AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ღ N'hésitez plus, et venez nous rejoindre ! Place garantie pour tout le monde ♥
» pour «

Partagez | 
 

 Fear and Madness ♦ Sookie, Liz, Sarah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

libre

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 05/08/2014
MESSAGES : 1854
POINTS : 6934



MessageSujet: Fear and Madness ♦ Sookie, Liz, Sarah   Ven 23 Juin - 16:05



   
   Fear and Madness
   Sookie, Liz, Sarah & Dam

L
'atmosphère du rêve me charme à l'instant même où je me faufile à l'intérieur. Une douce mélodie plane dans les airs. Un morceau de violon, léger, apaisant, mais dont certaines notes laissent paraître une triste mélancolie. C'est un chant aux vieux souvenirs, un chant de deuil. Doucement, avec une délicatesse inouïe, je laisse chacun de mes sens s'étirer paresseusement dans la sphère onirique. Le songe frémit à ma présence et à mon toucher. La lumière baisse d'un cran, comme si une ampoule venait subitement d'exploser dans l'éclairage. J'ignore ce à quoi rêvait l'inconscient de Sarah Holmes avant que je ne pénètre ici, et j'avoue sans le moindre mal qu'il s'agit là du dernier de mes soucis.

Un instinct mauvais étire un sourire sombre sur mes lèvres. J'avance au cœur du rêve et écarte les bras autour de moi. Dans mon sillage la matière du songe craquelle. L'ambiance se déforme, brisée et cruellement remodelée sous le poids de ma volonté. L'air devient froid et humide. Sous la semelle de mes chaussures, un carrelage crasseux ouvre mon chemin. De hauts murs s'élèvent de terre et signent ainsi la geôle cauchemardesque de la Rêveuse. Des portes jaillissent de part et d'autres de cet interminable couloir. Par les minuscules fenêtres en verre épais qui laissent apparaître ce qu'il se trame de l'autre côté, je peux apercevoir de nombreux prisonniers recroquevillés dans les coins de leur cellule macabre. Certains ont leurs répugnants visages collés à la vitre, suppliant maintes requêtes incompréhensibles. Des ongles noirs grattent contre les portes. Au fond de leurs yeux ahuris brille une folie maladive et effrayante. Prisonniers … Ou patients dérangés ?

De l'autre côté du songe, je sens les cauchemardesques capacités de Sookie rejoindre les miennes. Ma force se glisse un instant contre la sienne, sans jamais chercher à la froisser. Comme deux corps passionnés savamment emmêlés ensemble. Ce soir, la voleuse penche plus dans son rôle d'alliée que dans celle de rivale. Chasser à plusieurs n'est pas une pratique répandue, mais ceci n'a pas d'importance. Pour l'heure du moins.

Une poignée d'infirmières aux tenues sévères croisent mon chemin. Un peu plus loin, deux hommes de sécurité tentent de contrôler un arriéré à demi-nu, qui hurle et se démène comme un diable pour échapper aux poignes de ses bourreaux. Il ne manque plus que le médecin au masque relevé sur le visage, une sinistre blouse tâchée de sang sur le buste, et un scalpel acéré entre ses doigts gantés. En fond sonore, le morceau de violon est toujours là. Son rythme a changé toutefois, ajusté lui aussi au nouvel angle de la situation. Ses notes sont plus vives, plus agressives. La musique entière semble transpirer de folie.

Le vieil hôpital psychiatrique ravie mon cœur empreint de noirceur. Le décor est posé. Désormais j'ai hâte de découvrir les nouvelles idées terrorisante de Sookie. J'ignore ce qu'elle prépare, mais il me semble trouver la Rêveuse avant elle. Mes pas s'arrêtent devant une cellule plongée dans une demi pénombre. Je deviens alors une simple ombre, une silhouette à peine perceptible, un vilain fantôme. Je me glisse à l'intérieur. La pièce est sale. Sur les murs matelassés, dans les coins plongés dans le noir, le grattement dégoûtant d'insectes se fait entendre. Une lourde odeur de pourriture envahit l'espace. La crasse et la moisissure ont envahit les moindres recoins de notre établissement médical. Mais le plus intéressant se trouve au centre de la salle. Assise sur une chaise inconfortable, la belle violoniste attend sagement la venue de son médecin soignant. Ses bras ont été attachés, prisonniers d'une solide camisole. Sa longue chevelure est décoiffée. Quelques mèches lui retombent sur le visage et collent à son front. La peur qui émane d'elle me rend dès lors comme un chaton devant une belle tranche de viande. J'en ronronnerais presque.

L'ombre que je suis se faufile jusqu'à elle. Mes doigts glissent dans la longueur de ses cheveux tandis que je passe derrière elle. Je prends une longue inspiration, savoure le son délicieux de son cœur qui s'agite, et me penche à son oreille.

- Ils te pensent folle, Sarah …

Mes mains frôlent ses frêles épaules et descendent le long de ses bras muselés.

- Ils pensent que tu es dangereuse.

Je m'écarte et me tourne de l'autre côté de son visage, vers son autre oreille.

- Toi et moi, nous savons ce qu'ils font aux malades comme toi.

