AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥️
» pour «

Partagez | 
 

 Révélations ♦ Orion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

informée

avatar

INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 1079
POINTS : 6054



MessageSujet: Révélations ♦ Orion   Mer 6 Juin - 16:48



   
Révélations
Orion & Kaylee





J'ouvre délicatement les yeux lorsque la fraîcheur douce d'une brise légère bouscule mes cheveux sur ma nuque. Mes poumons s'oxygènent par instinct d'une grande bouffée d'air pur. La lumière environnante m'éblouit un instant. Tout est d'un blanc immaculé. Un gigantesque tapis de neige, tendre et fragile, s'étend autour de mes pieds. Le silence est d'or, paisible et reposant. Chaque minuscule cristal de glace absorbe le moindre son que pourrait produire ce petit coin boisé. Mes yeux se baissent sur mes genoux pour découvrir le siège sur lequel je suis assise. Le banc semble aussi unique que précieux. Sculpté dans un bloc de glace bleuté et translucide, il se complexifie en mille et unes arabesques savamment travaillées dans son dossier et ses accoudoirs. Je n'ose pas bouger. Pourtant il paraît assez solide pour supporter mon poids.

Je tourne la tête pour aviser un arbre immense dans mon dos. L'énorme tronc est recouvert d'une fine couche de givre. Le saule pleureur étire et tend de longues branches tout autour, nous cachant jalousement du reste du monde. Mon attention se perd dans la particularité de ses feuilles. Ce ne sont pas de simples membranes vertes qui garnissent les longues tiges de l'arbre, mais bien de jolis cristaux de diamant. Le soleil brille derrière. Alors que le vent agite doucement les feuillages, un rayon de l'astre se réverbère et m'aveugle le temps d'une infime seconde.

Aussi étrange que ça puisse paraître, je n'ai pas froid. Pourtant ce n'est pas comme si mes vêtements étaient particulièrement chauds. Ni la neige, ni la glace, n'agresse la surface sensible de ma peau. Le contact du banc est doux sous mes doigts. La morsure de l'hiver ne m'atteint pas.

Qu'est-ce que je fais ici ? Est-ce que … je rêve ? J'essaye de me concentrer pour me plonger dans mes souvenirs. C'est bien plus difficile que prévu. Ma mémoire semble plongée dans un nuage opaque et étourdissant. Impossible de me souvenir comment je suis arrivée ici. Je ne me rappelle pas non plus m'être endormie. Il n'y a pas d'autres explications.

Soudain un souffle étrange me traverse de l'intérieur. Le saule pleureur reste inerte. Pourtant, quelque chose vient de troubler la mystérieuse paix des lieux. Un sentiment dérangeant se colle à mon épiderme. Un instinct lointain, à peine audible, me souffle de filer d'ici sans perdre un instant. Qu'est-ce que c'est que ça ? En y réfléchissant, j'ai l'impression d'avoir déjà ressentit cette sourde appréhension. Mais pourquoi ?

Alors que la question reste sans réponse dans mon esprit quelque peu engourdie, une silhouette brise enfin la quiétude figée du paysage. L'ombre se dresse derrière le rideau de branches du saule. Elle trouve une certaine signification à mes yeux. Un sourire étire aussitôt mes lèvres. J'appuie la paume de mes mains contre le plat du banc de part et d'autre de mes jambes et penche la tête sur le côté avec ravissement.

- Orion ! Qu'est-ce que tu fais là ? Toi aussi, tu es un Gardien ?

Codage par Emi Burton

_________________
dream is coming true

je t'ai cherché partout, même ailleurs. je t'ai trouvé, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seule, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Nous ne sommes qu'ombres et poussières


INSCRIT DEPUIS LE : 22/05/2017
MESSAGES : 840
POINTS : 7056



MessageSujet: Re: Révélations ♦ Orion   Jeu 7 Juin - 10:24


 
         
Kay & Orion

           

             
       
Révélations


     
         

Ce soir, les rêveurs sont nombreux à faire de beaux rêves, à s'imaginer plus heureux, plus grands, plus forts ou tout autre ineptie dans le même genre. Je les envie, je les enviais, eux qui ont ce privilège de pouvoir sortir de leur quotidien pour quelques heures, de se faire catapulter dans un monde qu'ils ne contrôlent pas, ou si peu, où leur esprit et leurs gardiens leur font vivre monts et merveilles. L'enfant en moi à toujours voulu être des leurs, à fuir une réalité bien trop atroce pour la supporter. L'adulte jubile d'avoir à présent autant de pouvoir pour briser ses mêmes merveilleux rêves, jusqu'à la dernière once de bonheur. Où que j'aille, mon ombre me suit, incisive, cherchant la moindre faiblesse, la moindre information pouvant renverser tout un monde, la moindre frayeur inavouée, le moindre détail capable de faire tressaillir même la plus forte des brutes. Et c'est devenu si facile que s'en est presque lassant. Presque.

Déhambulant à travers les bulles brillantes de joie, il suffit que je les effleure du bout des doigts pour que déjà, la noirceur les transforme, qu'un délicieux nuage de fumée à l'image de mon âme semble les dévorer de l'intérieur. Et pourtant, je n'entre pas. Pas encore. Ce soir je choisi mes cibles avec soins, j'ai envie d'un peu de défi, j'ai envie de botter le cul de quelques gardiens empotés. Et Le Faiseur savait à quel point ils pouvaient être nombreux. Un vrai régal pour qui savait s'y prendre. Et je savais, depuis bien longtemps, comment leur faire ravaler leur fierté. Un jeu d'enfant. Un jeu toujours aussi amusant à jouer. Je jette mon dévolu sur quelques rêveurs trop heureux à mon goût, sur quelques proies qui je le sais, attireront l'attention des gardiens à la seconde où j'aurais pénétré leurs bulles. C'est jouissif, autant de pouvoir, autant de douleur et de cris, pour autant que ce ne soient pas les miens, pour autant que ça me fasse oublier, à mon tour, quand bien même il n'y a rien de plus égoïste. C'est délicieux et grisant, ça me donne le sourire jusqu'aux oreilles chaque fois que j'en ressors victorieux.

