AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥️
» pour «

Partagez | 
 

 Un entretien d'embauche comme un autre... ou pas [Aiden Fawkes & Sacha Zakrevski]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Un entretien d'embauche comme un autre... ou pas [Aiden Fawkes & Sacha Zakrevski]   Dim 1 Juil - 20:20

Un entretien d'embauche comme un autre... ou pas
Sacha & Aiden

Le bâtiment dans lequel Sacha habitait n'était pas n'importe lequel, c'était un immeuble des plus riches, faisant vingt étages. L'entrée était une porte automatique ronde noire, cela se déversait dans un large hall d'une propreté impeccable et dont les coins regorgeaient de caméras de sécurité. À droite, le long du mur, un comptoir avec au minimum deux personnes, la troisième étant dans une pièce accessible plus loin. On ne laissait pas passer n'importe qui et en cas de doute, la réception contactait l'habitant concerné. Le courrier était d'ailleurs délaissé ici et dans le cas où il fallait une signature, on contactait la personne quémandée et le facteur ne pouvait pas aller plus loin.

Au bout du couloir, une double porte, couleur blanche, juste à côté sur le mur, il y avait tous les noms des habitants. C'étaient gravés sur des plaques dorés, accompagné du numéro. C'était aussi séparé par étage. De bas en haut. Un œil avisé pouvait repérer que les cinq premiers étages étaient comporté de quatre appartements chacun, ceux allant du numéro 21 à 40. Les cinq étages suivant, comportaient trois appartements chacun, ceux du numéro 41 à 55. Les cinq autres, comportaient deux appartements chacun, ceux du numéro 56 à 65. Et enfin, les cinq derniers étages comportaient seulement un appartement chacun, allant du numéro 66 à 70. Les portes s'ouvraient de deux façons, soit par la réception avec un bouton, soit par une carte nominative à faire scanner par le boitier noir présent sur la poignée à la place de la serrure.

De l'autre côté de la porte, il y avait deux ascenseurs de verres, accompagné de deux escaliers qui entouraient chacun un ascenseur, celui de droite montait tandis que celui du gauche descendait. Oui, il y avait un sous-sol où un garage surveillé permettait aux habitants de ne pas avoir peur pour leurs voitures ou motos. Qu'importe l'ascenseur, les deux déversaient aux même étages, soit les 20.

Arrivé au dernier étage, les ascenseurs faisaient face à une porte blanche blindée qui gardait le son à l'intérieur.

L'appartement de Sacha était très grand, vraiment très grands, chaque pièce étant assez bien insonorisé. L'entrée possédait un endroit où s'asseoir qui faisait face à un grand miroir, il y avait un téléphone accrocher au mur, non loin de l'entrée qui permettait de contacter la réception. Il y avait un placard où les affaires pouvaient y être ranger. Le petit hall d'entrée débouchait directement dans un salon. Deux canapés se faisaient face, séparé par une table basse. Deux fauteuils faisaient que cela face une sorte de demi-cercle, dont à l’opposé, la télé trônait, accrocher au mur. À gauche de la télé, il y avait une porte permettant d'aller dans la salle-à-manger, plus loin derrière le canapé de droite, une grande baie vitré permettait d'accéder à la terrasse, tandis qu'a son prolongement, des deux côtés, des couloirs se formaient.

La salle-à-manger était composé de seulement une table pouvant accueillir huit couverts, juste en face d'une fenêtre. Il y avait, sur un des murs, un tableau trompe l’œil, ce dernier cachait en effet une télé. Il y avait aussi deux portes, l'une menant au premier salon et l'autre menant à la cuisine. Cette dernière était relativement grande, comportant tout le nécessaire, ayant une plaque de cuissons tactile, en plus d'une partie où il y était possible de s'asseoir sur des tabourets. La deuxième porte présente débouchait sur le couloir qui longeait la baie vitrée.

