AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥
» pour «

Partagez | 
 

 - Keep calm and swim - [Louis+Kaylee]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: - Keep calm and swim - [Louis+Kaylee]   Dim 12 Oct - 20:31

Keep calm and swim

Il était très tôt lorsque j'avais décidé de sortir de chez moi, emmitouflée sous un manteau et une énorme écharpe en laine. Il faisait frais dehors, et la grande frileuse que j'étais en avait particulièrement conscience. Mais, pour m'infliger un tel calvaire, c'était certainement que j'en avais besoin. Respirer un bon coup. Remettre mes idées en place. Le retour fracassant d'Aiden dans ma petite existence monotone avait chamboulé beaucoup de choses. Je devais gérer à la fois la montagne de souvenirs qu'il réveillait, puis la peur étouffée que je ressentais quand il faisait des gestes trop brusques, ainsi que mon envie paradoxale de lui venir en aide contre son gré. Inutile de dire à quel point il fallait que je me retrouve seule et que je réfléchisse.

Pour autant, je n'étais pas tout à fait partie pour une promenade en solitaire. J'avais décidé de faire prendre l'air à mon chien par la même occasion, ce qui m'éviterait de devoir supporter son surplus d'énergie pour le reste de la journée. J'avais sauté dans ma voiture après avoir enfermé le dalmatien sur la banquette arrière, et sans plus attendre, je m'étais dirigée vers le calme et la nature. Les rives du fleuve Mersey étaient sans aucun doute l'endroit idéal et le plus isolé de l'agitation de Manchester. Le feuillage des arbres arborait une agréable teinte dorée. Les quelques feuilles à être déjà tombées de leur branche formaient un moelleux tapis de bronze, posé à même la terre humide. L'automne était là, et ça s'observait autant que ça se ressentait. Quelque part derrière les buissons touffus et désordonnés, le flot continu du fleuve créait une douce mélodie. C'était particulièrement apaisant. Et au moins, il n'y avait personne en vue pour percer la bulle de réflexion dans laquelle je venais de m'enfermer.

Hélas, si tout se passait exactement comme je l'espérais dans mon existence, j'aurais été mise au courant depuis bien longtemps. La chienne trottinait sagement autour de moi, s'amusant à renifler toutes les racines d'arbre à croiser sa route. Pour ma part, j'étais plongée dans les méandres dans mon esprit, mains bourrées au fond de mes immenses poches fourrées. Tout se passa très bien, jusqu'à ce qu'une petite ombre furtive émerge sur le bord du chemin battu et traverse notre champ de vision à la vitesse de l'éclair. Si je me contentai de m'arrêter sur le coup de la surprise, la chienne, elle, releva subitement la tête en ouvrant des yeux aussi ronds que des soucoupes. Je me rendis alors brutalement compte de mon erreur, mais réagis bien trop tard. La fusée à quatre pattes avait déjà bondi sur les traces de l'animal sauvage. Jamais, Ô grand jamais, il ne fallait laisser Vixy se promener sans laisse dans les grands espaces verts …

- Non ! Reviens ! VIXY, AU PIED !

Je fus bien vite obligée de me mettre, moi aussi, à courir comme une dératée à la suite des deux animaux. La scène devait être particulièrement ridicule tiens … Un écureuil apeuré, suivit d'un chien fou, et le tout poursuivi par une sprinteuse minable à deux doigts de l’asphyxie. Évidemment, malgré tous mes efforts pour rattraper mon compagnon canin, je dus bien vite me rendre à l'évidence et avouer qu'elle m'avait déjà semée depuis des lustres. Je stoppai net ma course au beau milieu du chemin et me pliai en deux pour espérer reprendre ma respiration sans défaillir, à cause des deux énormes points de côté qui me torturaient le ventre. Par-dessus mes halètements de bœuf, un couinement singulier attira mon attention. Toujours hors d'haleine, je m'approchai de l'un des bords du chemin et m'aventurai au travers des buissons qui, ma foi, avaient l'air bien moins épineux de loin. Je grimaçai et pestai toute seule un court moment avant de déboucher sur les rives débroussaillées du Mersey.

