AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥
» pour «

Partagez | 
 

 I found you + pv Louise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: I found you + pv Louise   Mar 2 Sep - 0:40

Louise ∞ Charles

Le jour vient à peine de se lever sur Manchester mais tu es déjà réveillé. Assis sur le lit de la magnifique suite de l’hôtel le plus cher de la ville tu passe une main dans tes cheveux blonds encore humides. Lentement, les gestes encore engourdis par le sommeil tu te rhabilles. Tu es resté de longues minutes sous l'eau brûlante de la douche mais c'est un fait tu n'as jamais été du matin. Il y a du mouvement à côté de toi et tu tournes la tête sans grande conviction. Une jeune femme est allongée sous les draps totalement nue et profondément endormie. Après le nuit que vous avez passé ensemble ça ne t'étonnes pas. C'est une très jolie jeune femme que tu as rencontré la veille. Après l'avoir abordée, tu lui as offert un verre. Après quelques belles paroles et de beaux sourires elle est tombée dans tes bras. Une nuit des plus torrides s'en est suivie. Et ce matin tu ne te rappelles même plus de son nom. Et puis qu'est ce que cela peut faire? D'ici 15 minutes tu sera déjà loin. C'est une jeune femme des plus délicieuses mais elle est comme toutes les autres, sans aucuns intérêts. Tu as eu ce que tu voulais, tu n'as plus qu'à partir. En lui laissant par la même occasion la note astronomique de la chambre, du champagne et de tout le reste. Elle pensait trouver le prince charmant mais elle s'est lourdement trompé, tu n'as rien d'un gentleman.

Une fois habillé, tu quittes la chambre sans te retourner. Le sourire aux lèvres tu imagines son expression lorsqu'elle se rendra compte qu'elle s'est faite rouler. Elle sera peut être moins cruche la prochaine fois. Tu étouffes un bâillement et quitte l'hôtel direction le centre ville. Tu as besoin d'un bon café, peut être même deux pour te réveiller complètement et tu connais parfaitement l'endroit qui sert le meilleur de toute la ville. La veste sur l'épaule tu parcours les rues comme si le monde t’appartient avec ce mélange de mépris, de dédain et de nonchalance qui t'es propre. Une fois arrivé devant le fameux café tu entres dans la file en attendant ton tour. Grâce à ton petit sourire en coin et à ton allure de gentil garçon tu passes devant deux femmes au regard niais. Tu allais user à nouveau de cette tactique lorsque tu remarques que la silhouette devant toi ne t'es pas inconnue. La jeune femme te tourne le dos et ne t'a pas remarqué mais tu la reconnaîtrais entre mille. Louise Debussy, le petite peste de Paris. Un sourire narquois aux lèvres tu te penches vers elle et lui souffle à l'oreille dans votre langue maternelle qu'est le français. "Eh bien comment on se retrouve ma jolie? Tu as cru pouvoir m'échapper mais je t'ai trouvé"
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I found you + pv Louise   Mar 2 Sep - 1:23

Louise ∞ Charles

Une matinée comme toutes les autres... Tu te lèves, à l'aube comme toujours. Tu sais que c'est le seul moyen de faire tes preuves dans cette ville, bosser 100 fois plus que tout les autres, te lever plus tôt et te coucher plus tard pour tous les coiffer au poteau. Et tu y crois, tu es persuadée queça marchera comme ça pour toi. Le pire ? C'est ce que ça marche. Tu as eu une promotion il y a peu, on t'a confié des plans plus intéressants à faire, et plus de boulot. Alors, ce matin, tu te lèves en étant déterminée. Tu as toujours su ce que tu voulais et tu es persuadée que tu iras loin. Tu sors de ton lit, parcoure les quelques mètres jusqu'à ton placard et l'ouvre en grand. Tu as toujours été élégante. Là où tu travaille, ils appellent ça le « french flair ». Tu sais ce qu'il faut porter, ce qui te va et surtout ce qui ne te vas pas. Alors tu reste un moment pensive devant ce placard bien rempli. Tu as mis de la musique avant de te lever, une obscure chanson d'un groupe rock comme tu les aimes. Tu danses un peu sur le rythme et finalement, tu sors une robe simple, avec un dos en cœur et sans manches. D'une couleur un peu indéfinissable mais te connaissant, tu appellerais ça Lie de vin, les non initiés appelleraient ça bordeaux probablement. Il ne fait pas froid dehors alors tu ne prends pas de veste. Le temps est doux à Manchester pour une fois... Tu tends le bras pour prendre une paire d'escarpins hauts perchés noirs, tu t'es toujours trouvée trop petite de toute façon, même si tout le monde passe son temps à t'assurer le contraire.
Tu t'habilles, et tu te maquilles, toujours de façon très discrète. Tu penses que l'élégance c'est ça aussi, savoir se mettre en valeur sans utiliser des tonnes d'artifices. Tu brosses simplement tes cheveux, ils sont parfaits comme ça. Tu vas dans ton salon et te prépares à partir. Tu ne déjeunes pas, tu n'aimes pas ça. Tu iras simplement te chercher un café sur la route là où tu as tes habitudes. Tu fermes ton appartement et pars dans la rue, tes écouteurs avec ce même groupe dans les oreilles. Tu aimes marcher au lever du soleil comme ça. Croiser les gens qui rentrent de leurs soirées, les gens qui se lèvent tôt. Tu aimes ce calme, et l'impression paisible qui se dégage de tout ça. Tu parcours quelques patés de maisons, avant d'arriver dans la rue où e trouve ton café préféré. Le seul qui serve cette fameuse boisson digne de ce nom selon toi. Tu sais qu'on te regarde de dos, et que les hommes se retournent sur toi mais tu n'y prêtes pas attention. Tu n'as pas le temps pour ça. Tu sais que ta démarche est presque dansante avec ces chaussures et que ta robe virevolte au rythme de tes pas. Tu le fais même un peu exprès, petite brune funambule sur tes talons aiguilles. Tu aimes plaire et tu ne le caches pas. En plus, tu trouves qu'il n'y a pas de mal à ça !

Tu rentres dans ton café et tu fais la queue. Même à une heure si matinale il y a du monde ce qui ne t'étonne même pas. Selon toi, les autres bars de cette ville servent une mixture infecte qui ne mérite sûrement pas le nom de « café ». Tu as enlevé tes écouteurs et tu attends patiemment. Tu ne sais pas qu'il est là derrière toi mais tu reconnais sa voix au premier mot qu'il prononce. Tes poils se hérissent mais ton cœur se met à battre plus fort encore. Drôle de paradoxe, n'est ce pas ? Il te dit que tu as cru pouvoir lui échapper, mais qu'il t'a retrouvé. Tu te demandes si il t'a vraiment cherchée. Tu avais fui en partie à cause de lui quand tu t'es rendu compte qu'il se passait de drôle de choses dans ta tête quand tu étais avec lui. Et le voilà derrière toi, dans cette ville qui était devenue ton refuge. Tu te demandes pourquoi, tout aurait été tellement plus simple si il était resté là bas. Tu sais très bien qu'à partir de maintenant, ca va être horriblement compliqué pour toi. Que tu vas devoir le fuir à nouveau. En attendant, tu te retournes et tu affiches ce fameux sourire mesquin et moqueur qui lui est réservé. Tu te rapproches de lui, tu as bien l'intention de le troubler un peu. Puis, tu te met sur la pointe des pieds car même tes chaussures n'y suffisent pas et tu murmures à son oreille.

« Les parisiennes ne te suffisaient pas ? Il a fallu que tu viennes chercher les anglaises en plus. »

Tu marques une pause, tu observes sa réaction. Tu es dangereusement près de lui. Tu peux constater qu'il est très bien habillé comme toujours mais que son costume a l'air un peu défait. Tu te doutes parfaitement qu'il rentre d'une soirée avec une conquête encore très jolie et même si tu le caches très loin dans la marée de tes sentiments, ton cœur subit un pincement à propos de ces pensées. Enfin, tu te rapproches de lui encore un peu plus et tu lui re murmure à l'oreille, encore une fois en français puisque c'est votre langue maternelle.

« Et effectivement, j'ai bien cru que tu me foutrais la paix mais visiblement je me trompais. Oublie ça Charles, je ne serais pas ton nouveau jouet. »

Tu sais très bien qu'il ne te veux que pour une chose, et qu'il t'a encore plus couru après ces derniers temps parce que tu lui résistais. Tu n'aimes pas les hommes comme ça, enfin il faut croire que si vu la vitesse à laquelle ton cœur bat. Tu préférerais ne pas les aimer disons. Tu est très proche de lui, beaucoup trop pour ta sécurité mentale. Mais tu n'arrives pas à reculer, tu n'arrives pas à t'en empêcher. C'est beaucoup plus fort que toi. Finalement, tu arrives à te détacher de l'emprise qu'il a sur toi. Tu pivotes sur tes talons, lui fouettant presque le visage avec tes cheveux qui sont relativement longs et tu reprends ta place dans la file d'attente. Tu t'attendais à beaucoup de choses en venant vivre ici, mais absolument pas à ce qu'il y soit aussi. Tu es sciée par l'étonnement mais bien sûr, tu n'en montres rien. Tu fais comme si tu t'y attendais, tu veux le déstabiliser. Une partie de toi voudrait même le faire souffrir. Écraser son cœur comme tu sais qu'il a écrasé celui de centaines de filles. Et surtout, ce que tu veux c'est qu'il n'ait pas le tien de cœur. Tu résisteras jusqu'au bout, enfin tu y crois. Tu aimerais y croire. Mais au fond de toi, tu sais que si tu as fui Paris, c'est bien quelque part parce que tu savais que tu ne pourrais pas résister longtemps....
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I found you + pv Louise   Mar 2 Sep - 18:50

Louise ∞ Charles

Un sourire satisfait étire tes lèvres. Tu as eu une sacré veine sur ce coup. Trouver Louise Debussy par hasard, tu n'aurai pu rêver mieux. Tu as rencontré la jolie française lors d'une soirée à Paris. Fidèle à ta réputation tu l'as bien entendu dragué mais ce que tu n'avais pas prévu c'est que ce petit bout de femme t'envoie sur les roses comme elle l'avait fait. Tu as bien entendu riposté avec tout le mépris que tu avais. Après tout elle avait blessé ton amour propre, à toi Charles Victor Rousseau elle devait en payer les conséquences. Tu as fait de sa vie un véritable enfer mais au lieu de courber l'échine comme importe qui d'autre l'aurai fait elle t'a rendu coup pour coup. Tu as fini par prendre goût à votre petit jeu, à votre petit duel quotidien. Cette petite peste avait quelque chose de différence, une hargne qui te titillait sérieusement, qui te plaisait même. Puis un beau jour elle s'est envolée sans la moindre explication, te laissant sur la touche. Sur le coup tu avais juste haussé les épaules te disant que tu trouverais bien une autre distraction. Mais tu te trompais. Au fil des jours tu t'es rendu compte tu te n'arrivais pas l'oublier. Même si tu ne te l'avouera jamais, cette fille avait fini par t'obséder. Tu as fini par apprendre par hasard qu'elle était à Manchester, merci les réseaux sociaux. Et une fois ton diplôme en poche tu avais fait des valises, direction l'Angleterre bien décidé à la faire craquer d'une manière ou d'une autre. Tu es Charles Victor Rousseau, tu obtiens toujours ce que tu veux. Et ce que tu veux c'est cette jeune femme sous tes draps.

