pas eu conscience de les avoir fermés, je tombais sur Cellophane alors qu’un soupire trahissant mon état s’échappait de mes lèvres. Allait-elle restée plantée là ou allait-elle se décider à me rejoindre ? Allait-elle céder si facilement ? Non, il en faudrait plus, évidemment. Mais j’aimais tant la provoquer...

« Je suis sûr que tu veux y goûter... Je suis sûr que tu en rêves, que tu ne pense plus qu’à ça.... Que ça t’obsède, nuit et jour, sans le moindre répit... »

Mes mots avaient provoqués mes pas, me menant droit vers elle, à nouveau, sans lâcher son visage du regard alors que je reprenais son bras pour l’amener prêt de la table, me glissant derrière elle tel un fauve. Elle ne pourrait pas m’entendre, mais elle pourrait me sentir, moi et mes mains baladeuses qui se glisse sur son corps alors que je l’entraine jusqu’à mon objectif. Mes doigts s’invitent sur sa peau nue, sur ses cuisses que sa robe dévoile bien trop pour que j’y résiste. Elle le savait, c’est bien pour ça qu’elle avait enfilé une robe aussi courte n’est-ce pas ? J’essaie de garder le contrôle, déjà gagné par mes envies exacerbées. J’en viens à l’embrasser dans le cou, à humer son parfum entêtant, à laisser mes doigts remonter sur ses hanches, à remonter encore et à s’aventurer sur la naissance de sa poitrine. J’ai déjà le souffle court, une centaine d’idées perverses dans la tête. Qu’elle cède, qu’on en finisse.. Ou plutôt qu’elle résiste, cela ne ferait que m’exciter davantage.



(c) BlackCat

_________________
Don't worry, little girl. I'm lost but still awake, waiting a miracle. I don't know why, but I hope the things will be fixed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

entravée

avatar



"You're the love that I hate
You're the drug that I take
Can you change me ?
From the monster you made me ?"
INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 203
POINTS : 1976



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Lun 19 Mar - 16:12


Le goût de l'interdit

Mordicus & Cellophane


N'écoute-t-il donc pas ? Est-ce que j'affiche tant que ça l'image d'une femme incapable d'avoir un rendez-vous galant ? Parce que si ce n'est pas le cas, il en a carrément rien à faire de ce que je lui dis. Comment fait-il pour ne pas montrer son trouble ? Mon visage se décompose alors qu'il s'éloigne de moi pour vanter les mérites du cadavre sur la table. Une maladie incurable ? N'est-ce pas alors complètement insensé de vouloir en manger ? Je le regarde comme s'il était fou. Mais il ne se perturbe pas pour autant. Je suis dans l'incompréhension la plus totale. Qu'attend-t-il de moi au juste? Je tremble de nouveau. J'ai l'impression que toute la chaleur de l'excitation m'a quittée d'un coup. Comment est-ce possible de passer d'un ressenti à un autre aussi rapidement. Il n'y a pas une minute je le désirais comme jamais et là de nouveau je le hais. Je pourrais le tuer !

Toujours le dos à la porte je le regarde s'emparer d'ustensiles coupants. Je pourrais en profiter pour m'enfuir mais le spectacle me fascine, mon dégoût pour moi-même me fige. Mordicus le sait. Il le sait tellement bien qu'il peut être maître de lui. Il m'accorde un regard en coin comme une invitation. Je ne me souviens pas de l'avoir autant méprisé qu'en cet instant là. Il commence l'incision d'un mouvement précis qui pourtant laisse le sang gicler. J'ai un petit sursaut à cette vision. Mon cœur s'accélère alors que je le vois porter le sang à sa bouche. Comment ose-t-il m'imposer ça ? Ma main se repose sur la poignée. Je suis indécise, le voir se lécher les lèvres réveille en moi des souvenirs contradictoires. Sa bouche contre la mienne, le goût du sang. Ma poitrine se soulève rapidement. Je ne sais plus ce que je veux....Tu veux le goûter. Comme si la voix de Mordicus ne suffisait pas à me le rappeler !

Je fais non de la tête à ses paroles suivantes, sans grande conviction évidemment puisqu'il n'hésite pas à nouveau se rapprocher, à m'attraper le bras pour me guider vers la grande table. Son regard et son assurance m'hypnotisent. Après un léger mouvement de recul, mes jambes ne me répondent plus et mes pas suivent les siens sans faire d'histoires. Comment puis-je me laisser aller ainsi ? Pourquoi mes actes et mes paroles disent tout et l'inverse ? Les larmes au bord des yeux, le cœur au bord des lèvres, mon regard se pose sur l'homme étendu tout près de moi, encore chaud, comme s'il dormait, comme la blonde. Je frissonne alors que je sens le corps de Mordread derrière moi, puis ses mains qui se glissent sur ma peau. Je me crispe. Mon cœur commence à se déchaîner comme un fou. Jusqu'où compte-t-il aller ? Ma bouche laisse échapper un soupir tandis que la sienne se pose sur ma nuque. Oh mon dieu est-ce que je suis entrain d'apprécier ?

Je sens sa respiration s'accélérer tant il souffle sur mon cou, ses mains se font plus aventureuses. Je ne peux pas accepter ça. Non ! Que va dire Victoria ? Sa propre sœur ! Encore cette voix...Je me dégage de cette étreinte malsaine pour me remettre face à lui. J'en ai presque oublié le défunt. Cette fois une nouvelle vague de colère m'envahit. « Qu'est-ce que tu attends de moi à la fin ?! » Je le fusille du regard en plantant mon index accusateur dans son thorax. « Quel est ton but ? Tu n'as pas assez de grognasses autour de toi pour t'amuser ? » Je sais très bien comment il est. Je suis probablement la dixième de la journée sur laquelle il pose ses mains. Je ne m'en sens pas flattée oh ça non. Je me dégoûte d'avoir apprécié. Pourquoi faut-il qu'il soit le premier à éveiller ce genre de désirs en moi ?
MademoizelleZ

_________________

« Hold on, you only have one family. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant

avatar




INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 141
POINTS : 1752



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Lun 19 Mar - 17:36


 
         
Cellophane & Mordicus

           

             
       
Le goût de l'interdit - Chapter II


     
         


Tout avait pourtant si bien commencé. Je l’avais menée jusqu’au dîner sans le moindre obstacle, je m’étais même montré des plus aventureux, persuadé qu’il ne lui faudrait plus grand chose pour céder. Je m’étais laissé emporté par mes désirs, par mes envies qui la réclamait à présent, oubliant presque le cadavre, le goût du sang qui me restait en bouche alors que j’embrassais son cou avec passion. Je la sent frissonner, je capte le soupir qu’elle n’arrive pas à retenir, provoquant de multiples frissons chez moi alors que mes doigts découvre ce corps inconnu. J’ai tellement envie d’elle à cet instant que j’ai oublié la première raison de sa présence ici. J’en oublie même à quel point j’aime la torturer. Mais elle fini par se dégager de notre éteinte, elle se refuse à moi pour me faire face. Sans surprise, son regard me fusille, elle est encore plus en colère qu’avant maintenant, mais je n’ai toujours pas reçu de baffe, ce qui est bon signe. Elle adore ça et si elle ne me pointait pas de son doigt accusateur, j’aurais déjà repris ses lèvres pour l’embrasser avec fougue. Je m’en mordais la lèvre tellement j’en avais envie. Mes mains mourraient d’envie de la soulever pour l’emmener ailleurs, pour la découvrir encore, pour enlever cette robe tellement superflue. Je lui rirais bien au nez à ce qu’elle me sort, à cette petite crise colérique qu’elle me fait, mais cela ne ferait que la braquer, c’était contre-productif.

A la place, je lui offre un sourire, celui que je sais qu’elle déteste alors que mes yeux la dévore. Cette situation m’excite encore plus, mes doigts s’amusent toujours à effleurer sa peau, impatients d’en avoir plus.

« Voyons Cellophane, tu es bien grossière. Ca n’a rien à voir avec elles... »

Je la cherche encore, j’adore ça, beaucoup trop pour ne pas le faire. Je la détaille, je m’en mords la lèvre avant de reprendre, laissant mes doigts quitter ses cuisses pour revenir sur ses hanches.

« Ce que je veux, c’est que tu manges, c’est aussi simple que ça.»


