AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥️
» pour «

Partagez | 
 

 Journée filles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

libre

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 01/06/2018
MESSAGES : 61
POINTS : 540



MessageSujet: Journée filles    Ven 8 Juin - 20:46

Une bulle. Cette bulle.La bulle...
Ce n'est pas la première fois qu'Elizabeth se retrouve devant la bulle de sa mère. Même avant son coma, il lui était déjà arrivée de fureter près des rêves de celle qui l'a mise au monde. Ça avait été rare mais, étrangement, ça avait toujours été après une grosse dispute ou quand elle lui en voulait. Dans ce genre de moment, Eli avait envie de venir foutre le bordel dans les songes de sa mère comme pour se venger parce qu'elle lui en voulait. Jamais elle n'avait franchi cette bulle parce que, malgré tout, Victoria restait sa mère et qu'elle était incapable de lui faire du mal... Jusqu'à ce jour où c'était, dans la réalité et non dans ses songes, qu'Elizabeth lui avait fait du mal.

Maintenant, quand elle vient près de cette bulle, c'est pour se rassurer, pour se prouver que sa mère connaît une certaine paix. Ça la bouffe parce que ce n'est pas son rôle de vérifier qu'une bulle est calme est paisible. Ça la tue parce que, proche d'une bulle, elle a ce besoin vital d'y entrer pour transformer un rêve en cauchemar. Ça la flingue parce que, dans ce monde, elle n'est pas supposée être une gentille petite fille, elle ne doit pas prendre en considération ce qu'elle est dans la vie réelle. Et pourtant... Pourtant elle est incapable de franchir cette ligne, d'entrer dans cette bulle. Eli a déjà fait suffisamment de mal à sa mère, presqu'un an qu'elle l'a privé de sa vie. Elle s'en veut et se déteste, là, les bras entourant son corps, devant la bulle de sa mère. Y a cette envie de pleurer, de hurler pardon pour que sa mère l'entente... Et cette putain de fierté qui ne la laisse rien faire de tout cela.

Alors, la gamine, elle finit par s'éloigner. Oh, elle ne va pas bien loin puisqu'elle s'engouffre dans la première bulle qui semble un peu trop paisible à son goût. Il n'y a pas que sa condition de cauchemar qui lui donne envie de faire chavirer un rêve paisible mais, il y a aussi ce besoin de s'exprimer, d'évacuer une frustration et des sentiments trop contraires pour une fille aussi jeune. Quelque part, il y a un jeune adolescent qui rêvait tranquillement de la fille qu'il aime en secret dans son école. Il rêve qu'elle vient vers lui, qu'ils partagent un moment de complicité et que c'est la situation idéal pour qu'il avoue ses sentiments. Sauf que, avant qu'il ne parle dans son propre rêve, le moment de complicité vire au cauchemar. Elle rit, cette fille, de la crédulité de l'adolescent. Elle appelle même ses copines, cachées derrière des arbres, filmant toute la scène, pour mieux se moquer du garçon. Il y a une rage qu'il ne connaît pas d'être ainsi humilié et, comme pour faire écho à la propre vie d'Elizabeth, il pousse fort la fille qui vient de se jouer de lui. Il pousse trop fort et elle tombe sur la route, au moment où un camion passe.

*****

Quand elle ouvre les yeux, dans le fond de son lit, son regard tombe sur les étoiles phosphorescentes collées à son plafond. Elle a passé l'âge de ces conneries et, pourtant, elle ne peut pas s'empêcher de sourire en les voyant. Parce que ça lui rappelle la fois où Céleste l'avait mise sur ses épaules pour qu'elle puisse les coller sur ce fichu plafond trop haut et, aussi, le fou rire que ça avait déclenché quand elles étaient tombées toutes les deux sur le lit. La faute à une poupée qu'Elizabeth n'avait pas rangé et qui s'était, sournoisement, glissée sous les pieds de sa tante. Un soupir, un brin nostalgique, s'échappe de la bouche de la jeune fille avant qu'elle ne se décide à quitter son lit. Tout le monde le sait, une adolescente n'aime pas quitter son lit, elle trouve toujours des excuses pour rester sous sa couette. Mais aujourd'hui, ce n'est pas le cas. Aujourd'hui, elle passe la journée avec sa tante. C'est une motivation suffisante pour se presser.

