AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥️
» pour «

Partagez | 
 

 L'amitié est une notion variable [Dawn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: L'amitié est une notion variable [Dawn]   Mar 14 Juin - 18:25


   


   
L'amitié est une notion variable
Ft. Dawn


   
" T'as exactement deux minutes pour lever ton cul d'cette chaise et d'partir très loin avant que je t'arrache la bite pour l'enfoncer dans ton rectum. " Le gars me regardait comme s'il venait de voir le diable. Il avait cette odeur pestilentielle de l'homme bourré de base. Il était tard désormais, plus personne n'était dans le bar à part lui, moi et Dawn. Elle m'avait appelé en urgence, me précisant qu'un homme imposant lui proférait des menaces depuis qu'elle lui avait demandé de congédier son bar à la fermeture. J'avais à peine pris le temps de me couvrir et pris ma moto pour me diriger en vitesse vers celui-ci, où j'avais pris soin de soigner mon entrée. Poussant la porte avec force, elle s'était écartée de mon chemin en s'écrasant contre le mur avec fracas. Mon casque de moto en main, je m'étais dirigé d'un pas droit et vif vers l'homme qui était installé au bar, s'arrachant le gosier pour demander un verre de plus à la "connasse de barmaid".  Il s'était retourné en tanguant de tout son poids afin de me faire à demi face avant que je n'intervienne de la manière la moins brutale et la plus convaincante que j'avais trouvé. Et là, il me détaillait, son regard agressif se calmant quelques peu. Il ne ferait pas le poids contre un gars de mon envergure. Mais sa détermination à vouloir continuer de faire à quoi il était le meilleur, c'est à dire engloutir des litres de boissons alcoolisées semblait sans faille. " Relax le jeune, on discute tranquillement la pétasse et moi. " Il est inutile de préciser que je resserrais mes poings gantés sur mon casque que j'armais instantanément, mettant de moins en moins à l'aise mon interlocuteur. Je posais un regard bref à la jeune femme qui observait la scène sans dire mot. " Je doute que pétasse soit un mot approprié, et ce qui l'est encore moins, c'est qu'elle doive faire appel à moi à cette heure pour faire dégager les merdes comme toi de son bar. " Cette fois il se lève, s'armant de la première bouteille de verre qui passe tout en tanguant tellement l'alcool a fusionné avec son organisme. Il frappe, je riposte de mon casque qui éclate la bouteille de verre à mi chemin de mon crâne. Je ré arme mon poing et lui envoie un crochet dans la jugulaire. Il se tord en deux et je l'attrape par le col de la chemise. " Dégage. J'suis pas d'humeur à me battre. " Il grogne, se dégage, et avant de passer la porte en titubant, il se retourne vers moi de nouveau et crache sur le sol. " On s'reverra blondinet. "

***

J'ai ramené Dawn chez elle par simple sécurité. Mais alors que je me couche auprès d'Eden, je me dis qu'elle m'en doit une. Juste une. Je sais que ce n'est pas bien, et que toucher à mes amis ne fait pas de moi un gars bien. Mais ce soir j'en ai besoin, ne serait-ce parce que cet homme, je l'aurais bien défoncé dans une ruelle, et jeté dans les ordure sa dépouille sanglante. Elle ne m'en voudra pas de toute façon... elle ne saura pas que c'est moi, elle ne saura pas que de toute façon, des gens sont derrière tout ça. Alors je m'endors, et je la cherche. Je voyage dans les esprits jusqu'à la retrouver. Elle est là, dans son bar, elle est seule et semble sereine. Quoiqu'un peu stressée. Normal, après ce qu'il s'est passé. Elle a certainement ruminé cet incident jusqu'à trouver le sommeil. Je n'interviens pas cependant. J'attend que les choses se mettent en place. Tapis dans l'ombre de ses obscurs souvenirs, et ses obscures pensées.
   


   
Revenir en haut Aller en bas

ignorant

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 28/05/2016
MESSAGES : 414
POINTS : 3916



MessageSujet: Re: L'amitié est une notion variable [Dawn]   Mar 14 Juin - 21:00

L'amitié est une notion variable


L'urgence, la peur lorsqu'il se saisit de son poignet et alors elle tire de toutes ses forces jusqu'à manquer de faire basculer des bouteilles derrières elle. Que faire ? Même avec la meilleure volonté du monde Dawn est certaine qu'elle n'arrivera pas à le faire sortir, pas seule, même avec l'adrénaline elle n'aurait assez de force pour le traîner hors de l'établissement. Ses mains tremble, son cœur bat jusque dans ses tempes et alors elle fait le seul geste qui pourrait la secourir sans qu'elle n'ait besoin de casser une bouteille en verre et ne la menace avec, elle fourre sa main dans la poche de son pantalon pour en sortir son fin téléphone noir et appel directement la dernière personne qu'elle eut au téléphone sans même voir qui cela pouvait bien être. Les secondes ne furent jamais aussi longue qu'à présent, l'ivrogne continuant à pester sur elle alors que l'autre personne décroche.

« Allo ? Wallis ?! Excuse moi de te déranger à une heure pareille mais...j'ai un problème au bar, un client ne veut pas partir et il se montre plutôt violent... »

Elle n'eut pas besoin d'en dire plus qu'elle entendue un « j'arrive » avant qu'il ne raccroche. Pour éviter des assauts, elle n'eut pas d'autre choix que de donner une bouteille au client, ce qu'il ne savait pas, c'est qu'elle fut à moitié vide. De toute sa carrière, elle n'avait encore jamais été exposé à ce genre de situation, c'est qu'il avait déjà entreprit d'escalader le comptoir pour étancher sa soif lui-même. C'est qu'il aurait très certainement perdu l'équilibre et se serait ouvert le crane en tombant, autant dire des problèmes pour elle et le bar ensuite. Dawn demeura des plus silencieuses après que ces nouvelles tentatives pour que l'homme parte n'échouent, elle resta donc sagement derrière le comptoir et au plus loin qu'elle puisse être de ce fauteur de trouble.

L'entrée de Wallis fut spectaculaire, elle n'osa pas dire un seul mot et les paroles de son ami lui coupèrent la chique. Il ne s'était jamais vu en dehors de son travail, c'est sa manière à elle de ne pas trop s'attacher aux personnes qui l'entourent, mais elle ne l'avait jamais vu ainsi, avec cet air déterminé et presque à vous glacer le sang...mais sa méthode est plutôt radicale ! Après avoir essuyé une bouteille qui se brise -heureusement- sur son casque, il a réussi à tenir une conversation brève qui déboucha sur la sortie du dit client. Dawn respira enfin, elle fut comme en apnée depuis plusieurs minutes et enfin le cauchemar était fini. Enfin, en ce qui concerne du monde réel.


