AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥️
» pour «

Partagez | 
 

 "Hit me like a meteorite" James & Morgan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

entravée

avatar

Don't you dare close your eyes

INSCRIT DEPUIS LE : 07/11/2017
MESSAGES : 217
POINTS : 1637



MessageSujet: "Hit me like a meteorite" James & Morgan   Ven 24 Aoû - 23:47

© made by Islande
« Hit me like a meteorite »

James & Morgan


  L'automne était de retour à Manchester. Un vent frisquet et le ciel gris avaient pris la place de l'atmosphère pesante qui avait régné pendant l'été. C'était mieux comme ça, on pouvait revivre et sortir sans avoir l'impression de fondre sur place, même si ce temps déprimait un peu Morgan. D'ailleurs, une fois n'était pas coutume, la jeune femme cherchait de nouveau un travail. Depuis qu'elle s'en était prise plusieurs nuits de suite à sa supérieure qui menait la vie dure à tous les vendeurs de la boutique où elle avait son précédent contrat de travail, même si cette peste n'avait eu aucune preuve de faute grave ni quoi que ce soit, vous vous doutez qu'après six ou sept nuits pour ainsi dire blanches, elle avait trouvé une raison suffisante pour la virer. Tant mieux, parce qu'au final Morgan en avait marre de travailler en talons hauts et maquillée comme une influenceuse Instagram, même si ce n'était que quatre demi-journées par semaine.

Pour le moment, donc, elle regardait les petites annonces dans les journaux et les panneaux d'affichage qui se trouvaient dans les lieux publics, elle avait eu quelques rendez-vous et sortait d'ailleurs de l'un d'entre eux, un peu lasse. Elle avait envie de marcher au bord de la rivière pour penser à autre chose. Depuis qu'elle avait explosé dans le monde onirique, elle se sentait différente. Certes, dans le monde réel, elle restait un peu la même, mis à part avec ceux qu'elle connaissait dans le monde onirique, comme Aiden. Il avait découvert une facette sombre d'elle, et la brune se doutait qu'il souffrait de la voir du mauvais côté, de son point de vue. Elle aussi était triste de voir que quelque chose qui les dépassait les éloignait l'un de l'autre, mais après tout, qu'y pouvait-ils ? Ils étaient ennemis par essence, et même avec tous les efforts du monde, il ne pourrait pas comprendre son fardeau car il ne le vivait pas.

Elle fut tirée de ses pensées par une odeur délicieuse qui lui fit tourner la tête. Effectivement, elle passait devant une pâtisserie. Rien que les effluves des gâteaux qui étaient passés par la porte, ouverte par un client, lui mettaient l'eau à la bouche. Elle était un peu ric-rac ces derniers temps, mais elle pouvait se permettre de faiblir, pour une fois. Morgan se sentait rarement l'envie de faire des écarts, ayant un appétit d'oiseau depuis toujours, mais elle adorait tout ce qui était sucré. C'était la première fois qu'elle voyait cette boutique, peut-être venait-elle d'ouvrir ? Avec un parfum pareil qui sortait dans cette rue fréquentée, le propriétaire s'était placé dans un endroit de choix, il allait rapidement fidéliser une clientèle si ses gâteaux étaient aussi bons que leur odeur ensorcelante. En posant la main sur la porte vitrée pour la pousser, Morgan vit qu'une feuille y était collée depuis l'intérieur, et ses yeux brillèrent en voyant ce qui y était écrit. Ils recherchaient un vendeur ou une vendeuse à mi-temps. Ca ne pouvait pas être le hasard.
Elle entra dans le magasin et dut se retenir de ne pas inspirer à plein poumons les différents  parfums qui venait de lui sauter au nez. C'était presque aussi bon qu'un cauchemar bien orchestré. Pour un peu, elle en aurait souri béatement.

Lorsqu'elle regarda par-dessus l'épaule du client devant elle, elle dût surveiller sa mâchoire qui menaçait de se décrocher. Elle n'avait jamais quelqu'un travaillant en pâtisserie aussi attirant que les gâteaux. Plus ça allait, plus le pourcentage des risques qu'elle ne parte plus de cette boutique augmentait. Quand ce fut son tour, elle fit de son mieux pour cacher son trouble, se montrant la plus avenante possible.

