AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥️
» pour «

Partagez | 
 

 “Une pièce sans livres, c’est comme un corps sans âme.” • Louise Debussy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: “Une pièce sans livres, c’est comme un corps sans âme.” • Louise Debussy   Sam 8 Aoû - 19:15


“Une pièce sans livres, c’est comme un corps sans âme.”
Callum & Louise


La bibliothèque public reste un endroit paisible et de paix, enfin surtout quand il n'a pas l'atelier de lecture pour les tout-petits. J'évite l'endroit dans ces cas-là, non pas que je n'aime pas les enfants, mais je viens principalement à la bibliothèque pour faire le vide dans mon esprit. J'ai un boulot stressant et j'ai besoin d'évacuer mon stress de différentes manières. Le sport, la musique et la lecture sont les moyens que j'ai pour arriver à mes fins. Liam n'est pas disponible aujourd'hui pour le sport, je me suis dit que la bibliothèque serait l'idéal pour y passer la journée. Quand je pousse la porte de la bibliothèque, la vieille bibliothécaire Mme Peak me salue d'un sourire. Pour elle, je suis un visage connu puisque je viens au moins une fois par semaine. Je dépose les deux romans que j'avais empruntés la semaine dernière sur le comptoir. Mme Peak me questionne sur mes lectures, si j'ai apprécié les livres. Je lui réponds que le premier titre (Passé imparfait de Julian Fellowes) était intéressant par sa narration et que le second titre (Oliver Twist de Charles Dickens) est l'un de mes livres préférés depuis que je suis tout petit. On échange encore quelques banalités et je finis par la quitter pour me glisser dans les rayons de livres. Je laisse courir mes doigts sur les reliures des livres sans vraiment m'arrêter pour lire les titres. J'ai mon petit rituel à moi, je m'imprègne de l'endroit avant de chercher d'une façon plus assidue. C'est au tournant d'un rayon que je fige sur place comme un con. Il y a une jeune femme assise à une table quelques livres ouverts devant elle. Ainsi qu'un cahier de notes ouvert avec ses gribouillages. Bien entendu, je connais ce petit bout de femme, sinon je n'aurais pas réagi ainsi à sa vue. C'est Louise, une amie d'Adèle, Adèle étant mon ex-petite amie, nous a bien sûr présenté et ça n'a pas vraiment collé entre nous. Enfin, je ne devrais pas vraiment dire ça, c'est plutôt compliqué. Parfois, elle peut être très agréable et gentille quand elle s'adresse à moi et comme une autrefois elle peut être limite agaçante et arrogante. Je ne sais jamais sur quel pied danser avec elle. Je ne sais pas comment elle va me recevoir aujourd'hui, alors je préfère rebrousser chemin tranquillement et en silence.

Je mets quelques rayons de distance entre elle et moi. Je m'arrête quelques instants pour reprendre mon souffle, je n'ai pas fait le chemin à la course, mais bizarrement mon niveau d'anxiété vient de monter en flèche. Louise me fait un drôle d'effet et je n'arrive pas à déterminer pourquoi? Mon meilleur ami se moquerait moi s'il me voyait ainsi, il dirait que j'ai peur d'une fille! Je retrouve un début de sentiment de calme quand la petite frimousse de Louise apparaît dans mon champ de vision. Je sursaute, je prends le premier livre qui me tombe sous la main et l'ouvre. Merde! C'est ce que je me dis quand je remarque le titre du livre, 50 leçons d'érotisme, mais pourquoi un livre pareil se retrouve dans une bibliothèque publique?! Je sens mes joues rougir et cachent le livre dans mon dos. Génial! Maintenant Louise va penser que je suis un pervers, déjà que son opinion à mon sujet ne vole pas très haut.

- Bonjour Louise, je suis étonné de te voir ici.

Je ferme les yeux en soupirant, à coup sûr je risque de la vexer un peu non? Elle pourrait croire à une insulte à peine voilée? Je tente de rattraper le coup, le plus maladroitement possible.

- Enfin, je ne veux pas dire que tu ne sais pas lire, c'est juste que...enfin je ne m'attendais pas à te croiser aujourd'hui.

Je ne peux pas dire que je fais mieux là...