J’insuffle dans son esprit l'idée d'un petit pic à glace en argent entre les mains d'un chirurgien penché sur elle. Une bonne lobotomie à l'ancienne, comme on en faisait par centaines après la seconde guerre mondiale.

- Et toi et moi, continuais-je telle cette petite voix représentant la folie au fond de son crâne, nous savons qu'ils ont tort. Que tu n'es pas folle … n'est-ce pas ?
WILDBIRD

_________________
You can't catch me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-ice.skyrock.com/

libre

avatar



Je crois que j'ai retrouvé le goût du bonheur ! C'est marrant c'est exactement le même que celui du mojito.
INSCRIT DEPUIS LE : 19/10/2016
MESSAGES : 239
POINTS : 1271



MessageSujet: Re: Fear and Madness ♦ Sookie, Liz, Sarah   Sam 24 Juin - 16:39



   
   Fear and Madness
   Sookie, Liz, Sarah & Dam
L
orsque Sookie pénétra dans le rêve de Sarah, celui-ci était déjà teinté de la marque d'un Cauchemar, et pas n'importe lequel. Damian. C'était bien pour ça qu'elle avait choisit de s'y joindre. Sans doute à cause d'une sorte de curiosité malsaine. Ses nuits sous le signe du régime Roseburry devait suffisamment l'affamer pour qu'il ne fasse aucun quartier à un autre rêveur. Et l'asiatique n'avait pas envie de louper ce spectacle, qui promettait d'être cauchemardesquement appétissant. Un sourire se grava au coin de sa bouche. Un asile ? Un classique. Mais un classique qui fonctionne toujours, ou presque. Une ambiance qu'elle adorait. Regardant les soignants gerer les fous, invisible aux yeux de ces figurants, elle traversa la salle commune, non sans ajouter quelques détails sous son passage. Des cris, des bagarres entre aliénés, des hurlements de douleur qui résonnaient dans tout le bâtiment, des ampoules grésillantes qui ferait convulser n'importe quel sujet, et des couloirs interminables sans issues, des cul-de-sac. Le bâtiment déjà bien customisé par Damian devenait un vrai labyrinthe, qu'elle traversa sans difficulté, les murs se dématérialisant pour la laisser passer avant de redevenir aussi sinistre qu'à l'origine.  Agissant sur le cauchemar qui était sien, il ne pouvait que sentir la présence de Sookie, qu'elle ne cherchait d'ailleurs pas a dissimuler. Elle était curieuse de voir ce qu'il allait faire, et aimait bien trop cette ambiance pour se montrer hostile. Elle était comme une gamine dans un zoo, a regarder les spécimens à travers les petites fenêtres, passionnée. Mais l'attraction du jour, c'était la rêveuse, et elle comptait bien la trouver. La voleuse n'était même pas là par faim, elle pouvait bien laisser Damian se délecter seul de son oeuvre, mais elle avait la cruelle envie d'y participer. Ca lui rappela que cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas visiter son père. Avait-il encore essayé de se suicider après la dernière persécution de sa fille ? Il commençait à être à court d'idée pour le faire, enfermé dans son véritable asile...

Elle s'arrêta devant la porte de la cellule de Sarah. Sookie aurait adoré se mêler un peu plus à son allié de la nuit, ajoutant une voix supplémentaire dans la tête de la brune camisolée. Mais elle avait envie de le laisser savourer, seul. Pour le moment. Et puis, si elle aimait certes être au premier front pendant un cauchemar, elle aimait aussi manipuler les éléments autour d'elle comme de simple marionnette, jouant de ci et de là avec les peurs des rêveurs. Au delà de l'angoisse et de l'oppression servit par Damian, Sookie pouvait ressentir quelques tourments bien présents, ce qui lui donna rapidement matière à jouer.  Elle avait d'abord pensé à lui faire croire qu'elle voyait des fantomes de son passé, pour la troubler, et la hanter. D'un geste de la main, elle éclata l'adolescent qui s'était formé, Achille, en fumée. Sarah aurait la chance d'échapper au cliché de l'enfant qui court dans un couloir en riant de façon glaçante.  La fumée s'épaissit alors, formant une silhouette masculine, pour enfin donner vie au docteur Richard Hodgkims. Oh que si, elle allait se croire folle, lorsqu'elle réaliserait que ce qu'elle pensait être sa vie n'était en faite qu'une illusion. Richard n'était plus son défunt mari, mais son docteur. Naïla n'était plus sa fille, mais la folle dingue qui hurlait dans la chambre voisine. Piochant par-ci par-là, un nouveau fou se matérialisa. Charlie, se balançant d'avant en arrière, marmonnant qu'il réparait des choses, des petites choses, avant de rire comme un psychopathe. Achille serait la cause de son internement. L'enfant imaginaire qu'elle pensait mort. Elle sourit au docteur, qui entra alors dans la chambre. Plus loin, cachée comme un cafard au plus profond d'un mur, Sookie murmurait des paroles, qu'il répétait en même temps : « Bonjour Mademoiselle Holmes. » Il disparu pour réapparaitre derrière elle instantanément, pour semer la confusion dans son esprit, comme si la folie rongeait ses capacités cognitives. «  Comment allez vous ? » demanda-t-il, en vérifiant les sangles de sa camisole, ajoutant «  Avez vous parlé à Achille aujourd'hui? » demanda-t-il en réapparaissant à nouveau devant elle, jouant avec le petit marteau qui servait a cogner le pic à glace qu'avait laissé imaginer Damian un peu plus tôt, comme si sa réponse serait décisive. Le docteur Hodgkims était aussi impeccable que le souvenir qu'elle en avait. Il avait simplement cet air en plus, comme si elle n'était rien sinon une simple patiente. Bon courage Sarah, pour démêler le vrai du faux. Parce qu'ici, tout est bien réel.
WILDBIRD