Elle te fait ce petit sourire que tu connais bien et se rapproche de toi. Tu l'as laisses faire sans la moindre réaction, sans le moindre geste comme si cela t'es complément égal. En vérité tu meurs d'envie de passer un bras possessif autour de sa taille pour la rapprocher encore plus de toi. Mais tu ne lui fera pas ce plaisir. Tu te contentes de respirer son parfum, le même d'autrefois. Les gens vous observent plus ou moins discrètement en souriant. Vous avez sans doute l'air d'un jeune couple amoureux en train de se murmurer des mots doux. Si seulement ils savaient. Tu lui chuchotes à nouveau.

"Me limiter aux françaises? Alors qu'il y a tellement de jolies femmes dans le monde qui attendent seulement que je leur ouvre les bras pour venir se blottir contre moi et passer une nuit qu'elles n'oublieront jamais? Tu n'es pas sérieuse Louise, ça serait trop cruel de les laisser seules alors que je peux les combler. Je ne fais que leur apporter un peu de chaleur et de réconfort, rien de plus."  

Elle joue, elle te teste et cela t'amuse. Ce petit jeu, cette sensation t'as manqué. Si tu étais un peu plus sincère avec toi même tu avouerais que c'est sa présence qui t'a manqué, ses yeux noisettes, son petit sourire mutin, sa voix... Mais tu es beaucoup trop fier pour reconnaître que cette fille t'attire plus que tu ne saurais l'exprimer. Tu ne la laissera pas gagner contre toi. Elle te murmure à nouveau à l'oreille avant de se retourner, ses cheveux venant te fouetter le visage. Tu fronces un peu le nez n'appréciant cela que moyennement, tu préférais quand elle te faisais face. Mais tu n'as pas dit ton dernier mot loin de là. Avec une infinie délicatesse tu déplaces une mèche de ses longs cheveux pour dévoiler sa nuque. Contrairement à beaucoup de personnes qui se tiennent avachies, Louise se tient parfaitement droite et a un joli port de tête, à la fois élégant et délicat. C'est bien une chose qu'on ne pouvait pas nier. La jeune femme a une élégance naturelle, une prestance qui suscite les regard, l'administration et bien souvent la jalousie. Louise n'est pas seulement ravissante, elle est authentique, belle naturellement sans devoir en faire des tonnes, sans artifices. Tu laisses ta main descendre et du bout de l'index tu caresses, effleures légèrement la peau que l'ouverture du dos de sa robe laisse apparaître. Douce comme tu l'as imaginé. Tu te penches un peu pour souffler contre sa nuque.

"Mon nouveau jouet? Mais tu joues avec moi depuis le début ma belle, tu le sais bien. Et cela te plait ça ne sert à rien de la nier."

Tu hésite à poser un baiser sur sa nuque, tu en crèves presque d'envie mais tu te ravises au dernier moment. Tu te redresses comme si de rien en passant une main négligemment dans tes mains.

"Juste un petit café entre compatriotes. Tu ne me fera pas croire que la France ne te manque pas et parler un peu dans la langue de Molière nous fera du bien. A toi comme à moi. Ah moins que je ne te fasse peur?"

Tu hausses un sourcil dans un air étonné complètement gâché par le sourire aux coins de tes lèvres. Tu lui as tendu une perche, maintenant c'est elle qui a les cartes en main. Va-t-elle relever ton petit défi ou s'enfuir de nouveau?        
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I found you + pv Louise   Mar 2 Sep - 20:56

Louise ∞ Charles

Tu t'attendais à beaucoup de choses en venant à Manchester, à pas mal de surprises aussi mais surtout pas à le trouver là. Lui, celui qui t'as hanté et qui te hante toujours. Tu détestes cette façon d'être imbu de lui même, de traiter les autres comme des sous merdes, d'être satisfait de son comportement. Tu détestes sa façon de regarder les filles, comme une jolie fleur qu'il va cueillir puis jeter ensuite. Mais malgré tout, tu ne peux nier qu'il y a des choses que tu aimes chez lui. Et c'est exactement pour ça que tu as fui jusqu'ici. Pour ne pas plus penser à lui. Force est de constater que ça n'a absolument pas marché. Tu n'as pas pu t'empêcher de le voir partout, dans un brun qui portait un costume, trop musclé pour être lui ou dans un homme avec la même démarche : fière et conquérante. De l'instant où tu as entendu sa voix, tu savais parfaitement que les ennuis venaient de recommencer. Mais ce que tu ne t'avoues pas, c'est que tu as adoré ça. Le sentir juste derrière toi t'as fait frissonner. Il faut que tu vois la réalité en face, ce salopard t'attire. Et visiblement, la réciproque est vraie, mais ça c'est probablement parce que tu lui résistes. Quand tu avais entendu sa voix dans le creux de ton oreille, tu n'avais pas réfléchi et tu t'étais retournée, affichant ce sourire si particulier que tu lui réserves jusqu'à venir presque te coller à lui. Évidemment, il n'avait pas bougé d'un cil, pas même un pli ne s'était formé sur son visage. Tu étais un peu déçue. Ça tu te l'avoues. Tu pensais que tu le troublerais. Ce n'est visiblement pas le cas. Quand tu lui demandes si les françaises ne lui suffisaient plus, il te réponds par l'affirmative, te disant qu'il y a tellement de jolies filles qui l'attendent dans ce monde. Tu affiches une moue ironique et tu hausses les sourcils. Le personnage n'a visiblement pas changé, il se croit toujours aussi irrésistible. Peut être, au fond, l'est il encore un peu d'ailleurs.  Les gens vous regardaient, pensant que vous étiez un adorable petit couple. Tu l'avais remarqué et tu avais pensé que c'était tout le contraire en réalité... Suite à sa réflexion, tu avais murmuré à ton tour, le fixant droit dans les yeux.

« De toute façon, tu trouveras toujours des filles suffisamment idiotes pour coucher avec toi. Mais plus sérieusement, dis moi ce que tu fous ici... »

Sur ces derniers mots, tu avais posé une main sur son torse, prenant légerement appui contre lui. Ainsi, tu étais encore plus proche et forcément plus troublée. Tu espérais que le fait de le toucher te montre ce qu'il ressentais mais tu savais très bien qu'il ne montrerait rien. Il avait toujour été omme ça. Son visage était un masque parfait, cachant la moindre de ses émotions. Et c'était une des choses qui t'agaçaient chez lui. Tu aurais aimé savoir ce qu'il pensait. Au moins un peu et tu en étais privé. C'est une autre possible raison de ton attirance vers lui ; comme une gamine privée d'un jouet qu'elle aime tant, tu essaies de découvrir ce qu'il cache vraiment. Et il faut que tu te l'avoues, votre petit jeu te rendait plutôt heureuse. Tu adorais lui lancer des piques toute la journée, faire un pas vers lui, lui faire croire qu'enfin tu allais finir dans son lit pour la nuit et finalement t'enfuir à toutes jambes. Tu aimais jouer avec lui et visiblement tu aimes toujours autant ça. Tu lui parles une dernière fois puis tu te retournes. Tu sais très bien qu'il ne lâcheras pas l'affaire, il est coriace. Par contre, tu t'attends pas à ce qu'il pousse une mèche de tes cheveux pour dévoiler ta nuque et qu'il la caresse ainsi que ton dos. Ça te fais frissonner et il n'a pas pu ne pas s'en apercevoir. Tu te hais de ne pas pouvoir comme lui, réussir à cacher tes réels sentiments. Tu lui avais que tu ne serais pas son nouveau jouet et avec son impertinence que tu connais si bien, il te réponds que tu joues avec lui depuis le début et que ça te plait. De nouveau, tu te rtournes, une drôle de lueur dans le regard. Tu franchis de nouveau le pas qui vous sépare, et tu le fixes encore dans les yeux. Cherchant à le déstabiliser.

« Oh.. Je ne dis pas le contraire. Simplement, je ne suis pas TON jouet Charles. Je fixe les règles. Et tu ne peux pas nier regarde, tu es ici. »

Tu sais que tu viens de marquer un point et tu te demandes ce qu'il va bien pouvoir répondre à ça. Tu garde ton sourire insolent et surtout, tu ne t'écartes pas de lui. Tu aimes bien trop cette proximité pour bouger... Il te tends une nouvelle perche, te proposant un café. Instinctivement, tu regarde la pendule et tu vois l'heure qu'il est. Si tu le voulais tu aurais le temps. Il te demande si il te fait peur, avec ce petit sourire impertinent.  Tu secoues la tête, et tu rapproches encore un peu. Tu es à présent presque collée à lui, tu peux sentir son souffle sur toi. De nouveau, tu murmures.