La douche est expéditive mais efficace, à défaut de prendre le temps de profiter de l'eau chaude. Devant sa penderie, y a des fringues qui volent par-dessus de son épaule. Trop rose. Trop de fleurs. Trop de tissus. Son choix s'arrête sur un short en jean qu'elle veut enfiler vite. Trop vite. Son pied se prend dans le tas de linge et, elle tombe lamentablement sur le sol. Pfff. Long soupir qui fait voler la mèche de cheveux humide qui est sur son visage. Elle fini de s'habiller à même le sol, ça évitera les prochaines catastrophes. Converses aux pieds, elle secoue une jambe – après s'être relevée – pour enlever un t-shirt qui s'est coincé dans ses chaussures. Chose faite, elle dévale le grand escalier pour chourer un beignet qui traîne sur le comptoir de la cuisine. Un sac en bandoulière enfilé à la va-vite, son beignet coincé entre les dents, elle claque la porte derrière elle pour se diriger directement vers sa tante qu'elle a vu arriver par une des fenêtres.

Quand on vous apprend à ne pas parler la bouche pleine, sachez que ça ne s'applique pas dans le cas d'Elizabeth. Elle est bien obligée de garder son beignet dans la bouche pour pouvoir signer et communiquer avec Céleste !

Salut Céleste

Céleste n'est pas une très bonne traduction en réalité. Dans le langage des sourds et muets, pour éviter d'avoir à épeler un prénom à chaque fois qu'on l'utilise, on invente un nouveau signe afin de désigner une personne. Depuis longtemps, Elizabeth utilisait ce « C » formé avec une main, qui partait de son cœur vers l'avant, pour désigner sa tante. Elle trouvait ça beaucoup plus personnel qu'utiliser le signe traduisant le mot « tante » qui, selon la gamine, n'était pas suffisant pour désigner Celeste. Elle est bien plus que cela à ses yeux. De toute façon il suffit de voir cet éclat dans son regard, à défaut de son sourire caché par un beignet, pour comprendre qu'elle est heureuse de voir sa tante.

Ça va ? Bien dormi ? 

Une question qui est devenue une habitude avec ses proches. Le genre de question anodine, qui peut passer inaperçue ou sans grand-intérêt. Mais pour elle, c'est surtout une façon de s'assurer que y a personne qui vienne ennuyer les gens qui lui sont chers durant leur sommeil.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

entravée

avatar



"You're the love that I hate
You're the drug that I take
Can you change me ?
From the monster you made me ?"
INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 260
POINTS : 2592



MessageSujet: Re: Journée filles    Ven 8 Juin - 20:52


Journée filles

Elizabeth & Celeste


C’est la culpabilité au ventre que je m’endors encore cette nuit. Je ne cesse de penser à Mordread et à l’effet qu’il me fait depuis qu’on a cessé de simplement se détester. Il me rend dingue. J’ai envie d’aller lui rendre visite cette nuit encore. Je sais à quel point il apprécie nos petits jeux. Pourtant, je dois me nourrir et je ne peux pas me permettre de le faire à ses dépens. Cela ne fait que me rendre accro à lui, et ça me fait d’autant plus culpabiliser. Je ne peux pas faire ça au père d’Eli. Ma chère Eli. Et voilà, je ramène encore Victoria au dernier plan, comme si, comme si elle ne comptait pas. Je m’en veux tellement. Tellement. Mes divagations dans le monde des songes me ramène à sa sphère. Éclatante, paisible. Je la vois de loin. Je vois aussi une silhouette devant. Une silhouette que je reconnaitrais entre mille. Elizabeth.