***


La brunette ne put pas dénier le fait que d'avoir Wallis a ces côtés jusqu'à la porte de son appartement fut rassurant, mais aussi étrange, elle n'avait encore jamais été escorter jusque chez elle avec quelqu'un autre que ces chiens. D'ailleurs elle serra ses derniers contre elle, ces petits êtres à quatre pattes alors qu'elle était dans son lit et que le sommeil semblait lui faire défaut. Ses yeux fixaient l'écran de télé gracieusement offert pour l'un de ces anniversaires par sa patronne et ses collègues, quelque chose lui disait que cette nuit n'allait pas être aussi tranquille que les autres, qu'elle n'allait pas rejoindre son petit paradis. Les minutes défilent et enfin elle éteint la télé pour fermer ses paupières.

Dawn est seule, désespérément seule au bar, derrière le comptoir. Alors, le coude posé sur le zinc, elle laissa sa main qui portait sa tête. Si elle regardait dehors, elle n'avait aperçu personne et en elle se mélangeait un sentiment de bien-être et d'anxiété. Et si la porte s'ouvrait sur un ivrogne ? Sur un homme bien plus turbulent ? Certes, ce n'était qu'un rêve...mais en était-elle seulement sûre à cent pour cent ? Quelqu'un crie dans son oreille, on lui ordonne de lui donner une bouteille de Whisky dans un langage plus ou moins intelligible et elle eut un sursaut. Plantant ses yeux sur l'homme qu'elle n'avait vu s'installer face à elle, ni même passer la porte, elle put reconnaître dans ses traits tirés son père. Il y a de cela plusieurs années qu'elle l'avait quitté sans même un seul regard en arrière.

« Non. »

La réponse fut claire et appuyée, si elle n'avait pas su dire ces mots à ses quatorze ans, elle en était capable à présent. Le patriarche saisit sans ménagement le poignet, y laissant des marques rouges, pour dégobiller des mots qu'elle ne comprend pas, prise de panique, elle tente pour la deuxième fois aujourd'hui de se libérer d'une tel emprise mais n'y arrive pas...le décor commence à s'obscurcir. Pourtant, un point de lumière fait son entré dans ce tableau grotesque qu'offre le père, une femme si belle et si lumineuse pose sa main sur les épaules de celui qui fut son mari, tout deux hébétés, ce dernier lâcha finalement sa fille pour sourire bêtement à sa femme. Il y avait tellement longtemps qu'elle n'avait rêvé d'elle, elle eut envie de courir, même de sauter au-dessus du zinc pour se serrer contre elle, contre sa poitrine chaude et rassurante, qu'elle sente la vie encore en elle alors que la dernière fois qu'il lui fût possible de la toucher le froid l'avait inanimé.

La pièce de théâtre n'était pas finie, Caitlin passa la porte du bar et serra sa jeune sœur dans ses bras, un sourire étrange sur ses lèvres. Si Dawn ne l'entoura pas de ses bras, ne trouva pas sa présence réconfortante, bientôt sa sœur lui murmura quelques mots à son oreille.

« C'est à cause de toi si elle est morte, tu ne l'as pas assez aimé, tu ne l'as pas assez montré. »

Pourquoi ? Qu'avait-elle fait de mal ? Pourtant, c'était elle qui venait poser sa tête sur ses genoux lorsque leur mère n'allait pas bien, elle qui lui brossait les cheveux et qui avait droit à ces très rares sourires, elle qui avait le droit à un baiser sur son front. Comment aurait-elle pu causer le suicide de sa propre mère qu'elle adorait tant ?

   


Fiche bye Ethna

_________________

   
   
Love in the middle of the firefight

They'll not gonna dream as big as us
We come outside
They run and hide
In the morning sun, baby, we were born to run
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: L'amitié est une notion variable [Dawn]   Mar 14 Juin - 22:28


   


   
L'amitié est une notion variable
Ft. Dawn


   
C'était à moi d'entrer en scène à présent. Encapuchonné dans un sweat noir, j'observais longuement la situation dans l'ombre. Un fusil à pompe à la main, je visais alors la gueule béante de l'ivrogne assis au bar, auquel Dawn semblait ne plus n'avoir qu'un dégoût infini, peut-être pour elle même, peut-être pour lui. Je ne saurai dire. Mais d'un doigté lent, je pressais la détente. Le bruit strident du coup de feu annonçait le début de la fin. Le coup de feu annonçait mon plaisir absolu, au détriment du malheur de la jeune femme.  J'effaçais mon visage derrière l'obscurité afin qu'elle ne me découvre pas... afin qu'elle ne me découvre pas encore. Je m'avançais lentement vers la blonde que je ne connaissais pas, mais vu la situation, j'aspirais à deviner qu'elle était la soeur de Dawn. Je visais de nouveau, et cette fois, frappais sa gorge, faisant exploser son minois si doux et plaisant à regarder, en un million d'éclats de chair et de sang. Un rire strident s'échappa de mon gosier sans que je ne puisse comprendre d'où il venait, le meurtre me plaisait-il à ce point ? Je me pencherais sur la question une prochaine fois. Car pour l'heure, il était temps de finir ce que j'avais commencé. On ne terminait pas un cauchemar à son commencement à peine. Je m'accroupissais devant la dépouille du père et de la fille en caressant le corps de la jeune femme, pris dans un élan d'excitation. " Ils le méritaient ces connards non ? " Je me redressais en donnant un coup de pieds dans la jugulaire du père qui éclaboussa ma chaussure et mon jean avec élégance. Comme une peinture abstraite, qui avait le don de m'émouvoir. Un sourire se présenta à mes lèvres que je découvrais de la lueur d'un plafonnier. Je voulais lire la crainte sur son regard. Sur le regard de ma pauvre amie, que pourtant, j'appréciais tant. " Mais... toi et moi on sait très bien que c'est sa faute à elle. "

La femme qui hantait parfois l'esprit de Dawn, et qui était l'héroïne des histoires qu'elle me racontait certaines fois, s'approcha de moi les bras tendus, comme si elle n'attendait que moi, comme si elle n'attendait que la fin. J'avais appris qu'elle s'était donnée la mort, mais je ne savais pas le pourquoi du comment, et après tout... je m'en fichais. Ce n'étaient pas mes affaires. Je contournais le bar pour me retrouver à côté de la jeune femme, et alors que j'atteignais son corps, je l'enveloppais de mes bras. La forçant à tenir l'arme et sa mère en joual.  " Parait-il que c'est toi qui l'a tué... ce serait cool de recommencer. " Mon souffle caressait son visage avec une certaine luxure palpable. J'aimais le fait de sentir la crainte et les frémissements d'un corps fiévreux de peur. " Comme ça, cette pute aura dit la vérité. Et ta culpabilité sera légitime..." Et sur ce, ma main emprisonnant la sienne, j'appuyais sur la détente.
   