« Je crois, mon cher que c'est plutôt le contraire.. Tu as peur de moi. »

Tu appuies volontairement sur le "mon cher". Tu marques une pause, curieuse de voir ce qu'il va bien pouvoir répondre à ça et sans bouger, presque immobile sur tes talons aiguilles tu reprends, avec ce même ton amusé et insolent.

« J'accepte. Si tu peux me foutre la paix après ça, j'aurais fait ma bonne action de la journée. »

Tu le provoques, tu le cherches et tu adore ça. Tu aimes lui lancer des piques même si à cet instant tu n'as qu'une envie et tu ne te l'avoueras jamais : franchir l'espace, enfin le peu d'espace restant entre vous et qu'il te prenne dans ses bras. Tu le penses inconsciemment et tu ne te l'avoues pas parce que tu sais que si c'était le cas, tu ne serais qu'un trophée de plus accroché à son tableau de chasse et tu ne veux pas de ça. Pourtant, ta main vient se poser de nouveau sur son muscle pectoral et cette fois vous ne parlez plus. Pourtant, tu gardes ton petit sourire, tu guettes sa réaction pour pouvoir rebondir ensuite. Encore une fois tu appliques ta stratégie préférée, tu lui fais croire que tu fais un pas vers lui pour mieux t'enfuir par la suite. Tu veux voir si il va tomber dans le panneau ou non. Et surtout, tu pourras ainsi voir si tu l'attires vraiment. Ou non...
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I found you + pv Louise   Jeu 4 Sep - 1:05

Louise ∞ Charles

Cette fille va finir par te rendre fou. Tu ne comprends pas pourquoi elle est tellement... si... Si agaçante et attirante à la fois. Des dizaines de filles sont prêtes à se battre pour une nuit avec toi mais pas elle. Non elle se contente de rester de marbre et semble prendre un malin plaisir à jouer avec tes nerfs. Déjà que tu n'es pas patient de nature. Tu as tout pourtant. Le physique, le prestance, le talent, l'ambition, la situation, tout ce qu'une fille normalement constituée peut rêver. Et tu sais te montrer tendre, galant, attentionné... enfin le temps qu'il faut pour avoir ce que tu veux. Pourquoi rien ne marche avec elle? Toi qui penses tout connaitre de la gente féminine, tu es totalement perdu devant ce petit brin de femme. Elle finira bien par craquer un jour ou l'autre et tu as pas l'intention de lâcher l'affaire de si tôt. Elle lui répond d'un air innocent qui te va aussi bien qu'au grand méchant loup.

"Ce que je fous là? Eh bien puisque nous sommes dans un café je pense que c'est assez logique non? J'ai besoin de ma dose de caféine"

Elle a posé une main sur ton torse et cela t'as fiat une drôle de sensation. Elle s'approche toujours plus de toi au point que tu puisses sentir son souffle contre ta peau. Tu sens ton cœur battre un peu vite contre sa paume, elle ne peut que l'avoir décelé également. Tu souris à nouveau d'un air hautain, histoire de ne pas perdre contenance.

"C'est ce que tu penses ma belle. Oui je suis là parce que je veux quelque chose et je finis toujours par obtenir ce que je veux."

Tu n'aimes pas ça, l'effet qu'elle a sur toi. Cette espèce d'emprise dont tu n'arrives pas à te défaire. Oui tu détestes ça. En temps normal tu es habitué à tout contrôler, c'est toi qui diriges et fixe les règles. Mais avec elle c'est différents. Oui cette petite peste te fait perdre tes moyens mais plutôt crever que de l'avouer. Ne voulant pas qu'elle sente plus longtemps les battements de ton cœur, tu prends doucement sa main et la porte à tes lèvres en riant à moitié. Un vrai gentleman.

"Oh oui ma douce, je suis terrorisé, ça crève les yeux. C'est moi qui me suis enfuit à toutes jambes de France sans rien dire à personne c'est vrai."

Tu la regardes amusé. C'est peut être ça qui te plait tant en elle en fin de compte. Ce caractère et cette insolence qui te rappelle bizarrement le tien. Tu n'arrives pas à la dominer comme toutes les autres et c'est sans doute cela qui la rends si différente, si... spéciale à tes yeux. Elle n'est pas un jouet non, c'est une partenaire de jeu, une adversaire. Reste à savoir qui gagnera cette manche. Tu poses une main sur sa taille et l'attire contre toi, vos corps étant l'un contre l'autre. Tu ne la quittes pas des yeux une seule seconde, un sourire des plus charmeur sur le visage.

"Que je te foutes la paix? Alors que je t'ai tant manqué? Non tu n'as pas du tout envie que je te laisse tranquille sinon tu ne jouerai pas le jeu de cette façon. Tu serais pas collé à moi comme ça me suppliant du regard de te serrer un peu plus fort."

Tu restes là à la regarder sans un mot ne te rendant même pas compte que c'est à présent votre tour de commander. Tu te redresses alors ton éternel sourire sur le visage mais tu passes un bras autour de sa taille, la collant à toi comme si vous étiez un véritable couple. Tu commandes un café noir pour toi ainsi que sa boisson favorite. Tu l'as suffisamment observé pour connaitre ses goûts. Tu paies avant de prendre les deux cafés et glissant ton bras autour des épaules de Louise tu l’entraînes à l'extérieure.

"Alors? Mademoiselle préfère-t-elle s’asseoir en terrasse ou aller dans un coin plus tranquille?"

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I found you + pv Louise   Jeu 4 Sep - 12:34

Louise ∞ Charles

Sa voix... Tu l'avais entendu au creux de on oreille et tu avais frissonné. Tu savais très bien que c'était le recommencement de ce que tu avais fui à Paris.. Vous vous étiez connus à une soirée, un genre de gala de charité où tout ce beau monde se retrouvait pour faire semblant de s'aimer les uns les autres. Autant dire un endroit que tu adores... Et il était venu te draguer, comme le lourdaud qu'il est. Rapidement tu l'avais renvoyé dans ses 22 mètres mais il t'avait insulté. Tu te souviens encore des termes employés : pétasse frigide. L'insulte.. Et après ça, il t'avais couru après, toi aussi un peu il faut que tu l'avoues et vous aviez entamé un petit jeu. Un jeu de vannes et de piques, rendus au coup pour coup. Ce petit jeu te séduisait et occupait tes journées. Tu lui faisais croire que tu allais tomber dans ses bras pour t'enfuir quand il était presque tombé dans le panneau.Mais un jour, tu t'es aperçue qu'il fallait que tu fuies mais cette fois parce que quand tu le voyais, ton cœur se mettais à s'emballer. Tu as rapidement compris que tu avais des sentiments pour lui et tu savais, et tu sais toujours, très bien à quoi ça te mènerait. A n'être qu'une croix de plus dans son tableau de chasse, rempli de filles 100 fois plus belles et plus intéressantes que toi. C'est bien pour ça que tu étais allée a Manchester. Tu sentais la catastrophe arriver. Tu sentais que la situation dégénérait. Et lorsque tu avais changé de vie, tu avais vu tout cela disparaître. Tout était plus simple sans lui, définitivement. Tout avait beaucoup moins de saveur aussi, mais ça tu t'en accommodais très bien. Et puis, sa voix dans ton oreille. Son souffle dans ton cou et sa présence dans ton dos. Ton cœur n'avait pas pu s'empêcher de s'emballer. Et ta première pensée, bien que celle là que tu l'ai ignorée c'était de te dire que tu l'avais enfin retrouvé.. Alors, tu t'étais rapprochée un peu de lui. Puis beaucoup. Tu lui avais demandé ce qu'il foutait là et il s'était bien moqué de toi, comme toujours te disant que puisqu'il était dans un café, il venait prendre sa dose de caféine. En haussant un sourcil, tu avais répondu, murmurant presque dans le creux de son oreille

« Cesse de te foutre de moi. Qu'est ce que tu viens faire ICI, à Manchester ? »

Tu t'en doutes en fait, et tu as peur de le savoir. Vous aviez fini vos études presque en même temps, dans la même école et dans la même classe. Et tu sais que le cabinet d'architecte où tu te retrouves aime beaucoup recruter de jeunes frenchies tout juste sortis de l'école, particulièrement ceux étant bien classés comme Charles et toi. Se pourrait il qu'il ait été embauché au même endroit ? Ta tête te tourne, rien que lorsque tu y penses. Tu poses une main sur son torse et tu sens son cœur accélérer son battement. Cela te fait sourire, parce que tu penses que pourrais en être la cause et ce serait vraiment flatteur... Surtout, ça te rassurerait un peu, ça le sortirait de son rôle de macho égoïste et d'homme à femme. Cela voudrait dire qu'il pourrait presque ressentir quelque chose. Et ça te fait craquer. Juste quelques minutes le temps que tu te reprennes. Avoir senti son cœur battre plus fort, plus vite, ça t'avais montré qu'il était humain. Et sans te l'avouer, c'est ce que tu cherchais à voir en réalité. Il te dit qu'il est là parce qu'il veux quelque chose et qu'il finira par l'obtenir. Tu es très proche de lui, ta main sur son torse et ta tête très proche de la sienne. Vos lèvres pourraient se frôler. Tu murmures, ton regard dans le sien.

« Ah oui ? Et qu'est ce que tu veux ? »

Même si tu fais comme si tu l'ignorais, tu as ta petite idée.. Tu es un peu sous son charme là, tu as baissé ta garde e tu ne te méfies plus.. Mauvaise idée. Il prends ta main et l'embrasse, puis te réponds qu'il est effrayé par toi et qu'effectivement c'est lui qui s'est enfui à toutes jambes de France sans prévenir personne. Le charme se romps un peu et tu le regardes, avec des yeux furibonds avant de lui répondre, t'écartant complètement de lui.