Sous le choc de cette révélation, je m’arrête. Elizabeth fait partie du monde des Songes mais….une gardienne ? Non. Les gardiens je les flaire à des kilomètres. En plus, une aura sombre l’entoure. Je déglutis avec peine. Mon rayon de soleil a la même malédiction que moi. Les larmes me montent aux yeux. Pourquoi n’avais-je pas deviné ? Evidemment qu’elle ne risquait pas de m’en parler. N’importe qui de sensé n’annoncerait pas une chose pareille à ses proches. Mais… Je reste muette tandis que mon regard se pose sur le songe de Victoria. Dois-je lui parler maintenant ? Quelle est la meilleure position à adopter ? Je ne dois pas faire de faux-pas. Le plus tôt est certainement le mieux n’est-ce pas ?

Mon regard cherche Elizabeth tandis que je rassemble mon courage pour annoncer ma présence. Mais elle a disparu. Paniquée je scrute le songe de Victoria. Est-ce que sa propre fille oserait ? Non visiblement, le calme qui règne sur le sommeil de ma chère sœur est toujours aussi palpable, toujours aussi étouffant. J’ai tellement envie d’y semer la pagaille, mais je ne dois pas, c’est prohibé. J’ai déjà fauté à plusieurs reprises avec les songes de Mordread. Je… si Eli l’apprend….elle risque de m’en vouloir. Je blêmis. Pourtant je me promets de jouer cartes sur table. Mais impossible de remettre la main sur ma nièce adorée. Je guette les sphères qui s’étendent à perte de vue, aucune n’attire mon attention. Je frémis. J’ai faim aussi. La mort dans l’âme, je m’attaque au premier songe qui me semble libre.

***

Je me réveille avant que mon criard de téléphone ne sonne. C’est une première cette semaine. Je cherche à savoir si ce que j’ai vu cette nuit était une invention de mon esprit ou bien la réalité. Mais je dois bien me rendre à l’évidence. Je ne rêve pas. Je soupire, le regard vers le plafond. Mon adorable nièce, ma raison de vivre est un cauchemar. Je suis clouée au lit. Pourtant je dois aller chercher la concernée dans non moins d’une heure. Pour une petite virée en ville. Comment je vais faire pour avoir l’air normale ? Comment est-ce que je dois aborder la question ? Est-ce que je dois aborder la question ? Comment la pousser à se confier ? Je pousse un grognement agacé. Bon. Dans tous les cas, il faut que je me bouge. Je me glisse dans la douche, puis mécaniquement vers ma penderie. J’essaie d’adopter un style élégant mais décontracté, histoire de rester à la fois cool et respectable auprès d’Elizabeth. Elle est encore une ado après tout. Si je lui mets la honte, elle ne voudra plus sortir avec moi pas vrai ? Son père n’en serait que trop ravi.

***

Un petit café et un brossage de dents plus tard, me voilà en route pour le manoir. Je redoute de croiser Mordread. Je préfère encore largement croiser Rodolphe, je me sens moins gênée. J’admire cet homme, il se plie à tous les caprices de son employeurs et s’en occupe encore comme s’il était son fils. Il a bien du courage ! Je me gare rapidement dans la cour, prête à repartir. Mais avant ça, je sors de la voiture pour accueillir Eli et son beignet en travers de la bouche. Elle est si adorable que je n’ai pas besoin de feindre le grand sourire attendri qui s’affiche sur mes lèvres. Elle signe un salut avec mon prénom, j’aime beaucoup celui qu’elle a choisi. Je lui réponds de la même manière avec celui que je lui ai trouvé. La main fermée, le pouce en-dessous des doigts, j’imite le signe que font les asiatiques pour imiter le lapin, excepté le fait que je ne m’embarrasse pas du cucul « Pyon pyon ». J’agite juste la main en la regardant affectueusement.