_________________



We're not real, but we still
making your nightmares
true.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 24/11/2016
MESSAGES : 366
POINTS : 4029



MessageSujet: Re: Fear and Madness ♦ Sookie, Liz, Sarah   Sam 24 Juin - 18:15

Fear and madness


Sookie, Damian, Liz & Sarah





Elle jouait du violon dans cette petite pièce remplie d'affiches de pièces de théâtre, de citations d'auteurs, assise sur le rebord du bureau plein à craquer de livres. Richard la regardait tendrement, il était ce jeune prof amoureux d'une de ses élèves, c'était tabou, mais leur amour était vrai. Et ça rien ne pouvait le leur enlever. Sarah jeta de temps à autre des regards malicieux à son amant. Dieu qu'il était beau à la regarder comme cela. Elle jouait, encore plus fort, plus intensément une mélodie enjouée, celle d'un cœur amoureux. Puis, les traits de Richard commencèrent à se creuser, affres de la maladie qui l'a emporté...Il disparaissait petit à petit, brisant le cœur de la violoniste dont le jeu ralentissait au même rythme.La mélodie se mua en mélancolie. La réalité rattrapait toujours celui qui la fuyait....

Doucement le décor évoluait autour de Sarah, sans que celle-ci, qui avait les yeux fermés, ne s'en aperçoive. Elle termina son morceau sur une note déchirante quand soudain, sans comprendre comment, son violon disparut et elle se retrouva solidement attachée, incapable de bouger sans aucun souvenir de la scène précédente. Elle attendait son médecin. Pourquoi d'ailleurs ? Ou était-elle ? Elle regarda autour d'elle. La chambre glauque lui paraissait étonnamment familière, comme si c'était la sienne. Oui après tout, elle attendait son médecin, elle était à l'hôpital n'est-ce pas ? Mais pourquoi alors était-elle si solidement attachée ? Elle n'avait pourtant rien fait de mal...Une ombre entra dans la pièce sans que la jeune femme ne puisse la distinguer réellement. L'ombre se glissa hors de son champ de vision, et même en se tordant le cou, elle ne parvint pas à la voir.

« Il y a quelqu'un ? » Sa voix était faible, peu assurée. La présence était atrocement forte, quelqu'un lui passa les doigts dans les cheveux, elle le sentait. Son pouls s'accélèra, quelqu'un qu'elle ne pouvait pas voir la touchait...soudain une voix lui murmura à l'oreille. Surprise, elle eut un petit rire presque amusé  « C'est absurde ! Je ne suis pas folle ! » La sensation de toucher glissa sur ses bras, Sarah perdit toute assurance qui lui restait. « Encore moins dangereuse ! Me touchez pas ! Qui...qui...qui êtes-vous ? Montrez-vous ! »  Bredouilla-t-elle sans grand conviction. La voix poursuivit de l'autre côté cette fois. Tétanisée, Sarah n'arrivait plus à bouger. « C...comment ça ce qu'ils font ? »  Les yeux de Sarah s'agrandirent d'horreur lorsque l'information chemina jusqu'à son esprit. Elle tenta de s'agiter afin de se défaire de ses liens, mais c'était trop bien serré. Elle ne faisait que se fatiguer. La voix insistait. « Non en effet, je ne suis PAS folle....aidez-moi....par pitié..qui que vous soyez...détachez moi... »  Sarah était implorante, au bord des larmes et son silence sanglotant lui permit de prêter attention aux bruits ambiants qui s'amplifiaient au fur et à mesure...

Il lui semblait que les cris qu'elle avait jusqu'à présent occultés, trop occupée à accorder son attention à l'ombre près d'elle, venait de doubler de volume. Aux hurlements de douleurs qui retentissaient, il était évident que des gens se faisaient torturer. Sarah voulait sortir de là, absolument ! Un hurlement se fit plus oppressant que les autres dans la chambre voisine. « Non ! »  Sarah avait reconnu la voix de Naïla sans pour autant réussir à se souvenir pourquoi elle lui importait tant. Ce n'était que ça voisine de la chambre d'à côté après tout.