   
Revenir en haut Aller en bas

ignorant

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 28/05/2016
MESSAGES : 414
POINTS : 3916



MessageSujet: Re: L'amitié est une notion variable [Dawn]   Mer 15 Juin - 20:45

L'amitié est une notion variable


La famille était au complet. Ne feraient-ils pas un joli portrait ? De ceux que l'on encadre et que l'on pose sur la cheminée pour montrer à tous ceux invités dans la demeure qu'ils sont solidaires, alors que la réalité est bien différente. Une mère suicidée, une sœur qui prend la fuite, laissant une jeune adolescente avec un père alcoolique et dépressif qui voit en elle son épouse décédé. Elle est aimée et haïe à la fois. Apprendre a composé avec ce qui nous entoure, à former une barrière protectrice quand les insultes fusent et se méfier des phases où la gentillesse pure pourrait faire basculer dans la folie, ne plus reconnaître l'être cher que l'on a devant les yeux.

Une autre présence ce fit sentir, une entrée digne d'un film d'horreur. La porte vitrée ne tient pas sous les balles, le père non plus, celui-ci en reçoit une en plein visage. Caitlin se précipite vers lui alors que Dawn, elle, reste figée derrière son comptoir les yeux grands ouverts avant que ceux-ci ne fixe l'auteur de ce meurtre entrer dans le bar. Une personne encapuchonnée, penchant plutôt pour le fait qu'il s'agisse d'un homme, elle n'irait pas jusqu'à lui poser la question ni même se rapprocher de lui. D'ailleurs, c'est lui qui se rapproche pour choisir une autre victime...sa sœur. Le sang gicle sur son visage et peut-être même sur son torse, elle ne sait pas, elle ne sait plus. Son cœur bat tellement vite et la peur la prend tellement qu'elle manque de perdre connaissance plusieurs fois.

« Non... »

Un murmure qui se perd dans le rire du tueur qui amplie la pièce, ricoche sur les murs pour agresser directement tout ce petit monde et même les corps morts. Elle voudrait courir vers sa sœur, pour la protéger alors qu'elle est inerte et qu'il ne reste plus grand chose de son visage...mais ce fut sa mère qui attira son attention. Serait-elle la prochaine ? Elle priait pour que ce ne soit pas le cas. Comme pour vouloir effacer ce qui ce passait devant ses yeux, faire s'évaporer le meurtrier et les corps sanguinolent, Dawn ferma les yeux, fort, très fort...se répétant que ce n'était qu'un mauvais rêve, qu'elle allait se réveiller. Pourtant, lorsque ses yeux bleus furent de nouveau ouvert elle n'était pas du tout dans son lit entouré de ces animaux qui y prenaient un peu trop de place, elle était toujours dans ce massacre.

« La faute à qui ? »

Les mots s'entrechoquent, comme pressés de sortir d'elle avant qu'elle ne meurt elle aussi. Parlait-il de sa mère ou de sa sœur ? Elle porta ses mains à son crane, comme ci ce dernier aller exploser, elle voulait pleurer, mais les larmes ne sortaient pas, comme-ci elle les avait épuisés après la mort de sa mère. Se cacher à présent ne rimerait à rien, se mettre à couvert ? Elle n'arrivait pas à bouger ses jambes alors s'agenouiller semblait impossible en l'état actuel des choses. Puis la voilà, sa tendre mère qui lui ressemble tant, bras ouvert accueillant la mort une nouvelle fois avec le sourire. Dawn s'allongea sur le comptoirs, enfin délivrée de sa léthargie, mais ce n'est que pour être repoussé derrière. Le tueur venait de s'y glisser, allant jusqu'à l'emprisonner dans ses bras pour que l'arme se retrouve dans ses propres mains. Le fusil est lourd, il lui semble peser une tonne et être dans l'incapacité de le tenir seule, mais il l'aide, malheureusement.

« Non, je ne veux pas... »

Elle ne veut pas tenir une arme entre ses mains, elle trouve ça écœurant, nauséabond, surtout qu'au bout de l'arme, la personne visée n'était autre que sa mère. Des mots murmurés comme un secret et un frisson lui parcourt la colonne vertébral. Ce n'était pas de l'excitation, mais de la peur, pure et dure, un véritable frisson d'horreur alors que son sang commence à ce glacer.

« Non, je ne l'ai pas tué... »

Puis alors qu'elle allait se débattre, le repousser, la gâchette fut actionnée et le coup parti en plein cœur de celle qui s'offrit les bras encore ouverts, le sourire aux lèvres et les paupières closent. Un trou béant dans la poitrine de sa mère alors que le corps chuta lourdement sur le sol. Une larme finit par couler, si aucun crie ne fut émit, à l'intérieur d'elle-même son cri n'avait pas encore cessé. Non, ce n'était pas possible, elle n'avait pas fait ça ?! Certes, il fut celui qui appuya sur la gâchette, mais son doigt s'y trouvait aussi alors...elle l'avait aussi fait indirectement. Propre spectatrice de ses propres action, elle se surprit à violemment repousser le tueur en arrière et elle fit quelques pas pour posséder entièrement l'arme et le viser tout simplement. Trop d'émotion se mixer en elle, de la colère, de la rage, de la peine...les larmes roulaient sur ses joues, mais elle n'en avait cure ! Elle fixait ce visage caché avec de la rage et de la peur, le corps entier tremblant...

« Montre toi ! »

Puis, un coup parti, juste le bras de toucher...pourtant, il n'y avait aucune trace d'impact sur le corps de l'homme en noir, pas de sang, pas de chair meurtrie...Elle tenta de nouveau pour avoir le même résultat et alors elle s'énerva, jetant l'arme au sol de toutes ses forces. La panique la gagna, pouvait-il lui faire du mal ? Par précaution, elle s'éloigna un peu plus de lui, restant tout de même piégée derrière le comptoir. Mais en même temps, à quoi cela lui servirait de vivre si toute sa famille n'était plus ? Certes elle manquerait à quelques personnes, mais ils pourraient bien vivre sans elle...Que disait-elle là ? Dawn n'avait plus rien à voir avec eux, n'est-ce pas ? Alors, autant continuer à vivre ! S'inventer une nouvelle vie comme elle l'a fait depuis quelques années à présent. La peur de la mort l'envie de nouveau.
   


Fiche bye Ethna

_________________

   
   
Love in the middle of the firefight

They'll not gonna dream as big as us
We come outside
They run and hide
In the morning sun, baby, we were born to run
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: L'amitié est une notion variable [Dawn]   Dim 19 Juin - 20:40


   


   
L'amitié est une notion variable
Ft. Dawn


   
Je n'étais qu'une ombre. Une ombre palpable, cependant intouchable. Le genre d'ombre que chacun craint sans trop savoir pourquoi. Dawn elle, découvrait la raison de cette crainte jusqu'alors inexplicable à ses dépend. Rien ni personne ne pouvait rien contre les ombres, elles se faufilaient à travers les filés de l'existence et des conséquences, bien que dans une situation plus commune, elle aurait pu mettre fin à ce délicat goût de désespoir.