Mais au fil des heures, lorsque je me suis assez nourrit de ce délice et qu'il n'y a plus que le plaisir de faire mal, la torture pour mon simple plaisir, ma route me mène jusqu'aux tréfonds de l'esprit de ma chère Kaylee. Comme les autres, elle semble prise d'un beau rêve, un rêve aussi paisible que magique. Elle fait partie de ses rares personnes que je ne visite jamais ou si peu, jamais dans le même but, de ça on peut être certain. Kay, elle me tire un sourire tout autre que les autres et bien souvent, je me contente de l'observer un peu avant de passer à autre chose. Mais pas cette fois. Cette fois, j'ai cette envie d'aller lui parler, pour juste, passer du temps avec elle. Ca fait longtemps, depuis son anniversaire, on a pas vraiment eu le temps de se voir, de faire quoi que ce soit. Alors au fond, pourquoi pas ?

Comme je l'avais deviné, l'univers que je dérange en entrant dans son rêve est des plus magnifiques. Le fin manteau blanc recouvre la totalité du paysage, semblant perdu, piégé dans un monde glacé sans que l'on en ressente le froid. Je l'avoue, ce que je découvre m'apaise presque au point de m'en faire oublier ma nature, laissant l'envoûtement des lieux m'atteindre au même titre que n'importe quel visiteur. A chaque pas néanmoins je ne trompe personne. Il n'y a que moi pour troubler une telle merveille, pour déranger cette perfection. Je me laisse subjuguer par la beauté qui m'entoure, découvrant un saule pleureur des plus majestueux, semblant jalousement protéger sa créatrice de par son immensité. Je m'aventure à travers les branches, faisant doucement tournoyer ses feuilles miroitantes au soleil sur mon passage, jusqu'à atteindre le coeur de la scène. Kaylee est là, sagement assise sur un banc aussi glacé que ce qui nous entoure. Elle me sourit, fidèle à elle même alors que je m'avance vers elle, que mes lèvres s'étirent à mon tour. Sa question me ferait presque éclater de rire, mais seul mon sourire prouve à quel point ça m'amuse qu'elle me prenne pour un de ceux qui la protège toutes les nuits de personnes comme moi.

" Je suis le gardien des cauchemars..." dis-je d'un air mystérieux, les yeux rivés sur ma meilleure amie.

J'approche encore, la détaillant un instant avant de lui faire une révérence comme pour me présenter, lui offrant un clin d'oeil amusé avant de me relever. Mon regard se pose sur les branches qui nous entoure, sur les diamants composant les feuilles alors que mes doigts s'en approchent, les effleurant avec délicatesse.

" Et toi Kay, que fais-tu là ? "




(c) BlackCat

_________________
before the storm begins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

informée

avatar

INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 1079
POINTS : 6054



MessageSujet: Re: Révélations ♦ Orion   Ven 8 Juin - 13:46



   
Révélations
Orion & Kaylee





Une drôle de sensation remonte le long de mon échine tandis qu'Orion s'avance dans ma direction. Je lutte contre, et chasse cette alerte lointaine qui se tue à se faire entendre au fin fond de mon crâne. Mon meilleur ami est là, qu'est-ce qui pourrait bien se passer de si terrible ? Mon attention se perd quelques micro-secondes sur les pas qu'Orion laisse dans la neige épaisse. Le tapis blanc est détruit dans son sillage, marqué par le poids de ses chaussures. Quelque chose se tortille en moi, mais je l'ignore une fois encore. Le sourire que le musicien m'adresse me ravie. Je préfère mille fois le voir ainsi plutôt que complètement abattu, comme le soir de nos récentes retrouvailles.

Sa première réponse me laisse perplexe. Sa révérence chevaleresque et son clin d’œil me troublent. Le gardien des Cauchemars ? Je force sur mes méninges pour retrouver l'élément manquant dans mon esprit. Aiden ne m'a pas parlé de ça. Est-ce que j'ai loupé quelque chose ?

- Je croyais que les Gardiens se battaient contre les Cauchemars pour protéger les Rêveurs … soufflé-je dans un petit nuage de vapeur blanche, perdue.

Je suis des yeux le geste d'Orion vers les branches de l'arbre. Les pierres précieuses tintent doucement sous son touché. Le son délicat résonne dans ma tête et me fait momentanément oublier l'étrangeté du discours tenu par le musicien. Sans véritablement m'apporter de réponse, il me retourne la question. Je souris à nouveau et joins mes mains devant moi. Je lance un regard circulaire sur ce qui nous entoure ; le blanc pur et éclatant, l'hiver froid et reposant, la neige fragile et attirante. Qu'est-ce que je fais là ? Eh bien, c'est mon rêve non ?

- Je n'en sais trop rien …


Je n'arrive pas encore très bien à cerner la situation. Orion fait-il partie intégrante de cet environnement féerique ? Est-il vraiment un gardien comme il l'a laissé entendre ? Aucune réponse ne parvient à percer le nuage paresseux qu'est devenu mon esprit.