Salut Eli !

Elle me demande si j’ai bien dormi et pour la première fois sa question me fait perdre ma superbe. Que répondre ? Gênée sous son regard que je trouve soudain inquisiteur, sûrement à tort, je signe ensuite.

Une nuit un peu agitée, ça arrive. Et toi ? Tu as passé une bonne nuit ?


Verrais-je une once de culpabilité dans son regard ? Va-t-elle détourner les yeux ?

MademoizelleZ

_________________
« Hold on, you only have one family. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 01/06/2018
MESSAGES : 61
POINTS : 540



MessageSujet: Re: Journée filles    Mar 12 Juin - 1:12

Hmm...
C'est bien connu, quand il manque un sens, c'est souvent compensé par autre-chose. A défaut de pouvoir entendre, Elizabeth avait pris cette habitude de regarder les gens... De vraiment les regarder. A la base, c'était pour regarder les signes qu'ils font ou leurs lèvres qui bougent afin de pouvoir les comprendre. A force de le faire, Elizabeth avait acquis cette capacité à voir les changements faciaux et corporels des gens. Et là, c'est exactement ce qui vient de se passer avec Celeste. Il a  suffit d'une question, pourtant anodine, pour que le visage de sa tante change. Le problème c'est que, si Eli est capable de voir cela, elle manque d'expérience pour en comprendre la signification. Y a le nez de la jeune fille qui se fronce légèrement, son regard qui veut comprendre se qui vient de ce passer dans la tête de Celeste.

Une nuit agitée, c'est l'explication que donne Celeste. Mais est-ce que ça explique ce changement d'attitude ? Elizabeth, elle hésite, elle cherche à voir quelque chose d’invisible sur le visage de sa tante, comme si une réponse allait, soudainement, s'afficher sur son front. Après une ou deux secondes, elle estime que, oui, une mauvaise nuit peut expliquer ce changement chez Celeste. Mais, si c'est le cas, Elizabeth, elle a envie de savoir d'où vient cette agitation qui s'est invitée dans la nuit de sa tante. Pourtant, avant, elle laisse passer un large sourire en hochant la tête.

Je te dirais bien que j'ai dormi comme un bébé mais, en fait, elle est pourrie cette expression, non ? Un bébé, en vrai, ça se réveille tout le temps, ça pleure, ça hurle... Bref, on ne peut pas vraiment dire que ça dort bien.

C'est son père qui doit être content parce que, une chose est sûre, du haut de ses quatorze ans, Elizabeth n'a clairement pas la fibre maternelle. En même temps, elle part avec un sacré avantage : ce n'est pas elle qui sera dérangée par les cris d'un estomac sur patte avec de la morve collée au nez ! Bref, ce n'est pas elle qui allait rentrer avec un môme dans le bide, après un « accident ». Remarque, pour le coup, elle taperait fort pour faire chier son père !

On y va ?  Elle secoue la tête. Sinon il serait capable de venir, juste pour me faire des recommandations comme si j'avais 5 ans.

Elle croque enfin dans son beignet, en se dirigeant vers la voiture. Une fois installée et sa ceinture bouclée, elle continue de manger d'une main avant de le poser sur son genou quand Celeste s'installe à son tour. Avant qu'elle ne démarre, Elizabeth affiche tout de même un sourire amusé.

Celeste ? Quand tu dis que ta nuit a été agité, c'est genre, dans le bon sens du terme ? Enfin, tu vois ce que je veux dire ?

C'est une des forces d'Elizabeth : aller chercher des réponses sans en avoir l'air. Détourner la conversation sur d'éventuels ébats pour savoir si, sa nuit agitée est due à la présence de quelqu'un ou si c'est son sommeil qui a été troublé. Bien sûr, cette technique a beaucoup moins d'effet quand la personne en face possède des informations qu'Eli ignore encore. Sauf que, tout d'un coup, elle en vient à se dire que si c'est vraiment à cause d'une personne extérieure... Ses sourcils se froncent légèrement.