Je me gardais d’en dire plus, de parler de mon désir irrépressible d’elle, après tout elle n’était pas si idiote que ça, elle pouvait le comprendre toute seule. Quant à l’explication de pourquoi elle, il ne valait mieux pas en parler pour le moment. Je reprenais le couteau que j’avais déposé sur le coin de la table avant de le lui présenter, l’invitant à le prendre, à se servir maintenant que j’avais fait la première entaille.



(c) BlackCat

_________________
Don't worry, little girl. I'm lost but still awake, waiting a miracle. I don't know why, but I hope the things will be fixed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

entravée

avatar



"You're the love that I hate
You're the drug that I take
Can you change me ?
From the monster you made me ?"
INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 203
POINTS : 1976



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Lun 19 Mar - 19:02


Le goût de l'interdit

Mordicus & Cellophane


Je vois que ça ne le laisse pas de marbre, mais pas de la manière dont je le désire, du moins...pas à ce moment-là. Il me dévore du regard, se mord la lèvre avec envie et tout mon corps a envie de répondre à cet appel. J'ai appris à mes dépends combien les baisers de Mordicus sont affreusement addictifs. Pourtant je ne dois pas céder à cette impulsion. Je ne dois surtout pas lui donner l'impression qu'il me contrôle, même si je suis sûre que dans sa petite tête d'égocentrique c'est déjà le cas. Et revoilà son sourire insolent, celui-là même qui me met hors de moi. Mon désir passe à la seconde place pour laisser la première à ma fureur. Oh il a osé me dire ça ! Cette fois la baffe fuse. Une gifle, bien placée, sûrement bruyante. En tout cas, elle m'a permise de me décharger un peu de ma tension. « Moi grossière ? Venant de toi c'est un comble ! » Ma main me brûle. Mon corps entier brûle devant son expression et sous ses doigts encore collés à mes cuisses.

Je suis rentrée dans son jeu malgré moi, je vois bien que ça l'excite et m'en apercevoir m'empêche de réfléchir. Ses mains se déplacent, je devrais le repousser, je devrais le faire, mais j'en suis incapable, le feu me monte une fois de plus aux joues. Je n'arrive pas à admettre que ce jeu brutal m'intrigue au point d'y participer pleinement. Pourtant sa remarque suivante me fait de nouveau blêmir. Il me laisse davantage d'espace pour pouvoir s'emparer du couteau et me le proposer. Mes yeux fixent les traces de sang sur celui-ci. Ma bouche se met à saliver malgré moi. Je lève un regard douloureux sur Mordicus. « Pourquoi tu veux me pousser à faire une chose aussi peu normale Mordread ? Je t'ai dit que je ne voulais plus en manger, alors pourquoi tu insistes ? »

Il sait à quel point c'est difficile pour moi. Il sait que la tentation est grande, sinon je ne serais pas toujours là. Je le hais de me faire ça. Je me hais d'être aussi curieuse. Je tente de gagner du temps. « Pourquoi t'es aussi à l'aise avec ça ? Ça fait combien de temps que tu...que tu.... ? » Je désigne d'un geste de la main le cadavre derrière moi. Mes prunelles accrochent les siennes. Combien de chances j'avais pour qu'un membre de ma famille, et ça me fait mal de dire ça à propos de Mordicus, ait déjà goûté la chair humaine ? La fureur est retombée, seul le questionnement persiste. Mon cœur bat la chamade, mon corps tremble encore. Je veux savoir, je veux comprendre. Alors peut-être que les décisions seront plus faciles à prendre.
MademoizelleZ

_________________

« Hold on, you only have one family. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant

avatar




INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 141
POINTS : 1752



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Lun 19 Mar - 20:17


 
         
Cellophane & Mordicus

           

             
       
Le goût de l'interdit - Chapter II


     
         


La baffe est partie. Je reçois toute la colère de Céleste dans la gueule alors que sa main fend l’air pour s’échouer sur mon visage. Aoutch. Ma joue me lance, je met une seconde ou deux à m’en remettre, grimaçant avant que mon sourire ne réapparaisse aussi sec. Je l’ai méritée, je le sais, encore heureux que j’en ai l’habitude. Elle est loin d’être la première à m’en donner une, c’est le risque quant on joue avec les femmes. Quand on leur fait croire mont et merveilles pour obtenir ce qu’on veut avant que la réalité ne frappe à la figure. Manque de chance pour elle, ça ne fait que m’exciter encore plus. Elle m’a réveillé cette baffe, si je n’avais pas un minimum de respect pour elle je serais déjà passé à l’acte, je l’aurais fait mienne sans attendre. Pourtant, je me retiens encore, je me contente de déplacer mes mains sur elle en prenant mon mal en patience. Elle m’a donné cette baffe mais ne m’a pas repoussé pour autant, au contraire, ses joues prennent à nouveau une jolie teinte, elle est horriblement craquante ainsi, tout mon corps en frissonne de désir. Elle blêmit à nouveau lorsque ses yeux se posent sur le couteau dégoulinant de sang, je vois qu’elle va craquer, je l’ai eu, enfin !

Ma joie retombe aussi vite qu’elle est venue face à son regard. Qu’elle arrête donc de me regarder de cette manière, qu’elle arrête d’essayer de gagner du temps avec ses paroles. Putain, faut vraiment qu’elle fasse chier en toute occasion. Je suis patient, mais pas au point de supporter ses lamentations. « Mais pourquoi ci, mais pourquoi ça.... » Parce que t’en crève d’envie andouille, tu devrais me sucer pour le repas que je t’offre. Un met de cette qualité ne se refuse pas, j’ai eu suffisamment de mal à me le procurer pour qu’elle ne le gâche pas. Mais je ne peux pas lui dire ça. Je me retiens de lever les yeux au ciel, je respire un coup pour ne pas m’énerver ou céder à mes envies qui commencent à se faire la malle. A nouveau, la haine reprends place alors qu’elle me pose ses questions. Mon regard se fait plus dur, j’en ai marre d’attendre, j’en ai marre de ses questions, tellement marre que je ne la touche même plus. C’est si difficile pour elle d’écouter ses envies ?

« Comme tu voudras. »

Elle n’a pas pris le couteau, si bien qu’au final, je m’active à sa place, choisissant de la devancer sur le cadavre. Je m’en rapproche, me détournant d’elle pour découper un morceau dans la chair, espérant qu’une bouchée me soit salvatrice. Heureusement, à peine la viande était-elle dans ma bouche que toute once de colère disparait pour faire place au plaisir. Ca fond dans la bouche, on ne m’a pas menti sur la marchandise, c’est juste....

« Délicieux... »


(c) BlackCat

_________________
Don't worry, little girl. I'm lost but still awake, waiting a miracle. I don't know why, but I hope the things will be fixed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

entravée

avatar



"You're the love that I hate
You're the drug that I take
Can you change me ?
From the monster you made me ?"
INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 203
POINTS : 1976



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Lun 19 Mar - 21:27


Le goût de l'interdit

Mordicus & Cellophane


Je ne sais pas ce qui se trame dans sa tête mais à son regard rien de bon. De nouveau, le désir laisse place à des prunelles glaciales. Tout aussi glaciales que l'absence de ses mains sur mes hanches. Encore une fois, je me frapperais bien d'avoir fait une telle constatation.... Alors comme ça on n'aime pas la discussion Mordicus ? Agir sans penser aux conséquences c'est bien plus facile n'est-ce pas ? C'est comme ça que t'as fini par mettre Victoria en cloque, c'est avec ce genre d'attitude irresponsable que tu la trompes sans vergogne ! Même avec moi, sous prétexte que tu nous as trouvé un point commun ? Et moi je me suis laissée faire ! J'ai failli tomber dans le panneau, tout ça à cause d'un coup de folie !

A la fois déçue et soulagée que la tension soit retombée entre nous, je peux me recentrer sur les choses raisonnables. Et visiblement j'ai mené la patience de mon cher hôte à bout. Je n'aurais apparemment aucune de mes réponses. Il m'ignore royalement pour repasser devant la table se servir. Je jette un œil malgré moi sur la scène, frémissante. C'est terriblement tentant, mais ce serait faire ce qu'il veut, c'est hors de question, d'autant plus que je me sens incroyablement vexée pour que ça ne me fasse pas hésiter trop longtemps. De nouveau la colère reprend le dessus.