- Tu te rappelles de ce jour où il a tellement neigé que l'administration a été obligée de fermer le lycée ? On s'est retrouvé comme quatre idiots, toi, moi, Abel et ta sœur. Au final on avait fait une gigantesque bataille de boules de neige le temps que ma mère vienne nous chercher. Je crois que c'était bien la première fois que je voyais Luuna avec un tel sourire en ma présence.

Je ris doucement alors qu'une mélancolie enserre mon cœur. J'ignore encore si ces souvenirs sont agréables ou mauvais.

- Cet endroit me fait penser à ça, expliqué-je alors en reportant mon regard dans celui d'Orion. Cette époque me manque un peu parfois.



Codage par Emi Burton

_________________
dream is coming true

je t'ai cherché partout, même ailleurs. je t'ai trouvé, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seule, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Nous ne sommes qu'ombres et poussières


INSCRIT DEPUIS LE : 22/05/2017
MESSAGES : 840
POINTS : 7056



MessageSujet: Re: Révélations ♦ Orion   Ven 8 Juin - 15:04


 
         
Kay & Orion

           

             
       
Révélations


     
         

Il me semble l'avoir troublée, Kaylee jolie. C'est ce que je vois dans son regard alors que je lui offre une révérance digne d'une époque lointaine. Je regretterai presque mon trait d'humour mais il n'en est rien. Gardien des cauchemars, je trouve ça étrangement drôle comme titre de noblesse. Le regard posé sur les branches de l'arbre, sur ses feuilles que j'effleure de mes doigts, mon sourire se transforme à sa phrase, il s'allonge sur mes joues alors que le son cristallin des diamants résonnent autour de nous. C'est un raccourci un peu facile. Un raccourci digne des gardiens.

" Il serait plus exact de dire que les Cauchemars se nourrissent des rêveurs avant que les Gardiens ne les en empêche. Avant qu'ils ne les chassent comme des nuisibles... "

Chasser était le mot approprié. Je ne comptais plus toutes les nuits passées à fuir lorsque j'étais gamin, lorsque je n'étais pas en âge de me défendre, lorsque j'étais trop petit pour comprendre. Je me souvenais encore de mes frères prenant grand plaisir à m'empêcher de me nourrir pendant plusieurs jours, plusieurs semaines, juste pour le plaisir. Le plaisir de m'affaiblir, le plaisir de me voir mourrir à petit feu sans que je puisse réagir.

" Sais-tu que les Cauchemars ont besoin des rêves autant que les humains d'oxygène ? " dis-je en lui lançant un nouveau regard, lâchant le diamant brillant de pureté entre mes doigts.

Je l'écoutais avec attention, elle qui à présent me confiait la raison de sa présence, son souvenir, celui qui avait dicté la magnificence du décor qui nous entourait. Ce souvenir qui m'appartenait autant qu'à elle. Evidemment que je me souvenais de cette journée, tout comme je me souvenais du sourire enjoué de Luuna lui envoyant une boule de neige dans la figure alors même qu'elle riait à gorge déployé. Je sentais mon coeur se serrer à sa seule évocation, les larmes monter le long de ma gorge avant même de l'avoir réalisé. Les bribes de son rire résonnèrent, trouvant écho aux diamants nous entourant. Ce rire qui me manquait tant.

" Je me souviens. "

Ma voix devait trembler, je soupirais pour reprendre ma respiration, laissant l'air glacial pénétrer mes poumons en fermant les yeux.

" Luuna adorait cette saison. "

Luuna adorait la glace, le froid sur sa peau claire lorsqu'elle avait la folie de courir dans la neige le matin, au réveil, alors que quelques flocons venaient s'écraser sur le sol de notre jardin pour créer un manteau tout aussi fin que celui recouvrant le rêve de Kaylee à cet instant même. Elle adorait danser sous la neige, armée de son sourire enfantin et son regard émerveillé par la magie qui s'offrait à elle.

" Elle disait qu'il n'y avait qu'en hiver que l'on pouvait voir la constellation d'Orion. Que c'est ce qui la rendait précieuse. "

Un sourire fin accompagnait mes mots. Mes yeux devaient trahir mes larmes, celles qui menaçaient encore se s'échouer sur mes joues mais que j'arrivais à contenir malgré tout. Les mains dans mes poches, je m'approchais d'elle pour venir m'asseoir à ses côtés, sur ce banc alors que ma marque me suivait, que mon aura noire semblait mourir dans mes pas, me suivre dans mes gestes alors que j'adoptais la même position, les mains liées et les coudes sur mes jambes.

" Elle me manque aussi, parfois. "


(c) BlackCat

_________________
before the storm begins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

informée

avatar

INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 1079
POINTS : 6054



MessageSujet: Re: Révélations ♦ Orion   Ven 8 Juin - 22:19



   
Révélations
Orion & Kaylee





C'est impressionnant de voir à quel point j'accueille les choses différemment, selon que je me trouve dans mes songes ou dans la vie réelle. Dans un rêve, tout semble beaucoup plus facile à accepter. Tout paraît avoir moins d'importance, moins d'impact. Aiden est un homme de chair et d'os. Très bien. N'importe qui pourrait facilement s'incruster dans mon inconscient pour y voir tout ce qui se déroule. D'accord. Les Cauchemars sont des êtres vivants, concrets, et aussi humains que je ne le suis. Okay. Orion donne comme l'impression d'éviter de répondre directement à ma question. Il ne répond pas oui, il ne répond pas non. Il répond … autre chose. Des explications. Quelque chose qui sonne comme un aveu muet. Tacite. Secret. La situation m'intrigue, autant quant au mystère qui enrobe mon ami, que pour le contenu de ses propos. Je cille à plusieurs reprises.