Donc, le couloir emmenait à plusieurs endroits. À gauche, celui qui emmenait à la cuisine, débouchait sur trois portes à gauche, une au fond et une à droite. La première à gauche était le cellier, là où la femme de ménage faisait tourner les machines et où elle rangeait tous les produits de nettoyage. La seconde à gauche, était la bibliothèque, deux pans de murs recouvert d'étagères pleines de livre, certains en anglais, d'autres en russes, puis juste en dessous de la fenêtre il y avait un canapé avec des rangements en dessous où les DVD prenaient place. La troisième porte à gauche, emmenait dans une chambre. La plus petite des chambres, mais pas pour autant désuète. Un lit double, une télé, une petite séparation en verre qui coupait la chambre du bureau, il y avait aussi une grande armoire incorporer dans le mur dont l'ouverture était en accordéon. C'était cette chambre qui devait servir au futur cuisinier si ce dernier souhaitait s'installer sur son lieu de travail. La porte du fond était une grande salle-de-bain, possédant une baignoire, une grande douche transparente, deux lavabos et des toilettes.

La porte à droite, était celle menant à la chambre de Sacha. Cette dernière était relativement grande et séparer en trois parties. En rentrant, c'était la partie lit, séparé par une vitre, l'on rejoignait la partie canapé qui faisait face à une grande télé avec des consoles vidéos dernier cri, la troisième parties était face au lit où un grand bureau et un tableau transparent prenait place. Sur le bureau, il y avait un ordinateur portable, ainsi que des livres de cours, des feuilles remplis d'écriture ou de schémas, c'était dans un bordel organisé. Le tableau transparent était recouvert de calcul compliqué et de schémas scientifiques, des deux côtés. Il y avait deux autres portes, la première, au bout de la chambre, transparente, emmenait à la terrasse. Tandis que la deuxième, fait de perles, emmenait à un dressing plein de rangements et d'ailleurs ranger dans un ordre précis.

Maintenant, à droite du couloir longeant la baie vitrée, il y avait deux portes à gauches et deux portes à droites. La première porte à gauche était le salon de musique, appelé ainsi à cause du piano à queue et ainsi que des nombreux livres de musiques qui s'y trouvaient, il y avait aussi une grande chaîne hifi, un micro, ainsi que des fauteuils, l'on pouvait accéder à la terrasse par une porte coulissante. La seconde porte à gauche était la chambre d'Aksinya. Il y avait un lit double, une séparation de verre, un coin canapé avec une télé et une armoire. La chambre possédait deux portes, une transparente qui permettait d'accéder à la terrasse et la deuxième qui permettait d'aller dans une salle-de-bain. Cette dernière comportait, une baignoire, une douche transparente, deux lavabos et des toilettes. La première porte à droite était une chambre, un lit double, une séparation de verre, un coin télé, une armoire et une porte qui emmenait à une salle-de-bain. La salle d'eau était composé que d'une douche transparente, de deux lavabos et des toilettes. La seconde porte à droite était la dernière chambre. Cette fois-ci, l'entrée allait sur le coin canapé, suivit d'une armoire, d'une séparation rayée et du lit double, la porte qui permettait d'aller à la salle-de-bain était en face du lit. La salle-de-bain était composé que d'une baignoire, d'un lavabo et des toilettes.

La terrasse était composée de verdure sur chaque côté accompagné de transats, tandis que le milieu, celui qui faisait face au salon, était bétonné. Une table de jardin, accompagné d'un parasol était non loin de l'entrée. Plus loin, en sur-élévation, une piscine prenait place. En son prolongement, c'était un jacuzzi qui avait élue domicile.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


C'était samedi, Sacha avait dû se lever tôt, cela ne sortait pas de d'habitude. Il était sept heures, c'était suffisamment l'heure pour lui de se lever, ayant dévoré un énième rêve durant la nuit. Enfin, après avoir flâné dans son lit, téléphone en main à faire défiler ses messages sur ses réseaux sociaux, répondre à ses fans et aussi se perdre sur Youtube à regarder des chats faire des trucs trop houf. L'adolescent était resté sur son téléphone pendant pratiquement une heure, mais bon, il n'avait pas cours, donc il pouvait se le permettre. Oui, enfin, bon, il avait des choses de prévus quand même, donc quand il devait y aller, il devait y aller. Sacha s'était relevé, quittant ses draps doux. Il était, naturellement, en boxer et de ce fait, l'adolescent était partie s'enfouir dans son dressing, se demandant ce qu'il allait porter. Il lui avait fallu au moins une trentaine de minutes pour trouver quoi mettre. Munie de ses vêtements, Sacha était aller dans la salle-de-bain, se glissant avec joie dans la douche.