«  Richard ! »  s'exclama-t-elle heureuse et soulagée lorsqu'il entra dans la pièce. Il était en blouse de docteur, mais c'était sûrement pour passer incognito et l'aider à sortir n'est-ce pas ? Mais il sembla ignorer son accueil et l'interpella de manière formelle. Sarah agrandit ses yeux de surprise. Avait-il besoin de jouer ce rôle jusqu'au bout ? Était-il surveillé ? Il passa derrière elle sans même qu'elle n'ait pu comprendre comment. Achille ? Pourquoi parlait-il d'Achille ? Des larmes roulèrent sur les joues de Sarah. Pourquoi lui faisait-on mal comme ça ? Achille était mort, avait-on toujours besoin de le lui rappeler. Richard était à présent juste au-dessus d'elle, un horrible ensemble à lobotomie dans les mains. Sarah sentit son cœur faire un nouveau bond. D'angoisse terrible mais aussi d'amour. Elle ne savait pas pourquoi tout s'emmêlait en elle. Elle se retint de sangloter comme elle put et c'est la voix tremblante qu'elle répondit : « N...Non..je..n'ai pas...parlé à ...Achille. »  Sa voix se brisa au moment de mentionner son prénom. Oh son cher Achille...pourquoi ? Mais la vision du pic lui provoqua une peur panique bien plus grande que la douleur. Oh non, il n'allait quand même pas....pas Richard ?


Code by Joy (avec les modifs de MademoizelleZ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

soldat

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 26/10/2016
MESSAGES : 29
POINTS : 455



MessageSujet: Re: Fear and Madness ♦ Sookie, Liz, Sarah   Lun 26 Juin - 17:46

Fear and Madness
Damian & Sookie & Sarah & Lisbeth

Lisbeth pénétra dans le Monde des Songes en douceur. Presque craintivement. Depuis sa rencontre avec Sebastian, la Gardienne avait du mal à faire son travail correctement. Jusqu’au présent, elle n’avait été que dans des rêves paisibles, veillant telle une ombre bienfaisante sur le sommeil des innocents qui peuplaient ce monde. Elle se métamorphosait au gré des envies et fantasmes de ces derniers leur offrant ainsi une nuit reposante. Elle n’avait pas encore eu le courage d’affronter ses ennemis jurés. L’image de sa filleule lui trottait constamment dans la tête ne lui permettant pas de se concentrer suffisamment sur sa mission. Et pourtant, on pouvait dire qu’elle l’adorait sa mission de Gardienne. Mais depuis son break, elle avait du mal à remonter en selle. Cette indécision la rendait folle. Elle n’était pas comme ça et c’était assez humiliant de se sentir aussi faible.

Ce soir encore, elle entrait en douceur mais percuta bientôt une aura puissante.

« Shin… »


Shin ou l’un de ses professeurs. Un des Gardiens les plus respectés et les plus hauts gradés.

« Liz ! Tu t’es perdue ou quoi ? Cette pause t’a ramolli le cerveau et les bras ? Pourtant je me rappelle pas t’avoir vu contre ces sangsues…»


Elle tressaillit devant les remarques. Il avait raison. Elle n’avait pas été là lors de cette nuit cauchemardesque. N’avait pas pu aider ses semblables contre ces mangeurs de rêves lors de la grande bataille. Lisbeth l’avait amèrement regretté mais ils avaient attendu qu’elle prenne sa pause pour venir envahir le Monde des Songes.

« Je… »

Ella avait balbutié comme une apprentie prise en faute.

« Tu quoi ? Je t’ai pas formé pour te voir devenir comme cette couille molle de Fawkes ! Alors au boulot ! Cette Rêveuse là-bas là ! »

Il lui avait désigné une bulle bien sombre. Il avait raison. Elle n’était pas une lâche. Elle entra dans la bulle le plus silencieusement possible. La terreur de la Rêveuse la submergea immédiatement. Tout comme l’aura du… non des DEUX Cauchemars. Elle fronça les sourcils. Depuis quand ils se mettaient à plusieurs sur le même ? Ces vampires n’étaient pas vraiment connus pour leur esprit d’équipe… Elle entra un peu plus profondément dans cette atmosphère glauque. Eichen House… Un hôpital psychiatrique. La musique était glaçante à souhait. Elle se concentra alors sur la victime. Sarah Holmes. 36 ans professeur de violon. Elle avait perdu son mari Richard ainsi que son beau-fils. Apparemment c’était sur ça que ces lâches jouaient. Lui faire croire qu’elle était folle et qu’elle était sous la menace d’une lobotomisation, qu’elle parlait avec son défunt mari. Ce dernier avait été travesti pour être le médecin qui allait lui faire subir cette barbarie. Liz avait englobé la scène d’un simple coup d’œil. Expérience oblige.

Une rage froide la saisit. Oublié ses hésitations et ses craintes par rapport à Alya. Ce qu’elle avait sous les yeux n’étaient certainement pas l’œuvre de novices et cela incarnait ce pourquoi elle s’était toujours combattue. Tout doucement alors, elle entra en jeu. L’objectif était que Sarah ne se réveille pas brutalement ou alors ces bourreaux auraient gagné. D’un simple claquement, elle fit taire la fille arc-en-ciel et disparaitre le blond sur son perchoir. Elle fit reposer son marteau au Docteur qui dit alors à sa patiente

« On va vous calmer Madame Holmes… Ne vous inquiétez pas c’est une petite piqure de rien du tout. »


Richard lui injecta alors un calmant qui eut pour effet de le transformer en un médecin vieux et débonnaire aux yeux de la pauvre femme.