- Je … Non. Je l'ignorais.

Ou tout du moins, je ne m'en souviens pas. Aiden m'a confiée énormément de choses sur ce monde onirique. Bien trop pour que je puisse tout retenir. Mais je sais pourtant qu'il ne m'a pas tout dit. Il a gardé les détails et tout ces petits trucs qui auraient rendu ses dires bien trop gros à avaler. Peu à peu, le Gardien me révèle les rouages de cet inaccessible univers. Pourtant, je ne me rappelle pas avoir évoqué plus en détail la condition des Cauchemars. Je sais les avoir d'emblée classés comme l'ennemi numéro 1. Le souvenir de cette nuit particulièrement éprouvante, dirigée par une femme aux cheveux blancs, complètement folle, tyrannique et démoniaque, est encore fraîchement marqué dans ma mémoire. Aiden n'a pas eu besoin de m'en révéler beaucoup pour que je me méfie instinctivement de ces créatures cauchemardesques. À tort peut être. Ce que raconte Orion me laisse sans argumentaire. Je l'observe un instant, sans crainte aucune, animée d'une candeur enfantine qui m'empêche de m'inquiéter du semblant de vérité qui se dessine contre mes lèvres.

- En es-tu un ?

Qu'est-ce qui se passerait, si mon meilleur ami répondait oui à cette question ? Qu'est-ce qui se produirait, si effectivement il faisait partie de ces monstres nocturnes, impitoyables et cruels ? Je n'en ai pas la moindre idée. Encore une fois, être dans la dimension des songes m'empêche de cerner et d'appréhender la moindre conséquence. Je me sens si légère. Comme si j'étais en apesanteur.

- Es-tu venu me voler mon rêve ? Soufflé-je alors en me penchant vers lui pour mieux plonger mes yeux au creux des siens.

Si les songes sont aux Cauchemars ce que l'oxygène est aux êtres humains, alors c'est un élément vital pour lui. Serais-je assez folle pour le laisser dévorer cette bulle de neige et de glace pour lui permettre de survivre ? Serais-je capable de le faire, pour Orion ? L'image d'Aiden se constitue dans mon esprit et souffle cette idée comme un nuage de fumée. Ce ne serait pas une bonne chose. Le Gardien n'accepterait jamais une telle décision.

Je laisse le musicien me rejoindre sur le banc sans broncher. Seul mon regard le suit, accompagnant cet éternel sourire calé aux coins de mes lèvres.

- La constellation d'Orion, répété-je en levant alors le nez vers le ciel, caché derrière les hauts branchages du saule. Tu penses qu'on pourrait la voir d'ici ?

L'hiver est bien là. Mais même sans ça, j'ai cru comprendre qu'en ces lieux rien n'est impossible. Je n'ai pourtant aucune idée de ce qu'il convient de faire. Suis-je censée appuyer sur un bouton ? Lancer un sort ? Réclamer le fruit de mes désirs d'une voix autoritaire ? Le ciel reste d'un bleu pâle derrière les branches. Seule une nouvelle brise légère vient chatouiller les cristaux retombant flegmatiquement vers le sol.

- Luuna te manque, précisé-je.

Ma main vient se poser sur celle d'Orion tandis que je lui adresse un sourire encourageant. Sa sœur reste un sujet délicat à aborder. Je ne suis pas certaine que ce soit l'époque de notre adolescence qui manque parfois à Orion, mais plutôt la présence de Luuna. Dans mes souvenirs, mon meilleur ami était renfermé dans une sphère de douleur et de mutisme invisible. Nous nous sommes perdus de vu lorsqu'il a dû partir pour se faire soigner. Qui regretterait ce moment particulièrement difficile de son existence ?

- Tu n'arrives toujours pas à tourner la page, hm ? Soupiré-je dans un bâillement alors que je viens poser ma tête contre l'épaule de mon ami.

Codage par Emi Burton

_________________
dream is coming true

je t'ai cherché partout, même ailleurs. je t'ai trouvé, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seule, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Nous ne sommes qu'ombres et poussières


INSCRIT DEPUIS LE : 22/05/2017
MESSAGES : 840
POINTS : 7056



MessageSujet: Re: Révélations ♦ Orion   Lun 11 Juin - 9:55


 
         
Kay & Orion

           

             
       
Révélations


     
         

Elle ne savait pas. Etrangement, cela me tirait un sourire satisfait. Sans doute que son Gardien n'avait même pas effleurer le sujet. Ca n'avait rien d'étonnant à mes yeux, pas plus que le regard rempli de candeur que la petite brune pose sur moi à présent, me demandant si j'en suis un, si je fais partie de ses gens, de ses voleurs capable du meilleur comme du pire. Ca fait s'élargir mon sourire alors que j'hésite. J'hésite lorsqu'elle me demande si je suis là pour lui voler ce monde neigeux et tellement merveilleux. Il serait tentant, je l'avoue, de l'avaler tout entier, de le voir se nécroser face à ma noirceur, se transformer pour mieux me rensembler. C'est horriblement tentant tant ce serait facile, tant je pourrais en avoir envie si je ne m'étais pas déjà nourrit ailleurs. Alors je reste sage, je me retiens, je nous retiens, moi et mon pouvoir dévastateur.