S'il refuse de m'écouter, s'il refuse de répondre à mes questions, il ne sert plus à rien que je reste ici. Ses lèvres s'agitent, je crois comprendre ce qu'il dit. Et bien je fais effectivement comme je le veux et je décide qu'il est temps de mettre fin à cet entretien. Je sais pas ce qui m'a pris d'accourir pour ses beaux yeux. Je m'en veux tellement de m'être pris la tête pour un connard pareil pendant ces deux longues semaines. Il ne le mérite absolument pas. Il n'existe que parce qu'il est le père d'Eli. Remettant ma robe en place, je me dirige vers la porte de la pièce. Respirer le même air que cette ordure me débecte. Je n'aurais qu'à oublier ce qui vient de se passer et m'en tenir au strict minimum avec lui.

Ma main se pose sur la poignée avec inquiétude. Tout à l'heure, je n'ai pas réussi à l'ouvrir, c'était bien sous le coup de la panique n'est-ce pas ? Ce n'est pas Rodolphe qui nous a enfermés ? Il n'y a qu'une chose à faire pour le savoir. J'actionne le mécanisme aussi calmement que me le permettent ma peur et ma colère, puis avec une joie difficilement dissimulée, je parviens à ouvrir la porte. A moi le retour à la maison. Je m'engage vers la sortie d'un pas assuré, mes talons claquants sur les dalles du couloir. Cette nuit, tu me le paieras Mordicus.
MademoizelleZ

_________________

« Hold on, you only have one family. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant

avatar




INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 141
POINTS : 1752



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Lun 19 Mar - 22:41


 
         
Cellophane & Mordicus

           

             
       
Le goût de l'interdit - Chapter II


     
         


Dégustant mon diner, j’attends avec impatience qu’elle cède enfin à la tentation. J’ai capté le regard qu’elle m’a jeté alors que j’avalais le morceau de viande. Mais je suis trop confiant, une fois de plus. Mon regard glisse sur elle alors qu’elle remet sa robe. Elle s’éloigne, visiblement vexée que je ne réponde pas à ses questions. Elle ose franchir la porte, sans même se retournée alors que mon sourire de satisfaction s’est évanoui pour faire place à ma colère. Je l’avais mauvaise, très mauvaise. Je me maudissais d’être aussi peu patient même si avec elle, je ne l’avais jamais été. Elle avait l’art de me mettre en boule et cette fois ne faisait pas exception. Parfait ! Qu’elle s’en aille, cette gourde, qu’elle aille à son faux rendez-vous et qu’elle ne vienne pas miauler quand elle n’en pourra plus. Je serrais les poings, ayant de sérieux scénarios des plus meurtriers en tête. Et puis merde !

Je grognais, je grimaçais de colère en m’élançant à sa suite, je courais en espérant qu’elle n’ai pas encore passé la porte, la traitant mentalement de tous les noms possibles et imaginable en me maudissant au passage. C’était pas mon genre de courir avec les filles, mais ça l’était encore moins de courir après Cellophane ! J’allais l’étrangler avant qu’elle puisse s’enfuir. Comme si j’allais la laisser partir, comme si j’allais perdre le contrôle, lui laisser le choix. C’était hors de question. Ce fut à deux mètres de la porte d’entrée que je la rattrapais, profitant de l’effet de surprise du fait qu’elle n’entende pas pour l’attraper par le bras, la plaquant contre le mur le plus proche sans ménagement.

« Tu crois pouvoir t’enfuir comme ça ? Tu crois vraiment que je te laisserais partir aussi facilement ?! »


Les muscles tendus, mes mains l’encadraient de par et d’autre de son corps pour ne pas qu’elle s’échappe alors que je grimaçais, laissant la colère se transcrire dans mes mots alors que mon regard se faisait plus violent que jamais. Je me haïssais de ne désirer que ses lèvres et de vouloir lui demander de rester. Un violent frisson me parcourait, j’en tremblait presque de rage avant d’essayer de me reprendre. Mais c’était peine perdue.

« Tu veux savoir pourquoi j’insiste ?! Parce que je sais ce que c’est d’être à ta place ! Je sais à quel point la faim peut être puissante et à quel point ça peut te rendre folle ! »

Je me haïssais bordel, j’étais pas censé lui dire ça, mais c’était sorti tout seul. J’avais craché des mots, je n’étais pas certain qu’elle ai compris et cette idée me soulageait. Je ne voulais pas dire ça. Je ne voulais pas lui donner l’impression d’être faible alors que j’avouais en avoir quelque chose à foutre de son existence. Je ne voulais pas qu’elle croit que notre rapprochement me foutais autant la tête à l’envers qu’elle, même si elle se gardait bien de me le dire. Parce qu’évidemment c’était un prétexte. Tout ce cirque n’était qu’un beau spectacle pour cacher la vérité. Bien que je sois encore totalement confus sur la situation, je voulais la faire craquer autant que je la voulais tout court, ça au moins c’était limpide. Alors, incapable de continuer mon discours, je l’embrassais avec fougue qui avait repris le pas sur la colère pour menez à une passion dévorante. Je frissonnais contre sa langue, contre ses lèvres que je ne voulait plus relâchées une fois de plus. C’était plus fort que moi.


(c) BlackCat

_________________
Don't worry, little girl. I'm lost but still awake, waiting a miracle. I don't know why, but I hope the things will be fixed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

entravée

avatar



"You're the love that I hate
You're the drug that I take
Can you change me ?
From the monster you made me ?"
INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 203
POINTS : 1976



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Mar 20 Mar - 11:58


Le goût de l'interdit

Mordicus & Cellophane


Je manque de faire une crise cardiaque alors que je sens de nouveau qu’on me tire par le bras. La force du geste me retourne pour me faire écraser brutalement contre le mur. Je grimace de douleur, puis je relève la tête vers mon bourreau. Mordicus n’aime pas qu’on lui dise non. Mordicus est un homme qui a toujours eu ce qu’il voulait puisqu’il est né avec une cuillère en argent dans le cul. Je le hais. Mon regard le dit. La colère m’envahit de nouveau. Je n’ai qu’une envie, c’est de lui cracher au visage. S’il avait pu me tuer avec ses yeux, je serais déjà morte à l’heure qu’il est. J’ai rarement senti autant de violence dans un regard. Je l’observe sans rien dire. Je sais bien que tenter de m’échapper ne sert à rien tant que nous restons dans cette posture. J’ai l’impression d’être toute petite, écrasée par sa fureur. Blablabla, oui j’ai cru pouvoir partir.

Je soupire, agacée. Qu’est-ce qu’il va me sortir cette fois le beau parleur capricieux ? Je fixe ses lèvres pour être sûre de ne rien manquer. Son introduction m’énerve déjà. Oui je veux savoir abruti, viens-en au fait maintenant. La suite, elle, me désarme. Alors il a vécu la même chose… Est-il en train d’avouer qu’il se soucie de moi ? Ou joue-t-il le bon samaritain pour se déculpabiliser auprès de ma sœur ? Cette seconde option n’a aucun sens…elle ne connaît sûrement pas les penchants peu conventionnels de son mari. Mes yeux remontent pour aller capter ceux de Mordread, interrogateurs, dénués de toute haine cette fois. Pourquoi moi bon sang ? Pourquoi est-ce qu’il avait fallu que ça tombe sur moi ? Et pourquoi avec lui ? Pourquoi son regard a-t-il de nouveau changé ? Même si je connais à présent ce regard, même si je sais ce qui va suivre je suis incapable de dire quoi que ce soit. Je ne sais pas ce que j’attends. Au contraire, tu le sais très bien. Pourquoi je devrais admettre ça ?

Impuissante face au désir de Mordread réveillant le mien, je réponds à son baiser sans marquer davantage d’hésitation. J’aurais voulu ne l’avoir jamais rencontré. J’aurais voulu qu’il ne soit pas le mari de ma sœur, j’aurais voulu qu’il ne soit pas Mordread Walker. J’aurais voulu le découvrir pour la première fois par ce baiser et pouvoir m’y abandonner sans toutes ces arrière-pensées. J’aurais voulu que tout soit plus simple. Mais avec un karma comme le mien, c’est impossible n’est-ce pas ? Mon cœur bat la chamade, mon corps entier brûle de nouveau pour ce tyran. Je le désire autant que je le hais. Jusqu’où cela-va-t-il me mener ? Est-ce que je pourrais toujours me regarder en face dans un miroir si je m’abandonne entre ses bras ?