Une fois qu'il avait jugé être suffisamment propre et s'être mit à chanter plusieurs fois Bad Romance de Lady Gaga, Sacha était sorti de la douche, entreprenant de se sécher avec délicatesse. Il avait fait une inspection dans le miroir, puis s'était mit à s'habiller. Un sous-vêtement, suivit d'un pantalon militaire clair qui était serré et une chemise violette à manche courte. Après un petit passage aux commodités, Sacha s'était peigné avec minutie, voulant que tout soit parfait. Il s'était ensuite appliqué des crèmes hydratantes, petit rituel du matin, après bien sûr s'être laver les dents.

Sacha était ensuite sortit de la salle de bain, après avoir déposé sa serviette dans le panier à linge. Il était retourné dans sa chambre, les pieds nus. Il avait rangé son pyjama et fait son lit, il n'aimait pas laisser la femme de ménage s'en charger, elle avait suffisamment à faire. Un petit coup d’œil à son téléphone, lui avait fait comprendre qu'il était neuf heures trente et que la femme de ménage était déjà là depuis une trentaine de minutes. Sacha avait enfilé ses mini-chaussette suivit de ses bottines marron qui étaient loin d'être sale puisque c'était des chaussures d'appartement. C'était mieux que des chaussons.

Le nez dans son téléphone, dont les messages de ses différents réseaux sociaux ne descendaient jamais et ne faisaient que monter malgré sa présence, Sacha avait arpenté le couloir. Il avait néanmoins fait une pause, se mettant dos à la baie vitrée et prenant la pose pour prendre une photo qu'il avait ensuite poster sans mettre de filtre. Il avait repris son chemin, remarquant qu'il avait déjà des commentaires de sa photo. C'était limite, s'il n'était pas suivit par tous les adolescents du royaume-uni.

Hop, Sacha avait pénétré dans la cuisine, rangeant son téléphone dans sa poche. Il avait sorti un verre, le posant sur le comptoir, il avait récupéré le jus d'orange du frigo, se versant un grand verre. Il avait ensuite ouvert un énième placard pour prendre une boite de céréales unicorn déjà entamer. L'adolescent s'était assis directement sur le comptoir, une main dans le paquet, l'autre sur son téléphone. Il changeait des fois, prenant le verre de jus d'orange.

"- Voilà, pourquoi, je veux que l'on ait un cuisinier. Cela éviterait que tu manges n'importe comment."

Sacha avait failli faire une crise cardiaque, ne s'attendant pas à ce que son arrière-grand-mère soit là. Une main sur le cœur, l'adolescent s'était retourner, une petite moue adorable sur le visage. La veille femme avait levé les yeux au ciel, avant de lui rappeler que les premières personnes pour l'entretien d'embauche allait pas tarder à venir. Il y en avait deux ce matin, l'un à 10h00, l'autre à 11h30 et le dernier candidat était à 14h00. Sacha allait devoir s'occuper tout seul du dernier puisque Aksinya ne comptait pas louper son sport qu'elle faisait avec ses amies.

L'heure de la première embauche avait sonné, l'adolescent avait rangé ce qu'il avait déplacé tandis que sa tutrice accueillait la jeune femme. Sacha était venu dans le salon pour faire preuve de politesse, avant de s'éclipser dans le salon de musique, le jeune homme avait croisé la femme de chambre qu'il avait salué. Sacha avait refermé la porte derrière lui, paré pour faire ses exercices de chant, puis, cela avait été le piano où il avait assez de mal pour faire avec les deux mains en même temps.