" Pas ce soir. "

Un sourire se dessinai sur mon visage, les yeux rivés vers le ciel au même titre que ma complice lorsque je l'avais rejoins. Les branches s'écartèrent d'elle-même, donnant vie à ce magnifique saule qui nous protégeait de son pouvoir apaisant, provoquant une douce mélodie enchanteresse, laissant le chant des diamants nous ravir les tympans au même titre que le ciel nous éclairait d'un million d'étoiles. La constellation apparu à nos yeux, brillante, semblant si proche et si loin en même temps que s'en était désarmant, presque irréel. Mon regard aimait se perdre dans cette immensité, dans ce spectacle à couper le souffle que Mère nature nous offrait gracieusement chaque nuit, comme pour nous rappeler notre impuissance face au monde, pour nous offrir ce qu'elle pouvait avoir de plus merveilleux.

J'ai perdu de ma superbe, les yeux quittant l'immensité du ciel bleuté pour se poser sur le sol seulement marqué par mes pas. Elle a à peine prononcé son nom que les larmes que je retenais roulent toutes seules sur mes joues. Je ressois la tête de ma meilleure amie sur mon épaule sans ciller, mordant ma lèvre pour mieux retenir la suite de mes larmes. Non, j'y arrive pas. J'y arriverais sans doute jamais. A tourner la page. Comment le pourrais-je ? Comment pourrais-je oublier ma soeur ? Passer à autre chose ? J'ai une pensée pour ma Sarah, ma belle violoniste sans doute plongée dans un beau rêve, à ce qu'elle me fait vivre à ses côtés, elle qui a réussi à me faire revivre à travers ses regards et ses sourires, alors même que Luuna avait tout emporté, jusqu'à mon coeur qui la réclamait encore parfois. En vérité, j'essayais de ne pas y penser. Parce que si j'y pensais, j'étais à nouveau partagé entre la furieuse envie de la voir, de l'entendre dans ma tête et celle de l'effacer de mon esprit comme les autres, de la faire taire une fois encore, temps que mes médocs le pouvaient.

" Non... "

Depuis quand n'avais-je pas pensé à elle ? Depuis combien de temps l'avais-je éloignée de mes pensées pour n'en faire qu'un souvenir, jusqu'à même cacher son existence à la femme que j'aimais ? J'essayais de me convaincre, encore et encore, que je faisais le bon choix, que je ne pourrais jamais supporter de la voir encore, d'entendre son rire cristallin dans mon esprit. Je soupirai en relevant les yeux sur les branches, sur les feuilles virevoltant devant nos yeux, guidées par le vent soufflant légèrement sur le paysage.

" Elle m'était beaucoup trop précieuse. Comment le pourrais-je ? Pourquoi... Pourquoi est-ce qu'elle a fait ça ? Pourquoi est-ce qu'elle m'a abandonné ? "

Cette question, elle tourne dans ma tête, encore et toujours, depuis toutes ses années, depuis qu'elle est partie sans un mot, sans une lettre, comme si je n'étais rien, comme si tout ce qu'on était n'existait pas. Comme si il y avait jamais eu de nous, comme si ça n'avait jamais été vraiment réel. Que reste-t'il de nous ? Juste une moitié de moi qui sans elle n'existe pas. Rayée, effacée, arrachée, faisant place à une douleur tellement vive et lancinante qu'elle te force à rester à terre et qui, avec le temps, l'amour et la patience, s'amenuise enfin. Mais la douleur est toujours là, bien présente, ensommeillée dans mon coeur. Je ferme encore les yeux, ravalant mes prochaines larmes en chassant celles déjà présentes sur mon visage d'un revers de main. J'ai envie de la revoir, j'en ai envie au moins autant que ça m'effraie. Pourtant, en voyant ce qui nous entoure, je laisse un sourire apparaitre, je ne peux pas m'en empêcher, emplissant mon coeur de mélancolie pour mieux chasser la colère de l'incompréhension ayant déjà repris le dessus sur mes sentiments. Sa silhouette apparait, derrière les branches de notre protecteur, telle une ombre cachée, presque invisible. Elle et sa chevelure d'or, elle et son sourire enjôleur et ses yeux aussi sombre que peuvent être les miens. Son rire résonne doucement, comme un vieux souvenir, un disque rayé, avant de disparaitre tout aussi vite, comme si elle n'avait jamais existé.


(c) BlackCat

_________________
before the storm begins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

informée

avatar

INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 1079
POINTS : 6054



MessageSujet: Re: Révélations ♦ Orion   Mar 12 Juin - 11:55



   
Révélations
Orion & Kaylee





Je suis bien ainsi, la tête posée contre l'épaule d'Orion. Je ne vois rien de ses larmes, mais je sens la tristesse profonde qui émane de lui. Cette fois, contrairement à l'autre soir, je n'arrive pas à me laisser envahir par la panique d'avoir réveillé une blessure en lui. Au fond de moi je sais que mon meilleur ami a besoin d'en parler. Il a besoin d'extérioriser. De laisser le fantôme de Luuna partir. Il garde beaucoup trop de choses en lui. Il l'a toujours fait. Pourquoi aurait-il changé ? Il refuse de laisser la plaie cicatriser. Peut-être a-t-il peur de s'en vouloir, si jamais il parvient à reprendre sa vie sans sa sœur. Est-ce plus de la culpabilité que du déni ? Je n'en sais malheureusement rien.

Orion acquiesce. J'écoute sa confession sans bouger. C'est étrange comme le flot de sentiments qui l'anime parvient à me submerger comme une vague gigantesque. Sa douleur est palpable. Je la sens glisser contre ma peau, s'insinuer dans mes cheveux, et répandre une saveur particulière dans l'air. Si Orion est un Cauchemar, alors il lui est sans aucun doute possible de matérialiser ce qu'il ressent autour de lui, même inconsciemment.