« Voilà voilà. Vous allez vous sentir beaucoup mieux d’ici un instant. Votre mari attend dehors pour vous rendre visite. Vous l’attendiez n’est-ce pas Sarah ? »

Toujours cette voix douce et rassurante histoire de ne pas la brusquer. Liz sentait bien que les deux zygotos n’allaient pas en rester là. Ils n’avaient certainement pas dit leur dernier mot. Shin à sa manière brutale l’avait remise en selle.

Welcome back Lisbeth…

Emi Burton

_________________
vous savez ce que vous êtes mlle je-ne-sais-pas-qui ? une poule mouillée. vous n’avez pas de cran. Vous avez peur de dire « d’accord, c’est la vie ». Les gens tombent amoureux. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 05/08/2014
MESSAGES : 1854
POINTS : 6934



MessageSujet: Re: Fear and Madness ♦ Sookie, Liz, Sarah   Lun 26 Juin - 19:05



   
   Fear and Madness
   Sookie, Liz, Sarah & Dam

U
ne nouvelle vibration se fait sentir dans le rêve. Cette fois, c'est moi qui frémis de mécontentement. Une aura dorée vient gâcher l'aspect sinistre du spectacle. Que c'est agaçant. Ces idiots de Gardiens ne se doutent-ils donc pas de l'effort et de l'imagination nécessaires pour peaufiner le moindre détail d'un mauvais rêve ? Non, bien sûr que non. Ils ne connaissent rien à tout ça. Le maniement des songes, ce sombre pouvoir qui coule dans nos veines. Ils ne sont qu'une vulgaire paire de pions sur l’échiquier, bien peu efficaces pour changer la face du jeu, tandis que nous, Cauchemars, nous apparentons plus à de sournois cavaliers.

Toutefois le désagrément n'est que passager. Un rictus carnassier reprend bien vite place sur mon visage de fumée. Cet adversaire vient sans doute de se jeter dans la gueule du loup. Ou même carrément de la meute entière. Deux Cauchemars et une Rêveuse terrorisée. Il y a beaucoup de travail ici. Bien trop pour pouvoir s'en sortir avec quelques ridicules coups de passe-passe.

Le médecin froid et distant de Sookie se métamorphose en une figure plus rassurante. Mais ce changement mineur ne suffira pas à m'empêcher de rebondir sur l'intervention de ma partenaire. J'ignore quand ma belle asiatique va finalement se décider à pointer le bout de son nez, mais nul doute que l'intervention de la Gardienne sur son œuvre ne lui plaira pas plus que ça. En ce qui me concerne je ne suis pas encore d'humeur à une confrontation physique, mais bien plus à une opposition de force sur l'enjeu même de cette mascarade ; Sarah Holmes.

J'agrippe brutalement les deux bras de la violoniste prisonnière. Je veux la rendre plus nerveuse, plus hystérique. La peur, au même titre que cet environnement, est bien malléable pour une créature de mon espèce. Mon visage se place à côté du sien, fixant durement le médecin qui range une seringue vide dans sa longue blouse.

- Richard n'est pas celui que tu crois, sifflais-je à son oreille, expliquant de fait la transformation inédite du docteur. Richard ne t'a jamais aimé. Je t'avais dis de ne pas lui faire confiance … !

Mes doigts relâchent les muscles tendus de ses bras, remontent jusqu'à ses épaules et parcourent d'une caresse malsaine la peau tendre de son cou.

- Ma pauvre Sarah, pleurnichais-je d'une voix faussement désemparée. Que t'a-t-il injecté ? Il ne veut pas que tu te débatte tu sais … Ce sera plus facile ainsi …

Mon dérangeant toucher descend dans son dos jusqu'à attendre le creux de ses reins, là où se cache le précieux loquet de la camisole. Mes ongles s'y raccrochent, faisant savamment durer le plaisir.

- N'écoute pas ses mensonges … Il n'y a aucun mari pour toi dehors. Il n'y à qu'une salle d'opération qui t'est promise, et c'est là-bas que ce monstre compte t'emmener.

Le tissu jaunâtre de la camisole se détend doucement lorsque la fermeture cède finalement sous ma main.

- Bien sûr que tu n'es pas folle, ma belle, ronronnais-je contre la douceur de sa joue. Tu n'as pas mérité ça. Tu dois t'échapper.

Les liens qui retenaient ses bras tombent alors complètement sur ses cuisses. D'un plissement de paupière, je fais scintiller le marteau délaissé par le médecin comme une arme inespérée.