Instinctivement, mes mains se glissent dans son dos, mes doigts accrochant de nouveau son pull. Je l’embrasse jusqu’à en perdre mon souffle, c’est à la fois grisant et douloureux. Le poids la culpabilité pèse sur ma poitrine. Alors que je sens la fin du baiser arriver, je plonge mon regard dans le sien, de nouveau, haletante. Convaincue par les deux semaines horribles que je viens de passer que je ne couperais pas à mes nouvelles obsessions, et encore moins après tout ce qui vient de se produire, je décide de me jeter dans la gueule du loup. « D’accord, je ne partirais pas. Mais…. » Mais quoi ? Quelles exigences j’ai au juste ? « …laisse-moi juste aller à mon rythme. » J’avais horriblement envie d’y goûter de nouveau, même si j’avais essayé de me persuader du contraire. Ses lèvres encore entrouvertes me donnent envie de l’embrasser de nouveau, je dois me faire violence pour ne pas le montrer. Je ne suis pas prête à mener quoi que ce soit, moi l’inexpérimentée. Je baisse les yeux, j’attrape sa main et je l’entraine vers la pièce que je viens de quitter. T’as perdu la tête Celeste. Oui je suis devenue complètement folle.

MademoizelleZ

_________________

« Hold on, you only have one family. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant

avatar




INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 141
POINTS : 1752



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Mar 20 Mar - 14:33


 
         
Cellophane & Mordicus

           

             
       
Le goût de l'interdit - Chapter II


     
         


J’ai paniqué, c’est aussi simple que ça. C’est la seule explication plausible à ce qui se passe en ce moment. J’ai fondu sur ses lèvres pour arrêter mes conneries, pour ne plus lui dire des choses que je pourrais regretter par la suite. Lui dire que je tenais à elle était déjà bien assez gros comme ça. C’était faux, de toute façon, enfin… J’en savais rien. Une chose était sûre, c’est qu’une fois de plus elle ne me repoussait pas alors que je fondais sur ses lèvres. Je m’y réfugiais, je voulais l’empêcher de partir, de s’enfuir aussi facilement. Alors qu’elle s’accrochait à moi, je sentais mon cœur virer fou dans ma poitrine. Trop d’émotions contradictoires, trop de tout, il n’était plus capable de suivre, tout comme mon cerveau qui s’était arrêté à la porte de ses lèvres. Pourquoi faut-il que j’y sois si accro d’un coup ? Ca ne me ressemble pas, rien de ce qui s’est passé n’est normal, à commencer par la préparation du repas. Depuis quand je faisais autant d’efforts pour quelqu’un ? De surcroit pour Céleste ?

J’abandonnais les armes en relâchant sa bouche, grisé et sonné par l’échange, par la colère retombée et l’envie d’elle se mélangeant pour ne plus former qu’un brouahah intense. Nos regards s’accrochent, je tombe dans ses yeux qui semble en vouloir plus alors que je me redresse. Elle peut partir, la route est libre, je n’essayerais plus de la retenir, pas cette fois, pas encore. Ses mots m’arrivent aux oreilles, j’y crois à peine, je suis persuadé qu’elle bluffe, j’arrive pas à croire ce qu’elle me sort avant qu’elle ne prenne ma main pour me ramener jusqu’à la salle secrète d’elle-même. Je rêve, je suis en train de rêver, c’est pas possible autrement. Ce n’est qu’un piège, elle compte me tuer une fois la porte passée, une fois nos mains séparées. C’est con, ça fait un bail que je n’ai pas ressenti ça, que je n’ai plus tenu quelqu’un de cette manière. C’est idiot mais ça me déstabilise, je ne sais plus quoi penser, je n’ai toujours rien dit alors qu’elle me traine jusqu’au cadavre.

La vision de celui-ci me réveille quelque peu. L’odeur et la vue du sang surtout. J’ai faim et je sais qu’elle aussi. Au final, j’ai obtenu ce que je voulais et c’est cette idée qui ravive mon sourire. Mais à quel prix ? Je dégluti avant de repousser cette scène dans ma tête. Profiter du dîner, voilà ce qui nous attendait à présent. Ayant retrouvé de ma superbe, je fais le tour du corps en relâchant ses doigts, j’ai presque hésité à l’embrasser encore mais l’appel du sang est bien trop fort, le besoin se fait à présent bien trop ressentir. Je ramasse le couteau que j’avais lâché dans ma course, le mettant de côté pour en sortir un autre de la petite collection que j’avais concoctée. Mes yeux se perdent sur le cadavre, puis sur l’ouverture que j’ai faite pour en prendre un morceau. J’hésite à me resservir. J’hésite à la servir elle ou à lui proposer le couteau. Mon regard vogue alors sur Céleste, une fois n’est pas coutume, je lui offre un sourire sincère, même si ça me crève le cœur de le faire. J’crois que c’est la première fois depuis qu’on se connait. Ma main part à sa rencontre, créant une invitation silencieuse pour qu’elle me rejoigne.



(c) BlackCat

_________________
Don't worry, little girl. I'm lost but still awake, waiting a miracle. I don't know why, but I hope the things will be fixed.


Dernière édition par Mordread L. Walker le Mar 20 Mar - 21:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

entravée

avatar



"You're the love that I hate
You're the drug that I take
Can you change me ?
From the monster you made me ?"
INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 203
POINTS : 1976



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Mar 20 Mar - 19:48


Le goût de l'interdit

Mordicus & Cellophane


Me traitant de tarée jusqu'au bout je ne peux m'empêcher de ressentir une certaine satisfaction à tenir sa main ainsi. Étonnamment, il ne la retire pas et me suit docilement. Je crois que j'ai réussi à le surprendre pour une fois. C'est si nouveau pour moi. Mais...c'est...agréable comme contact. Je grimace à l'idée d'avoir trouvé ça doux, mais je ne suis plus à ça près...Je sens encore ses lèvres sur les miennes et je dois faire des efforts surhumains pour penser à autre chose. Même si mes pas jusqu'à la fameuse pièce semblent décidés, mon cerveau, lui, bouillonne encore de questionnements. Est-ce vraiment une bonne idée ? Bien sûr que non. Vais-je quand même aller jusqu'au bout ? Très certainement. Un de mes plus gros défauts c'est de ne pas revenir sur mes paroles et j'ai en quelques sortes fait une promesse à Mordicus. Je sens que je vais m'en mordre les doigts. Peut-être que je me cherche des excuses. Sûrement en fait. Je crois que je réalise que je ne suis pas une aussi bonne personne que je me plais à le penser et ça me fait mal.

La vue du corps étendu ravive quelques souvenirs cuisants. De nouveau je me sens perdue. Une violente pulsion m'amène tout près tandis que de nouveau mon cœur bat violemment à mes tempes. Je suis tendue. Affreusement tendue. La vision et l'odeur du sang fait ressortir chez moi quelque chose que je déteste et que je ne me connaissais pas. Une bestialité d'une violence considérable et irrépressible si j'hésite trop longtemps. J'en serre la main que je tiens si fort que je m'aperçois que je l'avais déjà oubliée. Je jette enfin un regard à Mordicus qui a repris sa place de maître de maison, à l'aise. De nouveau, un rictus que je déteste prend place sur ses lèvres, il est insupportable à se croire au-dessus de tout. Sa paume quitte la mienne, délicatement cette fois puis il fait le tour du corps, comme un prédateur autour de sa proie, prêt à manger. Mon ventre se serre alors que je sens ma bouche saliver. L'odeur du sang est si forte à présent et la faim que je ressens n'a rien d'ordinaire.

Je suis prête à laisser Mordicus agir le premier. Je le vois ramasser le couteau précédent, le mettre de côté, pour en prendre un autre. Je suis anxieuse et fascinée. Il est si équipé que cela doit faire longtemps....pour lui. Était-il vraiment dans le même état que moi la première fois ? Ai-je envie d'être aussi sereine face à ça par la suite ? Ai-je envie d'en faire une habitude ? Mon corps a recommencé à trembler comme un fou. Je ne sais plus si c'est la peur ou l'excitation, un mélange des deux peut-être. Mon regard se pose sur le visage de Mordi..Mordread. Il observe sa précédente incision et je peux voir dans son regard comme ça l'attire. De nouveau un drôle de sentiment me traverse. Mes yeux suivent le même chemin que les siens et je me sens comme happées par le muscle rouge qui semble m'appeler. Comment est-ce possible ?