Elle récidiva, mais l'issue de cette tentative demeura la même. Et alors que le dégoût apparaissait sur le visage de la jeune femme qui balançait le fusil sur le sol avec fracas, un sourire se dessinait sur mon visage qui perdait un peu de son ombre et qui laissait apparaître deux rangées de dents alignées, luisantes dans l'obscurité. Elle se perdit un peu plus dans les retranchements de son comptoir qui ne lui offrait pas grandes opportunités de fuite, la piégeant même de tout espoir de survie. Cependant, je décidais de faire autrement. Je n'appréciais pas énormément faire du mal à autrui sans raison. J'appréciais encore moins de devoir faire du mal à des amis. Moi, ce que j'aimais, c'était de faire souffrir celle souillées par la luxure et le pêché. Je haïssais ces salopes, je les haïssais... Je voulais voir leurs spasmes de plaisir se transformer en spasmes d'effrois, leurs gémissements de plaisirs en hurlement de douleur. Je voulais sentir leurs corps se cambrer contre moi, se crisper pour tenter de ressentir le mal de manière amoindrie. Je désirais par dessus tout, piller leurs rêves de débauches, sentir leurs cuisses humides contre mon corps lorsqu'elles se débattais de mon étreinte morbide. Les perles de sueur suinter sur leurs seins tendus de désirs à présent terminés. Je voulais les voir souffrir, je voulais les voir mourir, de là venaient mon excitation profonde. Mon amie, elle... Je ne voulais en aucun cas ressentir du plaisir à la faire souffrir. D'autant plus qu'elle était plus pure que la plupart des personnes que j'avais eu la chance de rencontrer. Je voulais qu'elle meurt sainement. De la manière la moins brutale et la moins... perverse qu'il m'était donné de pouvoir exécuter.

Je contournais le bar puis  me déplaça lentement vers le tabouret qui se trouvait en face de la jeune femme. A présent, il était temps que je ne dévoile mon visage. Je m'assis sagement, puis redressa la tête vers celle à qui, je venais de détruire la famille qu'elle chérissait tant, puis d'un geste délicat, ôta la dernière barrière qui éloignait la jeune femme de la "réalité". Un sourire se dessina sur mon visage. Ce sourire tendre et doux que je lui réservais. Ce sourire protecteur et rassurant que j'arborais souvent lorsqu'il s'agissait d'elle. Elle ne m'avait jamais craint auparavant, qu'adviendrait-il cette nuit ? Demain tout serait certainement oublié, ou peut-être qu'elle m'en parlerait. Mais ce qui se passait dans le monde des songes demeuraient dans le monde des songes. Et quand bien même elle serait au courant que les cauchemars étaient des êtres de chair et de sang, elle ne saurait pas, que le visage qu'elle était entrain de regarder dans le blanc des yeux, n'était pas un masque derrière lequel, personne d'autre que moi ne se cachait. " J'ai bien mérité un petit Cognac ! " Par précaution, je demandais cela. Je détestais le Cognac... mais pour le bien de l'opération, et pour ne pas perdre une amie, je préférais lui faire comprendre que ce n'était que fabulation qu'il se passait ici.

Un sourire aux lèvres, je posais une main sur celle de la jeune fille. " Tout va bien Dawn ? C'est toi pourtant qui m'a demandé de venir pour régler le problème... C'est toi qui voulais que je vienne régler ça. "
   


   
Revenir en haut Aller en bas

ignorant

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 28/05/2016
MESSAGES : 414
POINTS : 3916



MessageSujet: Re: L'amitié est une notion variable [Dawn]   Sam 25 Juin - 11:40

L'amitié est une notion variable


La panique, la peur, elle ne touchait plus ces émotions du bout des doigts, elle les vivait pleinement ! Dawn s'attendait à finir comme le reste de sa famille, avec un trou béant à la place de son visage après qu'il est appuyé de nouveau sur la gâchette de son fusil. Elle recula jusqu'à ce que son dos heurte un mur, elle ne paniqua pas, car elle savait qu'il ne s'agissait pas d'une autre personne et qu'à présent elle était condamnée. Autant mourir avec un peu de contenance, n'est-ce pas ? Pourtant, les larmes ne s'arrêtaient pas de rouler, revoyant sa tendre mère succomber sous l'arme qu'elle avait dû tenir. Dawn avait tué sa mère cette fois. Elle regarda incrédule le tueur lui laisser la voix libre, s'installant nonchalamment sur le tabouret face à elle, avant de se révéler à elle. Wallis, ce sourire, elle pourrait le reconnaître partout ! Le choc de la révélation la déstabilisa, sa tête tourna pendant quelques secondes, mais elle resta campée sur ses pieds et l'une de ses mains se plaça sur le bar pour pouvoir se stabiliser.

Ses dents se desserrent et la première chose qu'il lui demanda était un cognac, chose qu'en réalité il détestait… cependant elle ne tenait absolument pas à le contrarié, elle ne pouvait pas encore bouger. La jeune femme fut de nouveau réactive lorsqu'elle sentie la main de Wallis sur la sienne, lui assurant qu'elle était celle désirant ce massacre. Elle se sentie un peu cotonneuse, mais son regard se plongea dans le sien avant qu'elle n'ouvre à nouveau la bouche.

« Qu…quoi ? »

Dawn désirait ardemment se réveiller, mais elle se sentait piéger de son propre cauchemar, s’infligeant elle-même cette torture mental qui l’affectera très certainement pour la journée à venir. Avalant péniblement sa salive, elle s’avança vers les boissons en évitant soigneusement l’arme qu’elle avait jetée au sol quelques minutes auparavant. Ses yeux balayent les étiquettes des bouteilles, mais son cerveau semble en incapacité de reconnaître les écritures. Elle prit entre ses mains plusieurs bouteilles avant de saisir celle que Wallis désirait, en versant étrangement sans renverser la liqueur, cependant, sa main fut tremblante lorsqu’elle posa le verre face à son ami.

« Voilà…c’est la maison qui offre. »

Sa voix légèrement vacillante trahissait que son état de détresse n’avait pas changé depuis les derniers évènements. Sa main passe de nouveau sur ses joues et ses yeux afin d’effacer les larmes, puis elle prit plusieurs inspiration pour se calmer. Tout ceci n’était qu’un cauchemar, les corps ensanglantés près d’eux aller bientôt s’évaporer pour ne plus laisser aucune trace du crime d’ici quelques instants et ensuite tout se passera bien. Elle dût avoir tout simplement peur de la réaction assez brutal de son ami quelques heures auparavant dans le bar, mais il avait tout de même réussi à faire sortir se malotrue. Dawn tenta de se détendre mais cela lui sembla impossible, alors elle se saisit du verre entamé par son ami et bu le contenu d’une seule traite, avant de le resservir.

« Pardon…ça va mieux… »

Il lui faudrait certainement plus qu’un verre pour être totalement détendu à présent. La jeune serveuse restait toujours sur ses gardes, prête à s’enfuir si elle le devait, s’attendant à voir surgir du décor une ombre encore plus menaçante que fut celle de Wallis. Mais à présent, il ne restait plus qu’à tuer deux protagonistes si un nouveau tueur venait à surgir, pas de réel massacre possible.
   