- Sauve-toi ! Grondais-je alors plus fort, fidèle au rôle de la petite voix folle au fond de son esprit, grattant de plus en plus furieusement contre les parois de son crâne. Tue-le, Sarah ! Tue-le ! Tuons-le !
WILDBIRD

_________________
You can't catch me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-ice.skyrock.com/

ignorant

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 24/11/2016
MESSAGES : 366
POINTS : 4029



MessageSujet: Re: Fear and Madness ♦ Sookie, Liz, Sarah   Sam 1 Juil - 12:36

Spoiler:
 

Fear and madness


Sookie, Damian, Liz & Sarah





Le médecin changea d'un coup d'attitude. Au lieu de lui asséner un coup de pique entre les deux yeux, il opta pour un autre discours. Madame Holmes, tout d'un coup, elle sentait une distance terrible placée entre elle et son mari. Il lui injecta quelque chose sans qu'elle ne puisse soustraire son bras et d'un coup, elle se sentit plus calme. Le temps d'un battement de paupières, Richard avait laissé place à un vieux médecin au visage bienveillant. Sarah s'en sentit étrangement rassurée. Le médecin lui annonça que son mari l'attendait dehors pour lui rendre visite. Oui, évidemment qu'elle l'attendait. « O..oui.. » affirma-t-elle en hochant la tête. Richard ne lui aurait jamais fait de mal, c'était impossible ! Mais ce soulagement fut de courte durée. Si elle avait cru voir Richard alors qu'il n'était pas là, c'était qu'elle avait des visions ! Elle était peut-être vraiment folle alors ? Elle se remit à paniquer. Tremblant de tout son corps, elle sentit qu'on lui agrippait les bras, très fort, ça lui faisait mal. La voix, encore cette voix lui disait qu'il ne fallait pas qu'elle fasse confiance à Richard, qu'il n'était pas celui qu'il prétendait être, qu'il ne l'avait jamais aimée. Sarah se mit à sangloter. Et si la voix avait raison ? Après tout, il était là, puis d'un coup, il avait disparu !

Les épaules de la jeune femme frémirent lorsque les mains qu'elle ne distinguait pas clairement remontèrent près de son cou. Elle avait incroyablement peur. Allait-il l'étrangler ? La douceur soudaine de la caresse la mis très mal à l'aise. La voix reprit son discours, Sarah qui commençait à se sentir vraiment dans le brouillard sentit son cœur s'emballer sans pouvoir lutter contre cette impression de perdre pied. Si la voix avait raison....ce qui allait lui arriver serait fatal. Elle a envie de pleurer, mais rien ne sort. Elle sent les doigts inconnus quitter ses épaules pour descendre le long de son échine, lui collant un frisson d'horreur supplémentaire. Sarah finalement compris où la voix voulait en venir. Elle sentait que l'ombre tirait sur ses liens. Allait-elle les défaire pour de bon ? Ou s'amusait-elle encore de son malheur. « De quel côté êtes-vous à la fin ! » souffla-t-elle de peur et d'agacement mêlés. La voix disait qu'il ne fallait qu'elle fasse confiance à personne, même pas à Richard, et pour une fois, Sarah avait envie d'aller dans ce sens. N'avait-il pas essayé de la lobotomiser à l'instant ?

L'ombre lui murmura encore qu'elle n'était pas folle, qu'elle devait s'échapper. Cette pensée lui redonna de la vigueur. Ses liens tombèrent. Sarah n'avait plus qu'à se redresser pour courir. Le médecin semblait regarder ailleurs l'espace d'un instant. Le regard de la jeune femme fut attiré par un reflet de lumière. Le marteau, l'agent du malheur s'offrait à la portée de sa main. Sans hésiter davantage et sans savoir d'où lui venait cette soudaine énergie, elle s'en empara et asséna un coup sur la tempe du médecin. Il la regarda surpris et le geste qu'il entama fut arrêté par un second coup sur le crâne. Une sorte de rage animait à présent Sarah qui frappait sans s'arrêter, encouragée par la voix qui scandait de le tuer.

Lorsqu'il n'y eut plus rien à frapper elle s'arrêta enfin. Une vision d'horreur s'offrit à elle, elle lâcha le marteau et s'éloigna brutalement du corps inerte. Qu'avait-elle fait ? Les yeux agrandis de terreur, elle regarda ses mains couvertes de sang, s'aperçut de celui qui s'était éparpillé en gouttes sur sa tenue, elle sentit celui qui coulait sur son visage, le poids qu'il faisait sur ses cheveux. Un haut-le-cœur la saisit et elle se retourna pour vomir. Tremblant de tout son corps, elle se redressa, l’œil hagard, ne sachant plus quoi faire. Elle venait de tuer quelqu'un. Son cerveau bloquait, incapable de gérer l'information. « Qu'est-ce que j'ai fait ? Qu'est-ce que j'ai fais ? ... » Elle le répétait en boucle.


Code by Joy (avec les modifs de MademoizelleZ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

libre

avatar



Je crois que j'ai retrouvé le goût du bonheur ! C'est marrant c'est exactement le même que celui du mojito.
INSCRIT DEPUIS LE : 19/10/2016
MESSAGES : 239
POINTS : 1271