"- Bonjour, j'ai vu l'annonce sur la porte ... Est-ce que le job de vendeuse est toujours à pourvoir ?"

Elle n'avait même pas de CV à fournir ni quoi que ce soit, elle était juste venue en personne sur l'occasion. C'allait peut-être l'éliminer d'office, mais elle pouvait au moins tenter sa chance.



_________________
 
“Obscurité, tu seras dorénavant pour moi la lumière. ”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 18/07/2018
MESSAGES : 85
POINTS : 1262



MessageSujet: Re: "Hit me like a meteorite" James & Morgan   Ven 31 Aoû - 15:59


« Hit me like a meteorite »

Morgan & James


Je regarde ma montre. Encore quelques heures et je m’autoriserais peut-être à l’appeler. Je lui aurais bien écrit un sms mais ça n’aurait pas le même effet.  C’est rare que j’ai envie de revoir un gars comme ça. Il a éveillé ma curiosité. Mon corps est là, mes mains sont en train de faire des pâtisseries, mais on esprit est ailleurs. Je repense beaucoup trop à notre nuit ensemble. Beaucoup trop à mon goût. J’ai l’impression de le connaître depuis toujours, ça me perturbe bon sang. J’espère qu’il acceptera de me revoir régulièrement pour….nous amuser. Un sourire malicieux étire mes lèvres.

Déterminé à le rendre dingue pour qu’il en redemande, j’essaie de me reconcentrer sur mes roulés aux matcha et haricots rouges. Yuki me fait régulièrement parvenir des produits du Japon, s’assurant de leur qualité pour moi, je sais que je peux lui faire confiance, les yeux fermés. Les roulés prêts à être mis en vitrine, je m’attaque à la suite. Mes doigts pressent la poche à douille avec application, je regarde la crème sortir et former une parfaite décoration sur les cupcakes à la fraise des bois. Mon esprit divague encore, mes doigts se souvenant de quelque chose de beaucoup plus doux. Mais, je secoue la tête. Chaque pression est essentielle et donnera aux gourmandises leur qualité esthétique mais aussi gustative. Chaque dose est importante.

La clochette sonne, je relève la tête. Un client ! Je repose mes ustensiles et emporte les gâteaux terminés avec moi pour passer dans l’autre pièce. C’est un habitué de la boutique depuis l’ouverture, je lui offre mon plus beau sourire. Il doit, à lui tout seul, faire une sacrée partie de mon chiffre d’affaire. Il a si bien fait de la pub pour ma pâtisserie que j’ai même été obligé de poster une annonce pour trouver un vendeur.

« Bonjour monsieur Woodland, comment allez-vous ? »

Mon cinquantenaire a bonne mine. Il me dit qu’il a beaucoup apprécié les petits chocolats aux gingembre, je lui fais un clin d’œil complice. Je lui en glisserais un petit paquet en cadeau. Il est bel homme, mais malheureusement, intéressé par la gente féminine et fidèle à sa femme. C’est dommage pour moi mais c’est tout à son honneur. Aujourd’hui encore, il dévalise une partie de mon étalage de pâtisseries. C’est avec gratitude que je lui dis au revoir. C’est seulement à ce moment-là que j’aperçois la jeune femme derrière lui. Inconsciemment, je me raidis. Une femme. Mais les femmes sont bonnes clientes, j’ai appris à être gentil avec elles. Il le faut.

« Bonjour, que puis-je faire pour vous ? »

Je lui souris, ne m’attendant absolument pas à ce qu’elle me parle de l’annonce. Je me maudis intérieurement d’être déçu que ça ne soit pas un mec canon qui vienne se proposer. Cela dit, si c’est une jeune femme, au moins je suis certain de ne pas être distrait au travail. Je n’ai pas le choix que de lui faire passer un entretien au point où j’en suis. J’essaie de rester naturel.