Fiche bye Ethna

_________________

   
   
Love in the middle of the firefight

They'll not gonna dream as big as us
We come outside
They run and hide
In the morning sun, baby, we were born to run
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: L'amitié est une notion variable [Dawn]   Sam 9 Juil - 14:52


   


   
L'amitié est une notion variable
Ft. Dawn


   
Je bus le verre que Dawn me donna, et me força à en boire une gorgée sans faire apparaître le moindre signe de dégoût, face à ce breuvage qui semblait se coincer dans ma gorge, et qui provoquait, une brûlure intense dans ma trachée. Je reposais le verre, alors que mon regard se bloquait sur la jeune femme qui s'excusait, tandis que je sentais le goût horrible de l'alcool rester dans mon palais.
" Merci pour le verre. " Un sourire s'installa de nouveau sur mon visage, bien que l'arôme du cognac demeuraient en moi, j'en captais encore toute la subtilité de celui-ci, se pavanant sur ma langue, et se mélangeant à ma salive, qui ne cessait de se produire dans ma bouche, pour descendre ensuite dans ma gorge. Je me levais du tabouret et fis le contour du bar. La jeune femme toujours tremblante de la scène qui venait de se produire. Je ne pouvais pas m'empêcher de me dire que c'était mal. Que Dawn ne m'avait rien fait, qu'il y avait un nombre incalculable de salope à qui faire des frayeurs durant la nuit, mais je ne sais pas pourquoi, Dawn avait été là, c'est comme si je ne pouvais pas de mon vivant, donner un service gratuit. Comme si tout s'achetait, comme si la tranquillité et la sureté, pouvait être achetée par le bonheur d'une personne. Je pris la jeune femme dans mes bras. Elle était plus âgée que moi et pourtant, son corps frêle me faisait penser à celui d'une toute jeune fille, désireuse de pouvoir se sentir en sécurité dans les bras d'un aîné. Et dans ce moment de tendresse, je ne pus que penser que le cauchemar n'était pas fini.

"Je la repoussais violemment. Pourquoi tu m'obliges à faire ça ?! " Changement de décors. Il faisait nuit et une sorte de brouillard exagérément dense brouillait le sol, il s'insinuait autour des pierres tombales et des tombeaux. Un couteau à la main je pleurais. Je pleurais devant Dawn qui tenait le couteau elle aussi, tandis que je tentais de m'en débarrasser. Mais elle le tenait. Je l'obligeais, à la faire penser que c'était elle, qui voulait que je le garde. La tombe de sa mère sous ses pieds. Moi dans l'allée à côté de la pierre. Pleurant, pleurant... pleurant. " C'est affreux c'que tu m'demandes ! A quoi ça sert ?! J'veux pas te tuer. " Mais alors qu'elle devait se demander ce qu'il était entrain de se produire, mais alors qu'elle commençait à se rendre compte de la situation dans laquelle nous étions apparus. Je gardais le couteau dans la main, reculant d'un pas. Je ne pleurais plus soudain. " Ok. Dans ce cas. Comme convenu... J'ornerais la tombe de ta putain de mère avec tes entrailles... " Je lui assenais un coup de couteau superficiel au niveau du bras, le sang apparaissant aussi vite. Comme s'il n'attendait que ça, sortir de sa peau en un torrent abondant. Je mettais ma main au niveau de ma bouche, rieur, je pointais l'entaille de la ponte du couteau. " T'as vu comment ça saigne fort ?! C'est... fascinant ! " Mon rire raisonna entre les tombes.
   


   
Revenir en haut Aller en bas

ignorant

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 28/05/2016
MESSAGES : 414
POINTS : 3916



MessageSujet: Re: L'amitié est une notion variable [Dawn]   Sam 9 Juil - 19:08

L'amitié est une notion variable


Réveille toi, mais bon Dieu réveille toi ! Pourtant ça lui était toujours impossible. Comment pouvait-elle rêver de Wallis ainsi ? Lui qui était si gentil et si doux ! Le pauvre jeune homme ne lui avait jamais fait de mal, elle a juste eut peur lorsqu'il est venu lui donner un coup de main pour avec cet ivrogne...elle lui avait demander de venir, ce n'est pas comme ci il était venu sans qu'elle l'appelle et qu'il ait martyrisé un client innocent. Elle avala difficilement sa salive alors que lui finissait son verre et lui offrit un sourire, lui rendant la gentillesse qu'il dégageait en temps normal. Elle ne put s'empêcher d'avoir un coup au cœur lorsqu'il reprit le chemin du côté du comptoir ou elle se trouvait, étonnement elle pensait que c'était pour qu'il en finisse avec elle, ses bras s'écartèrent et se tendirent vers elle pour l'emprisonner dans une étreinte. Dawn était petite en taille et elle se réjouissait qu'il ne pouvait voir son visage qu'elle finit par enfouir contre lui et ses bras l'avaient aussi envelopper. La brunette avait encore peur, prête à toute éventualité, son manque de confiance en quiconque y était aussi pour beaucoup, mais bien souvent les êtres humains lui ont donnés raison de douter, elle fut abandonné par bon nombre d'amis et de membres de sa famille. La jeune femme commençait à apprécier ce moment, elle avait même fermé les yeux, mais quand elle les ouvrit de nouveau...

Ils sont dehors, elle sent la fraîcheur de la nuit et du vent sur ses joues. Son regard ce pose sur tout ce qui se trouve autour d'elle, grappiller le moindre indice et malheureusement elle comprit bien vite qu'ils étaient dans un cimetière.

« Qu'est-ce que... »

Elle n'eut le temps de finir sa phrase qu'elle entendit Wallis, il pleurait tout en lui demandant pourquoi elle l'obligeait à faire ça. Ça quoi ? Elle observa le long de son bras pour finir sur sa main, empoignant celle de son ami avec un couteau fermement tenu. Quoi ?! Dawn ne pouvait défaire son emprise sur sa main, elle avait beau envoyer tous les signaux de son cerveau pour lâcher, c'était comme ci sa main vivait et pensait d'elle-même, alors elle regarda son ami qui semblait pleurer toutes les larmes de son corps. La brunette était perdu et ne savait plus quoi penser, mais elle se força à parler.

« ça va aller... »

C'est tout ce qu'elle sût dire, pourtant les autres mots qu'elle aurait pu prononcer ne sont jamais sorti de sa bouche, comme « ne me tue pas » ou encore « on va lâcher ce couteau » quelque chose l'en empêcher en quelque sorte. Il semblait vouloir la convaincre qu'il ne voulait pas faire ce qu'elle lui demandait, seulement elle ne savait pas exactement ce qu'elle lui avait demander... en effet cela semblait inclure sa mort mais... Enfin elle réussit a lâcher prise sur lui, mais il avait soudain changé, reculant d'un pas les larmes avaient cesser et il semblait presque même enjoué de faire couler son sang...tellement qu'il venait de lui faire une légère coupure au bras.