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: “Une pièce sans livres, c’est comme un corps sans âme.” • Louise Debussy   Sam 15 Aoû - 20:57


“Une pièce sans livres, c’est comme un corps sans âme.”
Callum & Louise



J’aimais cet endroit. La bibliothèque de la ville était un endroit plutôt paisible mais pas entièrement silencieux. La femme qui s’en occupait était de ces rares bibliothécaires qui ne cherchent pas à obtenir le silence parfait en foudroyant les gens de son regard glacial. Au contraire, elle poussait les gens à échanger leurs impressions sur les livres qu’ils avaient lus. Ici, je me sentais à l’aise. C’est pour cette raison que j’avais décidé d’y passer mon après-midi.
Quelques jours auparavant, j’avais eu un nouveau projet, quelque chose d’assez costaud. Je devais concevoir un bâtiment entièrement. L’intérieur, ainsi que la décoration et le jardin. C’était la première fois que je me retrouvais à avoir quelque chose d’aussi énorme et surtout, à avoir les trois volets d’un projet à concevoir toute seule. Néanmoins, j’étais complètement impatiente de m’y mettre. Je m’étais rendue au centre-ville, avait acheté de quoi grignoter discrètement soit un muffin et un café (parce que ça, en revanche, manger dans la bibliothèque c’était interdit…) et je m’étais installé.
J’avais commencé par faire des recherches sur ce que je devais réaliser, et surtout ce qui avait déjà été fait. J’en étais déjà à la phase des croquis. J’avais eu l’idée de créer un bâtiment tout en bois, avec des grandes fenêtres ce qui optimiserait la luminosité de l’endroit. J’étais une pleine réflexion sur le genre de fenêtre que je pourrais mettre quand un bruit m’avais sorti de ma torpeur créative. En tournant rapidement la tête, il m’avait semblé apercevoir une tête connue. Il m’avait fallu quelques secondes de plus pour remettre un nom sur ce visage. Callum bien sûr !
Nous avions une amie une commun : Adèle. Enfin une amie en commun il faut le dire vite. Adèle était réellement la personne dont j’étais la plus proche et il me semble qu’elle était sortie avec lui. Ils se voyaient encore de temps en temps et je l’avais rencontré chez elle. Il était… Agaçant. Parfois extrêmement intéressant, quelqu’un avec beaucoup de conversation et parfois quelqu’un que j’avais volontiers envie de mépriser. Bien que je doive m’avouer à moi-même qu’il n’avait rien fait de particulier pour m’agacer. Mais c’est comme si je ne pouvais pas être trop gentille avec lui parce que quelque chose me retenait. Je me devais de l’envoyer paître quelque fois… Il avait l’air stressé. A cause de moi ? J’espérais que non, sinon ça faisait vraiment mégère.
Je me levais rapidement et me dirigeais vers lui. J’essayais de ne pas faire trop de bruit en marchant mais c’était assez difficile. Je portais une robe assez simple, bleue marine évasée en bas, une veste bordeaux cintrés et des chaussures à talons assez hauts assortis. Je ne voulais pas que ces derniers ne claquent trop sur le carrelage mais c’était quelque chose que j’avais du mal à contrôler. Je aissais donc tomber et me dirigeais vers Callum.
Aussitôt, mes yeux se posèrent sur ce qu’il avait dans la main : un livre sur le kama sutra ou quelque chose du genre. Mes sourcils se froncèrent tandis qu’il le cachait prestement dans son dos. Il avait vraiment l’air stressé. Il venait même de me dire qu’il était étonné de me voir dans une bibliothèque. De froncés, mes sourcils passèrent à levés.

« Bonjour Callum. Et comment je dois prendre ça ? »

A peine avais je fini ma phrase, qu’il essayait de se justifier en m’expliquant maladroitement que ce n’était pas qu’il pensait que je ne savais pas lire mais qu’il ne m’attendais pas dans une bibliothèque. De nouveau agacée, alors que j’étais allée vers lui avec les meilleures intentions du monde, je posais une main sur ma hanche et le dévisageais.

« Donc ? Précise ce que tu veux dire. Tu veux dire que je ne suis pas le genre de fille à aller dans une bibliothèque c’est ça ? »

Assez vexée, et ne comprenant pas pourquoi je suis vexée par les dires d’un homme que je connais si peu, je secoue la tête et tourne les talons.