« Ah, oui oui, c’est toujours à pourvoir. Comment vous appelez-vous ? Vous avez un CV ? Venez par-là s’il vous plaît. »

Je me glisse devant le comptoir pour lui indiquer de me suivre vers la partie salon de thé comme je l’appelle. Des petites tables en bois et des chaises confortables nous attendent. Je lui tire une chaise pour qu’elle puisse s’installer avant de m’assoir en face d’elle. Je la détaille, elle a l’air assez réservée, mais pas trop. Les rougeurs sur ses joues la rendent mignonne. Une jolie fille, c’est bon pour la clientèle masculine hétéro ça. Je lui souris, mais je reste sérieux.

« Je m’appelle James Marlowe et je suis le gérant de cette boutique qui est une succursale d’une célèbre pâtisserie japonaise Yukiko’s pastries. Vous la connaissiez déjà ? Parlez-moi de vous et de vos motivations. »

D’un mouvement de tête encourageant, je l’invite à parler. Elle a du potentiel, c’est sûr. Je la vois bien porter l’uniforme simple et élégant de la pâtisserie. Maintenant, il me reste à savoir si elle est capable de me seconder efficacement dans la boutique, que je puisse passer moins de temps à la vente et au service mais plus à la confection des gâteaux. Yuki m’avait prévenu qu’il y aurait de plus en plus de gens et que mon local, qui me paraissait trop grand va vite devenir bien rempli. De fait, j’avais commencé avec seulement deux tables et un paravent pour masquer l’espace trop vide derrière, j’en ai désormais dix, réparties dans le fond de la pièce.

La pâtisserie ne désemplit pas chaque jour. Cet après-midi, c’est assez exceptionnel. C’est aussi  pour ça que j’accorde une oreille attentive à la demoiselle. J’en ai vues d’autres, mais aucune ne m’a convaincu. Entre celles qui essayaient ouvertement de me draguer et celles qui ne savaient pas apprécier les pâtisseries. Aucune jeune homme n’a osé se présenter. Je suis un peu vert à cette idée. Mais bon. Si celle-ci passe le premier cap, je passerais à l’étape suivante. La dégustation. Pour bien vendre un produit, il faut le connaître et savoir en parler.
MademoizelleZ

_________________
I couldn't stop it. I'm a mess. What did I do in another life to deserve this ? I'm looking for an escape from the past. Will it be you ? Tell me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

entravée

avatar

Don't you dare close your eyes

INSCRIT DEPUIS LE : 07/11/2017
MESSAGES : 217
POINTS : 1637



MessageSujet: Re: "Hit me like a meteorite" James & Morgan   Ven 7 Sep - 1:12

© made by Islande
« Hit me like a meteorite»

James & Morgan →  Comme le vent d'un renouveau


  Le parfum de tous ces gâteaux mêlés était ensorcelant, à la limite de l'écoeurant. Ca faisait longtemps que Morgan ne s'était pas attardé de cette manière sur ce que ses cinq sens pouvaient lui indiquer. Depuis quand est-ce qu'elle n'avait pas accepté le positif qui pouvait s'offrir à elle ? La jeune femme avait l'impression de découvrir quelque chose. Malgré elle, elle écouta la courte discussion entre le client qui la précédait et le vendeur, - aussi attirant que les gâteaux sur le présentoir, même si elle n'était pas là pour lui en particulier - lui permettant de se confirmer que les pâtisseries étaient aussi bonnes à manger qu'à sentir. Pourvu qu'il accepte au moins de l'écouter, même si elle était là complètement à l'improviste. Même si elle cherchait n'importe quel job, Morgan avait l'impression que celui-ci pourrait valoir la peine de s'impliquer vraiment.