Sacha était ressorti du salon de musique vers onze heures trente, regagnant le salon principal. Il en avait profité pour saluer l'homme d'un certain âge qui était le deuxième candidat avec un sourire crispé. C'était qu'il devait partager sa salle-de-bain avec le dit cuistot et il n'avait pas envie de tomber par accident sur un corps féminin ou un corps fripé dénudé. L'adolescent était repassé dans sa chambre, prenant son badge et ses clefs, avant de se diriger vers la porte. Il n'avait pas besoin d'expliquer où il allait, sa prababushka le savait, il allait à la réception pour le courrier. Car du lundi au samedi, il recevait toujours quelques choses. Des invitations pour des fêtes que cela soit universitaire ou non, des journalistes qui voulaient des interviews, des lettres de fans, des lettres de menaces... En gros, il en avait beaucoup, beaucoup trop.

Sacha avait sagement fermer la porte à clef, appelant l'un des ascenseurs de verre. Le transport n'avait pas mis bien longtemps pour venir, le cueillant sans dommage. Pour occuper son temps, l'adolescent avait sorti son téléphone pour, cette fois-ci, faire un sudoku avec une difficulté maximale. Arrivé au rez-de-chaussé, Sacha était sorti de l'ascenseur, finissant son sudoku avec un petit sourire satisfait. Le jeune homme avait rangé son téléphone, franchissant la double porte. Il s'était déplacé avec fluidité vers la réception.

"- Bonjour Jenna, bonjour Nina ! Vous allez bien ?"

Sacha avait fait la bise aux deux femmes de gardes ce matin, recevant des salutations et des réponses positives. On lui avait donné une liasse d'une dizaine de lettres. L'adolescent avait papoté avec les demoiselles. Puis, voyant que midi allait sonner, il leur avait dit au revoir, retournant vers la porte qu'il avait déverrouillée de sa carte. Il avait appelé une nouvelle fois un des ascenseurs en verre, croisant un voisin qui semblait pressé. Sacha était rentré dans la boite transparente, regardant les lettres qu'il détenait dans ses mains. Il avait ouvert la première lettre, la refermant tout de suite en lisant seulement les premières lettres d'homophobie. Ayant soudainement la flegme de continuer de regarder les lettres, Sacha avait patienté durant le court trajet.

Il avait pénétré l'appartement, allant directement dans la cuisine pour mettre à la poubelle la première lettre, il avait repris son inspection vite faite, survolant les lettres et jetant celles qui lui voulait juste du mal. Celles restantes avaient rejoint la table basse de sa chambre pour une lecture prochaine. Bon, il y avait toutes les lettres de la semaine, fait en plusieurs tas selon leur importance qu'il avait captée à sa lecture rapide. Il allait toutes les lires demain, parce que durant la semaine, il était trop pris avec les cours, le chant et aussi un peu de distractions pour décompresser.

Le jeune homme était retourné dans la cuisine pour regarder Aksinya en train de mettre des plats surgeler au micro-onde. Tout deux s'étaient regardé avec un air qui disait 'il-faut-vraiment-un-cuisinier'. Les emplois du temps des deux habitants étaient trop charger pour s'occuper de la cuisine, surtout que niveau savoir faire, il y avait de la marge. Entre l'une qui avait la poisse en faisant cramer les plats et l'autre qui avait tendance à manger le plat avant la confection finale, ils n'étaient pas sortit de l'affaire. Donc oui, il leur fallait un cuistot.

Le repas s'était passé dans la cuisine, l'adolescent avait questionné son arrière-grand-mère sur les deux adultes qui étaient passé plus tôt dans la journée. La première avait apparemment de bonnes compétences, mais elle avait vite compris que la demoiselle semblait peu ouverte d'esprit. Et le deuxième avait le contraire. Parce que oui, étant donné que le cuisinier allait être très présent, il ne fallait pas que cela soit quelqu'un de néfaste vis-à-vis de Sacha.