« Aie. »

Puis le sang coula, elle aurait voulut amener son membre blessé contre elle comme pour le protéger, mais celui-ci pissait littéralement le sang et elle regarda la scène, choqué. Si ça continuait, elle allait mourir d'ici quelques minutes ! Sa main tenta de couvrir la plaie, mais rien n'y faisait, alors elle leva ses yeux humides et complètement terrorisé vers Wallis.

« Wallis, aide moi ! Je t'en prie...Je...Je ne veux pas mourir. »

Enfin, elle réussit à le clamé haut et fort dans cette endroit lugubre, froid et sans vie.
   


Fiche bye Ethna

_________________

   
   
Love in the middle of the firefight

They'll not gonna dream as big as us
We come outside
They run and hide
In the morning sun, baby, we were born to run
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: L'amitié est une notion variable [Dawn]   Sam 9 Juil - 20:37


   


   
L'amitié est une notion variable
Ft. Dawn


   
Je sentais sa peur. Je sentais son désespoir. Je sentais le fait qu'elle avait deviné qu'elle allait mourir. Et mon sourire, mon plaisir, s'accroissaient au fur et à mesure qu'elle découvrait l'issue de cette aventure cauchemardesque. Ses yeux puaient la terreur, et c'est alors que je me surpris à me demander ce que pouvait bien faire le gardien de la jeune femme. N'était-il pas censé me chasser de sa tête ? Cela faisait pourtant un moment déjà que je me baladais dans sa tête sans que personne ne se mette en travers de mon chemin.

Mais apparemment, il s'en fichait, et au final, tant mieux pour moi. Aussi, je continuais d'agir. Le couteau dans la main, je le faisais tourner avec dextérité et légèreté, tandis que je souriais, encore et toujours. Comme s'il n'y avait que ça qui pouvait me rendre heureux. Comme s'il n'y avait que ça qui me procurait du plaisir. Mais Dawn me connaissait, elle savait qu'en réalité ce n'était pas le cas, personne ne connaissait mon penchant impur pour le meurtre et la torture. Elle ne voyageait pas dans les rêves elle, elle subissait, un jour, peut-être, la ferais-je devenir une égarée. Je ne l'espérais pas bien entendu... mais qui sait. Parfois était-il préférable d'être ainsi que de la laisser succomber à d'autres cauchemars, qui pourraient s'avérer être bien pire que moi.

Mais pour l'heure, nous n'en étions pas là. Je marchais à présent sur la plaque épaisse de marbre qui recouvrait le cercueil en acajou de la mère de la jeune fille, continuant de lorgner son regard électrisant de peur de mon regard fou.  " Il le faut pourtant. " Elle semblait si effrayait qu'elle restait là, à me regarder. Tandis qu'elle protégeait son bras sanglant contre elle, comme si ce simple geste allait la protéger de moi. Comme si rien ne pouvait plus lui arriver. Comme si, par son bon désir, je ne pouvais pas lui faire de mal. Mais il fallait qu'elle se rende compte... il fallait qu'elle se rende compte qu'ici, les lois mortelles n'existaient pas. Comme par exemple, je pourrais l'obliger à se sentir mourir toutes les cinq minutes. Je pourrais faire ça oui. Mais je préférais que les cauchemars prennent fin, une mort à la fois me suffisait. Et bientôt, j'observerais le regard de la jeune femme s'éteindre. Les yeux bleus devenir vitreux. Peu à peu, ou pas du tout. En tout cas, je sentirais sa peur et sa douleur. Et cela, c'était mieux que toute autre chose. Mieux que l'amour, mieux que la réussite, mieux que le sexe. " Mais tu m'as demandé de mourir ! Tu m'as dit que tu ne pouvais pas tenir sans ta famille. Alors voilà ! Regarde ! Tu vas les rejoindre. On a fait le plus douloureux ! Maintenant.... Maintenant... C'est fini... " Un sourire. Ma main dans ses cheveux. Les larmes roulant sur ses joues. Je faisais pénétrer ma lame dans sa gorge tandis que sa trachée m'offrait une pluie sanglante, s'abattant sur mon visage, dont le sourire fendait l'horreur.
   


   
Revenir en haut Aller en bas

ignorant

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 28/05/2016
MESSAGES : 414
POINTS : 3916



MessageSujet: Re: L'amitié est une notion variable [Dawn]   Sam 9 Juil - 21:15

L'amitié est une notion variable


Pourquoi, mais pourquoi ? Elle pensait que c'était terminé les cauchemars, en plus de ça elle incluait des personnes qu'elle connaissait, tuant ceux qu'elle aima un jour, car il était bien difficile de savoir si elle aimait encore à ce jour le père et la sœur qui fut les siens, un temps lointain. A présent c'était bien son sang qui se rependait et teintait de rouge sombre tout ce qu'il touchait avant de se déverser sur le sol qui contient un peu plus bas sous terre le cercueil de sa mère. Les larmes coulent, elle ne peut pas s'en empêcher, elle aimerait arrêter ça car ses larmes ne changeront rien à la situation, elle était de toute manière condamner et elle n'essayait même plus de fuir. « Il le faut pourtant ». Ces paroles sont si horribles à entendre et dans un sens libérateur ? Peut-être fallait-il qu'elle accepte pleinement l'idée de mourir pour s'échapper de ce cauchemar, oui, certainement, mais était-elle prête ? Certes, elle avait retrouvé sa sœur, mais tout avait changer tout de même...deux étrangères, elles ne comptaient peut-être plus autant l'une pour l'autre.

La personne face à elle aussi lui était tout bonnement inconnu, bien entendus elle connaissait Wallis, mais lui ne l'était pas, il n'était pas comme le Wallis dans la vie réelle, dans son cauchemar il était bien trop sombre, bien trop cruel ! Puis ce sourire étrange, il en était presque dérangeant alors qu'au début il n'avait qu'un simple sourire, celui réconfortant qu'il lui offrait à chaque fois qu'ils se rencontraient. Elle aurait pu prendre se couteau pour en finir elle-même et se le planter dans le ventre ou au cœur, peu importe, mais en finir ! Maintenant ! Cependant son élan fut coupé alors qu'il reprit la parole, écoutant différemment son discours elle tenta d'effacer la terreur qui régné en elle, mais elle avait un mal fou. La main de Wallis glisse dans ses cheveux et elle le regarde, un mélange de terreur, de douleur, mais étrangement une pointe de reconnaissance alors que la lame lui transperce la gorge, son corps ce souleva puis plus rien.