Elle suivit du regard l'homme qui venait d'être encaissé avec de grands yeux, prenant conscience qu'il avait acheté une quantité impressionnante de spécialités, l'air absolument ravi. Puis elle revint au jeune homme, se composant une expression un poil plus avenant que d'habitude lorsqu'elle se présentait pour un travail. Elle remarqua que son expression semblait s'être légèrement fanée, et se retint de paniquer. Peut-être que d'entrée, elle ne correspondait pas au profil. Pas grave, c'était la motivation et l'implication qui feraient la différence. Elle sourit, soulagée, quand il l'invita à le suivre pour pouvoir discuter plus à l'aise, avant de grimacer d'un air gêné quand il lui demanda si elle avait son CV.

"- Je m'appelle Morgan Gilson. Et... je suis vraiment désolée, je suis là sans m'être préparée... en fait, j'ai vu l'annonce en voulant rentrer dans votre boutique. A la base, je voulais juste acheter un gâteau, ça sentait bon jusque dans la rue !"

Paye ton racontage de vie. Mais qu'est-ce qu'elle fichait ? Il n'en avait rien à faire, de ses anecdotes ! Elle n'allait quand même pas se laisser déconcentrer par la première paire de beaux yeux bleus venue ! Elle sentit ses joues chauffer alors que la gêne l'envahissait. Pourvu qu'il ne la raye pas déjà au bout de deux phrases ! La jeune femme venait réellement de se comporter comme une adolescente qu'elle n'avait jamais été, à faire la conversation. Peut-être que le compliment jouerait en sa faveur, mais elle n'y croyait pas trop. Elle rabattit ses cheveux devant son épaule pendant qu'il plaçait le décor du début de l'entretien. Elle n'avait même pas fait attention à l'enseigne... Mais le nom de l'entreprise lui était familier. Ils n'en avaient pas parlé récemment aux informations par rapport au fait qu'ils commençaient tout juste à s'étendre en Occident, suite au succès phénoménal de leurs recettes originales au Japon ? Elle pencha la tête, cherchant en regardant dans le vide ce dont elle pouvait bien se souvenir.

"- Je n'en ai jamais été cliente auparavant pour être franche, mais j'en ai déjà entendu parler. L'entreprise commence tout juste à s'étendre en Occident, si je me rappelle bien ? Les fondateurs ont créé une formule avec tant de succès qu'il a fallu seulement quelques années pour leur permettre de s'étendre au-delà du Japon, puis de l'Asie elle-même, si mes souvenirs ne me font pas défaut."

Elle ne savait même pas d'où toutes ces informations lui remontaient. Mais fait était qu'a priori, cela ne lui ferait pas défaut. Venait à présent le moment de parler de ses motivations. Elle hésita, avant de songer que ce n'était pas la peine de broder de soi-disantes belles pensées pour se le mettre dans la poche. Autant le dire franchement. Elle releva les yeux vers lui après s'être décidée.

"- Je vais être honnête avec vous. Ma motivation, c'est le fait d'avoir un boulot qui puisse durer dans le temps. Je n'ai aucune idée du nombre d'heures que vous m'attribuerez, de même pour le salaire, mais ce que je veux, c'est quelque chose de concret à faire de mes mains et un revenu, quel qu'il soit, au bout. Je n'ai pas d'expérience dans la pâtisserie, et ne suis même pas particulèrement douée en cuisine tout court, mais j'ai de l'expérience en service dans différents établissements : restaurants, salon de thé, bars, boulangerie. Je sais aussi tenir une caisse et mettre des produits en valeur sur un présentoir. Vous aurez toutes mes références sur mon CV demain si ma candidature vous intéresse toujours après notre entretien."

Elle s'arrêta, un peu essoufflée. Elle avait rarement autant parlé, d'une seule traite par-dessus le marché, et avec cette détermination dans le corps. Elle se racla légèrement la gorge, surprise d'elle-même, puis arrangea de nouveau ses cheveux, signe de son embarras. Pourvu qu'il ne pense pas qu'elle en faisait trop, alors qu'elle en faisait déjà plus que pour n'importe quel autre job. Morgan n'avait aucune idée de ses raisons, si c'était le désespoir, le charme de l'endroit, du gérant, ou juste une soudaine poussée plus ou moins divine, mais là étaient les faits : ce job, elle avait décidé qu'elle l'aurait.
 