Le repas finis et les couverts mit dans le lave-vaisselle, Sacha s'était échoué avec grâce dans le salon, devenant le roi de la télécommande. Naturellement, il avait mis une série gay qu'il possédait en DVD, bavant devant ses beaux gosses et pouffant de rire car il avait le numéro de certains acteurs. Son arrière-grand-mère n'avait que peu tarder avant de partir.

14h00, le téléphone d'entrée avait sonné et l'adolescent avait mis sur pause, marchant vite pour décrocher le combiner. C'était, Sophie, une des réceptionnistes de l'après-midi, qui lui avait dit qu'un certain Aiden Fawkes était à l'accueil. Sacha avait donné l'autorisation à la demoiselle pour qu'elle puisse lui ouvrir la porte du bas. Suite à quoi, l'adolescent était retourné en courant dans le salon, ayant une idée en tête. Il avait fait un petit retour en arrière, s'arrêtant sur une scène entre deux hommes en trains de s'embrasser profondément. Un petit rire sadique était sorti de sa bouche, il allait voir si l'inconnu était gêné ou juste s'il s'en foutait de l'orientation sexuelle des gens.

Tranquillement, Sacha était retourné près de la porte, ouvrant cette dernière pour attendre l'homme.

Spoiler:
 
Spoiler:
 
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas

banni

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 01/06/2016
MESSAGES : 1216
POINTS : 3658



MessageSujet: Re: Un entretien d'embauche comme un autre... ou pas [Aiden Fawkes & Sacha Zakrevski]   Ven 6 Juil - 17:40


Un entretien d'embauche comme un autre... ou pas

Sacha & Aiden

Monsieur Madigan allait partir. Il allait déménager pour voguer vers de nouveaux horizons outre-Atlantique et il me conseillait de chercher un autre travail. Il m’a promis de me donner des recommandations. Le cœur en peine de voir mon énigmatique employeur me mettre gentiment à la porte, je me suis vite mis à rechercher un nouvel emploi et me voilà, là devant cet immense bâtiment de vingt étages, dans ce quartier riche où je n’avais jamais mis les pieds. Les riches ne commandent pas de pizza il faut croire. J’ai une boule au ventre. Je ne sais pas dans quoi je m’engage mais je sens que ça va être quelque chose d’énorme. Y’a qu’à voir l’accueil, et j’y suis même pas encore à l’accueil !

L’annonce que j’ai trouvée concerne un ado de seize ans, un enfant star visiblement. Je me suis sérieusement posé la question de savoir si c’était une bonne idée que je me fourre là-dedans. Est-ce que je serais en mesure de supporter une célébrité ? J’espère que c’est pas le genre petit roi. Bon, je me suis renseigné un peu sur lui, mais…peut-on croire la presse ? Mhm…je sais juste qu’il passe énormément de temps à poster sur les réseaux sociaux. Bon, pas de jugement hâtif. L’entretien, c’est pas que pour l’employeur, c’pour le futur employé aussi ! Je pourrais me faire une idée du gamin comme ça aussi. N’empêche, je me sens comme un pouilleux là, même avec mon costume parfaitement repassé par ma prévoyante mère. Quand je pense qu’elle a débarqué chez moi hier pour me le donner. Ça va te servir mon chéri qu’elle disait. Ah bah ça pour sûr oui hein.

Inspirant un grand coup, je regarde ma montre, je vérifie que mes chaussures sont propres. Je suis bien le genre à marcher dans une merde au dernier moment. Bien qu’une merde sur ce genre de trottoir c’est certainement improbable. Je ricane tout seul. Bon. Aller, je me lance ! Ma pochette avec mon CV et la liste des recettes que je suis capable de faire, je franchis la grande porte automatique. Je m’attends à voir des lustres de cristal et des tapisserie de la Renaissance aux murs, mais en fait non. Ça respire le propre, et l’ordre. Je m’avance vers le comptoir assez incertain. Puis je me racle un peu la gorge avant de demander à la première personne qui m’adresse un regard.