Tu as rencontré quelqu'un ?

Elle aimerait vraiment être heureuse pour sa tante si c'est le cas mais, ce n'est pas le cas. Ça fait un peu culpabiliser la jeune fille de penser de cette manière mais, si elle a rencontré une personne alors... Alors, Eli, elle peut abandonner toutes idées de voir Celeste et son père continuer de se rapprocher. Elle sait qu'elle devrait espérer voir sa mère ouvrir les yeux à nouveau, de voir ses parents former un couple parfait mais... ça non plus, elle n'y arrive pas. De toute façon, ils n'avaient jamais été un couple parfait sinon, pourquoi son père aurait continué à aller voir ailleurs alors que Victoria était sous ses yeux ?

Parce que, si c'est le cas, je veux TOUT savoir!

Comme ça, elle pourra plus facilement pourrir les rêves de ce mec hypothétique. Lui faire oublier ce qu'est un rêve jusqu'à ce qu'il devienne fou et qu'il n'intéresse plus Celeste. Pas moyen qu'un inconnu vienne tout gâcher entre Celeste et son père... Parce que, oui, Elizabeth, elle a envie de croire que ça peut exister et fonctionner entre les deux. Bon, ok, ce n'est pas le challenge le plus facile qu'il puisse exister mais, ça ne coûte rien d'essayer et d'espérer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

entravée

avatar



"You're the love that I hate
You're the drug that I take
Can you change me ?
From the monster you made me ?"
INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 260
POINTS : 2592



MessageSujet: Re: Journée filles    Mar 12 Juin - 10:02


Journée filles

Elizabeth & Celeste


Je vois au regard d’Eli que ma réponse ne lui convient pas. Et si j’espérais une réaction coupable, je me retrouve avec une réaction inquisitrice ! Bizarrement ça me fait sourire. C’est bien Eli ça. Je me demande à présent ce que je vais bien pouvoir fournir comme explication. Et surtout, comment je vais pouvoir la faire parler. Sa réponse à elle m’arrache un rire. Je signe à mon tour.

C’est vrai, c’est quoi cette expression ! Mais tant mieux, je suis ravie de savoir que tu as bien dormi !

C’est qu’elle a dû se régaler. Je soupirerais presque d’abattement si je ne me sentais pas observée par ma chère nièce. Elle est douée pour décrypter les expressions et c’est tout un art que de lui cacher quelque chose, c’est pour ça que je n’ai absolument aucune envie de lui mentir. Et puis de toute façon, je déteste mentir, surtout à la personne la plus chère à mes yeux. C’est pour ça que maintenant je saisis l’ampleur de ma bêtise. Je me suis fourrée dans de beaux draps avec Mordread…et en plus je me fais des jeux de mots vaseux toute seule. La réplique suivante d’Eli me ramène à elle et, amusée, je lève les yeux au ciel à l’évocation de son père poule. Avec une expression complice, je réponds.

Oui, allons-y !

Je suis sûre qu’il épie par la fenêtre comme une commère. Il a toujours du mal à lâcher Eli, même si depuis quelques temps, les choses ont bien évidemment changées vis-à-vis de ma personne. Je me retiens de lancer cette remarque devant sa propre fille. Je sais qu’elle adule son père comme un dieu et je n’aurais rien à gagner à le critiquer devant elle. Elle s’en charge très bien toute seule et ça m’amuse beaucoup. Alors que je m’apprête à démarrer, la question d’Eli arrête mon geste. Moi qui espérait que le sujet de la nuit était clos pour le moment, la voilà qui recommence. Et avec des sous-entendus scabreux en plus. Dans d’autres circonstances, cela m’aurait beaucoup fait rire de la part de l’adolescente qu’elle est, mais malheureusement pour moi, les acteurs de cette situation sont les moins moraux que l’on puisse trouver et la culpabilité m’envahit.