_________________
 
“Obscurité, tu seras dorénavant pour moi la lumière. ”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 18/07/2018
MESSAGES : 85
POINTS : 1262



MessageSujet: Re: "Hit me like a meteorite" James & Morgan   Ven 7 Sep - 13:59

HRP:
 



« Hit me like a meteorite »

Morgan & James


Je m’attendais un peu à ce qu’elle n’ait pas préparé ce rendez-vous. La plupart des personnes m’envoient un mail ou passent un coup de téléphone avant de venir. Mais voir sa grimace à la mention du CV a quelque chose de positif à mon sens. Si elle est aussi expressive que cela, ça veut dire qu’elle ne va pas me mentir. Je le saurais tout de suite. De fait, elle commence par expliquer qu’en gros, sa requête est un coup de tête. Je dois reconnaître que je suis assez amusé. Mais je ne le montre pas, je suis bien curieux d’entendre son argumentaire pour me convaincre de l’embaucher ! Elle marque déjà des points en m’informant que la pâtisserie vend du rêve même à l’extérieur. Son discours est rapide, j’imagine que le stress doit jouer, alors, je n’en rajoute pas.

Nous nous installons et je l’observe replacer ses cheveux. Vers l’avant, les rassemblant comme une jeune fille sage. Bon point, si elle ne dégage pas la vue sur sa poitrine, je peux en déduire qu’elle n’est pas là pour exhiber son physique. Je joins mes mains devant moi et lui prête une oreille attentive alors qu’elle explique ce qu’elle sait. Je suis impressionné, pour quelqu’un qui vient les mains dans les poches, elle sait des choses essentielles. C’est bien. C’est qu’elle s’informe, je pourrais peut-être envisager de se renseigner auprès des nouvelles tendances…je note tout ça dans un coin de ma tête. Mais plus son discours avance, plus mon sourire grandit.

« C’est tout à fait ça. Concernant l’Angleterre, c’est la première boutique à Manchester et c'est pour cela que les postes se pourvoient au fur et à mesure, mais il y en a déjà trois à Londres. Il va sans dire qu’il y en a déjà une à Paris et d’autres grandes villes d’Europe. »

Satisfait je l’invite à poursuivre et reprend un air sérieux alors qu’elle commence par un je vais être honnête avec vous. C’est une réplique à double-tranchant. Soit la personne va baratiner, soit elle dit vraiment la vérité. Alors vivement la suite, pour savoir si elle essaie de m’entuber ou pas. Finalement, je pars sur un non. Elle m’a l’air vraiment honnête et un tantinet désespérée.

« Je vois. Vos motivations sont tout à fait louables et j’apprécie votre honnêteté. »

Je lui souris chaleureusement, pour ne pas l’effrayer avec ma question suivante. Mais d’abord, je dois préparer mon test favori. Je me lève de ma chaise.

« Ne bougez pas, j’ai quelque chose à préparer. Vous avez dit chercher un travail stable, j'en conclue que vous changez régulièrement, n’avez-vous pas trouvé le domaine qui vous convient ou est-ce dû à vos relations avec vos collègues ? »

Je me dirige vers la machine qui réchauffe le lait et prépare une quantité pour deux. Puis, je m’empare de deux mugs dans lesquels je verse mon mélange favori. Du cacao et du gingembre en poudre, ainsi que du sucre roux. Pendant que je fais mon mélange et avant qu’elle ne puisse répondre, je poursuis.

« Je ne cherche pas à vous enfoncer, mais, si nous sommes amenés à travailler ensemble, j’ai besoin de savoir si nous sommes compatibles professionnellement. J’ai besoin de quelqu’un sur qui je peux compter. »

J’ajoute le lait chaud dans ma préparation au fur et à mesure, je remue pendant que je continue de parler.