« Je n'ai pas fui, j'ai trouvé du boulot ici. Et tu voulais quoi ? Que je t'implore de me suivre jusque là ? Même pas en rêve. Et d'ailleurs j'étais très bien ici jusqu'à ce matin. »

Tu es un peu vexée, tu boudes un peu aussi. Sa réflexion ne t'a pas plus. Il te propose un café, que tu acceptes, lui demandant de te foutre la paix ensuite. Il affiche ce fameux sourire, qui sans que tu ne l'avoues te fais fondre un peu. Oh rien qu'un peu.. Il t'attrape à la taille, et son regard plonge dans le tien. Sans le vouloir, tu es troublée et tu rougis. Il semblerait qu'il arrive à t'attirer dans son charme une deuxième fois visiblement... Enfin, jusqu'à ce qu'il parle. Il te dit qu'il ne te foutras pas la paix, puisqu'il t'as manqué et que tu es collée à lui, le suppliant du regard de te serrer plus fort. Comme un cheval hargneux, tu te pousses et tu retires ce bras de taille.

« Va te faire foutre Charles. »

Finalement, peut être as tu eu tort d'accepter ce café.. Tu es perdue dans ces pensées, lorsqu'il commande, tout en te serrant contre lui. Cette fois tu ne peux pas te dégager et tu n'en a pas envie. Tu es étonnée, il se commande un café et en prends un pour toi, prenant exactement celui que tu préfères, un café noir avec juste un nuage de lait. Tu ne dis rien, mais pour une fois, tu apprécies le geste. Vous sortez ensuite et il passe un bras autour de tes épaules. Tu as envie de le virer, et c'est ce que tu demandes à ton cerveau de faire mais à la place,  tu te rapproches encore un plus de lui. Il te demande ensuite si tu préfères la terrasse ou un petit coin tranquille, tu affiches un sourire avant de lui répondre.

« Je dirais plutôt un petit coin tranquille, mais tu as intérêt à être gentil. Pour une fois.. »

Et effectivement, le fait de te retrouver seule avec lui, dans un endroit tranquille te séduit même si tu ne te l'avoues qu'à moitié. Tu le suis, marchant d'un pas assuré sur tes talons aiguilles. La matinée n'aura pas si mal commencé que ça, même si tu sais très bien qu'après ça tu auras du mal à te concentrer sur ton boulot. Vous déambulez dans la ville et vous marchez dans une petite ruelle déserte, tu ne connaissais pas cet endroit d'ailleurs. Ton cerveau essaie de résister, mais c'est peine perdue : tu ne peux t'empêcher de l'attraper par le bras, le plaquant au mur. Tu sais qu'il ne va pas apprécier, mais t'en fiches complètement. Tu reviens te coller à lui et tu murmures dans son oreille.

« Tu ne m'as toujours pas dit ce que tu étais venu chercher... »
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I found you + pv Louise   Ven 5 Sep - 1:45

Louise ∞ Charles

Certaines fois tu te demandes si tout cela aura un jour une fin. Si l'un de vous deux finira par craquer ou si vous continuerez à vous renvoyer la balle indéfiniment. A ta place beaucoup auraient abandonné depuis longtemps mais pas toi. Tu es Charles Victor Rousseau, tu n'abandonnes jamais et tu gagnes toujours. Et puis tu aimes bien trop ça pour vouloir arrêter. Tu lui répond amusé.

"Ce que je fais à Manchester? Eh bien je commençait à me lasser un peu de Paris alors j'ai décidé de changer un peu d'air, il me faut ton autorisation?"

Tu aimes jouer comme ça avec ses nerfs, la titiller de cette façon. Elle a dans ces moment là ce petit air énervée qui lui va si bien et que tu aimes tant. Tu la laisses se rapprocher à nouveau de toi. A croire qu'à chaque que l'un de vous s'éloigne l'autre à besoin de se rapprocher. Et vis versa. Un jeu du chat et de la souris qui s'inversé sans cesse. Suis moi je te fuis, fuis moi je te suis, la parfaite description de votre relation. Tu lui souffle à ton tour, sur le ton de la confidence.

"Ce que je veux? Tu le sais bien non?"

Tu restes un instant contre à sentir l'odeur de ses cheveux. C'est fou comment cette chose toute simple t'avait manqué. Tu te rends peu à peu compte que ça t'a non seulement manqué mais que tu l'as cherché ce parfum, sur chacune de tes conquêtes sans jamais le trouver et ça sans même t'en rendre compte. Bordel mais pourquoi elle te fait cet effet là?! Tu n'as pas le temps de te poser plus de questions qu'elle s'éloigne à nouveau de toi, te laissant à la fois déçu et soulagé. Tu ris en l'entendant et tu l'attire à nouveau contre toi.

"Oui c'est exactement ce que je voulais, que tu me supplies de venir avec toi. Tu mens très mal tu sais?"

Tu souris content de toi comme toujours et tu poses un baiser sur sa tempe. Tu ris à nouveau lorsqu'elle te repousse encore une fois. Quand elle est comme ça tu as encore plus envie de l'avoir tout contre toi. Elle te fait penser à une animal farouche que tu tentes en vain d'apprivoiser. A chaque que tu réussis à faire un pas vers elle, elle recule de dix pas. Mais tu y arrivera, tu te l'aie juré. Tu repasses un bars autour de ses épaules et bizarrement elle ne te repousse pas. Elle te répond qu'elle préfère un coin tranquille. Tu hausses un sourcil agréablement surpris et tu ne te le fais pas dire deux fois. Tu réponds avec toute l'innocence du monde.

"-J'ai été méchant aujourd'hui? Tu me blesses là tu sais?"

Tu affiches un air triste de chien battu avant de te remettre à sourire. Tu parcours les rues un air suffisant sur le visage. L'avoir contre toi de cette façon tu fais éprouver une sorte de fierté que tu ne ressens avec aucune autre, sans que tu saches vraiment pourquoi. Tu la regardes en souriant, ça se présentait plutôt bien pour toi pour une fois. Vous arrivez dans une petite ruelle déserte et là les choses prennent une tournure que tu n'avais pas prévu. Elle te prends par le bras et te plaque contre le mur. Surpris sur le coup tu la laisse faire un air d'incompréhension sur le visage. Elle se moque encore une fois de toi ou est ce qu'elle est sérieux cette fois? Ce n'est censé se passer comme ça, c'est lui qui doit la plaquer contre le mur d'une ruelle déserte pas le contraire. Tu reprends bien vite tes esprits et tu passes la main dans son dos pour la rapprocher encore plus de lui une sourire narquois étirant tes lèvres.

"-Tu le sais ce que je veux Louise. Je te veux toi"

Tu restes un moment comme ça avant de poser doucement la main sur sa joue et de lui relever la tête vers ton visage. Tu l'as regardes dans les yeux et passe le pouce sur le contour de ses lèvres. Tu sens alors ton cœur battre plus vite, tu veux goûter ses lèvres à un point que tu ne parviens pas à contrôle. Tu rapproches doucement ton visage du sien, tu sens son souffle contre tes lèvres et tu es sur le point de céder à cette délicieuse tentation quand tu t'arrêtes soudain. Tu souffles doucement à quelques centimètres de ses lèvres.

"-Je sais que tu as envie de moi mais quand même, tu pourrais attendre d'être dans ma chambre pour me sauter dessus comme ça. C'est un peu plus classe que le fond d'une ruelle tu ne penses pas?"
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I found you + pv Louise   Ven 5 Sep - 12:37

Louise ∞ Charles

Même si quelque part tu es contente de le voir ici, tu te demandes quand même ce qu'il fait à Manchester. Et tu ne te l'avouerais pas mais tu as peur de connaître la vérité. Tu lui demandes cependant, et il te réponds qu'il avait simplement besoin d'air. Tu n'y crois pas tellement mais tu en veux pas repartir sur un terrain glissant et te trouver en mauvaise posture. Vous avez démarré un nouveau match et tu as bien l'intention de gagner la partie ! Il glisse dans votre conversation qu'il obtient toujours ce qu'il veut et il réponds ce à quoi tu t'attendais plus ou moins, que tu sais très bien ce qu'il veut.. Tu ne peux t'empêcher de rougir un peu, espérant qu'il ne l'a pas vu. Vous êtes dans ce café et vous vous éloignez puis rapprochez l'un de l'autre. Comme si vous aviez besoin de ce contact mais que ni l'un, ni l'autre ne voulais faire ce premier pas. Et en fait, c'est exactement ça. Vous êtes des mauvais joueurs, vous ne voulez pas perdre. Alors vous vous cherchez mutuellement pour voir qui craquera le premier. Il t'accuse de t'être exilée ici et tu lui réponds, par une pique comme tu sais le faire que ce n'est pas du tout le cas. Que tu n'allais pas le supplier de te suivre. Et lui, avec sa fierté habituelle, réponds que c'est ce qu'il aurait voulu. Et que tu mens très mal. Ce en quoi il n'a pas tort. Tu peines toujours à cacher tes sentiments pour lui, alors que tu caches très bien ta personnalité au monde entier. Pourquoi ? Pourquoi lui ? Il y a 99 % de chances qu'il te brise le cœur.. Mais, l'amour ne se contrôle pas. Avec un froncement de sourcil un peu agaçé, tu lui réponds alors.

« Je ne mens pas. J'ai juste trouvé du travail ici. Donne moi une seule bonne raison de te fuir Charles ? »

En vérité, tu pourrais citer de tête des milliers de raisons qui te pousseraient à le fuir mais tu joue le jeu. Tu fais comme si ce n'était qu'un ancien camarade. Alors que franchement.. Tu allais ajouter une autre pique, quelque chose d'un peu méchant mais il dépose un baiser sur ta tempe et ce geste, familier et surtout tendre te stoppe. Te surprends aussi. Venant de sa part, envers toi c'est inhabituel mais ça semblait presque naturel. Tu sais pas trop comment réagir face à ça et heureusement il ne t'en laisse pas l'occasion, il te prends par les épaules et t'attire dehors te laissant le choix entre une terrasse et un coin tranquille. Forcément, tu choisis un coin tranquille. L'occasion est trop belle : tu vas peut être pouvoir le découvrir sous un autre jour. D'autres facettes de sa personnalité si compliquée que tu aimerais tant connaître. Tu lui glisses qu'il a intérêt à être gentil et avec sa tête de malheureux, il te réponds qu'il n'a pas été méchant que tu le blesse. Cela te fais rire. Il joue la comédie à la perfection et c'est une des raisons pour laquelle tu t'en méfies.