J’essaie d’avoir l’air neutre, mais je sens bien que le rouge me monte aux joues. Bien sûr que le fait d’avoir appris qu’elle est un Cauchemar est ma priorité, mais, elle a su détourner le sujet, sans le savoir, vers quelque chose de finalement beaucoup plus gênant pour moi. J’espérais être celle qui pose les questions et finalement, c’est moi qui me retrouve interrogée. J’ai un mal fou à la regarder dans les yeux. Le pire c’est qu’elle insiste devant mon silence et mon hésitation. Elle veut tout savoir. Je n’ai aucune envie de lui mentir, mais je ne peux pas tout lui dire, alors, je réponds timidement, choisissant scrupuleusement chacun de mes mots.

Oui, j’ai rencontré quelqu’un. Mais ce n’est rien de sérieux, juste….pour la nuit, tu vois ?

En tout cas, j’essaie moi-même de m’en persuader. J’espère de tout cœur qu’elle n’en demandera pas davantage. Je n’ai aucune envie d’extrapoler sur ma relation avec son père en ayant à cacher que c’est lui. Mon dieu que c’est compliqué ! Il faudrait que j’invente un prénom, une vie à cet homme….et ce serait mentir. Déjà que j’omets des choses…alors pour retourner un peu la direction de la conversation, je prends un air plus enjoué et je lui dis avec un clin d’œil.

Ne t’en fais pas, tu restes ma priorité ! Aller on file, sinon ton père va venir vérifier si je sais encore conduire !

Ne lui laissant pas le temps d’en rajouter une couche, je démarre pour quitter la cour du manoir Walker. Je me suis mise dans une sacrée situation et je sais très bien qu’Eli ne va pas en rester là. Mon cerveau fonctionne à toute allure désormais. Il faut à tout prix que j’évite ce thème. Je peste intérieurement aussi de m’être fermé une porte pour questionner Elizabeth sur le monde des songes. Je ne vois pas comment ramener le sujet sur la table et encore moins sans que ça ne paraisse bizarre. Celeste tu crains !

Quelques minutes plus tard, je me gare sur un parking du centre-ville. J’ai réussi à me calmer un peu, en me disant que je trouverai bien un autre moment pour aborder le sujet. Ça se fera tout seul, forcément. Convaincue par ces pensées, je me tourne vers la belle jeune fille à mes côtés pour lui demander, tout sourire.

Par quoi veux-tu commencer ?

On a la journée, et un millions de possibilités. Shopping, cinéma, musées, balades,… Manchester est une ville bien active culturellement. C’est impossible de s’ennuyer. Surtout quand on a les moyens.
MademoizelleZ

_________________
« Hold on, you only have one family. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 01/06/2018
MESSAGES : 61
POINTS : 540



MessageSujet: Re: Journée filles    Jeu 14 Juin - 3:28

Hmm, hmm. Elizabeth a ce regard mi-plissé. Ce regard mi-interrogatif, mi-amusé, face à la réponse de sa tante. Ok. Celeste occupe ses nuits avec quelqu'un... En même temps, qui ne voudrait pas de Celeste ? Et ce n'est pas juste parce que c'est sa tante et qu'elle adore, Eli est tout ce qu'on fait de plus objectif – du moins, elle se plaît à le croire ! Enfin, vous voyez, Celeste n'est pas un idéal pour rien. Elle a de l'esprit, elle est amusante, elle pourrait s'habiller avec un sac poubelle qu'elle arriverait à le rendre classe. Puis son sourire, vous avez vu son sourire ? Elizabeth, elle a une liste de qualité longue comme le pays pour sa tante ! N'empêche que ça ennui la petite Eli que quelqu'un partage des nuits avec Celeste, parce que ce quelqu'un ça devrait être son père, pas un abruti de première... Oui, elle ne connaît pas l'homme avec qui est Celeste mais, forcément, comme ce n'est pas son père, c'est forcément un naze. Question de principe !