Un mouvement de Mordread attire mon regard. Je relève brusquement la tête, sur le qui-vive, puis je le vois me sourire. Un vrai sourire. Un que je n'avais jamais vu sur son visage. Mon cœur loupe un battement et je sens de nouveau mon visage chauffer. Je ne l'avais jamais trouvé beau jusqu'à présent et maintenant, il me trouble comme jamais auparavant. Peut-être qu'en réalité, je suis en train d'halluciner tout ça. J'ouvre la bouche pour prononcer quelque chose mais je n'y arrive pas et finalement mes yeux se posent sur la main tendue de mon hôte. Il me tend le couteau. Je fixe l'objet comme s'il s'agissait d'un objet sur le point d'exploser. Je sais que si je le prends, j'accepte tout ce qui va suivre. Je n'aurais plus d'excuses. Je sais que je signerai mon pacte avec le Diable pour de bon.

Mes yeux vont du couteau à la plaie ouverte. L'odeur du sang est entêtante, tout comme le parfum de Mordread qui flotte autour de moi. Je peux encore reculer, je peux encore partir. Mais tu veux y goûter. Dois-je encore essayer de me persuader du contraire ? Tu te demandes s'il aura un goût différent de la fille! Je ferme les yeux quelques secondes tandis qu'un frisson me parcourt. Si je n'avais pas de raison, je ne serais pas entrain de parlementer avec moi-même. Pourquoi j'en ai tant envie et pourtant, je ne franchis pas le pas ? Lâche. Non, je suis quelqu'un de raisonnable, je sais que c'est mal de faire ça. Mais pourtant tu le veux. Non...oui...Je ne sais plus.... Fais-le! Comme si j'avais été giflée par cette petite voix, j'obtempère, levant ma main tremblante à la rencontre de celle qui tient patiemment le couteau. Doucement je referme mes doigts sur le manche métallique, effleurant la paume de Mordread au passage, ajoutant à mon hésitation. Je sais qu'il n'attend que ça, je sais qu'il va jubiler, et pourtant son sourire de tout à l'heure me donne envie de croire qu'il veut vraiment m'aider. M'aider à devenir une bonne cannibale ? C'est étrange.

Un violent frisson me parcourt de nouveau mais je suis hypnotisée par l'entaille. Tremblante d'indécision, j'enfonce la lame dans la chair tendre. Et comme avec la jeune femme, j'en découpe un morceau. Toujours avec précaution, je le glisse dans ma bouche. C'est encore tiède étonnamment. Le goût se répand sur ma langue, j'ai l'impression de perdre la tête. Mon rythme cardiaque s'accélère encore. Pourquoi est-ce si bon ? J'ai l'impression de ne plus être moi-même. Je replonge sur l'entaille, je recommence. Je deviens fébrile, je ne m'arrête plus, j'oublie la présence de Mordread tandis que je me gave comme une affamée, perdant toute retenue, comme s'il fallait que je rattrape la frustration de ces jours cumulés. Je me fais honte et pourtant, je continue, encore et encore. La chair a un goût de plus en plus salé, est-ce que..je pleure ?
MademoizelleZ

_________________

« Hold on, you only have one family. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant

avatar




INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 141
POINTS : 1752



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Jeu 22 Mar - 15:43


 
         
Cellophane & Mordicus

           

             
       
Le goût de l'interdit - Chapter II


     
         


En voyant à nouveau Céleste rougir, mon sourire s’agrandirait presque. Je lui laisse le choix, je ne la forcerais plus, elle viendra d’elle même, même si tout en elle doit lui crier qu’elle ne devrait pas. Je l’observe fixer le couteau que je lui présente, hésiter, puis passer à la chair qui semble nous attirer l’un comme l’autre. C’est une pulsion malsaine et incontrôlable, je ne le sais que trop bien. Même maintenant, je me surprends à ne pas me contrôler totalement. La faute au tourbillon d’émotions résonnant encore en moi, sa faute à elle, vile tentatrice avec sa robe trop courte. Je ne peux d’ailleurs pas m’empêcher de la reluquer, c’est plus fort que moi alors que j’essaie de maîtriser mon appétit pour lui laisser la place. Je veux qu’elle se laisse aller sur ce cadavre, aller savoir pourquoi rien que l’idée à le dont d’exciter ma curiosité, ainsi que tous mes autres sens. Je ne veux pas seulement qu’elle cède, je veux jouir d’avoir un tel contrôle sur elle, car je sais qu’une fois qu’elle aura pris une bouchée, elle ne pourra plus s’arrêter.

Enfin, elle cède. Enfin, elle s’empare de l’instrument des plus tranchants que je tiens patiemment avant de me rejoindre devant le corps. Je l’observe, la laisse prendre son temps sous mon regard appréciateur. Elle tremble encore, sans doute indécise avant d’entamer la chair à son tour, avant que le premier morceau ne disparaisse dans sa bouche et que mon sourire se transforme. Je jubile en la voyant, les yeux fixés sur elle alors que je me suis décalé, faisant une nouvelle fois le tour du cadavre tel un prédateur attendant son tour pour avoir sa part du gâteau. Je peux voir tous les sentiments d’extase la traversant, je m’en nourris au même titre que le reste, c’est tout aussi délicieux sans que j’arrive à comprendre pourquoi ça me fait autant d’effets. Elle ne s’arrête plus, seuls ses instincts primaires semblent avoir pris le dessus sur le reste. Mon sourire s’agrandit au fur et à mesure des secondes qui s’écoulent, qu’elle se gave comme si elle n’avait rien manger depuis des jours. Etais-je comme ça moi aussi ? Oui, évidemment, mais je me garderais bien de le lui dire, comme beaucoup d’autres choses. Le sang coule, s’étalant sur son visage alors que seuls les bruits de son acharnement résonnent dans la pièce.

Puis, je remarque son désarroi, je vois ses larmes venir s’échouer sur ses joues alors qu’elle ne s’arrête plus, qu’elle a déjà bien entamer le corps du jeune homme mort prématurément. J’hésite à la laisser comme ça, à juste apprécier ma victoire et à la voir devenir folle à en être dégoûté d’elle-même. Mais cela va à l’encontre de mes belles paroles, de cette petite voix qui me chuchote que je dois agir si je veux que ce ne soit pas la première et la dernière fois. Je soupire en roulant des yeux, au final, il vaut mieux que j’agisse si je veux en avoir encore et c’est cette idée qui me pousse à revenir dans son dos. Je pose mes mains sur elle à nouveau, les glissant en dessous de ses bras avant de les remonter et de la tirer à moi. Cela n’a rien de doux ou de sensuel, je l’oblige à reculer contre mon torse, à lâcher sa prise en sachant qu’il est inutile de vouloir l’arrêter en signant ou par l’une ou l’autre méthode, pas dans son état, c’est impossible. Ainsi contre moi, je l’immobilise le temps qu’elle se calme, essayant d’être le moins brusque possible, qu’elle reprenne pieds avec la réalité.


(c) BlackCat

_________________
Don't worry, little girl. I'm lost but still awake, waiting a miracle. I don't know why, but I hope the things will be fixed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

entravée

avatar



"You're the love that I hate
You're the drug that I take
Can you change me ?
From the monster you made me ?"
INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 203
POINTS : 1976



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Jeu 22 Mar - 18:02


Le goût de l'interdit

Mordicus & Cellophane


Je sens un liquide chaud couler doucement le long de ma mâchoire pour aller se glisser au creux de ma poitrine. Je ne sais pas s'il s'agit de mes larmes ou du sang du jeune homme. La chair est délicieuse, même si elle n'est pas aussi délicate que celle de l'ange blond qui a croisé mon chemin au mauvais moment il y a deux semaines. Je dévore sans discontinuer, tremblant comme jamais. J'ai oublié où je me trouve. Avec qui. Qui je suis.

Je sursaute alors que je sens que l'on m'attrape par derrière. J'essaie de lutter d'abord. Non je ne veux pas arrêter. On me demande de tout lâcher, mais de quel droit ? Mes talons me paraissent si instables. La personne insiste, la personne est forte. C'est un homme. Il m'éloigne du corps. Je vois l'éclat du couteau qui tombe. L'odeur du sang se fait moins entêtante. Un parfum me parvient aux narines. Je le connais, c'est celui qui me fait tourner la tête depuis quelques jours. Ma lutte cesse. Mon corps me semble lourd soudain et tout me revient à l'esprit comme une puissante gifle. S'il ne me tenait pas, je crois que je serais déjà au sol.