« Bonjour, Aiden Fawkes. Je suis ici pour voir Monsieur Zakrevski. »

On me fait patienter le temps de prévenir le concerné avant de m’autoriser à prendre l’ascenseur, accompagné d’une personne pour déclencher la machine. J’dois avoir l’air sacrément ahuri, la dame qui me guide m’offre un sourire compatissant. J’essaie de me reprendre, le regard sur les plaques dorées. Je cherche le nom à la consonance russe mais je me souviens qu’en fait le numéro de l’appartement est bien plus simple à voir. Le numéro 70 me fait de l’œil. C’est bien ça. Ya Zakrevski à côté. Laisse tomber, j’ai dû m’entrainer à le dire, j’étais pas sûr de moi. La voix de la femme d’à côté me sort de mes pensées.

« Tout est bon monsieur, vous n’avez plus qu’à patienter le temps d’arriver au dernier étage. »

« Oh d’accord. Et bien merci beaucoup ! »

Un signe de tête accompagné d’un sourire et je la vois disparaître, retourner à son poste tandis que les porte vitrées de l’ascenseur me laissent voir que la cabine s’élève. Plus qu’à attendre maintenant. Les étages défilent, tous plus luxueux les uns que les autres. Et je ne vois que les couloirs ! Bon sang mais où j’ai atterri !  Je commence à suer. Et merde. J’espère que je sentirai pas trop mauvais…. Je regarde ma montre. Bon, au moins, je suis à l’heure. Aller plus que deux étages…..et….voilà. Dernier étage, la porte s’ouvre avec un petit ding et mes pas me transportent dans le couloir, en direction d’une porte déjà ouverte. J’inspire un grand coup et j’essaie de chasser le stress pour seulement sourire. Le gamin m’attend. J’ai pas intérêt à l’appeler comme ça d’ailleurs.

« Bonjour Monsieur Zakrevski. Aiden Fawkes. Je suis ravi de faire votre connaissance. »

Pouah, ça a été difficile de ne pas le tutoyer. C’est pas parce qu’il est plus jeune que je dois prendre mes aises avec lui, même si j’espère qu’on pourra déconner. Il a l’air sympa et enjoué, ça me rassure déjà beaucoup . Je lui tends la main pour le saluer. Pas trop moite j’espère. Puis je le suis à l’intérieur. Wow. Rien que l’entrée est immense déjà. Je viens de prendre une sacrée claque. C’est gigantesque ici ! Mon rythme cardiaque n’est plus agité par le stress mais par l’admiration des lieux. C’est grandiose et…

« ...décoré avec goût. »

Oups, c’est sorti tout seul. Heureusement que c’est un compliment. Mais déjà, ma main se glisse derrière ma nuque, comme à chaque fois que je suis gêné. Mon regard ne peut pas s’empêcher de regarder tout autour quand même. Mes yeux finissent par tomber sur ce qu’il y a à l’écran. Oh, une scène coquine ? Il a le temps de regarder des films ou des séries alors qu’il a des entretien à faire passer ? Il est sacrément décontracté ! C’est ptet ça la célébrité au fond. Soit on devient quelqu’un d’autre, soit on s’assume totalement. Cette fois mon regard s’attarde sur lui. Je n’ose pas trop le dévisager longtemps, mais je ne peux m’empêcher de regarder la manière dont il est habillé. Il aime la couleur et j’en suis totalement ravi. Moi on dirait que je vais à un enterrement. Je lui souris de toutes mes dents, malgré ma honte d’être aussi mal habillé.

« J’ai apporté mon CV et une liste des recettes que je sais réaliser de tête, mais je continue d’apprendre ! »

MademoizelleZ

_________________
« Girl...You're driving me crazy »
(c) MademoizelleZ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un entretien d'embauche comme un autre... ou pas [Aiden Fawkes & Sacha Zakrevski]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» les phrases à éviter lors d'un entretien d'embauche
» Entretien d'embauche assistante de conservation
» Entretien d'embauche
» Entretien d'embauche, monitrice étudiante
» entretien embauche pour conseiller funeraire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: RP’s.-