« Arrête d'essayer de m'attendrir Charles. Ca ne marche pas avec moi et tu le sais, t'as essayé des millions de fois déjà.. »

Malgré tout, tu te serres encore un peu plus contre lui. Dans ta tête par contre, c'est la lutte totale du cœur et de la raison. La raison voudrait que tu t'enfuies à toutes jambes pour aller travailler, soit faire ce que tu fais de mieux et le cœur te crie de rester là. De profiter d'être avec lui. Et honnêtement, t'en a marre découter la raison. Alors pour une fois, tu te met en mode pilote automatique. Et sans que tu t'y attendes toi même, même si tu essaie de lutter contre cette envie tu le plaques contre le mur de la petite ruelle que vous traversez. Ton corps vient automatiquement rejoindre le sien. Tu lis la surprise dans ses yeux mais il ne te repousse pas. Et heureusement, tu en aurais crevé de honte, de te faire repousser comme ça. Au contraire il te rapproche de lui. Tu lui demandes juste ce qu'il veux ici et ensuite s'installe un silence lourd, avec une certaine tension. Il affiche ce sourire narquois que tu connais si bien et il te réponds que c'est toi qu'il veux. Ton cœur loupe un battement ; plusieurs même tandis qu'il pose sa main sur ta joue et caresse les contours de ton visage. Vos bouches sont très proches, tu peux sentir son souffle. Tu t'avance encore de quelques centimètres, tu frôles ses lèvres mais au dernier moment tu recules. Si tu avais fait ça tu aurais perdu. Tu dépose un baiser juste au coin de ses lèvres, là où c'est un peu tendancieux. Et vu ce qu'il te dit après, tu te félicites de ne pas l'avoir embrassé. Il te dit qu'il sait que tu as envie de lui mais que tu pourrais attendre d'être dans sa chambre pour lui sauter dessus. Une drôle de lueur apparaît au fond de ton regard. Tu es énervée et tu le repousses, presque violemment. Tu avais failli céder et encore une fois il marche un point. Tu fais quelques pas, mettant de la distance entre vous tu en as besoin. Il t'a complètement fait tourner la tête. Tu avances un peu dans cette ruelle, qui est plutôt jolie et peu fréquentée puis tu te retournes, et avec un regard blessé tu lui craches, presque.

« Charles Rousseau, t'es vraiment qu'un connard. »

Tu meurs d'envie de lui mettre une baffe, mais sa remarque t'as tellement dégoûtée que tu ne veux pas lui faire ce plaisir. Tu lui jettes un dernier regard mauvaise et tu recommences à marcher, t'éloignant de lui. A cet instant tu le déteste vraiment. Mais en même temps tu l'aimes et tout ça se télescope dans ta tête. Alors, sans réfléchir toujours tu te retournes et tu lui adresses de nouveau quelques mots, toujours avec ce regard blessé. Tu te drapes dans ton orgueil pour ne pas trop montrer qu'il t'as touchée en plein cœur là. Tu pensais te laisser aller pour une fois, faire ce dont tu avais tellement envie mais il t'a coupée en plein élan...

« Oublie ça. Je ne serais pas une conquête de plus à ton tableau de chasse Charles. Va falloir que tu cherches ailleurs. Et je sais que tu me veux juste dans tes draps. »

Tu ne sais pas exactement pourquoi, mais tu es vraiment en colère. Il t'énerve et te rends folle en même temps et tu ne sais pas bien comment gérer ça et surtout comment le lui cacher.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I found you + pv Louise   Jeu 18 Sep - 20:54

Louise ∞ Charles

Tu ne peux t'empêcher de sourire. Ses joues rosissent doucement et tu la trouves encore plus attirante. La petite parisienne nie l'évidence et cela se voit comme le nez au milieu de la figure, ça en est presque touchant. Des raisons de te fuir il y en a des centaines. Tu n'as pas été des plus tendre avec elle mais c'était plus fort que toi. Un sale gosse de riche capricieux et hautain voilà ce qu'on dit de toi et tu ne peux pas leur donner trop, c'est exactement ce que tu es. Tu n'es pas habitué à ce qu'on te repousse et lorsque cette petit brune l'a fait tu ne l'as pas supporté. Et la seule chose que tu as trouvé à faire c'est l'insulter et faire de sa vie un enfer. Bien sûr qu'elle avait une multitude de te fuir, c'est toi qui l'y avait poussé. Mais ce que tu n'avais pas prévu c'est que cette femme au caractère bien trempé t'avait touché comme personne d'autre avant elle. Toi qui pensais garder ton cœur de pierre en lieu sûr avais perdu toute crédibilité en la suivant jusqu'ici il faut bien le reconnaître. Au lieu de lui répondre tu te contentes d'hausser les épaules avec un sourire narquois aux lèvres.

Tu es bien là, la tenant tout contre toi. Pour une fois tu ne cherches pas à la provoquer ou à la narguer et ce petit moment de tranquillité te plait étrangement. Vous avez tout d'un couple, toi l'enlaçant avec possessivité et elle blottie contre toi. Et cette impression se fait encore pus forte lorsque vous vous retrouvez collés l'un à l'autre dans cette ruelle. Tes mains sont posées sur ses hanches et tu la serres toujours plus contre toi. Elle se laisse faire pour une fois pour ton plus grand plaisir. Vos visages sont tellement proches l'un de l'autre que tu sens son souffle sur tes lèvres. Ton cœur s'accélère doucement et tu oublies un instant où vous vous trouvez et tout ce qu'il y a autour de vous. Tu ne sais pas pourquoi mais elle seule te fais cet effet là. On peut sentir la tension qu'il y a entre vous, comme si chacun de vous se tient proche du vide mais qu'aucun ne veut céder à l'autre. Elle pose ses lèvres sur le coin de ta bouche et ta volonté est encore plus mise à l'épreuve. Tu en meurs d'envie de goûter ses lèvres qui te sont offertes mais pourtant tu résiste, tu refuses de perdre cette manche. Mais pour combien de temps résistera tu encore? Alors tu fais la seule chose que tu sais faire dans ces moments là, tu dis les mots qui gâchent tout. Pourtant vous étiez bien là mais tu n'as pas su t'en empêcher.

Tu vois son air blessé et tu regrettes déjà d'avoir dit ces mots. Elle te repousse avec hargne et tu te laisses faire, ne faisant rien pour la retenir. Cette petite bulle qui était rien qu'à vous vient d'éclater et c'est entièrement de ta faute. Tu devrais être content, satifait de ton petit effet. C'était ce que tu voulais pourtant l'énerver. Mais ce n'est pas le cas. Tu t'attendais à recevoir une gifle mais rien de vient. Elle te crache juste une insulte qu'elle dit des centaines de fois. Mais pourtant ce n'est pas ça qui te fait mal mais ce regard triste et blessé qu'elle t'adresse. Pour la première fois de ta vue tu te sens coupable. Tu ne sais ni comment ni pourquoi mais ça t'agaces au plus haut point. Tu ne sais plus vraiment quoi dire ni quoi faire. Tu le suis bêtement les mains dans les poches cherchant comment rattraper l'énième bourde que tu viens de faire.

"-En fait si je suis à Manchester c'est parce que je viens de racheter un hôtel délabré et que je l'ai rénové."

Oui tu n'as rien trouvé de mieux à dire. T'excuser n'était même pas envisageable alors tu as décidé de répondre au moins à sa question. Enfin en partie car ce que tu ne lui as pas dit c'est que dans quelques jours vous travaillerez ensemble dans la même boite d'architecte.  
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I found you + pv Louise   Jeu 18 Sep - 22:19

Louise ∞ Charles

Tu as failli perdre. Dans votre match perpétuel il a failli t'avoir, tu as failli craquer et lui céder. Le fait d'avoir vos visages si proches t'as complètement troublée. De toute façon, tu le sais bien. Quand il est proche de toi comme ça tu serais incapable de dire où tu habites, tu perds complètement tes esprits. Il a cette faculté de te faire perdre tes moyens. Devant n'importe qu'elle personne, tu sais masquer tes sentiments et tu continues à être la Louise un peu garce, qui ne ressens rien et qui aime plus que tout manipuler les autres. Mais Lui... Tu as l'impression qu'il a fait tomber le masque et que devant lui, tu es toi même. Tu n'arrives plus à te cacher sous tes airs de parisienne froide et décidée, ça ne marche pas. L'exemple le plus parlant que tu pourrais trouver c'est celui qui touche au fait de rougir. Devant la majorité des gens tu ne rougis jamais, mais devant lui tu ne parviens pas à t'en empêcher. Tes sentiments se lisent sur ton visage comme si ils étaient écrits dessus. Et ça t'agaces profondément. Tu allais l'embrasser et la raison a fini par reprendre le dessus, tu as simplement déposé un baiser au coin de ses lèvres. Vous étiez dans votre bulle, dans un autre monde et ça te donne un aperçu de ce que ça pourrait être vous deux.. Tu commençais à te radoucir et à te laisser aller contre lui lorsqu'il t'as fait cette réflexion qui a tout cassé. Tu as vu tout ça s'écrouler et ça t'a blessée. Tu as été blessée qu'il puisse penser que tu voulais coucher avec lui là maintenant.