- Mais tu as Sarah maintenant, ajouté-je doucement. Et moi aussi, je suis là.

Mes yeux restent perdues dans l'immensité blanche. La nuit est tombée sur l'arbre gelé. Pourtant je m'en suis à peine aperçue. La neige et les cristaux du saule dégagent quelque chose de lumineux. Il ne fait pas sombre. L'atmosphère s'est simplement tamisée. C'est devenu plus secret, tout comme notre conversation.

Une ombre se glisse soudain derrière les branches. La fine silhouette fait teinter les diamants sous le passage de ses doigts joueurs. Le rire cristallin résonne sous l'arbre comme un chant féerique. Je reconnais Luuna, et aussitôt, cette découverte me fait me redresser sur le siège. Mes yeux fouillent le paysage. Pourtant, la chevelure d'or de la jeune fille s'est déjà volatilisée.

- C'est toi qui as fais ça ? Soufflé-je tout bas, par crainte de me faire entendre par la sœur d'Orion, de la faire fuir si elle est encore réellement dans les parages.

C'est peut-être mon esprit à moi qui s'est amusé à nous jouer un tour. J'ignore toujours comment tout cela fonctionne. Mais Luuna avait l'air heureuse. Cette vision de la demoiselle appartient plus certainement à Orion. Elle n'était pas spécialement chaleureuse avec moi. J'ai toujours été convaincue qu'elle ne m'appréciait pas, mais qu'elle me tolérait simplement à cause de son frère. La Luuna que j'aurais imaginé ce serait sûrement montré bien moins joyeuse, et beaucoup plus froide.

Les paroles d'Orion tournent encore dans mon esprit. Le mystère de la mort de sa sœur plane toujours, un peu comme sa présence omnisciente au sein de ce rêve. Il n'a pas voulu m'en dire davantage l'autre soir. Était-ce si horrible que ça ? Ce qu'il vient de dire me laisser envisager quelque chose de bien sombre.

- Est-ce que … elle a mis fin à ses jours ?

Je me tourne vers lui et arrime mon regard au sien. L'environnement onirique m'empêche de poser la moindre barrière. La question est partie simplement. Un peu comme un léger coup de vent.

Codage par Emi Burton

_________________
dream is coming true

je t'ai cherché partout, même ailleurs. je t'ai trouvé, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seule, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Nous ne sommes qu'ombres et poussières


INSCRIT DEPUIS LE : 22/05/2017
MESSAGES : 840
POINTS : 7056



MessageSujet: Re: Révélations ♦ Orion   Mar 12 Juin - 16:03


 
         
Kay & Orion

           

             
       
Révélations


     
         

Mon sourire s'élargit lorsque Kaylee chuchotte presque à mon oreille. Elle m'amuse avec sa question, alors que Luuna à déjà disparu de notre champ de vision, que son rire s'est déjà éteint pour faire place au silence de la nuit nous entourant. Mes yeux se posent là où elle se trouvait quelques instants auparavant, avant qu'elle ne disparaisse aussi vite, tel un beau rêve inacessible. Je ne réponds pas à ma meilleure amie, j'estime que c'est inutile, qu'elle le comprendra bien d'elle-même. A un moment où à un autre. Sa question, en revanche, fait voler en éclat le sourire que je portais à nouveau. L'entendre le dire. L'entendre de cette manière donne une toute nouvelle perpective à la réalité. Jamais encore je n'avais entendu cette phrase, jamais encore je n'en avais parlé à qui que ce soit. Seulement à elle. Seulement cette nuit là lorsque nous nous étions retrouvés pour le plus grand des hasards, cette nuit où nous avons fini par parler de ma Sarah.

" Oui..." soufflais-je doucement, comme si l'affirmation risquait de tout faire exploser.

Mais c'est mon coeur qui explose. Parce que le dire revient à l'assumer, à accepter le simple fait qu'elle l'ai vraiment fait, qu'elle ai disparu comme ça, en un éclair, comme elle pouvait disparaitre d'un joli cauchemar après en avoir fait baver à son rêveur. Sa victime du jour. Elle aimait s'amuser avec eux. Elle aimait autant son pouvoir que je peux aimer le mien. Malgré ça, c'était toujours moi qui prenait sa défense, elle qui avait inlassablement refusé d'apprendre à combattre contre les Gardiens comme moi je l'avais fait, des années auparavant. Non, elle préférait largement s'en prendre aux Rêveurs directement, elle jubilait lorsqu'elle les entrainait dans une folie incandescente, une folie dont ils ne se relevaient jamais.

Mais de tout ça, Kay ne savait rien, évidemment. Pas plus qu'elle ne savait ce qui c'était réllement passé, pas plus qu'elle ne savait à quel point l'amour que je pouvais porter à Luuna n'avait rien de simple, rien de fraternel. Aurais-je le courage de le lui avouer ? Aurais-je le courage de tout lui révéler ? J'hésite, j'hésite alors que la belle blonde réapparait dans notre champ de vision, à quelques mètres de nous, nous enchantant de sa seule présence, semblant raillonner d'un éclat plus pur encore que les Gardiens. Mon regard se pose sur elle alors qu'elle approche, habillée de sa jolie robe bleue pastel suivant ses pas, celle qu'elle adore, celle que je lui ai offert et qu'elle adorait porter dès qu'elle en avait l'occasion. Ses longues boucles blondes chatouillent son dos alors qu'elle danse entre les branches, entre les diamants reflètant sa peau de pêche. Elle me lance un regard avant de continuer ses gracieux mouvements, à virevolter autour de nous avec innocence, ignorant notre existence, s'amusant à tracer de douces arabesques au sol à l'aide de ses pieds nus.