MessageSujet: Re: Fear and Madness ♦ Sookie, Liz, Sarah   Mar 4 Juil - 23:19



   
   Fear and Madness
   Sookie, Liz, Sarah & Dam
F
aisant jouer de son marteau le docteur, questionnant Sara, Sookie fronça les sourcils et ouvrit les yeux en sentant quelque chose troubler le doux cauchemar. Un gardien. La présence de celui-ci ne la dérangeait pas tant que ça. Il apporterait du piment au travail de Damian, un jeu supplémentaire pour les deux Cauchemars. Se concentrant à nouveau sur la réplique de Richard, Sookie réalisa en avoir perdu le contrôle. Quoi ? Comment ? Cette fois-ci, elle réouvrit les yeux avec rage. Cette merdeuse lui avait volé son jouet ? Elle s'arracha de sa cachette, pour la trouver et lui faire regretter d'avoir osé croire qu'elle pouvait venir ici et se frotter à Damian et elle. Animée par une noirceur furieuse, elle progressa dans les couloirs de l'asile, faisant disparaître les soignants sur son passage, laissant les fous en totale liberté. Les portes des chambres s'ouvrirent aussi a chaque fois qu'elle en croisait une, libérant le mal dissimulé à l'intérieur de chacun d'entre eux. La gardienne devrait gérer la cohue avant de remettre la main sur sa protégée, et ce ne serait certainement pas aussi simple que de détruire les quelques créations sans défense de l'asiatique. Elle arriva à la chambre de la violoniste. Un sourire mauvais sur le visage, elle l'observa en train de tuer le docteur, pleine de rage, désorientée. Nul doute que c'était l'œuvre de son acolyte. Sara, horrifiée et dégoutée par elle même se retourna pour cracher ses tripes, en répétant en boucle et en état de choc «  Qu'est ce que j'ai fait ? ».

La Gardienne avait elle aussi perdu le contrôle du docteur, et ne tarderait probablement pas à ramener ses petites fesses ici. Fesses que Sookie allait se faire un malin plaisir à botter. Le verrou de la porte céda sous sa volonté, et celle-ci s'ouvrit dans un grincement destiné à sortir Sara de sa torpeur, pour qu'elle sorte de sa chambre. Mais elle ne sembla même pas s'en rendre compte. Face à son état léthargique, invisible aux yeux de la rêveuse, Sookie regarda Damian, agacée de la voir si mal en point. Qu'elle arrête de se vider de ses tripes, ou qu'elle se réveille, mais qu'elle fasse quelque chose ! Un demi rictus plus tard, et la belle brune ne rendait désormais, non plus son déjeuner infâme, mais pire encore, puisqu'elle crachait dorénavant des larves et limaces, vivantes. De quoi lui donner l'envie d'arrêter de se vider. Pour parfaire le tout, afin que sa folie ne soit que plus grande et qu'elle sorte au milieu des fous, tout en s'éloignant de l'influence de sa gardienne, Sookie fit relever son docteur au crâne ouvert et fracassé, tel un zombie. Le visage de celui-ci, ou ce qu'il en restait, changea en celui de plusieurs proches de Sara, comme si l'asiatique avait une télécommande et zappait à la télévision, Tous, dans leur voix respective, scandait les mots de la violoniste «  Qu'est-ce que tu as fait, qu'est ce que tu as fais ?! » en s'approchant d'elle, le cerveau dégoulinant sur le coin du visage. Prendre la porte semblait être la solution la plus juste pour elle, d'autant plus que les murs de sa cellule semblait se rapprocher les uns des autres. Désormais côte à côte avec Damian, elle lui sourit. « Pars. Sauve-toi. Ils vont te trouver. Echappe-toi ! » conseilla-t-elle à la victime, dans un murmure faussement bienveillant. Forçant donc la brune à sortir afin de visiter la création de Damian, il tardait à Sookie de la voir se perdre entres les murs interminables et sans isssus qu'elle avait ajouté, la voir mêlée aux fous aussi dangereux qu'elle pensait l'être. Se retrouvant seule avec son cauchemar préféré, elle ne lui ferait pas le plaisir de le féliciter sur l'atmosphère de son oeuvre, mais l'étincelle sombre dans ses prunelles laissait entendre qu'elle appréciait être là. «  Continue à jouer avec elle. Je me charge de notre invitée. » dit-elle, comme enjouée par cette tâche avant de disparaître dans une fumée noire qui s'infiltra dans les mur. Elle ne comptait pas se faire expulséer d'ici ce soir, et resterait discrète. Contrairement à la Gardienne, elle n'avait pas besoin de l'affronter elle-même. Dans les couloirs se formèrent alors cinq créatures semblables à d'énormes dragons de Komodo, dont les langues pistaient déjà Lizbeth, et dont la mâchoire rappelait celle d'un T-Rex. L'équipe de reptiles était prête à s'en prendre à la jeune femme, la traquant dans la pénombre des couloirs, faisant trembler les murs à son passage. La lumière dont elle émanait ne lui rendait pas service. Elle était comme un phare odorant pour les créatures, qui ne tardèrent pas à la débusquer. Sookie n'était pas fair-play, mais être deux Cauchemars ne l'était, de toute façon, pas non plus. La gardienne ne s'attendait tout de même pas à un combat loyal, si ? Se promenant entre les murs, pour espionner et contrôler ses dragons, elle ne voulait pas perdre une miette du massacre alors qu'ils passèrent déjà à l'attaque.
WILDBIRD