« Bonne journée Callum. Profite bien de la bibliothèque.. »


Les dents serrées, je le plantais là et retournais à ma place, où je pris mes affaires pour les fourrer rapidement dans mon sac. J’avais la ferme intention de quitter cet endroit. Puisque de toute évidence, je n’étais pas le genre de fille à le fréquenter… Je jetais un dernier regard mauvais à celui qui venait clairement de me pourrir ma journée et sortit de la bibliothèque. Une fois le nez dehors, j’allumais une cigarette, jurant entre mes dents.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: “Une pièce sans livres, c’est comme un corps sans âme.” • Louise Debussy   Sam 29 Aoû - 3:25


“Une pièce sans livres, c’est comme un corps sans âme.”
Callum & Louise


Je me sens idiot. Les paroles qui quittent les lèvres de la jeune demoiselle me font vite comprendre que je l'ai vexé et pas qu'un peu. Elle me demande de préciser ma pensée, mais je n'arrive pas à trouver les mots justes pour calmer la tempête qui grandit en elle. C'est ce qui m'agace chez elle, elle est beaucoup trop sanguine comme fille. Elle me souhaite de profiter de la bibliothèque et tourne les talons. Je pousse un profond soupir tandis que je dépose le livre que j'ai dans les mains à sa place sur la tablette. Il est préférable que je laisse Louise se calmer un peu, je n'ai pas envie que Mme Peak nous fout à la porte tous les deux. La bibliothécaire tolère que les gens parlent entre eux, mais les disputes ça non! J'ai toujours des échanges musclés avec Louise, allez savoir ce qu'il ne tourne pas rond entre nous?! Ce n'est que quelques minutes plus tard que je décide de sortir du rayon quand je remarque la demoiselle qui quitte la bibliothèque comme s'il avait le diable aux fesses. Je suis responsable de sa fuite. Je lève les yeux vers le plafond en poussant un soupir de lassitude. Pourquoi faut-il qu'elle réagisse comme une gamine?! Je pourrais tout simplement la laisser partir, ronger son frein dans son coin tandis que je reprends ma routine antistress de mon côté. À priori, je n'ai rien à me reprocher. Quand le visage d'Adèle me vient à l'esprit, la blondinette ne risque pas de me rater s'il apprend ce qui s'est produit avec son amie. Louise est très proche de mon ex copine et je n'ai pas très envie que mon amitié avec Adèle soit noircie par Louise.

Je préférais encore devoir faire une traqueo sur un lieu d'accident avec un stylo bic comme seul outil au lieu d'affronter la colère de Louise. Ouais, j'ai peur d'elle à ce point! Vous pouvez le dire je suis un froussard de premier ordre. Il faut dire que je ne suis pas très doué avec les femmes enfin avec les gens en général. J'ai beau avoir toujours le sourire aux lèvres, savoir m'amuser et faire des blagues, mais ce n'est qu'un masque. Les gens que j'aime finissent toujours par mourir ou me quitter. J'ai eu de nombreuses pertes dans ma vie et je ne désire pas que cela se reproduise de nouveau. Je me suis demandé à quelques reprises si je ne portais pas malchance aux gens? Liam m'a dit que j'étais stupide de penser ça, je n'avais tout simplement pas trouvé la bonne personne pour moi. J'ai préféré me taire, j'ai déjà trouvé la bonne personne pour moi en la personne de Sia, mais on me l'a arraché. J'ai perdu mon âme sœur et on a seulement une âme sœur sur cette putain de terre non?

Je quitte la bibliothèque à mon tour, je cherche des yeux Louise. Je la trouve non loin de l'entrée, elle s'acharne sur sa pauvre cigarette. Je m'approche d'elle en silence quand elle me remarque enfin. Je ne lui laisse pas le temps de parler que je me lance à l'eau.

- Écoute, je ne voulais pas te vexer ou te mettre en colère. Je ne suis pas habile avec les mots et surtout avec toi. Je ne sais jamais sur quel pied danser, parfois on arrive à avoir une conversation civilisée et d'autres fois on se tire limite les cheveux! Je ne sais pas ce qu'il ne tourne pas rond entre nous, enfin bref...

Je marque une pause tout en glissant une main dans mes cheveux pour les ébouriffer.

- Je ne voulais pas te blesser, le fait que tu viennes à ma raconte de ton propre chef ma surprise. Mon intention n'était pas de te faire fuir de la bibliothèque, c'est bien que tu aimes les livres ça nous fait un point commun.

J'enfonce mes mains dans les poches de mon jean et pose mes yeux sur Louise.

- Je voulais faire simple, mais j'arrive jamais à faire simple. Excuse-moi Louise, je ne voulais pas te blesser par mon comportement.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: “Une pièce sans livres, c’est comme un corps sans âme.” • Louise Debussy   

Revenir en haut Aller en bas
 

“Une pièce sans livres, c’est comme un corps sans âme.” • Louise Debussy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ce que vous n'oserez jamais porter
» Dilemme : emploi ou étude ?
» je m'accrocherais ...
» mes expressions fétiches
» saucisses sans porc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: RP’s.-