« Aujourd’hui est exceptionnel, il n’y a quasiment pas de clients, mais la plupart du temps, je dois courir entre la vente et la préparation des chocolats chauds ainsi que le service des pâtisseries. Sans compter la fabrication de certains gâteaux en arrière-boutique. Généralement je prépare tout le matin ou la veille selon ce de quoi il s’agit… mais parfois, il y a un manque de stock. Heureusement pour moi, pour ce qui est de la consommation sur place, les gens prennent un plateau et s’installent eux-mêmes…mais en gros, c’est ce que vous auriez à faire, vous occuper de la vente et du service pendant que je m’occupe de la partie fabrication. »

Je dépose les deux chocolats sur un plateau et y ajoute une petite panoplie de mini-gâteaux colorés avant d’embarquer le tout en direction de la table où elle est assise. Je dépose une des tasses devant elle, glisse l’ensemble des mini gâteaux au milieu et enfin la dernière tasse en face de moi avant de reprendre ma place sur la chaise. Je conclus.

« Vous travailleriez de neuf heures à midi trente, puis de treize heures trente jusqu’à dix-huit heures, du mardi au samedi, pour un salaire de mille trois cent livres net par mois. Bien sûr, les congés payés et les congés pour maladie sont inclus dans le contrat. »

Au-delà du blabla administratif que je viens de déballer, j’attends qu’elle réponde à ma question, mais surtout, j’ai hâte qu’elle goûte ce que je viens d’apporter. Elle m’a déjà convaincue à quatre-vingt-dix pour cent. A-t-elle les dix pour cent restants ? Les plus importants pour faire partie de cet univers ?

MademoizelleZ

_________________
I couldn't stop it. I'm a mess. What did I do in another life to deserve this ? I'm looking for an escape from the past. Will it be you ? Tell me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

entravée

avatar

Don't you dare close your eyes

INSCRIT DEPUIS LE : 07/11/2017
MESSAGES : 217
POINTS : 1637



MessageSujet: Re: "Hit me like a meteorite" James & Morgan   Mer 19 Sep - 0:16

© made by Islande
« Hit me like a meteorite »

James & Morgan→  Alice au Pays des Merveilles Pâtissières


  Les mots de Morgan semblent avoir convaincu son recruteur. Il n'est pas particulièrement chaleureux, et c'est normal, mais son expression franche ne trompe pas, de même que son sourire. Ca ne veut pas dire que c'est gagné, son profil ne convient peut-être pas, mais au moins, sa franchise semble avoir sonné juste aux oreilles de James. Elle avait bien fait de miser sur la sincérité plutôt que le fait de se vendre à tout prix. Elle lui sourit en retour, contente d'avoir marqué un point. Puis il se leva, la jeune femme le suivant du regard, un peu surprise. Quoi, c'était déjà fini ? D'accord, leur entretien n'était pas très classique, mais quand même.

Elle se figea face à sa question suivante. Etait-ce un piège, malgré la bonne odeur qui se dégageait déjà des tasses dans lesquelles il mélangeait ce qui était peut-être la version moldue d'un Veritaserum ? Morgan se calma lorsqu'il continua, lui expliquant qu'il cherchait quelqu'un de fiable, et pas une personne qui se jouerait de lui ou de son travail. Rassurée sur ce point, elle put répondre.

"- C'est tout à fait normal. En effet, j'ai souvent changé, pour ces deux raisons. J'admets ne pas être parfaite, il arrive parfois que mon profil ne corresponde pas aux attentes d'un travail malgré ma volonté, ou le contraire, je m'attendais à autre chose qui m'intéresserait davantage. Et parfois, ça ne passe juste pas avec les collègues, question de feeling, ou sinon, les supérieurs prennent ce mot un peu trop au pied de la lettre et dévalorisent leurs subordonnés. Dans ce moments-là, même si mon rôle de base me plaît, je préfère m'en aller avant que ce domaine-là ne me laisse un goût amer, je ne sais pas si vous partagez ce point de vue ? Et quand on n'a pas de diplôme de spécialisation, c'est parfois compliqué de trouver un travail qui dure dans le temps."

Puis elle l'écouta ensuite lui expliquer ce en quoi son job consisterait en gros. Rien que du familier, elle a déjà fait tout ça, la vente, le service, aller chercher de quoi remplir le présentoir. Elle fronça les sourcils.