Je n'ose pas regarder Mordread. Je lui tourne encore le dos, me laissant aller contre lui avec gratitude, tant qu'il me tient ainsi c'est une bonne excuse. Est-ce qu'il me berce ? Non il ne faut pas rêver. Pour le moment, je suis bien comme ça. Mais il va finir par me lâcher et m'obliger à lui faire face en affichant un sourire victorieux. Il me dira qu'il avait raison. Il va me poursuivre avec ça. Je ne voulais pas lui donner raison. Je ne voulais pas.... Mes larmes coulent désormais à flot. Je sanglote, honteuse, encore quelques instants. Laisse moi encore quelques instants Mordread que je me reforge une carapace face à tes remarques perfides. Soit bon joueur. On ne tire pas sur un homme à terre.

Lorsqu'enfin mes larmes se tarissent et que mes tremblements se calment, je lève mes mains vers mon visage pour essuyer à défaut d'autre chose. Ma robe n'est pas faite d'un tissu absorbant. Mais la vision du sang sur mes doigts me refroidit. Je ne tiens pas à me faire des peintures de guerre. Je m'éloigne doucement, toujours dos à lui, recroquevillée sur moi-même, fuyant tout contact visuel, espérant juste qu'il m'écoute. « Je....je pourrais avoir un mouchoir s'il te plaît ? » La respiration se fait difficile, mon nez ne va pas tarder à couler. Est-ce que je suis à ça près ? Est-ce que je n'ai déjà pas perdu toute dignité devant lui ? Anxieuse, j'attends qu'il se passe quelque chose, je guette du coin de l’œil mais il est hors de question que je montre mon visage.
MademoizelleZ

_________________

« Hold on, you only have one family. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant

avatar




INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 141
POINTS : 1752



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Ven 23 Mar - 10:13


 
         
Cellophane & Mordicus

           

             
       
Le goût de l'interdit - Chapter II


     
         


Comme je l’avais deviné, la demoiselle se débat tel un lion en cage alors que je la maintiens contre moi avec force. Cela ne dure que quelques secondes heureusement, avant qu’elle se fasse une raison et que son corps réagisse de lui-même. Je la retiens à nouveau, mais cette fois pour ne pas qu’elle s’effondre au sol, même si cette seule vision d’elle serait jubilatoire, je la laisse prendre le temps de se remettre. Elle évite mon regard alors que je retiens quelques répliques cinglantes à son encontre. Je vaux mieux que ça, l’attaquer maintenant serait bien trop facile. Néanmoins, ma prise sur elle se fait plus douce avant qu’elle ne s’en échappe finalement, s’éloignant de moi pour reprendre contenance alors que je l’observe toujours, m’appuyant contre l’élément de cuisine derrière moi. J’essaie de ne pas me jeter sur le cadavre à mon tour, de lutter contre cette envie de plus en plus forte. Je profite de sa demande pour me retourner et respirer calmement, pour me reprendre moi aussi tant qu’elle s’obstine à ne pas vouloir croiser mon regard. Je suis partagé entre toutes mes envies, entre ma folie et mon envie d’elle qui n’a pas faibli.

Quand enfin, je me sens capable de lui faire face, c’est avec assurance que je me tourne vers elle tout en m’emparant d’un mouchoir. J’hésite à le lui tendre avant de me raviser, tendant mon bras à sa rencontre pour l’obliger à me faire face, après tout elle ne verrait rien, elle serait capable d’étaler tout le sang qu’elle pouvait avoir sur elle. Sans compter le fait qu’ici, je voulais qu’elle comprenne qu’elle pouvait être elle-même sans avoir la moindre honte. Ou tout cela n’était un énième prétexte ? C’est possible. Dans tous les cas, je ne lui laissais pas le choix une fois encore.

Mes yeux se posent sur son visage toujours en larmes, sur tout le sang qu’elle a autour de sa bouche et celui qui s’est glissé dans son cou, s’écoulant jusqu’à sa poitrine. Adieu la robe, mais tant pis, elle n’était pas si jolie que ça de toute façon. Mon sourire fier s’est effacé pour faire place à un regard transperçant alors que je viens essuyer ses larmes sans toucher au sang, il est bien trop précieux, j’ai envie d’en profiter. Ainsi, une fois mon œuvre achevée, une fois qu’elle est plus présentable et que je suis satisfait, ce sont mes lèvres qui viennent parfaire le travail en un baiser volé alors que je resserre ma prise sur elle. Je goûte ce sang qui nous attire, je laisse mes pulsions reprendre le dessus, mon cœur reprendre ses battements effrénés alors que mes mains s’invitent à nouveau sur son corps. Il n’y a pas besoin de mots, il n’y a que le désir explosif qui parle à présent, cette redécouverte dont je sais déjà que je ne pourrais plus me passer. Je ne quitte ses lèvres que pour m’aventurer dans son cou, puis sur sa poitrine me semblant offerte comme un nouveau délice. Mon dieu, j’en perds totalement la tête.



(c) BlackCat

_________________
Don't worry, little girl. I'm lost but still awake, waiting a miracle. I don't know why, but I hope the things will be fixed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

entravée

avatar



"You're the love that I hate
You're the drug that I take
Can you change me ?
From the monster you made me ?"
INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 203
POINTS : 1976



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Ven 23 Mar - 10:57


Le goût de l'interdit

Mordicus & Cellophane


Bon il se décide ? Il doit bien avoir même une serviette dans sa drôle de salle à manger. C’est affreusement long…il prend son temps. Ça se trouve il est même parti…Je sursaute une nouvelle fois, il est encore là finalement, il veut que je me retourne, il veut évidemment que je me montre mon visage. Je refuse, je lutte mais je n’ai plus de forces. Mes yeux évitent les siens mais finalement ses prunelles insistantes ont raison de moi. Etonnamment il n’y a aucune moquerie, aucun sourire. Il est…concentré. Avec application, il s’emploie à sécher mes larmes. Je le laisse faire trop surprise pour réagir. C’est étrangement tendre et délicat. Bizarrement, ça m’apaise. Mon rythme cardiaque se calme. Peut-être que pour une fois, je me laisser aller à ce qu’on prenne soin de moi ? C’est plaisant mais aussi ironique. La seule personne à avoir déjà fait ça pour moi c’est Victoria.

Un léger, très léger sourire triste se révèle au coin de ma bouche à cette pensée. Mais je n’ai pas le temps de m’étendre. Déjà, ses lèvres ont rejoint les miennes animées d’un désir dévorant. Je frémis, et puis je ferme les yeux. Je me laisse emporter par l’envie communicative de Mordread. De nouveau, il m’envoûte par son baiser. J’oublie que l’homme que j’embrasse est mon pire ennemi, qu’il n’est pas à moi. Mon cœur est reparti au triple galop tandis que ma langue répond à celle de Mordread, plus assurée cette fois, comme si c’était évident. Haletante, je relâche ses lèvres presque avec regret mais lorsque je comprends ce qu’il fait mes yeux se rouvrent de nouveau. Sa bouche parcourt le chemin du sang, doucement. C’est perturbant. Grisant. Excitant. Effrayant tant mon désir est monté en flèche à ce seul contact. Ma bouche s’entrouvre mais seul un soupir s’échappe, même si j’ai un peu peur je crois.