Sauf qu'elle n'est pas conne Celeste, elle doit bien savoir qu'il existe un moyen pour clore la conversation : conduire ! Non parce que, sérieusement, vous avez déjà vu deux sourdes communiquer dans une voiture quand l'une conduit ? C'est juste pas possible. Celeste serait obligée de regarder Elizabeth pour voir ce qu'elle signe. Et faudrait qu'elle lâche le volant pour qu'Eli puisse la comprendre. Accident assuré. Mais ce n'est pas plus mal, ça laisse tout le temps à Eli de préparer toutes une série de questions sur cet homme mystérieux. Elle sait être patiente quand les circonstances le demande. Alors ouais, ce n'est peut-être pas très cool de vouloir tout savoir sur un homme, seulement pour le rendre fou en allant dans ses rèves. Ce n'est pas cool de faire foirer le plan cul de Celeste, parce qu'elle mérite d'être heureuse. Mais, d'un autre côté, Elizabeth pense qu'elle ne pourra vraiment être heureuse qu'avec son père... Alors, au final, c'est pour son bien.

La voiture se gare et Elizabeth se dépêche de sortir. Face à la question de sa tante, elle réfléchie un instant à ce qu'elle voudrait faire et, finalement, ça semble être évident.

J'ai une soirée, genre GROSSE soirée dans quelques temps.

Et, au sourire qu'elle fait, à l'étincelle dans son regard, il n'y a pas de doute sur le fait que c'est LA soirée à ne pas louper. Sa première vraie faite dans une grande maison, le genre de rituel qui prouve son intégration à un groupe.

Faut que je me trouve une tenue, surtout que...

Elle se pince les lèvres, hésite un peu et rougie sûrement par la même occasion. Est-ce qu'elle doit lui en parler ou non ? Évidemment que oui, si elle ne peut pas parler d'un truc avec Celeste, avec qui elle pourrait le faire ?

Enfin, tu vois, disons que j'aimerais bien réussir à plaire à quelqu'un. Ou, au moins, qu'il me remarque un peu.

Juste un regard, une parole, n'importe quoi. Parce qu'il lui plaît bien ce garçon. Il est juste parfait à ses yeux et, Elizabeth elle n'a pas envie de passer pour la sourde de service. La fille bizarre qui n'entend rien de ce qu'on lui dit. La gamine, elle veut seulement être normale à cette soirée et donner l'impression d'être aussi cool que le reste des invités.

Alors, si tu pouvais m'aider à choisir une tenue et me filer des conseils, ça serait vraiment, vraiment, VRAIMENT, trop cool

Et voilà qu'elle joint ses mains, sous son menton, avec ses yeux suppliants de chat potté. Comme si elle a besoin de ça pour faire plier sa tante, comme si Celeste va refuser de lui filer un coup de main. Cette tante qui a toujours répondu présente à la moindre petite chose. Qui a toujours été dans la vie d'Elizabeth au point que, ceux qui ne connaissent pas la famille, pense que c'est elle sa mère.  Croyance qu'Elizabeth devrait démentir à chaque fois que la situation se présente, ne serait-ce que par respect pour sa véritable mère. Pourtant, Eli ne le fait jamais. Ce qui, à bien y réfléchir, en dit déjà long sur la manière dont elle considère Celeste.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

entravée

avatar



"You're the love that I hate
You're the drug that I take
Can you change me ?
From the monster you made me ?"
INSCRIT DEPUIS LE : 17/01/2018
MESSAGES : 260
POINTS : 2592



MessageSujet: Re: Journée filles    Jeu 14 Juin - 11:04


Journée filles

Elizabeth & Celeste


Alors qu’elle sort de la voiture, je repense à son expression lorsque j’ai mis fin à la discussion pour conduire. J’ai la pression. Elle n’est pas dupe ma nièce adorée. Elle sait que je n’ai pas tout dit. Mais, bon. Après tout, elle me concèdera peut-être le droit d’avoir mon jardin secret sans m’en tenir rigueur. Surtout que si j’insiste sur le fait que je fréquente un homme juste pour coucher, ça ne devrait pas l’intéresser plus que ça ! Elle a beau entrer à l’âge où on pense au garçon et même au sexe, je doute qu’elle veuille des détails croustillants sur la vie sexuelle de sa tante. J’espère grandement que non !