"- Mais... vous êtes complètement seul pour tout gérer ici ? Même en ce qui concerne la cuisine ?"

Impressionnée, elle le regarda avec plus d'attention, et remarqua effectivement des traces de fatigue sur son visage, et même dans sa posture. Il était effectivement plus que temps de trouver quelqu'un pour lâcher du lest et se consacrer à sa spécialité. Il devait sincèrement être passionné pour tout tenir à bout de bras depuis l'ouverture, même si elle ne savait pas depuis quand il avait commencé.

Elle écarquilla les yeux en voyant le plateau qu'il ramenait, cachant un peu tard son expression de convoitise. La présentation était simple, mais rien ne manquait pour que ça attire l'oeil, et l'envie d'y goûter. A ce moment, l'odeur était plus douce, moins entêtante que quand elle était rentrée dans la boutique, mais toujours aussi appétissante. Elle faillit ne pas écouter James à propos des horaires et de la paie, perdue dans leur contemplation, se demandant par lequel commencer. C'était un salaire plus que correct. Elle releva la tête vers lui, les yeux rieurs.

"- Quand des gens viennent pour le job, en réalité c'est surtout pour avoir une dégustation gratuite, non ?"

Plus sérieusement, elle reprit :

"- Par lequel vous me conseillez de commencer, pour ne pas risquer de parasiter le goût de suivants ?"

Elle en prit un, d'une jolie couleur, du bout des doigts, de peur d'abîmer le glaçage.

"- On les dirait tout droits sortis d'Alice au Pays des Merveilles. Est-ce que ce sont des colorants alimentaires, ou les ingrédients qui leurs donnent cette apparence ?"

Elle posait peut-être trop de questions. Mais quitte à travailler ici, autant être curieuse, non ? Elle en croqua un et ferma les yeux en se couvrant la bouche, hallucinée.

"- Vous êtes sûr de ne rien vendre d'illégal ici ? C'est trop bon pour être vrai. Quand je vais sortir, la boutique aura disparu et je trouverai un mur nu en me disant que j'ai rêvé, c'est ça ?"

Mais qu'est-ce qui lui prenait ? Elle parlait beaucoup trop spontanément ! D'habitude, elle prenait garde à ne pas dire un mot plus haut que l'autre. Mais si c'était un rêve, elle était bien contente de le faire là, tout de suite, au lieu d'hanter des Rêveurs.  


_________________
 
“Obscurité, tu seras dorénavant pour moi la lumière. ”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 18/07/2018
MESSAGES : 85
POINTS : 1262



MessageSujet: Re: "Hit me like a meteorite" James & Morgan   Jeu 4 Oct - 14:12


« Hit me like a meteorite »

Morgan & James


Son nez se retrousse imperceptiblement alors que je pose une tasse près d’elle. C’est adorable. Je me sens toujours incroyablement fier quand mes préparations atteignent les sens des personnes à qui je les soumets. Et du bon chocolat, ça apaise toujours l’âme. Mon attention se reporte sur la jeune femme qui commence à me répondre. Mes sourcils se froncent à l’évocation des chefs qui se la jouent trop. Je hoche légèrement la tête en signe d’approbation lorsqu’elle explique qu’elle n’admet pas ce comportement et qu’elle préfère partir plutôt que subir. Pour moi, c'est une bonne façon de penser. Je hais les gens soumis qui après se plaignent de leur malheur. Soit tu assumes et te tais, soit tu prends le taureau par les cornes et tu agis. Un sourire amical étire mes lèvres alors que je lui réponds.

« Miss Gilson vous avez parfaitement raison de réagir comme vous le faites. Et si cela peut vous rassurer, je tiens à un maximum de respect et d’égalité que ce soit dans la vie de tous les jours ou au travail. Un manager qui rabaisse ses subordonnés est forcément en tort. »

Je ne relève pas plus au sujet du manque de spécialisation, je sais que pour beaucoup c’est un critère essentiel pour l’embauche, pour moi non, pour moi, le savoir être de la personne, sa volonté et sa capacité d’apprentissage sont plus intéressantes. J’embraye sur mes habitudes de travail. Elle est surprise à l’idée que je gère tout seul. Je laisse échapper un petit rire cette fois.