En fait, c'est ce que tu crains. Tu ne veux pas n'être qu'un trophée de plus pour lui, juste une proie. Tu les as vu toutes ces filles défiler à ton bras. Et tu n'avoueras pas que chacun d'entre elle a été un pincement de plus au cœur. Elles étaient toutes jolies et brillantes et tu sais très bien que tu ne leur arrive pas à la cheville. Tu ne comprends pas trop pourquoi il a l'air de s'intéresser à toi aussi. Tout cela fait un mélange de sentiments un peu confus, tu as peur mais tu as envie en même temps et c'est ce qui te pousse à réagir de façon si incontrôlée avec lui. Suite à ce qu'il a dit, tu t'énerves et tu fuis, lui crachant une insulte que tu lui as dit des centaines de fois au visage. Tu pars tu ne sais pas quoi faire, tu lui dis que tu ne seras pas une conquête de plus mais tu sais que c'est faux et qu'un jour tu cèderas de toute façon. Tu attends de voir ce qu'il va dire, la façon dont il va réagir. Bien sûr que tu n'attends pas d'excuses, tu sais qu'il ne t'en feras pas. Le grand Charles Victor Rousseau ne s'excuse jamais. Il est bien trop digne pour ça. A la place, il te suit les mains dans les poches et te dit qu'il acheté puis rénové un hôtel particulier à Manchester. Un peu violemment, tu te retournes sur tes talons aiguilles et tu hausses un sourcil lui répondant d'une voix sèche.

« Ah ouai et pourquoi tu me dis ça ? Tu espères m'y emmener hein ? »

Et là, contre toute attente, tu reviens vers lui d'un pas décidé. Quand tu parles de réaction bizarres, c'est effectivement le cas... De nouveau, tu te colles à lui et tu le pousse contre un mur, un peu plus à découvert cette fois. Tu es tellement énervée là que tu t'en fiches complètement qu'on vous voie ou non. Tout ça t'es égal. Tu le regardes dans les yeux, et tu parles d'une voix grave dans laquelle on peut sentir ta colère.

« Tu veux qu'on couche ensemble ? Bah vas y allons y emmène moi chez toi. Faisons le ! Peut être au moins qu'après, tu arrêteras de me suivre partout. De me provoquer avec ça. Alors ouai je deviendrais ton trophée, je ferais partie de ton tableau de chasse mais au moins tu me laisseras tranquille. Tu sortiras de ma vie. Et peut être aussi de ma tête, enfin. »

Tes mains sont menaçants. Ils sonnent comme un coup d'éclat et c'est exactement ce que c'est. Soudainement,t u as décidé que tu ne voulais plus être « en demande », que tu ne voulais plus te contenter d'un sourire par ci, ou par là. Tu sais ce que tu as fui et ça t'énerve de retrouver exactement les mêmes sensations. Mais si ça t'énerve autant en réalité c'est parce que tu es folle de lui et qu'il a tapé au bon endroit.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I found you + pv Louise   Ven 19 Sep - 0:29

Louise ∞ Charles

Fou cette fille va te rendre complément fou. Ou alors c'est toi qui foires tout, tu n'arrives pas à te décider. Pour une fois que tu es sincère et que tu dis quelque chose sans arrière pensée voilà qu'elle t'agresse à moitié. Tu la regardes sans comprendre la bouche à moitié ouverte tant sa réaction te prends de court.

"-Hein? Non je... ce n'est pas ce que je voulais dire! Tu m'as posé la question je te réponds, pourquoi tu t'énerve comme ça?!"

Qu'est ce que cette fille est compliquée... Elle a même réussi à te faire bafouiller. Tu joues avec elle ça ne va pas. Tu ne joues plus ça ne va pas non plus, qu'est ce qu'elle veut à la fin? Elle te plaque à nouveau contre le mur, décidément aujourd'hui elle ne fait que ça. Tu es tellement déstabilisé par sa réaction que tu te laisses faire sans le moindre gest. Tu ne l'as jamais vu en colère à ce point alors que ça n'était pas du tout ton but pour une fois. La situation t'échappe et tu n'aimes pas ça. Elle crois peut être t'impressionner et ce n'est pas avec ses cinquante kilos toute mouillée qui va te faire peur, tu en as vu d'autres. Ses mots, cette situation t'énervent. Tu fronces les sourcils et tu la prends soudainement par la nuque et l'attire à toi pour coller ses lèvres au tiennes. Tu ne lui laisses pas le temps de réagir et tu l'embrasses sur un coup de tête. C'est la première chose que tu as trouvé pour la faire taire, lui clouer le bec. Tu as peut être cédé le premier en l'embrassant mais tu voulais juste qu'elle la boucle. Tu finis par détacher tes lèvres des siennes et tu dis d'une voix très calme mais catégorique, presque un murmure en la fixant intensément dans les yeux.

"-Non je ne veux pas qu'on couche ensemble. Pas comme ça. Je veux que tu en aie envie, pas par défi ou par colère mais simplement envie au point de ne plus pouvoir résister. Je ne veux pas coucher avec toi dans une chambre miteuse d'un hôtel morbide  ou au fond d'une ruelle sombre, je veux bien plus que ça. Je veux te faire l'amour comme tu le mérite, te faire passer la plus belle nuit de ta vie jusqu'à ce que tu ne puisse plus jamais l'oublier ou la regretter. Je veux t'obséder Louise comme tu m’obsèdes, je veux que tu voies ce que ça fait de ne penser qu'à toi au point de ne voir personne d'autre. Alors non je ne sortirais pas de ta vie et encore moins de ta tête loin de là ma belle."

Tu lui prends doucement mais fermement les poignets et la repousses lentement pour l'éloigner de toi. Elle t'a encore une fois fait perdre tes moyens et tu as fini par dire des choses que tu ne voulais pas, que tu ne devais pas.

 
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I found you + pv Louise   Ven 19 Sep - 1:12

Louise ∞ Charles

Tu t'énerves. Comme toujours tu as des réactions bizarres et complètement illogiques et tu lui cries dessus, le poussant contre un mur et lui disant que c'est bon, tu vas coucher avec lui. Que tu veux le faire pour qu'il sorte de ta tête. Au fond de toi, tu sais très bien que ce n'est pas une solution valable, loin de là et que si tu le faisais, tu le regretterais plus qu'autre chose. Tu t'attends à ce qu'il pousse la provocation encore plus loin, qu'il te dise d'y aller, qu'il te pousse dans tes retranchements comme si il sait si bien le faire. Mais pas du tout. Sa réaction te scotche complètement. Il passe une main derrière ta nuque et t'embrasse. Tu es surprise une fraction de secondes mais tu attends ça depuis tellement longtemps, que tu ne peux pas t'empêcher de répondre à ce baiser. Et avec fougue en plus. Tu t'étais toujours demandé ce que ça ferais de l'embrasser. Ce que tu ressentirais et maintenant tu le sais. C'est inexplicable. Tu voudrais ne jamais pouvoir t'arrêter mais il s'écarte de toi le premier, c'est étrange tu trouves ça presque douloureux de rompre ce contact. C'était même étrangement familier de l'embrasser comme ça, comme si vous aviez toujours fait ça. Tu te laisseras le temps d'analyser et de disséquer ça plus tard, pour le moment tu écoutes ce qu'il te dit. Et tu en oublies même de respirer, ton cœur bat à tout rompre dans ta poitrine. Son discours te touche bien plus que tu ne l'aurais voulu. En fait, ce sont un peu les mots que tu as toujours rêvé d'entendre. Ce qu'il te dit, si tu cherches entre les lignes c'est qu'il ressent la même chose que toi.

Lui répondre. Lui dire tes sentiments. Voilà ce que tu devrais faire, lui dire que tu l'aimes, que tu as détesté vivre sans lui mais tout ce qui sors de ta bouche, ce sont ces pauvres mots, tu les murmures comme si tu avais peur de les dire, et ce en te mordant la lèvre.

« C'est trop tard Charles. Tu m'obsèdes déjà.. »

Une fois ces quelques mots prononcés, ils ne résument pas la moitié de tes sentiments d'ailleurs, tu cède à une pulsion et tu l'embrasse de nouveau. Tu voulais goûter ses lèvres de nouveau, voir si cela te ferait le même effet que tout à l'heure. Et c'est désespérément le cas. Tu met toute ta fougue et ta passion dans ce baiser, tu en as presque le souffle coupé. Tu as posé une main sur sa joue, et tu fermes les yeux savourant chaque moment de ce que tu es en train de faire. Au bout d'un petit moment, tu rompt le contact et tu t'écartes. Tu sais que si tu continuais ça pourrait devenir dangereux. Tu es toute chamboulée, tu en aurais presque la tête qui tourne. Sans réfléchir, ne sachant pas bien où tu vas, tu fais demi tour et tu t'éloignes de lui à grandes enjambées sur tes talons aiguilles. T'as besoin de mettre de la distance entre vous. Ce n'est que bien plus loin que tu sens ton téléphone qui vivre dans la poche de ton sac. Tu t'arrêtes, pour reprendre ton souffle parce que tu as marché vite, et pour regarder ce fameux texto. Le contenu te laisse juste.. Choquée. C'est une de tes collègues, avec qui tu as un peu sympathisé qui te l'envoie.

« Coucou Loulou. Tu sais qu'il y a un nouveau qui arrive Lundi au cabinet ? Il est français comme toi, il s'appelle Charles et d'après sa photo d'identité, il est canooooon ! Bisous à tout à l'heure ».

Tu regardes ton téléphone, comme si c'était une bombe et ton cerveau carbure à plein régime. Tu ne prends toujours pas le temps de réfléchir et tu repars de là où tu viens. Tu sais qu'il est toujours là bas. Le connaissant, il doit être en train de fumer ou quelque chose comme ça, il a réussi son cou après tout, il t'a complètement tourné la tête. Tu reviens sur la scène de crime et tu le trouves là. Tu avances vers lui à grandes enjambées et tu lui montres le texto. Tu le regardes avec un air furieux avant de lâcher.