- Oh bon sang, il ne manquait vraiment plus que ça, soupirais-je de désespoir en découvrant le spectacle s'offrant à moi.

Finalement, ma chienne ne s'était pas enfuie bien loin. En vérité, elle se trouvait même à une dizaine de mètres de moi. Mais les choses auraient été trop simples si cette aventure se serait arrêtée là. Non, il fallait que Vixy ait plongé la tête la première dans l'eau et se soit réfugiée sur un petit îlot de terre au milieu du fleuve. Je poussai une longue lamentation avant de m'agenouiller et tendre les bras ouverts vers elle.

- Reviens, ma belle. Allez, fais plaisir à maman …

Ce qui m'inquiétait le plus, c'était qu'elle soit trempée et recroquevillée sur elle-même en pleurant. Elle risquait non seulement de tomber bien malade vu la température extérieure, mais en plus de ça elle semblait également blessée. Comment elle s'y était pris, ça je n'en avais aucune idée. Mais le fait était que l'une de ses pattes n'avait pas l'air d'être au meilleur de sa forme. Elle s'était peut-être fait mal en grimpant sur l'îlot, allez savoir. Peu importe, il fallait simplement que j'aille la récupérer. Oui mais voilà. Comme à peu près tout le monde, j'éprouvais une phobie bien particulière. Sauf que moi, je n'avais pas peur des araignées ou des reptiles. Ce qui m'effrayait au point d'un avoir des sueurs froides, c'était les étendues d'eau … comme celle-ci.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: - Keep calm and swim - [Louis+Kaylee]   Dim 9 Nov - 16:14


⊱ Keep calm and swim.