" Veux-tu savoir Kay ? " mon regard croisait le sien, mélange de tristesse et de mélancolie. " Veux-tu que je te montre à quoi ressemblait mon monde ? A quoi ressemblait ma vie lorsque... lorsqu'elle l'illuminait encore ? "

J'ai envie qu'elle sache. J'ai envie que quelqu'un sache. Pour nous, notre vie, la sienne comme la mienne. Je veux qu'elle sache, qu'elle comprenne ce que ça pouvait être, à quel point je pouvais l'aimer, ma Luuna, qu'elle comprenne à quel point elle peut me manquer et à quel point ça m'arrache le coeur de penser à passer à autre chose. A quel point ça peut être compliqué, alors même que son rire résonne encore dans le silence, plus clair qu'il y a quelques minutes, reflet de ce qu'elle est encore dans mon coeur.


(c) BlackCat

_________________
before the storm begins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

informée

avatar

INSCRIT DEPUIS LE : 18/06/2015
MESSAGES : 1079
POINTS : 6054



MessageSujet: Re: Révélations ♦ Orion   Jeu 14 Juin - 11:58



   
Révélations
Orion & Kaylee




J'ouvre de grands yeux tristes marqués par la surprise. Luuna s'est suicidée. Le poids de cette nouvelle s'abat sur mes épaules. Un flot de questions devrait déjà envahir ma tête. Pourquoi a-t-elle mis fin à ses jours ? Était-elle malade ? Comment s'y est-elle prise ? Est-ce Orion lui-même qui a trouvé son corps sans vie ? Mais rien ne vient. Je m’imprègne de la nouvelle tandis qu'un froid mortuaire s'instaure sous mon crâne. La silhouette de Luuna se forme à nouveau sous le couvert de l'arbre. J'ai vraiment l'impression de voir un fantôme cette fois. La pâleur de sa peau d'ivoire se fondrait presque avec le blanc immaculé de la neige. Mes yeux suivent le tissu bleu de sa robe et les interminables boucles blondes dans son dos danser avec grâce au rythme de ses mouvements. La vision a quelque chose d'hypnotisant et de pétrifiant. Un instant je me demande si ce que je vois est un tant soit peu onirique, à défaut d'être réel. Serait-ce le vrai fantôme de Luuna qui se manifeste autour de nous ?

- Je suis désolée, Orion, répondis-je enfin dans un souffle glacé.

Je sens mon cœur se serrer en posant à nouveau ma main contre la sienne. La proposition d'Orion tourbillonne dans mes oreilles. La réponse que je donnerai aura une grande ampleur, à n'en pas douter. J'ignore comment il pourrait me montrer la douleur liée à la perte de sa petite sœur, mais quelque chose me souffle que tout cela n'aura rien de ... normal. Cette petite chose au fond de mon cœur qui s'agite et trépigne de peur depuis tout à l'heure se fait ressentir avec plus de force. Une once d'angoisse s'insinue dans mon corps. Pourtant je ne lâche pas Orion du regard. Je n'ai toujours pas pris mes jambes à mon cou, comme mon instinct fermement bâillonné semble s'évertuer à le faire. Découvrir à quoi ressemblait le monde de mon ami avant la disparition de Luuna signifie comprendre sa joie et ses peines. Je pourrais comprendre Orion, ses émotions et ses blessures. Je pourrais comprendre comment les soigner.

Pour la première fois depuis que j'ai ouvert les yeux sur ce monde de glace, mes jambes s'animent. Je me lève et foule l'épais tapis neigeux qui entourait mes pieds sans jamais les toucher jusque là. La neige crisse sous mes quelques pas. J'adore ce son. Mon attention s'attarde brièvement, encore une fois, sur le fantôme qui danse entre les branches du saule. Puis je me tourne vers Orion. Je lui fais face et arrime mon regard au sien, alors qu'il est resté assis sur le banc forgé dans la glace. Un sourire étire légèrement mes lèvres. Je presse doucement ses doigts que je n'ai pas lâché contre les miens.

- Oui, montre moi.


Codage par Emi Burton

_________________
dream is coming true

je t'ai cherché partout, même ailleurs. je t'ai trouvé, où que tu sois, je m'endors dans tes regards. même sans toi, je ne serai plus jamais seule, puisque tu existes quelque part •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Nous ne sommes qu'ombres et poussières


INSCRIT DEPUIS LE : 22/05/2017
MESSAGES : 840
POINTS : 7056



MessageSujet: Re: Révélations ♦ Orion   Ven 15 Juin - 13:36


 
         
Kay & Orion

           

             
       
Révélations


     
         

Elle acceptait. Elle acceptait que je lui montre mon monde alors que moi-même, je n’étais pas totalement certain d’être prêt à ça. Mon regard accrocha la silhouette de Luuna une fois encore, puis je fini par me lever à mon tour, prenant une inspiration pour me donner du courage en ne lâchant pas la main de ma meilleure amie. J’en avais besoin, comme une ancre pour ne pas me perdre dans ce que je me préparais à lui faire vivre. Je savais que ça allait être douloureux, je savais que j’allais sans doute encore finir en larmes et je n’étais même pas sûr d’arriver au bout de mon histoire et pourtant, j’en avais envie. Mes pas me guidèrent prêt d’elle pour la rejoindre, puis je l’incitais à me suivre, à faire quelques pas pour quitter le vieux saule et ses diamants, suivi de loin par Luuna, dansant encore de ses gracieux mouvements comme si nous n’existions pas.