Peur que ça n’aille trop loin et que je laisse faire. Je sens sa langue et ses lèvres descendre de plus en plus bas, de plus en plus près de mes seins. Je me crispe légèrement. Je ne sais pas si je peux laisser faire. Je suis affreusement excitée, mais jamais un homme n’a posé ses lèvres à cet endroit-là. Puis-je laisser cet homme-là le faire ? Ne vais-je pas tout regretter ? Mais je n’ai pas envie que ça s’arrête….Je rougis de plus en plus, je ferme les yeux, je me laisse de nouveau aller, la tête légèrement en arrière, haletante. Je sens toute la violence du désir de Mordread à travers ses baisers, sa façon de me tenir… S’il va plus loin je…. « A..attends je….je n’ai jamais… » Je me tais. Mon dieu qu’est-ce que je viens de dire. A Mordicus en plus. Rouge comme une pivoine, gênée comme jamais, je m’attends à ce qu’il se moque de moi. Celeste l’inexpérimentée. Je m’en veux affreusement d’avoir laissé échapper ça. C’est comme avouer que je le désire aussi. Pourquoi se mentir, c’est le cas n’est-ce pas ? Oui. Je ne sais pas pourquoi. Tout a changé si vite en moi.
MademoizelleZ

_________________

« Hold on, you only have one family. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant

avatar




INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 141
POINTS : 1752



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Sam 24 Mar - 9:30


 
         
Cellophane & Mordicus

           

             
       
Le goût de l'interdit - Chapter II


     
         


Le désir à prit le dessus sur tout le reste, le goût du sang mélangé à celle de sa peau me fond tourner la tête alors que mes gestes parlent d’eux même, ma bouche partant à la rencontre de la moindre parcelle de peau à découvert. Je me suis déjà aventuré à la naissance de ses seins, récoltant avec minutie toute trace de sang présente, m’abreuvant des réactions de la belle qui ne me repousse plus. J’ai oublié toute la haine que je peux lui porter habituellement, il n’y a plus que l’appel du corps et de la luxure, d’un désir incontrôlable qui gronde en moi alors que sa réaction à mes baisers m’encourage, que mes doigts partent dans son dos pour tenter de la débarrasser de cette robe trop gênante. Je n’en ai pas le temps avant qu’elle n’ouvre la bouche et que ses mots me stoppent dans mon élan.

Je relâche sa peau de mes lèvres pour retrouver son regard, affichant un sourire que je ne peux pas contrôler. Alors la petite Cellophane n’a encore jamais couché ? S’est-elle seulement déjà retrouvée dans ce type de situation ? Je ne peux que y croire en essayant de ne pas montrer à quel point cela peut me faire jubiler. Ca devrait m’arracher un sourire moqueur, mais c’est un sourire intéressé qui trace mes lèvres. A croire que la nouvelle ne fait qu’amplifier mon envie d’elle. Que rêver de mieux que d’être sa première fois après tout ? Cette idée me ravi plus qu’elle ne me choque, je comprends mieux toute la timidité dont elle avait pu faire preuve lors de notre premier repas. Ce n’était pas entièrement moi le problème, mais plutôt son inexpérience. J’aurais bien le temps de la taquiner avec tout ça plus tard.

« Alors nous allons bien faire les choses... »

Elle est belle, avec ses joues rouge de gêne et son visage trahissant à quel point tout ce que je lui fais peu lui faire de l’effet. Je m’en mords la lèvre avant de l’embrasser encore, bien plus passionnément, finissant d’enlever sa robe pour découvrir ce corps dont les formes font bondir mon coeur dans ma poitrine. Je ne profite pas du spectacle tout de suite, glissant mes mains sous ses cuisses pour qu’elle s’accroche à moi, l’emmenant à la chambre à quelques mètres de là. Hors de question de faire ça ici, hors de question de la lâcher, ne serait-ce qu’une seule seconde. Je voulais faire les choses dans les règles, je voulais que sa première fois soit inoubliable. Après tout, j’étais un vrai gentlemen. Je nous conduis jusqu’à mon lit, ne perdant pas de temps en venant l’y déposer avant de m’éloigner d’elle, la dévorant du regard tandis que je la détaille. Mes yeux la parcourent, apprécie ses sous-vêtements, laissant mes doigts caresser son corps, s’accrocher à ses courbes avant que je ne me redresse, restant tout contre elle tout en la surplombant. Mon regard revient vers le sien alors que je déboutonne ma chemise, prenant mon temps en ne la lâchant pas des yeux. Elle doit en profiter, elle doit tout découvrir et je me régale à l’idée d’être son professeur particulier. Je joue le jeu, la laissant apprécier à son tour ce que je lui offre avant d’envoyer ma chemise quelque part et d’attaquer mon pantalon. Je brûle pour elle, mon être entier veut s’abandonner au plaisir et à l’excès qu’elle suscite en moi mais je prends mon temps, revenant vers son visage, l’embrassant encore, la titillant de ma langue repartant à la conquête de son corps tout comme mes mains qui la caresse, la serrant au plus près de moi à m’en faire frémir. Bientôt, il n’y aura plus que sa peau nue sous mon regard, plus que ses soupirs se mêlant aux miens.


(c) BlackCat

_________________
Don't worry, little girl. I'm lost but still awake, waiting a miracle. I don't know why, but I hope the things will be fixed.


Dernière édition par Mordread L. Walker le Mer 4 Avr - 21:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

entravée

avatar



"You're the love that I hate
You're the drug that I take
Can you change me ?
From the monster you made me ?"
INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 203
POINTS : 1976



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Mer 4 Avr - 21:17


Le goût de l'interdit

Mordicus & Cellophane


Je redoute tant sa réaction. Il va se moquer c'est sûr. Je suis prête à repartir, les joues en feu, ma dignité au plus bas. Pourtant, rien ne se passe comme je m'y attends. Un sourire s'étire sur ses lèvres, j'ai soudain le sentiment d'être une proie. C'est le moment de fuir ma vieille. Mais mon corps  reste immobile. Je suis tétanisée par mes propres mots, par la violence de mon désir pour cet homme, par la peur qu'il profite de cette faiblesse. Il me dévisage, puis des mots franchissent ses lèvres sans que je ne les entende. Ce que je lis m'arrache une expression de surprise, mais je n'ai que le temps d'apercevoir sa bouche produire un mouvement sexy avant de fermer les yeux, me laissant envoûter par un énième baiser ardent. Où trouve-t-on soudain toute cette passion ? Sûrement dans la haine que nous nous sommes voués depuis toutes ses années.

Je le sens me déshabiller, je sens ses mains explorer mon corps. Mon cœur tambourine comme un fou sous ses doigts, sous ses lèvres, j'ai peur mais je n'ai pas envie que ça s'arrête. Le tissu de ma robe m'effleure le long de sa descente au sol, me fait frissonner. Soudain je sens les mains de Mordread passer sous mes cuisses, mes yeux fermés par le stress ou par l'envie de savourer, je ne sais pas, s'ouvrent d'un coup. Son regard de braise ne me donne pas d'autres choix, pas d'autres envies. Incertaine pourtant, j'entoure son cou de mes bras et il me soulève sans efforts contre lui. On ne va quand même pas déjà ? Ici ? Je me blottis en tremblant contre lui, le visage enfouit dans son cou. Je ne sais pas ce que je veux, j'ai peur soudain. Il se met à bouger, il m'emmène ailleurs. J'ouvre les yeux pour regarder par-dessus son épaule tandis qu'il avance à grandes enjambées. J'aurais juré voir son valet refermer la porte derrière nous discrètement dans l'obscurité qui assaille désormais le manoir.

Nous entrons dans une pièce que je ne connais pas, et pour cause, il s'agit de sa chambre. Il me dépose sur le lit, s'allonge à côté de moi, me détaille. Je me sens si gênée. Mes joues chauffent. Il laisse de nouveau ses doigts retracer mes formes avec une sensualité qui me désarme. Il me surplombe, me domine. Ma poitrine se soulève hâtivement, tandis que je frissonne à chaque contact.  Je l'observe à mon tour, je me raccroche à une action sensée, du moins, je l'espère pour me donner contenance. Il se déshabille à présent, prenant son temps, dévoilant son torse. Oh je n'ai aucun mal à comprendre pourquoi il suscite tant d'émoi auprès de ces dames. Je ne me sens pourtant pas privilégiée de l'avoir pour moi ce soir. Mais déjà son regard me saisit et je ne suis plus capable de le lâcher.