Dawn se réveilla en sursaut et en sueur, elle porta immédiatement sa main à son cou pour sentir une éventuelle trace, puis elle observa son bras. Rien. Juste un cauchemar. Puis elle relâcha les vannes, tout ce qu'elle pouvait contenir depuis des mois si ce n'est depuis des années commencer à ressortir et elle se mit à pleurer. Une crise de larme et d'angoisse alors qu'elle hoquetait et chercher sa respiration, alertant même ses deux chiens qui se mirent à courir vers elle et tenter vainement de la réconforter a force de tête posé sur les genoux et des petits sons pour notifier à leurs maîtresses qu'ils étaient là. Combien de temps cela dura ? Elle n'en avait aucune idée, mais quand ce fut fini elle s'allongea de nouveau et prit Penny-Lane ainsi que Bogart contre elle. Les serrant et leur donnant des baisers contre leur front, puis elle parti prendre une douche et elle s'habilla.

Pendant une demi-heure elle fit les cents pas, elle jeta un œil a son manteau mais sembla repousser une idée avant d'y revenir dessus et alors elle se précipita sur son manteau qu'elle enfila à la hâte. Elle avait bien entendus prit son sac avec ces clefs et son portable, fermant bien la porte derrière elle, la jeune femme était totalement déboussolé et les yeux gonflés et rougis par ses pleures. Plusieurs dizaines de minutes plus tard elle toqua à la porte de chez Wallis, elle ne savait même pas pourquoi elle venait d'y aller, ce n'était pas dans ses habitudes...ne pas s'attacher aux gens et ne pas les voir hors de son travail ou des fêtes en soirée. Après un léger soupir, elle se rendit compte que ce n'était certainement pas une heure pour aller chez les gens et elle décida de rebrousser chemin, tournant le dos à la porte, elle entendit cependant cette dernière s'ouvrir et elle se retint de jurer.
   


Fiche bye Ethna

_________________

   
   
Love in the middle of the firefight

They'll not gonna dream as big as us
We come outside
They run and hide
In the morning sun, baby, we were born to run
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: L'amitié est une notion variable [Dawn]   Sam 9 Juil - 22:14


   


   
L'amitié est une notion variable
Ft. Dawn


   
Je suis revenu à moi à l'instant même où Dawn se réveilla. Transpirant de l'effort que je venais de faire, je repoussais le draps qui me séparait de la liberté. Eden était déjà partie. Comme je m'y attendais. La jeune femme était rarement là à mon réveil, comme si... comme si elle ne désirait disparaitre, me voir le moins possible après ses heures de sommeil. J'ai l'impression parfois qu'elle me suit, malgré le fait que je sais pertinemment que son emploi du temps est difficile.

Je pense alors à la nuit que je viens de passer, je suis satisfait, mais pas pleinement. J'ai aimé ce que nous avons fait, Dawn et moi, même si ce n'était pas aussi jouissif qu'à l'ordinaire. Non pas que j'aime devenir un fantasme morbide, mais quand même. Emily était jouissive, ses cauchemars délicieux. J'enfile un léger pantalon de jogging que je serre à peine avant de me diriger vers la cuisine. Une tasse de café allongé et sa mousse délicate me semble indispensable. Et pendant que j'entend la machine opérer sa magie, je cuis des oeufs pochés que j'ai hâte de déguster avec des tranches de bacon grillées. L'odeur m'en donne l'eau à la bouche, et j'aime l'idée de déguster cela devant la télé. L'appartement est calme, aussi, je me dirige vers le salon afin d'installer mon café et allumer le téléviseur.

De retour dans la cuisine je dresse mon assiette et retour m'affaler sur le canapé. Je croque dans la tranche de bacon qui craque sous mes dents. Un délice. Le jaune d'oeuf coule sur le coin de ma bouche avec lenteur, mais je l'efface d'un coup de langue. J'aime cette sensation, un peu gluante... ça me rappelle le sang lorsqu'il gicle sur mon visage. Divin. Je m'apprête à reprendre une bouchée de ce si croquant bacon lorsque quelqu'un frappe à la porte. J'attends quelques instants, hésitant. Puis je pose l'objet de mes désirs pour ouvrir la porte lentement. C'est elle, c'est Dawn. Je fronce les sourcils gentiment, inquiet. " Dawn ? Que ce passe-t-il ? Tu viens jamais d'habitude. "  Je pose ma main sur ses omoplates avec douceur et la pousse en direction de mon humble appartement, puis en passant la porte, je la ferme afin de gagner en intimité. La jeune femme semble affreusement négligée. Je la fait assoir sur le sofa, préoccupé. " Tu veux un café ? "
   


   
Revenir en haut Aller en bas

ignorant

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 28/05/2016
MESSAGES : 414
POINTS : 3916



MessageSujet: Re: L'amitié est une notion variable [Dawn]   Sam 9 Juil - 23:47

L'amitié est une notion variable


Dawn n'avait pas prit le temps de prendre un petit déjeuner, bien trop dérouté par la nuit qu'elle venait de vivre, c'était à peine si elle se souvenait ou Wallis habitait, d'ailleurs elle commencer aussi a douter de sa propre adresse. Les cauchemars dans sa famille n'avait jamais était de bonne augure et elle les avait forcément associer avec la mort de sa mère, même si elle ne connaissait pas le monde des songes, elle sait juste que sa tendre mère n'arrivait plus à dormir et n'y tenant plus elle c'était tué. Si Dawn aurait pu suivre ce même processus, elle ne sait pas dire pourquoi elle n'avait plus fait de cauchemar depuis un moment à présent...et même si elle était adulte, il était bien difficile pour elle de gérait à présent, n'ayant plus personne vraiment à qui parler.

La voilà donc, entrain de faire demi-tour de chez Wallis mais ce dernier avait ouvert la porte et il parla, elle ne pouvait feindre le fait d'être juste une personne qui ressemble à son amie, il avait clairement dit son prénom. Elle soupira une nouvelle fois et lui fit face, elle sortit son sourire, celui qu'elle offre à qui veut pour faire croire que tout va bien, mes ses yeux disaient le contraire et ça malheureusement elle ne peut pas cacher ce rouge. Il était trop tard pour faire marche arrière, elle se rapprocha de lui afin de ne pas devoir non plus parler trop fort.

« Excuse moi de te... »

Mais elle n'eut le temps d'en dire plus qu'il l'attira à l'intérieur, il venait de poser sa main sur ses omoplates, un geste anodin qui fit tout de même réagir la jeune femme, quelque chose de presque imperceptible, comme un frisson et pourtant elle se laisse conduire par son ami sur le canapé ou elle s'assit un peu machinalement. Elle ne savait plus quoi penser, elle ne savait plus quoi faire, tout s'embrouiller pour que finalement des images de sa mère lui revienne en tête. La jeune femme ne sembla revenir à la réalité que lorsqu'il lui demanda si elle voulait du café, pendant un court instant elle le dévisagea comme-ci il venait de parler dans une langue qu'elle ne connaissait pas.