Je me surprends à imaginer ce que ça pourrait être, si on pouvait vivre notre histoire au grand jour. Mordread et moi, avec Eli. Je me demande comment elle le prendrait si elle savait. Je sais que ses relations avec Vic’ étaient tendues avant son accident, mais…. Elle reste sa mère. Elle l’aime très fort quoi qu’elle en pense. Non, certainement, elle ne me pardonnerait pas une telle chose.

Abandonnant ce genre de pensées, je me ressaisis pour me remettre dans le bain et sort à mon tour, fermant la voiture à clef d’une pression sur la commande digitale alors que je regarde Eli signer. Un sourire éclaire mon visage en la voyant si excitée. Alors comme ça une grosse soirée ? Evidemment, il faut qu’elle se trouve la tenue parfaite. La pensée fugace qu’elle a soudainement bien grandit me traverse l’esprit. Elle a l’âge de commencer à sortir, mais, pas trop tout de même, elle n’a même pas quinze ans….mais je sais que son père lui fait confiance à ce sujet et je respecte cette décision. Puis, Eli est du genre à avoir la tête sur les épaules. Je la trouve très mature pour son âge sûrement une chose amené par sa surdité totale. Elle a su en faire une force et ça me rend fière d’elle. Elle poursuit son explication et puis…. Et puis ? Je sens l’arrivée d’une révélation. Mon regard se fait plus intéressé.

Oui ?

Elle finit par lâcher  le morceau, en rougissant. Je la trouve tellement adorable en cet instant. Elle veut plaire à quelqu’un. Un garçon. Je suis contente pour elle, ça la rend radieuse d’être entichée. Pas encore amoureuse j’espère… Mais je suis curieuse à propos de ce garçon à mon tour. Décidément ! Ses questions n’étaient en fin de compte pas anodines ! Peut-être simplement un prétexte pour introduire cette personne si spéciale pour elle ?

Bien sûr que je vais t’aider !

Je lui souris et tandis que nous marchons en direction du centre commercial, j’en profite pour lui demander.

Et comment est-il ce jeune homme ?

Je me demande s’il est dans sa classe, quel âge il a, comment il se comporte avec les filles avant de même vouloir connaître son prénom, mais je ne veux pas la brusquer avec des millions de questions, alors je la laisse venir avec un sourire complice. Après tout, si elle veut des conseils, il faut bien qu’elle m’en dise plus. Nous entrons dans la première boutique de son choix et mon regard se prépare à scruter l’incommensurable quantité de vêtements, mais seulement après avoir eu la description de l’élu de son cœur. J’avoue être ravie intérieurement en songeant à Mordread qui ne sait probablement rien de son existence. J’imagine qu’Eli n’est pas assez téméraire pour subir l’interrogatoire de son protecteur de père à propos d’un garçon susceptible de lui voler l’affection de sa fille. Déjà qu’il a du mal à concevoir qu’elle puisse m’aimer autant. C’est un peu idiot de ma part de penser ça, mais ça me fait plaisir de savoir des choses qu’il ne sait pas.

MademoizelleZ

_________________
« Hold on, you only have one family. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Journée filles    

Revenir en haut Aller en bas
 

Journée filles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Que faire lors d'une journées entre copines?
» Sortie entre filles à Lyon
» Filles de Ryiad
» Journée à Dinant en juillet 2007
» Invitation à la Journée Départementale du REAAP38 ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: manchester :: Manchester South. :: Habitations.-