Il continue à retirer ses vêtements avec une assurance non feinte alors que moi je me sens déjà si nue ainsi. Il est si près que je peux sentir la chaleur qui émane de son corps malgré le mien qui me semble brûlant. J'ai peut-être de la fièvre ? Je dois délirer n'est-ce pas ? Tout ceci n'est pas réel ? Mais comment ne pas y croire avec ces lèvres qui m'embrassent passionnément ? Je ferme à nouveau les paupières, j'oublie ce qui m'entoure. Inconsciemment ma main se glisse derrière sa nuque. Oh non il va penser que j'en veux davantage....trop tard Celeste. Il continue sa délicieuse torture sur mon corps, je ne me souviens même pas quand il m'a retiré mes sous-vêtements, ni quand il a achevé de retirer les siens. Nos corps se frôlent ou se touchent. Son parfum m'envoûte mais ses baisers plus encore. J'en perds la tête. J'ai peur de ce qui va suivre et je le désir pourtant ardemment. Où Diable es-tu passée ma raison ?
MademoizelleZ

_________________

« Hold on, you only have one family. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant

avatar




INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 141
POINTS : 1752



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Mar 10 Avr - 15:12


 
         
Cellophane & Mordicus

           

             
       
Le goût de l'interdit - Chapter II


     
         


Je dévore son corps, autant de ma bouche que de mes yeux alors que je m’aventure sur ses courbes, ne revenant vers son visage que lorsque mes lèvres réclament déjà un nouveau baiser. Elle est brûlante, tout son corps semble pris d’un désir de plus en plus intense alors que je la torture doucement. Tout cela est bien loin de ce dont j’ai pris l’habitude, loin du corps de toutes les autres que j’ai pu découvrir. Ou pas d’ailleurs. Cela fait bien longtemps que je n’ai pas pris mon temps pour faire les choses ainsi. Il serait facile de passer à l’acte tout de suite, d’en finir avec ce plaisir de plus en plus ardent qui réclame toute mon attention, mais cela gâcherait les choses.

Mes yeux se posent sa poitrine, accompagnant mes doigts. Je ne fais que frôler sa peau, descendant sur son ventre, m’arrêtant à la lisière de son intimité avant de remonter, accrochant son regard en mordant ma lèvre, avide de plus alors que je me prends à penser à quel point je peux aimer ce que je vois, à aimer ce corps qui n’a encore été révélé par quiconque. Je m’en sens privilégié, je l’avoue, d’autant plus qu’il s’agit de Celeste, la Celeste. Celle-là même qui ne bouge plus depuis quelques minutes, depuis que je l’ai déposée sur mon lit. Oh j’ai bien senti qu’elle en crevait d’envie, tout comme j’ai entendu ses soupirs et frissonné alors qu’elle glissait sa main dans ma nuque pour m’attirer à elle, espérant en avoir plus, mais ce n’est pas suffisant. Laissant un sourire appréciateur étirer mes lèvres, je m’écarte d’elle, la surplombant de nouveau. Je veux qu’elle me touche, qu’elle me découvre elle aussi,  qu’elle profite de ce qu’elle ne connait pas encore. Je m’empare d’une de ses mains, l’attirant à moi, la portant jusqu’à mon torse alors que je l’encourage à aller plus loin, la guidant alors qu’elle semble totalement perdue dans le flot de sensations qui s’offre à elle, comme légèrement déconnectée de la réalité. Nous avons tout notre temps, quand bien même tout mon être la réclame. Je veux qu’elle vive le moment, qu’elle en prenne du plaisir,  moi qui me fiche bien de ce genre de choses avec les autres. Mais ne comparons pas l’incomparable. Celeste n’a rien à voir avec elles. Celeste n'a même rien à voir avec ma femme. Celeste est magnifique lorsqu’elle arrête enfin de me fusiller du regard pour comprendre que je ne suis pas que l’homme qu’elle déteste. Celeste fait battre mon coeur plus vite, elle me fait perdre la tête alors que ses mains s’aventurent enfin sur mon corps et que je me laisse aller à soupirer sous ses doigts.


(c) BlackCat

_________________
Don't worry, little girl. I'm lost but still awake, waiting a miracle. I don't know why, but I hope the things will be fixed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

entravée

avatar



"You're the love that I hate
You're the drug that I take
Can you change me ?
From the monster you made me ?"
INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 203
POINTS : 1976



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Jeu 12 Avr - 16:21


Le goût de l'interdit

Mordicus & Cellophane


Il se redresse me laissant haletante, perdue. Il m'observe d'une nouvelle manière, ses yeux parcourent mon corps en même temps que ses doigts me frôlent. J'en frisonne. C'est délicieux. Tout mon être répond à son toucher, comme si nous étions aimantés. Je suis ailleurs, fascinée par ce regard azur qui me détaille dans la semi-obscurité rassurante. Je ne me suis jamais dévoilée ainsi devant un homme. Étrangement, je ne me sens pas gênée. Je me sens belle. C'est incroyable, c'est comme si l'assurance qu'il dégage parvenait à repousser toute pudeur. Et pourtant, il m'en reste encore un peu. Je frémis davantage lorsque ses mains s'approchent de mon intimité. Il ne va pourtant pas plus loin. Cherche-t-il à me faire languir ? Mon souffle s'accélère.

De nouveau, il a ce sourire. Il semble tellement dans son élément et moi je m'en remets volontairement à sa merci, incapable d'agir outre-mesure. Mon regard n'ose pas aller plus bas que son nombril. J'ai tellement peur de voir ce que je sens parfois contre ma peau. Mordread m'arrache à cette pensée fugitive. De nouveau il me surplombe et cette fois, il s'empare de ma main pour la déposer contre son torse. Je rougis. Il veut que je le caresse moi aussi ? Comme...comme il vient de faire avec moi ? La maladroite que je suis risquerait de tout foutre en l'air... Je pourrais le griffer ou... je ne sais pas. Il a l'air si sûr de lui. Mon regard interrogateur passe de son regard à la peau de son torse, non loin de ma main qui épouse à présent ses muscles. C'est chaud, doux et je sens son cœur battre aussi rapidement que le mien. D'une certaine façon, ça me rassure.

Ma main se laisse guider par la sienne. Je frissonne comme si c'était lui qui me caressait. Les caresses sont de plus en plus entreprenantes bien que toujours délicates. Je tremble un peu, pourtant j'apprécie ce contact. J'ai envie d'aller plus loin, d'essayer plus de choses. Mon autre main s'aventure sur son torse, d'elle-même cette fois, plus fraîche que sa jumelle, provoquant un contraste de température sur la peau de Mordread, je manque de la retirer, je manque de m'excuser, mais je vois à son regard, à son comportement, qu'au contraire, ça lui plaît beaucoup. Ai-je envie de faire plaisir à cet homme ? Il semble que oui, puisque je continue mes caresses jusqu'à son ventre. Mes yeux oscillent entre les siens et ce que je fais, questionnant toujours ses prunelles pour savoir si ça lui plaît.

Je savoure plus que je ne l'aurais cru cet échange. Malgré mon cœur qui bat la chamade, une étrange confiance s'est instaurée à son égard. Ses regards ne sont plus moqueurs, accusateurs, mesquins. A présent j'ai l'impression d'être la seule qui compte et c'est incroyablement grisant. Ma main s'aventure timidement sur son intimité, du bout des doigts, sans regarder. Vais-je avoir mal lorsqu'il... ? Je rougis encore plus, pourtant je le regarde avec insistance. La bouche entrouverte. Je n'ai plus tellement envie d'attendre, l'humidité entre mes cuisses n'est pas anodine. J'ai honte, mais je veux qu'il m'embrasse encore. Je veux qu'il me fasse l'amour. Je ne veux plus penser à rien d'autre.
MademoizelleZ

_________________

« Hold on, you only have one family. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant

avatar




INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 141
POINTS : 1752



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Jeu 26 Avr - 16:20


 
         
Cellophane & Mordicus

           

             
       
Le goût de l'interdit - Chapter II


     
         


...:
 


(c) BlackCat

_________________
Don't worry, little girl. I'm lost but still awake, waiting a miracle. I don't know why, but I hope the things will be fixed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

entravée

avatar



"You're the love that I hate
You're the drug that I take
Can you change me ?
From the monster you made me ?"
INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 203
POINTS : 1976



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Dim 29 Avr - 17:09


Le goût de l'interdit

Mordicus & Cellophane


Spoiler:
 
MademoizelleZ

_________________

« Hold on, you only have one family. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant

avatar




INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 141
POINTS : 1752



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   Lun 30 Avr - 13:55


 
         
Cellophane & Mordicus

           

             
       
Le goût de l'interdit - Chapter II


     
         


...:
 


(c) BlackCat

_________________
Don't worry, little girl. I'm lost but still awake, waiting a miracle. I don't know why, but I hope the things will be fixed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le goût de l'interdit - Chapter II /!\ topic à caractère choquant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» L’interdit du Purin d’Ortie a la peau dure..
» Algérie: Interdit de fumer au travail?
» OGM : L'Allemagne interdit à son tour le maïs transgénique de Monsanto
» Le tabac, desormais interdit aux moins de 18 ans .
» Argent des syndicats : le rapport interdit du député Nicolas Perruchot est en ligne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: manchester :: Back to the Past.-