« Oh euh...du café ? Oui...enfin...je ne voulais pas te déranger, je ne sais pas pourquoi je suis venu... »

Elle avait l'air perdu la petite serveuse, mais elle tenta de retrouver de la contenance et de paraître « normal ». Elle passa une main dans ses cheveux pas coiffé, juste attaché par un simple élastique.

« Désolée, je suis un peu gaffeuse en ce moment. Je n'ai pas vu l'heure, je devrais te laisser profiter de ta matinée. »

Dawn tenta a nouveau un sourire, elle se dit qu'elle devrait se lever pour le laisser respirer, car après tout il avait des horaires assez chargé lui aussi en règle général.
   


Fiche bye Ethna

_________________

   
   
Love in the middle of the firefight

They'll not gonna dream as big as us
We come outside
They run and hide
In the morning sun, baby, we were born to run
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: L'amitié est une notion variable [Dawn]   Dim 10 Juil - 0:12


   


   
L'amitié est une notion variable
Ft. Dawn


   
Attentivement je l'écoutais. Mon escapade nocturne semblant s'être bien plus ancrée dans l'esprit de la jeune femme que je ne l'avais imaginé. Je me pinçais les lèvres. Dans ses paroles, elle s'apprêtait à partir, or, elle était désireuse de se faire consoler, rassurer, j'en étais persuadé. Je me levais du sofa afin de lui faire face, puis m'accroupi afin de me retrouver à hauteur de ses yeux. Je posais une main sur la sienne avec douceur. " Tu ne me dérange absolument pas. Il faut que tu te détendes ok ? Je suis certain que tu n'es pas venue pour rien. Je commence les cours que tard dans la journée, j'ai tout mon temps. " Je me redressais, accourant dans la cuisine afin de servir un café serré à la jeune femme. Elle en avait besoin, sa nuit fut longue, j'en étais conscient. De plus, étant donné la situation, je ne pouvais que me sentir coupable, il était donc de mon devoir de la rassurer, de lui montrer que rien de mal ne pourrait lui arriver. Probablement qu'elle était venue ici pour être certaine que je n'étais pas l'homme dans son cauchemar.

Je revins au salon le café en main, lui posant délicatement sur la table. J'observais ses traits tirés, ses cernes apparentes, les deux poches de fatigue sous ses yeux habituellement magnifiques. Elle n'était pas au meilleur de sa forme, elle n'avait pas même pris le temps de se coiffer, enfilant la première guenille qu'elle avait trouvé. Les couleurs n'allant pas ensemble. Je l'observais longuement en silence, c'était ma faute. Quelque part j'en étais désolé, mais une part de moi savait que c'était pour mon bien, le paiement pour mon aide de la nuit dernière. Je me raclai la gorge lentement. Puis m'installa à côté d'elle. " C'est l'homme bourré du bar ? Il est revenu ? " Je jouais la carte de l'innocence et de l'ignorance, de toute façon, il ne pouvait pas en être autrement. Je n'étais pas l'homme des cauchemars dans ma vie réelle, je n'étais que Wallis, l'étudiant en droit charmant et honorable. J'étais à trois mille lieux de ma personnalité nocturne... " Tu peux m'en parler tu sais. Je suis ton ami, ça te ferais du bien de te confier un peu. "
   


   
Revenir en haut Aller en bas

ignorant

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 28/05/2016
MESSAGES : 414
POINTS : 3916



MessageSujet: Re: L'amitié est une notion variable [Dawn]   Dim 10 Juil - 21:52

L'amitié est une notion variable


Si les traits de son visage se détendaient un peu lorsqu'il lui assura qu'elle ne le dérangeait pas, elle était toujours tendue et c'était visible, la douceur du contact de sa main n'avait rien à voir avec ce qu'elle avait pu ressentir lors de son cauchemar. Dawn ne comprenait toujours pas comment elle avait pu faire de cet homme un monstre, comment elle avait pu le faire tuer de sang froid alors que tout lui prouvait le contraire à présent...il faut dire qu'elle s'était levé tellement vite qu'elle était un peu perdu encore entre son rêve et la réalité. Elle voulait lui toucher le visage, vérifier qu'il n'avait aucune arme dans ses poches...peut-être était-ce une représentation de sa peur de l'attachement ? Que chaque personnes qui deviennent proche d'elle représentent une menace, l'avoir vu en dehors de son travail était un énorme pas en avant pour la jeune femme et son subconscient devait lui envoyer des signes comme quoi leur amitié commençait à devenir concrète. C'était la seule explication qu'elle pouvait trouver car oui, elle n'avait aucune idée que le monde des songes était réel et que les cauchemars étaient causés par des personnes.

Une tasse de café fut posé devant elle, elle pouvait sentir cette agréable odeur, presque rassurante étrangement, la brunette savait qu'il était fort à l'odeur et honnêtement...elle en aurait certainement besoin. Elle se sentait fatigué, physiquement et émotionnellement parlant, si elle avait dormit, elle s'était aussi battu avec les couvertures dans son lit à cause de ce cauchemar. On oublie à quel point une seule mauvaise nuit pouvait avoir un impact direct, elle ne sait pas pourquoi l'angoisse était déjà monté à son réveil avec pour seul pensé « ça recommence », peut-être devrait-elle en parler à sa sœur ? Certes elles viennent juste de se retrouver et...non, c'était bien trop tôt.

De nouveau à ses côtés, il lui demanda si c'était l'homme d'hier qui était revenu, doucement elle hocha négativement la tête. C'était une situation délicate et c'est bien pour ça qu'elle s'était mise en tête de rebrousser chemin avant de passer le pas de la porte, elle ne pouvait pas en dire trop, elle ne voulait pas en dire trop sur elle, sur ce cauchemar alors que beaucoup trouverait ça risible de se mettre dans pareille état pour un simple rêve qui tourne mal. Mais c'était au vu des antécédent familiale que cela pouvait ce corser. Puis il insista en précisant qu'il était son ami et que ça lui ferait du bien de se confier, il avait très certainement raison, mais Dawn tentait tellement de se protéger des relations humaines qu'elle ne savait plus comment faire et surtout elle n'était pas certaine d'être prête. Elle prit quelque gorgée du café qu'il lui avait fait en le reposant consciencieusement sur la table, qu'aucun goutte ne tombe pour salir cette table.

« Non, ce n'est pas lui, c’est juste...Elle poussa un soupir. Ce n'est rien, c'est idiot...juste au cauchemar rien de plus. »

Pourtant sa gorge se serrer et elle devait retenir à nouveau des larmes, elle qui pensait avoir déjà tout sorti.
   


Fiche bye Ethna

_________________

   
   
Love in the middle of the firefight

They'll not gonna dream as big as us
We come outside
They run and hide
In the morning sun, baby, we were born to run
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'amitié est une notion variable [Dawn]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'amitié est une notion variable [Dawn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Votre définition de l' Amitié
» La notion de régrès
» les différentes facettes de l' AMItié
» chez Kiki (au fil de l'amitié)
» l'amitiée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: RP’s.-