Le décor se métamorphosait à notre passage. La glace et la neige étaient rois du décor, le tapis blanc sous nos pieds s’étendant doucement à chaque nouveau pas que nous faisions, alors qu’un décor glacé nous entourait à nouveau, qu’une étendue déserte prenait place. Je serrais la main de Kaylee dans la mienne en réfléchissant à la meilleure manière de lui présenter les choses. Et puis, par quoi commencer ? L’évidence apparaissait dans mes gestes, je laissais mon coeur me guider alors que d’un revers de main, je fis naître ce que j’avais en tête. Il allait falloir remonter bien loin, au temps de notre enfance pour qu’elle sache, qu’elle comprenne tout ce qui pouvait faire mon histoire et celle de Luuna. Il fallait que je lui montre ma vie lorsqu’elle n’était pas encore née et que j’étais encore un enfant, perdu dans un monde qu’il comprenait à peine.

« Avant tout, faut que tu saches...  que je suis né dans une famille Gardienne. Ma mère et mon père, mes frères, mes grands-parents, tous portent l’aura dorée caractéristique des protecteurs de rêves... C’est une affaire de famille... »

Un enfant aux boucles blondes apparu, courant entre nos jambes, joyeux qu’il était de pouvoir se dépenser, courir à perdre haleine, nous suivre pour mieux nous dépasser, puis faisant des tours autour de nous pour mieux repartir. Cet enfant, c’était moi, lorsque j’étais haut comme trois pommes, que je devais à peine avoir quatre ou cinq ans.

« Mes parents m’ont toujours rejeté par ma différence. Quelle honte pour ma mère d’avoir accouché d’un Cauchemar. Un parasite noir... Je faisais tâche dans le paysage, elle avait tellement honte de m’avoir que très vite, elle a préféré faire comme si je n’existais pas, comme si je n’étais pas son fils mais juste un bâtard, une erreur de parcours, une erreur de la nature... »

L’enfant se tourna vers nous, puis s’en alla de nouveau, jouant avec la neige qui apparaissait ici et là avant de courir se réfugier dans une petite pièce qui avait doucement commencé à prendre forme. Un placard, le mien, celui que j’avais connu pendant longtemps. Muni d’une porte en bois où on pouvait voir quelques cadenas, l’inscription qui y avait été écrire avait été rayée.

« Tu connais Harry Potter ? Le placard sous l’escalier ? C’était moi, c’était mon placard. J’aimais m’y réfugier lorsque mes frères me poursuivaient, tout comme je le détestais pour ce qu’il représentait. J’y passais mon temps, en silence pour ne pas qu’on m’y enferme à double tour. Je m’y réfugiais lorsqu’ils aimaient rire de moi ou qu’ils m’ignoraient, lorsque j’étais un peu trop dans leur pattes ou que j’étais le coupable parfait pour tout ce qui pouvait aller mal... »

Mon regard se porta sur cette porte, cette porte qui s’ouvrait pour mieux faire entrer l’enfant qui s’y jeta pour mieux se recroqueviller dans son petit lit, s’emparant de sa peluche lapin dont il manquait les yeux que l’on avait arraché et dont une partie avait été brûlée pour mieux la serrer contre lui. Il ne pleurait pas, il n’avait déjà plus de larmes pour le faire mais on pouvait lire toute la tristesse dans son regard.

« J’ai fini par arrêter de parler, par me réfugier dans les mots. Ca n’avait pas encore de sens, mais j’aimais me raconter des histoires, me prouver que j’existais vraiment. »

Nous continuions à marcher, laissant des traces derrière nous que Luuna s’amusait a retracer comme une petite fille, avant de passer par le placard pour jouer un peu avec l’enfant, alors que quelques mètres plus loin, une nouvelle scène apparaissait.

« La nuit, alors que je n’étais pas encore en âge de comprendre, ma famille... mes frères surtout, n’hésitaient pas à m’empêcher de me nourrir, alors même que je ne savais pas encore ce que signifiait que d’être une ombre... Ils me renvoyaient du pays des songes, s’en amusait pour mieux m’affaiblir, pour mieux me faire disparaitre définitivement. J’étais seul au monde, seul avec ma peluche que je serrais dans mes bras pour faire passer mes nuits plus vite... »

L’enfant réapparu, enveloppé de son aura noire, si faible et si petit pour faire face à sa famille qui le surplombait, lâchant des éclats de rires mauvais qui se répercutaient comme un écho à travers le monde de glace qui nous entourait. Ils le poursuivaient sans relâche, jusqu’à ce qu’il retrouve à terre, qu’il ai encore l’espoir d’échapper à ses bourreaux puis qu’en un coup, il disparaisse en un nuage de fumée sombre alors qu’une lance avait transpercé son coeur. Je détournais les yeux pour les poser sur Kaylee, lâchant un léger soupir pour mieux continuer mon histoire, serrant sa main dans la mienne alors que les souvenirs me revenaient. C’était comme si c’était hier et pourtant mon esprit restait embrumé, je me souvenais de tout alors que mon coeur criait déjà de m’arrêter là.


(c) BlackCat

_________________
before the storm begins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Révélations ♦ Orion   

Revenir en haut Aller en bas
 

Révélations ♦ Orion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ORION (CM)
» Révélations du médium brésilien Chico Xavier
» Leurres Orion.
» clip Québecois à Etretat
» Appareillage de bâtiments français ce lundi !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: monde des songes :: Nature Infinie.-