_________________



We're not real, but we still
making your nightmares
true.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

soldat

avatar



INSCRIT DEPUIS LE : 26/10/2016
MESSAGES : 29
POINTS : 455



MessageSujet: Re: Fear and Madness ♦ Sookie, Liz, Sarah   Mar 15 Aoû - 0:48

Fear and Madness
Damian & Sookie & Sarah & Lisbeth

Les lâches ne resteraient à jamais que des lâches pensa la Gardienne avec un regard de mépris autour d’elle. Elle sourit en voyant la Rêveuse beaucoup plus calme. Mais Ce ne fut que de courte durée car le Cauchemar ne s’avoua pas vaincu pour autant. Le voyant faire, Liz comprit qu’elle avait à faire avec des êtres expérimentés. La jeune Gardienne ne se le tint pas pour dit car si ils étaient doués, elle l’était tout autant. Elle savait que Shin ne l’aurait pas envoyé ici si il avait eu le moindre doute en ses capacités. Méthode brutale pour qu’elle se réveille mais le Lieutenant n’était pas connu pour faire dans la dentelle. Si il était un excellent professeur, Shin était autant craint pour ses railleries qu’admirer pour sa force. Liz avait toute confiance en son professeur et cette confiance ne s’était jamais démentie au cours des années. Se concentrant sur la Rêveuse, la jeune femme s’apprêtait à intervenir pour chasser ce Cauchemar à grand renfort de coups de pied dans le derrière lorsqu’un bruit la fit se retourner. Le personnel soignant disparaissait un à un laissant les malades se promener libres comme l’air. Soupirant, elle ferma la porte de la chambre de Sarah avec un système qu’elle seule pourra ouvrir. La laisser seule avec ce Cauchemar ne lui plaisait guère mais elle n’avait pas le choix. Le deuxième Cauchemar faisait encore des siennes et ce tour digne d’un débutant faisait doucement rire Lisbeth.

Elle fit péter les canalisations et une pluie de soporifiques s’abattit sur les fous. Le silence reprit ses droits dans ce lieu et elle partit à la recherche de l’idiot qui avait produit ça. Mais la Gardienne n’avait pas fait deux pas que cinq dragons vinrent à sa rencontre. Le premier réflexe de la brune fut de prendre ses jambes à son cou pour réfléchir à un plan d’action. Avant de stopper net, elle fit apparaître deux katanas dans ses mains et grimpa sur une étagère en pierre non loin d’elle. Là, elle attendit patiemment que le premier arrive pour sauter sur lui les deux lames en direction de sa tête. La pauvre bête mourut sur le coup ce qui laissa le temps à Liz de le transformer en une antilope. Les autres arrivèrent bientôt attirés par l’odeur du sang se précipitèrent pour dévorer le corps de leur malheureux collègue. Un petit sourire satisfait aux lèvres, Liz regardait ce spectacle sans sourciller. Elle n’avait pas perdu la main tout compte fait. Mais ses yeux se plissèrent lorsqu’elle aperçu le Cauchemar. Ce dernier était occupé à regarder son œuvre partir en fumée et la brune voulu en profiter. Longeant le mur, elle regretta légèrement ses katanas mais ne s’arrêta pas à ça. La Gardienne asséna un grand coup à son adversaire qui s’enfonça dans un petit sommeil.

Satisfaite, elle regagna la chambre de Sarah en espérant que l’autre n’en ait pas trop fait. Elle ouvrit la pièce en prenant la forme de Richard.

« Ma chérie… Sarah… Regardes moi ma puce… »

Toujours sous l’apparence de son défunt mari, Liz s’accroupit devant celle qui devenait folle petit à petit. Prenant son visage entre ses mains, elle répéta un peu plus fermement

« Regarde moi Sarah ! Tu n’as rien fait. Tu m’entends ? Regarde autour de toi… »

Liz lui fit découvrir une table éclatée en mille morceaux.

« Tu vois. Ce n’était qu’une table… Calme toi chérie… »

Elle se releva tout en gardant Sarah contre elle. Elle changea alors la musique pour mettre la musique préférée du couple. Laissant Richard en place, Liz se dégagea doucement de cette apparence et tout en continuant de le diriger, elle se colla au mur.

« Tu entends cette chanson Sarah ? C’est notre chanson… Viens danser avec moi ma chérie… »

Pendant ce temps là, Liz regarda autour d’elle et vit une tâche sombre. Elle prit alors l’apparence d’un aide-soignant qui ressemblait étrangement à Bruce Lee pour ne pas perturber la Rêveuse pour s’approcher de la forme.

« A nous deux mon petit… »


Emi Burton

_________________
vous savez ce que vous êtes mlle je-ne-sais-pas-qui ? une poule mouillée. vous n’avez pas de cran. Vous avez peur de dire « d’accord, c’est la vie ». Les gens tombent amoureux. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Fear and Madness ♦ Sookie, Liz, Sarah   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fear and Madness ♦ Sookie, Liz, Sarah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» joyeux anniversaire Sarah
» Elle s'appelait Sarah ......de TAtiana de Rosnay
» Madness is not state of mind... Madness is a place... Let's go there... Shall We ?
» Sarah From Miami!
» bon anniversaire a Sarah

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUR UN REVE :: monde des songes :: Tréfonds de l'Imagination.-