« T'avais l'intention de me le dire quand ? »

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I found you + pv Louise   Ven 19 Sep - 17:17

Louise ∞ Charles

Elle a réussi à te faire perdre le contrôle pendant quelques secondes. Tu l'as embrassé sur un coup de tête sans vraiment y réfléchir. C'était elle qui devait craquer la première pas toi. Tu devais garder le contrôle de la situation, des tes actes, de tes sentiments et de toi même. Tu devais garder une longueur d'avance et gagner cette manche. Mais en une demie seconde tu as perdu tout cela, tu as perdu tout simplement. Et le pire c'est que sur le coup tu t'en fiches pas mal. Elle réponds à ton baiser avec une fougue insoupçonnée. Plus que n'importe quel mot cela te fais comprendre qu'elle aussi en crevait d'envie, que même si elle passe son temps à te repousser elle ne peut pas te résister. Si elle ne t'avais pas mis en rogne tu aurais surement sourit satisfait de voir que tu lui fait tellement d'effet. Tu aurais continué à l'embrasser, tu aurai savourer le goût de ces lèvres que tu désires tant. Mais non, tu n'as pas aimé sa réaction et tu tiens à le lui faire comprendre. Alors tu sépares tes lèvres des siennes bien qu'une partie de toi en veut bien plus, faisant comme si de rien n'était alors que ton cœur bat fort dans ta poitrine.  

Tu la regardes sans rien dire. Au moins ça l'a calmé un peu apparemment, c'est déjà ça. Elle a même l'air à nouveau un peu perdue et gênée, redevenant la Louise qui te fait chavirer. Elle a l'air tellement fragile à ce moment là c'est que tu n'as qu'une seule envie c'est de l'enlacer et de la reprendre contre toi. Mais non tu es bien trop fier pour laisser à nouveau aller, tu as besoin d'un moment pour te calmer. Enfin... tu te calmes bien vite lorsqu'elle te dis d'une petite voix que tu l’obsèdes déjà. Ton cœur fait un nouveau saut périlleux. Elle va finir par te rendre cardiaque à la longue. Un comble pour toi qui a le réputation d'être un cœur de pierre. Un cœur qui s'emballe lorsqu'elle vient t'embrasser à son tour. Cette fois s'en est trop tu ne réfléchis plus et tu te laisses aller simplement. Tu en as envie alors tu te fous de votre jeu, des conséquences, des passants qui vous regardent en écarquillant les yeux, de ces anglais coincés qui vous regardent presque choqués. Tu fermes les yeux et tu poses une mains sur sa tailles, l'autre sur sa nuque pour la coller à toi. Tu oublies les bienséances et la tendresse pour l'embrasser avec fougue et exigence au point que vos lèvres deviennent brûlante. Ce baiser n'a rien de doux, il est fort et passionnel parfait reflet de la tension qu'il y a entre vous. Vous vous attirez, vous vous repoussez, vous vous aimez, vous vous haïssez et ça sans fin. Votre relation n'a rien de simple ou de banal, vous vivez chaque moment avec une ardeur que peu de gens connaîtront, vous vivez tout dans l'excès et tu sais qu'à un moment ou un autre vous vous brûlerez les ailes. Tu le sais, tu le sens au fond de tes tripes et de ton âme que tout ça finira mal. Ta raison te dis d'arrêter tout ça, de partir avant que ça ne soit trop tard mais c'est plus fort que toi. Tu continues à l'embrasser, une main dans ses cheveux, son corps contre le sien. La sensation de sa bouche contre la tienne, le goût de ses lèvres t’enivreraient presque.

Tu es dans un espèce d'état second lorsqu'elle t'échappe, ses lèvres quittent les tiennes et instinctivement tu les cherches à nouveau. Tu en as envie, tu en as besoin de ce contact elle est déjà loin te plantant au bout milieu de la rue. Tu restes là les bras ballants, le cœur affolé et le souffle court. Tu la regardes s'enfuir une nouvelle fois mais tu es tellement déstabilisé par ce qu'il vient de se passer que tu ne réagis pas, tu ne la suis pas. Sans t'en rendre compte tu passes la langues sur tes lèvres y sentant le goût et la chaleur des siennes. Comme si elle venait de laisser son empreinte sur toi. Et c'est exactement ça. Cette fille t'a marqué au fer rouge sans que tu ne saches comment ni pourquoi. Pourquoi a-t-elle ce pouvoir sur toi? Cette emprise dont tu n'arrives à te défaire toi qui ne t'ai jamais attaché à qui que ce soit à part ta propre personne? Tu ne sais pas quoi faire et ça t'agace à nouveau. Alors occuper tes mains et simplement faire quelque chose tu t'adosses au mur le plus proche et te allumes une cigarette. Le regard dans le vide tu aspires une longue bouffée en essayant de remettre de l'ordre dans ton esprit. Sans grand succès.

Tu restes plusieurs minutes ainsi à souffler tranquillement la fumée pendant que la nicotine fait son effet. Tu t'apprêtes à allumer une deuxième cigarette quand tu la voit débouler à nouveau devant toi en mode furie. Elle tends son téléphone vers toi si brusquement que tu as cru pendant une seconde qu'elle allait te le jeter à la figure. Encore une fois tu ne comprends plus rien. Pour le contrôle de situation tu devra repasser, tu es totalement à la ramasse là. Plissant les yeux tu lis le texto qu'elle te montre sur son téléphone avant de pouffer de rire. C'est pour ça qu'elle est dans un tel état? Tu t'affales à nouveau contre le mur avec toute la nonchalance dont tu es capable. Le grand Charles V. Rousseau est à nouveau lui même, ce petit moment de laisser aller est terminé. Tu allumes ta cigarette  en prenant ton temps et fumes une première bouffée en la regardant avant de lui dire le plus naturellement du monde:

"-De quoi? Que ta copine à craquer sur moi? Je viens de l'apprendre aussi mais en fin de compte il fallait s'en douter, il n'y a pas de raison de jouer les choquées. Aaaaah non tu parles du fait que l'on va bosser ensemble? J'allais te le dire avant que tu m'agresses au sujet de mon hôtel. Il faudrait apprendre à contrôler un peu tes nerfs ma belle, ça ne va pas à ton jolie visage. Et je te l'ai dis non? Je ne suis pas près de sortir de ta vie. Ce n'est que le début alors tu devrais t'y faire."

    
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I found you + pv Louise   Ven 19 Sep - 19:45

Louise ∞ Charles

Tu l'engueules et tu t'énerves. Ses réflexions te mettent hors de toi et tu as décidé de le provoquer. Enfin décidé pas vraiment. Tu es une impulsive, tu l'as toujours été. Alors là tu n'as pas réfléchi et tu t'es jetée sur lui, le plaquant au mur et lui disant que si il veut tellement t'attirer dans son lit, que vous n'avez qu'à y aller après tout. Sa réaction par contre, te surprends. Il t'embrasse. Intérieurement, tu souris, il a perdu. Votre jeu durait depuis un petit moment déjà, et il vient de perdre. En tout cas cette manche parce que tu penses que c'est loin d'être fini.. Que vous ne laisserez pas tomber comme ça. Vous aimez bien trop vous chercher, vous haïr vous aimer et vous détester l'instant d'après, votre relation a toujours été comme ça et tu doutes d'une fin convenable. Qu'il puisse exister un moment où vous déciderez de mettre fin à tout ça et peut être d'avoir l'air d'un vrai couple, ou non.. Tu doutes qu'il y ait un jour une issue à tout ça.

Ce baiser te calme et tu le lui rends fougueusement. Tu ne t'y attendais pas mais tu en crevais d'envie depuis déjà un moment. Depuis le début en fait. Depuis cette fameuse soirée où tu l'as rencontré. D'ailleurs, tu commences à t'avouer que si ce jour là, il ne t'avais pas insulté et qu'il avait insisté tu lui aurais cédé, clairement. Et tu n'aurais été qu'un de ses trophées.. Finalement, il te pousse, te prenant par les poignets pour t'écartes de lui. Ce geste te blesse tu ne voulais pas interrompre ce moment, ce contact entre vous mais tu finis par lui avouer qu'il t'obsède aussi. Et tu sens que son regard change, qu'il se calme. Cette fois, tu cèdes aussi et tu viens glisser tes lèvres sur les siennes pour un baiser fougueux et passionné. Pas le genre de baiser tendre comme ceux qu'on voit au cinéma, le genre de baiser qui vous corresponds et qui reflète exactement votre relation enflammée. Tu poses une main sur son torse et il vient t'attirer ) lui, une main dans son cou, une sur ta taille. Tu ne sais pas comment de temps cela a duré mais tu as eu l'impression pour une fois d'avoir eu une infinité de secondes. Tu as profité autant que tu le pouvais, tu savais que ce serait le dernier avant longtemps. Et, enfin, après tout ça tu as fui. Tu ne savais plus quoi penser de tout ça, tu étais complètement chamboulée et tu venais de perdre le jeu. De briser les règles que tu t'étais établies pour ta santé cardiaque. Tu pars, courant presque sur tes talons aiguille dans les rues de Manchester. Tu t'arrêtes essoufflée et tu consultes le texto qui va te faire demi tour. Charles, français, architecte et mignon tu sais très bien qu'il n'y en a qu'un en ville. Et tu viens de le laisser. Comme une furie, tu fais demi tour et tu lui plantes ton téléphone devant les yeux, lui demandant si il avait l'intention de te le dire.

Tu vois son incompréhension, il plisse les yeux et une fois qu'il a lu tu le vois redevenir lui même. Il s’affale contre le mur, et te raconte qu'il allait te le dire avant que tu ne l'agresses, et qu'il ne trouve pas ça étonnant que ta collègue ne craque pour lui. Il te dit aussi qu'il n'est pas près de sortir de ta vie, qu'il va falloir que tu t'y fasses. Tu reprends toi aussi une contenance, te redressant et retrouvant ton port de tête. Tu retrouves aussi ce petit sourire moqueur et malicieux que tu n'afiches qu'en sa présence. Tu allumes une cigarette aussi, rangeant ton téléphone.

« Et qui te dit que j'ai vraiment envie que tu sortes de ma vie Charles ? »

Bon ok, tu l'as dit plus tôt mais tu ne le pensais pas c'est clair. Tu le regardes, faisant une petite moue et essayant de continuer à avoir l'air normale. Comme si tu n'avais pas posé tes lèvres sur les siennes un peu plus tôt et que vous ne vous étiez pas embrassés comme si vous en creviez d'envie. Tu décides de jouer, encore un peu. Tu reviens te coller à lui délicatement, priant pour qu'il ne te repousse pas.