Le soleil ne réchauffait plus les terres de Manchester, celui-ci se cachait au loin, brillant timidement à travers les nuages gris qui annonçaient la venue imminente de l’hiver. Le froid commençait à s’immiscer doucement chez les habitants qui essayaient en vain de le combattre à coup de chauffages et de cheminées. Il était tôt, je ne savais pas quelle heure il pouvait être, pour tout dire, j’errais dans les rues depuis un bon moment, pourquoi est-ce que je n’étais pas chez moi à me retourner encore et encore dans mes couvertures ? Je me le demandais, j’aimais ce calme qui pouvait régner sur la petite ville quand beaucoup de monde étaient encore dans les bras de Morphée, j’aimais cette sérénité, l’oxygène qui emplissait mes poumons sans que les voitures ne viennent les détruire, oui, c’était des moments rares et exceptionnels qui s’offraient à moi, la chance de voir le monde en standby avant qu’il ne s’éveille et chaque fois, je saisissais l’opportunité. C’était en quelque sorte mon petit bout de paradis éphémère. Je me retrouvais au même endroit, tout le temps, à chacune de mes sorties, les rives du fleuve Mersey, j’aimais m’allonger dans l’herbe en fermant les yeux pour capter chaque bruit, chaque odeur, comme une thérapie contre cet énervement, ce stresse qui ne cessait de me tirailler, évacuer les mille et une questions qui pouvaient trotter dans mon esprit et balayer les doutes, les peurs quotidiennes mais surtout, oublier Charlie l’espace d’un instant. Elle était à Manchester,  il existe sept continents et cent quatre-vingt-dix-sept pays dans le monde pourquoi cet endroit précis pour recommencer une nouvelle vie ? Comment, comment a-t-elle pu choisir Manchester ? Pourquoi ? Elles revenaient à l’attaque, ces maudites questions qui me hantaient. L’herbe n’était plus d’un vert pétillant mais terne, elle mourrait, elle était noyé sous une rosée presque gelée, l’été nous avait abandonné pour une année encore, laissant le froid s’étaler sur une partie du monde pour les mois à venir. Un soupire s’était échappé dans mes lèvres et s’évanouissait dans une fumée blanche qui témoignait de la faiblesse des températures. Je ne savais pas exactement combien de temps j’avais pu marcher, une minute, une heure, un jour, une semaine, un mois, le temps semblait s’être arrêté, le monde s’éveillait doucement, lentement tandis que je continuais à poser les pieds l’un devant l’autre. Mon regard se posa sur une petite bête qui s’était arrêté en plein milieu du chemin, un être au pelage roux qui détala quelques secondes après m’avoir vu.  J’esquissais un sourire avant  de continuer ma route, mes yeux filèrent à gauche, puis à droite, les arbres, le sol, le fleuve qui n’était qu’un miroir sans onde, j’observais tout ce qui pouvait m’entourer dans un silence olympien qui vola en éclat lorsqu’une voix vint secouer les rives du fleuve.  Un chien avait déboulé de nulle part se jetant à corps perdu dans l’eau glacé brisant le miroir avant de se réfugier sur un petit îlot, une jeune femme avait fait également son apparition comme si la vie avait soudainement repris sans que je ne m’en rende compte. J’étais resté là, à observer la scène, la jolie brune était resté au bord du fleuve agenouillée en appelant son compagnon canin qui grelotait au beau milieu de l’eau. J’haussais un sourcil avant de m’approcher de la jeune femme, emmitouflé dans mon écharpe, quelque chose clochait, c’était évident, je le sentais, elle ne s’était pas jeté à l’eau alors que son animal n’était probablement pas au meilleur de sa forme et ne pourrait pas revenir sans aide, les conditions idéales pour une petite baignade n’était pas au rendez-vous mais elle ne pouvait pas laisser son chien des lustres au beau milieu de ce fleuve dont l’eau frôlait peut-être les 8 degrés. « C’est votre chien là-bas n’est-ce pas ? » J’avais hoché la tête en direction de l’animal avant de poser mes yeux sur la jeune femme. « Vous avez besoin d’aide ? Qu’on appelle quelqu’un ? » Je me mordillais les lèvres, évidement qu’elle avait besoin d’un coup de main, son chien pleurait et ne bougeait pas une patte au beau milieu de son petit îlot à une dizaine de mètres de nous. N’importe qui serait paniqué à l’idée de voir son compagnon à quatre pattes grelottant, elle ne pouvait plonger pour une raison qui ne l’a concernait qu’elle, je ne pouvais la blâmer ou encore la jeter à l’eau non, c’était tout simplement impossible, j’allais devoir lui donner un coup de main, je le savais. « Je vais vous aider à retrouver votre chien » Je m’étais agenouillé à ses côtés cherchant un gâteau dans ma poche qui me servait d’en-cas lors de mes longues journées de boulot et tendait mon bras avec la friandise vers le chien. « Il ou elle, elle je suppose, s’appelle comment ? Vixy c’est ça, je ne me trompe pas ? Je vous ai entendu l’appeler avant. » J’esquissais un sourire à la jeune femme « Je m’appelle Louis » Je parlais, pour la rassurer, montrer que je savais ce que je faisais, alors que non, j’étais totalement perdu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: - Keep calm and swim - [Louis+Kaylee]   Sam 10 Jan - 16:59

Keep calm and swim

J'étais bel et bien en train de me dire que j'étais dans le pétrin jusqu'au cou lorsqu'une voix inconnue surgit de nulle part. Surprise, je relevai la tête vers un homme emmitouflé dans son écharpe. Moi qui pensais être seule avec ma chienne, je m'étais trompée finalement. D'où sortait ce garçon ? C'était une bonne question. Je n'avais croisé personne sur mon chemin, et je ne l'avais même pas entendu approché. Toutefois, je n'avais pas de temps à perdre avec ce genre de question. J'étais même soulagée de voir que quelqu'un s'était approché pour me tendre une main secourable. Je déglutis pour défaire ma gorge nouée et me relevai maladroitement en essuyant mes mains mouillées sur mon jean. Mon regard se reporta presque aussitôt sur Vixy, toujours avachie à quelques mètres de là, derrière la pire chose qui pouvait se dresse entre elle et moi : de l'eau.