« Oui, je gère tout, tout seul pour le moment, ça ne fait que deux mois, le chef pâtissier qui m’a formé m’a prévenu que ça prendrait vite de l’ampleur, expérience de ses précédentes succursales en Europe. Honnêtement je pensais que ça serait tranquille à Manchester, mais pas du tout ! Ça commence à être difficile même si je m’organise de manière très stricte pour que ça passe. C’est pour ça que j’ai vraiment besoin de quelqu’un pour m’aider. J’engage parfois des intérimaires pour faire la vente quand j’ai une grosse commande de gâteaux à réaliser, mais j’aimerais quelqu’un à temps complet avec qui je m’entendrais bien. C’est aussi pour ça que je n’ai toujours embauché personne d’ailleurs ! »

Un autre rire m’échappe. Je me trouve bien détendu pour une fois. Morgan m’écoute sagement et cela a quelque chose d’attendrissant. Elle me demande presque religieusement quelle gourmandise goûter en premier. J’en pointe une du doigt et observe la jeune femme avec curiosité. Elle observe le glaçage avec attention.

« Je prends ça comme un compliment ! J’utilise parfois des colorants alimentaires, aussi naturels que possibles, mais celui-ci c’est un nappage avec du jus obtenu à partir d’une fleur appelée Pois Papillon, c’est ce qui lui donne cette jolie couleur bleue tirant sur le violet. »

Je me redresse un peu pour tendre le bras et montrer du doigt un tableau derrière moi en décoration avec la fameuse Clitoria ternatea.

« Il y a des tonnes de colorations possibles à partir de jus de légumes ou de fruit, d’épices ou encore de fleurs, c’est formidable tout ce qui peut s’expérimenter ! »

Je me réinstalle bien en face et lui adresse un grand sourire. Je suis très content qu’elle pose ce genre de questions. Encore des points pour elle. Je retiens mon souffle alors qu’elle met enfin la pâtisserie dans sa bouche. Sa réaction m’enchante au plus haut point. J’éclate vraiment de rire.

« Non rien d’illégal, juste un incroyable savoir-faire transmis par un grand chef japonais et des produits de qualité ! Et si je n’étais pas aussi fatigué, je croirais moi aussi à un rêve, je n’ai jamais été aussi heureux que depuis que j’ai lâché mon boulot d’avocat pour me lancer dans la pâtisserie il y a trois ans ! »

Oups. Ça fait du bien de le dire hé ! Mon sourire se fait plus complice. Combien de temps cela fait-il que je ne m’étais pas senti aussi à l’aise près d’une femme ? C’est rare que je sorte quelque chose d’aussi personnel devant une inconnue d’ailleurs. Je prends un air plus sérieux avant de poursuivre :

« Est-ce qu’une période d’essai vous tente ? Je vous paierais normalement bien sûr. Vous pourriez commencer quand ? »

Etrangement c’est moi qui me sent stressé là. J’ai envie qu’elle réponde rapidement et par la positive. Cette jeune femme a quelque chose d’attachant et de spontané qui me plaît énormément et tant pis si ce n’est pas un homme. La clochette de la boutique retentit, me faisant redresser la tête. Un trio de jeunes femmes. Je souris à Morgan.

« Prenez le temps de déguster tout ça avant de me donner votre réponse, je reviens. »

MademoizelleZ

_________________
I couldn't stop it. I'm a mess. What did I do in another life to deserve this ? I'm looking for an escape from the past. Will it be you ? Tell me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: "Hit me like a meteorite" James & Morgan   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Hit me like a meteorite" James & Morgan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Expédition Bismarck - reportage de James Cameron
» le plongeur MORGAN DELCOURT
» Tout St James en Normandie.
» Le nouveau James Bond
» Dean James Antwan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: manchester :: Manchester North. :: Centre-Ville.-