« Et je pourrais savoir pourquoi tu as choisi cette entreprise là ? »

Tu te rapproches encore plus, et tu sais que c'est dangereux, que tu vas finir par te brûler les ailes mais tu ne peux pas t'en empêcher. Tu viens chuchoter à son oreille, prenant une voix provocatrice. Tu pries pour qu'il ne te repousse pas, tu en crèverais de honte. Et pas que de honte.

« Etais ce une coincidence Charles ? »
code by Silver Lungs
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I found you + pv Louise   Sam 20 Sep - 10:37

Louise ∞ Charles

Le jeu recommence encore une fois. A croire que c'est un cercle sans fin. Vous venez d'achever une manche, une autre commence aussitôt. Vous vous regardez tous les deux avec défi comme s'il ne s'était rien passer, comme si vous ne vous embrassiez pas fougueusement en pleine rue il y a quelques minutes à peine. Vous êtes vraiment les rois quand il s'agit de masquer vos émotions, de vrais petits hypocrites aux sourires innocents et aux masques parfaits. Tu retrouves ta partenaire de jeu, la petite peste parisienne digne et fière qui te sourit avec un pointe d’arrogance. Tu ne peux t'empêcher de sourire à ton tour en la regardant, tu n'en attendais pas moins d'elle. Elle te ressemble sur pas mal de point et c'est peut être pour ça qu'elle te plait autant chez elle. Tu ne sais jamais à quoi t'attendre avec elle, tu t'amuses à tester ses réactions et elle finit toujours par te surprendre. Elle seule arrive à te faire cet effet là, à te toucher de cette façon. Elle te déstabilise totalement, te repousse dans tes derniers retranchements avant que ça ne soit toi qui reprenne le dessus. Une guerre des nerfs, une attirance irrésistible, un jeu délicieux, une danse enflammée il y a un multitude de façon de définir ce qu'il se passe entre vous. Mais personne ne peut vraiment comprendre ce lien, cette attraction qui vous lie. Même toi tu n'arrives pas comprendre le pourquoi ni le comment. La seule fois dont tu es sûr c'est que c'est bien plus fort que la raison, bien plus fort que toi même.

Louise t'imite et allume une cigarette. Tu as toujours trouvé ça un peu de mauvais goût sur une femme. Après tout tu as été élevé selon les principes de la vielle France. Mais sur elle cela a un petit côté classe, à croire que même si elle portait un sac poubelle elle garderait l'élégance et la grâce qui lui est propre. Puis elle te dit des mots qui te font presque rire. Elle te demande ce qui te dis qu'elle a vraiment envie que tu sortes de sa vie. Voilà qu'elle se contredit, enfin cela n'a rien de nouveau. Elle dit des choses alors que ses gestes crient le contraire, trahissant ses véritables sentiments. Elle a encore une fois fuit lorsque vous avez perdu le contrôle, lorsque vous vous êtes enfin laissé aller et très sincèrement si elle ne l'avait pas fait tu ne sais pas ce qu'il se serait passé ensuite. Mais elle est tout de même revenue quelques minutes plus tard trouvant l'excuse de ce texto pour te retrouver. Elle vient à nouveau se coller à toi et tu la laisses simplement faire. Tu ne la repousse pas mais tu ne la rapproche pas de toi non plus, faisant juste comme si ça t'es complètement égal qu'elle soit contre toi ou non. C'est bien entendu totalement faux et les battements de ton cœur sont là pour en témoigner.  Tu lui souris à ton tour avant de dire calmement:

"-Je sais que tu n'as aucune envies que je sorte de ta vie Louise et ça malgré ce que tu m'as affirmé il y a peu de temps. Sinon tu ne serais pas revenue si vite..."

Tu marques une pause et pose les yeux sur ses lèvres te rappelant la délicieuse sensation lorsqu'elles caressaient les tiennes avec ardeur. Puis tu chuchotes:

"-Et si tu voulais vraiment que je sorte de ta vie tu ne m'aurais pas embrasser comme ça."

Avant qu'elle ne fasse le moindre geste pour te repousser tu passes les bras autour d'elle ne lui laissant aucune chance de s'en aller. Tu la serre contre toi délicatement mais avec fermeté. Elle te demande pourquoi tu as choisi cette entreprise et si c'est une coïncidence, te murmurant ces mots à l'oreille. Tu ne peu réprimer un petit frisson et tu te maudis d'être si sensible à un simple murmure. Tu écartes d'une main les cheveux de son oreille dévoilant son cou et son épaule. Tu te rapproches un peu plus d'elle et laisse tes lèvres effleurer sa peau avant d'y souffler:

"-Une coïncidence? Je ne crois pas à ces fois là. Cette entreprise est l'une des plus prometteuse du pays alors c'est tout à fait normal que je mette mes talents à leur service. Mais c'est aussi pour autre chose que j'ai choisi celle là en particulier..."

Tu poses alors tes lèvres sur son épaule puis son cou, les embrassant longuement pendant que tu la serres contre toi. Puis tu colles presque tes lèvres à son oreille y chuchotant à nouveau:

"-C'est pour toi. Pour pouvoir être encore plus proche de toi, entrer encore plus dans ta vie et dans ta tête. Je t’obsède déjà Louise? ça deviendra bientôt bien pire."
    
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: I found you + pv Louise   Sam 20 Sep - 12:52

Louise ∞ Charles

Quelque chose a l'air d'avoir changé entre vous. Tu ne sais pas trop pourquoi, tu ne sais pas trop comment mais à Paris, votre proximité physique n'existait presque pas. Ou vraiment très peu, un frôlement de temps à autre, rien de plus. La dimension sentimentale non plus. Vous vous contentiez de vous envoyer des piques, de vous chercher et parfois, même, de vous insulter. Mais depuis, les règles du jeu ont complètement changé. Depuis que tu t'es rendue compte de ce qui tu éprouvais pour lui et depuis que tu as fui tout semble complètement bouleversé. La preuve en est de ce qui vient de passer. Du moment que vous êtes en train de passer. Avant, jamais il ne t'aurais caressé la nuque comme il l'a fait plus tôt. Et tu sais très bien que du moment où il a fait ce geste, le jeu a basculé dans une totale autre dimension. Une dimension bien plus dangereuse, cette fois vous risquez vraiment de vous faire du mal. A Paris il ne s'agissait que de simples étudiants qui s'amusaient à se lancer des piques mais se retrouver ici, et visiblement pas par hasard en plus a changé la donne. Tu serais incapable de dire si tu préfères ça ou non. La seule chose que tu sais c'est que vous vous rapprochez depuis que vous vous êtes croisés ce matin et que ça ne fait qu'empirer. Et tu paniquerais presque à l'idée de savoir comment tout ça va tourner. En fait tu sais très bien comment ca va finir : mal, clairement. Vous vous aimez, vous vous détestez et vous vous aimez encore, cherchant à faire céder l'autre, à le rendre fou. Cherchant à gagner le match à tout prix, à vous en sortir la tête haute, à ne pas donner l'avantage à l'autre. Vous êtes pareils, vous avez énormément de points communs. Vous êtes fiers, arrogants et vous savez mieux que personne masquer vos sentiments. Et c'est pour ça que votre petit jeu marche aussi bien et vous fait ressentir des choses aussi fortes. Des choses que peu de gens connaîtront dans leur vie, le feu, la passion, le désir. Des choses normales mais qui sont vraiment décuplées chez vous. Pour l'exemple, le fait que tu viennes de l'embrasser sauvagement et que tu le fuies, pour revenir jusqu'à lui ensuit,e lui criant dessus et venant te coller à lui. Tu n'as jamais eu des réactions aussi illogiques avant mais il te fait ressentir les choses puissance 1000 et tu ne peux pas t'en empêcher. Et encore tu n'as jamais évoqué la jalousie qui te dévore de l'intérieur lorsque tu le vois avec quelqu'un d'autre. C'est quelque chose aussi ça...

Tu reviens te coller à lui et il ne t'attire pas mais ne te repousse pas non plus et tu lui fais bien comprends que tu n'as pas spécialement envie qu'il reparte maintenant que tu l'as retrouvé. Il te réponds avec son sourire arrogant qui te donne envie de t'énerver sur lui, il te dit que si ce n'était pas le cas tu ne l'aurais pas embrassé comme ça. Chacun son tour, tu prends un sourire moqueur, presque cassant et tu lui réponds en haussant un sourcil.

« Oh ça ? Ce baiser là ? Mmmh simple moment d'égarement de ma part... »

Tu fais la fille détachée et ça ne te va pas du tout... Il passe un bras autour de toi et il commence à te chercher, à pousser tes cheveux pour effleurer tes épaules avec ses lèvres et tu rougis. C'est clair que tu ne sait pas mentir, ç'en est presque ridicule... Il vient franchement poser tes lèvres sur toi et cette fois en plus de rougir tu frissonnes. Encore plus lorsqu'il vient te murmurer à l'oreille qu'il n'a pas fini de t'obséder. Tu reprends contenance encore une fois, tu es une championne pour faire ça.

« Oh j'ai dit obsession ? C'était juste une façon de parler... »

Tu essaie de faire comme si tout était normal tu ne peux pas t'empêcher de te coller encore un peu à lui et de venir l'embrasser dans le cou, avançant jusqu'à la commissure de ses lèvres.

« Et ce n'est pas parce que je vais te voir tous les jours que tu vas rentrer de nouveau dans ma vie Charles... »

Encore et encore à jouer. Tu abat une de tes dernières cartes en te reculant de nouveau, puis en affichant ce sourire moqueur qui lui est réservé. Tu t'allumes une cigarette de nouveau et tu le regardes, un air de défi sur le visage.

code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I found you + pv Louise   

Revenir en haut Aller en bas
 

I found you + pv Louise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'auteur d'une des plus belles chansons (Louise), vient de disparaître!
» quelque photos d'un paras qui est a bord du louise marie
» "Sangs" de Louise Hervieu
» Plaque commémorative dans le collège des Ormeaux - Marie Louise VALLOT
» Le forum digiscrap de Louise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: RP’s.-