- Euh, oui, oui c'est ma chienne. Je ne sais pas ce qui lui a pris, elle est partie en courant en voyant un animal … Commençais-je à débiter un peu à cause de la nervosité tout en me triturant les doigts. Je crois qu'elle est blessée, il faut vraiment que je la récupère pour pouvoir l'examiner …

Les paroles de l'homme me poussèrent à le regarder de nouveau. C'était la première fois de ma vie que je le voyais et j'ignorais complètement s'il était digne de confiance ou non. Pourtant, avec ce qu'il venait de me dire, il m'apparaissait comme un véritable héros. Il avait vraiment l'air décidé à rester ici en se gelant au bord du fleuve et à m'aider à sauver mon dalmatien. J'eus subitement envie de le prendre dans mes bras et de lui faire un énorme câlin. Mais je n'étais pas certaine qu'il le prenne bien, et je n'avais pas envie de le faire fuir. Alors je m'abstiens sagement.

Je suivis le mouvement lorsqu'il s'accroupit et tenta d'appâter le canidé avec un peu de nourriture. Je saluai intérieurement l'idée, mais il était clair pour moi que ma chienne était blessée et qu'elle n'allait pas revenir vers nous aussi facilement. Pour peu, j'étais de nouveau prête à céder au désespoir lorsque mon nouveau compagnon reprit la parole. J'ouvris la bouche à plusieurs reprises, me sentant un peu idiote d'avoir accepté son aide sans même m'être présentée au préalable.

- Je m'appelle Kaylee, répondis-je poliment avant de me lancer dans quelques explications supplémentaires : Je suis vétérinaire. A mon avis, elle a dû se blesser en grimpant là-bas. Vous voyez les racines qui bordent l'îlot ? Elle a dû s’abîmer une patte là-dedans …

Le pourquoi du comment n'avait pas vraiment d'importance, tout ce qui comptait, c'était que ma fidèle amie était blessée et qu'elle avait besoin de moi. Pour autant, je pris le temps d'adresser un sourire hésitant à Louis en réponse au sien. S'il  n'avait pas été là, j'aurais sûrement cédé à la panique, c'était certain. Il faisait preuve d'un calme exemplaire, et ça pouvait se comprendre. Après tout ce n'était pas son chien qui était là-bas.

- Oui, elle s'appelle Vixy. Je pense pouvoir la soigner toute seule, ce n'est pas un souci. En fait, le problème c'est … l'eau.

Je me remis presque instantanément à me tordre les mains. Rien que l'idée de mettre un seul orteil dans le fleuve me donnait des sueurs froides. Mon nouvel allié allait sûrement trouver ça ridicule et penser que je me moquais de lui. Ce n'était pas bien profond et le courant n'était pas fort. L'eau était simplement un peu froide vu la saison, il allait sûrement imaginer que je voulais éviter d'attraper un rhume pour un foutu clebs. Alors que ce n'était pas du tout le cas. Les étendues d'eau, c'était ma hantise.

- Je suis aquaphobe, expliquais-je bien que ça me coûtait énormément de l'avouer. Je suis incapable d'aller la chercher par moi-même. Ça fait un peu pitoyable comme maîtresse, je sais bien …



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: - Keep calm and swim - [Louis+Kaylee]   

Revenir en haut Aller en bas
 

- Keep calm and swim - [Louis+Kaylee]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'histoire de petit Louis
» Bléville - Rue Aristide Briand > Rue Louis Ganne
» Zabeth, André Louis
» Louis Beuve, Lettres à des amis aurevilliens.
» Le Havre - Rue Louis Jomier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: RP’s.-